Telechargé par dvietgbato

Mémoire Diomandé Viet

publicité
REPUBLIQUE DE COTE d’IVOIRE
Union-Discipline-Travail
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
ÉCOLE SUPÉRIEURED’A
AGRONOMIE (ESA)
Cycle des Ingénieurs des Techniques Agricoles
Agricol
Ferme Agropastorale
de l’ALLUI
MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES
Pour l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles(
gricoles(DITA)
Option : ELEVAGE
Thème :
DIAGNOSTIQUE DU SYSTEME D
D’ELEVAGE
DE POULET DE CHAIR DE LA FERME
AGROPASTORALE DE L’ALLUI
L ALLUI
Présenté par
DIOMANDE Viet Gbato Parfait
Élève ingénieur
ngénieur des techniques agricoles de la promotion 41
Soutenu le 05/12/2018
Jury :
Président
M. OUATTARA ZANA
Encadreur pédagogique
Dr. YAPI Yapo Magloire
Encadreur de terrain
M. KOUADIO Kouassi François
Assesseur
Dr. KONE Gningniny Alain
Assesseur
M.KOUADIO Kouame Bertin
Année académique 2017-2018
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES .................................................................................. 2
DEDICACE ........................................................................................................... 5
AVANT-PROPOS................................................................................................. 6
REMERCIEMENT ............................................................................................... 7
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................. 8
Liste des Figures .................................................................................................... 9
Liste des Tableaux ................................................................................................. 9
Liste des Annexes.................................................................................................. 9
RESUME ............................................................................................................. 11
ABSTRACT ........................................................................................................ 12
INTRODUCTION ............................................................................................... 13
Généralités ........................................................................................................... 15
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ........................... 16
1-1
Présentation Du District Autonome De Yamoussoukro......................... 16
1-2
Présentation de la localité de Subiakro ................................................... 16
1-2-1 Climat ............................................................................................... 17
1-2-2 Relief ................................................................................................ 17
1-2-3 Démographie ................................................................................... 18
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCEUIL ......... 18
2.1- Historique ............................................................................................... 18
2.2- Description de la ferme de l’ALLUI ...................................................... 18
2.3- Localisation de la structure ..................................................................... 18
2.4- Objectifs .................................................................................................. 19
2.5- Système d’exploitation ........................................................................... 19
2.6- Organisation Administrative de la Ferme Agropastorale de l’ALLUI .. 19
2.6.1- Comité de Direction .......................................................................... 19
2.6.2- Président du Comité de Direction....................................................... 19
2.6.3- Responsable Financière.................................................................... 19
2.6.4- Responsable Administratif et Comptable ...................................... 20
2.6.5- Responsable de Production et de Commercialisation ................... 20
2.6.6- Responsables des Elevages ............................................................... 20
P a g e 2 | 73
2.6.7- Moyens humains ................................................................................. 21
CHAPITRE III : GENERALITE SUR LE POULET DE CHAIR ..................... 21
3-1
Caractéristiques....................................................................................... 21
3-1-1. Le tube digestif des poulets de chair ............................................. 21
3-1-2. La respiration chez le poulet de chair .......................................... 22
3-2
Elevage de poulet de chair ................................................................... 22
3-2-1. Choix du site.................................................................................... 22
3-2-2. Les bâtiments d’élevage ................................................................. 23
3-2-2-1 La litière .......................................................................................... 23
3-2-2-2 L’éclairage ....................................................................................... 23
3-2-3. Les caractéristiques de l’élevage du poulet de chair ................... 23
3-2-4. Le matériel d’élevage ..................................................................... 24
3-3
Alimentation .......................................................................................... 24
3-4
Besoins nutritionnels ............................................................................ 25
3-5
La prophylaxie sanitaire ...................................................................... 25
3-5-1 Le nettoyage .................................................................................... 26
3-5-2 La désinfection ................................................................................ 26
3-5-3 Le vide sanitaire.............................................................................. 26
3-6
La prophylaxie médicale ...................................................................... 27
3-7
Conduite de l’élevage ............................................................................. 27
3-7-1 Démarrage des poussins................................................................. 27
3-7-2 La conduite de l’alimentation........................................................ 29
3-8
Homogénéité d’une bande de poulet de chair .................................... 29
3-8-1. Définition de l’homogénéité d’une bande de poulet de chair ..... 29
3-8-2. Facteurs de variation de l’homogénéité des poulets de chair .... 30
Matériels méthodes.............................................................................................. 33
CHAPITRE IV : MATERIELS........................................................................... 34
4-1
Matériel biologique................................................................................. 34
4-2
Matériel technique .................................................................................. 34
4-2-1 Infrastructures d’élevage ............................................................... 34
4-2-2 Equipements d’élevage. ................................................................. 34
4-2-3 Produits vétérinaire........................................................................ 34
P a g e 3 | 73
4-3
Les outils ................................................................................................. 34
CHAPITRE V METHODE ................................................................................. 35
5-1
Objectif général..................................................................................... 35
5-2
Objectifs spécifiques ............................................................................. 35
5-3
Outil de diagnostique............................................................................ 35
5-4
Analyse technique du système d’élevage ............................................ 35
5-4-1. La collecte des données .................................................................. 35
5-5
Evaluation des performances économiques ....................................... 38
5-5-1. Evaluation de la gestion technico-économique. ........................... 38
5-5-2. Méthode d’analyse financière .......................................................... 39
5-6
Analyse des données ............................................................................... 40
5-6-1. Comparaison des données ................................................................ 40
5-6-2. Méthode d’analyse des deux comptes de résultat ............................ 40
Résultats et Discussions ...................................................................................... 41
CHAPITRE VI : RESULTATS .......................................................................... 42
6-1
Analyse technique du système d’élevage ............................................... 42
6-1-1 La performance des sujets. ............................................................... 42
6-1-3 Les équipements d’élevage .............................................................. 42
6-1-4 L’environnement d’élevage.............................................................. 44
6-1-5 La conduite de l’élevage................................................................... 44
6-1-6 Taux d’homogénéité, et coefficient de variation de la bande .......... 51
6-2
Analyse économique............................................................................... 52
6-2-2 Analyse financier .............................................................................. 53
Nature des charges............................................................................................... 59
Amortissements par bande ............................................................................... 59
CHAPITRE VII : DISCUSSIONS ...................................................................... 62
CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATION ............................... 66
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................. 67
ANNEXES .......................................................................................................... 70
P a g e 4 | 73
DEDICACE
Je dédie ce travail à
ma famille.
P a g e 5 | 73
AVANT-PROPOS
Le présent rapport est réalisé en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur des techniques
agricoles option ELEVAGE. Il constitue la dernière étape des études effectuées à l’Ecole
Supérieure d’Agronomie (ESA) de l’Institut Nationale Polytechnique Félix HouphouëtBoigny (INP-HB) à Yamoussoukro, Côte d’Ivoire. En effet, dans l’objectif de compléter notre
formation théorique et nous permettre de nous imprégner de la recherche et du
développement, nous, élèves ingénieurs des techniques, devons effectuer un stage d’une durée
de 4 à 6 mois selon les objectifs de la structure d’accueil. Ce stage doit contribuer à la mise en
application des différents cours qui nous ont été dispensés durant notre cycle de formation. Il
a lieu en entreprise, au sein d’une unité de recherche ou d’un organisme de développement ou
de production agricole. C’est dans ce contexte que nous avons effectué un stage sur la période
de quatre mois à la FERME AGROPASTORALE DE L’ALLUI sur le thème «
DIAGNOSTIC DU SYSTEME D’ELEVAGE DE POULET DE CHAIR DE LA FERME
AGROPASTORALE DE L’ALLUI. »
L’intérêt de cette étude est de contribuer à la prise de décision en vue de la rentabilisation
de l’activité d’élevage de poulet de chair à l’horizon 2020. Ce stage nous a permis non
seulement de renforcer les acquis de notre formation, mais aussi de nous familiariser aux
réalités de notre domaine d’application. Il nous a permis également d’évaluer notre esprit
d’analyse et de synthèse. En somme ce fut une expérience très enrichissante. Le stage s’est
déroulé sous la supervision technique de M. KOUADIO FRANCOIS technicien supérieur,
chef d’exploitation de la dite ferme et de Dr YAPI YAPO MAGLOIRE, enseignant chercheur
à l’INP-HB au département ARA, mon encadreur pédagogique. Tous deux m’ont fait
bénéficier de leur expertise, leur très grande disponibilité et de leur amour pour le travail bien
fait.
P a g e 6 | 73
REMERCIEMENT
Nous ne saurions présenter ce rapport sans exprimer notre reconnaissance à tous ceux qui,
de près ou de loin, ont contribué au bon déroulement du stage et à la rédaction de ce
document.
Nos remerciements vont tout d’abord aux institutions notamment l’INPHB et l’ESA et au
corps professoral qui ont permis notre formation tout au long de notre cursus académique.
Nos remerciements vont ensuite, de manière spéciale à l’endroit du Dr YAPI Yapo
Magloire, notre encadreur pédagogique, qui nous a aidés tout au long du stage, nous a
prodigué de précieux conseils et a conduit nos pas. Aussi, tenons-nous à remercier M
KOUADIO François, notre maître de stage et M LEHITO Gnakoury qui nous a donné
