1. LA RÉFORME DU DROIT DES SÛRETÉS 1.1 HISTORIQUE

publicité
1.
LA RÉFORME DU DROIT DES SÛRETÉS
1.1
HISTORIQUE LÉGISLATIF
En 1955, la Loi concernant la révision du Code civil propose de revoir le Code civil de 1866 afin d'y apporter
les mises au point opportunes. En 1960, cette loi est modifiée de manière à ce que le rapport demandé
devienne un Projet de Code civil. Une structure administrative connue sous le nom de l'Office de révision du
Code civil (ORCC) s'occupera du dossier.
En 1969, un arrêté en conseil mentionne que l'ORCC est chargé d'étudier la possibilité d'instituer un système
d'enregistrement central, universel et mécanisé. En 1970, le mandat est renouvelé et précise que l'ORCC doit,
entre autres choses, faire l'étude et la préparation d'un nouveau système d'enregistrement des droits mobiliers
et immobiliers. À la fin de l'année 1977, un rapport global est remis, lequel comporte le Projet de Code civil et
deux volumes de commentaires. Celui-ci est déposé à l'Assemblée nationale en 1978.
Dans ce rapport, l'ORCC constate notamment que les règles du droit des sûretés réelles sont multiples,
incomplètes et disparates. Depuis la codification de 1866, le droit des sûretés réelles s'est développé à partir
d'interventions législatives sporadiques pour donner suite aux nouvelles manières de produire et distribuer les
biens et services et surtout afin d'assurer le financement de divers secteurs de l'économie.
C'est ainsi que le domaine des sûretés réelles, limité initialement au contrat de gage, à l'hypothèque et aux
privilèges mobiliers et immobiliers, s'est peu à peu étendu aux nantissements agricole, forestier et commercial,
au nantissement d'universalité de créances et à certaines sûretés permises par des lois spéciales, telles les
charges flottantes créées par acte de fiducie, les connaissements et, plus récemment, les cessions de biens
en stock. Avec l'évolution des techniques de crédit ici, dans certaines provinces canadiennes et aux ÉtatsUnis, il devient plus difficile de s'accommoder de sûretés multiples et dispersées.
L'ORCC constate également qu'en matière d'enregistrement des droits, les interventions de l'État sont
toujours ponctuelles, à l'instar du droit des sûretés. Il s'agit soit de répondre aux besoins de différents
intervenants ou de moderniser l'administration.
Depuis 1845, le système d'enregistrement québécois n'a pas fait l'objet d'une révision en profondeur. Plus
encore, le Québec, contrairement aux autres provinces canadiennes, n'a pas de registre de droits mobiliers.
Plusieurs livres et index diffusent l'information existante.
Registre des droits personnels
et réels mobiliers
Manuel de l’inscription et de la consultation
des droits personnels et réels mobiliers
(18 octobre 2012) Page 1
Pour l'ORCC, il est impérieux de procéder à une réforme qui tient compte des principales critiques formulées.
Il propose notamment le regroupement de toutes les formes de sûretés réelles sous le concept d'hypothèque,
lequel s'étend autant aux biens meubles qu'aux biens immeubles et réforme le système d'enregistrement des
droits réels afin de l'adapter au projet d'hypothèque mobilière. Pour ce faire, il précise la publication des droits
immobiliers au registre foncier et celle des droits personnels et réels mobiliers au registre des droits
personnels et réels mobiliers.
Par la suite, différents comités d'études seront institués dont un notamment, en 1984, sur le droit des sûretés
et la publicité des droits, duquel résultera un avant-projet de loi soumis à la consultation générale en
décembre 1986.
Enfin, le projet de loi 125 portant réforme du Code civil du Québec est présenté le 18 décembre 1990. De ce
projet de loi étudié article par article en commission parlementaire à l'automne 1991, résulte le nouveau Code
civil du Québec adopté le 18 décembre 1991.
Le Code civil du Québec prévoit au Livre sixième, qui porte sur les priorités et les hypothèques, que les
diverses sûretés réelles qui affectent des meubles sont consolidées en un seul régime, celui de l'hypothèque
mobilière. La notion de « commerce » est remplacée par celle plus large d' « entreprise » qui couvre toute
personne ou groupe de personnes qui produit, fournit ou vend des biens ou des services, qu'elle soit ou non à
caractère commercial.
Cette réforme du droit des sûretés s'accompagne d'une modernisation complète et d'une modification en
profondeur du régime de la publicité des droits. Ainsi, le Livre neuvième prévoit la création d'un nouveau
registre : le registre des droits personnels et réels mobiliers. Celui-ci regroupe les inscriptions qui concernent
les hypothèques mobilières ainsi que d'autres droits réels mobiliers et des droits personnels dont la loi prescrit
ou autorise expressément l'inscription.
Dans le but d'assurer l'application de la réforme du Code civil, le Projet de loi 38, étudié en commission
parlementaire à l'automne 1992, est adopté en décembre de la même année. La Loi sur l'application de la
réforme du Code civil comporte les dispositions transitoires applicables ainsi que des modifications au Code
de procédure civile et à différentes lois sectorielles, dont la Loi sur les bureaux d'enregistrement.
Registre des droits personnels
et réels mobiliers
Manuel de l’inscription et de la consultation
des droits personnels et réels mobiliers
(18 octobre 2012) Page 2
1.2
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
Avant la réforme du Code civil, divers régimes de publicité régissaient l’enregistrement des droits personnels
et réels mobiliers : selon le type de droit, l’enregistrement pouvait être fait dans un ou plusieurs lieux, dans un
certain livre ou registre ou dans plusieurs, selon des normes de présentation spécifiques.
En instituant le registre des droits personnels et réels mobiliers, le Code civil du Québec centralise
l’information. De plus, le registre étant informatisé, sa consultation est plus facile.
Afin de favoriser l’application du droit nouveau et permettre aux citoyens de bénéficier des avantages qu’il
apporte, la Loi sur l’application de la réforme du Code civil a prévu le renouvellement de la publicité des
sûretés constituées selon la loi ancienne au registre des droits personnels et réels mobiliers. Ainsi, les
cessions de biens en stock, les nantissements agricoles et forestiers, les nantissements commerciaux, les
transports de créance, notamment, devenus des hypothèques mobilières par l’effet de la loi, ont dû faire l’objet
d’une inscription sur le registre des droits personnels et réels mobiliers pour conserver leur opposabilité au
rang acquis sous l’ancien droit. De même, les inscriptions faites au registre central des régimes matrimoniaux
ont été portées au registre des droits personnels et réels mobiliers.
Les autres droits personnels et les droits réels mobiliers enregistrés suivant la loi ancienne pour lesquels la loi
n’a pas exigé le renouvellement de la publicité conservent leur caractère d’opposabilité et peuvent être
consultés au Registre foncier du Québec (www.registrefoncier.gouv.qc.ca). À titre d’exemple, pensons à la
renonciation à une succession, à la donation mobilière, à la vente de créance.
Registre des droits personnels
et réels mobiliers
Manuel de l’inscription et de la consultation
des droits personnels et réels mobiliers
(18 octobre 2012) Page 3
Téléchargement
Explore flashcards