Enorme: Une revue scientifique du prestigieux officielle

publicité
Enorme: Une revue scientifique du prestigieux
European Physical Society démolit la version
officielle
image: http://reseauinte rnational.net/wp -content/uploads/2016/09/wtc6 -2o-1728x800_c.jpg
image: http ://reseauin ternational.net/ wp-con tent/ uploads/2016/09/11 -septembre -20160913.jpg
Dans un silence assourdissant des médias (pas un média francophone n’en a par lé), le magazine
scientifique Europhysics News a fait paraître il y a 3 semaines une étude confirmant que les 3
tours du World Trade Center ont bien fait l’objet d’une démolition contrôlée.
Europhysics News n’est pourtant pas un site que les médias pourraient qualifier de
« complotiste » et c’est bien ça le problème. C’est un magazine renommé de la communauté de
physique européenne détenu par l’European Physical Society. Leur objectif est de fournir aux
physiciens de tout niveau, allant des étudiants avec un diplôme supérieur aux cadres supérieurs
travaillant aussi bien dans l’industrie que dans le service public, un large spectre sur les aspects
scientifiques et organisationnels de la physique et disciplines apparentées, en Europe. Y sont
publiés des articles de synthèse, des articles sur des thèmes avancés, des nouveaux rapports et des
domaines d’intérêt général.
Les auteurs du rapport sont Steven Jones (ancien professeur de physique au Brigham Young
University), Robert Korol (professeur émérite de génie civil à l’Université McMaster en Ontario
et diplômé de La Société canadienne de génie civil et de l’Institut canadien des ingénieurs. Ses
principaux intérêts de recherche ont été dans les domaines de la mécanique des structures et des
structures en acier), Anthony Szamboti (ingénieur en conception mécanique avec plus de 25 ans
d’expérience dans le domaine du design structurel de conception dans l’aérospatiale et l’industrie
des communications) et Ted Walter (directeur de la stratégie et du développement pour Architects
& Engineers for 9/11 Truth, AE911Truth), une organisation sans but lucratif qui aujourd’hui
représente plus de 2500 architectes et ingénieurs.
Des incendies font s’effondrer des grattes-ciels en acier? Du jamais vu.
Tout d’abord, les auteurs rappellent que jamais avant ni après le 11 septembre un gratte -ciel avec
une structure en acier ne s’était totalement effondré suite à un incendie. On voudrait pourtant nous
faire croire que cet exploit est arrivé 3 fois le même jour au même endroit. La seule raison
pouvant expliquer ces effondrements serait une démolition contrôlée. Le rapport explique
pourquoi un feu ne peut produire la chute d’un tel bâtiment:
1) Les feux ne sont passez chauds et ne durent pas assez longtemps dans une zone déterminée
pour générer suffisamment d’énergie pour chauffer les éléments structurels importants jusqu’au
point de rupture.
2) La plupart des gratte-ciels ont des systèmes d’extinction d’incendie qui empêchent un feu de
libérer suffisamment d’énergie pour chauffer l’acier jusqu’à un état de défaillance critique.
3) Les éléments de structure sont protégés par des matériaux ignifuges, qui sont conçus pour les
empêcher d’atteindre des températures de défaillance dans des délais déterminés; et
4) Les gratte-ciels en acier sont conçus pour être hautement redondants au niveau de leurs
structures. Ainsi, si une défaillance localisée se produit, cela ne conduit pas à un effondrement de
la structure entière.
Tout au long de l’histoire, trois gratte-ciel en acier sont connus pour avoir subi des effondrements
partiels dus à des incendies; aucun n’a conduit à un effondrement total. D’innombrables autres
gratte-ciels ont connu des incendies importants et de longue durée sans subir d’effondrement
partiel et encore moins total.
Le cas du bâtiment 7
image: http://reseauinte rnational.net/wp-content/uploads/2016/09/Capture5.jpg
Le WTC 5 est un exemple de la manière dont se comporte un gratte-ciel en acier lors de grands incendies. Il a brûlé pendant
plus de huit heures le 11 Septembre 2001 et n’a pas souffert d’un effondrement total.
John Skilling, l’ingénieur en chef des tours a affirmé suite aux attentats de 93 que les tours avaient
été construites de manière à supporter l’impact d’avions de ligne et que la seule façon de détruire
le bâtiment serait une démolition contrôlée.
image: http://reseauinte rnational.net/wp -content/uploads/2016/09/batiment-7-2-20160913.jpg
Or, en 2001, le WTC 7 est tombé en chute libre totale et de façon symétrique sur les 2,25
premières secondes. Le bâtiment s’est entièrement effondré en moins de 7 secondes. Sa structure
en acier a été quasiment entièrement démembrée et la plupart de son béton a été pulvérisé
en minuscules particules.
Étant donné la nature de l’effondrement, toute enquête avec une méthode scientifique sérieuse
devrait avoir considéré comme hypothèse la démolition contrôlée, si ce n’est commencer par
celle-ci. Au lieu de cela, le NIST (ainsi que la Federal Emergency Agence de gestion (FEMA),
qui a mené une étude préliminaire avant l’enquête du NIST) a commencé avec la conclusion
prédéterminée que l’effondrement était causé par les incendies.
Essayer de prouver cette conclusion prédéterminée était apparemment difficile. L’enquête de neuf
mois de la FEMA a conclu en disant: « Les particularités des incendies dans le WTC 7 et la façon
dont ils ont causé l’effondrement du bâtiment restent inconnues pour le moment. Bien que la
quantité totale de carburant diesel sur les lieux constituait un énorme potentiel énergétique, la
meilleure hypothèse n’a qu’une faible probabilité d’occurrence ».
