Economie tunisienne: Une fuite en avant... dans l`impasse!

publicité
This page was exported from Kapitalis [ http://kapitalis.com/tunisie ]
Export date: Sat Apr 15 17:21:50 2017 / +0000 GMT
Economie tunisienne: Une fuite en avant... dans l’impasse!
Le modèle du tout libéral, qui a causé la chute de l'ancien régime, est reconduit moyennant des réformes
timorées. La fracture sociale risque de se creuser davantage.
Par Hédi Sraieb *
Au fil des jours, prudemment mais sûrement, le
gouvernement peaufine sa stratégie de redéploiement économique et social. Le modèle économique est de
toute évidence à bout de souffle et ses dérives récessives formelles comme informelles pourraient bien
entrainer toute la société vers des abymes insoupçonnés. Un chaos social dont elle aurait le plus grand mal à se
relever. Un constat partagé par toutes les couches sociales ainsi que par les élites intellectuelles ou dirigeantes.
Un modèle inégalitaire et insoutenable
S'il y a donc accord unanime sur ce constat d'échec, resterait cependant à en déterminer les causes profondes et
à en élucider les mécanismes subtils qui y ont conduit. Echec d'un modèle qui a tout de même prévalu pendant
plus de deux décennies, pour ne pas dire plus ! Mais voilà et c'est là que le bât blesse, il n'y a pas unité de vue,
de diagnostic commun, sur les dynamiques, en propre, qui ont mené le pays dans le mur !
Pour les uns le modèle aurait été progressivement perverti par le népotisme et la corruption, un modèle qui
aurait fini par perdre sa vitalité sous les effets conjugués des passe-droits et du clientélisme envahissant,
étouffant par là même toutes les énergies. En d'autres termes, plus conventionnels, les phénomènes de
distorsion de concurrence et d'entraves au libre jeu des forces du marché auraient poussé vers cette impasse.
Pour d'autres ces mêmes phénomènes ne sont que l'apparence des choses. Ils n'ont constitué, au mieux, qu'un
accélérateur d'un modèle dès l'origine inégalitaire et insoutenable comme en témoignent la fracture sociale et la
fracture régionale, qui n'ont toutes deux qu'un lointain rapport avec le favoritisme et la prédation.
Le chômage massif des jeunes et la persistance d'une large précarité sociale ne peuvent être attribués au seul
capitalisme de copinage… mais au capitalisme tout court, certes encore quelque peu dirigé !
Tout serait affaire de réformes
Du coup la seule issue entrevue par les classes dirigeantes est d'expurger le canevas de ses oripeaux, de
régénérer le modèle jugé encore pertinent et valide. A telle enseigne qu'il est surtout question d'assainir le
«climat des affaires», de réitérer «le primat de l'investissement privé» corrélatif à la poursuite du
désengagement de l'Etat, de conforter la «bonne gouvernance» assimilée à la régulation du libre jeu des
marchés. D'essence libérale mais perverti, le «modèle» peut être réhabilité pour autant qu'il soit rénové! Voilà
en substance ce que l'on peut entendre depuis déjà quelques mois.
Tout ne serait donc affaire que de réformes… et de surcroit «structurelles», afin de s'en auto-persuader si
besoin était. Des réformes douloureuses et impopulaires s'aventurent à dire certains, quand d'autres se
contentent de rester sur le terrain du «nécessaire dans l'intérêt général». D'où les hésitations que nous
entrevoyons, de ce faux immobilisme du moment présent que nous percevons. Car à l'évidence les enjeux sont
de taille! Mais comment alors faire repartir une société en panne ?
Depuis la formation du premier gouvernement de la deuxième République la question «centrale» de la réforme
se pose avec acuité. Non pas tant du point de vue de sa finalité ultime qui n'est autre que de prolonger, de
restaurer ce modèle «national libéral» en renouvelant ses ressorts, mais bien du point de vue de l'acceptabilité,
autrement dit du consentement du plus grand nombre.
Il s'agit donc de la pédagogie à mettre en œuvre pour réaliser cette réforme. Les autorités au pouvoir se savent
ne pas être en mesure de passer en force compte tenu des tensions sociales. Un risque réel et bien trop grand
qui pourrait dégénérer en explosion sociale. Du coup le gouvernement cherche des biais, le bon timing, la
fenêtre d'opportunité pour se lancer à la conquête de l'opinion qui permettrait de légitimer de nouvelles
pratiques… le fameux consensus, règle immuable de la sphère politique depuis des lustres. Mais il n'aura
échappé à personne que les réformes envisagées forment un tout cohérent et pertinent. Aucune d'elles, prise
seule n'est suffisante. Mieux chacune d'elles renforce l'efficience des autres et le caractère performatif de
l'ensemble.
Tout pour l'initiative privée
Observons ! Des projets de lois sont proposés, à intervalles plus ou moins réguliers, à l'examen d'un conseil
ministériel restreint puis transmis aux commissions spécialisées de l'assemblée nationale. Nous n'en serions
d'ailleurs qu'au tout début car le train de mesures imaginées et projetées ne comporterait pas moins d'une
douzaine de «grandes réformes». Nous n'inventons rien!
