Telechargé par ywouldu-dothat

memoire v finale

publicité
‫المملكة المغربية‬
‫وزارة الصحة‬
‫المعهد العالي للمهن التمريضية‬
‫وتقنيات الصحة فاس‬
Royaume Du Maroc
Ministère De La Sante
Institut Supérieur Des
Professions Infirmières
Et Techniques De Sante
Fès
Les facteurs influençant l’évolution des
pratiques professionnelles par la recherche : cas
des manipulateurs en imagerie médicale au
niveau des services de radiologie des hôpitaux
publics et semi-public de Fès
Mémoire présenté pour l’obtention du diplôme de licence
professionnelle
Filière : Techniques de santé
Option : Radiologie
Réalisé par :
Encadré par :
❖ Ilham Ouarras
Pr. Abdelkhalek Housni:
❖ Zakia Ifleh
Enseignant chercheur à
❖ Imane Sinnou
l’ISPITS de Fès.
Année universitaire :
2017-2018
Résumé
Dans la littérature, la plupart des écrits recensés s’accordent sur l’importance de
la recherche dans la pratique infirmière en tant que moyen permettant d’améliorer la
qualité des soins et leur efficacité, et qui est un outil qui fournit des résultats probants
pour la prise des décisions éclairées, ainsi contribuer à faire avancer le développement
de la profession infirmière. Mais, il s’avère que le réflexe de s’inspirer des savoirs
scientifiques afin de répondre aux questions posées dans la pratique se produit
rarement. Cela, nous a poussés à se poser de nombreuses questions vis-à-vis de ce
phénomène, entre autres, quels sont les facteurs liés à la pratique de la recherche et leur
impact sur les pratiques professionnelles du manipulateur exerçant au niveau du CHU
Hassan II, CHR Ibn Al Khatib et CHR Al Ghassani.
C’est dans cette optique qu’une étude quantitative est initiée pour répondre à
notre question de recherche, visant tous les manipulateurs œuvrant au sein des
hôpitaux concernés et à travers un questionnaire : Cette méthode de collecte de données
permet d’avoir des réponses écrites impératives et faciles à analyser.
L’analyse des résultats recueillis auprès de 50 manipulateurs conclut que : la
charge de travail, la disponibilité de temps, le poste occupé, les conditions de travail,
l’autonomie, le manque de la culture de la recherche et les croyances, le leadership, le
manque de ressources financières, l’absence des actions de formation et la vision
institutionnelle sont tous des facteurs regroupés selon une perspective individuelle et
organisationnelle affectante sur l’utilisation des résultats de la recherche dans la
pratique.
Finalement, des suggestions sont exposées pour promouvoir la pratique de la
recherche et la formation continue.
Mots clés : utilisation des résultats de la recherche, qualité de soins, les pratiques
professionnelles, manipulateur.
I
Tableaux Des Matières
RESUME ................................................................................................................................................................ I
TABLEAU DES MATIERES ............................................................................................................................ II
LISTE DES FIGURES ………………………...................................................................................................... II
LISTE DES TABLEAUX................................................................................................................................... VI
LISTE DES ABREVEATIONS ...................................................................................................................... VII
DEDICAS ...........................................................................................................................................................VIII
REMERCIEMENTS .......................................................................................................................................... IX
INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 1
Chapitre I : PHASE CONCEPTUELLE
I. Problématique .............................................................................................................................................. 4
II. Recension des écrits ................................................................................................................................. 9
III- Cadre de référence ................................................................................................................................. 20
IV- But de la recherche ................................................................................................................................. 20
V- Question de recherche ............................................................................................................................ 20
Chapitre II : PHASE METHODOLOGIQUE
I- Devis de recherche .................................................................................................................................... 22
1-Type de l’étude ............................................................................................................................................ 22
2-Milieu de l’étude ......................................................................................................................................... 22
3-Population à l’étude................................................................................………………............................. 22
a- Population cible ……………………………………………………………………................................ 22
b- Echantillon…………………………………………………………………………....……......................... 22
✓ Méthode d’échantillonnage…………………………………...……………...................... 22
✓ Taille d’échantillon…………………………………………………………………................ 23
4-Méthode et instrument de collecte des données ……………………………………………………. 23
5-Méthodes d’analyse et de traitement des données …………………………………..……………. 23
II-Considérations éthiques de l’étude …………………………………………………………...……….… 23
Chapitre III : PHASE EMPIRIQUE
I. Présentation et analyse des résultats ................................................................................................ 25
II. Discussion et interprétation des résultats ..................................................................................... 39
III. Forces et limites de l’étude .................................................................................................................. 44
II
IV. Suggestions ......................................................................................................……………………….……. 44
CONCLUSION .................................................................................................................................................... 46
REFERENCE WEBOGRAPHIQUE .............................................................................................................. 47
REFERENCE BIBLIOGRAHIQUE ............................................................................................................... 49
ANNEXES : Questionnaire de l’étude ..................................................................................................... 50
III
Liste Des Figures
Figure n°1 : Les facteurs liés à l'évolution des pratiques professionnelles du
manipulateur……………………………………………………………………………………………………..….... 20
Figure n°2 : Considération de l’utilisation des résultats issus de la recherche comme
étant une obligation professionnelle………………..………………………..……………………………... 26
Figure n°3 : Utilisation des résultats de la recherche scientifique dans la
pratique………………………………………………………………………………………………………………….. 27
Figure n°4 : Les sources d’information de l’URR dans la pratique…….……………………….. 28
Figure n°5 : Conditions de travail favorables à l’URR dans la pratique……………….……... 29
Figure n°6 : Les causes de la non-conditions de travail favorables à l’URR………………… 29
Figure n°7 : Disposition d’une autonomie suffisante pour modifier la pratique……….… 30
Figure n°8 : Les activités de la formation continue………….……………………………………….. 31
Figure n°9 : Formation en matière de la recherche clinique………………………..……………. 32
Figure n°10 : Cadre de la formation en matière de la recherche clinique…………………... 32
Figure n°11 : Formation en matière de l’utilisation des résultats de la recherche
scientifique…………………………………………………………………………………………………...………… 33
Figure n°12 : Utilités des connaissances et les habiletés acquises sur la recherche au
cours des formations……………………………………………………………………..………………………… 33
Figure n°13 : L’idée des manipulateurs en radiologie sur les médecines en travail……. 33
Figure n°14 : L’opposition des médecines sur les pratiques avancées des manipulateurs
en radiologie…………………………………………………………………………………….……………..……… 33
Figure
n°15
:
Implication
de
la
direction
dans
les
travaux
de
recherche……………………………….……………………………………...……………………………………….. 34
Figure n°16 : Existence d’une vision en matière de la recherche et sa
communication……………………………………………………………………………………………………….. 35
Figure n°17 : Existence du leadership………………………….………………………………….………. 35
Figure n°18 : Utilité du leadership pour soutenir l’URR dans la pratique…………..………. 35
Figure n°19 : Les actions à mettre en place par le leadership pour aider l’URR dans la
pratique……………………………………..…………………………………………………………………………… 36
Figure n°20 : Participation à des associations dans le cadre de l’organisation des actions
de la formation continue pour les manipulateurs……………………………………………………… 36
IV
Figure n°21 : Création des échanges avec les associations des manipulateurs en
radiologie à l’échelle nationale et / ou internationale…………………………………………….… 37
Figure n°22 : Considération de la formation continue comme étant une obligation pour
les manipulateurs………………………………………………………………………………………………….... 37
V
Liste Des Tableaux
Tableau n°1 : L’utilité de l’utilisation des résultats de la recherche dans la pratique.… 25
Tableau n°2 : Perception des manipulateurs en radiologie des résultats issus de la
recherche…………………………………………………………………………………………………………...…... 26
Tableau n°3 : Effets de la formation continue……………………………..…………………………… 27
Tableau n°4 : Les causes de la non URR dans la pratique…………………………………………. 28
Tableau n°5 : Les facteurs facilitant l’URR dans la pratique ……………………………………... 30
Tableau n°6 : Les caractéristiques des manipulateurs en radiologie influençant l’URR
dans la pratique. ………………………………………………………………………………………………………31
VI
Liste Des Abréviations
ACDSI : Académie des Chefs de Direction en soins Infirmiers
ACESI : Association Canadienne des Ecoles des Sciences Infirmières
ACRI : Association Canadienne pour la Recherche Infirmière
AIIC : Association des Infirmières et Infirmiers du Canada
CII : Conseil International des Infirmières
FCRSS : Fondation Canadienne de la Recherche sur les Services de Santé
FIIC : Fondation des Infirmières et Infirmiers du Canada
IM : Imagerie Médicale
IRSC : Instituts de Recherche en Santé du Canada
L’URR : Utilisation de Résultats issus de la Recherche
MDE : Manipulateurs en radiologie Diplômés d’Etat
OIIQ : Ordre des Infirmières et Infirmiers du Québec
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
VII
Dédicace
Allah tout-puissant qui nous a inspirés, qui nous a guidés dans le bon chemin
Louanges et remerciements pour votre clémence et miséricorde.
À NOS MERES
Aucun mot ni aucune dédicace ne pourrait exprimer toute l’estime et toute la
reconnaissance que nous éprouvons à votre égard.
Reçois par ce modeste travail l’expression de notre considération profonde, de
notre amour intarissable que ce travail puisse encore vous honorer et faire votre
fierté.
Nous prions ALLAH qu’il vous protège, qu’il vous garde, vous donne la santé et
t’accorde longévité.
À NOS PERES
Vous avez toujours été à nos côtés et vous avez toujours cru en nous.
Nous vous disons merci pour votre soutien et vos encouragements.
Nous espérons par ce modeste travail de vous honorer et vous rendre fière,
Nous vous portons dans nos cœurs que Dieu vous bénisse et vous donne la santé
et longévité.
À NOS SOEURS ET FRERES
Merci encore pour votre soutien et vos encouragements,
Vous avez été sans le connaître une des raisons motivantes de notre désir de
réussir,
Restons unis et soyons fidèles à l'éducation que nos chers parents nous ont
inculquée,
Trouvez dans ce travail la preuve de notre amour fraternel.
VIII
Remerciement
En préambule, nous voulons adresser tous nos remerciements aux personnes qui
nous ont aidés pour la réalisation de ce mémoire.
À NOTRE CHER ENCADRANT : MR. ABDELKHALEK HOUSNI
Nous tâchons de vous remercier pour l’intérêt que vous avez porté à notre
recherche, ainsi que les efforts considérables que vous avez déployés à notre
profit tout au long de l’élaboration de ce travail.
Soyez assuré de notre gratitude infinie pour nous avoir fait bénéficier de votre
rigueur scientifique et de votre expérience dans ce domaine.
Vous avez été pour nous un modèle à suivre de par votre sérieux, votre
disponibilité et votre modestie qui font de vous un homme respecté par tout le
monde.
Puisse ce travail vous honorer et faire votre fierté.
AUX MEMBRES DU JURY
Nous sommes très heureux de l’honneur que vous nous faites en acceptant de
juger notre travail.
Votre présence est pour nous, l’occasion de vous exprimer notre admiration de
votre grande compétence professionnelle et de votre généreuse sympathie.
Veuillez trouver à travers ce modeste travail la manifestation de notre plus haute
estime, de nos sentiments les plus respectueux et de notre reconnaissance.
À MONSIEUR LE DIRECTEUR DE L’ISPITS DE FES
Dr. BIJOU Abbas
Vous avez fait autant d’effort pour nous faciliter la mise en situation pratique de
ce travail. Nous tenons à vous remercier infiniment pour l’immense effort que
vous avez fait pour notre encadrement et pour votre pleine et entière
disponibilité.
À MONSIEUR LE DIRECTEUR D’ETUDE DE L’ISPITS DE FES
Mr. Bouzid Mohamed
Vous étiez notre premier recours pour l’adoption et l’élaboration de ce sujet
IX
fructueux, nous ne pouvons-nous empêcher de vous exprimer nos sincères
remerciements.
À LA COORDINATRICE D’OPTION TECHNICIEN DE RADIOLOGIE
Nous tenant à vous remercier sincèrement pour votre encadrement, votre soutien
sans failles et votre disponibilité, ainsi que vos conseils, vos commentaires et
votre correction pour mener à bien faire notre formation.
À NOS ENSEIGNANTS ET ENSEIGNANTES
Veuillez accepter à travers ce travail l’expression de notre profonde
reconnaissance pour votre assistance, votre sacrifice et notamment pour la
qualité de votre enseignement au long de notre formation.
