contemporanea|comunicação e cultura

publicité
contemporanea|comunicação e cultura
W
W
W
.
C
O
N
T
E
M
P
O
R
A
N
E
A
.
P
O
S
C
O
M
.
U
F
B
A
.
B
R
LES RUMEURS ET INTERNET
Rumors and Internet
Jean-Bruno Renard*
RESUMÉ
Cet exposé va traiter des rumeurs et d’Internet, sous deux aspects: Internet comme objet de rumeurs
�������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������
fausses auxquelles des gens croient. La légende urbaine, ou légende contemporaine, est une rumeur
narrative, une anecdote de la vie quotidienne, fausse ou douteuse, mais à laquelle on croit parce qu’elle
est vraisemblable et qu’elle véhicule un message moral.
MOTS-CLÉS
Internet; rumeur; moral.
ABSTRACT
This paper will address the rumors and the Internet in two ways: rumors as the subject of the Internet
�������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������
false information that people believe. A rumor is an urban myth, a legend, a hoax, or a contemporary
narrative, a tale of everyday life, false or dubious, but in which we believed because it is likely, and it
conveys a moral message.
KEYWORDS
Internet; rumor; moral.
*Professor de sociologia da Université Paul-Valéry, Montpellier, França. É especialista em sociologia do imaginário.
Após estudos em sociologia na Université de Paris X - Nanterre, ele defendeu, em 1974, a tese de doutorado sobre
o religioso e o fantástico nas revistas em quadrinhos franco-belgas. Uma de suas obras sobre quadrinhos está
traduzida para o portugues : “A Banda Desenhada”, Ed. Presença, Portugal, Livraria Martins Fontes, Brasil, 1981.
Desde então, Renard vem pesquisando o fantástico e as lendas urbanas, publicando “Légendes urbaines”, com
Véronique Campion-Vincent, Payot, 1992 ; “Rumeurs et légendes urbaines”, Presses Universitaires de France, coll.
���������������������������������������������������������������������������������������������������������������
Legros, Frédéric Monneyron e Patrick Tacussel um manual universitário sobre a “Sociologie de l’imaginaire” (Armand Colin), traduzido no Brasil como “Sociologia do Imaginário”, pela Editora Sulina, Porto Alegre, 2007. E-mail
: [email protected] FRANÇA
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
475
LES RUMEURS ET INTERNET
1. INTERNET COMME OBJET DE RUMEURS
Les rumeurs qui accompagnent une innovation technologique obéissent au principe général qu’un pro����� ����� ��������� ��� ������ �������� ������ ���� �������� ���� ������� ��� ������ ��� ������� ��������� �����
elles donnent le cancer, le four à micro-ondes évite les longues préparations de plats mijotés mais il
transforme les aliments en poisons. Les rumeurs qui prennent pour objet Internet alertent donc sur des
dangers liés à son usage.
����������������������������������������������������������������������������������������������������������
Internet a été la prétendue taxe sur les modems. Au début des années 1990, plusieurs sites Web américains ont laissé entendre que le gouvernement pourrait taxer toutes les communications informatiques,
via une redevance sur les modems. En 1995, un million de personnes ont signé une pétition électronique
contre ce projet, pourtant inexistant. Une variante de cette rumeur circule en France depuis septembre
2011: un message prétend qu’une taxe sur les e-mails sera mise en place à partir du 1er janvier 2012.
À l’inverse de cette rumeur négative, un message circulant sous forme de e-mail depuis 1999 prétend
que si l’on utilise Windows Microsoft et que l’on fait suivre ce message à de nombreuses personnes, on
recevra un chèque de Bill Gates. Beaucoup de personnes attendent encore ce chèque!
Au début des années 1990, une anecdote a circulé aux États-Unis, mettant en scène un ‘’mauvais usage’’
du courrier électronique, non seulement sur le plan technique mais aussi sur le plan moral:
Une entreprise de haute technologie a mis à la disposition de chacun de ses cadres
un ordinateur portable avec une caméra numérique incorporée. Un jour, une jeune
femme, cadre supérieur dans cette compagnie, utilisa cet appareil depuis une chambre
d’hôtel où elle enregistra à l’intention de son amant – un de ses collègues qui était
����������������������������������������������������������������������������������������
attitude aguichante, en murmurant ‘’Viens vite à l’hôtel ce soir, et voici ce que tu auras
cette nuit’’. Malheureusement, elle appuya sur de mauvaises touches de son ordinateur
pour expédier le message à son destinataire. La séquence vidéo fut transmise sur les
écrans d’ordinateur des 400 employés de l’entreprise. Depuis, le message a même été
diffusé à l’extérieur de la compagnie et recopié sur des disquettes vendues dans les
marchés d’occasion de l’informatique (RENARD, 1999 : 116-117.)
