La population active en diminution en Arménie Par Vahe

publicité
La population active en diminution en Arménie
Par Vahe Harutyunyan
Institute for War & Peace Reporting / armenews.com – 15/8/2013
Les chiffres récents confirment que les Arméniens continuent de quitter
leur pays en masse parce que l’économie reste dans un tel mauvais état. Une
préoccupation particulière est que l’exode inclut non seulement les
ouvriers non qualifiés, mais aussi des professionnels qui ne voient pas
d’avenir pour eux-mêmes en Arménie.
En Janvier et Février, 22000 personnes de plus ont quitté l’Arménie par
rapport à ceux qui sont arrivées. Beaucoup de ceux qui maintenant se
dirigent vers la Russie ou d’autres pays envisagent de rester seulement
pour les mois les plus chauds lorsque le travail est disponible, puis de
revenir à la maison pour l’hiver. Mais certains vont rester et s’installer,
tandis que d’autres sont déjà fixés pour émigrer définitivement.
Ruben Yeganyan, chef du groupe d’initiatives socio-démographiques arménien,
note que les autorités ont longtemps affirmé que la majeure partie de la
migration était saisonnière, mais il affirme que ce n’est pas corroborée
par les faits.
« Si vous regardez les chiffres annuels du Service de Migration de l’État,
il est évident que plusieurs dizaines de milliers de personnes ne
parviennent pas à revenir en Arménie chaque année », a-t-il dit.
Le service de migration a calculé que 180 000 personnes ont émigré en
permanence juste au cours des cinq dernières années fin 2012. C’est une
perte importante de population pour un un pays avec moins de trois millions
d’habitants. « C’est une catastrophe pour l’Arménie, quelles que soient les
raisons de cette émigration - politique, économique ou ce qu’on pourrait
appeler le manque de justice » a déclaré Yeganyan.
Armen Badalyan, chercheur au Centre d’études politiques, a déclaré que
l’émigration englobe tous les niveaux sociaux, pas seulement les plus
pauvres.
« Vous voyez maintenant les gens de la classe moyenne, si elle n’est pas
riche, émigrer. Ils veulent quitter l’Arménie pour avoir une carrière,
démarrer une entreprise ou d’obtenir une éducation à l’étranger. Le nombre
de ces personnes est en hausse d’année en année » a-t-il dit. Gagik
Makaryan, qui dirige l’Union des employeurs, explique que cette perte sur
le travail est un risque réel pour la croissance du secteur privé.
« En privé, les hommes d’affaires des commerces, des services et des
secteurs de fabrication parlent ouvertement de leurs craintes pour la
situation démographique. Si la population diminue année après année, elle
aura un impact négatif sur le secteur des affaires » a déclaré Makaryan.
Les représentants du gouvernement insistent sur le fait qu’ils prennent des
mesures. Dans un récent discours devant le parlement, le Premier ministre
Tigran Sarkissian a déclaré qu’une poursuite dynamique de la croissance
économique globale devrait créer les emplois nécessaires pour maintenir la
population active.
Cependant, Armenak Chatinyan, correspondant économique pour le quotidien
Orakarg se questionne sur la réalité des chiffres de la croissance affirmés
par le gouvernement. Officiellement, l’économie arménienne a augmenté sur
un an de 7,2 pour cent en 2012 et de 4,8 pour cent l’année précédente.
Pourtant, ces deux années ont vu une émigration de 86000 personnes.
« Je sais une chose » a déclaré Chatinyan. « Si l’économie est en
croissance et la vie des gens s’améliorent, ils ne devraient pas quitté le
pays en masse ».
Les données de l’organisme statistique officiel d’Arménie indique qu’un
tiers de la population vit encore dans la pauvreté, tandis que le taux de
chômage s’élevait à 16 pour cent à la fin de l’année dernière. En dépit des
affirmations d’une économie en croissance, les niveaux de pauvreté semblent
être en augmentation, en particulier dans les zones rurales.
Norik Grigoryan, 45 ans, est un élément typique de cette armée de
saisonniers plutôt que de migrants permanents. Il a passé une grande partie
de la dernière décennie à travailler en Russie, mais toujours en retournant
vers son village de Tsovinar dans la région de Gegharkunik.
Il est profondément déprimé sur l’avenir de l’Arménie rurale, en disant :
« Il n’y a rien pour les paysans. Nous sommes pris entre les banques et les
oligarques. C’est pourquoi la terre n’est pas cultivée en Arménie, tandis
que les paysans partent à l’étranger pour gagner de quoi manger ».
« Vous ne pouvez pas nourrir une famille par la seule agriculture »a
expliqué Norik Grigoryan. « Notre gouvernement ne fait absolument rien pour
rendre l’agriculture rentable pour les paysans comme nous. Les prêts sont
chers, et les sociétés acheteuses arrangent les choses entre elles pour
nous offrir des prix bas. En plus de cela, nous devons payer pour l’eau
d’irrigation et tout le reste ».
* Vahe Harutyunyan est un journaliste pigiste en Arménie.
Téléchargement
Explore flashcards