infiltration hyatus sacro-coccygien

publicité
INFILTRATION DU HYATUS SACRO-COCCYGIEN
Qu’est ce que c’est ?
Il s’agit d’un traitement symptomatique des douleurs rachidiennes lombaires (lombalgies,
cruralgies, sciatalgies), en luttant contre l’inflammation locale autour des hernies discales ou
des lésions arthrosiques du rachis. Il consiste en une injection ciblée d’un corticoïde à durée
d’action prolongée (Hydrocortancyl, Altim) à la partie basse de la colonne vertébrale
(sacrum). Ce dérivé actif va ensuite être poussé vers le rachis lombaire afin dêtre à proximité
de la zone douloureuse.
Dans quel cas ce geste est il pratiqué ?
Ce traitement est pratiqué lors de recrudescences des douleurs lombaires malgré les
traitements habituels (antalgiques, anti-inflammatoires) chez des patients déjà opérés du
rachis lombaire et qui ne peuvent donc bénéficier d’une infiltration directe du rachis lomabire
(Recommandations AFSSAPS).
Dans quel but ?
Le but de l’infiltration est d’améliorer les douleurs en apportant une action anti-inflammatoire
ciblée et prolongée au contact de la racine qui souffre. Elle permet le plus souvent au patient
de passer un cap douloureux difficile ou d’améliorer de la qualité de vie de tous les jours
même si la résolution des douleurs n’est pas complète.
Comment ?
Le patient est positionné à plat ventre sur la table de scanner et devra pouvoir rester immobile
une quinzaine de minutes. Des images de repérage sous scopie ou scanner (rayon X) sont
réalisées sur la zone d’intérêt.
La peau doit être parfaitement saine. Après une désinfection de la peau, on positionne une
aiguille très fine aux abords de la région inflammatoire. Il n’est en général pas nécessaire de
réaliser une anesthésie qui pourrait entraîner un endormissement de la racine et un éventuel
déficit neurologique transitoire.
Après avoir vérifié que l’aiguille est bien en place (injection d’une petite quantité de produit
de contraste) et qu’elle ne soit pas dans un vaisseau, l’injection du corticoïde poussée par du
serum physiologique est réalisée lentement, réveillant parfois transitoirement la douleur.
Le pansement sec est mis sur le site de ponction après un dernier nettoyage.
Le geste est réalisé en ambulatoire le patient retournant à domicile après un courte
surveillance (20-30 min) dans le service. Dans certains cas, il peut être conseillé d’être
accompagné afin d’éviter la conduite automobile au décours immédiat du geste.
Quelles sont les précautions à prendre ?
Doivent être signalés : la grossesse ou risque de grossesses, les antécédent allergiques, un
diabète (risque de déséquilibre glycémique).
Il est impératif de signaler tout traitement anticoagulant (ex : Plavix, Kardégic, héparine,
AVK type Sintrom, Préviscan ou Coumadine…) bien avant le geste, et de voir avec le
médecin ayant introduit le traitement s’il est possible de le suspendre ou de faire un relais
médicamenteux.
Un bilan de coagulation avec numération plaquettaire sont systématiques.
Il n'est pas nécessaire d'être à jeun.
Il est recommandé de bien laver la peau autour de l’articulation la veille et le matin de
l'infiltration. Il ne faut pas raser la peau.
Qu’elles sont les effets secondaires et les complications ?
Ce geste est généralement très bien toléré. Les complications graves sont exceptionnelles.
- Dans les heures et jours qui suivent, une recrudescence des douleurs lombaire ou au point de
ponction sont possibles.
- L'infection est une complication possible dont le risque reste extrêmement faible compte
tenu des précautions prises. Néanmoins, si au décours de la procédure fièvre, gonflement
articulaire et douleur croissante apparaissent, il convient de consulter immédiatement votre
médecin généraliste ou éventuellement de vous rendre rapidement à l'hôpital.
- Une attention particulière est portée au patient diabétique, qui présente un risque accru de
complication infectieuse et chez qui une éventuelle décompensation transitoire du diabète est
possible.
- Un saignement au point de ponction est possible, avec rare hématome.
- Une réaction allergique au produit de contraste peut survenir dans de rare cas.
Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le médecin radiologue qui doit
vous faire ou qui vous a fait l'infiltration (04 68 61 65 16).
Je reconnais avoir pris connaissance des informations,
Nom prénom et signature
Fiche à remettre au secrétariat du service à votre arrivée
date
Téléchargement
Explore flashcards