P-P TSPT nouvelles avenues

publicité
DSM-5 et nouvelles catégories
diagnostiques
Le trouble de stress posttraumatique
Par Dominique Imbeau, juin 2014
Plan



Changements dans le DSM-5 / troubles anxieux
Nouvelles catégories diagnostiques
Changements pour le TOC

Changements pour le TSPT / trouble de stress
aigu

Le TSPT: suggestions/trucs pour résoudre
certaines impasses
DSM-5

Troubles anxieux












Anxiété de séparation
Mutisme sélectif
Phobie spécifique
Phobie sociale
Trouble d’anxiété généralisé
Trouble panique
Attaque de panique
Agoraphobie
Trouble anxieux induit par une substance ou un médicament
Trouble anxieux dû à une autre affection médicale
Autre trouble anxieux spécifique
Trouble d’anxiété non-spécifié
DSM-5: Nouvelle catégorie dx

Troubles obsessionnels-compulsifs et troubles connexes








Trouble obsessionnel-compulsif
Trouble de dysmorphie corporelle
Trouble d’accumulation compulsive
Trouble d’excoriation compulsive (dermatillomanie)
Trichotillomanie
TOC et troubles connexes induit par une substance ou un
médicament
TOC et troubles connexes dus à une autre affection médicale
TOC et troubles connexes spécifiés et non-spécifiés

Ex: jalousie obsessionnelle ou trouble obsessionnel centré sur le
corps
Troubles obsessionnels-compulsifs


A. Présence d’obsessions ou compulsions, ou les deux
B. Les obsessions et/ou compulsions entraînent une
détresse marquée, une perte de temps considérable
(plus de 1 heure/jour), ou interfèrent avec le
fonctionnement
Troubles obsessionnels-compulsifs

Spécifiez si:



avec bonne ou assez bonne autocritique: la
personne reconnaît que ses croyances liées au
TOC sont certainement ou probablement fausses
Avec mauvaise autocritique: la personne pense
que ses croyances liées au TOC sont probablement
vraies
Autocritique absente ou croyances délirantes: la
personne est convaincue que ses croyances liées
au TOC sont certainement vraies
Nouvelle catégorie dx

Troubles liés à des traumatismes ou des
stresseurs

Trouble réactif de l’attachement

Trouble d’engagement social déshinibé

Trouble de stress post-traumatique

Trouble de stress aigu

Troubles de l’adaptation

Autres troubles liés aux traumatismes et aux stresseurs
État de stress post-traumatique








A. Avoir vécu un événement traumatique
B. Symptômes intrusifs (1 sx et +)
C. Évitement marqué (1 sx et +)
D. Altération des pensées et émotions ( 2 sx et +)
E. Altération de la réactivité (2 sx et +)
F. DURÉE DE PLUS DE UN MOIS
G. DÉTRESSE IMPORTANTE
Spécifier si:
 Avec symptômes dissociatifs (dépersonnalisation
et/ou déréalisation)
 Avec survenue différée (sx 6 mois après le trauma)
* distinction chronique aigu retirée
État de stress post-traumatique

A. Avoir vécu un événement traumatique:

Exposition directe (sentiments détresse, etc. retirés)

Témoin direct

Apprendre qu’un proche a été exposé

Être exposé de façon répétée et extrême à du
matériel traumatique dans le cadre de son
travail
État de stress post-traumatique

B. Symptômes intrusifs (1 sx et +)





Souvenirs répétitifs, involontaires, intrusifs et
perturbants de l’événement
Rêves répétitifs et perturbants
Réactions dissociatives
Sentiment intense ou prolongé de détresse
psychologique lors de l’exposition à des stimuli
Réactivité physiologique marquée lors de l’exposition
à des stimuli internes ou externes
*impression de «comme si» retirée
État de stress post-traumatique

C. Évitement marqué (1 sx et +)


Évitement ou efforts pour éviter les stimuli
internes (souvenirs, pensées, sentiments)
Évitement ou efforts pour éviter les stimuli
externes (personnes, endroits, objets,
situations)
État de stress post-traumatique

