Telechargé par ahmederrabi77

études des cas

publicité
Réaliser par : Ahmed
amine Er-rabi
Promotion : 2017-2020
PLAN :
Introduction
Présentation de lieu de stage
Présentation du dossier socioadministratif
Présentation anatomo-pathologique
Présentation des bilans
 Interrogatoire
 Bilan morphologique
 Bilan de la douleur
 Bilan articulaire
 Bilan musculaire
 Bilan fonctionnel
Présentation du protocole rééducatif
Conseils d’hygiène
Conclusion
I. INTRODUCTION :
Le stage représente un élément primordial dans notre
formation, c’est une liaison qui permet à l’étudiant de vivre la
tangibilité des hôpitaux et leurs problèmes de gestion de
collaboration et d’organisation ;
Bien entendu que ce dernier m’a permis de testamenter mes
capacités d’analyse et d’éduction et de faire la
comparaison entre application théorique et application
pratique.
Ce que j’ai jouir de ce stage :
Revoir, tester et amender mes connaissances
De voir de près le déroulement des activités et des travaux
robinetterie, de vivre la réalité.
II. PRESENTATION DU LIEU DE STAGE :
Notre stage s’est révolu à l’intérieur de l’hôpital Moulay Ismail,
au service de rééducation pour la période allant
du15/02/2019 au27/02/2019 encadré par madame kamar
Cet établissement gage la continuité des soins et assure des
prestations de soins médicaux et chirurgicaux d’urgence.
L’hôpital Moulay Ismail de Meknès a été créé en 1918.
Le service qui a été concerné par mon stage est : le service
de rééducation.
Le service est constitué de dix salles avec deux lits pour
chaque salle et une grande salle de rééducation qui
constitue de barre parallèle et des bicyclettes et une tapie
roulante et un lit avec cage pour la pouliethérapie
Ce service contient quatre kinésithérapeutes
Ms. Fayçal (le majeur) Ms. Brahim Ms. Samir Ms. Amourai
Service de
rééducation
III. PRESENTATION DU DOSSIER
SOCIO-ADMINISTRATIF :
- Il s’agit de la patiente
A. PRESENTATION ANATOMOPATHOLOGIQUE :
1/ Qu'est-ce qu'une gonarthrose ?
La gonarthrose est un type d’arthrose, c’est-à-dire une pathologie articulaire
chronique. Cette maladie est caractérisée par une dégradation du cartilage
articulaire. L’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue.
La gonarthrose désigne spécifiquement l’arthrose du genou. Dans la majorité des
cas, elle affecte l’articulation fémoro-tibiale reliant le fémur (os de la cuisse)
au tibia (os de la jambe). Toutefois, elle peut aussi affecter l’articulation fémoropatellaire entre le fémur et la rotule, ou patella (petit os à l’avant du genou). Enfin,
il existe quelques cas où les deux articulations sont touchées simultanément.
Note : En cas de gonarthrose, les deux genoux sont souvent touchés.
2/ Comment se manifeste une arthrose de genou ?
LES SYMPTOMES DE L'ARTHROSE
Les signes de la maladie arthrosique varient selon l'articulation concernée.
Cependant, dans tous les cas, le motif principal de consultation est la douleur
associée à une gêne fonctionnelle.
La douleur est, en principe, dite de type "mécanique" car elle présente les
caractéristiques suivantes :





Elle est déclenchée et aggravée par le mouvement ;
Elle cesse ou s'atténue plus ou moins complètement lorsque
l'articulation est au repos ;
Elle est moins importante le matin, puis elle augmente dans la
journée et elle est maximale le soir ;
Elle gêne traditionnellement l'endormissement, mais peut
également entraîner des réveils nocturnes (environ 50 % des
patients arthrosiques sont réveillés la nuit par leur douleur) ;
Elle réapparaît chaque fois que l'articulation concernée est
soumise à un effort : la marche pour l'arthrose de hanche,
monter un escalier pour le genou, lever le bras pour l'épaule…
La gêne fonctionnelle correspond à une limitation de la mobilité de l'articulation
touchée par l'arthrose. Elle est variable selon l'activité du patient. Ainsi, un joueur
de golf sera beaucoup plus gêné par une arthrose du genou qu'un sujet ne pratiquant
pas de sport. De même qu'un pianiste sera très handicapé par une arthrose des
doigts, même légère.