l’opportunité de faire ce stage.
Enfin, nous remercions l’équipe administrative de la ferme Agropastorale de
l’Allui, pour son accueil.
Nous avons une pensée spéciale pour toutes les personnes qui ont contribué de
diverses manières à l’aboutissement de ce travail ; qu’elles trouvent ici l’expression de notre
profonde gratitude.
P a g e 7 | 73
SIGLES ET ABREVIATIONS
DFR-ARA
Département de Formation et de Recherche – Agriculture et Ressources Animales
DITA
Diplôme d’Ingénieur des Techniques Agricoles
ESA
Ecole Supérieure d’Agronomie
FACI
Société de Fabrication d’Aliments Composés Ivoiriens
FAA
Ferme Agropastorale de l’Allui
GMQ
Gain Moyen Quotidien
H%
Taux d’Homogénéité
IC
Indice de Consommation
INP-HB
Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny
IP
Indice de performance
ITA
Ingénieur des Techniques Agricoles
Kcal
Kilocalorie
MIRAH
Ministère des Ressources Animale et Halieutique
OAC
Œuf à couver
PIB
Produit Intérieur Brut
PM
Poids Moyens
PNIA
Programme National d’Investissement Agricole
PSDEPA
Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et de l’Aquaculture
RGPH
Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SIPRA
Société Ivoirienne de Productions Animales
SODEPRA
Société de Développement des Productions Animales
SODECI
Société de Distribution d’Eau de Cote d’Ivoire
TM
Taux de Mortalité
TH
Taux d’Homogénéité
P a g e 8 | 73
Liste des Figures
Figure 1: localisation géographique de la ville de Yamoussoukro ..................................... 16
Figure 2 : diagramme climatique Subiakro............................................................................ 17
Figure 3: Organigramme de la ferme agropastorale de l'ALLUI ....................................... 21
Figure 4: Appareil digestif de poulet de chair ..................................................................... 22
Figure 5: Evolution de poulet de chair ................................................................................ 24
Figure 6: Poussins présentant un signe de chaleur .............................................................. 43
Figure 7: Gain de poids enregistrés comparé au gain de poids de la souche ...................... 48
Figure 8: évolution du taux de mortalité ............................................................................. 50
Figure 9: Comparaison du cycle de production au cycle normal ........................................ 53
Figure 10: Facteurs impactant la croissance du poulet de chair .......................................... 64
Liste des Tableaux
Tableau 1: Normes d'équipement en élevage de poulet de chair......................................... 24
Tableau 2 : Besoins quotidiens des animaux ....................................................................... 25
Tableau 3 : Densité des poussins et équipements dans le bâtiment..................................... 43
Tableau 4: Composition de l'aliment utilisé ........................................................................ 46
Tableau 5: Poids moyens ..................................................................................................... 47
Tableau 6: Indices de consommation .................................................................................. 49
Tableau 7: Taux d’homogénéité, et coefficient de variation ............................................... 51
Tableau 8: tableau de vente prévisionnelle.......................................................................... 54
Tableau 9: Compte d’exploitation prévisionnelle ............................................................... 55
Tableau 10: Compte de résultat prévisionnel d’une activité normale ................................. 56
Tableau 11 Produits vétérinaires utilisé............................................................................... 57
Tableau 12: Cout de l'alimentation durant l'activité ............................................................ 57
Tableau 13: inventaire des amortissements ......................................................................... 58
Tableau 14: Récapitulatif des charges fixes ........................................................................ 59
Tableau 15: Tableau de vente .............................................................................................. 59
Tableau 16: Compte d'exploitation...................................................................................... 60
Tableau 17 : Compte de résultat de l'activité....................................................................... 61
Tableau 18: Compte d'exploitation réel de notre activité .................................................... 61
Liste des Annexes
Annexe 1 : Fiche de suivis et prophylaxie de poulet de chair à la ferme Allui ................... 70
Annexe 2: Guide d'entretien des employer de la ferme ....................................................... 71
P a g e 9 | 73
Annexe 3: Magasin de stockage de la ferme Allui .............................................................. 72
Annexe 4: Bâtiment d'élevage à la ferme Allui avec le faîtage fermé ................................ 72
Annexe 5: Disposition des mangeoires et des abreuvoirs dans le bâtiment ........................ 73
P a g e 10 | 73
RESUME
Face aux problèmes de commercialisation lié à l’homogénéité des sujets en élevage de
poulet de chair que rencontre la Ferme Agropastorale de l’Allui, nous avons effectué un
diagnostic du système d’élevage de poulet de chair. Il avait pour but entre autres de
caractériser l’homogénéité de la bande de poulets de chair, connaitre les facteurs potentiels
qui influencent l’homogénéité des sujets et déterminer l’impact du manque d’homogénéité de
la bande sur la rentabilité de l’élevage.
Pour ce faire, nous avons suivis l’élevage une bande de poulet de chair à la ferme Allui.
Celui-ci nous a permis de montrer que la ferme Agropastorale de l’Allui dispose
d’infrastructure nécessaire pour rentabiliser l’élevage de poulet de chair mais les ressources
humaines et la bonne gestion des activités font défaut. En effet les paramètres zootechniques
enregistré ne sont pas dans les normes et cela est dû au non-respect des normes d’élevage et
de biosécurité. Cette situation s’exprime aussi par la mauvaise homogénéité enregistrée au
cours de l’élevage (Le taux d’homogénéité varie de 49,2 à 68 et le coefficient 1de varie 10,6 à
16.). Cette grande hétérogénéité des sujets a empiété la commercialisation et occasionné un
énorme perte (2 228 376 franc CFA) du fait du long séjour dans le bâtiment. Cette affirmation
est confirmée par une analyse financière. Toutefois nous recommandons une étude du marché
de poulet de chair dans le district de Yamoussoukro afin de déterminer le choix des
consommateurs en poulet de chair et la part de marché à combler.
Pour répondre à la préoccupation qui nous a été posée, nous avons proposé l’utilisation de
l’homogénéité comme un paramètre zootechnique au même titre que l’indice de
consommation, le gain moyen quotidien, le poids moyen. Il sera aussi intéressant de connaitre
l’historique des poussins d’un jour et par-dessus tous il faut améliorer les conditions
d’élevage de poulet de chair à la ferme Agropastorale de l’Allui.
Mots clés : Poulet de chair, Système d’élevage, homogénéité Ferme Agropastorale de
l’Allui
P a g e 11 | 73
ABSTRACT
Faced with the problems of marketing related to the homogeneity of the subjects in broiler
farming that meets the Agro pastoral Farm of Allui, we made a diagnosis of the broiler
breeding system. One of his aims was to characterize the homogeneity of the broiler band, to
know the potential factors that influence the homogeneity of the subjects and to determine the
impact of the lack of homogeneity of the band on the profitability of the breeding. .
To do this, we followed the breeding a band of broiler chicken at the farm Allui. This
allowed us to show that the Agropastoral Farm of Allui has the necessary infrastructure to
make profitable the breeding of broilers but the human resources and the good management of
the activities are lacking. In fact, the registered zootechnical parameters are not in the norms
and this is due to the non-respect of the breeding and biosecurity standards. This situation is
also expressed by the poor homogeneity recorded during rearing (The homogeneity rate varies
from 49.2 to 68 and the coefficient 1de varies from 10.6 to 16.). This great heterogeneity of
subjects has encroached on commercialization and caused a huge loss (2,228,376 CFA francs)
due to the long stay in the building. This statement is confirmed by a financial analysis.
However, we recommend a study of the broiler market in Yamoussoukro District to determine
the choice of broiler consumers and the market share to be filled.
To answer the concern that was posed to us, we proposed the use of homogeneity as a
zootechnical parameter in the same way as the consumption index, the average daily gain, the
average weight. It will also be interesting to know the history of day-old chicks and above all
it is necessary to improve the breeding conditions of broilers at the Agropastoral farm of
Allui.
Key words: Broiler, Breeding system, homogeneity Agropastoral Farm of Allui
P a g e 12 | 73
INTRODUCTION
En Côte d’Ivoire, comme dans la plupart des pays en voie de développement, le grand défi
depuis l’indépendance est de couvrir les besoins alimentaires de la population, surtout en
matière de protéines d’origine animale. Cependant, l’élevage classique (ovin et bovin) n’a pas
pu couvrir ces besoins à cause de différentes contraintes, à savoir le désintérêt sociologique, la
technicité et la longueur de cycle biologique… (Djiakariya ; 2013)
Le développement de l’aviculture moderne a été impulsé par l’Etat à travers la Société de
développement des Productions Animales (SODEPRA) créé en 1972. En 2005, l’Etat instaure
une loi des finances qui institue le relèvement de la taxe compensatoire sur l’importation de
volaille en Côte d’Ivoire. Cette décision a pour but de protéger la production avicole locale.
En 2012, l’une des meilleures opérationnalisations du Programme National d’Investissement
Agricole (PNIA) et du Plan National de Développement (PND 2012-2015), fut le Plan
Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et de l’Aquaculture (PSDEPA).
L’impact avicole recherché dans le PSDEPA est d’atteindre, à l’horizon 2020, une offre locale
de 2 kg de viande de volaille et 56 œufs de consommation par habitant par an, soit une
production de près de 60 000 tonnes de viande et 1,678 milliards d’unités d’œufs de
consommation. A mi-parcours d’exécution de ce plan, la Côte d’Ivoire a atteint le niveau de
44000 tonnes de viande soit environ 1,96 kg/habitant et plus de 1,48 milliards d’unités d’œufs
de consommation en 2015, soit 64 kg /habitant. Le dynamisme de ce secteur s’est également
traduit par l’augmentation du nombre d’aviculteurs qui est passé de 1500 en 2006 à environ
2200 en 2015, et l’installation de plus d’une trentaine d’entreprises dans les autres maillons de
la filière à savoir la provenderie, l’accouvage et la transformation des produits avicoles. Les
investissements dans cette filière ont permis d’augmenter la capacité d’accouvage de 40
millions de poussins en 2011 à 70 millions de poussins en 2015 (MIRAH ; 2016).
Ces résultats bien que captivants, il existe encore des paramètres techniques mal maitrisé
par certains aviculteurs ivoiriens qui impactent la production avicole. Ce qui semble être le
cas de la ferme agro-pastorale de l’Allui.
La ferme agro-pastorale est une petite et moyenne entreprise familiale située à Subiakro ;
village de la commune de Yamoussoukro. Cette ferme compte plusieurs ateliers de
productions animales (ruminants, volaille, et cunicole). Elle a pour objectif d’être un grand
label de la production animale et végétale en Côte d’Ivoire, être un grand centre de formation
pour les étudiants du domaine agronomique et la réduction de la pauvreté et du chômage en
offrant des opportunités de travail.
P a g e 13 | 73
Cette ferme agro-pastorale a un souci qui empiète l’atteinte de ces objectifs. Ce souci se
situe au niveau de la cellule de production de poulet de chair. En effet, selon le chef
d’exploitation, à la fin de la phase d’élevage de ses bandes de poulet, les poulets de la même
bande ne sont pas homogènes ce qui engendre un trie pendant les prélèvements. Cette
situation aboutit à la chute du prix de vente des poulets et occasionne un long séjour des sujets
dans les bâtiments, donc crée des coûts supplémentaires. Face à cette situation, il est
nécessaire de mener une étude pour trouver une solution fiable au problème.
Dans l’optique d’apporter notre contribution pour trouver une solution durable au
problème qui se pose le thème suivant nous a été soumis : « Diagnostic du système d’élevage
de poulet de chair de la ferme agro-pastorale de l’Allui ». Le présent mémoire qui
récapitule le travail réalisé sera articulé comme suit :