X
Introduction
Le milieu médical dans son ensemble a subi de profondes mutations durant ces
vingt dernières années. Elle a des évolutions les plus marquantes soit du côté technique,
soit du côté diagnostique et thérapeutique, cette évolution ne réalise jamais sans une
évolution de très importante au niveau du personnel par des formations continues et
des recherches scientifiques. (Ramdani Yacine et Zenina Hamza ,2010).
L’OMS relève le rôle important de l’infirmière pour la santé en Europe et dans le
monde. Elle préconise de renforcer les soins infirmiers notamment au travers de la
formation et de la recherche. Le Conseil de l’Europe déclare en 1996, qu’une pratique
basée sur des résultats scientifiques améliorerait la qualité des soins infirmiers et leur
reconnaissance. La législation suisse récente exige une pratique des soins basée sur des
résultats actualisés et scientifiques, ainsi que l’intégration de l’evidence-based nursing
dans l’enseignement des soins infirmiers. (Marianne Walti-Bolliger, 2008).
Aujourd’hui, la recherche scientifique et la formation continue présentent un rôle
non négligeable dans le milieu médical et qui va s’accroitre dans le future , l’importance
de la recherche en sciences infirmières en tant que moyen permettant d’améliorer la
qualité, l’efficacité et l’efficience des soins infirmiers , bien que la recherche en sciences
infirmières ait suscité de plus en plus d’intérêt ces dernières décennies, l’utilisation de
ses résultats dans les milieux cliniques demeure encore très limitée . Malgré cette
évolution, l’utilisation du résultat de recherche et la mise en œuvre des connaissances
issues des recherches infirmières et des formations continues réalisées dans des
contextes différents n’est pas faciles avec la présente des empêchent, des facteurs
contraignants et des non-conditions de travail. (Loiselle, Profetto-McGrath, Polit, Tatano
Beck, 2007) ; (Estabrooks, 1999).
La recherche n’est inscrite que depuis peu dans le programme de la formation de
base et dans la formation post-graduée en soins infirmiers. La majorité des soignants
actuellement actifs n’ont pas reçu de formation à la recherche et tous rencontrent des
difficultés pour intégrer des résultats de recherche dans la pratique. (Marianne WaltiBolliger, 2008).
1
Suite à ces réflexions cette recherche comprend trois volets essentiels à savoir :
Tout d’abord, le premier se rapport à la phase conceptuelle qui relate,
exclusivement, le domaine de la recherche, la problématique relative à la pratique de la
recherche sur l'évolution des pratiques professionnelles du manipulateur, la recension
des écrits, le cadre de référence, le but et la question de recherche.
Ensuite, le deuxième volet définit le cadre méthodologique adopté pour mener
cette étude. Il décrit la population cible de l’étude, l’échantillonnage, la méthode et
l’instrument de collecte des données ainsi que les considérations éthiques à respecter.
Enfin, le troisième volet est consacré à la phase empirique qui présente les
résultats de la recherche suivis de leur discussion et les suggestions qui peuvent servir
pour l’amélioration de la pratique de la recherche afin d'évoluer des pratiques
professionnelles du manipulateur.
2
Chapitre I :
PHASE
CONCEPTUELLE
3
I. Problématique :
Aucun individu ne peut prétendre exercer un métier tout au long de sa carrière
avec les seuls acquis de sa formation initiale. Ceci qui vrai pour toutes les professions y
compris la profession médicale.
Avec le développement rapide des services de santé, des défis majeurs se posent
à tous les professionnels. Toute profession doit réviser ses anciennes pratiques et
satisfaire les gestionnaires des services de santé qui veulent que les professionnels, y
compris les infirmiers, fondent leur pratique sur les meilleurs donnés probants
disponibles (Bryar et al ;2003). Cette exigence est appuyée par l’OMS (WHO,1999).
La recherche joue un rôle important dans l'évolution et l'amélioration de
domaine de la santé en général et l'imagerie médicale en particulier soit la recherche
scientifique ou la recherche professionnelle.
La recherche est : « l’ensemble des travaux ayant pour objet la découverte de
connaissances nouvelles dans le domaine scientifique, littéraire ou artistique ». Donc,
elle a pour finalité de produire des connaissances vérifiées, de permettre à la discipline
et à la profession de se développer, de construire les sciences infirmières … et de guider
les pratiques des soins infirmiers. (Nicole Jeanguiot,2005).
La recherche scientifique est un processus, une démarche systématique qui
permet d’examiner des phénomènes, en vue d’obtenir des réponses à des questions
précises qui méritent d’être étudiées. C’est une méthode explicite qui consiste en une
série d’étapes intellectuelles et de règles opératoires à suivre pour résoudre un
problème. Cette démarche est universelle et partagée par d’autres disciplines (ROBERT,
1988).
Selon Legendre (1993), la recherche scientifique est un « ensemble d’activités
méthodiques, objectives, rigoureuses et vérifiables dont le but est de découvrir la
logique, la dynamique ou la cohérence dans un ensemble apparemment aléatoire ou
chaotique de données, en vue d'apporter une réponse inédite et explicite à un problème
bien circonscrit ou de contribuer au développement d'un domaine de connaissances ».
Selon OMS, la recherche infirmière visée à développer les connaissances relatives
aux soins dispensés aux personnes en bonne santé et malades. Elle est orientée vers la
compréhension des mécanismes fondamentaux génétiques, physiologiques, sociaux,
comportementaux et environnementaux qui touchent à la capacité des individus et des
4
familles à maintenir ou renforcer un fonctionnement optimal et à réduire les effets
négatifs de la maladie. (K. Wilson, 2000).
La recherche infirmière insiste également sur la génération de connaissances des
politiques et des systèmes qui dispensent de façon efficace et rationnelle des soins de
santé ; sur la profession et son évolution dans l’histoire ; sur les principes directeurs
éthiques pour la dispensation des soins infirmiers ; et sur les systèmes qui préparent de
façon efficace et rationnelle les infirmières à remplir la mission sociale actuelle et future
de la profession. (Maamri Abdellatif, 2015).
L’objectif de la recherche infirmière est l’amélioration/l’évolution des pratiques
professionnelles.
Les pratiques professionnelles dans le domaine médical et surtout du métier de
manipulateur en radiologie sont en pleine transformation. Le métier de technicien
connait plusieurs mutations profondes aussi bien dans ses activités de relation avec les
patients que son rapport à des outils technologiques évoluant rapidement. (Pires Jorge
José, 2016).
La pratique de la recherche ne touche pas seulement l’évolution des pratiques du
manipulateur, mais il s’agit plutôt de développer des capacités à discerner, à trouver des
solutions adaptées, à savoir redéfinir en continu l’organisation du travail et la
coopération entre les autres professionnels. Il s’agit d'améliorer la qualité du soin aux
patients et dans le souci de répondre aux besoins exprimés des professionnels.
En effet, une discipline professionnelle se caractérise par un lien fort entre la
pratique et la recherche. D’une part, la pratique fournit un champ d’investigations pour
la recherche en suggérant des questions et des problèmes relatifs aux soins, et d’autre
part, la recherche génère de nouvelles connaissances pouvant contribuer à améliorer la
pratique infirmière (Pépin, Kérouac, Ducharme, 2010).
La recherche en soins infirmiers est une nécessité pour la qualité des soins. Cela
est reconnu au niveau mondial, européen et national.
La recherche en sciences infirmières ait suscité de plus en plus d’intérêt ces
dernières décennies, l’utilisation de ses résultats dans les milieux cliniques demeure
encore très limitée (Loiselle, Profetto-McGrath, Polit, Tatano Beck, 2007) ; (Estabrooks,
1999).
C’est la recherche et le recours à des résultats de recherche dans la pratique des
soins, qui représentent l’innovation. La recherche n’est inscrite que depuis peu dans le
programme de la formation de base et dans la formation post-graduée en soins
5
infirmiers en Suisse. La majorité des soignants actuellement actifs n’ont pas reçu de
formation à la recherche et tous rencontrent des difficultés pour intégrer des résultats
de recherche dans la pratique. L’analyse qualitative des réponses amène quelques
précisions sur le type de recherches souhaité. (Marianne Walti-Bolliger, 2009).
Estabrooks CA (The conceptual structure of research utilization. Res Nurs Health
1999) définit l’utilisation de résultats de recherche comme un processus complexe au
cours duquel le savoir, issu des résultats d’une ou plusieurs recherches, est transformé
en intervention de soin possible. L’utilisation de savoirs généralisés, qui peut prendre la
forme de protocoles, ne correspond cependant que partiellement à la culture et aux
valeurs des soins infirmiers qui réclament une approche individualisée de chaque
situation de soins.
En Tunisie, des facteurs contextuels portent à croire que les obstacles à la
recherche ainsi qu’à l’utilisation de ses résultats dans la pratique professionnelle sont
énormes. En effet, des observations empiriques permettent d’avancer que peu
d’infirmiers tunisiens s’intéressent à la recherche et, ce n’est qu’à l’occasion de leur
mémoire de fin d’études de la licence qu’ils s’en préoccupent un peu.
La mise en œuvre des connaissances issues des recherches infirmières réalisées dans
des contextes différents n’est pas facile cela nécessite en effet un travail d’adaptation de
ces nouvelles connaissances à nos milieux de soins, à nos ressources disponibles et aux
caractéristiques de nos patients. (F. krifa, J. Gagnon, A. Nouira, 2014).
La formation continue, d'après l’office des professions du Québec, est définie
comme suit :
«
Toute
activité,
structurée
ou
non
structurée,
axée
sur
l'acquisition,
l'approfondissement ou la mise à jour de connaissances ou sur le développement
d'habiletés ou d'attitudes et destinée à maintenir et améliorer la compétence d'une
professionnelle en exercice, en regard des exigences du métier ».
Cette définition de la formation continue est en relation étroite avec la notion de
compétence dont les composantes essentielles sont : les connaissances requises pour
exercer une profession (le savoir) ; les habiletés nécessaires pour l'exercer
convenablement (le savoir-faire) ; les attitudes à adopter pour traduire ces dimensions
dans l'exercice de la profession (le savoir-être). (Ramdani Yacine et Zenina Hamza
,2010).
La formation continue permet non seulement la mise à jour des connaissances et
le maintien des compétences, mais elle est aussi intimement liée à l’évolution de la
6
pratique infirmière, au développement de la profession, et à l’amélioration de la qualité
des soins.
Aucun programme initial d’études ne peut, en effet, permettre aux infirmières
d’acquérir les connaissances et de développer les compétences dont elles auront besoin
pendant toute leur vie professionnelle.
Le développement scientifique et technologique, la modernisation des lois
professionnelles et l’émergence de nouveaux rôles infirmiers exigent l’acquisition de
nouvelles connaissances, le développement d’autres compétences, ainsi que le
renouvellement
des
pratiques cliniques basées
sur
des
résultats
probants.
C’est pourquoi l’ordre des infirmiers et infirmières du Québec (l’OIIQ), dont la
mission principale est d’assurer la protection du public, l’OIIQ est d’avis qu’il est
important de promouvoir une culture de la formation continue chez les infirmières tant
sur
le
plan
individuel
que
collectif.
Dans une optique de protection du public et dans le but d’inciter les infirmières à
s’engager
plus
activement
et
de
façon
constante
dans une démarche de formation continue, l’OIIQ a adopté un document d’orientation
ainsi qu’une norme professionnelle de formation continue qui s’adressent à l’ensemble
des infirmières, quel que soit leur domaine d’exercice. L’entrée en vigueur de cette
norme professionnelle est le 1er janvier 2012 aux fins de la déclaration annuelle pour
l’inscription au tableau au plus tard le 31 Mars 2013.
En 2010-2011, 79,4 % des infirmières qui exercent la profession au Québec ont
déclaré
avoir
participé
à
des
activités
de
formation
continue,
ce
qui
représente une hausse de 14 points de pourcentage en quatre ans.
Les infirmières qui ont facilement accès à des activités de formation continue ont
la perception d’être plus compétentes et de donner de meilleurs soins. (Jérôme Ouellet,
Martine Maillé, Suzanne Durand et Céline Thibault, 2011)
En effet, malgré des modifications apportées aux programmes de formation, et ce
à travers le monde, et les progrès réalisés dans la diffusion des conclusions des
recherches en sciences infirmières (Loiselle, Profetto-McGrath, Polit, Tatano Beck,
2007), les infirmiers intègrent trop rarement les résultats de recherche dans leur
pratique quotidienne (Ducharme, 2007).
