Principaux insectes ravageurs

publicité
Améliorer la riziculture de bas-fonds - Conseils pratiques de gestion à l’usage des petits paysans en
Afrique tropicale / Bert Meertens et Michiel de Vries
© Fondation Agromisa et CTA, Wageningen, 2014
8.3 Principaux insectes ravageurs
En Afrique tropicale, les foreurs de tige du riz comme le foreur blanc, le
foreur rose ou le foreur rayé sont les ravageurs les plus agressifs. Ils se
nourrissent de l’intérieur de la tige et l’alimentation des larves cause des
dégâts aux talles. Le « coeur mort » désigne la destruction du bourgeon
terminal de la talle avant la floraison, ce qui provoque le dessèchement des
pousses centrales. Suite à une attaque de « tête blanche » au stade de la flo
raison, les panicules déjà ramifiées blanchissent, dessèchent et se vident.
En brûlant, labourant et inondant le chaume après la récolte, on peut détruire
les larves des foreurs de tige du riz ayant survécu dans le champ.
La synchronisation des plantations sur une grande surface permet d’éviter
que le riz ne soit ravagé par les foreurs de tige aux stades les plus critiques
de son développement. On peut aussi planter des variétés plus résistantes
aux attaques des foreurs de tige. Les libellules et les araignées sont des
prédateurs reconnus des foreurs de tige alors que les guêpes parasitent les
oeufs et larves.
Figure 15 : Phalène foreur de tige adulte
Dans certaines régions humides d’Afrique, la riziculture a le plus à souffrir
de la mouche à yeux pédonculés. Les mouches adultes se reconnaissent
facilement à leurs yeux placés à l’extrémité des pédoncules. Les dégâts
causés par cette mouche sont comparables au coeur mort des foreurs de
tige. La larve attaque généralement le pied de riz au début du tallage.
Pour minimiser l’infestation par la mouche à yeux pédonculés, il convient
de pratiquer des méthodes culturales comme le semis précoce, le faible
écartement entre les plantes et le nettoyage des champs de toute herbe. La
synchronisation des plantations sur une grande surface permet d’éviter
l’attaque du riz par la mouche à yeux pédonculés aux stades les plus critiques
de son développement. Les variétés de riz à feuilles très chevelues
présentent l’avantage de piéger les larves de la mouche.
La cécidomyie (gallicole) du riz d’Afrique est un grand ravageur du riz
pluvial et irrigué de bas-fonds. C’est un foreur de bourgeon ou de pédoncule.
L’alimentation des larves cause de graves dégâts au plant pendant
les stades végétatifs. La larve attaque le point de croissance des talles et
induit la gaine foliaire à se transformer en une structure tubulaire appelée
« feuille d’argent » et ressemblant à une feuille d’oignon. Les infestations
gallicoles précoces donnent une apparence chétive et touffue au plant de
riz qui n’a pas moins de 50 petites talles par pied. Les talles à galles ne
portent pas de panicules.
Figure 16 : Larve et oeufs du foreur de tige et leur position dans la plante de riz
La lutte contre la cécidomyie du riz passe par un semis précoce et synchronisé,
une destruction des hôtes alternatifs, un apport modéré d’engrais
(par ex. 60 kg N/ha) en doses fractionnées, la limitation des échanges de
semences entre cultivateurs et un plus grand écartement entre les pieds.
Certains types de guêpes attaquent la cécidomyie dans le champ et devraient
être protégés. On peut aussi choisir des variétés de riz tolérantes à
la cécidomyie.
Figure 17 : Mouche aux yeux pédonculés
Figure 18 : Cécidomyie (gallicole) du riz d’Afrique
Figure 19 : Charançon du riz (à gauche) et capucin des grains (à droite)
Le charançon du riz et le capucin des grains sont les insectes ravageurs
du riz stocké les plus agressifs. Ils peuvent détruire complètement le grain.
Pour lutter contre ces ravageurs, il convient d’utiliser des conteneurs de
stockage hermétiques, de mélanger des piments secs ou des cendres aux
grains stockés et de traiter avec des pesticides appropriés. Mais attention,
équipez-vous de gants et d’un masque lors de la manipulation des pesticides!
Curriculum d’apprentissage participatif et recherche action (APRA/ PLAR) pour lagestion intégrée de
la culture de riz de bas-fonds (GIR) en Afrique subsaharienne/ Manuel technique © AfricaRice
Les plus importants déprédateurs du riz : les insectes nuisibles
On peut grouper les insectes nuisibles du riz selon le type de dégâts qu’ils
provoquent. Les cinq
principaux groupes d’insectes qui s’attaquent aux plantes de riz sont :
• les foreurs de tiges ;
• les défoliateurs ;
• les piqueurs, suceurs ;
• les coupeurs de racines ;
• les ravageurs de stocks.
Il existe une cinquantaine d’espèces réparties en deux ordres : les lépidoptères et
les diptères. Les plus
importantes espèces de l’ordre des lépidoptères sont : Chilo spp., Maliarpha
separatella, Sesamia
calamistis, Nymphula depunctalis, Eldana saccharina, Scirpophaga spp. Dans
l’ordre des diptères on trouve Diopsis spp. et Orseolla oryzivora. Cette dernière
espèce provoque la cécidomyie du riz.
La plupart des insectes se présentent sous quatre stades différents : l’adulte,
l’oeuf, la larve et le cocon ou la nymphe. Ce sont des stades d’évolution de
l’insecte, formant le cycle de vie.
