Développement sur fond d`opposition

publicité
P. 6
JOURNAL PREMIÈRE ÉDITION
ACTUALITÉ
1 7. 0 9 . 2 0 1 6
Sur le Web
En exclusivité sur vaudreuil-soulanges.tv
REPORTAGES
RIGAUD
Le 19e Festival des couleurs dévoile sa programmation
YA N I C K M I C H A U D
SAINTE-ANNE-DE-BELLEVUE
Tour à boyaux : Un pas de plus vers la démolition
STÉPHANIE LACROIX
WEBTÉLÉ
SPORTS ET SANTÉ
Une commotion cérébrale, c’est quoi?
M U N I C I PA L I T É
À lire cette semaine
P. 1 3
CHANSON
P. 2 4
Les dernières nouvelles
de Kevin Bazinet
P. 1 6
Développement sur
fond d’opposition
Nathalie Clermont, conseillère municipale à Coteau-du-Lac, voit rouge.
Elle aimerait que la Municipalité respecte ses propres règles.
ACTIVITÉS
Les Journées de la
Culture à L’Île-Perrot
CHRISTOPHER C. JACQUES
JOURNALISTE
P. 1 8 - 1 9
CONTENU SPÉCIALISÉ
Automobile
P. 1 8 - 1 9
P. 2 0
L’ÎLE-PERROT
Priorité famille
P. 2 4
C U LT U R E
Les empreintes de
Manon Côté au Musée
P. 3 4
FOOTBALL
Les Voltigeurs sur
les chapeaux de roues
Les opinions exprimées dans les chroniques n’engagent que leurs auteurs.
Elles ne reflètent pas nécessairement celles de VIVA média.
469, avenue Saint-Charles
Vaudreuil-Dorion QC J7V 2N4
Tél 450 455-7955/1 877 222-7955
Télécopieur 450 455-1050
Courriel des Ventes [email protected]
Courriel de la salle de rédaction
[email protected]
Site Web www.viva-media.ca
Directrice générale Marie-Andrée Prévost
Contrôleur Johanne Levac
Directeur de l’Information Yanick Michaud
Réceptionniste/serv. à la clientèle Francine Thauvette
HEURES D’OUVERTURE
DE 8 H 30 À 18 H (LUNDI)
DE 8 H 30 À 17 H (DU MARDI AU VENDREDI)
61 607 EXEMPLAIRES
Courrier de 2e classe : enregistrement no 7325
(Abonnement annuel : 110 $).
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec
www.facebook.com/journalpremiereedition
twitter.com/journal1edition
AVIS : La reproduction en tout ou en partie est strictement interdite. VIVA-média n’est pas
responsable des erreurs pouvant s’être glissées dans une publicité à partir du moment où
celle-ci a figuré dans deux parutions consécutives de Première Édition.
Un projet domiciliaire nécessitant
24 dérogations aux règles d’urbanisme
de la Municipalité a reçu l’aval du
Comité consultatif d’urbanisme (CCU).
Rappelons que ce groupe est formé pour
voir au respect des directives de
développement de la Ville. Il en existe
un dans chacune des municipalités de
la région.
Parmi les dérogations demandées
par les promoteurs et acceptées par
les membres du CCU, notons l’autorisation d’implanter une aire de stationnement en cour avant, alors que le
règlement l’interdit; l’autorisation d’une
absence d’une aire récréative, au lieu
d’un minimum de 15 %; ou alors l’acceptation de l’absence de zone tampon,
alors que le règlement l’exige.
La conseillère Nathalie Clermont a
mal reçu la nouvelle. « Je trouve
aberrant que le CCU ait recommandé
24 dérogations au conseil. Pour cette
raison, je demande la démission des
membres car pour moi je ne leur fais
plus du tout confiance. Et, je rappelle
que les membres du CCU ont été
nommés politiquement par le maire
Jasmin », lance l’élue. Rappelons
toutefois que les promoteurs ont revu
leur projet afin que celui-ci nécessite
un peu plus de 10 dérogations.
Selon Luc Laberge, directeur général de Coteau-du-Lac, il n’existe pas de
maximum de dérogations pour un
projet. « Tout dépend de la culture de
la municipalité et de la vision du
conseil municipal. Certaines municipalités refusent systématiquement
toutes demandes alors que notre
conseil est plus permissif. Étant élus,
les conseillers et le maire en ont la
prérogative », explique le chef de
l’administration coteaulacoise.
URGENCE
L’aval au projet figurait à l’ordre du
jour de la séance ordinaire du conseil
municipal de mardi dernier mais le
vote a été repoussé en raison des
oppositions du public.
Le sujet fera l’objet d’une consultation publique le lundi 19 septembre
dès 19 h au Pavillon Wilson. Celle-ci
sera suivie d’une séance extraordinaire pour procéder au vote.
« En tant que conseillère, je me pose
de sérieuses questions sur les
motivations du maire Jasmin dans le
dossier pour le faire approuver si vite
sans avoir eu de séance de travail entre
les deux réunions, poursuit Nathalie
Clermont. J’ai aussi l’impression que
les citoyens seront mis devant les faits
accomplis en ayant pas le temps
entre la consultation et la séance extraordinaire de bien évaluer tous les
angles du dossier. »
Téléchargement
Explore flashcards