D. Altération des pensées et émotions ( 2
sx et +)




Incapacité de se rappeler d’un aspect important
Réduction nette d’intérêt pour des activités
significatives ou réduction de la participation
Sentiment de détachement ou d’être étranger
Restriction des affects (incapacité à ressentir
des émotions positives)
État de stress post-traumatique

D. Altération des pensées et émotions (suite) ( 2
sx et +)



État émotionnel négatif persistant
Croyances ou attentes négatives, persistantes et
exagérées envers soi-même, les autres ou le
monde
Croyances déformées et persistantes qui pousse la
victime à se blâmer ou à blâmer les autres
État de stress post-traumatique

E. Altération de la réactivité (2 sx et +)
Comportements irritables ou accès de colère
manifestés par des agressions verbales ou
physiques envers les autres ou les objets
 Comportements autodestructeurs ou imprudents
 Hypervigilance
 Réaction sursaut exagéré
 Difficultés concentration
 Difficultés de sommeil

État de stress aigu


Exposé à événement traumatique (voir
critère A ÉSPT)
Au moins 9 sx dans les 5 catégories de
symptômes suivantes:
Symptômes intrusifs
 Humeur négative
 Dissociation
 Évitement marqué
 Altération de la réactivité


Minimum 3 jours, max 4 semaines
TSPT: Intervention

Les difficultés les plus fréquentes






Incompréhension, honte vs sx
Difficultés avec les émotions
Présence de dépression
Submergé par les reviviscences
Cauchemars qui perturbent le sommeil
Gains secondaires
Intervention

Incompréhension, honte vs sx

Psychoéducation +++

La structure de peur


Généralisation des stimuli présents lors du trauma qui
deviennent associés au sentiment de peur. Expliquent les
reviviscences et l’évitement
Le rôle des cognitions

Attributions internes ou externes
Incompréhension, honte vs sx

Les facteurs aggravants: qu’est-ce qui rend le
trauma plus dévastateur
Déclencheurs
Maintien
Stress chronique
Caractéristiques
du trauma
Support social
Sx dépressifs ou
anxieux
Émotions vécues
Poursuites légales
Traumas
antérieurs
Dissociation
Séquelles
physiques/
impacts sur la vie
Conception de la
vie et du monde/
traits personnalité
Ressemblances
avec vie actuelle
ou passée
Interprétations
cognitives
Prédisposants
Incompréhension, honte vs sx

Améliorer la compréhension des sx





Reviviscences: signe que c’est pas digéré. Tentative
inefficace du système (flash trop courts et trop
intenses pour une désensibilisation)
Réactivité aux éléments liés au trauma:
Conditionnement
Évitement: se protéger
Émoussement, détachement: «Breaker» qui saute
Hyper-vigilance et hyperactivité neurovégétative:
Pour prévenir re-traumatisation: système d’alarme qui
se déclenche tout le temps…
Difficultés avec les émotions





Un des troubles les plus «émotifs»
Le travail sur les émotions est le noyau de la thérapie
Doit être fait avant le travail sur les cognitions et
avant l’exposition
Étapes : ressentir-nommer-accepter-exprimer
Si présence de dissociation: respecter ce mécanisme
de défense!!!
Présence de dépression


Traiter la dépression d’abord
Remobiliser le pt (horaire régulier, activités
physiques et sociales, repas, etc.)
Exposition difficile



Aux stimuli associés au trauma
Au souvenir du traumatisme
A utiliser seulement par thérapeutes
expérimentés
Sommeil perturbé par des
cauchemars

2 à 6% population
52 à 90% victimes TSPT…

Exposition au nouveau scénario du cauchemar

Prazosine

Gains secondaires

Nommez la stagnation et demandez-lui pourquoi?

Évitez de blâmer, faites équipe à 2 contre «l’ennemi
commun» qui empêche le rétablissement


Parfois parce que ça donne du sens au trauma… ou pour
expier… parce que c’est plus acceptable socialement…
pour le support des autres… plus besoin de travailler…
Si je m’améliore, je vais perdre quoi?...
Fin de la démarche

Toujours retour au travail antérieur, sauf
si risque de re-traumatisation trop élevé

Changer d’emploi par choix et non par
incapacité...

Anticiper les rechutes

RAT progressif
Questions ????
Commentaires ???
Merci!
Téléchargement
Explore flashcards