U Surdité bilatérale progressive et cancer du sein I

advertisement
I
M
A
G
E
Surdité bilatérale progressive
et cancer du sein
● D.
Deplanque, M. Sarazin*
ne patiente de 51 ans sans antécédent particulier fut admise pour le bilan d’une surdité
bilatérale d’apparition progressive sur trois
semaines, secondairement associée à un vertige rotatoire
et à des céphalées occipitales. L’examen clinique mit en
évidence une surdité complète bilatérale, une paralysie
faciale et un syndrome vestibulaire droits. L’examen neurologique était par ailleurs normal, de même que le fond
d’œil. Un nodule ferme de 3 cm de diamètre siégeait au
niveau du quadrant supéro-externe du sein gauche. Il
existait en regard un capiton cutané, mais cette lésion
n’était pas adhérente aux plans profonds. Aucune adénopathie axillaire n’était mise en évidence, et il n’existait
pas d’hépatomégalie. L’IRM encéphalique en séquence
T1 avec injection de gadolinium montrait une prise de
contraste anormale des paquets acoustico-faciaux
(figures 1 et 2) ainsi que de nombreuses prises de
contraste méningées sous- et sus-tentorielles (figures 3
et 4). L’analyse du LCR trouvait une méningite carcinomateuse (39 éléments/mm3 dont 72 % de cellules adénocarcinomateuses, hyperprotéinorachie à 1,13 g/l, hypoglycorachie à 1,8 mmol/l). La biopsie de la lésion tumorale mammaire réalisée sous échographie confirmait le
diagnostic de cancer du sein. Le bilan d’extension révélait deux métastases hépatiques.
U
* Service de neurologie, hôpital Lariboisière, Paris.
306
Les méningites carcinomateuses sont fréquemment responsables d’une atteinte des nerfs crâniens (1) mais restent une complication rare des cancers du sein (2). Ces
méningites survenant habituellement à un stade évolué de
la maladie cancéreuse (1, 2), le pronostic en est péjoratif
et fortement lié à l’extension de la maladie avant la mise
en route des traitements (2, 3). Le diagnostic de cette
complication est parfois difficile, en particulier si la réalisation d’une ponction lombaire est impossible (trouble de
l’hémostase sévère, hypertension intracrânienne...) ou
encore du fait de la négativité des analyses du LCR, analyses qu’il faut cependant savoir répéter, avec examen
anatomopathologique extemporané. Dans ce contexte,
l’IRM avec injection de gadolinium est un outil performant (4).
■
R
É F É R E N C E S
B I B L I O G R A P H I Q U E S
1. Little J.R., Dale A.J.D., Okazaki H. Meningeal carcinomatosis : clinical manifestations. Arch Neurol 1974 ; 30 : 138-43.
Jayson G.C., Howell A., Harris M. et coll. Carcinomatous meningitis in
patients with breast cancer. An aggressive disease variant. Cancer 1994 ; 74 :
3135-41.
3. Chamberlain M.C., Kormanik P.R. Carcinomatous meningitis secondary to
breast cancer : predictors of response to combined modality therapy. J
Neurooncol 1997 ; 35 : 55-64.
4. Freilich R.J., Krol G., De Angelis L.M. Neuroimaging and cerebrospinal fluid cytology in the diagnosis of leptomeningeal metastasis. Ann Neurol 1995 ; 38 : 51-7.
2.
La Lettre du Neurologue - n° 6 - vol. II - décembre 1998
Figure 1.
Figure 2.
Figure 3.
Figure 4.
La Lettre du Neurologue - n° 6 - vol. II - décembre 1998
307
Téléchargement