agoraphobie

publicité
AGORAPHOBIE
Crainte de se retrouver dans un endroit d’où il pourrait être difficile de sortir
dans un endroit où il serait difficile de trouver du secours en cas
d’attaque de panique (foule, ponts, espaces découverts, magasins etc.)
Cette crainte amène à des conduites d’évitement.
Lorsque la situation est affrontée, elle est vécue de manière extrêmement angoissante.
Le sujet développe donc des stratégies de réassurances et utilise des objets contraphobiques.
C’est la plus fréquente des phobies avec une prévalence de 6%
Elle touche 2 femmes pour 1 homme.
Les troubles débutent entre 18 et 35 ans.
Troubles associés : Trouble panique (95% des agoraphobes ont vécu une attaque de panique)
Autres troubles anxieux
Dépression
Addictions (benzodiazépines)
Prise en charge :
Médicaments : anxiolytiques, antidépresseurs
Psychothérapie : Cognitive et comportementale :
- technique de relaxation,
- d’exposition et d’immersion dans la situation pathogène.
PHOBIE SOCIALE
C’est un sentiment de crainte et de honte en situation d’exposition à l’attention ou au regard
d’autrui.
Le sujet ressent une peur intense et incontrôlable de ces situations l’amenant à les éviter.
Lorsque les situations sont affrontées : anxiété anticipatoire importante
Utilisation d’anxiolytique ( alcool, benzodiazépines)
La crainte est centrée sur le fait de paraître ridicule ou de montrer des signes d’angoisse.
La phobie sociale est la peur de plusieurs situations sociales précises
de situation de performances où le sujet est en contact avec des
personnes non familières
de situation où il se sent exposé à l’observation d’autrui
Le sujet craint de montrer son anxiété de façon embarrassante par exemple en parlant en
public, en faisant un exposé etc.
L’exposition à la situation sociale redoutée provoque une anxiété qui peut devenir une attaque
de panique.
Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur
Nb : chez l’enfant ce caractères peut être absent.)
Les situations sociales ou de performances sont évitées ou vécues avec une anxiété et une
détresse intense. Que ce soit l’évitement ou l’anticipation anxieuse, les habitudes de
l’individu, ses activités professionnelles, sociales sont perturbées
Différences de réactions selon les âges
Chez les enfants il n’y a que très peu de situation d’évitement car ils ont moins la capacité de
cerner la situation pathogène. On remarque cependant des situations d’évitement inconsciente
(maux de ventre etc.)
Les situations d’évitements n’apparaissent qu’entre 10 et 20 ans.
Chez les adolescents ou les adultes soufrant de phobie sociale, on se rend bien souvent
compte qu’une timidité importante était présente dès l’enfance mais le trouble ne se déclare
qu’insidieusement et après plusieurs expériences traumatisantes..
Le plus souvent le trouble sera présent tout au long de la vie avec une amélioration possible,
si la rémission existe, son caractère est assez subjectif cat la rémission dépend du paient et de
la gêne qui était la sienne. Un patient qui est encore extrêmement timide mais qui n’en ressent
plus de gêne est considéré comme remis.
Il existe trois types d’anxiété : l’anxiété sociale normale, l’anxiété sociale pathologique,
anxiété de la personne évitante.
Il existe deux types de phobie sociale : Partielle : limitée a 1 seul type de situation
Exemple : anxiété de performance
Généralisée : a toute situation sociale
Ce trouble est un des troubles les plus fréquents mais aussi les plus discrets.
Prévalence de 2 a 7%.
3 femmes pour 2 hommes.
Troubles associés :
Autres troubles anxieux (phobie simple, agoraphobie etc.)
Abus ou dépendance a l’alcool +++
Dépression
Personnalité de type évitante.
Prise en charge :
Médicaments : antidépresseurs
En cas d’anxiété de performance ; traitements ponctuel par Beta bloquants :
propanolol (diminuent les symptômes somatiques d’angoisse)
Psychothérapie : d’orientation cognitive et comportementale
Avec des techniques d’affirmation de soi
D’exposition in vivo
Restructuration cognitive (modification des croyances d’être constamment soumis au
jugement des autres)
Associé aux antidépresseurs.
PHOBIE SIMPLE
Peur intense et excessive déclenchée par la présence ou l’anticipation d’un stimulus précis
(objet ou situation)
L’exposition au stimulus est évitée ou affrontée avec une anxiété majeure
Le trouble perturbe significativement les activités scolaires sociales et/ou professionnelles.
Parmi les plus fréquentes, on retrouve : La phobie d’un animal
La phobie du sang, des injections
La phobie de l’obscurité
…..La phobie de l’avion.
Epidémiologie :
Apparaît souvent pendant l’enfance ou l’adolescence. Certaines phobies très fréquentes chez
les enfants, disparaissent le plus souvent spontanément par la suite.
Prévalence de 7 à 11 %
2 femmes pour 1 homme.
Prise en charge :
Psychothérapie : Thérapies cognitives et comportementales
Technique d’exposition en imagination et in vivo
Thérapies de durée brève (quelque semaine), très efficaces.
Téléchargement
Explore flashcards