diaporama bernard BRANGER

publicité
Introduction
• Domaines d’étude
Aspects écologiques comparés de
l’allaitement maternel et de
l’alimentation à partir d’autres laits
– Allaitement maternel (AM)
• Allaitement maternel exclusif (AME) sans ajout d’autres aliments
• Allaitement partiel (AMP) avec ajout de lait artificiel
– Laits dits « infantiles »
• Préparations à base de lait animal (généralement du lait de vache) avec
retraits et ajouts de substances destinées à palier aux défauts du lait
animal / lait maternel
Préparation pour nourrissons (PPN) ou « Lait » 1er âge (0-6 mois),
Préparation de suite (PDS) ou « Lait » 2ème âge (6 mois-1 an),
Lait de croissance (1 an - 3 ans),
Lait courant (voir ANSES)
–
–
–
–
Bernard BRANGER
Jeudi 13 octobre 2016 –
SMAM Auray - Morbihan
• Ne seront pas pris en compte
– Les différentes catégories de PPN et PPS (épaissis, anti-reflux,,)
– Les préparations pour prématurés ou enfants allergiques aux PLV
– La diversification à partir de 6 mois
• Rapport ANSES d’octobre 2016
1
2
Développement durable (DD)
Aspects géographiques et quantitatifs
• Selon la définition donnée
dans le rapport Brundtland en 1987:
• Différents pays
– Pays à fort développement économique (PFDE)
– Pays en voie de développement (PEVD)
– Le développement durable est un développement
ent
ettre
qui répond aux besoins du présent sans compromettre
la capacité des générations futures à répondre à leurs propres
besoins.
• Population des enfants dans le monde
–
–
–
–
• Trois piliers
– Aspects écologiques
• Protection de l’environnement et de l’espace
• Protection des espèces animales et végétales
– Aspects sociaux
140 millions d’enfants naissent chaque année sur la Terre
800 000 en France/ an
37 000 en Bretagne/ an
8 000 en Morbihan/an
• Bénéfices pour la santé : comment mesurer la santé ?
• Au service de l’humain et de la justice (développement pour tous)
– Indicateurs pour l’enfant
– Aspects économiques
• Baisse de mortalité infantile et juvénile
• Baisse de la morbidité maternelle et infantile
• Allongement de la durée de vie de l’enfant
• En analysant les coûts et en minimisant les coûts actuels et à venir
– +1 : la gouvernance locale et mondiale è interdépendance des
humains
– Indicateurs pour la mère
• Temps court, temps long - Consommer local ++
• Post-partum, obésité, cancers…
3
4
70%
64%
66% 66%
65%
% en sortie de maternité
65%
Le lait maternel
60%
60%
55%
59%
49%
50%
44%
44%
45%
43%
44%
50%
46%
49%
45% 42%
40%
64%
62%
45%
46%
47%
35%
87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09
5
6
Différentes périodes de la pratique
de l'allaitement maternel (AM)
Le cas du Morbihan
• Campagnes
d’information
65
–
–
–
–
50
45
40
35
Auprès des usagers
Maternités
Associations
Visites auprès des
généralistes
60 -> 40 %
50 %
20 %
30
96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10
• Financement Conseil
Général Morbihan
Années
– Suivi régulier par les CS
1900
7
Lien avec la mortalité infantile
180
160
1920
1940
1970
2000
8
Taux AM naissance
- AME 59 %
- AMP 74 %
Hygiène
Instruction
Revenus
140
Pour mille naissances
%
60
55
80 % AM
Antibiotiques
120
100
80
Vaccins
60
Services de Néonat
40
20
0
9
C8/ DREES : rôle du milieu social
Variables
% AMP
RR
Niveau études
- < Bac
- = Bac
- > Bac
55 %
60 %
71 %
0,85
1
1,33
Occupation mère
Employée
Agricultrice
Artisan
Cadre
Profession inter
Ouvrière
Foyer/ Congé parental
Chômage
Etudiante
Inactives
60 %
65 %
62 %
74 %
69 %
51 %
63 %
60 %
71 %
64 %
1
--1,30
1,20
0,84
1,48
1,20
2,36
1,58
10
Taux AM naissance
- AME 21 %
- AMP 39 %
11
12
Durée sur toutes les femmes
Durée en Pays de la Loire/ Femmes allaitantes
1
0.9
0.8
0.7
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0
0
4
8
12
16
Durée en semaines
20
24
13
28
14
Durée selon CSP
Durée selon reprise du travail
1
1
0.9
0.9
0.8
0.8
0.7
0.7
0.6
0.6
0.5
0.5
0.4
0.4
0.3
0.3
0.2
0.2
0.1
0.1
0
0
0
2
4
6
8
10
12
14
16
Semaines
Cadres et Prof. interm.
18
20
22
24
26
0
28
4
8
16
12
20
24
28
Semaines
Travail à reprendre
Autres
Pas de travail à reprendre
.
.