Les articulations arthrosiques ne sont, en principe, ni rouges, ni chaudes. Elles
peuvent être gonflées lorsque s'installe un épanchement liquidien (épanchement de
synovie), ce qui est particulièrement fréquent au niveau des genoux. Cependant des
périodes de poussée inflammatoire existent et il y aurait une composante
inflammatoire dans cette maladie, différente et moins importante que celle de la
polyarthrite rhumatoïde.
A la longue, les excroissances osseuses ostéophytes provoquent des déformations
des articulations, surtout visibles au niveau des mains et des genoux.
L'état général du patient est toujours bon. Il n'y a ni fièvre ni amaigrissement.
Les lésions arthrosiques sont irréversibles et aboutissent, outre les déformations, à
un raidissement articulaire pouvant évoluer vers une impotence partielle.
3/ Quelles sont les causes de l'arthrose de genou?
CAUSES : AGE, SURPOIDS, SPORT...
Les causes exactes de la destruction du cartilage ne sont pas toutes connues. On sait
qu'elle est favorisée par le vieillissement : en effet, alors que 3% des moins de
45 ans sont touchés par de l'arthrose, les 65 ans et plus sont environ 65% à en
souffrir et après 80 ans, plus de 80% de la population s'en plaint. La littérature
scientifique suggère que des personnes seraient génétiquement prédisposées à
l'arthrose du genou. Cette pathologie serait également davantage observée chez les
patients présentant des anomalies anatomiques ou des séquelles d'un traumatisme
(entorse mal soignée, ablation du ménisque…).
En outre, il est établi qu'un excès de pression sur l'articulation est en cause. "Le
surpoids est un facteur important car il sur-sollicite l'articulation. Une perte
modérée de quelques kilos permet d'améliorer, voire prévenir, l'apparition de cette
maladie articulaire", indique le Pr Aleth Perdriger, cheffe de service de
rhumatologie du CHU de Rennes. Outre la surcharge pondérale, le port de charge
lourde au travail augmente les contraintes mécaniques et abîme le cartilage du
genou. La pratique intensive de certains sports est aussi pointée du doigt (football,
rugby, ski…)
ARTHROSE DU GENOU (A GAUCHE, ARTICULATION NORMALE, A DROITE,
ARTICULATION AVEC ARTHROSE)
4/ Quand doit-on consulter un chirurgien spécialiste du genou, en
cas d'arthrose de genou?
Avant de se décider pour une arthroplastie, il faut savoir que la prothèse va s’user au fil des années. Que ce soit
pour la hanche ou pour le genou*, sa durée de vie est limitée à 15 ou 20 ans.
C’est pourquoi les chirurgiens la préconisent plus volontiers après 60, 65 ans, car une personne opérée plus
jeune devra se faire réopérer. Or, la seconde intervention est souvent plus délicate que la première. Il n’y a pas,
en revanche d’âge limite, si l’état de santé est bon.
« Une arthroplastie peut être contre-indiquée en
raison d’un mauvais état général ainsi que dans
certains cas de diabète, d’obésité importante, de
problèmes pulmonaires ou cardiaques »,
La chirurgie est indiquée seulement face à une arthrose sévère de la hanche ou du
genou générant trop de handicap, « lorsque la gêne et la douleur sont telles qu’une
personne ne peut plus marcher »,
C’est une opération de dernier recours. Tous les traitements médicaux contre
l’arthrose doivent avoir été essayés : les antidouleurs, les anti-inflammatoires, les
anti-arthrosiques, les injections d’acide hyaluronique pour lubrifier l’articulation,
voire les lavages articulaires (extraction de petits morceaux de cartilage). En
général, les radiographies montrent que les cartilages ont presque disparu.
* 150 000 prothèses de hanche et 90 000 prothèses de genou sont posées chaque
année.
L’intervention dure une à deux heures, sous anesthésie générale ou locorégionale.
Elle est réalisée par un chirurgien orthopédiste.
Elle entraîne une hospitalisation d’une semaine et un arrêt de travail d’un à deux
mois. Dans les deux cas, la prise en charge de la douleur permet au patient de se
lever dès le lendemain de l’opération.
La prothèse remplace l’articulation
La prothèse de genou possède trois compartiments : un implant en alliage de titane
ou de chrome cobalt s’emboîte dans le fémur, un autre dans le tibia. Entre les deux :
un plateau en polyéthylène hautement réticulé. Un bouton en polyéthylène peut
éventuellement être posé au niveau de la rotule.
