Physiopathologie de l`insuffisance respiratoire chronique 1

advertisement
PHTSIOPATHOLOGIE DE L’INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE
I- INTRODUCTION
- L’insuffisance respiratoire chronique est une maladie inflammatoires, au long cours, des poumons et des
bronches, caractérisées par un rétrécissement (ou obstruction) des voies aériennes ; ce qui induit une hypoxie
tissulaire associée ou non à une hypercapnie.
- IRC se définie comme l’incapacité du poumon à assurer une hématose normale
- La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est la 1ère cause d’insuffisance respiratoire, son
évolution aboutit au rétrécissement progressif des bronches en lien avec une inflammation chronique jusqu’à
l’obstruction des bronches.
II -PHYSIOPATHOLOGIE
- Normalement, le système respiratoire assure l’hématose
Valeurs normales :
- PaO2 ≥ 80 mm Hg (95 à 97 mm Hg à 20 ans)
- Pa CO2 = 40 mm Hg ± 2 mm Hg
- pHa= 7,40
- La ventilation alvéolaire permet de maintenir la Pa CO2 à sa valeur normale
--Le seuil de 70 mmHg de PaO2 est retenu pour le diagnostic d'IRC.
Le système respiratoire est fait de
1 - commande : système nerveux central et périphérique
2- pompe : diaphragme, déformations thoraciques importantes, obésités majeures
3 - système de conduction : bronches
4 - échangeur : poumon (alvéole/interstitium/capillaire), vaisseaux (HTAP primitives, maladie
thromboembolique)
Une lésion sur chacun de ces éléments peut entraîner une insuffisance respiratoire chronique.
- Deux mécanismes principaux dans l’IRC :
- Atteinte des échanges respiratoires au niveau du parenchyme pulmonaire
- Atteinte de la mécanique ventilatoire
1
- Deux types de déficits ventilatoires :
- Obstructifs : diminution des débits
- Restrictifs : diminution des volumes
 Insuffisance respiratoire obstructive
(diminution du débit pulmonaire)
Elle se traduit par un rétrécissement du calibre des bronches qui freine le passage de l'air dont les
causes principales sont la bronchite chronique évoluée, l'emphysème, la dilatation des bronches,
l'asthme ancien.
 Insuffisance respiratoire restrictive (diminution du volume pulmonaire)
Liée à une diminution de la capacité pulmonaire.
Les principales causes sont : la destruction, les maladies du tissu pulmonaire, les déformations de la
colonne vertébrale ou de la cage thoracique, les maladies neuromusculaires, les séquelles d'une
affection pleurale, de traitements chirurgicaux, une importante surcharge pondéral
 PHYSIOPATOLOGIE BPCO
Maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une limitation des débits, peu ou pas
réversible par augmentation des résistances
- Mécanismes compensateurs :
- raccourcissement de temps inspiratoire pour donner plus de temps à Temps expiratoire :
augmentation du débit inspiratoire moyen = augmentation de la charge imposée aux muscles
inspiratoires.
- respiration à haut volume pulmonaire (VR, CRF, CPT)
- augmentation de l'activité des centres respiratoires
- Perturbations mécaniques et métaboliques des muscles respiratoires :
- augmentation du travail musculaire respiratoire mise en jeu des accessoires, aplatissement du
diaphragme
- HTAP par vasoconstriction hypoxique post charge VD = DYSFONCTION VD
- anomalies des échanges gazeux
2
III - DIAGNOSTIQUE
- Facteurs de risque
 TABAC : c’est le 1er facteur de risque
 Exposition à des produits toxiques : d’origine professionnelle le plus souvent (polluant, gaz
toxiques, solvants, produits de la mine, poussière de silice.)
 Pollution atmosphérique
- Signes d’alarme
 Toux chronique
 Production de sécrétions
Au moins 3 mois par an depuis plus de 2 années consécutives.
- Signes d’aggravation
Dyspnée : aggravée à l’effort (même minime), invalidante, à type d’ORTHOPNEE et POLYPNEE
Tachycardie >110, troubles du rythme, hypotension, marbrure
Cyanose des extrémités
Sueurs (signe d’hypercapnie)
Angoisse somnolence ou agitation (signes d’encéphalopathie  signe de gravité)
SpO2 < 90%, PO2 en air <60 alarmant si<45
PCO2 > 45 alarmant si >70
Acidose ventilatoire pH < 7.
- Examen complémentaire
- La mesure du souffle : au moyen d’un petit appareil : le débitmètre de pointe (peak-flow).
- Les Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR) :
Trouble ventilatoire obstructive : VEMS/CV < 70%
Trouble ventilatoire restrictif : diminution de tous les volumes pulmonaires avec CPT < de la
théorique
- La radiographie du thorax +/- scanner thoracique : oriente vers la pathologie (pneumopathie,
emphysème…)
- FNS à la recherche de polyglobulie ou hyperleucocytose
- ECG peut montrer une distension des cavités droites
3
- Echographie cardiaque : pour mesurer la pression artérielle pulmonaire et le retentissement sur les
cavités droites
IV -TRAITEMENT
- Arrêt du tabac- autre exposition
- Traitement du facteur déclenchant
A- Oxygénothérapie
- But : SpO2 > 90 % sans aggravation de la PaCO2
- O2 : 0,5 à 2 l/mn
- Gazométries +++
1- La ventilation non invasive : en première intention chaque 4h
2- Ventilation invasive
Si altération de l’état de conscience
Hypoxie sévère
Vomissement
Agitation
Pha < 7,30
B/ Supprimer l'encombrement bronchique
Diminuer l'hypersécrétion
Favoriser l'expectoration
Améliorer les qualités visco-élastiques
Kinésithérapie de drainage
Désinfection
Muco-modificateurs
C/ Lever le spasme bronchique
Bronchodilatateurs
D/ Lutter contre l'infection bronchique
Antibiothérapie
E / Réduire l'inflammation bronchique
Corticostéroïdes
4
Téléchargement