Au cours de Notre stage au niveau du service de radiologie à CHU Hassan
II de Fès, suite à des entretiens réalisés avec les techniciens des différents services de la
radiologie sur la pratique de la recherche, il évoque un manque de la recherche et
7
l'absence des activités de la formation continue par les manipulateurs, cela est dû à la
surcharge de travail, les horaires de travail et la croyance que la formation initiale est
suffisante.
Donc les questions qui se posent sont :
-Est-ce que l'utilisation des résultats issus de la recherche est-elle une obligation
professionnelle ?
-Quel est l'impact de la pratique de la recherche sur la qualité de soins ?
-Sur quelle méthode s’appuie le manipulateur pour évoluer et renouveler ses pratiques
professionnelles ?
-Quels sont les facteurs qui peuvent faciliter et contraigne l’utilisation des résultats issus
de la recherche ?
-Comment le manipulateur se manifeste-t-il avec les changements de la technique de son
métier ?
-Est-ce que le manipulateur base ses pratiques sur les résultats de la recherche ?
- Quelles sont les conditions favorables pour démarrer une pratique de la recherche ?
L’objectif de ce travail est de comprendre les facteurs influençant l’évolution des
pratiques professionnelles par la recherche : cas des manipulateurs en imagerie
médicale. Et d’avoir connu les activités des recherches utilisées pour une meilleure
amélioration de ses compétences.
La pratique de la recherche et l’utilisation des résultats issus de la recherche sont
nécessaires pour le manipulateur en radiologie afin d’améliorer leur pratique en
imagerie médicale et aussi permet de prodiguer des soins de santé efficace, efficientes et
de qualité.
8
II. Recension des écrits :
La recherche est un atout d’excellence pour l’évolution des professions. Elle
favorise le développement des connaissances et la validation des pratiques dont elle
garantit la qualité (Omery et Williams, 1999). Elle vise le développement de la science et
du savoir propre à chaque discipline (Millor, Haber, 1992 cités par Goulet ,1999).
Aussi, (Goulet, Lampron, Morin, Hon, 2004) affirment que la recherche est un
outil précieux qui fournit des données probantes pour des prises de décisions éclairés
en pratique infirmière.
Polit &Beck, 2012 ont définies la recherche infirmières comme étant une
démarche qui procède d’une enquête systématique visant à dégager de nouveaux
savoirs infirmiers au bénéfice des patients, des familles et des communautés. Pour des
finalités de guider les décisions afin d’améliorer la santé et la qualité de vie des patients,
fournir des données probantes qui pourront réintégrer la pratique, la formation, la
gestion et la recherche, et de générer de nouveaux savoirs, évaluer les pratiques et les
services existants.
Tchampiihalucinous 2016 a dit que le terme évolution désigne tout type d'un
ensemble de modifications graduelles et accumulées au fil du temps, affectant un objet
(planète, relief, océan, objet manufacturé, etc.), un être vivant (croissance et
vieillissement, par exemple), une population (évolution des espèces évolution du climat,
évolutions historiques, évolutions économiques, etc.) ou encore la pensée (évolution des
idées) et le comportement (évolution des mœurs).
En outre, une compétence est un ensemble intégré et fonctionnel de savoir,
savoir-faire, savoir être et savoir devenir qui permettront, face à une catégorie de
situations, de s’adapter, de résoudre des problèmes et de réaliser des projets (Marc
Romainville – Belgique ,1998).
Les compétences des manipulateurs en radiologie reposant à la fois sur des
qualités relationnelles avec les patients et sur la maîtrise des techniques d'imagerie
médicale et de matériels de plus en plus sophistiqués il doit être en mesure d'adapter les
protocoles en fonction de la prescription médicale et du contexte clinique de chaque
patient, il intervient aussi dans la chaine de soin. (Ramdani Yacine et Zenina hamza,
2010)
9
Ils ont limité aussi (Ramdani Yacine et Zenina hamza, 2010) les buts de la
recherche dans l'amélioration des compétences, l'accompagnement des nouvelles
technologies, l’évolution du métier, l’enrichissement des connaissances et des nouvelles
données et le perfectionnement au travail.
Les activités de formation continue sont les activités d'apprentissage
professionnel qu'entreprend un professionnel pour maintenir ses connaissances à jour,
acquérir de nouvelles compétences, planifier pour l'avenir et s'acquitter de ses
responsabilités professionnelles. Ces apprentissages s'acquièrent de deux façons :
•
Apprentissage individuel:
· Lecture professionnelle ;
· Recherche sur Internet ou cours en ligne ;
· Recherche individuelle ;
· Rédaction professionnelle ;
· Allocutions et présentations non liées à sa propre pratique ;
•
Apprentissage de groupe:
· Participation à des conférences et à des ateliers ;
· Présence à des cours ;
· Élaboration et présentation de cours ;
· Participation à des séminaires et à des groupes de discussion ;
· participation à des cours (Ramdani Yacine et Zenina hamza, , 2010).
Selon le sondage (CROP, mars 2011), le manque de temps, la fatigue liée à la
surcharge de travail, le manque de ressources financières, la pénurie de personnel, la
difficulté d’accès à des activités de formation continue et le manque de soutien de
l’employeur constituent les principaux facteurs freinant la participation à des activités
de formation continue.
Les facteurs freinant la participation à des activités de formation continue (Sondage
CROP, mars 2011) (Pourcentages exprimés à partir des moyennes) :
•
Manque de temps…… 73 %
•
Fatigue liée à la surcharge de travail…71 %
•
Manque de ressources financières….68 %
•
Pénurie de personnel… 68 %
•
Difficulté d’accès à des activités de formation continue…. 63 %
•
Manque de soutien de l’employeur …61 %
10
Et selon (Ramdani Yacine et Zenina hamza, 2010), les facteurs facilitant la
formation continue sont :
•
Publication des nouveautés des journées scientifiques.
•
Disposer d'une bibliothèque pourvue d'ouvrages radiologiques spécialisés dans les
services de radiologie.
•
Accès aux technologies de l'information et de la communication au niveau du lieu de
travail.
•
Créer des associations qui peuvent organiser et assurer des actions de formation
continue pour les manipulateurs.
•
Créer des échanges avec les associations des manipulateurs en radiologie à l'échelle
nationale et internationale.
•
Création de site Web dédié à toute l'actualité radiologique à l'échelle nationale.
Dans tous les pays, les objectifs de la recherche sont les mêmes. Ils sont
empreints des valeurs humanistes véhiculées par la profession infirmière et corroborent
ceux énoncés par le CII (1998). Les objectifs se déclinent en plusieurs points :
« Développer les connaissances sur les soins et leur application pratique, à savoir le soin
des personnes malades et en bonne santé. Comprendre les mécanismes fondamentaux
qui affectent les capacités des individus et des familles, maintenir ou améliorer les
fonctions optimums et minimiser les effets négatifs de la maladie, mettre au clair les
résultats des interventions des infirmières afin d’assurer la qualité et la rentabilité des
soins. Conduire et collaborer à des recherches cliniques, à la promotion de la santé, au
développement et à la gestion des services de santé, à l’amélioration des politiques de
santé et enfin, à l’enseignement. » (CII,2008).
Selon Loiselle C.G., Profetto-Mc Grat, Polit et Beck. Les infirmières participent à la
recherche de différentes manières. Elles peuvent :
•
utiliser des travaux de recherche récents pour améliorer leur pratique
•
entreprendre des projets de recherche tout en étant en exercice afin d’assurer de
meilleurs soins
•
devenir membre d’un club de lecture d’articles scientifiques
•
assister à des conférences qui présentent des résultats de recherche
•
participer au développement d’une idée pour une étude clinique
•
examiner un projet de recherche et proposer des améliorations
•
aider les chercheurs et chercheuses à recueillir de l’information pour une étude.
11
Les infirmières chercheuses contribuent à l’évolution des soins et à la mise en
œuvre d’une pratique fondée sur des résultats probants.
Christophe Debout, responsable du Département des sciences infirmières et
paramédicales à l’EHESP a mentionné que la recherche en soins infirmiers est apparue
au début des années 1950 aux Etats-Unis avec le lancement de la première revue de
recherche Nursing Research. Donc dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a existé
un mouvement visant à produire de la recherche scientifique à partir des soins
infirmiers.
Très rapidement ensuite, les organisations internationales ont aidé à son
développement notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Conseil
international des infirmiers et plus tard l’Union européenne.
Les travaux d’Estabrooks figurent parmi les premiers à étudier la problématique
de l’utilisation de la recherche dans la pratique infirmière (Estabrooks,1999), cette
auteure démontre que les connaissances scientifiques issues de la recherche viennent au
dernier rang comme source de savoirs en milieux cliniques, et que celles découlent de
l’expertise clinique et de l’expertise personnelle acquise lors de la formation de base
sont les plus privilégiées.
Une autre étude plus récente (Ozsoy&Aedahan,2008 cité dans Pépin et al.,2010) a
révélé également que devant des situations problématiques de soins, les infirmiers
semblent ne pas s’orienter vers les publications scientifiques pour résoudre leurs
problèmes et ce ; malgré leur attitude favorable à la pratique basée sur des données
probantes.
Par Marianne Walti-Bolliger 2008, l’OMS relève le rôle important de l’infirmière
pour la santé en Europe et dans le monde. Elle préconise de renforcer les soins
infirmiers notamment au travers de la formation et de la recherche.
Le Conseil de l’Europe déclare en 1996, qu’une pratique basée sur des résultats
scientifiques améliorerait la qualité des soins infirmiers et leur reconnaissance. La
législation suisse récente exige une pratique des soins basée sur des résultats actualisés
et scientifiques, ainsi que l’intégration de l’evidence-based nursing dans l’enseignement
des soins infirmiers.
L’absence de la culture de recherche est considérée comme un obstacle à
l’avancement de la profession d’infirmière, a fait remarquer Irma Bois de la DSI-MSPP,
2017. Elle convie ces dernières à se verser dans la recherche pour se perfectionner. « La
12
pratique et la formation sont interreliées avec la recherche et s’enrichissent
mutuellement pour des résultats probants en collaboration avec les experts ».
Selon le Conseil International des Infirmières CII en 1996 – jean marteau- en
suisse, il arrive souvent que les études sur la recherche en soins infirmiers révèlent les
besoins essentiels des individus, des familles et des communautés.
Les études suivantes montrant que les résultats de la recherche en soins
infirmière peuvent aider à planifier les soins et à élaborer des programmes adaptés aux
besoins des collectivités humaines.
Après des discussions avec des enfants cancéreux Taïwan, Martinson et Liu ont
démontré que les infirmières devaient absolument comprendre les espoirs et les rêves
de ces enfants pour pouvoir Panifier leurs soins.
Une étude de Al-Hussein et autres a permis d’expliquer la qualité médiocre des
soins infirmiers dispensés par les institutions gouvernementales de santé publique au
Ghana. Ces chercheurs ont en effet découvert que le personnel infirmier occupait des
emplois supérieurs ou inférieurs à son niveau de formation, par exemple, infirmières
diplômées chargées de nettoyer les salles ou infirmières auxiliaires effectuant des
sutures, installant des perfusions, etc. Une pénurie d’équipement et autres matériels de
base, ainsi que des problèmes structurels affectant la qualité des soins ont également été
découverts. (Jean Marteau, 1996)
En 2004, le bureau de la politique des soins infirmiers de santé Canada a réuni
cinq organisations nationales d’infirmières – l’association des infirmières et infirmiers
du Canada (AIIC), l’association canadienne des écoles de sciences infirmières (ACESI), la
fondation des infirmières et infirmiers du Canada (FIIC), l’académie des chefs de
direction en soins infirmiers (ACDSI) et l’association canadienne pour la recherche
infirmière (ACRI) – afin d’examiner la situation des sciences infirmières et de la
recherche en cette matière au Canada.
À la suite de cette rencontre, le consortium canadien pour la recherche et
l’innovation en sciences infirmières (ci-après nommé le consortium) a été formé dans le
but de donner une voix unique et forte à la promotion de la recherche en sciences
infirmières.
L’ACESI a assumé les fonctions de secrétariat. Il a été jugé nécessaire de
déterminer d’abord la situation de la recherche en sciences infirmières au Canada afin
d’éclairer les discussions concernant l’avenir des sciences infirmières et de la recherche
connexe.