Les foreurs de tiges
Les foreurs de tiges constituent les ravageurs les plus importants, infestant les
plants de riz du stade de plantule à la maturité. Il y a principalement deux types
de dégâts :
1. Les dégâts causés sur les jeunes plants en début et en cours de tallage. Les
chenilles pénètrent dans les gaines foliaires et à la base de la jeune tige ; le dégât
pouvant entraîner la mort de la tige : le cœur mort.
2. Les dégâts causés à partir de la panicule : les panicules. Les jeunes
chenilles (surtout de 2e génération) se groupent à quelques centimètres en
dessous de la panicule à l’intérieur de la hampe florale. Celle-ci se dessèche
entièrement et donne, selon le moment de l’attaque, une panicule entièrement
blanche ou desséchée. La cassure peut intervenir par la suite. En dehors de ces
deux cas bien visibles, toute atteinte sur la tige est aussi néfaste. Lorsque
l’insecte attaque alors que la plante a atteint un stade avancé de développement,
la chenille âgée se loge dans les parties basses de la tige et peut assurer la
réduction ou la rupture de l’alimentation de la panicule. Le dégât se traduit alors
le dessèchement d’une ou plusieurs ramifications entraînant la réduction du
nombre de grains récoltables. Cet effet, beaucoup moins visible que les
précédents, entraîne une réduction de poids que l’on ne peut apprécier que sur la
bascule.
Les défoliateurs
Les dégâts occasionnés par les destructeurs de feuilles se font généralement par
prélèvement de fragments aux extrémités des feuilles. Dans d’autres cas les
feuilles peuvent être complètement coupées.
Souvent ces dégâts restent sans grande importance économique quand la plante
est suffisamment développée. Par contre en début de la culture et jusqu’au
milieu du tallage, des infestations peuvent atteindre une grande partie du végétal
et entraîner des destructions irréparables.
Une espèce assez répandue est Nymphula depunctalis. Il s’agit d’un petit
papillon blanc nacré de 10 à 12 mm. Les oeufs sont déposés en rangs serrés le
long des feuilles. La larve, dès sa naissance, grimpe sur une feuille et la cisaille
transversalement à quelques millimètres de l’extrémité en laissant un lambeau
qui sert d’attache. Le fragment de feuille s’enroule par manque de turgescence
autour de la chenille. Celle-ci ferme ensuite cet étui par quelques films de soie,
achève de découper le restant du morceau, puis se laisse tomber dans l’eau.
Ainsi protégée, elle peut se déplacer à la surface de l’eau, la partie antérieure de
son corps étant sortie hors de l’étui. Elle nage vers une tige de riz sur laquelle
elle monte et s’alimente. Elle peut ainsi passer facilement d’une tige à une autre.
Au cours de sa vie larvaire elle change plusieurs fois de fourreau. La mise à sec
pendant au moins trois jours est un moyen efficace de lutte. D’autres espèces
défoliateurs sont : Cnaphalocrocis medinalis, Marasmia trapezalis, Diacrisia
scortilla, Parnara spp., Hispides spp.
Les piqueurs, suceurs
Les insectes piqueurs, suceurs peuvent attaquer les feuilles, tiges ou grains. Ils
sont parfois nombreux et peuvent causer des dégâts importants en cas de forte
pullulation. On regroupe dans cette catégorie les punaises, les aleurodes, les
acariens qui provoquent des dégâts surtout en phase de maturation ; aux stades
laiteux et pâteux.
Les coupeurs de racines
Les coupeurs de racines sont les insectes dont la plupart se développent
partiellement ou totalement dans le sol. Certains se retrouvent exclusivement
dans les bas-fonds lorsque d’autres ne se rencontrent que dans les conditions de
plateau.
La courtilière du riz : Gryllotalpa africana
Ce sont des insectes qui appartiennent au même ordre que les criquets. Même si
elles sont présentes dans tous les écosystèmes, les courtilières sont plus
abondantes dans les plateaux. Les dégâts sont plus importants en bordure de
champ.
Les termites
On les rencontre dans les bas-fonds comme dans les plateaux. Leur présence est
toujours favorisée par l’absence d’eau. C’est la raison pour laquelle l’inondation
des parcelles est le meilleur moyen de lutte contre ces insectes. Elles se
nourrissent de racines et des éléments souterrains de la plante, ce qui provoque
le jaunissement et le dessèchement des feuilles. Les espèces les plus rencontrées
dans les rizières sont les Microtermes, les Macrotermes, et les Trinervitermes
spp.
Le charançon des eaux : Afroryzophilus djibai
Cet insecte séjourne exclusivement dans les bas-fonds, dans les eaux boueuses
des rizières. La larve qui est le stade nuisible se nourrit exclusivement de racines
de riz.
Les ravageurs de stocks
Le riz stocké est attaqué par une gamme variée d’insectes dont l’identité et le
cycle différent de ceux rencontrés au champ. Ce sont pour la plupart des insectes
polyphages attaquant non seulement le riz mais aussi d’autres grains entreposés.
Les insectes des grains stockés se répartissent en deux groupes selon le mode
d’infestation. Certains commencent à attaquer les récoltes au champ et sont
introduits dans le grenier ou le magasin par les récoltes. C’est le cas des
charançons, de l’alucite. Les autres n’attaquent que pendant le stockage ; ils
proviennent soit de l’intérieur, soit de l’extérieur du magasin.
Téléchargement
Explore flashcards