L’intervention est suivie d’un programme de rééducation chez un
kinésithérapeute (compter 20 à 30 séances) ou dans un centre de rééducation (deux
à trois semaines), surtout si l’on vit seul. Les premières semaines de marche se font
à l’aide de béquilles. On retrouve une totale autonomie au bout de deux mois
environ.
Dans les deux cas, l’opération permet de ne plus souffrir et de gagner en mobilité.
Pour le genou, articulation plus complexe, les résultats sont variables. « Il n’y a
plus de douleur, mais la prothèse se fait sentir. On peut remarcher, récupérer une
bonne flexion, mais pas courir », nuance-t-il.
PRESENTATION DES BILANS :
Bilan masso-kinésithérapique :
Ce bilan est un outil de décision thérapeutique aussi bien qu’un outil
de suivi évolutif ; certains examens seront, donc, répétés afin de
quantifier l’évolution du patient. Le but est de parvenir à la prise en
charge la mieux adaptée au patient et à sa pathologie. Les objectifs
de la prise en charge sont en permanence réévalués afin qu’ils soient
le plus pertinents pour lui. Les objectifs de la rééducation sont
confrontés à ceux du patient pour parvenir ensemble à
l’établissement d’un contrat thérapeutique, ce qui permet de
travailler ensemble vers ce qui lui sera le plus bénéfique. Cet examen
commencera par l’étude du dossier médical et administratif du
patient. Dans un second temps nous nous attacherons à décrire les
limitations d’activité et les restrictions de participation que rencontre
le patient afin de comprendre à quelles difficultés fonctionnelles il est
exposé. A partir de là, les déficits de fonction qui sont à l’origine de
ces problèmes seront recherchés.
Interrogatoire :
L’interrogatoire est un temps essentiel de l’examen kinésithérapique,
mais son orientation dépend étroitement du contexte. Il sera donc
détaillé à chaque fois en dépend de l’évolution.
Ce dernier a révélé :
•
une arthrose de genou
•
des douleurs mécaniques persistent
•
Importance fonctionnel très importante
Entretien avec le patient (Afin d’avoir une connaissance parfaite du
malade)
- Mode de vie du patient :
•
Pas de loisirs,
•
accessibilité de l’habitat : monte toujours l’escalier.
- Plainte du patient :
•
Gène professionnelle,
•
fatigue,
•
douleur.
Bilan morphologique
Cet examen est constitué d’un ensemble d’étapes visant à établir un
diagnostic précis. Parmi ces étapes, on trouve :
-L’inspection : Observation du patient.
 Rien à signalé
-La palpation : permet à travers le toucher d’évaluer les anomalies
non perçues par l’inspection. Cette étape complète l’inspection.
 Douleur chronique au niveau du genou.
Bilan articulaire :
 Réalisé par des mesures du goniomètre :
Bilan musculaire
Ce bilan sera effectué selon la cotation de testing, du côté lésé :
Psoas-iliaque = 2+
Moyen fessier = 2
Abducteurs = 2
Grand fessier = 2
Quadriceps = 3+
Ischio-jambiers = 3
Jambier antérieur = 4+
Jambier postérieur = 4+
Fléchisseurs des orteils = 4+
Extenseur des orteils = 4+
Ps : Les autres muscles, du membre inférieur sain et des membres
supérieurs sont cotés de 4 à 4+
Bilan fonctionnel
•
Fonctions fondamentales :
Alimentation : toute seule
Habillage : toute seule
Toilette : toute seule
I. PRESENTATION DU
PROTOCOLE REEDUCATIF
Les Objectifs :
Les Moyens :
I. CONSEILS D’HYGIENE
PRESENTATION DU DOSSIER
SOCIO-ADMINISTRATIF :
Il s’agit de la patiente. Bouchakour Halima âgée de 63 ans
divorcé, mère d’un garçon, il habite à sidi bouzekri Meknès
 Histoire de maladie :
Malade depuis quatre mois
 La patiente présente NCB (névralgie cervicaux
brachiale)
 Les causes :
La douleur au niveau de l’épaule l’er virent des seins
 Les ATCD médicaux :
Dolo stop
Breroin suppo
 Chirurgicaux :
Rien a signalé
I. PRESENTATION
ANATOMO-PATHOLOGIQUE :
1/ Qu'est-ce qu'une NCB?
