Evolution et génétique

publicité
II. Les mutations neutres
Certaines mutations ne procurent aucun avantage ni
désavantage. Elles s’établissent par exemple sur des gènes de
structure sans déterminer de changement particulier. L’étude
comparative d’hémoglobines de mammifères met en évidence
ces mutations neutres.
Les modifications alors obtenues peuvent se répandre dans la
population et suivre l’évolution des espèces.
L’allèle peut toutefois être éliminé ce qui conduit à la perte de la
mutation.
Ces phénomènes aléatoires correspondent à la dérive
génétique et ce contrairement à la sélection naturelle.
crâniens fœtaux entre le Chimpanzé et l’Homme permettent de
montrer les modifications de durée ou de vitesse engendrées
au cours de l’évolution.
Ces changements d’ontogenèse intervenant brutalement et
rarement correspondent à l’hétérochronie.
Les innovations génétiques se traduisent au cours du temps
par des modifications du patrimoine génétique des espèces.
La complexité des relations existant entre les mécanismes de
l’évolution et la génétique fait que l’on ne peut en donner une
vision d’ensemble. Les trois hypothèses explicatives traitées ne
présentent seulement qu’une partie des mécanismes explicatifs
de l’évolution des espèces.
NB : les termes soulignés sont définis dans le MemoPage
intitulé « Lexique de génétique ».
La dérive génétique
III. L’hétérochronie
D’autres mutations peuvent affecter un gène de
développement notamment un gène homéotique avec des
conséquences importantes. Il peut en effet y avoir une
accélération ou un ralentissement de la mise en place de
certaines phases du développement embryonnaire ou de la
croissance. Des comparaisons de la durée du développement
embryonnaire du système nerveux central ou des caractères
MemoPage.com SA © / 2006 / Auteur : Géraldine Bridon
La sélection naturelle
Certaines mutations confèrent un avantage sélectif aux
individus porteurs de celles-ci. Elles ont alors une plus grande
probabilité de se répandre dans l’espèce et ainsi sélectionner
des individus dans des conditions données de l’environnement.
La fréquence d’une mutation au sein de certaines populations
ou dans toute une espèce peut augmenter jusqu’à ce que le
nouvel allèle remplace l’allèle initial. La mutation est alors fixée.
Ce processus, ou sélection naturelle, favorise les phénotypes
les plus adaptés.
I. La sélection naturelle
Les mutations provoquent l’apparition de nouveaux allèles.
Seules celles affectant les cellules germinales peuvent être
transmises à la descendance et ainsi modifier non seulement
une population mais aussi toute l’espèce. Le devenir de l’allèle
nouvellement apparu est très variable.
Problématique : Comment peut-on expliquer l’évolution des
espèces ?
et
génétique
Edited by Foxit PDF Editor
Copyright (c) by Foxit Software Company, 2004 - 2007
Evolution
For Evaluation Only.
Téléchargement
Explore flashcards