13
La fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) a
consenti des fonds au consortium afin d’analyser la question et d’élaborer un cadre de
travail visant le renforcement de la capacité de recherche en sciences infirmières.
Le présent rapport constitue l’aboutissement de ce projet. Il dépeint le
développement de la recherche en sciences infirmières au fil du temps, sauf en ce qui
concerne la productivité en recherche, un sujet sur lequel il n’existe aucune donnée
ancienne. Le rapport présente des données et de l’information pour les années 2000 à
2007.Dans certains cas, des données pour certaines années antérieures à 2000 ou
postérieures à 2007 ont été fournies. Les résultats suggèrent que les investissements
faits dans la recherche en sciences infirmières ont eu une incidence marquante sur la
productivité en recherche. En 2008, il appert que la recherche en sciences infirmières
peut se pencher sur des questions prioritaires en matière de santé et de services de
santé au Canada. On a procédé à l’identification des domaines à renforcer. La recherche
en sciences infirmières nécessite toutefois des investissements supplémentaires
substantiels afin d’atteindre le prochain niveau de découvertes et de former une
nouvelle génération de chercheurs. (Association canadienne des écoles de sciences
infirmières, 2008)
Selon JOVIC.L (2009 et mise à jour en 2015), le rôle de l’infirmière dans le
processus de la recherche peut être variable en fonction des circonstances, de son
niveau d’implication et de sa formation. Cependant, il est important de clarifier sa
contribution à chaque projet. En allant d’un extrême à l’autre l’infirmière peut être le
concepteur et l’investigateur principal de la recherche ou bien un des acteurs du recueil
de données.
Les circonstances de pratique et/ou d’utilisation de la recherche sont diverses
pour les infirmières. Elles peuvent être déclinées selon trois possibilités qui ne sont pas
exclusives : l’acquisition d’une culture scientifique, la réalisation de travaux, la
contribution à la recherche d’autres professionnels (médicale …).
Selon Marie Fasquel-Stry Jkowski. 2012, l’acquisition d’une culture scientifique
concerne chaque professionnel. Elle repose sur la compréhension de l’intérêt de la
recherche pour la pratique, l’intégration des méthodes de raisonnement, l’utilisation
dans les soins de connaissances issues de la recherche dans différentes disciplines (soins
infirmiers, biomédicale, sciences humaines…). Concrètement, cela peut se traduire par la
lecture
critique d’articles scientifiques,
l’adaptation
et
la
transposition
des
connaissances dans son contexte de travail et l’interrogation de sa pratique. La culture
14
scientifique s’acquiert progressivement par une accumulation de connaissances, de
mises en œuvre régulières et la confrontation théorie – pratique.
Aujourd’hui les professionnels ont pris la mesure de l’intérêt de la recherche pour
l’amélioration continue de la pratique et l’ont exprimé lors du premier congrès national
infirmier qui s’est tenu à Nantes (mars 2006). Ce sujet a été traité dans un atelier
thématique consacré aux enjeux et perspectives de la recherche et de façon transversale
au cours de différentes interventions. Les participants à l’atelier ont fait apparaître : un
désir et le sentiment de la nécessité de faire des travaux tout en soulignant les difficultés
liées au manque de méthode et une trop forte implication dans le quotidien.
le monde ne deviendra pas chercheur, mais cette activité est indispensable pour le
développement des connaissances et l’amélioration de la qualité des soins aussi est-il
important de soutenir les personnes qui s’engagent dans cette voie exigeante. Par
ailleurs, il ne faut pas oublier que la recherche se fait également grâce à ceux qui n’en
font pas car ils sont plus disponibles pour les activités de soins. (Mars 2006, association
de la recherche en soins infirmiers en France).
Selon OMS 1990 en Suisse, la formation continue revêt une importance toute
particulière en période de changements accélérés, comme ceux que connaissent
aujourd'hui les pays qui s'efforcent de réorienter leurs systèmes de santé vers les soins
de santé primaires - condition essentielle pour parvenir à la santé pour tous.
Un système de formation continue se compose d'un ensemble d'éléments
interdépendants mettant en jeu le personnel, la politique, la planification, les activités et
l'équipement d'institutions et de programmes qui ont accepté d'unir leurs efforts pour
offrir à tous les agents de santé une occasion de parfaire leur formation tout au long de
leur carrière.
La gestion des services de santé gagne beaucoup en efficacité lorsqu'une
formation continue est assurée à toutes les catégories de personnels de santé et qu'un
encadrement des agents est intégré à la démarche éducative. Une formation continue
permettra d'établir un lien entre la formation de base et la pratique ; assortie de
mesures d'encadrement, elle élève le niveau des soins et renforce l'efficacité du travail.
Malgré son importance, la formation continue ne possède pas de vie propre et ne
constitue pas une fin en soi. Elle exige un effort soutenu pour que le travail de l'homme
s'adapte plus étroitement à la réalisation des objectifs des programmes de santé. (T.
Fülup Directeur, Division du développement des personnels de santé Organisation
mondiale de la Santé.)
15
Depuis quelques années, la formation continue occupe une place à l’avant-plan
des sujets d’intérêt autant pour les membres que pour les dirigeants des différents
ordres professionnels, et ce, dans une perspective de protection du public et
d’amélioration continue de la qualité. L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec
(OIIQ) se préoccupe lui aussi de cette question pour les infirmières exerçant la
profession au Québec. C’est dans cette optique qu’un document d’orientation ainsi
qu’une norme professionnelle encadrant la formation continue des infirmières ont été
adoptés. Le présent document explicite les orientations de l’OIIQ en matière de
formation continue, tandis qu’un second document énonce les éléments de la norme
professionnelle de formation continue pour la profession infirmière au Québec et en
définit l’application.
La norme professionnelle s’appuie non seulement sur l’obligation déontologique
de l’infirmière de tenir à jour ses compétences et sur l’un des énoncés descriptifs de
l’exercice de la profession, mais elle les renforce. Les articles 17 et 18 du code de
déontologie des infirmières et infirmiers soulignent en effet l’importance « d’agir avec
compétence » et de « tenir à jour ses compétences. »
« 17. L’infirmière ou l’infirmier doit agir avec compétence dans l’accomplissement de
ses obligations professionnelles. »
Cette fin, l’infirmière ou l’infirmier doit notamment tenir compte des limites de ses
habiletés et connaissances.
« 18. L’infirmière ou l’infirmier doit tenir à jour ses compétences professionnelles afin
de fournir des soins et traitements selon les normes de pratique généralement
reconnues. »
Par ailleurs, l’OIIQ s’est déjà prononcé sur la formation continue dans le
document perspectives de l’exercice de la profession d’infirmière, qui définit les assises
de la profession. Ces énoncés soutiennent que l’infirmière doit démontrer, dans le cadre
de sa pratique, qu’elle utilise de nouvelles connaissances et qu’elle contribue à en
générer d’autres, qu’elle participe au renouvellement des pratiques de soins et qu’elle
possède les connaissances nécessaires à la prise de décisions cliniques appropriées.
(Jérôme Ouellet, Martine Maillé, Suzanne Durand et Céline Thibault, 2011).
En fait, la littérature scientifique actuelle ne permet d’identifier que très peu de
facteurs facilitant l’intégration des résultats de recherche à la pratique par les infirmiers,
en effet, les différentes études se sont davantage attardées à répertorier les barrières à
leur utilisation plutôt que leurs facilitateurs. (F. krifa, J. Gagnon, A. Nouira, 2014).
16
Dans une étude descriptive réalisée par le Bureau de transfert et d’échange de
connaissances d’université Laval auprès d’infirmiers québécois, les facilitateurs de
l’utilisation des résultats de recherche citent par les répondants font souvent écho aux
obstacles répertoriés (Gagnon et al.,2009). Selon ces auteurs, les facteurs facilitant le
transfert des résultats de la recherche peuvent être classe en trois catégories :
premièrement, ceux liées à la personne ; deuxiement, ceux évoquant la responsabilité de
l’organisation tels que la culture, l’organisation du temps au travail, le soutien
administratif ; et troisiément ceux liés à la recherche principalement, les méthodes
utilisées et sa diffusion.
Plusieurs auteurs s’accordent sur l’importance des obstacles d’aspects culturels
et organisationnels, à l’utilisation de la recherche dans la pratique (Gagnon et al.,2009)
certains, ce type de barrières se manifeste par l’absence d’un environnement qui
valorise la recherche dans l’établissement (Halabi-nassif Hatem, 2008). En effet
d’encouragement à des initiatives innovantes et la pénurie de moyens financiers et de
matériels indispensables à l’instauration d’une culture d’utilisation de la recherche sont
les sources les plus cités dans différents écrits.
Les éléments liés à l’organisation ont un rôle très important à jouer dans
l’utilisation des résultats de la recherche par les professionnels de la santé. Une forte
implication des organisations tout au long du processus de recherche. La mise en place
d’une culture organisationnelle favorable et la présence de valeurs positives à l’égard de
la recherche représentent tous des facteurs favorisant l’acquisition et l’utilisation des
résultats de la recherche au sein des organisations (Roy et coll.,1995 ; Ducharme,2001 ;
instituts de recherche en santé du Canada ; Greenhalgh et coll.,2005 ; Berta et
Holl_Banaszak,2005 ; Walti-Bolliger,2009 ; Belkhodja, Amara, Aandry et Ouimet,2007).
Les organisations qui veulent développer des pratiques inspirées de la recherche
doivent donc : clarifier les raisons pour lesquelles elles adoptent la nouvelle
connaissance s’attaquer à un jeu fréquent et important pour leur organisation et assurer
la compatibilité de la connaissance avec priorités organisationnelles, (Newman,2002).
Une étude qui effectue en 2013 au niveau de CHP de Fès révèle que la direction
ne met pas des stratégies et des activités de soutien l’URR, il est constaté que cette
organisation ne joue pas le rôle qu’elle devrait assumer pour encourager les infirmiers à
opter à une pratique fondée sue les RR.
17
La charge énorme de travail et les longues listes d’attente sont des obstacles
importants à la mise en œuvre réussie des nouvelles pratiques (IRSC,2012). Or, le quart
de travail ou le moment où se présentent les différentes situations d’apprentissage
devient déterminant dans le développement de la compétence (Khomeiran et al., 2006).
Étant donné l’imprévisibilité, le manque de temps et la surcharge de travail que les soins
intensifs apportent, il est très difficile de prévoir les opportunités d’apprentissage. Ainsi,
l’amélioration des activités pédagogiques, les discussions avec des infirmières expertes
voire même la comparaison de différentes procédures incitent les infirmières à être
davantage confrontées à une pratique basée sur des données probantes (Cortes, 2004).
Doyon (2009), considère que le domaine des soins infirmiers demeure
particulièrement caractérisé par une faible utilisation des RR ; il est désormais bien
établi qu’il existe un écart entre la production de donnés de recherche de grande qualité
en matière de soins de santé et leur accessibilité et utilisation ultérieure par les
infirmiers.
La responsable de la direction des soins infirmiers du ministère de la santé
publique et de la Population (DSI-MSPP), Irma Bois. 2017, a recommandé aux
infirmières d'être des leaders compétents en matière de gestion des soins infirmiers et
des diagnostics infirmiers en vue d’offrir des soins de qualité.
Instauration d’un leadership permet de maximiser la cohérence et l’efficacité des
stratégies mises en place par les organisations afin de soutenir l’utilisation des résultats
de la recherche et contribue à l’établissement d’une vision commune et partagée des
objectifs à atteindre (Changnon, 2004 ; Greenhalgh et coll., 2005 ; Berta ; 2005).
Une enquête dans le domaine psychosocial au Québec en 2010. Cette étude a
révélé que 100% des répondants ont mentionné que l’ouverture et la réceptivité envers
l’utilisation des RR sont à la fois influencées par des caractéristiques propres aux
utilisateurs tels que la formation reçue, mais également par la présence des conditions
favorables au sein de leurs organisations dans le but de changer leurs pratiques
professionnelles.
Les attributs de l’infirmière ont été répertoriés comme étant déterminants dans
le développement de leur compétence (Huggins, 2004 ; Khomeiran et al. 2006). Par
exemple, la curiosité, la motivation et la satisfaction au travail (Khomeiran et al. 2006)
ont été soulignées comme facilitantes alors que l’insatisfaction a été ciblée comme
contraignante par Bucknall et Thomas (1997).