15
16
Durée selon reprise selon parité
Le lai maternel : avantages (1)
• Adapté au petit homme
1
0.9
– Composition moyenne
0.8
Primipares
0.7
• Fruit de l’évolution qui optimise les apports nutritionnels
destinés à améliorer la survie et la vie de l’espèce
• Courbes de poids pour les enfants allaités (OMS)
0.6
0.5
0.4
0.3
– Composition individualisée
0.2
• Prématurés, bébés à terme - Colostrum
• Tous nourrissons : évolution de la composition selon l’âge de
l’enfant
• Dans la journée ? Mélatonine par exemple dans le lait de nuit
0.1
0
0
2
4
6
8
10
12
14
Time
16
18
20
22
24
26
28
1
Multipares
0.9
0.8
0.7
0.6
0.5
0.4
0.3
0.2
0.1
0
0
2
4
6
8
10
12
14
Time
16
18
20
22
24
17
26
28
18
Comparaisons (pour 100 grammes (%))
Lait maternel et protection immunitaire (2)
• Contaminé par les microbes de la mère
Espèce
Calories
Eau
Protides Lipides
Femme
76
87
1,2
5
6,5
Vache
68
87
3,5
3,9
4,6
Chèvre
72
86
3,9
4,5
4,6
Brebis
96
83
5,3
6,5
4,3
Renne
238
63
10,3
19,7
4,8
Chamelle
65
87
3,2
4,3
3,4
Baleine
380
49
13
36
1
– Pour le bien de l’enfant en lien avec la flore de la mère (voie
basse et césarienne)
– Flore intestinale (microbiote) de l’enfant allaité : spécifique et
protecteur vis-à-vis d’autres microbes
Glucides
• Bifidobactéries et Lactobacilles
– « Théorie hygiéniste »…
• Contenant de nombreux facteurs de protection immunitaire
– Facteurs immunologiques de protection, spécifiquement humains
19
Exemple de protection immunologique
20
Facteurs de croissance et cytokines
Composants
Propriétés
Ig A
Immunoglobuline d’action locale
Lactoferrine
Bactériostatique, propriété anti-virale
Lyzozyme
Bactéricide, anti-inflammatoire, Contre les
Salmonelles et Colibacilles
Bifidus factor
Développe la flore à base de Bacillus bifidus, inhibe
les Shigelles, Salmonelles et Colibacilles
Oligosaccharides
Bloque les antigènes au niveau de récepteurs de
l’intestin
Lipides
Anti-viraux, anti-bactériens
Leucocytes
Cellules immunocompétentes
Phagocytose des bactéries, virus et champignons
Cellules souches
Marqueurs et thérapie contre les cancers
HAMLET
Human alpha lactalbumine contre les cellules
cancéreuses
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Epidermal growth factor (EGF)
Nerve growth factor (NGF)
Insulin-like growth factors (IGFs)
Tumor necrosis factor-alpha (TNFα) et TRAIL
Transforming growth factor-alpha (TGFα)
Transforming growth factor-beta (TGFβ)
Granulocyte colony–stimulating factor (G-CSF)
Interleukins: IL-1β, IL-4/5/6, IL-7/8, IL-10/12/13/14
CD14
Prostaglandins
Basic fibroblast growth factor (bFGF)
21
22
Hormones
Lait maternel : avantages (3)
• Pituitary hormones
•
• Hypothalmic hormones
•
– Thyroid-releasing hormone, somatostatin, prolactin inhibiting
and releasing factors
Qualité et quantité adaptée aux besoins de l’enfant
– Colostrum
– Rapport à la notion de satiété/ Obésité plus tard ?
– Commodité pratique
– Prolactin, growth hormone, thyroid-stimulating hormone, folliclestimulating hormone, lutenizing hormone, adrenocorticotropic
hormone, oxytocin
Odorat
– Adaptation aux aliments pris par la mère (idem liquide amniotique ?)
– Education à l’odorat et au goût
• Thyroid and parathyroid hormones
– Thyroxine, triiodothyronine, calcitonin, parathormone,
parathyroid hormone–related peptide)
•
Attachement
– Notion assez complexe/ PPN ?????
• Steroid hormones
– Estradiol, estriol, progesterone, testosterone, 17-ketosteroids,
corticosterone, vitamin D
• Gastrointestinal peptides
•
Espacement des naissances, contraception (MAMA)
– En situation moyenne (pas individuelle)
– Vasoactive intestinal peptide, gastrin, gastric inhibitory peptide)
23
24
Lait maternel : avantages (3)
Lait maternel : propriétés écologiques (1)
• Prévention des maladies
• Le LM produit peu de déchets
– Mère
– A la maison
• K sein en fonction de la durée cumulée (plusieurs enfants)
d’allaitement
• Symptômes du post-partum (pertes sanguines)
• Dépression
• Diabète de type 2
• Maladies cardio-vasculaires ?
• Couches plus nombreuses ?
