2. Différents sens en ancien français

advertisement
Fiche de Vocabulaire
CONSEIL , n.m:
1. Étymologie du mot
A l'origine, le mot « conseil » est emprunté du latin classique consilium qui qualifie « l'endroit où
on délibère » puis par métonymie « consultation, délibération » avant d'être affecté plus tard au sens
de « projet, dessein » dans la langue commune ; plus précisément « dessein mûri et réfléchi »,
Nous pouvons noter que le terme consilium est lui même dérivé de consulere qui signifie
« consulter ».
On comprend alors que le mot est essentiellement utilisé dans un contexte juridique ou politique,
plus généralement au domaine des relations entre individus, axées sur le futur, sur un projet,
Dans son évolution linguistique, on trouve deux graphies différentes au mot : en ancien français
- conseil
- consel
2. Différents sens en ancien français
Bien que « conseil » possède plusieurs sens qui relèvent du même registre, dans un contexte
médiéval, il est important de distinguer ces sens de part leur singularité :
- Délibération intérieure, réflexion
- Décision
- Sagesse ;
« ne mettre nul conseil en soi » ou encore « ne savoir nul conseil en soi » sont deux
expressions qui mettent l'accent sur l'idée de ne pas savoir s'aider, s'ingénier pour se mettre en
contraste avec cette idée de sagesse
- Conseil, avis, sentiment
- Aide, secours, appui
- Secret ; notamment avec les locutions « a conseil » et/ou « en conseil » qui signifient donc « en
secret »,
3. Evolution du mot ; sens en français moderne
En, (Rabelais et Montaigne ne relèvent pas du moyen français. Période du moyen français : XIVXV siècles). les sens du mot « conseil » ne changent guère :
L'idée de la réflexion, de la délibération (aussi bien interne qu'externe) demeure :

« Ils se guident par sort, non par conseil » Rabelais
De même que la dimension de l'intention (le dessein, le projet), de l'avis, de l'opinion :

« Les conseilz des femmes y seront-ils receus ? Luy dict-elle » Montaigne
La notion liée à la sagesse subsiste avec une orientation sur l'habilité qui en découle.
Néanmoins, une nouvelle ligne sémantique se dégage : qui n'est pas si nouvelle en soi, dans le sens
où « conseil » reprend la signification d'une réunion de personnes pour examiner un problème et
donner leur avis soit, le sens rapproché de la racine latine consilium.
Par la suite, le français classique conserve et entretient les sens de « conseil » jusqu'à les utiliser
dans des expressions ou locutions proverbiales qui ont persisté jusqu'à nous jours :

« Prendre conseil » et se décider après, soit le sens actuel de « demander un avis » qui se
Fiche de Vocabulaire
rencontrait déjà au XVIIème siècle.

« La nuit porte conseil » (1611) avec le sens d' « avis que l'on donne à quelqu'un sur ce qu'il
doit faire » ; sens qui a reçu une spécialisation dans la langue religieuse '1690, Les Conseils
évangéliques) qui l'oppose à précepte.

« Croire conseil » c'est-à-dire demander un avis comme on peut lire en 1711 avec Saint
Simon : « Je crus Monseigneur sauvé et voulus demeurer chez moi, néanmoins je crus conseil,
comme j'ai fait toute ma vie ».
Il faut faire attention également à l'emploi de « conseils » dans sa forme plurielle et son usage
théologique qui signifie alors les desseins de la Providence divine : « Dieu rapporte tous ses
conseils à la conversation de sa sainte Église » et par métonymie, « la sagesse, les principes qui
dirigent une personne dans la vie » (1686, Bossuet).
Le sens actuel de « avis, recommandation » était déjà usuel au XVIIème siècle comme on peut le
voir chez Racine « J'ai suivi tes conseils, je meurs déshonorée » Phèdre v.838 . Mais plus encore,
l'idée de « Conseil » en tant qu' »assemblée délibérante »,qu'institution professionnelle ou
spécialiste d'un domaine, se développe considérablement jusqu'au français moderne d'aujourd'hui,
avec l'essor de la bureaucratie ; à l'heure actuelle, on recense un nombre conséquent de
« conseils » : conseil des ministres, conseil régional, conseil de discipline, conseil juridique,
exemples parmi tant d'autres.
4. Paradigme morphologique
 En français moderne :
 Conseiller/ère (n.m/f.) Consultant /e (n.m/f.) dans un emploi métonymique, le sens de « personne
qui porte conseil, donne des conseils » a disparu au profit du terme conseiller suivi consultant,
 Conseiller (verbe)
 Conseilleur/euse (n.m/f.) : ce dit d'une personne qui a la manie de donner des conseils.
 En ancien français :
 Conseillable (adj.) de bon conseil
 Conseilleement (adv.) après mûre délibération
 Conseillement (substantif m.) conseil ; avis ; conférence, pourparler secret ; délibération,
résolution ; les conseillers, le conseil
 Conseillerie (s.f .) charge de conseiller
 Conseilleur (s.m.) consul
 Conseilleüre (s.f.) conseil
 Conseillier (verbe) secourir, aider ; diriger, gouverner ; décider, arrêter après délibération ;
délibérer à voix basse, chuchoter ; tenir conseil ; (verbe réfléchi) se consulter, réfléchir, se décider,
résoudre ; (participe passé) disposé, décidé
5. Paradigme sémantique
 Synonymes de « conseil » (liste non exhaustive)
 1er sens -d'une idée abstraite- : avis, avertissement, recommandation, consigne, leçon, suggestion
 2ème sens -d'un individu- : conseiller, mentor, préconisateur, guide, consultant
 3ème sens -d'une institution- : réunion, assemblée, bureau, tribunal, séance, cabinet, chambre
Fiche de Vocabulaire
 Antonymes de « conseil » (liste non exhaustive)
 1er sens : déconseiller, contre-indication, interdiction, détourner, dissuader
 2ème sens : adversaire
6. Sens en contexte médiéval (voire Renaissance)
Dans Aucassin et Nicolette (fin XIIème, début XIIIème siècle) « Aucassins […] prendés consel que
vous ferés » ; ici, nous trouvons « conseil » dans son sens de délibération intérieure, d'une réflexion.
Puis, La Châtelaîne de Vergi (milieu XIIIème siècle) « si avient que cil joie en pert Qui le conseil a
découvert » ; avec cet autre exemple, nous faisons plutôt face à « conseil » dans son sens de secret.
Plus tard, en moyen français, c'est à nouveau la dimension d'une réflexion que nous retrouvons
conseil chez Rabelais (début XVIème siècle) : « Ils se guident par sort, non par conseil ».
Téléchargement