18
Cortes (2004), pour sa part, voit la formation continue comme étant essentielle à
la mise à jour des habiletés techniques. En somme, c’est l’image que l’infirmière a de sa
profession qui a été répertoriée comme étant un facteur qui influence le développement
de la compétence (Khomeiran et al., 2006).
Or, le quart de travail ou le moment où se présentent les différentes situations
d’apprentissage devient déterminant dans le développement de la compétence
(Khomeiran et al., 2006). Étant donné l’imprévisibilité, le manque de temps et la
surcharge de travail que les soins intensifs apportent, il est très difficile de prévoir les
opportunités d’apprentissage. Ainsi, l’amélioration des activités pédagogiques, les
discussions avec des infirmières expertes voire même la comparaison de différentes
procédures incitent les infirmières à être davantage confrontées à une pratique basée
sur des données probantes (Cortes, 2004).
Alors qu’il a été démontré qu’un bon climat de travail et un leadership positif (
motivation et encouragement) puissent avoir une contribution significative sur le
développement de la compétence (Salonen et al., 2007), Eraut, Alderton, Cole, et Senker
(1999)
ont,
quant
à
eux,
ciblé
le
rôle
du
chef d’unité au sein de l’équipe comme étant la clé maîtresse de l’apprentissage. Que ce
soit par sa personnalité, son expertise, l’établissement d’un climat de travail adéquat ou
l’offre de formation, la participation du chef s’avère irréfutable dans le processus
d’apprentissage. Quoique l’aspect de la formation continue se doive d’être omniprésent
dans la pratique des infirmières, les hôpitaux doivent proposer une formation en soins
critiques pour que les nouvelles infirmières sentent un minimum de niveau de confiance
(Cortes, 2004).
Une étude réalisée par Doney en 2005 qui a mis en exergue que les praticiens, y
compris les infirmiers utilisent l’internet comme source d’information.
Aussi une étude, réalise au Liban, les auteurs confirment que c’est internet qui est
la première source d’information sur laquelle se basent les infirmiers pour leurs prises
de décisions (Halabi Nassif Hatem,2008).
Ainsi, offrir un soutien par mentorat aux infirmières novices aux soins intensifs
est une stratégie éducationnelle qui capitalise sur la transmission des connaissances et
développe parallèlement la socialisation dans le milieu (Nickle, 2007).
19
III. Cadre de référence :
Le cadre qui a servi de référence pour conduire la présente recherche se présente
sous forme d’un modèle conceptuel décrivant les facteurs liés à la pratique de la
recherche sur l'évolution des pratiques professionnelles du manipulateur qui sont : la
recherche scientifique, la formation continue et le développement professionnel
continue.
Les facteurs
individuels :
Les facteurs
organisationnels :
•
La charge de
travail
• La disponibilité
de temps
• Le poste occupé
• Le manque de
ressources
• Conditions de
travail
• L’autonomie
• Confianceensoi
• Le
de la:
But
de manque
la recherche
culture de la
recherche
• Les croyances
•
Les facteurs
influençant
l’évolution des
pratiques
professionnelles
par la recherche
•
•
•
•
•
Le leadership
Pénurie des
associations de
formation
Manque de
ressources
financières
Absences des
actions de
formation
La vision
institutionnelle
IV. But de la recherche :
L’objectif de ce travail est de comprendre les facteurs influençant l’évolution des
pratiques professionnelles par la recherche : cas des manipulateurs en imagerie
médicale. Et d’avoir connu les types des recherches pour une meilleure amélioration de
ses compétences.
V. Question de la recherche :
Quels sont les facteurs influençant l’évolution des pratiques professionnelles par
la recherche : cas des manipulateurs en imagerie médicale ?
20
Chapitre II :
PHASE
METHODOLOGIQUE
21
I-
Devis de recherche:
1 - Type d’étude:
Il s’agit d’une étude du type descriptive quantitative visant la description des
facteurs influençant l’évolution des pratiques professionnelles par la recherche : cas des
manipulateurs en imagerie médicale.
2 - Milieu d’étude:
Notre étude se déroule au niveau des services de radiologie suivante :
Centre hospitalier universitaire de Fès (CHU), service de radiologie ;
Centre hospitalier provincial Al Ghassani (CHP) Fès, service de radiologie ;
Centre hospitalier Ibn Al Khatib Fès, service de radiologie ;
Le choix du lieu s’explique par l’importance de l’effectif des manipulateurs, sujet de
l’étude et la diversité de leurs profils de base.
3 - Population à l’étude:
a- Population cible:
La population cible est constituée de l’ensemble des manipulateurs de radiologie
diplômés d’état MDE exerçant au niveau des services de radiologie des hôpitaux publics
ou semi-publics de Fès.
Elle s’agit d’une population de 70 techniciens(es) radiologie répartie en 3
hôpitaux.
La présente étude vise à décrire les facteurs liés à la pratique de la recherche sur
l’évolution des pratiques professionnelles du manipulateur en IM, à cet égard tous les
techniciens en radiologie au niveau de CHU, CHP et le centre hospitalier Ibn Al Khatib
ont le droit d’y participe.
Ils sont exclus de cette étude les techniciens(es) qui font les gardes de nuit car ils
ne sont pas joignables à tout temps.
b- Echantillon:
✓ Méthode d’échantillonnage:
Sachant que la population cible est constituée de 70 manipulateurs en IM au
niveau des services de radiologie des hôpitaux publics ou semi-publics de Fès, la
méthode d’échantillonnage qui s’avère la plus appropriée est celle probabiliste stratifiée
qui est basée sur un tirage au sort d’un certain nombre des manipulateurs parmi ceux
faisant partie de chaque service de ses hôpitaux.
22
Ainsi, chaque membre de la population mère a une chance égale d’être inclus à
l’intérieur de l’échantillon. Cette méthode d’échantillonnage permet de maximiser les
chances de représentativité et de réduire les biais de hasard uniquement.
✓ Taille de l’échantillon:
Il s’agit d’un échantillon de l’ordre du 50 manipulateur en IM qui font partie de la
population mère constituée par 70 Manipulateur de radiologie. Ce qui représente un
pourcentage de 71,42 % des manipulateurs en IM au niveau des services de radiologie
des hôpitaux publics ou semi public de Fès.
4 - Méthode et instrument de collecte des données :
En vue de décrire d’une manière quantitative les facteurs liés à la pratique de la
recherche sur l’évolution des pratiques professionnelles du manipulateur en IM au
niveau des services de radiologie des hôpitaux publics ou semi-publics de Fès, la
méthode de collecte de données la plus appropriée est une enquête à travers un
questionnaire auto-administré comportant 31 questions (annexe) au cours de la période
allant du 11 Mai au 22 Mai 2018. Cet instrument, permet d’une part, de touche le
maximum des techniciens(es) interrogés et, d’autre part, d’obtenir objectivement les
informations vues que les interrogés ressentent une sécurité relative à l’anonymat des
réponses et finalement cet outil présente une très grande souplesse pour ce qui a trait à
la structure, la forme et les moyens de recueil de l’information. En outre, le
questionnaire est un moyen rapide et peu couteux permettant d’obtenir des données
auprès d’un grand nombre de personnes (Fortin, 1996).
5- Méthodes d’analyse et de traitement des données :
L’analyse des données relative au questionnaire est effectué à l’aide du logiciel
Excel qui fait ressortir des distributions, de fréquences et des pourcentages en se
référant à la statistique descriptive. Cette analyse est par la suite, présente sous forme
des tableaux et de graphiques facilitant ainsi l’interprétation des données.
II-
Considération éthique de l’étude:
Afin de respecter les principes éthiques de notre recherche, la confidentialité et
l’anonymat ont été entièrement respectés.
Le manipulateur concerné par cette étude est informé sur le but de cette étude
tout en mentionnant que les informations recueillies seront exploitées seulement dans
un cadre d’enseignement et d’apprentissage. Le droit à l’autodétermination est aussi
respecté en informant les manipulateurs sur leurs droits de participer ou non à l’étude.
23
Chapitre III :
PHASE
EMPIRIQUE
24
1. Présentation et discussion des résultats :
I.
Présentation des résultats:
L’exploitation des questionnaires destinés aux manipulateurs en radiologie médicale
du CHU de Fès a permis de dégager ce qui suit :
a. Généralités sur l’utilisation de résultats de la recherche (l’URR) dans la
pratique :
Tableau n°1 : L’utilité de L’utilisation des résultats de la recherche dans la
pratique.
Item
Effectif
Fréquence
La réponse à une problématique rencontrée au cours de la pratique
24
48%
L’amélioration de la qualité des soins
20
40%
La prise en considération l’expérience des autres professionnels de
14
28%
50
100%
la santé
Total
•
Selon le tableau n°1 ; on observe que 48% des répondants estiment que l’utilité de
l’URR dans la pratique du manipulateur consiste à la réponse à une problématique
rencontrée au cours de la pratique. De même, 40% d’entre eux les considèrent
comme une amélioration de la qualité des soins et 28% comme étant une prise de
considération l’expérience des autres professionnels de la santé.
25
Tableau n°2 : Perception des manipulateurs en radiologie les résultats issus de la
recherche.
Item
Effectif
Fréquence
Des informations pertinentes pour répondre aux besoins et aux
préoccupations des techniciens (es)
40
80%
Des résultats Inadaptés aux pratiques professionnelles
16
32%
Des informations inutiles
0
0%
Total
50
100%
28%
72%
Figure n°2 : Considération de l’utilisation des résultats issus de la recherche
comme étant une obligation professionnelle
•
D’après le tableau n°2 ; il apparaît clair que 80% des répondants perçoivent que les
résultats issus de la recherche sont des informations pertinentes pour répondre aux
besoins et aux préoccupations des techniciens (es) et seulement 32% affirment qu’ils
sont des résultats inadaptés à leurs pratiques professionnelles. De plus, selon la
figure n°2, il est à constater que 72 % des participants déclarent que l’utilisation des
résultats issus de la recherche est une obligation professionnelle alors que
seulement 28% affirment le contraire.
26
Tableau n°3 : Effets de la formation continue.
Item
Effectif
Fréquence
L’amélioration des compétences.
24
48%
L’accompagnement des nouvelles technologies, pratiques ou
méthodes appliquées
Le perfectionnement au travail.
18
36%
16
32%
La reconversion professionnelle
4
8%
Total
50
100%
•
A travers le tableau, il est à constater que 48% des participants sont d’accord pour
dire que la formation continue a pour but d’améliorer les compétences, en outre,
36% d’entre eux affirment que cette formation permet l’accompagnement des
nouvelles technologies, pratiques ou méthodes appliquées et 32% les étiquettent de
perfectionnement au travail, et seulement 8% parmi eux déclarent que la formation
continue est une reconversion professionnelle.
b. Les facteurs liés aux techniciens(es) :
Non
30%
Oui
70%
Figure n°3 : Utilisation des résultats de la recherche scientifique dans la pratique.
•
Selon cette figure, il apparaît clairement que 70% des répondants utilisent les
résultats issus de la recherche scientifique dans leur pratique.
27
40%
40%
30%
20%
10%
16%
14%
20%
10%
0%
0%
Figure n°4 : les sources d’information de l’URR dans la pratique.
•
A travers la figure n°4, il est à constater que 40% des participants déclarant que lors
d’une question clinique la première source d’information consultée est la recherche
sur internet autant que 20% parmi eux avancent la lecture des livres comme source
d’information.
Tableau n°4 : Les causes de la non URR dans la pratique.
Item
Effectif Fréquence
L’utilisation des résultats de la recherche ne fait pas partie de la
description des tâches du manipulateur
Les résultats issus de la recherche sont inadaptés aux pratiques
professionnelles
L’utilisation des résultats de la recherche ne fait pas partie du
mandat de l’organisme
Total
•
38
76%
24
48%
6
12%
50
100%
Concernant les causes qui empêchent l’URR dans la pratique, il ressort du tableau
n°4 que 76% des répondants déclarent que l’URR ne fait pas partie de la description
de leurs tâches et 48% d’entre eux disent que Les résultats issus de la recherche sont
inadaptés aux pratiques professionnelles. En plus, personne ne pense que l’URR ne
fait pas partie du mandat de leur organisme.
28
100%
Non
Figure n°5 : Conditions de travail favorables à l’URR dans la pratique.