Cette anecdote est riche de plusieurs leçons morales. Tout d’abord, elle met en garde contre les conséquences de mauvaises manipulations techniques. Nous connaissons tous des cas d’envoi par erreur de
������������������������������������������������������������������
En deuxième lieu, ce récit montre qu’Internet peut dévoiler publiquement la vie intime. On sait que des
personnes ont ainsi vu des images de leur vie privée diffusées.
476
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
JEAN-BRUNO RENARD
En troisième lieu, la morale de l’histoire est assez clairement anti-féministe puisque la femme est présentée à la fois comme incompétente et comme immorale. De plus, ce récit exprime la crainte qu’éprouvent
les hommes dans le monde du travail envers la concurrence des cadres supérieurs de sexe féminin.
En quatrième lieu, cette légende urbaine condamne l’adultère. Elle modernise l’ancien châtiment de
l’exhibition publique de la femme adultère nue. Mais ici la justice est immanente – c’est-à-dire que la
coupable est punie par la conséquence même de ses actes – et la punition est rendue publique par une
technologie de la communication!
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������
vie quotidienne et intime. Si ces enregistrements ne sont pas volontaires, ils s’inscrivent alors dans les
grandes peurs d’une ‘’société de surveillance’’, digne du Big Brother d’Orwell, où les moyens électroniques sont mis au service d’un pouvoir totalitaire et policier.
D’autres récits expriment la crainte d’une perte de contrôle des ordinateurs par leurs utilisateurs. C’est
���������������������������������������������������������������������������������������������������������
Un homme est parti en vacances. Il a programmé son ordinateur pour envoyer automatiquement une réponse à chaque message reçu, indiquant qu’il était parti. Un de ses
amis de bureau a fait de même, et a envoyé un message au premier pour lui dire qu’il
s’en allait. Si bien que les deux ordinateurs se sont mis à s’envoyer mutuellement des
messages et à se répondre chaque fois, à quelques secondes d’intervalle. Au bout de
����������������������������������������������������������������������������������������
à leur société pour réparer le système informatique. (AINSLEY, 1997.)
Ou bien encore cette anecdote qui exprime la peur que les machines ne remplacent les hommes:
��������������������������������������������������������������������������������������
site Web de cette société. En fait, ce n’est pas une personne mais un programme informatique qui transforme automatiquement toutes les lettres d’information, les rapports
de ventes, les catalogues et tout le reste en pages Web. Eh bien, cette ‘’personne’’
n’arrête pas d’être sollicitée par d’autres entreprises qui cherchent quelqu’un pour
s’occuper de leur propre site Web. Une entreprise lui a même proposé un très haut
salaire et une voiture de fonction! (AINSLEY, 1997)
Si une programmation informatique peut devenir un être humain, elle peut aussi, à l’inverse, ‘’effacer’’
�������������������������������������������������������������������������������������������������������
���������������������������������������������������������������������������������������������������
d’un membre de newsgroups se répandit tellement vite qu’en une journée les organismes de cartes de
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
477
LES RUMEURS ET INTERNET
crédit, les banques, sa compagnie d’assurances et même ses employeurs ont supprimé son nom de leurs
listes informatisées. Sa femme a même reçu les condoléances de tous leurs amis! (AINSLEY, 1997.)
Les vrais virus informatiques rendent vraisemblables les rumeurs de faux virus. L’un des premiers fut le
�������������������������������������������������������������������������������������������������������
Le comble a été atteint lorsqu’une rumeur, qui a circulé en 2001, aussi bien au Brésil qu’en France, a
������������������������������������������������������������������������������������������������������
��������������������������������������������������������������������������������������������������������������
quoi faire peur par son nom, ‘’Sulfnbk.exe’’, et par son icône, qui ressemble à des lettres taguées à la
bombe noire!
