Les MALADIES DEGENERATIVES du RACHIS

publicité
Les MALADIES DEGENERATIVES du RACHIS.
-
-
-
-
Le rachis forme l’axe du corps et comprend 3 segments : rachis cervical (7), rachis dorsal
(12) et rachis lombaire (5).
Le rachis est vertical dans un plan frontal et décrit 3 courbures dans le plan sagittal : une
lordose cervicale, une cyphose dorsale et une lordose lombaire.
La vertèbre comprend 2 parties :
 Le corps vertébral situé en avant.
 L’arc postérieur situé en arrière.
 Entre les 2, il y a le trou vertébral et leur superposition donne le canal vertébral.
il existe deux systèmes articulaires au niveau des vertèbres :
 articulations intervertébrales antérieures : entre les corps vertébraux se trouvent le
disque intervertébral.
 Articulations inter apophysaires postérieures.
les maladies dégénératives du rachis, par opposition aux maladies inflammatoires se
caractérisent par des douleurs mécaniques, qui augmentent à l’effort, ne réveillant pas le
malade la nuit, calmées au repos, elles peuvent toucher tous les segments rachidiens.
Cervicarthrose : quasi constante après 40 ans, pas de parallèle entre l’importance des
signes radio et les signes cliniques.
Dorsathrose : si elle est fréquente radiologiquement, en revanche, elle ne donne
qu’exceptionnellement des douleurs. Devant une dorsalgie, on doit toujours se méfier
d’une atteinte inflammatoire, infectieuse ou tumorale.
Lombarthrose :
- lumbago :
 douleur lombaire basse aiguë.
 Suite au soulèvement d’une lourde charge.
 Plus souvent des hommes jeunes.
 Douleur mécanique cédant au repos.
 Examen :
 Enraidissement important du rachis lombaire avec une limitation de
l’antéflexion du tronc.
 Radiographie : normale ou discret pincement du disque inter vertébral.
 Traitement : repos, AINS, antalgiques, myorelaxant.
- lombalgies chroniques :
 clinique :
 homme et femme de 30 à 60 ans.
 Activité physique volontiers importante.
 Antécédents de lumbago.
 Douleur lombaire basse, mécanique.
 Limitation d’amplitude du rachis lombaire.
 Radiologie :
 Pincement des disques inter vertébraux L4 – L5 et L5 – S1.
 Condensation des plateaux vertébraux.
 Ostéophytes : becs de perroquet.
 Arthrose inter apophysaire postérieur.
 Traitement :
 Antalgiques, myo relaxants, AINS en cures courtes, chondro protecteurs.
 Kiné : apprentissage du verrouillage de la charnière lombo sacrée, massages.
 Port d’une ceinture de maintien lombaire.
 Réduction pondérale.
 Adaptation du poste de travail.
 Crénothérapie : cure thermale.
- sciatique :
 mono radiculalgie L5 ou S1 liée à un conflit disco radiculaire.
 Très fréquente chez les adultes de 30 à 60 ans.
 Souvent antécédents de lumbago ou de lombalgies chroniques.
 Après l’effort de soulèvement de charge, faux mouvements, trajet en voiture
 Clinique :
 Douleur lombaire basse.
 Irradiation douloureuse le long du MI.
 L5 : face postéro externe de la cuisse, de la jambe, sous le pied, sur la cheville,
dos du pied et gros orteil.
 S1 : face postérieure de la cuisse, de la jambe, sous le pied, petit orteil.
 Douleur mécanique, impulsive à la toux, à la défécation.
 Syndrome rachidien lombaire : raideur, contractures para vertébrales, sensibilité
à la pression des épineuses.
 Signe de Lasègue.
 Rechercher des troubles neurologiques subjectifs (fourmillements) ou objectifs
(abolition du réflexe achilléen, diminution de la sensibilité) non graves et des
troubles moteurs ou sphinctériens qui donnent à la sciatique un caractère
d’urgence.
 Imagerie :
 Radiologie : normale ou pincement d’un disque inter vertébral ou arthrose inter
apophysaire postérieure.
 Mise ne évidence de la hernie discale si l’évolution n’est pas favorable après 4
semaines de traitement médical ou plutôt si les signes de gravité (douleur
intense, paralysie motrice, troubles sphinctériens) par scanner ou IRM
 Traitement :
 Médical : repos, AINS ou corticoïdes, antalgiques, myorelaxants, infiltrations
de dérivés cortisonés, kiné.
 Chirurgie discale : si après 4 semaines de traitement bien conduit il n’y a pas
d’amélioration et/ ou signes de gravité.
- cruralgie :
 atteinte mono radiculaire L4 (face antérieure de la cuisse et antéro interne de la jambe)
ou L3 (face antéro interne de cuisse).
 Signe de Leri.
 Abolition du rotulien si L4.
 Sujets souvent plus âgés.
 Traitement souvent long, mais peu de chirurgie.
- syndrome canalaire du canal lombaire étroit acquis arthrosique : les sténoses du canal
rachidien sont dues à une arthrose des articulations inter apophysaires postérieures, le
plus souvent associées à une hyper trophie des ligaments jaunes. Le rétrécissement
canalaire augmente en lordose, donc en position debout et à la marche.
 Clinique :
 PA de plus de 60 ans.
 Douleur lombaire basse mécanique.
 Radiculalgie après une certaine distance de marche.
 HLL fréquente.
 Douleur lombaire à l’extension du tronc.
 Diagnostic :
 Radiographie : arthrose inter apophysaire postérieure.
 Scanner +++.
 Myélographie ou myéloscanner : compression du sac dural à plusieurs étages,
aggravation de signes du rachis en extension.
 IRM.
 Traitement :
 Médical.
 Infiltration locale de dérivés cortisonés.
 Chirurgie à type de recalibrage. Les résultats sont bons mais temporaires.
Téléchargement
Explore flashcards