•
S’agissant les conditions de travail, Il ressort de la figure n°5 que la totalité des
répondants voient que celles-ci sont défavorables à l’URR.
66%
La charge énorme de travail
Le manque de temps pour l’utilisation des résultats de la
recherche
22%
Le manque de ressources nécessaires pour l’utilisation
des résultats de la recherche
12%
0%
10%
20%
30%
40%
50%
60%
70%
Figure n°6 : Les causes de la non-conditions de travail favorables à l’URR.
•
S’agissant les conditions empêchant l’URR, la figure n°6 les résument dans la charge
énorme de travail (66%), le manque de temps pour l’utilisation des résultats de la
recherche (22%) et le manque de ressources nécessaires pour l’utilisation des
résultats de la recherche (12%).
29
Tableau n°5 : Les facteurs facilitant l’URR dans la pratique
Item
Effectif
Fréquence
La maitrise du processus de recherche au cours de la formation de
base
28
56%
La disponibilité du temps nécessaire pour l’utilisation des résultats
issus de la recherche
La capacité de faire des lectures critiques des études scientifiques
24
48%
23
46%
La capacité de lire des articles
14
28%
La capacité d’interpréter des résultats de la recherche
10
20%
Total
50
100%
•
Quant aux facteurs facilitant l’URR dans la pratique, 56% des participants choisissent
la maitrise du processus de recherche au cours de la formation de base, 48%
évoquent la disponibilité du temps nécessaire pour l’utilisation des résultats issus de
la recherche et 46% privilégient la capacité de faire des lectures critiques des études
scientifiques.
Non
30%
Oui
70%
Figure n°7 : Disposition d’une autonomie suffisante pour modifier la pratique.
•
Selon les résultats ressortir de la figure n°7, 70% des questionnés disposent d’une
autonomie suffisante pour modifier leur pratique.
30
Tableau n°6 : Les caractéristiques des manipulateurs en radiologie influençant
l’URR dans la pratique.
Item
Effectif
Fréquence
La motivation pour l’utilisation des résultats issus de la recherche
dans la pratique
22
44%
La confiance en soi pour l’utilisation des résultats issus de la
recherche dans la pratique
La disposition de la capacité à identifier des besoins en matière de
connaissances
La disponibilité des possibilités par la poste occupée pour
l'utilisation des résultats issus de la recherche dans la pratique
Total
18
36%
13
26%
4
8%
50
100%
•
Ce tableau n°6, révélé que 44% des manipulateurs pensent que qu’ils sont motivés
pour utiliser les RR dans leur pratique et qu’ils avoir la confiance en soi qui leur
permet d’utiliser des RR dans leur pratique, en outre seulement 8% voient que la
poste qu’ils occupent, leur offre les possibilités d’utiliser les résultats issus de la
recherche dans votre pratique.
40%
35%
30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
38%
26%
20%
10%
Participation à des cours offerts
en téléconférence, en
vidéoconférence ou en ligne
31
Elaboration et présentation de
cours
Participation à des séminaires
et à des groupes de discussion
Présence à des cours
Participation à des conférences
et à des ateliers
Figure n°8 : Les activités de la formation continue.
8%
•
Selon la figure n°8 ; on observe que 38% des participants choisissent la participation
à des conférences et à des ateliers parmi leurs activités de la formation continue. De
même, 26% la présence à des cours et seulement 8% choisit la participation à des
cours offerts en téléconférence, en vidéoconférence ou en ligne.
Oui
4%
Non
96%
Figure n°9 : Formation en matière de la recherche clinique.
•
Il ressort de la figure n°9 que 4%seulement des questionnés ont reçu une formation
en matière de la recherche clinique.
120%
100%
80%
60%
100%
40%
20%
0%
la formation de base
0%
une ou des formations continues
0%
autres
Figure n°10 : cadre de la formation en matière de la recherche clinique.
•
D’après l’analyse de cette figure, il est clair que la totalité des questionnés qui ont
reçu une formation en matière de la recherche clinique (les 4% de la figure n° 9) le
cadre de leur formation c’est la formation de base.
32
0%
100%
Oui
Non
Figure n°11 : Formation en matière de l’utilisation des résultats de la recherche
scientifique.
0%
100%
Oui
Non
Figure n°12 : Utilité des connaissances et les habiletés acquises sur la recherche
au cours des formations.
•
D’après l’analyse de ces deux figures, il est clair que la totalité des répondants ont
reçu une formation en matière de l’URR et aussi tout indique l’utilité des
connaissances et les habiletés acquises sur la recherche au cours des formations.
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
100%
0%
Des membres de l’équipe qui ont
des liens d’interdépendance avec
vous et qui s’associent à vous pour
prendre des décisions.
Des supérieurs hiérarchiques qui
ont du pouvoir sur vous et qui
doivent prendre les décisions
nécessaires.
Figure n°13 : l’idée des manipulateurs en radiologie sur les médecines en travail.
33
•
Cette figure illustre que 100% des manipulateurs définissent les médecins en travail
comme des membres de l’équipe qui ont des liens d’interdépendance avec vous et
qui s’associent à vous pour prendre des décisions.
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
80%
20%
Oui
Non
Figure n°14 : l’opposition des médecines sur les pratiques avancées des
manipulateurs en radiologie.
•
Selon les résultats dégagés sur cette figure, la majorité des manipulateurs ont signalé
qu’il n’y a aucune opposition de la part des médecins concernant les pratiques
avancées.
C. Les facteurs liés à l’organisation :
Non
100%
Figure n°15 : Implication de la direction dans les travaux de recherche.
•
La totalité des manipulateurs estiment que la direction de l’hôpital n’est pas
impliquée dans des travaux de recherche.
34
Non
100%
Figure n°16 : Existence d’une vision en matière de la recherche et sa
communication.
•
La totalité des manipulateurs affirment que la direction l’hôpital ne communique pas
aux professionnels sa vision en matière de la recherche.
Oui
8%
Non
92%
Figure n°17 : Existence du leadership.
Oui
100%
Figure n°18 : Utilité du leadership pour soutenir l’URR dans la pratique.
•
D’après l’analyse de cette figure, il est clair que 100% des questionnés déclarant
l’existence du leadership (les 8% de Figure n°17) confirment l’utilité du leadership
pour soutenir l’URR dans la pratique.
35
22%
L’organisation des rencontres entre les professionnels
L’accompagnement dans l’utilisation des résultats de la
recherche
32%
La sensibilisation quant à l’utilisation des résultats issus
de la recherche
40%
0%
5%
10% 15% 20% 25% 30% 35% 40%
Figure n°19 : Les actions à mettre en place par le leadership pour aider l’URR dans
la pratique.
•
S’agissant les actions à mettre en place par le leadership pour aider l’URR dans la
pratique, Il ressort de la figure n°19 que 40% des répondants choisissent la
sensibilisation quant à l’utilisation des résultats issus de la recherche, 32%
L’accompagnement dans l’URR et 22% L’organisation des rencontres entre les
professionnels.
100%
Figure n°20 : Participation à des associations dans le cadre de l’organisation des
actions de la formation continue pour les manipulateurs.
36
100%
Figure n°21 : Création des échanges avec les associations des manipulateurs en
radiologie à l’échelle nationale et / ou internationale.
•
A travers les figures n°20 et 21, il est à constater que la totalité des participants sont
pas adhérant à des associations dans le cadre de l’organisation des actions de la
formation continue pour les manipulateurs et ne créez pas aucuns échanges avec les
associations des manipulateurs en radiologie à l’échelle nationale et / ou
internationale.
100%
Figure n°22 : Considération de la formation continue comme étant une obligation
pour les manipulateurs.
•
Selon la figure n°22, il est à constater que 100% des participants considèrent la
formation continue comme étant une obligation pour les manipulateurs.
37
Les suggestions concernent les facteurs liés à l’utilisation des résultats de la
recherche :
•
Disponibilité des conditions favorables pour l’utilisation des résultats issus de la
recherche.
•
Minimisation de la charge du travail et avoir le temps nécessaire pour l’URR dans la
pratique.
•
Organisation des conférences en matière de la recherche scientifique.
•
Amélioration des compétences des manipulateurs dans le cadre de la recherche et de
l’URR dans la pratique.
•
Formation continue pour les manipulateurs pour pouvoir accompagner les
nouveautés en radiologie et pour la mise à jour de ses pratiques.
•
Participation de toute l’équipe à ces conférences organisées par le service de
radiologie.
•
Disponibilité des établissements qui s’intéressent à la formation continue des
manipulateurs.
•
Création d’un laboratoire concernant la recherche clinique.
38
II.
Discussion des résultats:
Il est important de rappeler que notre étude ne porte que sue une faible
proportion des manipulateurs. Cet échantillon n’est pas suffisant pour refléter la pensée
de toute une profession. Après avoir présente les résultats obtenus, il semble utile
d’analyser et de discuter ces résultats selon les deux facteurs :
•
Facteurs individuels
•
Facteurs organisationnels
1) Discussion des résultats en lien avec les facteurs individuels :
Après avoir présenté les résultats obtenus auprès de la population à l’étude, il y a
lieu de les discuter sur le bas des écrits figurants dans la revue de littérature.
Plus que la moitié des manipulateurs (72%) déclarent que l’utilisation des
résultats issus de la recherche est une obligation professionnelle, Oostendorp et coll.
(2012), l’URR évoque aussi que tout infirmier a l’obligation éthique, chaque fois quand
elle se trouve en présence d’une action, de fournir les meilleurs soins. Cependant un
grand nombre d’infirmières déclarent que l’URR n’est pas une obligation
professionnelle. Par ailleurs, la plupart d’entre eux attestent qu’il s’agit d’une
responsabilité partagée par tous.
Toujours avec l’URR ,70% des manipulateurs utilisent les résultats issus de la
recherche scientifique dans leur pratique et cela convenir avec ce qu’elle dit Marianne
Walti-Bolliger, L’OMS relève le rôle important de l’infirmière pour la santé en Europe et
dans le monde. Elle préconise de renforcer les soins infirmiers notamment au travers
l’utilisation de la recherche scientifique dans leur quotidien. Le Conseil de l’Europe
déclare en 1996, qu’une pratique basée sur des résultats scientifiques améliorerait la
qualité des soins infirmiers et leur reconnaissance.
Doyon (2009), considère que le domaine des soins infirmiers demeure
particulièrement caractérisé par une faible utilisation des RR ; il est désormais bien
établi qu’il existe un écart entre la production de donnés de recherche de grande qualité
en matière de soins de santé et leur accessibilité et l’utilisation ultérieure par les
infirmiers.
Presque la moitié des manipulateurs déclarant que la première source
d’information consultée est la recherche sur internet autant que 20% parmi eux
avancent la lecture des livres comme source d’information. Ces résultats convergent
39
avec ceux obtenus à travers l’étude réalisée par Doney en 2005 qui a mis en exergue que
les praticiens, y compris les infirmiers utilisent l’internet comme source d’information.
Dans une recherche similaire à cette étude, réalise au Liban, les auteurs
confirment que c’est internet qui est la première source d’information sur laquelle se
basent les infirmiers pour leurs prises de décisions (Halabi Nassif Hatem,2008)
Dans le même sens l’acquisition d’une culture scientifique concerne chaque
professionnel. Elle repose sur la compréhension de l’intérêt de la recherche pour la
pratique, l’intégration des méthodes de raisonnement, l’utilisation dans les soins de
connaissances issues de la recherche dans des différentes disciplines (soins infirmiers,
biomédicale, sciences humaines…). Concrètement, cela peut se traduire par la lecture
critique d’articles scientifiques, l’adaptation et la transposition des connaissances dans
son contexte de travail et l’interrogation de sa pratique. La culture scientifique s’acquiert
progressivement par une accumulation de connaissances, de mises en œuvre régulières
et la confrontation théorie – pratique.
Pour les conditions du travail, la totalité des répondants voient que les conditions
de travail sont défavorables à l’URR. Par ailleurs, les conditions empêchant l’URR se
résument dans la charge énorme du travail (66%), le manque du temps pour l’utilisation
des résultats de la recherche (22%) et le manque des ressources nécessaires pour
l’utilisation des résultats de la recherche (12%), selon un sondage (CROP, mars 2011) au
Québec a indiqué que parmi les principes facteurs qui freinant la pratique de la
recherche sont le manque du temps, la fatigue liée à la surcharge du travail. Et le
manque des ressources financières, la pénurie du personnel, la difficulté d’accès à des
activités de formation continue et le manque de soutien de l’employeur constituent
d’autres facteurs liés la participation à des activités de la recherche.