Une première partie consacrée à la généralité qui fera une présentation de la structure
d’accueil et sa localisation géographique, une généralité sur la matière active de notre
étude et une revue de littérature sur notre problématique ;

Une deuxième partie relative au matériel et méthodes utilisées pour mener à bien cette
étude :

Une troisième partie qui présentera les résultats obtenus l’or de ce travail, les
discussions de ces résultats et des suggestions pour améliorer l’homogénéité d’une
bande de poulet de chair.
P a g e 14 | 73
Généralités
P a g e 15 | 73
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE
1-1 Présentation Du District Autonome De Yamoussoukro
Gros bourg rural baoulé à l’origine devenu poste coloniale français en 1906, le chef-lieu du
District, Yamoussoukro fut érigé en chef-lieu de sous-préfecture en 1960 après
l’indépendance de la Côte d’Ivoire, puis en chef de département et en chef-lieu de région en
1990 Politique de la Côte d’Ivoire depuis 1983 et chef-lieu du District depuis le 21 janvier
2002. Avec son statut de collectivité territoriale de type particulier, sa population estimée à
300 000 habitants est composée d’autochtones Akouè et Nanafouè auxquels s’ajoutent les
allogènes venus des autres régions de la Côte d’Ivoire. (District-Autonome-deYamoussoukro, 2017)
Source : maps of wold, 2014
Figure 1: localisation géographique de la ville de Yamoussoukro
Le district autonome de Yamoussoukro compte quatre sous-préfectures que sont
Attiégouakro, Kossou, Lolobo, et la sous-préfecture de Yamoussoukro. Subiakro village où se
situe notre structure d’accueil appartient à la sous-préfecture de Yamoussoukro.
1-2 Présentation de la localité de Subiakro
Subiakro est situé à 5Km de la ville de Yamoussoukro sur l’axe Yamoussoukro Oumé. La
localité de Subiakro est un chef-lieu de commune de la sous-préfecture de Yamoussoukro.
L’actuel chef de village est Nanan Kouassi Elisé. La population autochtone de subiakro est
d’ethnie baoulé Akouè. En plus de cette population autochtone on trouve aussi des
Allochtone, Allogènes (les autres types de Baoulé, les Bété, Agni, Senoufo, Togolais,).
L’économie de ce village est basée sur l’agriculture notamment la culture de riz irrigué, les
cultures de rentes (Cacao, Anacarde qui est en phase d’introduction) ; surtout l’igname, le
P a g e 16 | 73
manioc et le maraicher. Subiakro dispose d’une école primaire, d’un dispensaire, d’une école
maternelle et de plusieurs fermes avicoles dont la plus grande est la ferme agros pastorale de
l’Allui qui est notre structure d’accueil.
1-2-1
Climat
Source : Climate-Data, 2018
Figure 2 : diagramme climatique Subiakro
Une différence de 159 mm est enregistrée entre le mois le plus sec et le mois le plus
humide. Quant à la température 3,1 °C de variation sont affichés sur l'ensemble de l'année.
1-2-2
Relief
Comme sur toute l’étendue du territoire du District Autonome de Yamoussoukro, le relief
est de type plaines et plateaux. On peut distinguer plusieurs niveaux de plateaux étagés, entre
200 et 500 mètres, séparés les des autres par un talus de faible hauteur (10 à 30 mètres).
P a g e 17 | 73
1-2-3
Démographie
La population du village de Subiakro est estimée à 2877 dont 1432 hommes et 1445
femmes. La population autochtone de Subiakro est Baoulé de type Akouè, En plus de cette
population autochtone on trouve aussi des Allochtone, Allogènes (les autres types de Baoulé,
les Bété, Agni, Senoufo, Togolais,). (INS RGPH, 2015)
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCEUIL
2.1-
Historique
La ferme agropastorale de l’ALLUI a été créée en 2014 par M. KOUAME Dieudonné.
C’est à cette date qu’il a commencé la construction des bâtiments d’élevage et les dortoirs des
futurs ouvriers. Les activités d’élevage ont réellement commencé le 23 mars 2015 avec une
mise en place d’élevage des poules pondeuses d’un effectif de 2300 sujets. Après la première
mise en place, il augmente son cheptel avec trois autres bâtiments de 2000 sujets chacun. Au
fil du temps, il est confronté à une forte demande en viande et surtout celle de la volaille sur le
marché. Fort de cela, M. KOUAME se lance dans l’élevage des poulets de chair et d’autres
spéculations animales en 2016. Aujourd’hui l’on y trouve plusieurs élevages à savoir
l’élevage cunicole et des ruminants (caprins, ovins et bovins) en plus de ceux cités en amont.
2.2-
Description de la ferme de l’ALLUI
Elle a une superficie cadastrale de 37 ha. Une superficie de 6 ha est aménagée pour
l’aviculture et abrite les bâtiments d’exploitation, des habitations pour les travailleurs,
plusieurs points d’eau et la plus grande partie réservée à l’élevage des ruminants et aux
plantations. L’activité avicole est composée de 09 bâtiments d’élevages dont 06 (six) pour les
poules pondeuses, 03 (trois) pour les poulets de chair. Juste à côté de cela, on trouve un
clapier de 200 lapins.
2.3-
Localisation de la structure
La ferme agropastorale de l’ALLUI est située à 1,2 km du village de Subiakro, environ 15
km du centre-ville, précisément sur l’axe routier menant aux villages Tchedjebo et
Kroukroubo dans la commune de Yamoussoukro.
Route subiakro- Koukroubo
P a g e 18 | 73
2.4-
Objectifs
L’objectif premier de la ferme est d’être un LABEL dans le domaine de la production
animale et végétale à l’horizon 2020. Cette vision sera effective dans une grande campagne de
production et commercialisation des produits végétaux et animaux tant au niveau national
qu’au niveau de la sous-région pour satisfaire de la demande en protéines animales et
végétales. Elle a aussi le souci d’appuyer pédagogiquement la formation des étudiants dans le
domaine agricole et la réduction de la pauvreté et du chômage en leur offrant une opportunité
de travail après les stages.
2.5-
Système d’exploitation
Le système de production est plus accentué sur les productions animales que les
productions végétales. L’aviculture et la cuniculture sont pratiquées de façon intensive (les
animaux sont nourris avec l’aliment industriel, habitat moderne, et soins vétérinaires
préventifs et curatifs) et semi-intensive pour les ruminants. En outre, la production
d’importantes quantités de fientes issues de l’élevage de poules est utilisée pour
l’amendement des sols et la fertilisation des surfaces destinées pour la production végétale.
2.6-
Organisation Administrative de la Ferme Agropastorale de l’ALLUI
2.6.1- Comité de Direction
C’est l’entité dont la tâche est la prise des décisions dans le but de leur exécution sur le
terrain pour la bonne marche des activités de la ferme. Elle est composée du Président du
Comité de Direction, de la Responsable Financière, du Responsable Administratif et
Comptable et du Responsable de Production et de Commercialisation.
2.6.2- Président du Comité de Direction
Il préside le Comité de Direction et est Chargé de convoquer les réunions entre membre du
Comité de Direction afin de prendre des décisions concernant le bon déroulement de la ferme.
2.6.3- Responsable Financière
La responsable financière a en sa charge les financements et investissements de toutes les
activités concernant la ferme. Elle est également de la validation des budgets et du contrôle
quant aux décaissements et aux versements sur le compte bancaire de la ferme.
P a g e 19 | 73
2.6.4- Responsable Administratif et Comptable
Le responsable administratif et comptable a un rôle d’actions et use de manières de
gestion, d’administration et de direction et d’organisation du personnel de la ferme. Il a
également un rôle de gestion de la comptabilité de la ferme.
2.6.5- Responsable de Production et de Commercialisation
Le responsable de production et de commercialisation conduit la prospection des marchés
et établit le plan de commercialisation des produits finis des unités de production.
2.6.6- Responsables des Elevages
Le rôle du responsable des élevages est de planifier, d’exécuter et de contrôler toutes les
tâches techniques et économiques sur la ferme. Il propose un plan d’exécution au Comité de
Direction qui une fois validé entre en vigueur dès la date de validation. Il doit rendre compte
de chaque activité au Comité de Direction. Il travaille avec tous les responsables de chaque
spéculation qui est des techniciens supérieurs et qui doivent lui rendre compte à leur tour.
P a g e 20 | 73
2.6.7- Moyens humains
Le personnel de la ferme est composé de cinq (05) soigneurs de deux (02) gardiens de
nuit ; d’un chauffeur, de 04 techniciens et un ingénieur.
Figure 3: Organigramme de la ferme agropastorale de l'ALLU
l'ALLUI
CHAPITRE III : GENERALITE SUR LE POULET DE CHAIR
3-1 Caractéristiques
Les volailles que sont les poulets de chair, appartiennent à la famille des Gallinacés Qui
possèdent l'organisation générale des oiseaux terrestres capables seulement d'effectuer des
vols à faible distance et caractérisés par un corps massif, des membres abdominaux
solidement musclés, des ailes réduites, un sternum fortement échancré présentant une crête
médiane peu saillante. De nombreux poulets de chair typiques ont des plumes blanches et une
peau jaunâtre. La plupart des poulets de chair commerciaux atteignent un poids d'abattage à
un âge compris entre quatre et sept semaines, bien que les races à croissance
roissance plus lente
atteignent le poids à l'abattage vers 14 semaines. (Anonyme, 2016)
3-1-1.
Le tube digestif des poulets de chair
Le bec est court et solide. Le tube digestif est celui des monogastriques particuliers que
sont les granivores, l’œsophage
œsophage est très dilatable, le jabot volumineux, le ventricule
succenturié glanduleux et le gésier très musculeux. Faute de dents, les aliments sont saisis par
le bec et déglutis sans être broyés.
royés. Les aliments s'humectent et se ramollissent dans le jabot où
ils s'imbibent de sucs gastriques sous l'action de mouvements de brassage d'ailleurs très
énergiques. Le broyage et le malaxage des aliments sont dévolus au gésier qui assure par des
P a g e 21 | 73
contractions par action très puissante qui fait rompre et éclater les enveloppes des cellules
végétales, libérant ainsi leur contenu qui pourra dès lors être attaqué par les ferments des
autres portions digestives à savoir essentiellement l'intestin grêle. Au niveau de l'intestin grêle, la digestion se caractérise par la rapidité du transit des aliments, ce qui est en partie
responsable de la faible digestibilité de la cellulose. Au terme de la digestion, deux types
d'excréments sont expulsés par les volailles : ceux provenant du cloaque qui sont consistants
recouverts plus ou moins d'une pellicule blanchâtre provenant de l’urine ; et ceux provenant
des caecums, matières brunes et molles qu'il ne faut pas confondre avec des matières
diarrhéiques. (Dalila, 2014)
Figure 4: Appareil digestif de poulet de chair
3-1-2.
La respiration chez le poulet de chair
Les volailles n'ont pas de glandes sudoripares ; l’appareil respiratoire est très complexe,
composé de poumons et de diverticules ou sacs aériens qui jouent un rôle très important dans
les mécanismes respiratoires.
3-2 Elevage de poulet de chair
3-2-1.
Choix du site
De nombreux facteurs sont à prendre en compte avant de choisir où implanter son élevage
de volaille la situation, l’exposition, le sol, l’orientation, la ventilation en sont des exemples.
En plus de ces facteurs la situation à proximité d’un centre de consommation de taille
importante, l’accès par une route praticable et la disponibilité en eauet d’électricité sur le site
sont des critères que le site doit remplir.(HUART, 2004b)
P a g e 22 | 73
3-2-2.
Les bâtiments d’élevage
Avant la création d’un bâtiment d’élevage avicole, il est essentiel de réfléchir sur son mode
d’implantation : l’orientation de la construction par rapport aux vents dominants et au soleil,
la qualité du sous-sol, et l’environnement en général. Le poulailler doit être construit en un
lieu non inondable, si possible sur une zone surélevée et perpendiculairement aux vents
dominants pour une bonne ventilation. La toiture doit être assez haute pour ne pas transmettre
la chaleur : 2,5 m pour les faces latérales et 4,75 m pour le sommet de la toiture. La largeur ne
doit pas dépasser 6 m pour assurer une bonne traversée de l’air. Les faces latérales doivent
être bien ouvertes pour une bonne aération.(DAYON, 1997)
3-2-2-1
La litière
Une litière à base de balle de riz ou de copeaux doit être étalée sur toute la surface du
bâtiment durant toutes les phases de l’élevage. Elle doit avoir une épaisseur d’environ 5 cm
car elle joue un rôle d’isolant et d’absorption des liquides. Elle limite le contact des poussins
avec leurs excréments. Pour conserver une bonne qualité de la litière il faut d’abord
régulièrement changer la litière, la fréquence de changement va dépendre du matériel de
litière (OLIVERE, 2010)
3-2-2-2
L’éclairage
Le poulailler doit être éclairé la nuit pour permettre au poulet de s’alimenter jour et nuit
afin qu’il croisse et s’engraisse rapidement. Ainsi les 10 premiers jours l’éclairage se fait
24h/24 à une intensité correspondant à celle de 2 ampoules de 40w pour 500 sujets. Par la
suite 1 ampoule de 40 w suffit avec une suspension de la lumière pendant 2 heures chaque
jour (de 19h à 21h).
3-2-3.
Les caractéristiques de l’élevage du poulet de chair
L’élevage du poulet de chair comprend 3 phases ; une phase de démarrage qui part du 1er
au14ème jour pendant laquelle les sujets sont véritablement à l’état poussin ensuite une phase
de croissance du 14ème au 28ème jour et enfin une phase de finition à partir du 28ème jour
P a g e 23 | 73
Source : (cobb ventress, 2014)
Figure 5: Evolution de poulet de chair
3-2-4.
Le matériel d’élevage
Il est composé de matériel de chauffage, de matériel d’alimentation et des matériels
accessoires à l’activité. Pendant leur jeune âge, les poussins ont besoin d’être chauffés. Pour
cela le matériel le plus utilisé est le radiant à gaz. Le matériel d’alimentation quant à lui est
composé d’abreuvoir et de mangeoire. Pour ce qui est du matériel accessoire il est composé
d’appareil de mesures, du petit outillage à savoir : un thermomètre, une balance pour le
pesage de l’aliment et des poulets ; des seaux pour la distribution de la nourriture et de l’eau
des bottes ou sandales qui doivent toujours être laissées à l’intérieur du poulailler.
Tableau 1: Normes d'équipement en élevage de poulet de chair
Nature d’équipement
Abreuvoir
Mangeoire
Eleveuse
Lumière
Âge des
sujets
1 à 14
14 à la
fin
1 à 14
14 à la
fin
1 à 14
Tout le
cycle
Type
Capacité
Norme
Siphoïde
Automatique rond
3 litre
/
1/100 sujets
1/150 sujets
Plateaux de diamètre 50
cm
Trémies
/
1/50 sujets
10 kg
1/15sujets
Radiant
Néon
/
/
1/600
1watt/m²
Source : (HUBBARD, 2015)
3-3 Alimentation
P a g e 24 | 73
Elle varie en fonction de plusieurs critères (température, ventilation et disponibilité de la
matière première) et doit être donnée en quantité suffisante et répondre aux besoins
nutritionnels de l’animal. En Côte d’Ivoire les matières premières utilisées en alimentation de
volaille sont majoritairement le maïs la farine de poisson, le tourteau de soja,
Les poulets sont des omnivores et les poulets de chair modernes ont accès à un régime
spécial composé d'aliments riches en protéines. Ceci est combiné avec des conditions
d'éclairage artificielles pour stimuler la consommation et la croissance et donc le poids
corporel souhaité. La consommation d’aliment conditionne la production du poulet et son
coût détermine son rendement économique.(HUART, 2004a)
3-4 Besoins nutritionnels
Les deux besoins majeurs que les volailles et donc les poulets de chair doivent trouver dans
leur alimentation sont L’énergie et la protéine. En plus de ces deux éléments majeurs d’autres
nutriments tels que les minéraux, les acides aminés les lipides et les vitamines sont aussi
importants dans l’alimentation du poulet de chair. Le tableau 1 présente les besoins quotidien
d’un poulet de chair.(ABDELOUAHAB, 2008)
Tableau 2 : Besoins quotidiens des animaux
Période en jours
Quantité (Kg)
Présentation
Protéine brute (%)
Energie métabolisable (Kcal/Kg)
Lysine (%)
Méthionine (%)
Phosphore (%)
Calcium (%)
Sodium (%)
Source : Huart et al,2004a
Démarrage
0-14 j
0,30
Miette
22
2900
1,26
0,51
0,78
1,00
0,15-0,18
Croissance
14-28 j
1,00
Granulé
21
3000
1,09
0,45
0,78
0,95
0,15-0,18
Finition
28-45
1,00
Granulé
19
3100
1,03
0,39
0,67
0,90
0,15-0,18
3-5 La prophylaxie sanitaire
La prophylaxie sanitaire est la protection des animaux contre les contaminations. Cette
protection commence par le contrôle des mouvements du personnel et des visiteurs sur la
ferme, ensuite s’assurer du nettoyage et la désinfection de tous les véhicules qui entre dans la
P a g e 25 | 73
ferme, il faut aussi avoir un bon programme de nettoyage, de désinfection et de vide
sanitaire.(BROU, 2018)
3-5-1
Le nettoyage
Le nettoyage est une étape importante pour réduire la population microbienne. Lorsqu’il est
bien effectué, 90% des bactéries du milieu sont éliminées (DUTIL, 2013). Le poulailler et
tout son environnement immédiat doivent être balayés.
Pour commencer il faut d’abord sortir le matériel de litière dès que le dernier poulet sort du
bâtiment, sortir le matériel d’élevage, les vider puis les détremper dans l’eau de javel les laver
après 24h. En suite dépoussiéré les murets le grillage, les chevrons et tous ce qui peut retenir
la plus petite portion de poussière. En fin laver le sol du bâtiment avec de l’eau savonnée et
une brosse.(FARAGO, 2005)
3-5-2
La désinfection
Elle peut se faire en 2 phases sur toutes les parties intérieures des bâtiments :

Une première désinfection juste après le lavage du poulailler par pulvérisation du
mélange suivant : 1 L d’eau de javel + ½ L de crésyl + 250 g de soude + 1 seau d’eau.
Il faut 3 seaux de ce mélange pour désinfecter un poulailler de 500 poulets.

