PROFESSIONNALISATION OU DEPROFESSIONNALISATION: UNE

publicité
PROFESSIONNALISATION OU DEPROFESSIONNALISATION:
UNE BASE CONCEPTUELLE POUR L'ÉVALUATION
DE LA COMPETENCE EN PSYCHOLOGIE
JACQUES PERRON, PIERRE GENDREAU, and CONRAD LECOMTE
Université de Montréal
Résumé
La rentabilité des services psychologiques soulève la problématique de l'évaluation de la
compétence en psychologie. Les concepts de professionnalisation et de
déprofessionnalisation peuvent s'avérer précieux pour mieux situer la psychologie
professionnelle en général et plus particulièrement au Québec par rapport à la question de
la compétence tant du point de vue historique que prospectif. L'article présente les
éléments de la professionnalisation, corpus théorique et technique systématisé, reconnaissance sociale, monopole et degré d'organisation. L'évaluation de la compétence en psychologie professionnelle est également traitée dans la perspective de la déprofessionnalisation
de la psychologie.
Abstract
Accountability for psychological services has raised the question of competence in professional psychology. It is suggested that the concepts of professionalization and
deprofessionalization may prove to be useful in understanding what professional
psycholgy, particularly in the province of Quebec, has done with the question of competence in the past as well as what it is going to do in the future. Elements of
professionalization—systematic body of theory, social recognition, monopoly, degree of
organization—are presented and applied to the development of professional psychology in
Quebec. The concept of deprofessionalization is also introduced as an alternative basis for
the evaluation of competence in professional psychology.
A cause des changements survenue depuis approprié d'en faire une analyse exhaustive dans le
quelques années, il semble bien que les professions contexte du présent article: il suffira en effet de
amorcent une ère durant laquelle elles auront à choisir les aspects les plus pertinents de cette norelever des défis de plus grande envergure que tion en vue de mettre en relief le problème de la
celui de la dénonciation des charlatans. En effet, compétence en psychologie. Ainsi, seront plus
elles devront démontrer la rentabilité de leurs spécifiquement considérés: 1) les éléments de la
actes et se placer à la hauteur du droit du professionnalisation et 2) les contrôles
consommateur à des services efficaces. C'est professionnels.
probablement pourquoi, pour beaucoup d'entre Les éléments de la professionnalisation
elles, la compétence est devenue une
Une consultation rapide des écrits dans le
préoccupation centrale.
domaine de la sociologie des professions nous
L'étude de la compétence ne va toutefois pas révèle que, depuis une vingtaine d'années, le
sans la nécessité de situer la phénomène dans une phénomène de la professionnalisation a été traité
perspective conceptuelle et opérationnelle de façon régulière et que la définition même du
appropriée. A cette fin, il s'avère indiqué de terme a retenu l'attention d'auteurs comme
considérer la notion de professionalisation et de Greenwood (1957), Goode (1969), Moore (1970),
voir jusqu'à quel point elle peut aider à compren- Turner et Hodge (1970) et Freidson (1973). Il
dre comment la psychologie, en tant que ressort clairement de ces textes que quatre
profession, a abordé la question de la compétence éléments—bien qu'étiquettes différemment selon
dans le passé et ce qu'elle en fera dans l'avenir.
les auteurs—constituent les attributs principaux
Afin d'illustrer divers éléments du propos qui va d'une profession. Il s'agit en l'occurrence 1) d'un
suivre, on se référera au développement de la psy- corpus théorique et technique systématisé, 2) de la
chologie au Québec qui—heureusement pour reconnaissance sociale, 3) du monopole et 4) du
certains
et
désespérément
pour degré d'organisation.
d'autres—représente encore 30% du Canada.
L'étape subséquente de notre démarche
La professionalisation est une question fort bien consistera à définir brièvement chacun de ces
documentée en sociologie; il n'est toutefois pas
Professionnalisation ou déprofessionnalisation
243
éléments et à faire voir de quelle façon chacun elle s'est dotée d'un code d'éthique. Dans sa plus
d'entre eux recoupe le développement de la récente version, ce code s'inspire de celui de
profession de psychologie qui, au Québec, compte l'Américain Psychological Association (1976) et
d'un bill de la législation québécoise destiné à
maintenant quinze ans d'existence.