– Protections périodiques de la mère ê en raison aménorrhée
• On ne peut plus local… et gratuit
– Cependant, besoin de 200 à 300 calories de plus pour la femme
allaitante
– En son absence : perte du poids de la mère ou baisse de la lactation ?
– Nourrisson et enfant
•
•
•
•
•
•
Prématuré : Entero-colite
Gastro-entérites, infections respiratoires, otites
Allergies : à moduler
Obésité, diabète, sd métabolique
QI
Dents : malocclusion (neutre vis-à-vis des caries)
25
26
Lait maternel : propriétés écologiques (2)
Lait maternel : zones d’ombre
• Les émissions de CO2 sont bien moindres que celles de
l'industrie laitière
• Manque ?
– Fer : hémoglobine plus basse chez les enfants allaités / enfants
nourris autrement. Problème de la référence
– Vitamine D et fluor
– Vitamine K : défaut de synthèse des microbes intestinaux
(Bifidus)
• Le lait maternel est toujours disponible, à la bonne
température
– Ne nécessite donc pas d'énergie pour le transport ou le
chauffage,
– ni d'eau pour la production de lait en poudre
– ou le nettoyage des récipients.
• Transmission de substances étrangères
–
–
–
–
• Il n'y a pas besoin non plus d'emballages en métal, en
papier ou en plastique, ni de publicités,
–
Virus : HIV surtout, HTLV, HBV
Protéines absorbées par la mère : protéines de lait de vache
Alcool, nicotine, drogues, médicaments…
Substances de l’environnement : contaminants
• Le lait maternel (le corps de la femme) est victime de
l’environnement dans les PFDE ou même dans certains PEVD
Donc il n'y a aucune production de déchets ni de récipients en
plastique non-biodégradables.
27
Quid des contaminants du LM ?
28
Mécanisme de la contamination
ANSES Rapport octobre 2016
• Un grand nombre de substances présentes chez la mère
peuvent être transmises au nourrisson via l’allaitement
(Fenton et al. 2005).
• Des données de la littérature ont mis en évidence :
– la présence de certains contaminants dans le lait maternel
pouvait conduire à un risque pour les enfants (Cerna. 2010,
Chovancova. 2011, Cok. 2009, Johnson-Restrepo. 2007, Park.
2011, Ulaszewska, 2011).
• A l’heure actuelle, les données françaises sur les teneurs
de ces contaminants dans le lait maternel sont encore
rares et concernent un nombre limité de substances
– principalement les PCB, les dioxines et furanes, les
retardateurs de flamme bromés (Antignac. 2009, BruckerDavis. 2010, Cariou. 2008, INVS/CAREPS 2000, Kadar. 2011).
• Etude CONTALAIT début 2018
– Contaminants / par rapport aux avantages du lait maternel
29
• Plusieurs voies possibles
–
–
–
–
–
–
Vêtements
Cosmétiques
Tabac et autres produits inhalés
Médicaments
Environnement extérieur et.. intérieur
Alimentation
• Depuis l’enfance et.. pendant la grossesse
– Accumulation au cours de la vie
• Multiplicité des produits
– Effets cocktails
• Rôle des faibles doses
– Pas de lien pour certains produits entre dose et effet
• Demi-vie des molécules
– 24 heures pour le Bisphénol A
– Plusieurs années pour la dioxine
30
Perturbateurs endocriniens (PE) Sources
Perturbateurs endocriniens (PE)
• Hormones : naturelles ou de synthèse : alimentation,
traitements, agriculture..
• Pesticides : agriculture, milieux urbains et domestiques
• Phtalates : plastifiants => air intérieur, alimentation
• Poly bromés diphényle éther : retardateurs de flammes =>
air intérieur
• Dioxines : sous produits de synthèse et de combustion.
• PCB : industrie – se retrouvent dans de très
nombreux appareils, produit rémanent.
• Bisphénol : industrie (alimentation)
• Parabène : industrie (cosmétiques, alimentation,
médicaments)
• Alkyl et nonyl phénol.... : industrie (agents tensio-actifs)
• Dans le lait maternel :
– De très nombreux travaux internationaux
• Données disponibles pour certains PE
– Attention, les extrapolations aux autres PE ne sont pas possibles
• Dans la majorité des cas, depuis quelques années en Europe
– ê des concentrations MAIS fortes disparités spatiales
– é pour certains pays et/ou certaines zones.
• Dans la majorité des travaux :
– Les doses observées < Dose journalière admise (DJA)
– MAIS l’allaitement n’est qu’une voie d’exposition parmi d’autres
(expositions multiples et cumulées avant la grossesse)
31
Exemples de dosages connus
32
Au final, le lait maternel…
• Présente beaucoup plus d’avantages prouvés sur la santé
que d’inconvénients
• Les effets prouvés sont le plus souvent mis en évidence
dans les PEVD
– Car la mesure sur l’état de santé se fait sur la mortalité qui est
élevée : mortalité infantile est de l’ordre de 80 à 160 pour mille
naissances
– Un bénéfice de 10 à 20 pour mille est possible
• Dans les PFDE, les avantages sont plus difficiles à mettre
en évidence
– Mortalité infantile est de 3 pour mille naissances
– Morbidité infantile difficile à mesurer
• Hospitalisations, baisse des incidences des gastro-entérites,
otites….