Une deuxième désinfection qui est effectuée une semaine après la première. Pour cela
on utilise les produits désinfectants composés disponibles dans les pharmacies
vétérinaires
tels
que
le
Rémanol
ou
le
Virkon
(pentapotassium-
bis(peroxymonosulfate)-bis(sulfate).(FARAGO, 2005)
Les opérations de lavage et de désinfection doivent toujours se faire du haut vers le bas.
Tout matériel ou autre objet devant séjourner dans le poulailler doit être désinfecté.
3-5-3
Le vide sanitaire
Selon (HUART, 2004c)cette technique est le prolongement « logique » de la désinfection.
En effet, le nettoyage et la désinfection ont permis de détruire la presque totalité des
microorganismes ; cependant certains ont pu être épargnés et seront alors tués par les agents
physiques naturels : oxygène de l’air, rayons ultra-violets de la lumière solaire, dessiccation.
Le vide sanitaire ne doit pas être inférieur à 8 jours pour une salle, 15 jours pour un bâtiment
complet et un mois pour un élevage. (Anonyme, 2014)
P a g e 26 | 73
3-6 La prophylaxie médicale
La prophylaxie médicale est une prophylaxie qui fait intervenir les moyens médicaux c’est
à dire vaccination, médicaments...
Il est impossible de proposer un programme de valable pour toutes les régions du monde. Il
est donc recommandé de recourir aux conseil d’un spécialiste local a mesure d’élaborer un
plan de prévention adapté à la région considérée. Cependant la bonne préparation du vaccin et
les techniques de vaccination semble être universelle.(HUBBARD, 2010)
En Côte d’Ivoire la prophylaxie médicale vise en générale les maladies que sont le
Gumboro, le Newcastle et la coccidiose. Le Newcastle fait partie des maladies prioritaire en
Côte d’Ivoire.(MIRAH ; 2013). Ainsi a la ferme Allui le programme de prophylaxie médicale
est établir par le docteur un docteur vétérinaire de la ferme et s’articule comme présenté sur la
figure en Annex1
3-7 Conduite de l’élevage
3-7-1
Démarrage des poussins
3-7-1-1
La gestion des poussins
Les poussins subissent une série de transitions critiques durant les premiers 7-10 jours. Une
bonne gestion durant cette période, notamment en matière de l’alimentation s’avère
indispensable. Durant les dernières étapes de l’incubation et au moment de la naissance, les
poussins reçoivent les nutriments à travers le jaune de l’œuf (sac vitellin).(Loutondo, 2012)
Une fois à la ferme, on leur donne l’aliment initial en forme de miettes tamisée ou minigranules. Quand l’aliment arrive à l’intestin, la réserve vitelline résiduelle se mobilise. Si le
poussin s’alimente rapidement, il recevra l’impulsion initiale nécessaire pour la croissance. Le
sac vitellin résiduel donne au poussin une réserve d’anticorps et nutriments pour le protéger
durant les 3 premiers jours. Le normal est que le sac vitellin s’absorbe rapidement durant les
premières 48 heures
Si quelques poussins n’arrivent pas à manger durant 12 ou 3 jours, le lot sera hétérogène, et
son poids moyen à l’abattage connaîtra une réduction significative.(AVIAGEN, 2010)
3-7-1-2
La qualité des poussins
La qualité du poussin c’est l’interaction de la gestion, de la santé, et de la nutrition des
reproductrices, en plus de la manipulation de l’œuf durant l’incubation. Si a un poussin de
bonne qualité on offre un bon aliment et une bonne conduite durant le démarrage jusqu’à 7
jours, la mortalité devra être inférieure à 0,7 % et le poids standard s’obtiendra avec
uniformité.
P a g e 27 | 73
Le poussin, comme tout nouveau-né est fragile les premiers jours de sa vie. Il est très
sensible au froid et à toute forme de stress. C’est pourquoi il faut aménager une poussinière
dans laquelle on crée l’ambiance adéquate pour le développement du poussin.
3-7-1-3
Délimitation de la poussinière
La poussinière est délimitée par un cercle de démarrage. Pour cela on peut utiliser des
nattes tressées ; du carton ou du grillage. Il doit être assez haut (1 m) pour éviter que très tôt
les poussins commencent par sauter par-dessus.
La surface de la poussinière doit être prévue pour abriter au départ 25 à 30 poussins / m2.
Pendant les 2 premières semaines, la poussinière occupe ¼ de la surface totale du poulailler
nécessaire pour l’élevage de l’effectif mis en place. Au fur et à mesure de la croissance des
sujets, la poussinière est agrandie pour occuper :
-
½ du poulailler du 14ème au 21ème jour
-
¾ du poulailler du 21ème au 28ème jour
-
toute la surface du poulailler à partir 28ème jour.
3-7-1-4
Transport des poussins
Le transport des poussins doit se faire avec délicatesse pour limiter au maximum le stress.
Il doit se faire aux moments les plus frais de la journée Les poussins doivent être protégés des
courants d’air violents sans étouffer non plus.
3-7-1-5
La réception des poussins
Pendant leur installation dans la poussinière, il faut contrôler la qualité des poussins en
vérifiant s’il n’y a pas de traces de diarrhées, si certains n’ont pas l’abdomen enflé, s’il n’y a
pas beaucoup de cas de paralysies. Ces différents signes sont révélateurs de maladies.
Ensuite il faut vérifier s’ils ne sont blottis dans un coin si c’est le cas, régler le chauffage ou
vérifier s’ils ne subissent pas un courant d’air.
3-7-1-6
Le chauffage
Les premiers jours de sa vie, les poussins n’ont pas encore de plumes qui les protègent du
froid mais uniquement les duvets. Ainsi, à défaut d’être couvés par la poule mère, ils sont
chauffés à l’aide d’un chauffage artificiel. Il s‘agit le plus souvent d’un radiant à gaz.
Suspendu au-dessus des poussins (0.8 à 1 m), il doit être réglé pour procurer une température
homogène d’environs 34 degré au sol pendant la 1ère semaine. Ensuite la température est
P a g e 28 | 73
abaissée de 2° chaque semaine jusqu’à la 3ème semaine à partir de laquelle le chauffage est
suspendu.(DAYON, 1997)
Pendant la première semaine du démarrage, il faut éviter les courants d’air dans le
poulailler. Pour cela, il faut veiller à fermer les ouvertures avec de la toile en plastique ou des
sacs vides d’aliment. A partir de la 2ème semaine on commence à ventiler par des ouvertures
progressives.
Un chauffage correct des poussins se manifeste par leur répartition homogène dans la
poussinière.
3-7-2
La conduite de l’alimentation
C’est le facteur le plus important et le plus coûteux de tout élevage. Il est généralement
prévu 3 type d’aliment : l’aliment démarrage, l’aliment croissance et l’aliment finition. Ils
sont composés en fonction des besoins nutritionnels du stade de développement du poulet. La
provende est toujours conditionnée en sacs de 50 kg. 100 poulets de chair consomment au
bout de 45 jours en moyenne 50 kg (soit 1 sac) d’aliment de démarrage, 100 kg (soit 2 sacs)
d’aliment de croissance, 250 kg (soit 5 sacs d’aliment de finition).(HUART, 2004a)
La transition d’un type d’aliment à l’autre doit se faire progressivement. Par exemple pour
passer de l’aliment de démarrage à l’aliment poulette, on donne :
- Le 1er jour : 2/3 d’aliment démarrage et 1/3 de croissance ;
- Le 2ème jour : 1/2 d’aliment démarrage et 1/2 de croissance ;
- Le 3ème jour : 1/3 d’aliment démarrage et 2/3 de croissance
- Le 4ème jour : de l’aliment croissance uniquement.
Il s’agit du même scénario quand on passe de l’aliment de croissance à la finition
L’aliment et l’eau fraîche doivent être disponibles à volonté. L’eau dans les abreuvoirs doit
être renouvelée dès qu’elle est salie. Il faut éviter les fuites d’eau dans le poulailler car cela
favorise le développement des microbes. Il faut éviter de trop remplir les mangeoires pour
éviter que les poulets ne versent l’aliment.
(DAYON, 1997)
3-8 Homogénéité d’une bande de poulet de chair
3-8-1.
Définition de l’homogénéité d’une bande de poulet de chair
Selon le dictionnaire la rousse l’homogénéité se défini comme l’uniformité, et l’harmonie
d’un ensemble, d’un tout. En élevage de poulet de chair l’indicateur de cette uniformité est le
P a g e 29 | 73
poids des sujets de la même bande. L’homogénéité est aussi une mesure de la variation de la
taille des animaux dans un lot (DUTIL, 2013).
L’homogénéité est un bon indicateur de la qualité du processus de production : en effet
tout incident technique ou sanitaire, depuis la reproductrice de 1 jour jusqu’au poulet rendu
sur la chaîne d’abattage, aura un impact sur l’homogénéité des poulets au moment de
l’abattage. (Toudic, 2006).
3-8-2.
3-8-2-1
Facteurs de variation de l’homogénéité des poulets de chair
La gestion des reproductrices
Le poids des poussins est proportionnel à l’âge des reproducteurs parents entre 25 et 35
semaines puis tend à se stabiliser progressivement par la suite. En plus du facteur âge des
parents en ponte, la régularité de leur schéma de croissance dans les 6 et 8 premières semaines
de vie, la maîtrise ultérieure du rationnement, et une maturité sexuelle adaptée à la souche
sont les critères les plus déterminants de l’homogénéité des poussins. Cela implique au
minimum de bonnes conditions de démarrage, un rationnement modéré avant 6 semaines et
des poussinières obscures et bien équipées en matériel d’alimentation.
3-8-2-2
Conditions d’incubation et d’allottement des poussins
Rechercher une homogénéité maximale des poussins en calibrant des œufs provenant de
nombreux troupeaux donneurs d’âges très différents ou de périodes de stockage diverses ne
débouche pas sur une bonne homogénéité finale. D’une part, les œufs stockés ou en
provenance de parentales très jeunes demandent un temps d’incubation plus long que les
autres. Les poussins premiers nés risquent de se déshydrater avant la fin de l’éclosion. D’autre
part, l’association de microbismes différents est susceptible de détériorer l’état sanitaire
global du lot.
Par ailleurs, l’absence de préchauffage des œufs, surtout quand ceux‐ci ont été stockés,
rallonge le délai entre l’éclosion des premiers et des derniers œufs avec toujours le risque
associé de déshydratation des premiers nés.
Enfin, le mélange en élevage de poussins de troupeaux de plus de 35 semaines avec des
débuts de ponte détériore l’homogénéité. En effet, les besoins en température ambiante de
poussins issus de jeunes reproductrices sont de l’ordre de 2°C plus élevés que pour ceux de
reproductrices âgées : quelle que soit la température de consigne, une partie des poussins sera
P a g e 30 | 73
sous ou sur chauffée. Et le bon réglage des équipements d’abreuvement et d’alimentation
devient également problématique.
3-8-2-3
Conditions de démarrage
Des conditions de démarrage inadaptées sont la première cause d’hétérogénéité.(TOUDIC,
2006) La période de démarrage est un moment crucial dans la croissance des poussins car
selon le même auteur le gain relatif de poids quotidien est considérable en cette période. En
effet lors des dix premiers jours, les poussins augmentent leur poids de 20% par jour contre
4% entre 30 et 40 jours ; à condition de ne pas avoir à lutter pour leur survie. Car dans ce
dernier cas, ils utilisent alors le peu d’énergie disponible pour maintenir leurs fonctions
vitales.
Les poussins ne sont pas tous égaux à leur arrivée dans le poulailler. D’abord parce qu’à la
naissance ils ont une origine maternelle et des vécus embryonnaires différents, ensuite parce
qu’ils ont éclos à des moments différents, ont été transportés en des endroits différents d’un
camion et enfin que les conditions de vie ne sont jamais parfaitement égales en tous points
d’un poulailler.
Il est donc primordial de considérer un lot de poussins comme à priori constitué d’animaux
ayant des besoins très différents et de s’attacher à satisfaire ceux des plus faibles en
proscrivant l’application sans observation de méthodes de routine. A cette condition on est
certain de minimiser l’hétérogénéité.
3-8-2-4
Ventilation
Une étude mener par BELINE et GUIZIOU, (2005) montrait qu’en fonction de la
ventilation, la concentration d’ammoniac (NH3) variait de 0,8 à 32 ppm dans un bâtiment de
400 m².
Pour estimer l’impact de l’ammoniac sur les souches modernes deux essais ont été menés
en exposant les poulets à différents niveaux d’ammoniac (0,25, 50 et 75 ppm) pendant les
quatre premières semaines. Les résultats obtenus montraient qu’au final les poids des poulets
diminuent significativement de 6 à 9 % pour ceux soumis à des concentrations d’ammoniac
de 25 à75 ppm en comparaison avec ceux sans ammoniac. (Dozier et Zahedifar, 2004).
Deplus l’ammoniac à dose de 25 à 50 ppm peut influencer une réaction vaccinale avec le
virus de la bronchite infectieuse (Brugère-Picoux, 1992)
3-8-2-5
L’alimentation
P a g e 31 | 73
L’alimentation est un facteur déterminant de la croissance des animaux, la composition de
l’aliment aussi n’en est pas moins ainsi la carence en lysine, comme en d'autres acides
aminés, induit une hétérogénéité des performances de croissance (France Leclerc, 1994) car
les acides aminés sont les éléments constitutifs des protéines, et du muscle. De plus la
présentation et la conduite de l’alimentation pourraient avoir un impact sur l’ingestion de
l’aliment (M. PICARD, 2000) donc sur la croissance des volailles conduisant aussi à une
détérioration de l’homogénéité.
P a g e 32 | 73
Matériels méthodes
P a g e 33 | 73
CHAPITRE IV : MATERIELS
Les matériels utilisés sont composés du matériel biologique et matériel technique.
4-1 Matériel biologique
Le matériel biologique utilisé dans notre étude est composé de poussins de la souche
COBB 500fournir par la structure agréée d’Etat FACI et l’aliment industrielle fait à base de
végétaux.
4-2 Matériel technique
4-2-1 Infrastructures d’élevage
Les infrastructures d’élevage sont constituées de bâtiment. Les bâtiments font 400 m2
chacune en raison de 40 m de longueur et 10 m de largueur. Elles sont équipées chacune
de mangeoires, abreuvoirs (de différent âge) et un fut d’alimentation en eau pour chaque
bâtiment.
4-2-2 Equipements d’élevage.
Le matériel d’élevage est constitué d’abreuvoirs et de mangeoires de 1er et 2ième âge utilisé
pendant les périodes de démarrage, de croissance et de finition de l’élevage.
4-2-3
Produits vétérinaire
Les produits vétérinaires utilisés sur la ferme sont de différents types : à savoir des
antibiotiques
(tétracycline),
des
complexes
vitaminés
(LAPROCALCIUMTM),
les
anticoccidiens, des vaccins et des désinfectants.
4-3 Les outils
Il est constitué des outils de collecte de données tel qu’une balance d’épicier de portée
maximale de 12,5 kg ± 100 g, un peson dynamométrique ayant une portée maximale de 5 kg
± 50 g et un ruban métrique qui nous a permis de mesurer les masse (aliments, poussins,
produire). Ensuite Nous avons utilisé les outils d’enregistrement et de traitement de données
notamment un ordinateur, un cahier de suivi pour les enregistrements et le logiciel Excel 2013
pour les traitements. Hormis ces outils, un appareil photo pour la prise des images.
P a g e 34 | 73
CHAPITRE V METHODE
5-1 Objectif général
De façon générale l’étude a pour but Contribuer à améliorer les performances
zootechniques et économiques de l’élevage de poulet de chair à la ferme agro-pastorale de
l’Allui.
5-2 Objectifs spécifiques
De manière plus spécifique, il s’agira de :