Le NIST, quant à lui, a dû reporter la publication de son rapport concernant le WTC 7 initialement
prévu pour la mi-2005 à Novembre 2008. Jusqu’en Mars 2006, l’enquêteur principal du NIST, le
Dr Shyam Sunder, a été cité affirmant: « En vérité, je ne sais pas vraiment. Nous avons eu du mal
à obtenir une conclusion sur le bâtiment n ° 7. »
Le rapport d’Europhysics News rappelle également que le modèle du NIST ne correspond pas à
ce que l’on peut observer dans les vidéos, notamment les 2,25 premières secondes en chute libre,
ce qui représente tout de même huit étages.
Le cas des tours jumelles
Alors que le NIST a tenté d’analyser et de modéliser l’effondrement du WTC 7, il ne l’a pas fait
pour les tours jumelles. Selon les propres déclarations du NIST, « L’objectif de l’enquête s’est
focalisé sur la séquence d’événements à partir de l’instant de l’impact de l’avion jusqu’à
l’initiation de l’effondrement de chaque tour … Cette séquence est désignée sous le nom de « la
séquence d’effondrement probable », « même si elle comprend peu d’analyse du comportement
structurel de la tour après que les conditions du début de l’effondrement ont été atteintes et que
l’effondrement est devenu inévitable ».
Ainsi, le rapport définitif sur l’effondrement des tours jumelles ne contient aucune analyse des
raisons pour lesquelles les sections inférieures ont échoué à arrêter ou même ralentir la descente
des étages supérieurs dont le NIST reconnaît qu’elle s’est opéré « essentiellement en chute libre ».
Il n’explique pas non plus les différents autres phénomènes observés lors de l’effondrement.
Lorsqu’un groupe de pétitionnaires a déposé une demande officielle de correction demandant au
NIST d’effectuer une telle analyse, le NIST a répondu qu’il était « incapable de fournir une
explication complète de l’effondrement total » parce que « les modèles informatiques n’étaient
pas en mesure de converger vers une solution. »
D’autres preuves inexpliquées
Les mécanismes d’effondrement évoqués ci-dessus ne sont qu’une fraction des données
disponibles indiquant que les impacts d’avions et les incendies qui ont suivi n’ont pas caus é
l’effondrement des tours jumelles.
Les Vidéos montrent que la partie supérieure de chaque tour s’est désintégrée dans les quatre
premières secondes de l’effondrement. Après cela, pas une seule vidéo ne montre les niveaux
supérieurs qui sont descendus soi-disant avant de s’écraser au sol.
Les vidéos et photos montrent également de nombreux éclats de débris à grande vitesse étant
éjectés à partir de sources ponctuelles (voir Fig. 5). NIST fait référence à ces éclats comme des
«bouffées de fumée», mais ne parvient pas à les analyser correctement.
Le NIST ne fournit également aucune explication concernant la pulvérisation en plein ciel de la
majeure partie du béton des tours, le quasi-total démembrement de leurs cadres en acier, ou
l’éjection de ces matériaux jusqu’à 150 mètres dans toutes les directions.
Le NIST évite d’évoquer la présence bien documentée de métal fondu à travers le champ de
débris et affirme que le métal fondu orange aperçu se déversant du WTC 2 pendant les sept
minutes avant son effondrement était de l’aluminium provenant de l’appareil combiné avec des
matériaux organiques.
Pourtant, les expériences ont montré que l’aluminium fondu, même lorsqu’il est mélangé avec des
matières organiques, a une apparence argentée ce qui suggère que le métal fondu orangé était
plutôt une réaction aluminothermique étant utilisé pour affaiblir la structure. Entre temps, de la
nano-thermite qui n’a pas réagi a été découverte dans plusieurs échantillons indépendants
provenant de la poussière du WTC.
image: http://reseauinte rnational.net/wp -content/uploads/2016/09/tour-1-20160913.jpg
Des éclats de débris à haute vitesse ont été éjectés du WTC 1 et WTC 2, certains 20 à 30 étages sous la zone d’effondrement.
image: http://reseauinte rnational.net/wp -content/uploads/2016/09/tour-2-20160913.jpg
Concernant les récits de témoins oculaires, 156 témoins, dont 135 secouristes, ont affirmé avoir
vu et/ou entendu des explosions avant et/ou pendant les effondrements. Le fait que les Twin
Towers ont été détruites à l’explosif semble avoir été l’opinion initiale dominante pour la plupart
des secouristes. «Je pensais qu’il était en train d’exploser, en fait», a déclaré John Coyle,
un pompier. «Tout le monde, je pense à ce point pensait qu’on avait fait exploser ces bâtiments ».
Conclusion
Il convient de répéter que des incendies n’ont jamais causé l’effondrement total d’un gratte -ciel en
acier avant ou depuis le 11 septembre. Avons-nous assisté à un événement sans précédent à trois
reprises le 11 Septembre 2001? Les rapports du NIST, qui tentent de soutenir cette conclusion peu
probable, ne parviennent pas à convaincre un nombre croissant d’architectes, d’ingénieurs,
et scientifiques. Au lieu de cela, les preuves mènent clairement à la conclusion que les trois
bâtiments ont été détruits par une démolition contrôlée.
Compte tenu des implications de grande portée, il est moralement impératif que cette hypothèse
soit l’objet d’une enquête véritablement scientifique et impartiale par les autorités responsables.
On peut toujours rêver…
En savoir plus sur http://reseauinternational.net/enorme-une-revue-scienti fique-du-prestigieux-european-physical-society-de molit-la -version-offici elle/#AFqolvUSwFL aDej Z.99
Téléchargement
Explore flashcards