PBDE = retardateurs de flamme bromés
– Morbidité maternelle également
33
Cependant, des études…. aux USA (modélisations)
34
Le bilan mondial de l’AM
Bartrick MC. Matern Child Nutr Sept 2016
• Prouvent à l’évidence que, même dans les PFDE,
l’allaitement maternel, au niveau collectif et individuel, s’il
était « optimal » (dans le taux d’initiation et la durée),
préviendrait de nombreuses pathologies
– Baisse des décès maternels
• Baisse des infarctus du myocarde, de l’hypertension maternelle et du
diabète de type 2
– Baisse des décès infantiles
• Baisse des morts subites du nourrisson
• Baisse des entérocolites
• Baisse des hospitalisations pour gastro-entérites, otites, infections
respiratoires basses
• Et ferait faire des économies dans les dépenses de santé
– …..
• Et en France ?
– Pas d’études obervationnelles
– Rôle des CHU et du financement de la recherche en France,,,
35
• 28 études – Méta-analyse
• Effets infantiles à court terme
– 12 % à 50 % de réduction de la mortalité en PEVD
– 36 % de réduction de la mort subite en PFDE, et 58 % pour
l’entérocolite du prématuré en PFDE
– Réduction diarrhées (1/2) et infections respiratoires (1/3) en
PEVD
– Réduction hospitalisations (72 % et 57 %) en PEVD
– Protection otites chez les moins de 2 ans en PFDE
– En discussion pour les allergies (asthme, eczéma)
– Réduction de la malocclusion dentaire (68 %)
36
Le bilan mondial de l’AM (2)
• Effets infantiles à long terme
– Réduction surpoids et obésité dans les PFDE (26 %)
– Réduction diabète de type 2 (35 %); peut-être aussi pour le type
1; pas d’effet sur la PA
– QI : 3 à 4 points en plus
• Effets pour la mère è réduction
– Espacement des naissances (-50 %)
– Cancer du sein et de l’ovaire (4 % à 7 %), et 30 % en cas
d’allaitement très prolongé (36 mois cumulés)
– Diabète de type 2
– Ostéoporose
• Au total, prévention de
– 823 000 enfants sauvés dans les PEVD (AM 24 mois)
• / sur les 140 millions d’enfants nés/ an (5,9 pour mille)
– 22 000 femmes sauvées dans les PFDE (AM 12 mois) (K sein)
• / sur les 4 milliards de femmes ou 2 milliards pour l’âge adequat :
(0,01 pour mille)
37
38
Le lait de vache
• Base de la plupart des PPN et PS
– Manipulations nombreuses et historiques
– Lait concentré non sucré apertisé dès 1920
et Guigoz dès 1908
• Réglementations prolifiques
Fabrication, commercialisation
Textes 1er juillet 1976/ 5 janvier 1981 et 4 août 1986
Textes du 30 mars 1978/ 5 janvier 1981 et 4 août 1986
Textes du 11 janvier 1994 et du 5 janvier 1994/ 1998 et 11 avril
2008
– Directive 2006/141/CE de la Commission du 22 décembre 2006
–
–
–
–
Les laits animaux et autres
• Résultats
– Réglementation précise pour les « Laits » 1er âge
– Non précisés :
39
Fabrication des PPN (1)
• Le lait est d’abord totalement écrémé, puis pasteurisé
pour être stabilisé (95 à 105°C durant 15 à 20 secondes),
• Ajouts/remplacements de :
– Protéines solubles ou caséine (Hydrolyse pour les laits HA)
– Poudre de lait
– Lactose (sauf lait « diarrhée ») ou du glucose, ou dextrinemaltose
– Vitamines (B1, B3, B5, B6, B9, C, D, E),
– Minéraux : sodium, magnésium, calcium, fer, zinc, cuivre,
potassium, manganèse
– Acides aminés : arginine, histidine, taurine, carnitine
• La mixture est à nouveau pasteurisée avant d’être
homogénéisée avec différentes matières grasses végétales
– Colza, tournesol, palme, coco, maïs… qui apporteront les graisses
– Pour que le mélange huile/liquide se fasse bien, les fabricants
utilisent des émulsifiants comme la lécithine de soja.
– Ensuite le mélange est concentré puis séché par atomisation
(passage dans un courant d’air chaud à 75°C et vaporisé dans une
41
atmosphère à 160 °C).