L’absence de la culture de la recherche est considérée comme un obstacle à
l’avancement de la profession d’infirmière, a fait remarquer Irma Bois.
Les attributs de l’infirmière ont été répertoriés comme étant déterminants dans
le développement de leur compétence (Huggins, 2004 ; Khomeiran et al. 2006). Par
exemple, la curiosité, la motivation et la satisfaction au travail (Khomeiran et al. 2006)
ont été soulignées comme facilitantes alors que l’insatisfaction a été ciblée comme
contraignante par Bucknall et Thomas (1997).
La charge énorme de travail et les longues listes d’attente sont des obstacles
importants à la mise en œuvre réussie des nouvelles pratiques (IRSC,2012). Or, le quart
de travail ou le moment où se présentent les différentes situations d’apprentissage
40
devient déterminant dans le développement de la compétence (Khomeiran et al., 2006).
Étant donné l’imprévisibilité, le manque de temps et la surcharge de travail que les soins
intensifs apportent, il est très difficile de prévoir les opportunités d’apprentissage. Ainsi,
l’amélioration des activités pédagogiques, les discussions avec des infirmières expertes
voire même la comparaison de différentes procédures incitent les infirmières à être
davantage confrontées à une pratique basée sur des données probantes (Cortes, 2004).
Selon les résultats ressortir la plupart des manipulateurs questionnés disposent
d’une autonomie suffisante pour modifier leur pratique. Tout comme l’indiquent goulet
et coll. (2004) dans leur écrit, le manque d’autonomie des infirmiers et leurs difficultés à
modifier des pratiques de soins, qui implique également d’autres obstacles les plus
fréquemment cités.
Dans le cadre des facteurs facilitant l’URR dans la pratique 40% des
manipulateurs choisissent la maitrise du processus de la recherche au cours de la
formation de base comme facteurs facilitant l’URR dans la pratique, 26% évoquent la
disponibilité du temps nécessaire pour l’utilisation des résultats issus de la recherche et
un faible nombre privilégient la capacité de faire des lectures critiques des études
scientifiques. Ceci rime parfaitement avec les résultats de l’étude empirique de lafaille
(2011) qui confirment que les notions relatives à la recherche et à la lecture critique des
articles de même qu’à l’interprétation des résultats, couvertes lors de la formation
universitaire des infirmiers, restent insuffisantes.
A la suite, les activités de la formation continue 26% des manipulateurs sont
d’accord pour dire que la participation à des conférences et à des ateliers, la présence à
des cours et la participation à des séminaires et à des groupes de discussion sont parmi
leurs activités de la formation continue à cet égard l’OMS étaient pleinement conformes
avec notre résultats dans cette partie : un système de formation continue se compose
d'un ensemble d'éléments interdépendants mettant en jeu le personnel, la politique, la
planification, les activités et l'équipement d'institutions et de programmes qui ont
accepté d'unir leurs efforts pour offrir à tous les agents de santé une occasion de
parfaire leur formation tout au long de leur carrière. La formation continue revêt une
importance toute particulière en période de changements accélérés, comme ceux que
connaissent aujourd'hui les pays qui s'efforcent de réorienter leurs systèmes de santé
vers les soins de santé primaires - condition essentielle pour parvenir à la santé pour
tous. Aussi Cortes (2004), pour sa part, voit la formation continue comme étant
essentielle à la mise à jour des habiletés techniques.
41
En somme, c’est l’image que l’infirmière a de sa profession qui a été répertoriée
comme étant un facteur qui influence le développement de la compétence (Khomeiran et
al., 2006).
2) Discussion des résultats en lien avec les facteurs organisationnels :
La totalité des manipulateurs estiment que la direction de l’hôpital n’est pas
impliquée dans des travaux de recherche et ne dispose aucune vision en matière de la
recherche qu’elle doit communiquer aux professionnels. Dans ce sens, (Roy et
coll.,1995 ; Ducharme,2001 ; Greenhalgh et coll.,2005 ; Berta et Holl_Banaszak,2005 ;
walti-Bolliger,2009 ; Belkhodja, Amara, Andry et Ouimet,2007) déclarent que les
éléments liés à l’organisation ont un rôle très important à jouer dans l’utilisation des
résultats de la recherche par les professionnels de la santé. Une forte implication des
organisations tout au long du processus de recherche. La mise en place d’une culture
organisationnelle favorable et la présence de valeurs positives à l’égard de la recherche
représentent tous des facteurs favorisant l’acquisition et l’utilisation des résultats de la
recherche au sein des organisations.
En outre Pineli (1997) cité par Dicenso et Bryant (2010) affirme que l’absence du
soutien administratif a été mentionnée fréquemment comme obstacle devant
l’utilisation des résultats de la recherche.
Au cours de notre étude, il est à constater que la plupart des participants ne sont
pas adhérant à des associations dans le cadre de l’organisation des actions de la
formation continue pour les manipulateurs et ne créez pas aucuns échanges avec les
associations des manipulateurs en radiologie à l’échelle nationale et / ou internationale.
D’après une étude qui effectue en 2013 au niveau de CHP de Fès révèle que la
direction ne met pas des stratégies et des activités de soutien l’URR, il est constaté que
cette organisation ne joue pas le rôle qu’elle devrait assumer pour encourager les
infirmiers à opter à une pratique fondée sue les RR.
Aussi une enquête dans le domaine psychosocial au Québec en 2010. Cette étude
a révélé que 100% des répondants ont mentionné que l’ouverture et la réceptivité
envers l’utilisation des RR sont à la fois influencées par des caractéristiques propres aux
utilisateurs tels que la formation reçue, mais également par la présence des conditions
favorables au sein de leurs organisations dans le but de changer leurs pratiques
professionnelles.
Pour les manipulateurs, ils sont d’accord sur l’utilité du leadership pour soutenir
l’URR dans la pratique. Burgess el coll. (2011) ajoutent que URR a besoin d’un leadership
42
solide qui s’exerce à chaque échelon de la hiérarchie du système de santé. Des études
réalisent par les mêmes auteurs, auprès de 563 infirmiers qui adhérent à la recherche
montrent que 95% des infirmiers confirment l’impact positif du leadership sur la qualité
des soins, et 85% ont déclaré que la présence de leadership au sein de l’équipe améliore
les conditions de travail.
Instauration d’un leadership permet de maximiser la cohérence et l’efficacité des
stratégies mises en place par les organisations afin de soutenir l’utilisation des résultats
de la recherche et contribue à l’établissement d’une vision commune et partagée des
objectifs à atteindre (Changnon, 2004 ; Greenhalgh et coll., 2005 ; Berta ; 2005).
43
Forces et limites de l’étude :
1) Forces de l’étude:
Cette étude possède certaines forces à savoir :
•
L’une des premières études ayant ciblé spécifiquement à l’URR chez les
manipulateurs dans leurs pratiques à Fès.
•
Facilité d’accès au milieu d’étude.
2) Limites de l’étude:
•
La rareté des écrits nationaux et des recherches empiriques sur le sujet.
•
L’insuffisance du temps réservé à la recherche due à la contrainte des stages au
moment de la préparation du mémoire.
•
Les contraintes de temps.
•
Les participants n’ont pas répondu à toutes les questions.
•
Notre distribution des questionnaires a connu des négligences de la part de
certains participants et concernant la collecte de données, elle a très longue puisque
certains ont pris beaucoup de temps pour répondre.
•
L’insuffisance du temps pour la réalisation de l’enquête.
Suggestions :
En s’inspirant des résultats obtenus dans cette étude et dans le but de bien comprendre
les facteurs liés à l’évolution des pratiques professionnelles du manipulateur par la
recherche, il paraît nécessaire de proposer quelques suggestions :
•
Disponibilité des conditions favorables pour l’utilisation des résultats issus de la
recherche.
•
Minimisation de la charge du travail et avoir le temps nécessaire pour l’URR dans la
pratique.
•
Amélioration des compétences des manipulateurs dans le cadre de la recherche et de
l’URR dans la pratique.
•
Organisation des conférences en matière de la recherche scientifique.
•
Participation de toute l’équipe à ces conférences organisées par le service de
radiologie.
•
Permettre aux manipulateurs en radiologie de se perfectionner à travers des stages
de formation, des séminaires, des journées scientifiques.
44
•
Assurer une formation spécialisée (stage d'initiation) pour chaque nouvelle
installation de nouveaux matériels radiologiques pour une meilleure utilisation
optimale.
•
Accès aux technologies de l'information et de la communication au niveau du lieu de
travail.
•
Disposer d'une bibliothèque pourvue d'ouvrages radiologiques spécialisés dans les
services de radiologie.
•
Création d’un laboratoire concernant la recherche clinique.
•
Rendre la formation continue obligatoire pour les manipulateurs en radiologie.
•
Formation continue pour les manipulateurs pour pouvoir accompagner les
nouveautés en radiologie et pour la mise à jour de ses pratiques.
•
Disponibilité des établissements qui s’intéressent à la formation continue des
manipulateurs.
•
Créer des associations qui peuvent organiser et assurer des actions de formation
continue pour les manipulateurs.
•
Créer des échanges avec les associations des manipulateurs en radiologie à l'échelle
nationale et internationale.
•
Création de site Web dédiée à toute l'actualité radiologique à l'échelle nationale.
45
Conclusion
D'après notre étude menée au niveau des différents services radiologiques
des trois hôpitaux de Fès (CHU Hassan II, CHR Ibn Alkhatib et du CHR AL
Ghassani).
Nous avons constaté qu'il y a une véritable conscience du besoin de la
recherche et qu’il y a plusieurs facteurs influençant la pratique de la recherche
afin d'évoluer les pratiques professionnelles du manipulateur en imagerie
médicale, et qui sont divisés en deux ; ceux liés à l’individu et ceux liés à
l’organisation. En ce sens, la charge de travail, la disponibilité de temps, le poste
occupé, les conditions de travail, le manque de la culture de la recherche et les
croyances, le leadership, le manque de ressources financières, l’absence des
actions de formation et la vision institutionnelle sont tous des facteurs qui
influençant la pratique de la recherche.
Nous avons aussi déduit que la formation continue aurait un grand bénéfice
dans l'amélioration des pratiques des manipulateurs en radiologie.
Nous espérons que notre modeste travail aura permis de faire la lumière, ou
de lever le voile sur la nécessité de la recherche pour les manipulateurs en
radiologie, et aussi pour sensibiliser les prochaines générations et de demander
leur droit de la formation afin qu'ils puissent améliorer leur travail.
46
RéférencesWebographiques :
1.F.R. Abbatt et A. Mejia, 1990. La formation continue des personnels de santé, Organisation
mondiale de la santé Genève.
http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/39499/9242542202_fre.pdf;jsessionid=24B
777105B520FF66EC507DAE3F0780B?sequence=1
2.Fabienne FORTIN, 1996, Sciences Infirmières Et Recherche
https://www.fcass-cfhi.ca/Migrated/PDF/NursingResCapFinalReport_FR_Finalb.pdf
3.Jean- Marteau, 1996, Améliorer la santé par la recherche en soins infirmiers, CII,
http://fulltext.bdsp.ehesp.fr/Rsi/44/72.pdf
4.Manuel d’initiation à la recherche dans le domaine des soins infirmiers et obstétricaux, 9 juin
2000.
http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0010/102322/E72236.pdf
5. Marianne WALTI-BOLLIGER, Janvier2008, La recherche en soins infirmiers au service de la
qualité des soins ! est-ce souhaité et réalisable ?
https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2009-1-page-77.htm
6. ME Jeans et Associations, le 7 janvier 2008, La recherche en sciences infirmières au Canada :
un rapport de situation.
https://www.fcass-cfhi.ca/Migrated/PDF/NursingResCapFinalReport_FR_Finalb.pdf
7. Aline LASSERRE MOUTET, Juliette Dupuis, Monique CHAMBOULEYRON, Grégoire LAGGER,
Alain GOLAY, Mai 2008 Transformer son identité professionnelle : impact d’un programme de
formation continue de soignants en éducation thérapeutique du patient.
https://www.pedagogie-medicale.org/articles/pmed/pdf/2008/02/pmed20089p83.pdf
8. Hana Halabi Nassif et Marie Hatem, octobre 2008, LES RÉSULTATS PROBANTS ET LE
DÉVELOPPEMENT D’UNE CULTURE DE RECHERCHE INFIRMIÈRE.
http://docplayer.fr/11079009-The-article-looks-at-the-perceptions-of-nurses-at-the-hotel.html
9. Johanne Gagnon, Françoise Côté, Marlène Boily inf., Clémence Dallaire, Marie-Pierre Gagnon,
Cécile Michaud, Marie Hatem, & Sarah Amélie Mercure,2009. Barrières et facteurs facilitant
l’intégration de résultats probants aux soins infirmiers en contexte québécois : étude
exploratoire-descriptive.
http://revue-infirmiereclinicienne.uqar.ca/Parutions/pdf/InfirmiereClinicienne-vol6no1Gagnon_Cote_Boily_Dallaire_Gagnon_Michaud_Hatem_Mercure.pdf
10. Ramdani Yacine et Zenina Hamza ,2010, L’intérêt de la formation continue des
manipulateurs en radiologie pour une meilleure pris en charge radiologique des patients.