Caractériser l’homogénéité de la bande de poulet de chair ;

Déterminer les facteurs influençant l’homogénéité de la bande ;

Déterminer l’impact du manque d’homogénéité de la bande sur la rentabilité de
l’élevage,
5-3 Outil de diagnostique
Pour faire le diagnostic de notre système d’élevage l’outil que nous avons utilisé est le
suivi d’élevage. Ce suivi est fondé sur l’observation directe des animaux et prend en compte
le temps. Cela permet de positionner clairement les événements de diverses natures (santé,
alimentation, ventes, mortalités...). Cette méthodologie est décrite par Alary.(Alary, 2009)
Des méthodes spécifiques nous ont permis d’approfondir notre analyse de système d’élevage
dans deux directions :

L’analyse zootechnique, à orientation technique, s’intéresse à la composante et à la
condition d’élevage du troupeau en étudiant ses performances et sa production ;

l’analyse économique prend en compte la multiplicité des produits et leur rythme
particulier de production, en étudie les modes de valorisation et les revenus.
5-4 Analyse technique du système d’élevage
Pour faire l’analyse technique de notre système d’élevage nous avons procédé par une
collecte des données, puis une analyse comparative des données collectées sur le terrain aux
normes découvertes par revue de littérature.
5-4-1. La collecte des données
La collecte des données s’est effectuée par une triangulation de méthodes comme suite :
5-4-1-1.
Entretient libre.
En premier lieu, nous avons procédé par un entretient libre avec tous les employé,
stagiaires et certains membres de la famille du promoteur fréquents sur l’exploitation (au total
P a g e 35 | 73
25 personnes entretenues). Ces entretiens traitaient des différents paramètres sociaux,
techniques et économiques dont les principaux sont l’historique de l’exploitation,
l’emplacement du site d’élevage tels que la région, localité, puis l’identité de l’éleveur et son
expérience.
5-4-1-2.
Observation directe et prise de mesure
La densité d’élevage des sujets a été évaluée pour chaque phase. L’évaluation a consisté à
ramener le nombre de sujets à l’unité de surface.
Quant aux matériels d’abreuvement et d’alimentation, les différents ratios (nombre de
matériel/nombre de sujets) ont été déterminés
La consommation d’eau et d’aliment est obtenue à partir des données inscrites par le
volailler sur la fiche d’élevage. A partir de ces données, les ratios eau/aliment ont été calculés.
Il s’agit de la quantité d’eau consommée pour 1 kg d’aliment ingéré. De plus, les valeurs
nutritives fournies sont issues de l’analyse bromatologique faite par la structure
d’approvisionnement (IVOGRAIN).
5-4-1-3.
Détermination des paramètres zootechniques
Les données ont été enregistrées sur une fiche de suivi (Annexe 1)
a- Poids Moyen (PM)
C’est un paramètre qu’on calcule après chaque pesée et qui permet de constater l’évolution
générale du poids des sujets. C’est le rapport de la somme de tous les poids par l’effectif total
des sujets pesés
=
somme des poids par pésée
effectifs total des sujets pesés
b- Gain Moyen Quotidien (GMQ)
Il permet d’apprécier la croissance journalière de chaque sujet. Il correspond à la variation
des poids sur le nombre de jours entre deux pesées
=
Poids inal − Poids initial
é
P a g e 36 | 73
c- Indice de consommation (IC)
L’indice de consommation permet de déterminer la quantité d’aliment qu’un sujet doit
consommer pour obtenir un kg de viande. Il s’obtient par le rapport de la quantité d’aliment
par la variation de poids
=
quantité d aliment consommé
poids inal − poids initial
d- Taux de viabilité
Il détermine le pourcentage de sujets vivants, c’est le rapport entre l’effectif disponible et
l’effectif de départ
=
nombre de sujets vivants ∗ 100
Effectif depart
e- Taux de mortalité
Ce paramètre évalue le pourcentage du nombre des sujets morts observé en fonction du
nombre des sujets vivants
=
Nombre de sujets morts x 100
Effectif depart
f- Homogénéité
L’homogénéité a été évaluée suivant la démarche définie par Akesse (2013). Cette
démarche consiste à la détermination du nombre d’animaux M contenu dans l’intervalle [PM
- 10%PM ; PM+ 10%PM] où PM est le poids moyen d’un effectif N. Une fois le nombre
d’animaux M déterminé, on calcule l’homogénéité en utilisant la formule ci-dessous (Akesse,
2013).
P a g e 37 | 73
é é é (%) =
∗
Et en fin par la méthode de l’enregistrement nous avons consulté des fiches de suivis
technique et les enregistrements économiques de bandes d’élevage de poulet de chair
antérieurs à la bande que nous avons suivis.
En production avicole, on utilise le taux d’homogénéité à plus ou moins 10% pour qualifier
l’homogénéité. Cependant, ce critère ne donne qu’une représentation très partielle des
caractéristiques d’une population. Toudic(2006) préfère donc utiliser le Coefficient de
Variation (C.V.) correspondant à la division de l’écart type par la moyenne.
g- Ecart-type
L’écart-type est une mesure qui nous indique comment les valeurs sont dispersées autour
de la valeur moyenne (la moyenne). Pour le calcul de l’écart-type nous avons utilisé la
fonction écart-type du logiciel Excel du pack office de Microsoft.
h- Coefficient de variation
Le coefficient de variation est une mesure comparative de la variation qui permet de
contrôler le changement en variation pendant la croissance du lot. Le coefficient de variation
(CV) est utilisé de façon générale pour décrire la variabilité dans une population.
CV%= [écart-type(g) ÷poids moyen (g)] x100
5-5 Evaluation des performances économiques
En vue d’évaluer les performances économiques de l’élevage de poulet de chair, nous
avons dans un premier temps procédé par évaluation de la gestion technico-économique de
l’élevage. Ensuite, nous avons établi un compte d’exploitation prévisionnel en vue de
déterminer le budget prévisionnel. Enfin, nous avons produit le compte d’exploitation réel
durant la période de suivis puis, fait l’analyse des deux comptes d’exploitation.
5-5-1.
Evaluation de la gestion technico-économique.
Pour évaluer la gestion technico-économique nous avons comparé la durée du cycle de
poulet de chair à la ferme Allui pour déterminer le surplus de temps causé par l’hétérogénéité.
P a g e 38 | 73
Ensuite nous avons évalué le nombre de cycle de poulets et en fin déterminé les conséquences
économiques liées à l’hétérogénéité du lot de poulet.
5-5-2.
Méthode d’analyse financière
La méthode d’analyse financière choisit en la méthode des coûts préétablis. Cette
méthode consiste à déterminer des coûts prévisionnels considérés comme normaux pour
une activité normale, évaluer les coûts réels constatés pour l’activité réelle, mesurer les
écarts entre coûts réels constatés et coûts préétablis et enfin analyser les écarts
obtenus.(THIBIERG, 2016)
5-5-2-1. Détermination des coûts prévisionnels
La détermination de coût prévisionnel concerne essentiellement les charges variables. Pour
élaborer le compte d’exploitation prévisionnel nous avons faire une prospection des prix chez
tous nos fournisseurs d’aliment, de produit vétérinaire et nous nous sommes aussi basé sur des
prix déjà connu par expérience
5-5-2-2. Etablissement du compte de résultat réel
Les résultats obtenus sont repartis en charges variable, charges fixes et en recette.
L’indisponibilité de certaines informations sur le plan économique, liées à des coûts entrants
dans la production du poulet tels que le prix du carburant de transport pour les phases
d’enlèvement, le coût de l’électricité etc. limitent la précision de l’évaluation des dépenses
faite pour la production et donc par ricochet l’exactitude du coût de production proposé.
a- Détermination charges variables
Elles
sont
directement
liées
aux
opérations
d’élevage.
On
y
trouve :l’achat
d’aliments ;l’achat de poussins ;l’achat de matériel de litière (balle de riz), le coût des produits
vétérinaires.
b- Détermination des Charges fixes
Les charges fixes sont essentiellement l’amortissement des installations qui correspond à la
cotisation comptable de la perte de valeurs des installations qui déprécient avec le temps.
Elles prennent en compte le salaire de l’employé et les frais de nettoyage de la ferme. Ainsi
le coût total de l’élevage est donné par la sommation des différentes variables de coût fixes et
des coûts variables.
P a g e 39 | 73
c- La recette
Elle correspond aux revenues qui provient de la vente des poulets à la fin de l’élevageLa
comptabilité des charges et des recettes nous a permis de déterminer les marges et le coût de
production du Kg de poulet à la ferme Allui.
5-6 Analyse des données
5-6-1. Comparaison des données
Le test de comparaison des moyennes à un standard au seuil 5% est la méthode utilisé pour
comparer :

Les poids Moyens par semaine ;

Les indices de consommations par semaine ;

Les gains moyens quotidiens par semaine

Et le taux de mortalité par semaine.
Cette comparaison nous a permis d’évaluer les performances zootechniques et
économiques de notre lot de poulet.
L’analyse des moyennes nous aussi permis de mesurer les performances de production en
fonction des objectifs que l’entreprise s’était fixé concernant les paramètres zootechnique de
la bande.
5-6-2. Méthode d’analyse des deux comptes de résultat
Il faut comparez régulièrement les résultats par rapport aux estimations puis faire une
synthèse des écarts à chaque niveau du compte d’exploitation de synthèse afin de déterminer
les écarts négatifs et positif de l’activité.
P a g e 40 | 73
Résultats et
Discussions
P a g e 41 | 73
CHAPITRE VI : RESULTATS
6-1 Analyse technique du système d’élevage
6-1-1
La performance des sujets.
Les meilleures performances proviennent des hybrides tels que Cobb 500 a indiqué
Hoffmann et al (2013). De plus la souche Cobb 500 est une des souches qui présente de
meilleures performances de croissance en Afrique de l’Ouest.(NDlAYE, 1995). Ces deux
ouvrages cités plus haut nous laissent dire que le choix de la souche de sujet a été bon.
6-1-2
La main d’œuvre
La main d’œuvre utilisé en élevage de poulet de chair à la ferme Allui est constituée d’un
technicien, un employé permanent et des stagiaires. Selon l’employé permanent en absence de
stagiaires il conduit tous seul la bande de trois mille (3000) sujets. Cet effectif est très
insignifiant pour la taille de leurs bandes de poulet de chair.
Pour ce qui est de la formation de la main d’œuvre, le technicien est doté d’un brevet de
technicien supérieur (BTS) en élevage ; par contre l’employé permanent lui n’a aucun niveau
d’instruction mais à présent il possède des années d’expériences dans le domaine.
6-1-3
Les équipements d’élevage
6-1-3-1
Bâtiment
La ferme agro pastorale de l’Allui est très équipé avec des bâtiments construits en dur, des
abreuvoirs et mangeoires de tout âge et un système d’abreuvement automatique.
Les bâtiments sont orientés dans la bonne direction c'est-à-dire la direction Est-Ouest selon
la longueur. La dimension des bâtiments de la ferme Allui est de 10m de largeur et 40m de
longueur soit une surface interne de 400m².
Les bâtiments ont des murets trop élevés ce qui réduit la quantité de vent qui entre dans le
bâtiment. Alors que pour Claude Toudic la ventilation est un facteur majeur de croissance des
poulets de chair. Le vent permet de réguler les paramètres ambiants tels que la température et
l’humidité qui influencent l’alimentation et la santé des sujets.
P a g e 42 | 73
Figure 6: Poussins présentant un signe de chaleur
6-1-3-2
Mangeoires et abreuvoirs
Les abreuvoirs et mangeoires sont en nombre suffisant sur la ferme, mais leur stockage
cause problème. En effet les mangeoires, abreuvoirs, pulvérisateurs et même des produits
chimiques sont tous stocké dans le même magasin et de façon désordonnée et à la merci des
rongeurs, insecte (Annexe 3)).. Cette situation peut causer l’intoxication des sujets par des
produits persistants.
Pour la conduite de notre bande nous avons utilisé les équipements avec les densités
présentées dans le tableau 3 ci-dessous.
ci
Tableau 3 : Densité des poussins et équipements dans le bâtiment
Age en
semaine
Sem 1
Sem 2
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
Nombre
Animaux
3318
3087
3051
3046
3038
3035
3026
Espace
utilisé (m²)
m²)
50
100
200
300
300
300
300
Sujets/m
2
66
31
15
10
10
10
10
Nombre de
mangeoires
45
42
83
58
59
57
55
Sujets /
mangeoire
37
79
37
53
51
53
55
Abreuvoir
33
35
83
28
28
28
28
Sujets /
abreuvoir
s
100
95
37
109
109
108
108
Les densités des sujets et équipements utilisé dans le bâtiment respecte
respectent biens les normes
d’un démarrage localisé (cf.Tableau
Tableau 1:: Normes d'équipement en élevage de poulet de chai
chai).
Seulement à la première semaine nous avions 66sujet/
66s
m² au lieu de 50
P a g e 43 | 73
6-1-4
Hygiène et prophylaxie sanitaire a la Ferme Agro-pastorale de l’Allui
La bande qui à précéder notre activité a pris fin en Janvier 2018, le bâtiment n’a pas été
nettoyé. C’est le 1er Mars que le programme de nettoyage a commencé pour recevoir les
poussins le 8 Mars soit une période de 7 jours alors ce programme doit se fait sur trois
semaines au ;(Akesse, 2013), ce qui veut dire que le délai de vide sanitaire n’a pas été
respecté.
De plus la ferme agropastorale de l’Allui dispose d’une voiture de type 4x4 de marque
Ford, d’une moto pour le déplacement du chef d’exploitation et d’une seule brouette pour
toute la ferme. Ces moyens de transport sont utilisés dans tous les ateliers de production de la
ferme et ils peuvent être vecteurs de maladies d’un atelier à un autre. De même pour le petit
ouillage composé de houes, machettes, râteaux, pelles etc.…
6-1-4
L’environnement d’élevage
La ferme agropastorale de l’Allui est située dans un environnement très humide ; la ferme
se trouve à moins de 100 m d’un bas-fond. La température dans la journée s’élève en
moyenne jusqu’à 35°c et chute la nuit à 21°c.
6-1-5
La conduite de l’élevage
6-1-5-1
Le démarrage
6-1-5-1-1 La délimitation de la poussinière
A la ferme Allui nous appliquons le démarrage localise. Ce démarrage consiste à délimiter
une partie du poulailler en fonction de la densité de démarrage. Cette opération a eu lieu à la
veille du jour de réception des poussins. Les dimensions de notre poussinière sont de 10m
selon la largeur du bâtiment et 5m selon la longueur du bâtiment. Les pouponnières
recommandées par (DUTIL, 2013) sont de forme circulaire de diamètre 3m et destiné à
recevoir 500 poussins. Par contre à la ferme Allui les pouponnières sont de formes
rectangulaires ; cette défavorise l’uniformité des conditions ambiantes dans le bâtiment.
6-1-5-1-2 Le transport des poussins
Les poussins ont été fournis par la couveuse de la FACI situé à Abengourou. Les poussins
ont été transporté dans un autobus de type van communément appelé « massa » sans
conditionnement de température sur une distance de 247,2 Km. Ce convoi est arrivé à
Yamoussoukro à 13h sous une température qui était compris entre 25°c et 34°c.De là les
P a g e 44 | 73
poussins ont été transporté dans la bâchée de la ferme à ciel ouvert jusqu’à la ferme. Ces
conditions de transport favorisent la déshydratation des poussins.
6-1-5-1-3 La réception des poussins
A la réception des poussins, ils étaient en majeur partie déshydrater à cause du long voyage
et chaud, les poussins étaient moins mobiles dans le bâtiment. Nous n’avons pas pu faire le
contrôle de la qualité physique des poussins à cause de leur état pour éviter de plus les
stresser. Donc après le décompte, la détermination du poids moyen, du taux d’homogénéité
nous avons laissé les sujets s’hydrater avec de l’eau sucrée ensuite soumis un mélange d’eau
et de produit antistress (Searup à la dose de 1ml pour un litre d’eau)
6-1-5-1-4 Le chauffage
Le chauffage est une opération très importante en aviculture, sa réussite est très cruciale.
Un chauffage mal fait engendrait un fort taux de mortalité, un ralentissement de croissance
dès la 1ere semaine d’élevage. Le matériel utilisé pour le chauffage est le radian à
incandescence utilisé dans la norme de 1 pour 1000 sujets.
Mais à la ferme Allui nous avons utilisé 4 radians pour 3000 sujets sous les ordres du chef
d’exploitation. Par moment nous remarquions des signes de température trop élevé dans
bâtiment.
La température a une influence importante sur la consommation de moulée. S’il fait trop
chaud, les poussins ne mangeront pas suffisamment et prendront ainsi du retard dans leur
croissance. Par contre, s’il fait trop froid, les poussins mangeront plus mais ne prendrons pas
plus de poids pour autant. Ce qui représente une dépense additionnelle en nourriture (DUTIL,
2013).
6-1-5-2
La conduite de l’alimentation
6-1-5-2-1
L’aliment
Le tableau présente les valeurs nutritives de l’aliment fournies par la structure IVOGRAIN
P a g e 45 | 73
Tableau 4: Composition de l'aliment utilisé
Energie (Kcal/kg)
Protéines (%)
Cellulose (%)
Calcium (%)
Phosphore (%)
Lysine (%)
Méthionine (%)
Rapport
Energie/protéines
Démarrage
3 200
23
4,9
1
0,9
1,42
0,76
Croissance
3 200
21
5,2
1
0,8
1,12
0,45
139,13
152,38
La quantité d’énergie fournie aux animaux est de 3200 kcal jusqu’à la croissance.
Concernant les protéines, le taux baisse avec l’âge des poussins. Il passe de 23 % (phase
démarrage) à 21% en croissance.
La composition énergétique et protéinique de l’aliment IVOGRAIN est comparable aux
besoins des animaux donnés par Huart (2004) cf. page 25. Cependant, la ferme Allui n’a pas été
fournie en aliment finition alors que la durée d’élevage a excédé les 45 jours, cette situation peut
être la cause de production élevée.
6-1-5-2-2
L’eau de boisson
L’eau distribuée aux animaux est l’eau de SODECI (Société de Distribution d’Eau de Cote
d’Ivoire). La quantité distribuée aux animaux n’est pas quantifiée car elle est disponible tout
le temps sur la Ferme.
P a g e 46 | 73
6-1-5-3
Les performances zootechniques
6-1-5-3-1 Evolution du poids moyen
Le tableau ci-dessous présente les poids moyens enregistrés durant notre activité et les
poids moyens standard donné par le guide d’élevage de poulet de chair COOBB 500 (Cobb
vantress 2017)
Tableau 5: Poids moyens
âge/semaine
PM observé
Sem 0
Sem 1
Sem 2
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
44,18
147
400
845
1182
1765
2155
2450
PM
standard
41
164
430
843
1397
2017
2626
3117
Les poussins sont arrivés avec un poids moyen supérieur à la norme. Mais les
enregistrements à partir de la 1ere semaine sont inferieur poids standards.
6-1-5-3-2 Gain moyen quotidien
Le gain moyen quotidien est la quantification de la croissance des sujets. Les gains moyens
quotidiens enregistrés par semaine sont présenté par le diagramme de la figure 4
P a g e 47 | 73
83,29
90,00
80,00
63,57
GMQ
70,00
60,00
49,9
48,14
50,00
36,14
30,7
40,00
30,00
20,00
62,5
57,6 55,71
64,8
42,14
40,1
23,4
14,69
10,00
0,00
Sem 1
Sem 2
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
âge en semaine
GMQ observé
GMQ standard
Figure 7:: Gain de poids enregistrés comparé au gain de poids de la souche
La faible évolution du poids moyen s’explique par le gain de poids anormal durant
l’élevage. Dans l’ensemble le gain de poids n’a pas été suffisant pour atteindre les
performances standards de la souche de poulet élevée.
P a g e 48 | 73
6-1-5-3-3 L’indice de consommation
L’indice de consommation est la conversion de l’aliment consommé en masse corporelle.
Plus il est élevé l’activité est moins rentable. Le guide d’élevage de la souche cobb 500
indique les indices de consommations normaux de la souche (IC standard), à ces données
nous avons associé nos indices observés sur la ferme.
Tableau 6: Indices de consommation
âge en
semaine
Sem 1
Sem 2
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
IC
observation
1,57
1,53
1,51
2,69
1,15
1,72
2,28
IC standard
0,856
1,059
1,261
1,65
1,446
1,611
1,76
La comparaison des deux indices ressort que les indices de consommations enregistrées
sont largement supérieurs aux performances de conversion des aliments de la souche cobb
500.
P a g e 49 | 73
6-1-5-3-4 Taux de moralité
Le taux de mortalité a été très élevé. A la fin de la première semaine nous avons perdue 6%
de notre cheptel sur un total de 8% (figure 7)
Taux de Mortalite
6,96
1,09
Sem 1
Sem 2
0,15
0,24
0,09
0,27
0,00
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
âge/semaine
Figure 8: évolution du taux de mortalité
P a g e 50 | 73
6-1-6
Taux d’homogénéité, et coefficient de variation de la bande
Les programmes de gestion de la croissance optimisant l’homogénéité, la conversion de
l’aliment, le gain moyen quotidien et la viabilité permettent de produire le poulet de chair qui
répond à ces spécifications et augmente la rentabilité. Ces programmes peuvent inclure des
modifications des programmes lumineux et/ou alimentaires.
Le coefficient de variation (CV) est utilisé de façon générale pour décrire la variabilité
dans une population. Un faible CV indique un lot homogène, un fort CV indique un lot
hétérogène. Le tableau suivant présente l’homogénéité de la bande par semaine de la bande.
Tableau 7: Taux d’homogénéité, et coefficient de variation
Age en
semaine
poids
moyen
Sem 0
Sem 1
Sem 2
Sem 3
Sem 4
Sem 5
Sem 6
Sem 7
44,18
147
400
845
1182
1765
2155
2450
Taux
coefficient
d'homogénéité de variation
58
65
68
56,6
60,33
55
49,33
49,2
12,5
11
10,6
14
12
15
16
16
Les résultats du tableau ci-dessus montrent que l’homogénéité de la bande n’a pas été
bonne car ces résultats ne respectent pas les normes d’homogénéité donnée dans Cobb
vantress 2011. (CV sont tous au-dessus de 10 et les TH sont en dessous 70%) Le taux
d’homogénéité varie de 49,2 à 68 et le coefficient 1de varie 10,6 à 16. L’homogénéité est plus
mauvaise à la fin de la bande ce qui rend difficile la commercialisation.
P a g e 51 | 73
6-2 Analyse économique
6-2-1
Gestion technico-économique
technico économique de l’élevage de poulet de chair
6-2-1-1.
Les clients
La clientèle de la ferme Allui est constituée des revendeurs, les restaurants et les
consommateurs directs. La figure ci-dessous
ci dessous montre la proportion de notre cheptel acheté par
chaque type de clients.
Consommate
ur direct; 2,25
Restaurents;
37,01
Revendeurs;
60,74
La grande parie de notre lot a été acheté
acheté par les revendeurs (60,74%) ensuite vient les
restaurants (37,01%) et enfin les consommateurs directs avec 2,25% du cheptel.
Ces résultats montrent que les décisions marketing doivent tenir compte des revendeurs en
suite les restaurants et enfin les consommateurs
cons
directs.
P a g e 52 | 73
6-2-1-2.
Durée de l’activité
Un autre facteur qu’on oublie souvent dans l’évaluation de la rentabilité, c’est le temps.
L’élevage de poulets de chair procède par « cycles de production » et « vides sanitaires »
équivalent au temps d’occupation et de nettoyage désinfection des bâtiments d’élevage.
A la ferme agropastorale de l’Allui le temps d’élevage de poulet de chair est relativement
très long ; la figure suivante laisse apparaitre les durées d’élevages de la bande réalisée à la
ferme Allui compare au cycle normale de production de poulet de chair selon Akesse, (2013).
Figure 9: Comparaison du cycle de production au cycle normal
Le temps des différentes phases d’élevage a été respecté. Nous avons commencé la
commercialisation un peu plus tôt que la période prévue par le cycle normal. En effet voyant
les performances de la souche élevé le chef d’exploitation s’était fixer l’objectif de
commencer la vente dès la quatrième semaine. C’est ainsi que le promoteur lui-même a passé
une commande à cette date bien que les poulets n’avaient pas encore le poids marchand.
La période de vente s’est avérée très longue à cause de l’hétérogénéité de la bande.
6-2-2
6-2-2-1.
Analyse financier
Résultat prévisionnel
Les résultats prévisionnels utiliser dans notre étude sont des résultats issus de la simulation
d’élevage de poulet de chair établir par l’IPRAVI (Inter Profession Avicole Ivoirien)
P a g e 53 | 73
6-2-2-1-1. Coût d’alimentation
Durant un cycle normal le poulet consomme en tout 3,2 kg d’aliment et le coût du
kilogramme d’aliment moyen est de 277francs CFA (IPRAVI, 2016). Ainsi le coût total
d’aliment est 2 927 760 franc CFA
6-2-2-1-2. Coût des produire vétérinaire
A la ferme Allui le coût total de produire pour un poulet à 60 francs CFA durant tout le
cycle. Pour la taille de notre cheptel le coût de produit vétérinaire revient alors à 198 000
francs CFA
6-2-2-1-3. La vente prévisionnelle
Le prix de vente de poulet sur le marché à Yamoussoukro varie 1900 à 2000 pour les poids
allant de 1,3 à 1,4 Kg. Sur la base de cette information nous avons le prix moyen de poulet qui
est de 1950 FCFA. Cette situation nous amène à construire un tableau de vente prévisionnelle
comme suit :
Tableau 8: tableau de vente prévisionnelle
Age en
semaine
semaine 4
Quantité
prélevé
419
Prix Unitaire
semaine 5
405
1950
semaine 6
155
1950
semaine 7
602
1950
semaine 8
424
1950
semaine 9
514
1950
semaine 10
255
1950
semaine 11
125
1950
122
1950
semaine 12
3021
1950
Montant
817050
789750
302250
1173900
826800
1002300
497250
243750
237900
5890950
P a g e 54 | 73
Le compte de résultat d’un cycle normal est alors présenté dans le tableau que voici
Tableau 9: Compte d’exploitation prévisionnelle
CHARGES
Charges variable
Désignations
Prix unitaire
Données par sujet
Quantité
Montant (FCFA)
Achat des poussins
495
1
3300
1 633 500
Aliments démarrage (Kg)
281
1,2
3960
1 112 760
Aliments Croissance (Kg)
275
2
6600
1 815 000
Total partiel aliment
Produits vétérinaire
37
1
3300
2 927 760
122 100
Litières
10
1
3300
33000
Chauffage
10
1
3300
33000
TOTAL CHARGE VARIABLE (FCFA)
4 749 360
Charges fixes
Prix Unitaire
(FCFA)
Données par
sujet
Quantité
Montant (FCFA)
249 208
1
1
249208
Salaire du personnel
60000
1
1
60000
Frais d'entretien
2000
1
1
2000
Désignations
Amortissement
TOTAL CHARGE FIXE (FCFA)
311208
TOTAL CHARGES
5 060 568
Coût de production partiel d’un poulet (FCFA)
Désignation
Poulet de chair
RECETTE
Données par
Prix unitaire
(FCFA)
sujet
1950
1
1533,51
Quantité
Montant
3021
5890950
marge brute (FCFA)
830 382
marge brute par poulet (FCFA)
251,63
Pour un cycle normal où la durée n’excède pas les 45 jours le résultat de l’activité s’estime
à 830 382 francs CFA soit 14,10 % du chiffre d’affaire.
P a g e 55 | 73
Tableau 10: Compte de résultat prévisionnel d’une activité normale
Chiffre d'affaire
Charge variable
Marge sur charge
variable
charge fixe
Résultat de l'activité
6-2-2-2.
Somme
%
5890950
4 749 360
1 141 590
100
19,38
311 208
830 382
14,10
Résultat comptable réel
6-2-2-2-1. Charges
La contrepartie de l’utilisation des facteurs de production constitue les charges
d’exploitation. La charge est l’expression monétaire de la consommation ou du droit
d’utilisation de biens ou de services sur la ferme au cours de l’exercice considéré.
A des fins d’analyse, les charges sont classées selon leur degré de variabilité : charges
fixes et charges variables.
Mais dans cette étude nous ne tiendrons pas compte des charges fixes car la dotation
des amortissements n’a pu être calculée à cause de l’impossibilité d’accès aux
informations sur la valeur des immobiliers et de leurs dates de mise en service.
a. Charges variables ou opérationnelles
Les charges variables sont dues au fonctionnement de la ferme. Elles se répartissent entre
l’achat de poussins et d’aliments, l’entretien des sujets, etc.