• Rapports professionnels – industrie non précisés dans la législation
française (articles 6 et 7 du Code International et la Résolution
WHA49.15)
40
• Publicité « Laits » 2ème âge non interdites
Fabrication des PPN (2)
• Le fabricant peut intégrer à la recette :
– de l’huile de poisson pour enrichir la préparation en une graisse
polyinsaturée essentielle, l'acide docosahexaénoïque (DHA),
– des lipides plus ciblés : triglycérides, acides gras (Oméga 3 et
6),
– des souches de bactéries vivantes bénéfiques (probiotiques),
– des fibres favorisant l’équilibre de la flore intestinale
(prébiotiques), des ferments lactiques (digérer le lactose),
– de la choline, une substance trouvée dans le lait maternel qui
intervient dans le développement cérébral du bébé,
– des nucléotides, des composés également présents dans le lait
maternel qui contribuent à la santé intestinale du bébé et à ses
défenses immunitaires.
– Des épaississants : amidon de maïs, riz, pomme de terre,
caroube….
42
Les PDS, et Laits de croissance
Modilac Satiété®
• PDS (« Laits 2ème âge »)
• Lait écrémé, lactose, huiles végétales (palme, soja,
coprah, tournesol oléique)
• Amidon de maïs précuit, malto-dextrine, carbonate de
calcium, émulsifiant (lécithine de soja), vitamine C,
chlorure de potassium, taurine, hydroxyde de potassium,
L-cystine, correcteur d'acidité (acide citrique), vitamine
E, sulfate de fer, antioxygènes (extrait riche en
tocophérols, palmitate de L-ascorbyle),
• Cytidine-5' monophosphate, chlorure de magnésium,
sulfate de zinc, nicotinamide, uridine-5' monophosphate
de sodium, adénosine-5' monophosphate, pantothénate de
calcium, inosine-5' monophosphate de sodium, guanosine5' monophosphate de sodium, thiamine,
• Vitamine B6, sulfate de cuivre, vitamine A, riboflavine,
acide folique, vitamine K, sélénite de sodium, sulfate de
manganèse, biotine, vitamine D, vitamine B12.
– Composition voisine des « 1er âge »
• Caséine, lactose, 100 % graisses végétales, Vit D
• Laits de croissance
– Composition voisine du « lait courant »
• Moins de lipides et acides gras essentiels, moins de protides,
saccharose ajouté, fer, vitamine D
43
44
Modilac Satiété®
Lait Bio PREMILAIT®
• Lait écrémé, lactose, huiles végétales (palme, soja,
coprah, tournesol oléique)
• Amidon de maïs précuit, malto-dextrine, carbonate de
calcium, émulsifiant (lécithine de soja), vitamine C,
chlorure de potassium, taurine, hydroxyde de potassium,
L-cystine, correcteur d'acidité (acide citrique), vitamine
E, sulfate de fer, antioxygènes (extrait riche en
tocophérols, palmitate de L-ascorbyle),
• Cytidine-5' monophosphate, chlorure de magnésium,
sulfate de zinc, nicotinamide, uridine-5' monophosphate
de sodium, adénosine-5' monophosphate, pantothénate de
calcium, inosine-5' monophosphate de sodium, guanosine5' monophosphate de sodium, thiamine,
• Vitamine B6, sulfate de cuivre, vitamine A, riboflavine,
acide folique, vitamine K, sélénite de sodium, sulfate de
manganèse, biotine, vitamine D, vitamine B12.
• Dextrines maltées de maïs*, lait écrémé* (origine France),
huiles végétales non hydrogénées* : colza* (origine
France), noix de coco*, tournesol* (origine France),
lactose*, Bifidus longum maternis.
• Minéraux : Phosphate de calcium naturel de lait (origine
France), oxyde de magnésium naturel (origine France),
pyrophosphate de fer, gluconate de zinc, gluconate de
cuivre, iodate de potassium, sélénite de sodium, choline,
inositol.
• Vitamine d‘origine Végétale : L-ascorbate de sodium (C),
cobalamine (B12),
• Vitamine Nature Identique : niacine (PP), acide
pantothénique (B5), riboflavine (B2), thiamine (B1),
pyridoxine (B6), rétinol (A), acide folique (B9),
phytoménadione (K1), biotine (B8), ergocalciférol (D2).
• Vitamine Naturelle : Tocophérols naturels (E) extraits
de tournesol.
45
* 100% des ingrédients d'origine agricole sont cultivés selon les
méthodes de l'agriculture biologique.
Blanquette de veau : ingrédients
Boissons végétales, « jus de… » (2010)
• Riz cuit 33 % (eau, riz blanc 11%, riz rouge 2%, huile de
colza), Viande de veau assaisonnée 22 % (viande de veau,
amidons modifiés, sel, stabilisants : E450-E451, fibre de
blé, épaississant : carraghénanes), eau, crème fraîche
8,5%, carottes 6%, champignons 4,5%, vin blanc(sulfites),
cèpes 1,5%, farine de blé, maltodextrine, amidon modifié,
arômes naturels, épaississant: gomme xanthane, sel,
poivre.