Corpus théorique et technique systématisé. Cet éliminer l'arbitraire dans l'évaluation de la
élément de la professionnalisation désigne un en- conduite professionnelle. De plus, la loi du Québec
semble de principes de même qu'un répertoire de sur les corportions professionnelles oblige chaque
techniques dont la maîtrise constitue une condi- profession à avoir un budget d'inspection
professionnelle, c'est-à-dire d'évaluation de
tion sine qua non à la pratique d'une profession.
On considère généralement que la psychologie compétence dans le seul but d'améliorer la qualité
au Québec trouve ses assises dans un corpus de des services professionnels.
Degré d'organisation. Ce dernier élément de la
théories et de techniques importées des Etats-Unis
et de l'Europe et adaptées aux besoins spécifiques professionnalisation sert à décrire une profession
de la population. Sept universités offrent un pro- comme une communauté ou comme une
gramme d'études supérieures en psychologie, plus- organisation formelle. Dans le premier cas, il
ieurs de leurs professeurs sont gradués d'uni- désigne les ingrédients de l'identité sociale d'une
versités américaines, européennes ou canadiennes profession alors que dans le second il réfère à des
et, de par son orientation, l'activité de recherche fonctions comme l'énumération, l'accréditation et
qu'on y retrouve est comparable à celle qui a cours l'enregistrement de professionnels compétents.
Suite à un dépouillement extensif des écrits se
au Canada et aux Etats-Unis.
Reconnaissance sociale. Cet élément se re- rapportant à la profession de psychologue,
trouve dans la pluspart des écrits sur la profes- Gendreau (1974) a établi un modèle conceptuel
sionnalisation. Turner et Hodge (1970) indiquent propre à étudier l'identité socio-professionnelle des
qu'il caractérize la reconnaissance provenant des psychologues et s'en est servi dans l'analyse de
clients, soient-ils des individus ou des groupes, de données prélevées auprès de psychologues
collègues appartenant à d'autres professions, québécois. Sa principale conclusion est à l'effet
d'associations professionnelles, d'employeurs, du que ces psychologues, comme bien d'autres, sont
bien définis d'un point de vue légal et formel alors
gouvernement, d'institutions d'éducation, etc.
Au Québec, la psychologie est reconnue par di- qu'il leur reste à trouver leur identité en termes
vers publics et de différentes manières. d'une culture professionnelle authentique.
Ce survol tend à supporter le fait qu'au Québec
L'Université de Montréal et l'Université McGill
forment des psychologues depuis plus de 35 ans. la profession de psychologue s'est développée dans
Au cours des dix dernières années, la psychologie le sens d'un mouvement de professionnalisation.
professionnelle a pénétré toute une gamme de Mais que cela signifie-t-il au juste?
Cela signifie que, suivant un processus
milieux et desservi une grande variété de
mimétique,
elle a emboîté le pas avec les autres
clientèles. Le gouvernement, les media et le public
en général sollicitent l'opinion des psychologues professions traditionnellement établies. Des
quant à diverses questions humaines et sociales. recherches récentes (Perron, 1977; Lecomte,
Récemment, le régime d'assurance-maladie a Ouellet, Perron, 1977; Lecomte, Perron, Ouellet,
accru la collaboration entre psychologues et autres 1977) nous inclinent à penser qu'une telle
démarche est probablement conforme aux
professionnels de la santé et du bien-être.
Monopole. Au sens où l'entendent Turner et antécédents sociaux des psychologues. Elle s'avère
Hodge (1970, p. 27) monopole est "une de plus congruente avec le type de compétences
déclaration, une demande de reconnaissance et qu'ils valorisent et qu'ils s'attribuent, notamment
une justification indissocialement reliées." (La la conscience de soi et les caractéristiques
traduction et les italiqies sont de nous.) Autrement personnelles appropriées plutôt que la conscience
dit, une profession réclame la possession exclusive sociale et les habiletés d'intervention.
