Laudato Si - Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens

publicité
Communiqué de presse
Juillet 2015
« Laudato Si » : une encyclique qui dérange !
Regards et pistes d’actions pour les dirigeants chrétiens
Parue le 18 juin dernier, l’Encyclique du Pape François « Laudato Si » a fait l’objet d’une
première analyse par le groupe de travail Développement durable et RSE, conduit par
Anne Duthilleul et Jean Cayot, membres des EDC.
Voici les premiers enseignements forts qui viennent en écho à la réflexion des EDC, initiée
en 2013, via le Cahier des EDC « La Responsabilité sociétale de l’Entreprise » et la Revue
Dirigeants Chrétiens n°68 « Tous responsables » ; poursuivie par l’envoi aux autorités
d’un document de préparation à la COP 21 (en annexes du communiqué).
Le Pape nous appelle à redéfinir le progrès…
« § 189. La politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas se soumettre aux
diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie. Aujourd’hui, en pensant au bien commun,
nous avons impérieusement besoin que la politique et l’économie, en dialogue, se mettent
résolument au service de la vie, spécialement de la vie humaine ».
La description des causes et conséquences de la crise actuelle élargit le regard sur la
conception de l’homme et de ses finalités, aujourd’hui perdue dans un « relativisme
pratique » autoréférencé qui a fait disparaître tout repère. Or « tout est lié », en particulier
la dignité de l’homme et de la nature dans la Création.
Se référant largement à ses prédécesseurs, qu’il cite abondamment, le Pape François est
encore plus incisif et incite à une « conversion écologique » :
« § 194. Pour que surgissent de nouveaux modèles de progrès, nous devons « convertir le modèle de
développement global », ce qui implique de réfléchir de manière responsable « sur le sens de
l’économie et de ses objectifs, pour en corriger les dysfonctionnements et les déséquilibres ». Il ne
suffit pas de concilier, en un juste milieu, la protection de la nature et le profit financier, ou la
préservation de l’environnement et le progrès. Sur ces questions, les justes milieux retardent
seulement un peu l’effondrement. Il s’agit simplement de redéfinir le progrès. Un
développement technologique et économique qui ne laisse pas un monde meilleur et une qualité de
vie intégralement supérieure ne peut pas être considéré comme un progrès ».
… Pour assurer un développement durable de la planète et le
développement intégral de tout homme
Pour nous, Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, qui avons beaucoup travaillé sur
l’Encyclique de Benoît XVI Caritas in Veritate, ce message résonne particulièrement. Il
s’agit de rechercher le développement intégral de tout homme, y compris dans nos
entreprises, tout autour de nous, et partout dans le monde.
Le pape François va plus loin, en nous donnant la charge de contribuer « simplement » (!) à
une redéfinition du « progrès », en le réorientant :
www.lesedc.org
« § 191. (…) Il s’agit d’ouvrir le chemin à différentes opportunités qui n’impliquent pas d’arrêter la
créativité de l’homme et son rêve de progrès, mais d’orienter cette énergie vers des voies
nouvelles ».
Par les nombreux exemples qu’il donne, le Pape François montre des voies possibles, et
c’est dans ce contexte qu’il faut comprendre certaines expressions extrêmes, critiquant
certains excès :
« § 193. De toute manière, si dans certains cas le développement durable entraînera de nouvelles
formes de croissance, dans d’autres cas, face à l’accroissement vorace et irresponsable produit
durant de nombreuses décennies, il faudra penser aussi à marquer une pause en mettant
certaines limites raisonnables, voire à retourner en arrière avant qu’il ne soit trop tard. Nous
savons que le comportement de ceux qui consomment et détruisent toujours davantage n’est pas
soutenable, tandis que d’autres ne peuvent pas vivre conformément à la dignité humaine. C’est
pourquoi l’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde,
mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties ».
Notre objectif : participer au débat public et formuler des propositions
concrètes dans le cadre de la COP 21
Finalement, lorsqu’il renvoie dos à dos la politique et l’économie, et plus loin la technique « si
l’humanité perd le cap », le Pape François n’est pas sans rappeler St Jean Paul II, qui dénonçait les
« structures de péché » nous entraînant dans des spirales d’excès de pouvoir, d’accumulation
avide de richesses et de soif de toute-puissance.
A nous de nous en extraire en suivant les appels au service, à la sobriété et à l’humilité
des créatures - reconnaissant leur Créateur - que nous lance Laudato Si, et en rassemblant
nos efforts avec ceux de tous les hommes de bonne volonté !
Au cœur de notre réflexion et de nos actions :
« § 196. Rappelons le principe de subsidiarité qui donne la liberté au développement des
capacités présentes à tous les niveaux, mais qui exige en même temps plus de responsabilité pour le
bien commun de la part de celui qui détient le plus de pouvoir ».
Laurent Bataille, président des EDC souligne : « L’encyclique du Pape François nous appelle à
faire chemin vers une économie toujours plus soucieuse des biens de la création et de la dignité de
l’homme. Dans cet objectif, nous souhaitons apporter à nos membres les moyens de s’approprier
concrètement ces enjeux et les aider à les mettre en œuvre au quotidien dans leurs entreprises. J’ai
confié cette mission au groupe de travail Développement durable et RSE animé par Anne Duthilleul
et Jean Cayot, afin de formuler des propositions concrètes et si besoin dérangeantes dans le débat
public autour de la prochaine COP21. »
Contact Presse : Guénola de La Seiglière / 06 64 39 30 56 / [email protected]
A propos des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (Les EDC)
Mouvement national et œcuménique, Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens rassemblent 2 700 dirigeants
d’entreprises d’horizons divers, de toutes tailles et de tous secteurs d’activités. Il est présidé par Laurent
Bataille, pdg du groupe familial Poclain Hydraulics et a pour objectifs :
- d’aider ces décideurs à mettre en cohérence leur éthique, leurs convictions et leur action ;
- de contribuer à l'élaboration, l’approfondissement de la connaissance et la diffusion d'une pensée sociale
chrétienne ;
- de faire progresser l'application et le contenu de cette pensée par leurs recherches et leurs initiatives dans
leurs entreprises et leurs professions.
www.lesedc.org
Téléchargement
Explore flashcards