• Substances ou produits provoquant des allergies ou
intolérances : Gluten, Lait, Anhydride sulfureux et
sulfites; Traces éventuelles : Céleri, Crustacés, Œufs,
Poisson, Mollusques, Moutarde, Soja
• Ce sont aussi des produits fabriqués
• Eventuellement non écologiques (soja)
• Non adaptés aux besoins des nourrissons
•
•
•
•
•
Additifs :
E14XX - Amidons modifiés
E450 - Sels métalliques de diphosphates
E451 - Triphosphates
E407 - Carraghénanes
E415 - Gomme xanthane
47
46
– Moins de protéines, trop sucrés, pauvres en acides gras, pauvres
en lipides, pauvres en calcium
– Risques allergiques (croisés avec allergie au LV ?)
– Phyto-oestrogènes (soja)
48
Lait de vache
entier
Composants
Modilac Riz
•
•
•
•
Pour 100 mL
Energie
Maltodextrine, hydrolysat partiel de protéines de riz,
huiles végétales (palme, palmiste, colza, tournesol, tournesol
oléique), amidon de maïs précuit, triglycérides à chaînes
moyennes [TCM], émulsifiants (esters citriques de mono et
diglycérides d’acides gras, lécithine de soja),
phosphate de calcium, chlorure de potassium, phosphate de
potassium, chlorure de calcium, hydroxyde de potassium,
vitamine C, hydroxyde de calcium, hydroxyde de magnésium, Llysine, chlorure de choline, chlorure de sodium, L-tryptophane,
taurine, inositol, sulfate de fer, vitamine E, antioxydants
(extrait riche en tocophérols, palmitate de L-ascorbyle), Lcarnitine, uridine-5’-monophosphate de sodium, cytidine-5’monophosphate, sulfate de zinc, nicotinamide, pantothénate de
calcium, adénosine-5’-monophosphate, inosine-5’-monophosphate
de sodium, guanosine-5’-monophosphate de sodium, sulfate de
cuivre,
riboflavine, vitamine B6, vitamine A, thiamine, sulfate de
manganèse, iodure de potassium, acide folique, vitamine K,
sélénite de sodium, biotine, vitamine D, vitamine B12.
Charge osmotique
Protéines (g)
Caséine (%)
Lactosérum (prot sol) (%)
Taurine
Glucides (g)
Lactose (g)
Oligo-sacch (mg)
Lipides (g)
AG saturés/insaturés
Ac. Linoléque (mg)
Ac. a-Linoléque (mg)
Triglyécérides (%)
Sels minéraux
Na (mg)
K (mg)
Cl (mg)
Ca (mg)
Ph (mg)
Mg (mg)
Fer (mg)
Cu (mg)
Zn (mg)
Iode (microg)
Mn (microg)
Sélénium (microg)
Fluor
Vitamines
A (microg)
D (microg)
UI
E (mg)
K (microg)
C (mg)
B1 (Thiamine) (mg)
B2 (Riboflavine) (mg)
B6 (mg)
B12 (microg)
PP (Niacine) (mg)
B5 (Ac panthoténique) (mg)
B9 (Folate) (microg)
B8 (Biotine) (mg)
255 KJ
61 kCal
280
3,5
80%
20%
4,5
4,5
3,6
3/1
57
19
98
900
8
138
110
120
90
0,03
Autres
Lait 1er âge
Guigoz Evolia
Pour 100 mL à
12,9 %
280 KJ
67 Kcal
90
1,2
40%
60%
4,3
7,3
7,3
Lait de femme
mature
Pour 100 mL
293 KJ
76 kCal
1,2
40%
60%
8,0
7,5
5,7
1,3
3,5
1/1
350
37
98
210
15
60
40
30
15
4
0,2
0,035
0,07
0,007
0,6
0,2
3,6
1/1
567
70
19
57
41
42
24
6
0,74
0,05
0,7
12
15
2
<8
66
0,9
37
1
5,5
12,9
0,07
0,12
0,05
0,09
0,52
0,4
9,8
1,5
200
0,0001
1,6
0,7
0,21
Probiotiques
Autres +++++
Ig
Lyzozyme
Hormones
F croissance
Enzymes
Germes
Ig
0,02
0,04
0,01
0,2
0,2
Compositions comparées
LV, PPN et LF
Les cases vides
correspondent
à des valeurs non
trouvées (et non pas
absentes,,,)
Précisions
- Variation des LF
- PPN variables (D-M, caséine,,,)
- Références multiples
et pas toujours cohérentes
49
50
Les PPN ne sont pas écologiques
Coûts des biberons…
• Elevage des vaches
• Par jour, pour un enfant de 3 mois
– Pâturages, pollution liée à la culture du fourrage (pesticides),
destruction des forêts
– Méthane émis par les vaches
– En Inde, il faudrait 135 millions de vaches laitières pour nourrir
les bébés, et les pâturages représenteraient la moitié des
surfaces cultivables du pays (argument recopié)
• Fabrication du lait infantile
–
–
–
–
• Dégradation des forêts
• Pour 1 an
– Lait en poudre sur 1 an = 40 000 g, soit 50 boîtes de 800 g, soit
50 * 15 € = 750 € /an
– 8 biberons et 1 chauffe-biberon ; 1 stérilisateur à froid ;
– 6 boîtes de 30 comprimés pour stérilisation à froid (en faisant
l’hypothèse d’une stérilisation seulement pendant les trois
premiers mois) ; un goupillon.