D'un autre point de vue, on pourrait penser que,
d'un savoir (demande de reconnaissance qui, dans
la perspective d'une éthique de service (justifica- par le biais de la professionnalisation, la psycholtion), est efficace à la solution de problèmes réels ogie au Québec est devenue écartelée dans son
(déclaration). Selon Greenwood (1957), le propre système de valeurs. En ce sens, elle ne s'est
monopole renferme aussi les pouvoirs et les pas prévalue des conditions de croissance
privilèges qu'un milieu confère à une profession. généralement transmises aux clients, à savoir
Suivant en cela la tendance américaine, la psy- l'ouverture aux autres, la collaboration, le partage
chologie au Québec s'est acquis un degré relatif de du savoir et de la découverte, la flexibilité cognimonopole au sens où 1) elle s'est développée en un tive, etc.
certain nombre
d'application,
2) elles
de est
spécsantionnée
ialités etpar
de la
champs
loi, 3) professionnalisation
Qui plus est, unpeut
tel signifier
investissement
que la psycholdans la
244
Jacques Perron, Pierre Gendreau, and Conrad Lecomte
ogie au Québec n'a pas réussi à voir les limites de
De plus, selon cette forme de contrôle,
son propre développement professionnel. Une l'évaluation d'un aspect spécifique de la
sociologue comme Haug (1973, 1975) pense que performance au travail n'est habituellement faite
l'explosion de la science, la généralisation d'une que lorsqu'une plainte est logée à l'endroit d'un
éthique de service à la grandeur de la société et la professionnel. Une telle façon de procéder dénote,
bureaucratie des encardrements organisationnels à notre avis, une attitude strictement défensive
vont miner de plus en plus la forteresse de la vis-à-vis de l'efficacité professionnelle et, par voie
professionnalisation. C'est pourquoi elle propose de conséquence, n'a aucun retentissement de napour l'avenir une hypothèse de rechange, ¡a ture éducative ou préventive sur le développement
déprofessionnalisation, qu'elle définit comme étant de la compétence au sein d'un profession.
"la perte pour les professions de leurs
La deuxième forme de contrôle, qui consiste en
caractéristiques uniques, particulièrement leur une évaluation de la compétence spécifique, est
monopole du savoir, la croyance publique en leur basée sur des principes tout à fait différents et
éthique de service et leur aspiration à l'immunité s'inspire du concept de déprofessionnalisation.
et à l'autorité par rapport au client" (p. 197). (La
L'évaluation de la compétence suppose au
traduction et les italiques sont de nous.)
départ une sélection spécifique et opérationnelle
Comme l'a bien fait remarquer Halmos (1973), des éléments de connaissance et de pratique déjà
nous ne savons pas quel sera l'avenir de la éprouvés dans un contexte de services
déprofessionnalisation, mais si l'on accepte la divi- psychologiques. Dans son effort en vue de
sion qu'il fait des professions impersonnelles vs répondre à la question "La psychologie est-elle une
personnelles, il est clair que les dernières, y profession?", Peterson (1976) a identifié ce qu'il
compris la psychologie, ne perdent rien à explorer désigne comme les "connaissances cliniquement
de nouvelles modalités de rapport avec la société. utiles" dans des sphères comme la psychobiologie,
Le contrôle des professionnels
la psychologie individuelle, la psychologie sociale
On peut supposer à juste titre que le fait d'opter et la psychologie communautaire. Les fondements
pour la professionnalisation ou la dépro- de son analyse semblent très prometteurs et
fessionnalisation est de toute premère importance pourraient, selon nous, être utilisés en vue d'établir
dans l'établissement d'une politique de contrôle des listes de compétences minimales pour la
des professionnels. D'après Vollmer et Mills pratique de la psychologie. Dans une optique
(1966), les professionnels sont soumis à deux davantage élargie, ces éléments de connaissance
formes de contrôle: il s'agit des images et des ou compétences pourraient être ouvertement
normes, d'une part, et de l'évaluation de la présentés et discutés plutôt que d'être entourés de
performance au travail, d'autre part.
mystère.
Le premier type de contrôle est relié de diverses
L'évaluation de la compétence est un processus
façons au concept de monopole. En effet, il est essentiellement basé sur ce que l'on pourrait
basé sur le fait que les non-professionnels ne sont qualifier de démarche délibérée d'éducation
pas habilités à évaluer les connaissances et les permanente de la part du psychologie praticien.