La névralgie cervico-brachiale (NCB) est l'équivalent d'une sciatique au
niveau du bras. Le conflit irritant le nerf se situe souvent au niveau d'une
vertèbre cervicale au lieu d'une lombaire et le territoire douloureux se situe
dans la région de la clavicule, du haut du dos, de la poitrine et surtout du
bras. La névralgies est une douleur particulière par son caractère lancinant,
les sensations anormales qui l'accompagnent comme des fourmillements,
engourdissements, gonflement, courant électrique, y compris dans le
thorax, maux de tête, vertiges, névralgies faciales et le fait qu'elle ne soit
pas « directement » influencée par les mouvements du bras: la douleur
peut être quasi-permanente, que vous soyez actif ou pas. Le repos n'est pas
toujours efficace. Vous pouvez ressentir des points douloureux plus précis
dans le bras qui vous pourront vous faire penser à une tendinite. Ils
correspondent aux terminaisons nerveuses les plus irritées. Dans de rares
cas, les patients signalent une névralgie cervicobrachiale bilatérale, mais
certains ressentent une lourdeur et une faiblesse dans les deux membres
supérieurs. Les douleurs sont souvent changeantes et migratrices (elles
changent de zones), et vous n'arrivez pas à trouver de position pour vous
en débarrasser.
2. Comment se manifeste une NCB
Les manifestations cliniques de la maladie varient selon les
cas. Dans 50 % des cas environ, l'arthrose cervicale,
pourtant visible à la radiographie, ne provoque aucun
signe gênant. Chez d'autres personnes, l’arthrose cervicale
provoque des douleurs plus ou moins intenses au niveau du
cou et de la nuque (cervicalgies) et prédominant d'un
côté, irradiant vers l'omoplate et la zone occipitale.





cou rigide : la personne atteinte ressent une raideur lorsqu’elle exécute
des mouvements, notamment pour répondre à une question d’un signe
de tête.
Torticolis : le cou se trouve bloqué en flexion et en rotation,
Névralgie cervico-brachiale : c'est une douleur unilatérale, irradiant par
exemple vers l'omoplate, le sein, le crâne ou le bras, et calmée par
certaines postures et augmentant dans d'autres postures. Les
mouvements du cou se trouvent limités par la douleur. Cette douleur est
due à la compression d'un nerf. Cette douleur est aggravée par la toux et
plus importante la nuit.
Céphalées (maux de tête)
Compression médullaire ou myélopathie : il existe une pression sur la
moelle épinière due à un rétrécissement du canal rachidien dus aux
lésions d'arthrose. Cela déclenche des signes divers : des
fourmillements dans les bras, des sensations d'engourdissements, des
déficit aux mouvements (comme une difficulté à prendre un objet dans

les mains, à marcher) ; troubles de type incontinence urinaire ou anale
lorsque la compression est importante.
Insuffisance vertébro basilaire : elle se produit quand une artère se
trouve comprimée par le processus d'arthrose. Elle peut entraîner des
vertiges, des troubles de l'équilibre, des troubles de l'audition ou de la
vision, des difficultés d'élocution, en fonction de la zone atteinte par la
compression.
3. Quelle sont les causes d’une NCB :
La névralgie cervico-brachiale est due à une compression
ou à une irritation d'une racine nerveuse au niveau des
vertèbres cervicales. L'arthrose et la hernie cervicales,
étroitement liées, sont les causes majeures de ce type de
névralgies. La hernie discale, correspond à une saillie
anormale du disque intervertébral localisé entre chaque
vertèbre, de la même manière que celle rencontrée au
cours d'une sciatique. Parmi les autres causes, citons la
survenue de traumatismes liés à une pratique sportive
intense, un cancer, un hématome, un mécanisme
inflammatoire, une infection virale, un déséquilibre
hormonal, un diabète mal équilibré ou une intoxication...
PRESENTATION DES BILANS :
Bilan masso-kinésithérapique :
Interrogatoire :
L’interrogatoire est un temps essentiel de l’examen kinésithérapique,
mais son orientation dépend étroitement du contexte. Il sera donc
détaillé à chaque fois en dépend de l’évolution.
Ce dernier a révélé :
 Une arthrose du cou
•
 des douleurs mécaniques persistent
Importance fonctionnel très importante
Entretien avec le patient (Afin d’avoir une connaissance
parfaite du malade)
- Mode de vie du patient :
Accessibilité de l’habitat :
- Plainte du patient :
•
Gène professionnelle,
•
fatigue,
•
douleur.