– Matériel (biberon, tétines, goupillon, stérilisateur, chauffebiberon) + Eau + Electricité
– Total ≈ 1000 € / an ?
Energie, constituants
Eau : 4 700 litres d’eau pour fabriquer 1 kg de poudre de lait
Contenants : boîtes et cartons d’emballage
Publicité : voir budget Nestlé/ Danone
• Transport
– Distances longues (PEVD)
– Pollution automobile
• Déchets
– Boîtes, biberons, tétines
– 15 mesures à 30 mesures de lait (4,3 g)/ jour de 1 mois à 1 an
– 3 litres d’eau pour l’eau du biberon et le lavage/rinçage
– Equivalent de 600 gramme de bois dans les PEVD
51
52
Les conséquences/risques des PPN
Les contaminants en PFDE (ANSES)
• Aspects bactériens
• L’eau de reconstitution
– Sans doute globalement « plus propre » (pasteurisé) que le LM
• Théorie hygiéniste
– Contaminations documentées
• Enterobacter sakazakii
• Germes de l’environnement
• Les contenants
– Verre/Plastique
– Bisphénol A/
• Les contaminants en PEVD ayant entraîné des maladies
–
–
–
–
–
– Exposition : antimoine, argent, arsenic, baryum, plomb et
strontium)
– Pas de conclusion entre eau du robinet et eau en bouteille
Arsenic (dans l’eau de reconstitution)
Cuivre (dans les récipients)
Plomb
Nitrates
PCB/ Phtalates
• Le lait lui-même et les ajouts
• Le lait bio
– A sans doute moins de contaminants
– Présente les mêmes inconvénients en terme de
• Mélamine, atrazine,
• Fabrication, distribution, commercialisation, reconstitution du
biberon et des déchets ?
53
54
Au total,
Etude de l’ANSES (octobre 2016)
Ages
1 – 4 mois
5 – 6 mois
7 – 12 mois
Lait
PCDD/F
PCB
0,74
6,16
Courant (3)
PPN (121)
0,2
0,72
Courant (11)
0,43
3,45
Ensemble (9)
0,29
1,77
PPN (107)
0,21
1,14
Courant (22)
0,46
3,87
Ensemble (17)
0,31
2,37
PPN (156)
0,25
1,98
• Par rapport aux PPN et PDS, l’allaitement maternel est :
– Le premier acte écologique favorisant le développement durable
– Produit de qualité, quasi-gratuit, sans déchets
– Qui respecte l’environnement : peu de dépenses de fabrication,
pas de rajouts, peu de déchets….
• C’est cependant un produit qui s’intègre dans une
exposition alimentaire, aérienne et cutanée
– De produits potentiellement toxiques
– Dont on ne sait pas à ce jour mesurer les conséquences / PPN
• PCDD/F = Dioxines et furanes
• PCB = Polychlorobenzènes
• En pg et ng/kg poids corporel/jour
• Globalement, les effets du LM sont favorables à l’écologie
et à la santé (Lancet 2016)
– Quelle que soit la contamination des laits maternels à travers le
monde
55
Conclusion Lancet 2016 (2) : PPN et PDS
56
Conclusion Lancet 2016 (1) : AM
• « Bien que pas encore quantifiables en termes monétaires,
des coûts environnementaux sont associés à l’absence
d’allaitement maternel.
• Les substituts du lait maternel laissent une empreinte
écologique et nécessite de l'énergie pour la fabrication,
les matériaux pour l'emballage, le carburant pour le
transport, la distribution de l'eau, et du carburant, avec
le nettoyage pour une préparation quotidienne et
l'utilisation, et de nombreux polluants sont
généré dans cette voie.
• Plus de 4000 L d'eau sont nécessaires tout au long de la
production pour produire juste 1 kg de lait de substitut en
poudre. Aux Etats-Unis, 550 millions de boîtes de
conserve, 86 000 tonnes de métal, et 364 000 tonnes de
papier annuellement utilisé pour emballer le produit, et qui
finissent comme déchets, »
• « Le lait maternel est une nourriture « naturelle
renouvelable » qui est sûre et qui est produite et délivrée
au consommateur, sans pollution, sans inutile
emballage, et sans déchets. »
• « L’allaitement maternel et la contribution du lait humain à
l'environnement, ainsi qu’à la durabilité et la sécurité
alimentaire devraient être pris en compte dans les
objectifs de développement du climat au niveau national et
mondial »…
57
58
Et après ?
Quelle promotion ? Quels leviers ?