Des messages circulant sur le Net depuis le milieu des années 1990 prétendent que des tueurs en série
choisissent leurs victimes par Internet. Cette rumeur des ‘’Online Serial Killers’’ symbolise de manière
extrême les dangers réels que courent les enfants, les adolescents et même les adultes lorsqu’ils tissent
par Internet des relations sentimentales avec des interlocuteurs qui cachent leur identité d’âge ou de
sexe et qui sont mal intentionnés (pédophiles, escrocs).
Des rumeurs, élaborées dans les milieux fondamentalistes chrétiens, prétendent découvrir dans le mon������������������������������������������������������������������������������������������������
codes-barres. Une rumeur désigne le Web comme une invention diabolique en faisant observer que le
sigle www correspond au nombre de Satan, 666, puisque le w est la 6e lettre de l’alphabet hébreu!
L’existence réelle de pirates informatiques, les hackers, associée à l’émergence du terrorisme dans les
années 1990, a donné naissance au mythe du cyberterrorisme, c’est-à-dire l’utilisation d’Internet par
������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������
messages cryptés sur Internet. Les attentats du 11 septembre 2001 ont accéléré les choses. Des sites
Web évoquèrent l’existence de ‘’logiciels de terreur’’ utilisés par les islamistes pour crypter leurs messages et préparer leurs attentats. Une rumeur prétendit même que des messages secrets d’Al Quaïda
�������������������������������������������������������������������������������������������������������
accès par ordinateur à la télédétection spatiale par satellite. Le FBI démentit la rumeur selon laquelle
les mails échangés par les terroristes étaient cryptés. Les attentats du 11 septembre 2001 relèvent plus
��������������������������������������������������������������������������������������������������������
– plutôt que d’une haute technologie. Les rumeurs suggèrent l’existence de moyens sophistiqués, mais
les seuls matériels trouvés chez les membres du réseau Ben Laden, en Europe ou en Afghanistan, ont
été des faux papiers, des détonateurs, des explosifs, des armes à feu et des Corans.
En résumé, les rumeurs et légendes ayant pour objet Internet sont des histoires fausses mais qui re������������������������������������������������������������������������������������������������������tité supprimée, virus informatiques, internautes malveillants.
478
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
JEAN-BRUNO RENARD
2. INTERNET COMME MOYEN DE DIFFUSION DES RUMEURS
�� ��� ����������� ��������� �� ���� �������� ����� ������������� ��� ������������ ��� ����������������� ��� �����
aujourd’hui qu’Internet est aussi, suivant l’expression d’Odile Vernier, responsable d’une agence de
communication en France, ‘’la nouvelle autoroute de la désinformation’’ (citée par AMALOU, 1998: 19).
Internet présente plusieurs caractéristiques qui en font un outil privilégié pour la transmission des rumeurs.
Le style ‘’oral’’. Sous une apparence de média visuel (écriture et image), Internet se rapproche en réalité
beaucoup plus de la communication de type oral. Le style écrit des e-mail, des SMS, des Tweets, tend à
se rapprocher du langage parlé.
La rapidité de la communication. La rapidité des transmissions réduit le temps entre l’envoi et la réponse, créant des conditions de dialogue proches de la conversation.
L’anonymat. On connaît la personne qui vous retransmet le message mais pas celle qui l’a rédigé. La
communication est dépersonnalisée: la typographie uniformisée n’est plus le style d’une écriture à la
main qui faisait le bonheur des graphologues. Il n’y a pas de signature manuscrite dans les e-mails. Rien
ne prouve que c’est votre interlocuteur qui vous écrit.
Les potentialités de trucages et de faux. Les communications sur Internet, parce qu’elles sont numéri���������������������������������������������������������������������������������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������������nipulé et ce qui ne l’est pas. […] Le truquage est inhérent à la numérisation’’ (L’Evénement du Jeudi 1824 février 1999, p. 54). On pouvait autrefois déceler un faux en écriture, une photo retouchée, un son
manipulé, cela est désormais impossible avec les textes électroniques, les images et les sons numérisés.
Dans les messageries électroniques, un texte écrit n’est pas une garantie de stabilité du contenu car
�������������������������������������������������������������������������������������������������������������
�������������������������������������������������������������������������������������������������������
des déformations de l’information dans la transmission orale des rumeurs.