Bilan morphologique
Cet examen est constitué d’un ensemble d’étapes visant à établir un
diagnostic précis. Parmi ces étapes, on trouve :
-L’inspection : Observation du patient.
 Rien à signalé
-La palpation : permet à travers le toucher d’évaluer les anomalies
non perçues par l’inspection. Cette étape complète l’inspection.
Douleur chronique au niveau du cou
Bilan articulaire :
 Réalisé par des mesures centimétriques :
Droit
Non
Non
Oui
Oui
Non
Non
Oui
Oui
 Bilan du cou :
Mouvement
Main-nuque
-toucher oreille-opposé
-toucher la nuque
-toucher l’oreille du m
coté
Main-poche
Main-dos
-soutien-gorge
-pointe de l’omoplate
-ceinture
Circumduction
gauche
Oui
Oui
Oui
oui
Oui
Oui
Oui
Oui
-Flexion : 6 cm
-extension : 13 cm
-inclinaison à droite : 13 cm
-inclinaison à gauche : 13 cm
-rotation à droite : 7 cm
-rotation à gauche : 7 cm
Bilan musculaire :
 Flexion (m.epineux) : cotation 3
 Extension (sterno-clouido-mastoïdien) : cotation 4
 Inclinaison lateral (droit ):cotation 3
 Rotation droite: cotation 4
 Rotation gauche:cotation 4
 Inclinaison lateral(gauche): cotation 4
I. PRESENTATION DU
PROTOCOLE REEDUCATIF
Les objectifes:
Dimunier la douleure
Renforcement musculaire
Traitement:
L’immobilisation: Quelque soit le moyen (minerve ou
collier), l’immobilisation doit être brève en (2 à 3 jours) et
uniquement en cas de douleur aigue.
Le massage antalgique : Il trouve une grande ampleur dans
le traitement de la cervicalgie, il, sera partie intégrante et
dispensable de la kinésithérapie en préparant ou en complétant
la rééducation. Pour cela, il faudrait y recourir à chaque séance,
vu son effet soulageant et relaxant pour la douleur cervical.
L’électrothérapie : Elle consiste en l’emploi de courant
électrique comme moyens thérapeutiques. Elle est appliquée sur
les points douloureux. En cas de cervicalgie , on aura plutôt
recours à un courant de basse fréquence qui est utilisé en
kinésithérapie pour agir contre la douleur ou pour stimuler u ou
plusieurs muscles.
Les étirements : Ils sont utilisés pour récupérer et préserver
un fonctionnement normal du système musculo-tendineux et de
la mobilité articulaire. Les étirements peuvent etre utilisés pour
traiter les situations musculaires particulièrement douloureuses,
pour corriger le déséquilibre musculaire et les perturbations de
la coordination neuromusculaire. On les utilise également pour
entretenir deux caractéristiques importantes des tissus : la
capacité d’allongement et de résistance.
La propriocéptivité : Cette technique vise à corticaliser les
mouvements corrects de la colonne cervicale dans différentes
positions devant un miroir quadrillé.
II. CONSEILS D’HYGIENE
Régler le plan de travail en hauteur et la luminosité afin de garder
le dos droit.
Lorsque l’on regarde la télévision, ou devant un ordinateur, l’écran
doit être dans le champ visuel, le regard proche de l’horizontale.
Lors du sommeil, l’oreiller doit être confortable, adapté en forme
(ni trop gros, ni trop plat) et en qualité (ni trop dur, ni trop mou) et
avec une épaisseur qui doit être égale à la distance entre l’épaule er
l’oreiller afin d’assurer la neutralisation, de la position du cou.
Apprendre à mieux respirer : une respiration mal synchronisée,
réalisée par la partie haute du thorax entraine un surmenage des
muscles cervicaux. Le patient, en position de D.D doit apprendre à
maitriser la respiration abdomino-diaphragmatique et faire des
exercices de synchronisation respiratoire (inspiration/expiration)
Le traitement kinésithérapique antalgique ne peux donner de bons
résultats que s’il ya une bonne coordination entre le kiné , le
patient et le plant de rééducation, puisque la relation soignantsoigné est un élément clé de la guérison.
Fracture tibia droit
PRESENTATION DU DOSSIER
SOCIO-ADMINISTRATIF :
Il s’agie du patient Ayane Rachid âgé de 63 ans, qui habite à Meknès
marié, père de deux enfants et qui travail commerciale.
-
Le patient présente une fracture de ¼ de tibia droit.