Achat de poussins
La cellule chair de la Ferme Allui réalise des bandes de 3000 sujets, alors le nombre de
poussin acheté est de 3300 à hauteur de 500 francs CFA le poussin. Soit une dépense de
1.650.000 francs CFA.

Frais d’entretien des sujets
P a g e 56 | 73
L’entretien des animaux se fait par l’utilisation de produits vétérinaires. Notre chef
exploitation s’approvisionne à la pharmacie vétérinaire de Yamoussoukro. Le tableau suivant
présente les détails des frais d’entretien.
Tableau 11 Produits vétérinaires utilisé
NATURE
quantité
1
1
1
1
1
1
2
4
4
3
4
4
27
Oxyvète plus
Introduit A
Héparénole
Anticox
Anticox super
Laproucalcium
Searup
HB1 1000D
H120 1000D
Vaccin Gomboro
Rappel Gomboro
Rappel lasota H120
prix
unitaire f
CFA
16 000
14 000
8 000
24 000
13 000
34 000
2 500
2 000
1 000
6 000
11 000
3 500
montant
16 000
14 000
8 000
24 000
13 000
34 000
5 000
8 000
4 000
18 000
44 000
14 000
202 000
En tenant compte du taux de mortalité le coût d’entretien d’un poulet s’élève à 67,15 francs
CFA.

Achat d’aliments
Le coût de l’alimentation est donné dans le tableau 12 suivant :
Tableau 12: Cout de l'alimentation durant l'activité
âge en
semaine
semaine 1
semaine 2
semaine 3
semaine 4
semaine 5
semaine 6
semaine 7
semaine 8
semaine 9
semaine 10
semaine 11
Quantité
d’aliment (Kg)
491
1211
2016
2611
2995
3404
3380
2904
2186
1362
0
Prix unitaire du
Kg d'aliment
Montant
275
275
275
268
268
268
268
268
268
268
-
134 979
333 093
554 524
699 818
802 752
912 241
905 932
778 181
585 765
364 959
0
P a g e 57 | 73
semaine 12
total
0
22561
-
0
6072244
b. Charges fixes
Les charges fixes se répartissent entre la dotation aux amortissements, le salaire de la
main d’œuvre permanente et les frais d’entretien de la ferme.

Amortissements
La dotation aux amortissements constitue la part des investissements dans les charges.
Elle découle de la dépréciation avec le temps des immobilisations. Plusieurs procédés de
calculs existent, mais la plus utilisée est l’amortissement linéaire. Il consiste à calculer les
annuités d’amortissements successives constantes. Pour cela, on évalue la durée probable
d’utilisation du bien et on divise par sa valeur d’origine. Le tableau ci-dessous résume les
amortissements des différentes immobilisations de la ferme.
Les amortissements de la ferme Allui sont constitués du coût de construction du bâtiment
puis le coût d’acquisition des équipements du bâtiment.
Tableau 13: inventaire des amortissements
Désignation
Bâtiment
Abreuvoir 1er
âge
Abreuvoir 2eme
âge
Mangeoire 1er
âge
Mangeoire
2eme âge
Total

Prix
unitaire
Quantité
Montants
durée de
vie
Amortissement
par an
Amortissement/
sujet
7000000
10
700000
175000
1900
83
157700
3
52567
13142
14000
28
392000
3
130667
32667
2400
83
199200
3
66400
16600
2400
59
141600
3
47200
11800
796833
249208
789000
Le salaire de la main-d’œuvre
La main-d’œuvre véritablement rémunérée se résume à une seule personne : monsieur
YAO Constant, le volailler. Il reçoit un salaire de 40000 francs CFA par mois. Puis les
stagiaires qui ont une rémunération de 10 000. Sur l’exercice considéré, le coût de la maind’œuvre s’élève donc à : 20 000+40 000 soit : 60 000 francs CFA.
P a g e 58 | 73