La diffusion multiple. À la différence du bouche à oreille et du téléphone, et plus commodément qu’avec
le service postal, Internet permet la diffusion simultanée d’un message depuis une source unique vers
une pluralité de destinataires. Internet comme la rumeur obéissent à une ‘’nécessité de circulation’’
(Taïeb, 2001: 237).
Avec ma collègue Véronique Campion-Vincent, nous avons publié deux ouvrages sur les rumeurs et les
légendes urbaines, le premier en 1992 et le second en 2002. Dans le premier livre, les rumeurs provenaient essentiellement du bouche à oreille, parfois relayé par la presse. Dans le second, la plupart des
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
479
LES RUMEURS ET INTERNET
rumeurs avaient circulé sur Internet, que ce soit par e-mails, sur des forums de discussion, sur des blogs
ou sur des sites Web.
Citons quelques exemples:
- la rumeur de la mort de Lauryn Hill, chanteuse des Fugees, en 1997 – on se souvient qu’une rumeur
semblable, en 1969, avait prétendu que Paul McCartney, l’un des Beatles, était mort;
- la rumeur des dangers de l’aspartame (édulcorant alimentaire), depuis décembre 1998;
- l’avertissement contre des escrocs qui se font passer pour des fournisseurs d’accès et tentent de pirater votre ligne de téléphone portable en vous demandant de composer un numéro (depuis 1998).
- la rumeur du e-mail qu’il faut retransmettre pour pouvoir recevoir gratuitement une caisse de bouteilles
de champagne, depuis décembre 2000;
- la légende des aiguilles infectées au virus HIV plantées dans des fauteuils de cinéma, depuis 2001;
- ‘’l’alerte à la banane tueuse’’, en février 2002, qui prétendait que des bananes en provenance du Costa-Rica transmettaient une maladie mortelle;
- l’avertissement contre de faux démarcheurs qui proposent aux femmes des sentir un nouveau parfum
qui est en réalité une drogue qui fait perdre conscience, depuis 2004;
- un message avertissant du danger qu’il y a à manger des bonbons Mentos puis à boire du Coca-Cola:
cela fait exploser l’estomac (depuis juin 2006).
Internet est également un outil idéal pour exposer et diffuser des hypothèses, des théories, parfois
présentées comme des certitudes, concernant des événements inexpliqués ou non entièrement expliqués. Cela ne concerne pas seulement les amateurs de monstre du Loch Ness, de Yéti ou d’OVNI – qui
������������������������������������������������������������������������������������������������������
qui font l’actualité. Comme l’a dit un journaliste américain: grâce à Internet, ‘’toute personne qui a une
théorie possède maintenant un mégaphone’’ (ZUCKERMAN, 1996). C’est particulièrement le cas des thèses complotistes sur l’accident du vol 800 de TWA le 17 juillet 1996, sur les attentats du 11 septembre
2001 ou sur le tremblement de terre à Haïti en janvier 2010, attribués directement ou indirectement au
gouvernement américain.
Les rumeurs concernant le 11-Septembre circulèrent principalement par Internet: sites Web complotistes; e-mails révélant que les attentats étaient inscrits dans une prophétie de Nostradamus, dans la
police de caractère Wingdings (en tapant le numéro de vol Q33NY) et dans le billet de 20 $ US qui, plié
d’une certaine façon, fait apparaître le Pentagone et les tours du World Trade Center en feu et même le
nom Osama! La légende du ‘’terroriste compatissant’’ circula par e-mails dès octobre 2001: un homme
perd son portefeuille, une femme le ramasse et lui donne, pour la remercier l’homme lui dit de ne pas
������������������������������������������������������������������������������������������������������
Sur Internet, les rumeurs ne sont plus seulement des énoncés verbaux, ce sont aussi des images, des
dessins, des photos. Et l’on a pu parler d’ ‘’images rumorales’’.
480
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
JEAN-BRUNO RENARD
Internet a développé son propre antidote aux rumeurs et aux légendes qui y circulent. De nombreux
sites sont désormais spécialisés dans le repérage et l’analyse des fausses informations. Par exemple les
deux sites francophones www.hoaxbuster.com et www.hoaxkiller.fr et les deux sites anglophones www.
�������������������������������������
Les réseaux sociaux, comme Facebook et Twitter, accentuent encore la capacité des communications
électroniques à diffuser des rumeurs. Si l’on tape sur le moteur de recherche Google les mots ‘’Facebook
et rumeurs’’ ou ‘’Twitter et rumeurs’’, on obtient chaque fois environ 12 millions de résultats!
