Prévention contre les infections nosocomiales

publicité
Prévention contre les infections nosocomiales
1. Définition
Ce sont des maladies infectieuses est contracté pendant l'hospitalisation, elles sont
liées aux soins où survienne indépendamment de tout acte médical (grippe, le
visiteur).
Elles sont contractées dans les établissements de santé et touche les personnes
soignées.
7% des patients hospitalisés sont victimes d’une infection nosocomiale. Dans les
autres pays d'Europe, 5 à 10 %. Mais la résistance d'antibiotique est plus fréquente en
France que dans les autres pays européens.
Ces infections sont de type :
 urinaire
 respiratoire
 celles du site opératoire
Dans certains services hospitaliers le taux est plus élevé :
 service de réanimation
 service de chirurgie
 soins de suite
 grands brûlés
Les infections nosocomiales allongent la durée d'hospitalisation et le coût (une journée
et en traumato 4500 € mais parfois les conséquences sont plus graves et la mort peut
être une complication possible (septicémie).
La gravité des conséquences infections nosocomiales est variable, elle va d'une
infection urinaire pas très grave, augmentant la durée d'hospitalisation à la mort
(infections pulmonaires, septicémie).
Les causes les infections nosocomiales sont nombreuses et variées, on peut citer parmi
elles :
 la présence de germes en milieu hospitalier,
 les porteurs comme les patients eux-mêmes, le personnel, le matériel, la
surface et l'environnement,
 l'environnement qui représente aussi une source de germes, comme :
o le patient,
o le personnel,
o les visiteurs,
o l'air,
o l'eau,
o les aliments,
o ...
Suivant les sites en milieu hospitalier l’air et l’eau sont stériles ou pas.
2. Préventions
En médecine le risque zéro n'existe pas, il n'est pas toujours possible d'éviter les
infections nosocomiales mais par contre il est possible d'en limiter la fréquence et la
gravité en respectant scrupuleusement quelques règles d'hygiène précises :
 les infections d'origines endogènes ne sont pas accessibles aux méthodes de
prévention classique c'est pourquoi elles sont traitées par une antibiothérapie, elle
peut être de couverture où curative.

Les infections d'origines exogènes répondent parfaitement aux méthodes
classiques (couloirs sales / couloirs propres, lavage des mains...) avec une
antibiothérapie en pré-op et en post-op.
L'application des règles d'hygiène reste le premier moyen de lutte contre les infections
nosocomiales. On n'y distingue trois niveaux :
- l'hygiène du personnel soignant (lavage des mains avant et après chaque
soin),
- l’asepsie lors des soins
- les soins invasifs (perfusion, injection, incisions,...) pour lesquels il nous
faut pratiquer que les gestes indispensables à la santé du patient, procéder à
une préparation de la peau et des muqueuses, employer du matériel stérile,
en utilisant de préférence des sets stériles (sets de sondages urinaires, set à
pansements), en respectant scrupuleusement les protocoles (toilettes, pause
de cathéters,...) et en veillant à la sécurité de l'environnement (propreté).
3. La loi
Décret n° 99 - 1034 du 6 décembre 1999 relatif à l'organisation de la lutte contre les
infections nosocomiales dans les établissements de santé et modifiant le chapitre Ier
du titre 1 du livre VII du code de santé publique (deuxième partie du décret du conseil
d'État).
Circulaires DGS/DHO S/E2 n° 2000-645 du 29 décembre 2000 relatif à l'organisation
de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé.
4. Les organismes de lutte contre les infections nosocomiales

CLIN
C’est une instance pluridisciplinaire qui a pour mission d'élaborer la politique
de lutte contre les infections nosocomiales en les organisant et les coordonnant
et en assurant une surveillance continue.
Son rôle est de prévoir les actions de formation, dresser un rapport d'activité et
programmer des actions de prévention.
Elle fournit aussi les données de surveillance.

CCLIN
Ce sont les centres Interrégionaux de Lutte contre les Infections
Nosocomiales.
Leur rôle est de :
- coordonner,
- recueillir les données épidémiologiques,
- créer des protocoles d'investigation épidémiologiques,
- rédiger des guides et des règles d'hygiène,
- faire des études épidémiologiques,
- animer un réseau de responsables de CLIN,
- …

CTIN
Ce sont les Comités Techniques nationaux de lutte contre les Infections
Nosocomiales.
Leur rôle est de promouvoir un système de surveillance en relation avec les
CCLINs ont eu de les coordonner.
CTIN
……
CLIN
CCLIN
CLIN
CCLIN
CLIN
…..
CCLIN
CLIN
CLIN
5. Quelques définitions

Contamination
C’est l'envahissement d'une surface par des micros organismes avec pénétration ou
non à l'intérieur du corps de la substance ou de l'objet contaminé.
Ce n'est pas synonyme d'affection

Décontamination
c'est l'action tendant à éliminer ou à réduire les agents et les effets d'une
contamination quelconque par exemple le nettoyage d'un matériel avec sa
stérilisation en vue de réduire au minimum sa contamination initiale.

Désinfections
C’est la destruction d'un micro-organisme d'un lieu, d'un objet, de la partie externe
du corps humain. C'est la destruction momentanée des microbes présents sur un
matériel. À la différence de l'asepsie, la désinfection ne s'applique pas aux malades
mais à son environnement : l'âge, les tories, instruments médicaux, locaux et
immobiliers.
Pour certaines maladies infectieuses (choléra, typhoïde) elle s'effectue en fin de
maladie.
La désinfection vise à détruire un maximum de germes pathogènes (bactéries,
virus, champignons microscopiques) responsables d'éventuelles à infections. Les
procédés utilisés sont d'ordre physique (chaleur sèche, chaleur humide,
rayonnement ionisants) ou chimiques (eau de Javel, formaldéhyde).

Stérilisations
C’est la méthode permettant de détruire divers micros organismes (bactéries,
champignons, champignons parasites) présents sur un support matériel. C'est
indiqué pour le matériel chirurgical et médical.

Bionettoyage
Il est utilisé par les professionnels du nettoyage, il est défini comme un procédé
visant à réduire la contamination des surfaces. Il est obtenu par la combinaison de
trois temps :
- nettoyage,
- évacuation des produits utilisés et de la salissure,
- application du désinfectant.
Le billot nettoyage utilise des produits adaptés :
- les détergents qui sont des substances contenant des agents destinés à
éliminer les souillures dans solubles dans l'eau seule.
- Les désinfectants qui sont des substances contenant un produit actif a doué
de propriété antimicrobienne et répondant aux normes reconnues
(AFNOR).
Techniques du bionettoyage
- les détergents effectuent la phase de nettoyage. Ils laissent une impression
visuelle propre sans décontamination.
- Le désinfectant assure la décontamination mais il n’est efficace que sur du
propre (nettoyé).
- Certains produits sont détergents-désinfectants.
Fréquence du bionettoyage
Elle varie selon les surfaces, le matériel, la fréquence d'usage et le risque :
- pluriquotidienne,
- quotidienne,
- hebdomadaire,
- mensuel,
- trimestriel,
- annuel,
- ...
Téléchargement
Explore flashcards