Cela est écrit noir sur blanc depuis des mois déjà dans toute la littérature officielle consacrée à ces questions.
On peut même se faire une idée très précise des attendus de ces réformes en allant sur les sites des ministères,
de la Banque centrale de Tunisie (BCT), et autres institutions financières internationales (FMI, CE, BM, BEI)
qui apportent leur concours et leur soutien au redressement économique et social du pays.
Certaines d'ailleurs de ces réformes sont enclenchées. Celle de la Caisse générale de compensation (non
répercussion à la pompe des baisses de prix du pétrole), celle des banques, recapitalisées exclusivement avec
l'argent public et non avec celui des actionnaires. Mais d'évidence le processus est loin d'être linéaire ! La
difficulté à justifier et à légitimer la loi de réconciliation nationale montre les limites de l'exercice en dépit
d'une très large majorité parlementaire (potentielle mais pas acquise).
Le code de l'investissement et, dans la foulée, le code de concurrence cherchent à consacrer plus avant «la
liberté d'entreprendre». Tout doit concourir à une plus large concurrence. Exemples : abandon des règles
régissant les activités à autorisation préalables et celles à cahier des charges 216 sur 600, recours possible à la
main d'œuvre qualifiée étrangère. Mais aussi… à une ouverture encore plus grande de l'économie.
Le nouvel accord avec l'Union européenne (qui a, lui aussi, force de loi), ou bien encore la réforme de la BCT
(visant à desserrer les règles de change et de mobilité des capitaux encore contrôlés) convergent vers cette
libéralisation, notamment celle des «biens publics» ou des «biens communs».
La loi sur le partenariat public privé (PPP) en formalise les modalités… les capitaux privés locaux comme
étrangers pourront prospérer à l'abri de la puissance publique. Une aubaine !
D'autres réformes sont à l'étude. Nul besoin de courir pour en trouver les détails. Il suffit pour cela de se
reporter au dernier rapport (6e revue de l'accord de stand-by) du FMI qui liste et explicite les autres réformes à
venir. Celle de la fiscalité allégeant l'imposition des entreprises (déjà entamée) contrebalancée par celle de la
TVA (en cours). La nouvelle règlementation de la concurrence et l'annulation des dispositions relatives à la
protection de l'entreprise en cas de faillite. On pourrait encore citer la réforme du secteur bancaire proprement
dite visant à l'introduction de nouveaux instruments financiers, les fameux dérivés de crédit ! La priorité est
donc on ne peut plus claire: Tout pour l'initiative privée et l'essor d'une économie plus compétitive et plus
largement ouverte.
Le «renouveau» économique et social en question
Mais les conditions tant financières que sociales à un tel renouvellement du modèle sont-elles au rendez-vous?
Les quelques lignes de crédit de la BEI ou de la BM destinées à la promotion de la PME semblent dérisoires.
La création de la Caisse de dépôt et consignation (CDC), de fonds spéciaux ou régionaux, dotés que quelques
dizaines de millions ne changent rien à l'affaire. A vrai dire, les financements manquent cruellement et les
classes dirigeantes ne ratent jamais une occasion pour rappeler le peu d'enthousiasme des «amis de la Tunisie»
à apporter leur soutien à ce «renouveau» économique et social du pays.
Mais il y a bien plus préoccupant. Existe-t-il dans le pays un vivier suffisamment large et diversifié de
candidats potentiels à l'entrepreneuriat? J'entends non pas des hommes d'affaires mais bien des capitaines
d'industries et de vrais innovateurs capables de relever les défis de notre temps? Un présupposé qui semble
acquis mais qui mériterait que l'on s'y attarde. Il y a certes des hommes d'affaires capables de ficeler des
projets de franchise ou de co-entreprises dans la distribution ou dans des activités de niche sur des segments de
marché solvable rapidement profitables. Mais de toute évidence le doute est permis ! Car quand bien même les
mœurs seraient assainis, la saine gestion des affaires n'a jamais été synonyme de développement, ni coïncidé
avec un mieux-être partagé !
Mais alors une dernière question mais lancinante surgit: à supposer que tous les moyens soient réunies; argent
et hommes, quelle serait alors la finalité ultime de cette mobilisation. Que produirions-nous pour satisfaire
quels besoins? Quel devenir dans cette mondialisation sauvage? Aucune réponse. Un silence assourdissant
dont on trouve la confirmation dans le plan dit stratégique 2016 - 2020 ! La sécurité alimentaire comme
énergétique attendront, celles des ressources vitales telles l'eau, aussi.
On n'ose évoquer la multitude des attentes sociales… Un hub économique… répond la nouvelle technocratie
en charge des affaires! Mais alors, et pour reprendre la jolie métaphore d'un journaliste de la place, «comment
faire passer le mastodonte social dans le chas de l'aiguille d'une économie de plus en plus libérale»… un vrai
défi !
* Docteur d'Etat en économie du développement.
Post date: 2015-11-11 08:36:32
Post date GMT: 2015-11-11 07:36:32
Post modified date: 2015-11-11 08:38:57
Post modified date GMT: 2015-11-11 07:38:57
Powered by [ Universal Post Manager ] plugin. MS Word saving format developed by gVectors Team www.gVectors.com
Téléchargement
Explore flashcards