L`enfant et le cancer d`un parent

publicité
L’enfant et le cancer d’un
parent
Le cancer : ses répercussions
sur la cellule familiale
- Le cancer : une maladie grave au risque létal
- La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité
- L’angoisse de mort se répercute sur l’ensemble de la
structure familiale
- Les repères de chacun sont bouleversés : la famille en
plein réaménagement
- Les proches : des aidants à soutenir
Le parent malade
- Un rôle difficile à continuer d’exercer
pleinement
- Tristesse, culpabilité, sentiment d’échec,
notamment dans sa mission de parent
- Mais aussi : responsabilité du bien-être de
ses enfants dans son rôle de protection et de
soutien
L’enfant et le cancer
- L’enfant : un être en plein développement
- Des changements dans la famille
- Le cancer pour l’enfant : une expérience unique
et inconnue
- L’enfant souvent aux prises de questions
multiples, de doutes, de culpabilité
Dire la vérité …
« Il ne suffit point de montrer la vérité, il faut la peindre aimable »
Fénelon
• Pourquoi ?
- Un imaginaire foisonnant : « la vérité avec des
mots gentils» (Nicole Landry-Dattée et Marie-France
Delaigue-Cosset)
- Blessure dans l’enfance : des risques de
troubles psychiques ou somatiques à l’âge adulte
- La fragilité de l’adolescent
- Risque de dépression grave : le corps souvent
sollicité dans l’expression de la souffrance
Des comportements
symptomatiques
-
Agitation
Agressivité
Troubles du sommeil
Perturbations du comportement alimentaire (anorexie vs
-
Arrêt des apprentissages (propreté, marche, autonomie,
boulimie)
apprentissage scolaire)
-
Difficulté à se concentrer
Symptômes somatiques (mal de ventre, asthme, eczéma …)
Difficultés relationnelles (retrait ou agressivité)
-
Vigilance quant aux conduites à risque qui peuvent
accompagner un syndrome dépressif et révéler des
conduites suicidaires à minima
Dire la vérité …
• Quand ? Comment ?
- Le mieux : le plus tôt possible en début
de maladie (mais néanmoins, sous certaines
conditions)
- Des mots simples, justes et vrais
- Une information adaptée selon le stade de
la maladie (en début de maladie, lors d’une
rechute, en phase palliative)
Dire la vérité …
• Qui ?
- Aucune ambiguïté : les parents
- Mais rôle important du médecin
généraliste : évaluer la situation et
relancer le dialogue familial
- Des arguments forts :
L’intensification de l’angoisse
La perte de confiance
La culpabilité
Le sentiment d’impuissance
Erreurs à éviter
Mentir,
Ne rien dire,
Faire semblant,
Éloigner l’enfant,
Utiliser le chantage,
Culpabiliser l’enfant,
Inverser les rôles en demandant à l’enfant de
s’occuper de son parent,
Employer certains mots (endormi, parti, perdu)
que l’enfant prend au sens propre (s’il est
perdu, on va le retrouver …)
Le domicile et ses
spécificités
Le domicile : un choix du patient et de ses proches
Des conséquences sur l’entourage (plus grande
implication émotionnelle et en terme logistique)
Un lieu d’intervention pour les soignants au cœur du
foyer familial
Question du cadre omniprésente / question de la
bonne distance
Prise en charge psychologique
d’enfants
Intérêt de l’accompagnement de l’enfant pendant
la maladie de son parent (et éventuellement
durant le processus du deuil)
Une démarche préventive de la survenue de
troubles ultérieurs
Des mouvements pulsionnels ambivalents
pendant la maladie de son parent
L’enfant : un aidant à aider
Le suivi psychologique
d’enfants
Les parents : des partenaires incontournables dans une
étroite collaboration
Le psychologue : rôle d’évaluation des ressources
psychiques des différents protagonistes, et de
prévention de conséquences psychopathologiques
Maintien du lien parents-enfant et soutien à la parentalité
Permet à l’enfant d’exprimer son vécu et les sentiments qui
le traversent
Suivi psychologique à proposer, mais pas de façon
systématique
La prise en charge
psychologique d’enfants à leur
domicile : quels constats et
quelles perspectives ?
Une volonté du réseau Epsilon d’apporter au patient et à son entourage une
prise en charge globale de qualité à domicile ( y compris l’accès à une
prise en charge psychologique)
Familles avec des enfants : une vigilance particulière à avoir
Prévention de la survenue de troubles psychopathologiques ultérieurs
Pour le psychologue :
Une pratique clinique évolutive, à inventer et à ré-inventer au quotidien, en
perpétuelle remise en question
Le psychologue à domicile : un « invité »
Un cadre à réaménager sans cesse, en fonction des situations rencontrées
Pour ne pas conclure …
Notre action possible : engager et encourager les
parents à parler à leurs enfants
Rôle important de tous les intervenants du domicile
Parler (de la maladie, des traitements, du diagnostic,
mais aussi du pronostic …) est nécessaire et
possible
Merci pour votre attention…
Téléchargement
Explore flashcards