Aux performances techniques d’Internet, à portée de main avec les smartphones, les réseaux ajoutent
une dimension sociologique qui favorise les rumeurs: les groupes d’amis sur Facebook ou les ‘’followers’’
sur Twitter présentent en effet une certaine homogénéité sociale, en partageant les mêmes intérêts et
les mêmes préoccupations. Or l’implication – c’est-à-dire le sentiment des sujets d’être concernés par un
message – est pour les spécialistes des rumeurs une condition essentielle à leur diffusion.
C’est pourquoi les rumeurs sur Facebook présentent souvent un aspect local et catégoriel. En juin 2009,
Facebook Tunisie inquiéta les parents par une rumeur d’enlèvements d’enfants à Tunis. En juillet 2011,
une éleveuse de chiens du sud-ouest de la France a été accusée sur Facebook de vouloir euthanasier
ses animaux après la faillite de son entreprise. En septembre 2011, des lycéens du nord de la France
manifestèrent dans la rue parce qu’une rumeur sur Facebook prétendait que le gouvernement allait
supprimer un mois des vacances d’été.
Twitter implique un format de communication – 140 signes au maximum – bien adapté à la diffusion
d’informations brèves. Toutes sortes d’informations circulent sur Twitter:
-Des informations vraies, annoncées par des particuliers avant les journalistes. Par
��������������������������������������������������������������������������������������
le 1er mai 2011, la nouvelle de la mort de Ben Laden; le 14 mai 2011, l’arrestation du
politicien français Dominique Strauss-Kahn par la police dans un hôtel de New York.
- Des informations vraies, mais mal interprétées. Ainsi le 1er mai 2011, un informaticien pakistanais
informe en direct d’un raid d’hélicoptères sur Abbottabad. On apprendra quelques heures plus tard qu’il
s’agissait de l’attaque contre le repaire de Ben Laden.
����������������������������������������������������������������������������������������������������������
Bruni (l’épouse du président de la République française, Nicolas Sarkozy) et le chanteur Benjamin Biolay; le 11 mai 2011, une information erronée annonce une collision entre deux rames de métro à Paris;
����������������������������������������������������������������������������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������
d’enlèvements d’enfants dans les écoles par des hommes armés.
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
481
LES RUMEURS ET INTERNET
Si l’on étudie plus attentivement ces cas de fausses informations, on observe que les mécanismes
classiques des rumeurs sont à l’œuvre: mauvaise interprétation d’événements réels, déformation de
l’information, circulation de la rumeur dans les milieux concernés, fonction d’alerte et d’avertissement
contre des dangers ou bien intérêt pour les ragots sur les personnalités connues. Un ‘’tweet’’ est un
nouveau nom pour la rumeur!
En conclusion, on peut dire que la transmission orale des rumeurs et des légendes urbaines tend à être
remplacée par la transmission électronique. Les rumeurs d’aujourd’hui et de demain seront des fausses
nouvelles circulant rapidement sur Internet et suivies de démentis tout aussi rapides sur le Net.
482
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
JEAN-BRUNO RENARD
BIBLIOGRAPHIE
AINSLEY, Robert, 1997, Monsieur Bluff et… Internet, adaptation française d’Arnaud Martin et Jean-Loup
����������������������������������������������������������
AMALOU, Florence, 1998, Internet joue un rôle croissant dans la communication de crise, Le Monde,
vendredi 16 octobre, p. 19
CAMPION-VINCENT, Véronique, et RENARD, Jean-Bruno, 1992, Légendes urbaines. Rumeurs
d’aujourd’hui, Paris, Payot.
����������������� ����������� ��� �������� ������������ ������ ��� ������� ������ ���������� ��������
d’aujourd’hui, Paris, Payot.
������������������������������������������������������������������������������������������������
������������������������������������������������������������������������������������������������������
106, p. 231-271.
ZUCKERMAN, M. J., 1996, ‘’Anybody with a theory now has “a megaphone”’’, USA Today, 18 septembre,
pp. 1A, 2A.
Artigo recebido em: 20 de novembro de 2011.
Aprovado em: 10 de dezembro de 2011.
contemporanea | comunicação e cultura - vol.09 – n.03 – setembro-dezembro 2011
483
Téléchargement