habiletés des professionnels. Comme le fait Les "connaissances cliniquement utiles" sont
remarquer Greenwood (1957, p. 14) "on préjuge continuellement soumises à un tel taux de changeque l'homme de la rue est incapable de compren- ment que le recyclage et le perfectionnement sont
dre les standards qui régissnt la pratiquedevenus des impératifs pour ceux qui offrent des
professionnelle et, partant, de les utiliser en vue services psychologiques. Il est à prévoir que
d'identifier la pratique illégale. Il est par l'éducation permanente consentie assortie d'un
conséquent généralement convenu que la processus constructif d'évaluation de la
performance d'un professionnel ne peut être compétence constitueraient une incitation bien
évaluée que par ses pairs." (La traduction et les plus positive au recyclage et au perfectionnement
italiques sont de nous.) En contrepartie, cette que la coercition sur laquelle s'appuient les lois
forme de contrôle reconnaît toutefois aux gouvernementales ou les règlements des corporaprofessionnels le pouvoir d'évaluer les tions professionnelles (Lecomte et Roy, 1977).
non-professionnels au sens où les corporation
Nous proposons de plus que l'évaluation de la
professionnelles sont habilitées à dénoncer et à compétence repose à la fois sur l'auto-évaluation et
poursuivre les personnes qu'elles définissent sur l'allo-évaluation. Un tel processus d'évaluation
elles-mêmes comme charlatans. Elles ont aussi à sources multiples est d'ailleurs de nature à
généralement le pouvoir d'approuver les program- mieux représenter l'activité d'un professionnel que
mes de formation et de sélectionner leurs ne le sont procédures d'évaluation habituellement
nouveaux membres par le biasis d'une politique adoptées par les bureaux de discipline. Nous
d'admission.
avançons
q
u'utilisé de
vraiment
façon appropriée,
avec conviction
le jugement
l'hypothèse
des
Professionnalisation ou déprofessionnalisation
245
clients, des collègues et d'autres personnes Haug, M.R. Professionalization: An alternate hypothesis
immédiatement impliquées dans le réseau de
for the future. Sociological Review Monograph,
travail du psychologue constitue une source
1973,20,195-211.
valable et diversifiée d'évaluation. En fin de Haug, M.R. The deprofessionalization of everyone? Socicompte, ces personnes ne sont-elles pas celles qui
ological Focus, 1975,5,197-213.
partagent la tâche du psychologue et la rendent Lecomte, C., & Roy, S. Modèle d'évaluation des comsignificative à ses yeux?
pétences en psychologie. Le psychologue québécois,
Enfin, nous postulons que ces trois énoncés à
tiré-à-part avril 1977. Corporation professionnelle des
propos de l'évaluation de la compétence en psypsychologues du Québec.
chologie n'ont de sens que dans la mesure où l'on Lecomte, C1 Ouellet, G., & Perron, J. La formation en
croit que les professions qui offrent des services
counselling. L'orientation professionnelle, 1977, 13,
personnels devraient fonder leur identité sociale
93-219.
sur les conditions de croissance qu'elles jugent si Lecomte, C, Perron, J., & Ouellet, G. New directions in
importantes au développement et au bien-être de
the evaluation of counsellors' professional compeleur clientèle.
tence. Communication présentée au Congrès de
Références
l'American Psychological Association, San Francisco,
Freidson, E. Professionalization and the organization of
août 1977.
middle-class labour in post-industrial society. Socio- Moore, W.J. The professions: roles and rules. New York:
logical Review Monograph, 1973, 20,47-59.
Russell Sage Foundation, 1970.
Gendreau, P. L'identité socio-professionnelle du psy- Perron, J. Communication présentée au Congrès de la
chologue québécois. Thèse de doctorat inédite,
Société canadienne d'orientation et de consultation,
Université de Montréal, 1974.
Montréal, juin 1977.
Goode, W.J. The theoretical limits of professionalization. Peterson, D.R. Is psychology a profession? American
In A. Etzioni (Ed.), The semi-professions and their
Psychologist, 1976,3/,572-581.
organizations. New York: Free Press, 1969.
Turner, C, & Hodge, M.N. Occupation and professions.
Greenwood, E. Attributes of a profession. Social Work, In J.A. Jackson (Ed.), Professions and pro1957,2,44-56.
fessionalization. Cambridge, Mass.: Cambridge UniHalmos, P. Professionalization and social change. Socio- versity Press, 1970.
logical Review Monograph, 1973, 20, 5-20.
Volmer, H.M., & Mills, D.L. Professionalization.
Englewood Cliffs, N.J.: Prentice-Hall, 1966.
Téléchargement