La fréquence cardiaque désigne le nombre de battements par minute

publicité
La fréquence cardiaque désigne le nombre de battements par minute (BPM)
nécessaires au cœur pour pomper le sang à travers tout l’organisme. Ce chiffre
constitue un indicateur de la forme cardio-vasculaire d’un individu.
La fréquence cardiaque au repos
La fréquence cardiaque au repos (FCR) détermine en partie la condition physique
générale du coeur. Pour la calculer, il suffit de prendre son pouls au lever, pendant
10 secondes, au niveau du cou (juste sous la mâchoire), ou au niveau du poignet,
puis de multiplier le chiffre obtenu par 6.
Le résultat oscille en général entre 60 et 80 battements par minute. Chez les grands
sportifs qui s'entraînent beaucoup, ce chiffre est assez bas. Cette fréquence
cardiaque au repos est plus élevée chez les enfants que chez les adultes.
Attention cependant : un coeur battant lentement n'est pas forcément le signe d'une
bonne santé, en particulier cardiaque. Ainsi, le coeur bat plus lentement en cas de
baisse de fonctionnement anormale de la glande thyroïde (hypothyroïdie). Autre
exemple : une fréquence cardiaque basse chez une personne d'un certain âge et qui
n'est pas particulièrement sportive, peut être due à un trouble de la "conduction
électrique" (bloc auriculo-ventriculaire) qui sera diagnostiqué chez le cardiologue en
effectuant un électrocardiogramme, voire d'autres examens.
La fréquence cardiaque maximum
La fréquence cardiaque maximum (FCM) est la vitesse maximale à laquelle le cœur
peut battre en une minute. On la calcule en soustrayant son âge, en année, à 220.
Ainsi, la FCM d’une personne de 25 ans est égale à 195. Il s'agit d'une évaluation
moyenne qui varie bien sûr d'une personne à l'autre. Par mesure de sécurité, si on
se lance dans un sport et que l'on souhaite atteindre sa fréquence cardiaque
maximale, il est recommandé d'en parler avant à son médecin, si l'on a un certain
âge, ou que l'on soit fumeur, sédentaire...
La zone d’entraînement optimal
La zone d’entraînement optimal correspond à 60-70% de la FCM. On l’obtient donc
en multipliant la FCM par 0,6 ou 0,7, en cas d'entraînement d'endurance
fondamentale.
C’est à cette fréquence que l’organisme sollicite le système cardio-vasculaire le plus
efficacement. On parle également de zone d’entraînement "aérobic" : l’organisme
utilise l’oxygène afin de brûler de l’énergie.
En 1954 Astrand et Ryming ont établi la formule classique FCM=220-age à partir
d'une étude statistique sur l'ensemble de la population. A partir de cette fréquence
maximale théorique on peut déterminer différentes zones. Zone aérobie entre 70% et
80%, zone du seuil anaérobie entre 80% et 90% de la FCM.
Ce qui donne 50-60% : échauffement, récupération, perte de poids
60-70% : entraînement de base sur longue distance
~ 80% : endurance active ou résistance douce
85-90% : résistance dure fractionné long
90-95% : fractionné court
Téléchargement
Explore flashcards