Les frais d’entretien de la ferme
La ferme est nettoyée chaque mois à hauteur de 2 000 francs CFA par bâtiment. Le
coût d’entretien de la ferme sur notre activité revient donc à 2 000 francs CFA.
L’ensemble des charges fixes est résumé dans le tableau suivant :
Tableau 14: Récapitulatif des charges fixes
Nature des charges
Amortissements par bande
Coûts (francs CFA)
199208
Frais du personnel
Frais d’entretien de la ferme
TOTAL
60 000
2 000
261 208
6-2-2-2-2. Le produit de l’activité
Le produit de vente est le résultat de la vente des poulets cette vente a commencé à la
quatrième semaine pour finit à la douzième semaine. En effet le prélèvement se faisait très
lentement. Ainsi nous avons le tableau de vente présenté ci-dessous
Tableau 15: Tableau de vente
Age en semaine
semaine 4
Quant
ité
prélevé
419
Poids
Moyens
Prix
Unitaire
1182
2000
semaine 5
405
1765
2000
semaine 6
155
2155
2000
semaine 7
602
2450
2000
semaine 8
424
2620
2000
semaine 9
514
2620
2000
semaine 10
255
2620
2000
semaine 11
125
2620
2000
semaine 12
122
2620
2000
3 021
6042000
6-2-2-2-3. Compte d’exploitation et Compte de résultat
P a g e 59 | 73
Le produit de l’élevage de poulet de chair à la ferme Allui est issu uniquement de la vente
de poulet. Les charges calculées ci-dessus nous permettent d'établir le compte d'exploitation
ci-dessous.
Tableau 16: Compte d'exploitation
Désignations
Achat des poussins
Aliments démarrage (Kg)
Aliments Croissance (Kg)
Total partiel aliment
Produits vétérinaire
Litières
Chauffage
TOTAL CHARGE VARIABLE (FCFA)
Désignations
CHARGES
Charges variable
Prix Unitaire
(FCFA)
500
275
268
27
250
5200
Charges fixes
Prix Unitaire
(FCFA)
249 208
60000
2000
Amortissement
Salaire du personnel
Frais d'entretien
TOTAL CHARGE FIXE (FCFA)
TOTAL CHARGES
Coût de production partiel d’un Kg de poulet (FCFA)
RECETTE
Prix unitaire
Désignation
(FCFA)
890,5
Poulet de chair
Marge brute (FCFA)
Perte par poulet (FCFA)
Quantité
Montant (FCFA)
3300
4000
18850
451
1 650 000
1 100 000
5 051 800
6 072 244
202 000
10000
31200
7 965 444
40
6
Quantité
Montant (FCFA)
1
1
1
249208
60000
2000
311208
8 276 652
1219
Quantité
Montant
6792
6048276
-2 228 376
-328
Le compte d’exploitation présenté par le tableau ci-dessus montre que notre activité n’a
pas été profitable car nous avons réalisé une perte de 2 228 376 francs CFA Soit
38,30% du chiffre d’affaire. Cette perte est causée par la quantité d’aliment trop élevé
durant notre élevage.
Le coût de production brute d’un poulet est de 2 508 francs CFA, ce qui excède le prix
de vente de 735 francs CFA.
P a g e 60 | 73
Tableau 17 : Compte de résultat de l'activité
Somme
%
6042000
7965444
100
-1923444
-31,83
Chiffre d'affaire
Charge variable
Marge sur charge
variable
charge fixe
311 208
-2 224 652
Résultat de l'activité
6-2-2
-36,99
Synthèse des écarts entre coût préétablir et coût réel
Le tableau de synthèse ci-après présente les écarts entre les coûts préétablit et les coûts
réels. Les écarts de charges négatifs montre que les charges préétablir sont inférieur au
charges réels. Au niveau de la recette l’écart représente le manque à gagner de la structure sur
ce cycle de poulet de chair.
Tableau 18: Compte d'exploitation réel de notre activité
CHARGES
Charges variable
Montant
préétablir
Montant réel
(FCFA)
Ecart
Achat des poussins
1 633 500
1 650 000
-16 500
Aliments démarrage (Kg)
1 112 760
1 100 000
12 760
Aliments Croissance (Kg)
Total partiel aliment
Produits vétérinaire
1 815 000
5 051 800
2 927 760
122 100
6 072 244
202 000
-3 236 800
-3 144 484
-79 900
33000
33000
10000
31200
23 000
1 800
4 749 360
7 965 444
-3 216 084
Montant
(FCFA)
Ecart
Désignations
Litières
Chauffage
TOTAL CHARGE VARIABLE (FCFA)
Charges fixes
Désignations
Montant
préétablir
P a g e 61 | 73
Amortissement
249208
249208
0
Salaire du personnel
60000
60000
0
Frais d'entretien
2000
2000
0
TOTAL CHARGE FIXE (FCFA)
311208
311208
0
TOTAL CHARGES (FCFA)
5 060 568
8 276 652
-3 216 084
Montant
préétablir
Montant réel
(FCFA)
Ecart
5890950
6048276
-157326
830 382
-2 228 376
3058758
252
-328
579,63091
RECETTE
Désignation
Poulet de chair
Résultat brute (FCFA)
Résultat par poulet par Kg de (FCFA)
L’écart le plus flagrant est entre le coût d’aliment croissance réel et le coût d’aliment
croissance préétablir.
CHAPITRE VII : DISCUSSIONS
La main d’œuvre assigné à l’élevage de poulet de chair à la ferme Allui est très
insuffisante. De plus le niveau d’instruction du volailler est un grand souci car malgré son
expérience il ne maitrise pas les dosages et les modes d’utilisation de certains produire
vétérinaire.
Un ouvrier avicole œuvre sur cheptel de 500 têtes en système semi intensif et doit avoir un
niveau d’étude collégial. (ANONYME 2017). Le mauvais dosage des produire vétérinaire
peut entrainer un stress chez le poulet de chair et baisser le taux de croissance. (Kouzoukende
,2004)
Le vide sanitaire est une phase cruciale du nettoyage de bâtiment et impacte la rentabilité
de l’activité. C’est en ce sens que DUTIL, (2013), affirme que le respect des règles de la
biosécurité et d’un vide sanitaire sont autant de points qui doivent être minutieusement
observés pour qu’un troupeau d’oiseaux sorte rapidement du poulailler au bon poids et qu’un
autre troupeau puisse prendre sa place dans le poulailler. Le vide sanitaire est très mal fait à la
P a g e 62 | 73
ferme Allui alors qu’il est un facteur qui limite la croissance du sujet et la mortalité des
poussins dès la première semaine.
Le transport des poussins a la ferme Allui s’est fait dans des conditions très alarmantes.
Pour les éleveurs qui ne sont pas accouveur procède par un transport des poussins d’un jour
sur de longue distance ce qui fut le cas de la ferme Allui. Le transport doit se fait dans des
conditions très confortable pour le poussin. L’étude de C. Burel et al (2013) montre que le
transport des poussins a un effet significatif sur la mortalité et les performances zootechnique
du poulet de chair.
Le chauffage des poussins est une étape intéressante dans l’élevage de poulet de chair,
mais ce chauffage doit se fait de façon contrôlé. Le contrôle se fait soit par observation du
comportement des sujets dans le bâtiment ou avec un thermomètre. Selon Akessé 2013 il faut
un radiant à gaz pour 1000 sujets, à la ferme Allui nous avions installé quatre radians pour nos
3300 sujets.
La densité utilisée pour les abreuvoirs et les mangeoires durant toute la période d’élevage
est supérieure à la norme recommandée par bien d’auteurs (Dayon et Arbelot, 1997 ; Sow,
2012). Le manque de mangeoires pourrait être la raison principale de cette situation. Au
niveau des mangeoires 1er âge, ce manque est dû à leur détérioration consécutivement à leur
utilisation pour ajuster les abreuvoirs à la taille des sujets.
La composition énergétique et protéique de l’aliment distribué aux animaux sur la ferme
est comparable aux besoins des animaux donnés par Alary, (2009), exception faite du stade
finition dont notre provendier ne nous en a pas procuré.
Quant à l’indice de consommation, il n’est pas conforme à celui prescrit par Coob ventress
(2017). Néanmoins, le pic obtenu pendant la période de croissance s’expliquerait par le fait
que durant cette période, les besoins nutritionnels des animaux sont importants. Ils
consomment donc plus mais prennent peu de croît.
Concernant le GMQ, il est inférieur à la norme proposée par Cobb. (2008). En effet,
l’aliment donné aux sujets était en quantité suffisante mais la faible densité des mangeoires et
abreuvoirs réduisait le nombre de sujet qui avait accès à l’aliment et à l’eau de boisson De ce
P a g e 63 | 73
fait les poussins les plus vifs étaient plus nourrir que les moins vif. Cette différence s’est aussi
fait ressentit au niveau de la croissance des sujets.
L’homogénéité de la ferme est mauvaise selon l’échelle fournie par Cobb (2008). La
mauvaise qualité du système d’alimentation telle décrite précédemment et l’hétérogénéité des
poussins à l’arrivé (Aviagen, 2010) pourraient en être les causes. En effet, les animaux qui
n’ont pas reçu l’impulsion nécessaire pour la croissance dès le départ contractent un retard
difficilement récupérable à cause d’un dysfonctionnement physiologique génétique et/ou lié
au stress provoqué au niveau des conditions d’élevages Aviagen, (2010). Plus loin Aviagen
(2010) nous donne des facteurs qui peuvent impacter la croissance du poulet de chair. Ces
résultats concordent bien avec nos résultats relevés sur le terrain.
Figure 10: Facteurs impactant la croissance du poulet de chair
Il est difficile pour un éleveur engraisseur de poulet de chair d’avoir des informations sur
les reproducteurs et les conditions d’incubation des œufs. Alors que le management des
parentaux et les conditions d’incubations sont des facteurs déterminants de l’homogénéité
d’un lot de poulet de chair. (Claude Toudic 2006)
P a g e 64 | 73
A l’arrivé les poussins avaient un poids moyen de 44,18 avec un taux d’homogénéité de
58% et un coefficient de variation de 12,5. L’homogénéité à la réception est donc mauvaise.
Selon Hubbard (2015) l’homogénéité à la réception est la conséquence directe de l’état
sanitaire des parents, des œufs d’incubation et des conditions d’éclosion des œufs. Cette
mauvaise homogénéité dès le début de l’activité est très difficile à corriger.
Le taux de mortalité enregistré en fin de bande est au-delà de l’intervalle de tolérance (5 à
7%) donné par Sow (2012). Cependant, cette valeur élevée au démarrage se justifierait par la
mauvaise qualité des poussins reçus d’une part et par les conditions de transport des poussins
d’autre part. En effet, la mortalité des poussins dès la première semaine est causée par la
mauvaise qualité de poussins reçus Yassin et al. (2009). Par ailleurs, le véhicule de la ferme
n’étant pas adapté au transport des poussins, les animaux reçoivent des courants d’air lors du
transport. Ces courants d’air engendrent un stress qui les fragilise et les prédispose à la mort.
La phase d’élevage de poulet de chair à la ferme Agropastoral de l’Allui impacte les
résultats économiques. En effet le mauvais résultat technique à ralenti la vente et augmenté la
durée des sujets dans le bâtiment, cette situation se justifie à travers cette citation d’Auguste
Deteuf dans Propos de O.L. Barenton, 1962« Que sert de produire au rythme de la locomotive
si l'on distribue au rythme de la brouette ».
Legrand écart entre le coût de l’aliment croissance préétablir et le coût de l’aliment
croissance réel est dû à la longue durée des sujets dans le bâtiment. En effet la lente
commercialisation des sujets causés par l’hétérogénéité des poids des sujets est effectivement
responsable de cet écart.
P a g e 65 | 73
CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATION
La présente étude a consisté à faire l’analyse technique et économique du système
d’élevage de poulets de chair sur la Ferme Agropastorale de l’Allui. Cette étude avait pour
objectif d’identifier, décrire les différentes pratiques de l’élevage et d’évaluer les paramètres
techniques d’une part et d’autre part l’évaluation des conséquences de la phase d’élevage sur
la rentabilité de l’élevage de poulet de chair, en vue de situer l’exploitant sur les causes de son
insatisfaction. Il ressort de cette étude, que de façon générale, l’exploitation a des besoins
d’améliorations nécessaires au niveau technique. Les paramètres techniques sont mauvais
comparèrent aux normes énuméré dans plusieurs guides d’élevage de poulet de chair. Ce qui
veut dire que le problème du chef d’exploitation tire effectivement son origine au niveau
technique. Cependant la mise en œuvre systématique, sur des lots de poulets non sexés et dont
on ne connait pas l’historique parentale, d’un critère d’évaluation synthétique de
l’homogénéité comme indicateur de qualité du processus de production est délicat et
laborieux du fait des caractéristiques mêmes de ces populations. Par contre, son évaluation
régulière à partir d’un échantillon représentatif de lots est plus facilement envisageable. Après
une période d’étalonnage nécessaire pour calibrer la méthode, ce peut être un indicateur de
production supplémentaire au même titre que la vitesse de croissance, la mortalité ou l’indice
de consommation. Au niveau de la gestion économique de la ferme les mauvais résultats
techniques engendre une énorme perte. Il serait donc intéressant pour le chef d’exploitation de
commanditer le respect des règles de biosécurité, de respecter les densités d’équipement et de
sujet dans les bâtiments, le contrôle des facteurs ambiant de près, le contrôle de la qualité des
poussins à l’arriver afin de demander des comptes aux fournisseurs. En outre, une
amélioration de la conduite de l’alimentation et de l’abreuvement sont nécessaires. De plus
pour une bonne gestion et une meilleure rentabilité de cette activité le chef d’exploitation doit
envisager l’élaboration d’un business plan. Ce business plan prendra en compte le seuil de
rentabilité qui est le chiffre d’affaire en dessous duquel le projet ne serait plus rentable ; le
point mort du projet qui lui est le moment où l’on atteint le seuil de rentabilité et mettra en
exergue tous les principaux critères de rentabilité à savoir la valeur actuel net, le taux de
rentabilité interne et le délai de récupération de l’investissement…
P a g e 66 | 73
BIBLIOGRAPHIE
Abdelouahab, o. (2008). Le soja dans. L'alimentation du poulet. De chair. Aspects qualitatif
et quantitatif. Constantine: universite mentouri de contantine.
Alary, l. (2009). Diagnostique des syseme d'elevage. Dans g. Cirad, memento de l'agronome
(pp. 1239-1256). Paris.
Anonyme. (2014). Mesurer l’impact financier du vide sanitaire en volaille. Paysan breton.
Aviagen. (2010). Poulet de chair manuel de gestion. Aviagen.
Beline, g. (2005, fevrier). In situ measurement of ammonia and greenhouse gas emissions
from broiler houses in france. Bioresource technology, pp. 203-207. Doi:doi:
10.1016/j.biortech.2004.05.009}
Brou, g. K. (2018, juin 30). État des lieux des mesures de prophylaxie sanitaire dans les
elevages de poulets de chairs, souche cobb 500, dans le departement de korhogo (cote
d’ivoire). Journal of applied biosciences, 126, 12717-12723.
Brugere-picoux, j. P. (1992). Manuel de pathologie aviaire.
Cobb ventress. (2014). Manuel d'elevage.
Dayon, j. F. (1997). Guide d'elevage de poulet de chair au senegale. Guide d'elevage de
poulet de chair au senegale.
Farago. (2005). La desinfection des batiments d'elevage. Reseau farago.
France leclerc, l. D. (1994, mai). Foreign branding and its effects on product perceptions and
attitudes. Journal of marketing research. Doi:10.2307/3152198
Hoffmann, g. (2013). Performances, qualite des carcasses et de la viande de differentes
lignees d’hybrides de chair. Recherche agronomique suisse, 9-10.
P a g e 67 | 73
Huart, a. (2004a). Alimentation et besoins alimentaire des poulet de chair. Eco-congo, p. 7.
Huart, a. (2004b). Choix du site d'un elevage de volaille. Eco-congo, p. 5.
Huart, a. (2004c). La protection sanitaire en elevage de volaille. Eco-congo, p. 5.
Hubbard. (2010). Poulet de chair, la prophylaxie sanitaire et medicale. Hubbard.
Hubbard. (2015). Manuel de gestion d'elevage de poulet de chair.
Ipravi. (2016, avril 13). Consulte le juin 15, 2018, sur ipravi: www.ipravi.com
Loutondo, b. M. (2012). Guide pratique et scientifique d'elevage de poule pondeuse et de
poulet de chair. Paris: harmathan.
M. Picard, c. L.-p. (2000, mai). Caracteristiques granulometriques de l’aliment : le « point de
vue » (et de toucher) des volailles. Inra prod. Anim., pp. 117-130.
Maps of wold. (2014).
Ministere des ressources animales et halieutique/ direction des services veterinaires.
(2013, aout 12-14). Atelier sur « approches techniques pour l’harmonisation de
prophylaxie pour la prevention et le controle des maladies aviaires prioritaires (la
maladie de newcastle et la maladie de gumboro) en afrique de l’ouest et du centre ».
(d. Y. Alain, interprete) lome, togo.
Ndlaye, s. C. (1995). Performance de croissance et caracteristiquede carcasse de poulet de
chair: comparaison entre souche. Dakar.
Olivere, p. (2010, septembre 07). Determination des conditions d'ambiances et des
caracteristique physico-chimique de la litiere responsable l'aparition de la dermatite de
contact en poulet de chair. Determination des conditions d'ambiances et des
caracteristique physico-chimique de la litiere responsable l'aparition de la dermatite
de contact en poulet de chair. Nancy, france.
P a g e 68 | 73
Socodevi. (2013). Guide d'elevage semi-intensif de poulet de chair. Socodevi.
Thibierg, c. (2016). Analyse financiere. Paris: vuibert.
Toudic, c. (2006, juin). Evaluation de l'homogeneite d'un lot de poulet- facteurs de variation.
Hubbard broiler specialist, p. 5.
P a g e 69 | 73
ANNEXES
Annexe 1 : Fiche de suivis et prophylaxie de poulet de chair à la ferme Allui
P a g e 70 | 73
Annexe 2:: Guide d'entretien des employer de la ferme
P a g e 71 | 73
Annexe 3: Magasin de stockage de la ferme
Allui
Annexe 4: Bâtiment d'élevage à la ferme Allui avec le faîtage fermé
P a g e 72 | 73
Annexe 5: Disposition des mangeoires et des abreuvoirs dans le bâtiment
P a g e 73 | 73
Téléchargement
Explore flashcards