47
https://www.memoireonline.com/09/10/3909/Linteret-de-la-formation-continue-desmanipulateurs-en-radiologie-pour-une-meilleure-prise-en-char.html
11.Monique Formarier, 2010. Réflexions sur la recherche en soins infirmiers aujourd’hui.
https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2010-1-page-111.htm
12. édition : Suzanne Durand. Rédaction : Jérôme Ouellet, Martine Maillé, Suzanne Durand.
Septembre 2011, vers une culture de formation continue pour la profession infirmière au
Québec
https://www.oiiq.org/documents/20147/237836/270GCO_doc.pdf
13.APPROCHE PAR COMPETENCES, juillet 2012
http://numerisation.irem.univ-mrs.fr/WR/IWR12007/IWR12007.pdf
14. Margot Phaneuf, Janvier 2007, Révision Oct. 2012, l’analyse des pratiques professionnelles :
un outil d’évolution.
http://www.prendresoin.org/wpcontent/uploads/2012/12/Analyse_des_pratiques_professionnelles.pdf
15. Margot Phaneuf, Septembre 2010 révision Oct. 2012, la formation continue : les savoirs
d’hier toujours valables demains ?
http://www.prendresoin.org/?p=999
16.Marie FASQUEL-STRY JKOWSKI, 2012. La recherche clinique : approche infirmière et IADE
(infirmier anesthésiste diplômé d'état)
https://www.memoireonline.com/09/12/6116/La-recherche-clinique-approche-infirmiere-etIADE-infirmier-anesthesiste-diplme-d-etat.html
17. Fethi krifa, Johanne Gagnon, Amel Nouira, Mars 2014, Description des facteurs facilitants et
contraignants l’utilisation des résultats de la recherche : le point de vue d’infirmiers tunisiens.
https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2014-1-page-40.htm
18. Lucie Barbosa, Cosimo Pasquali, Le 1er juillet 2014, Les techniciens en radiologie médicale
face à la possible évolution de leurs responsabilités en radiodiagnostic.
https://doc.rero.ch/record/234410/files/HESAV_TB_Barbosa_2014.pdf
19. Lijiljana JOVIC, 22.04.09 Mise à jour le 19.02.15, L’infirmière et la recherche en soins : entre
culture scientifique et réalisation de travaux.
https://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/documentation/linfirmiere-et-larecherche-en-soins-entre-culture-scientifique-et-realisation-de-travaux.html
20. Maamri Abdellatif, Sep 22, 2015, La recherche en soins infirmiers au Maroc.
https://www.researchgate.net/publication/282033331_La_recherche_en_soins_infirmiers_au_M
aroc
48
21. Mélanie Ayral-Barnier ,25Mai 2016, Vers une évolution des pratiques professionnelles, Par
la Recherche en soins Infirmiers.
https://www.infirmiers.com/pdf/tfe-melanie-ayral.pdf
22. Abdelkhalek Housni, Samia Essadki, Abdelfattah Bendedi, and Kamilia Amzian, 1 Jul 2016,
Les facteurs associés à l’utilisation des résultats probants de la recherche scientifique dans la
pratique infirmière.
http:/WWW.ijias.issr-journals.org /
23.PIRES JORGE José, déc. 2016 « Technique et soin en radiologie médicale. Quand la
professionnalité est empêchée ». Carnets de recherche sur la formation.
https://crf.hypotheses.org/34
24.Irma Bois, 2017. La responsable de la direction des soins infirmiers du ministère de la santé
publique et de la Population (DSI-MSPP).
https://lenouvelliste.com/article/170946/les-infirmieres-veritable-poumon-des-soins
Références Bibliographiques :
•
Rajae Lamsayah, Juin 2013, les facteurs liés à la mise en place de la pratique
infirmière avancée chez les infirmiers diplômes d'état à l'hôpital al Ghassani de
Fès.
•
Samia Essadki, Juin 2013, les facteurs associes a l’utilisation des résultats
probants de la recherche dans la pratique infirmière au niveau du centre
hospitalier provincial de Fès.
49
Annexes
50
Institution Supérieure des Professions Infirmières et Techniques de Santé Fès
Année universitaire : 2017/2018
Questionnaire de l’étude
Le présent questionnaire est confectionné dans l’optique de l’élaboration du mémoire
de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de la licence en technique de santé, option
radiologie.
Thème : « les facteurs liés à la pratique de la recherche sur l'évolution des pratiques
professionnelles du manipulateur en imagerie médicale ».
Comptant sur votre collaboration, nous vous saurions gré de bien vouloir renseigner ce
questionnaire, tout en répondant à toutes les questions énoncées, en cochant la ou les cases
correspondantes à votre réponse (plusieurs cases peuvent être cochées dans une même
question) et en répondant d’une manière concise aux questions ouvertes.
Il est porté à votre connaissance que le respect absolu de la confidentialité des données
et l’anonymat est garanti.
Merci pour votre collaboration !
51
Question 1 :
Sexe :
Homme
Femme
Age :
Entre 20 et 30
Entre 30 et 40
Ancienneté :
Entre 1 et 5 ans
Entre 5 et 10ans
Plus de 40 ans
Plus de 10ans
2. L’utilisation des résultats de la recherche dans la pratique sert à :
Prendre en considération l’expérience des autres professionnels de la santé
Répondre à une problématique rencontrée au cours de la pratique
Améliorer la qualité des soins
Autres, à préciser :……………………………………………………………………..
3. Vous pensez que les résultats issus de la recherche sont :
Des informations pertinentes pour répondre aux besoins et aux préoccupations des
techniciens (es)
Des informations inutiles
Inadaptées à vos pratiques professionnelles
Autres, à préciser :…………………………………………………………………..
4. L’utilisation des résultats issus de la recherche est une obligation professionnelle :
Oui
Non
5. La formation continue permet:
L’amélioration des compétences.
L’accompagnement des nouvelles technologies, pratiques ou méthodes appliquées
Le perfectionnement au travail.
La reconversion professionnelle
6. Vous basez votre pratique sur des résultats de la recherche scientifique :
Oui
Non
7. Si oui, lorsque vous avez une question clinique, les sources d’information que
consultez-vous en premier sont :
La lecture des livres
La lecture des articles scientifiques ou les affiches
La lecture des guides de pratique
La recherche sur Internet
La participation à des ateliers, des conférences
L’audit/rétroaction
Autres, à préciser : ……………………………………………………………………
8. Si non, vous ne basez pas votre pratique sur des résultats de la recherche scientifique
parce que :
L’utilisation des résultats de la recherche ne fait pas partie de la description de vos tâches
L’utilisation des résultats de la recherche ne fait pas partie du mandat de votre organisme
Les résultats issus de la recherche sont inadaptés aux pratiques professionnelles
Autres, à préciser :……………………………………………………....……………..
9. En général, les conditions dans lesquelles vous travaillez vous paraissent favorables
quant à l’utilisation des résultats de la recherche scientifique:
Oui
Non
10. Si non, ce qui n’est pas convenable est:
 La charge énorme de travail
 Le manque de temps pour l’utilisation des résultats de la recherche
52
 Le manque de ressources nécessaires pour l’utilisation des résultats de la recherche
 Autres, à préciser :……………………………………………....……………..
11. Parmi les facteurs suivants, les facteurs qui peuvent faciliter l’utilisation des
résultats de la recherche scientifique sont :
La capacité de lire des articles
La disponibilité du temps nécessaire pour l’utilisation des résultats issus de la recherche
La maitrise du processus de recherche au cours de la formation de base
La capacité de faire des lectures critiques des études scientifiques
La capacité d’interpréter des résultats de la recherche
Autres, à préciser :…………………………………………………....……………..
12. Vous disposez d’une autonomie suffisante pour modifier vos pratiques en les basant
sur des résultats de la recherche scientifique :
Oui
Non
13. Vous pensez que :
Le poste que vous occupez, vous offre les possibilités d’utiliser les résultats issus de la
recherche dans votre pratique
Vous êtes motivé pour utiliser les résultats issus de la recherche dans votre pratique
Vous avez de la confiance en soi qui vous permet d’utiliser des résultats issus de la
recherche dans votre pratique
Vous disposez de la capacité à identifier vos besoins en matière de connaissances
14. Vos activités de la formation continue sont :
Participation à des conférences et à des ateliers ;
Présence à des cours ;
Elaboration et présentation de cours ;
Participation à des séminaires et à des groupes de discussion ;
Participation à des cours offerts en téléconférence, en vidéoconférence ou en ligne.
15. Vous avez reçu une formation en matière de la recherche clinique:
Oui
Non
Si oui répondez aux questions suivantes, si non passez à la question n°19.
16. La formation en matière de la recherche clinique était organisée dans le cadre de :
La formation de base
Une ou des formations continues
Autres, préciser……………………………………………………………………………..
17. Au cours de ces formations (soit de base ou continue), vous avez reçu une formation
sur l’utilisation des résultats de la recherche scientifique:
Oui
Non
18. Si oui, les connaissances et les habiletés acquises sur la recherche vous ont été utiles :
Oui Non
19. Comment définissez-vous les médecins avec qui vous travaillez :
 Des supérieurs hiérarchiques qui ont du pouvoir sur vous et qui doivent prendre les
décisions nécessaires.
 Des membres de l’équipe qui ont des liens d’interdépendance avec vous et qui s’associent
à vous pour prendre des décisions.
 Autre, à préciser : ………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………
20. Y a-t-il une opposition de la part des médecins à ce que vous élargissiez vos rôles
dans le cadre d’une pratique avancée :
53
Oui
Non
21. La direction de l’hôpital dont vous appartenez est impliquée dans des travaux de
recherche :
Oui
Non
22. La direction de votre hôpital communique aux professionnels sa vision en matière de
la recherche :
Oui
Non
23. Au niveau de votre hôpital, Il existe des professionnels qui exercent du leadership (La
capacité d’une personne à influencer et à fédérer un groupe pour atteindre un but commun
dans une relation de confiance mutuelle et pour une durée limitée) :
Oui
Non
24. Le leadership vous serait utile pour utiliser les résultats issus de la recherche :
Oui
Non
25. Les actions entreprises par le leadership et qui peuvent vous aider à utiliser les
résultats issus de la recherche sont :
L’accompagnement dans l’utilisation des résultats de la recherche
La sensibilisation quant à l’utilisation des résultats issus de la recherche
L’organisation des rencontres entre les professionnels
Autres, à préciser……………………………………………………………………….
26. Vous êtes adhérant à des associations qui peuvent organiser et assurer des actions de
formation continue pour les manipulateurs :
Oui
Non
27. Vous créez des échanges avec les associations des manipulateurs en radiologie à
l'échelle nationale et/ou internationale :
Oui
Non
28. La direction de l’hôpital dont vous appartenez met en place des activités pour y
renforcer les compétences de l’utilisation les résultats de la recherche :
Oui
Non
29. Si oui, ces activités sont :
L’organisation des sessions de formations continues
Les rétroactions sur la performance visée
La mise en place des ordinateurs sur les lieux de travail
Un centre documentaire
Abonnement à des périodiques/ revues scientifiques
Abonnement à des bases de données
L’offre des incitatifs ou des récompenses
Le recrutement d’un référent en matière de la recherche
Autres, à préciser………………………………………………………………
30. Selon vous, la formation continue doit être une obligation pour les manipulateurs :
Oui
Non
31. Vos suggestions par rapport aux facteurs liés à l’utilisation des résultats de la
recherche :
………………………………………………………………………………..…………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
54
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
55
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire