I. La théorie des ponts continentaux. II. Les arguments de Wegener

publicité
Sujet 2
Un modèle scientifique est une une construction intellectuelle hypothétique et modifiable. Au cours du temps, la
communauté scientifique l’affine et le précise en le confrontant en permanence au réel. La mobilité verticale, avec la
théorie des ponts continentaux, s'oppose aux idées de Wegener au début du XX° siècle.
Présenter ces 2 théories opposées et leurs faiblesses, à l'origine de leur rejet.
Corrigé 2
(Amorce) Un modèle scientifique n'est jamais définitif : des arguments nouveaux peuvent toujours le remettre en cause
ou le modifier.
(Pb à résoudre) Quels étaient les bases de la théorie des ponts continentaux , les arguments de Wegner pour soutenir
la « dérive des continent s» et pourquoi les deux modèles n'ont pas été acceptés ?
I. La théorie des ponts continentaux.
A. Une théorie basée sur la distribution bimodale des altitudes entre océans et continents.
Reliefs positifs (montagnes), négatifs (dorsales, fosses)
B. Des ponts effondrés.
Les continents jadis réunis par des ponts continentaux, aujourd'hui effondrés (d'où la formation des océans.
C. Une théorie sans preuve.
Où sont passés les continents effondrés ?
(transition) Face à cette théorie, Wegener propose la « dérive des continents ». Quels sont ses arguments ?
II. Les arguments de Wegener.
A) Données cartographiques.
Le tracé des côtes
B) Données géologiques : distribution bimodale des altitudes.
Boucliers continentaux + vieux que 2 Ga
C) Données biologiques.
Glossopteris (fougère), Mesosaurus et Cynognathus (reptile), Lystrosaurus
> 200 Ma en Amérique du Sud et Afrique par exemple.
D) Données climatiques.
Glaciations datant de 250 Ma, là où aujourd'hui = tropiques
Au début du XXème siècle, les premières idées évoquant la mobilité horizontale s’appuient sur quelques
constatations :
- la distribution bimodale* des altitudes (continents/océans) ;
- les tracés des côtes ;
- la distribution géographique des paléoclimats et de certains fossiles.
(transition) Malgré ces arguments nombreux, Wegener n'a pas été suivi par la communauté scientifique. Comment
l'expliquer ?
III. Structure du globe et réfutation des théories.
A) Étude pétrographique des roches crustales et mantellique.
Les roches étudiées (basalte, gabbro, granite, péridotite) sont constituées de minéraux qui permettent de les
distinguer.
La ≠ d’altitude observée entre continents & océans reflète 1 contraste géologiq.
B) Deux croûtes différentes reposant sur le manteau.
1) La croûte océanique.
Méthode d'étude : sismique réfraction
Ondes P et nature des roches roches sédim sur 1 km puis basaltes et gabbros (quel ordre?)
Observation des fonds océaniques : la faille de Véma
submersibles, on complète schéma avec ordre de haut en bas (puis croûte sur manteau)
2) La croûte continentale.
Surtout granites sous peu de sédiments (R souvent métamorphisées car continents vieux)
Les études sismiques et pétrographiques permettent de caractériser et de limiter deux
grands types de croûtes terrestres :
• une croûte océanique essentiellement formée de basalte et de gabbro et
• une croûte continentale constituée entre autres de granite.
La croûte repose sur le manteau, constitué de péridotite.
(conclusion)
(résumé) Les idées de Wegener se heurtent au constat d’un état solide de la quasi-totalité du globe terrestre
établi, à la même époque, par les études sismiques. L’idée de mobilité horizontale est rejetée par l’ensemble de la
communauté scientifique.
(élargissement, ouverture) Quelles nouvelles données vont relancer la théorie, cette fois nommée « tectonique
des plaques » ?
en vert : ce qui n’apparaît pas dans la copie.
Téléchargement
Explore flashcards