• Tentative de rationaliser un choix : AM plutôt que PPN
• En PFDE
– Pour les professionnels
– Pour la population, les parents, les couples,,,
– Catégories riches et à diplôme : déjà très allaitantes, sauf en
France pour lesquels des arguments rationnels peuvent être
utilisés
• Or, le choix de l’alimentation est rarement rationnel
–
–
–
–
–
C’est un « comportement » au sens général
On allaite « comme sa mère »
On allaite comme dans son milieu
On allaite plus avec l’âge (de la mère)
On allaite rarement parce que l’on comprend que c’est mieux ?
• Développement durable
• Avantage pour la santé
– Catégories précaires : axes de promotion spécifiques
• Arguments du coût ????
– Publicité, rapports des professionnels avec les industries du lait
• Explicitation des conseils inconscients
• En PEVD
• L’angle rationnel que l’on tente d’objectiver aujourd’hui
– Lutte contre les achats de lait en boîte
– Semble donc vain à titre individuel
• Est-ce que dire à une femme « Vous devriez allaiter car c’est plus
écologique ? » est efficace ?
– Est plus destiné à une réflexion sociétale générale
• Et sans doute auprès des professionnels de santé
• Arguments de santé
• Arguments de coûts
– Lutte contre les publicités ++++
• Dès la maternité +++
59
60
Les périodes de la promotion
• Dans l’enfance
– Ecole
– Modèles maternels
• A l’adolescence
– Modèles écologiques à proposer
– Idées sur l’allaitement maternel
– Choix des garçons et des filles
• A l’âge adulte
– Avant la grossesse
• Médias +++
• Décisions inconscientes d’allaiter ou non
– Pendant la grossesse : souvent déjà trop tard
– A la naissance : début et pour la durée
– Dans les mois suivants
61
62
Les interventions pour augmenter la pratique AM
Déterminants
Contexte socio-culturel
Contexte économique
Contexte familial et local
- Services de santé
- Famille et communauté
- Travail de la femme
Contexte personnel de la femme
- Rôle des enfants et des femmes
- Relations mèreè-enfant
Interventions
Mobilisation sociale
et médias
Législation
Politique
Investissement
Aides
Conseil et
aides à la lactation
Initiation AM --- AM exclusif ---AM prolongé
63
64
Marchés dans les PEVD (Site Nestlé)
• « Les femmes délaissent l’allaitement
• Le jeu en vaut la chandelle. Le marché de la nutrition
infantile croit de 8% par an. Parmi les pays émergents
figurent la Chine où naissent 16,4 millions de bébés par an
et, surtout, l’Inde avec ses 27,9 millions de naissances en
2011.
• Ce marché a un bel avenir devant lui. Le développement
d’une classe moyenne dans ces deux pays inclinent les
femmes à travailler et donc à délaisser l’allaitement pour
préférer le biberon. C’est du pain bénit pour les
fabricants de lait maternisé. De plus, les marques
internationales veulent s’imposer comme des références
fiables aux yeux de consommateurs craintifs, notamment
en Chine depuis le scandale du lait contaminé à la
mélamine en Chine (2008).
• Nestlé se devait d’y reprendre la main : depuis 2005, le
groupe suisse y perd des parts de marché. »
65
66
Classement par ventes annuelles 2014/ Monde
•
•
•
•
Lactalis (France) : 16 Md € è Milumel, Lactel, Picot,,,
Danone (France) : 12 Md € è Bledina, Gallia, Nutricia,,,
Fonterra (N-Z) : 12 Md € (lait contaminé en Chine)
Nestlé (Suisse) : 11 Md $ è Guigoz, Nidal, BabyNes,,,
Budget publicité Nestlé en France
28ème rang = 127 millions € en 2013
+ 17,5 % / Moitié en TV
• Les suivants
67
Marché des PPN et petits pots
• Le marché français de la nutrition infantile était estimé à
plus d'1.2 milliards d'euros en 2012.
– La France est le premier pays en terme de consommation de
produits alimentaires pour bébé : on y consomme environ 200 kg
de lait et d'aliments de diversification par bébé et par an, soit
quatre fois plus qu'aux Etats-Unis.
• Le secteur est divisé en deux grandes familles :
– les laits infantiles, qui représentent 41% des parts de marché
– les aliments de diversifications (compotes, purées, yaourts, plats
préparés), qui représentent 59% des parts de marché.
• Par ailleurs, les marques bio ont bien tiré leur épingle du
jeu ces dernières années malgré un environnement très
concurrentiel : elles ont acquis 4,5% des parts du marché
en 2010 suivi d’une croissance d’environ 1% en 2011. On
peut citer parmi les acteurs les plus performants du
segment Materna et Vitagermine (Optima)
• http://www.businesscoot.com/le-marche-de-lalimentation-infantile-131/
69
–
–
–
–
–
–
–
–
Sodiaal è Nutribio/ Lactalia
Sodilac è Modilac
HIPP è Hipp Bio
Gilbert è Physiolac
Merarini è Novalac
Vitagermine è Babybio
Mead Johnson è Nutramigen, Pregestimil
Premibio ??
68
Téléchargement