Le patient n’a jamais souffert d’antécédents pathologiques.
Le patient a fait un accident à 20h00 a coté de CTM route Fès.
3 mois botte plâtré.
Le médecin chirurgien Dr Galéze a prescris des séances de
kinésithérapie à fin de récupéré la fonction du pied.
A. PRESENTATION ANATOMOPATHOLOGIQUE :
1/ Qu'est-ce qu'une fracture de la jambe (tibia) :
La jambe est la partie du membre inférieur située entre le genou et la
cheville. Elle comporte 2 os : le tibia et le péroné appelé également fibula.
Une fracture de la jambe est la cassure soit du tibia, soit de la fibula (ou
péroné), soit des deux. Ces deux os se cassent souvent en même temps, car
ils sont reliés entre eux par une membrane et par des insertions
musculaires (zones de fixation des muscles sur les os).
Ce type de fracture peut se produire à deux endroits de l’os :


sur le corps de l’os appelé diaphyse (partie fine et allongée) ;
sur la métaphyse qui est la zone de jonction entre le corps et la tête de
l’os (la tête de l’os appelée épiphyse correspond à l’extrémité
arrondie de l'os).
Ces fractures ne concernent jamais la tête de l’os et ne touchent pas les
articulations. Les fractures de jambe sont des fractures extraarticulaires.
2/ Comment se manifeste une fracture de tibia :
La fracture se manifeste par :



un craquement douloureux dans la jambe. La personne blessée ne
peut plus prendre appui sur le membre atteint ;
éventuellement un raccourcissement de la jambe avec le pied tourné
en dehors ;
parfois un état de choc (pâleur, sensation de malaise, accélération des
battements du cœur).
Sur le lieu d’un accident, si une personne ayant subi un traumatisme
présente ces symptômes, il ne faut pas la bouger. Contactez
immédiatement les services médicaux d'urgence.
Une fois les secours arrivés, la jambe du patient est immobilisée grâce à
une attelle. Puis, le blessé est transporté au service des urgences de
l’hôpital le plus proche.
3. Quelle sont les causes de fracture de tibia :
Les fractures tibia-péroné surviennent essentiellement à
l'occasion d'une violente torsion telle qu'elles peuvent survenir
lors d'une chute de ski. Elles peuvent aussi être dues à une
compression ou à un choc direct particulièrement violent,
dans un accident de voiture ou dans un atterrissage violent
en parachute par exemple.
PRESENTATION DES BILANS :
Bilan masso-kinésithérapique :
Interrogatoire :
L’interrogatoire est un temps essentiel de l’examen kinésithérapique,
mais son orientation dépend étroitement du contexte. Il sera donc
détaillé à chaque fois en dépend de l’évolution.
Ce dernier a révélé :
fracture du ¼ de tibia
douleur au niveau de tibia droit
Bilan morphologique
Cet examen est constitué d’un ensemble d’étapes visant à
établir un diagnostic précis. Parmi ces étapes, on trouve :
-L’inspection : Observation du patient.
Rien à signalé.
-La palpation : permet à travers le toucher d’évaluer les anomalies
non perçues par l’inspection. Cette étape complète l’inspection.
Douleur chronique au niveau du tibia et œdème.
Bilan fonctionnel :
 possibilité de la marche avec une cane.
 Station debout : stable.
 Monter et descendre les escaliers son difficulté
Bilan articulaire :
 Réalisé par des mesures centimétriques :
Droit
51 cm
46 cm
30 cm
25 cm
Mesure en langueur
cm
 Cuisse :
EIA>- tube du
condyle externe
 Jambe :
Tuber. Condyle
externe- point de
malléole externe
 Cuisse :
30 cm
Au dessus de la
rotule
 Jambe :
gauche
51 cm
46 cm
25 cm
Au dessus de la
rotule
mouvement Act. (Drt)
flexion
130°
extension
0°
Rotation ext
35°
Rotation int
25°
Flexion
dorsal
Flexion
palmaire
Abduction
Adduction
Bilant musculaire :
mouvement
flexion
extension
P. (Drt)
110°
0°
30
20
Amplitude
140°
0°
40°
30°
80°
A. (G)
135°
0°
38°
27°
P. (G)
130°
0°
35°
25°
130°
40°
10°
M. droit
Cot : 3
Cot : 3
M. gauche
Cot : 4
Cot : 4
I. PRESENTATION DU
PROTOCOLE REEDUCATIF
Les objectifies:
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire