INTRODUCTION GENERALITES 1. Principes 2

publicité
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
///////////////////////////////////////////
INTRODUCTION
GENERALITES
I.
1.
Principes
2.
Base d’une idéologie
3)
Les catégories d’agents dans le “ royaume agricole“
RELATION ENTRE CLASSE ET LA THEORIE DE
CIRCULATION
II.
1.
Principe de la mécanique économique
2.
La circulation des richesses entre les classes
3.
La reproduction des richesses et la formation du net
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
La doctrine de la physiocratie bts1 PRODUIT DE GNAKOURI WILFRIED TOHOURI
Page 1
Introduction
Selon John Stuart (1809-1873), l’économie est la science qui traite de la production et de la
distribution des richesses en tant que cette production ou cette distribution dépendent de la
nature humaine. Paul Samuelson la définie comme la matière dont les individus décident
d’affecter, au meilleur coût possible, telle ressource au système productif en vue de satisfaire
des besoins de consommation individuels et collectifs ; présents et futurs. On déduira par ces
définitions que l’économie est une science car elle utilise une démarche cohérente et
rationnelle pour analyser et expliquer les mécanismes et lois qui gouverne les actions humaine
et est aussi une science car elle s’intéresse à un des aspects de la vie des hommes en société.
Par ces définitions nous pouvons voir ici que l’économie a inspiré différentes doctrines et
idéologies dont les deux grande sont le capitalisme prônant la libéralisation des biens de
propriété privé et le marxiste qui prône le socialisme. Cependant ces deux grandes théories
ont été précédées par deux théories nommée le mercantilisme et la physiocratie. Notre étude
abordera le concept, les mécanismes de la physiocratie et ces auteurs. Mais qu’est ce que la
physiocratie ?
Doctrine économique français (18°siècle) faisant de l’agriculture la principale source de
richesse e t prône la liberté du commerce et de l’entreprise. Elle eut d’illustres
sympathisants: le ministre français Turgot, Catherine II, en Russie ou le roi Stanislas, en
Pologne.
Dans notre travail nous verrons en I les généralités de la physiocratie, en II nous aborderons
la relation entre classes et la théorie de circulation dans le courant économique physiocrate.
GENERALITES
I.
1. Principes de la physiocratie
Pour eux, libéraux hostiles aux interventions de L’ETAT, le véritable enrichissement n’est pas
monétaire mais agricole. Ils s’opposent en cela aux mercantilistes car, ils pensent que
l’objectif de la vie n’est pas l’enrichissement mais le bonheur et pour atteindre ce bonheur, ils
préconisent une vie naturelle aux champs et considère qu’il faut la production de la richesse et
non les richesses monétaires, comme pensent les mercantilistes mais les richesses agricoles.
Seule l’agriculture est en mesure de produit un sur plus au-delà des matériaux utilisés, c'est-àdire un produit net. L’activité manufacturé est stérile car elle ne dégage aucun ou pas de
produit net. Elle transforme les richesses mais n’en créée par. L’industrie est tout de même
très utile puisqu’elle fournie à l’agriculture des biens de productions que les physiocrates
nomme “avance “ et dont l’utilisation permet d’augmenter les rendements.
Avec les physiocrates, la richesse devient matériel non plus comme l’affirmaient les
mercantilistes, uniquement monétaire. Il faut mentionner que cette doctrine à été beaucoup
influencé par François Quesnay (1694-1774) chef de file et médecin de la marquise de
pompadour et de louis XV.
En résumer de ce point nous pouvons remarquer que les physiocrates fondent leur doctrine sur
deux caractères : sociologique et économique.
•
Un caractère sociologique : existence d’un ordre naturel (providentiel, plan divin)
auquel les hommes doivent se conformer pour atteindre un plus grand bonheur par le
respect de la propriété et de l’autorité. Ils développent le laisser-faire, laisser-passer
(théorie qui préconise la non intervention de l’ETAT dans l’économie, par le respect
de la propriété, la liberté, la concurrence, la promotion des échanges de biens, services
et du commerce avec l’extérieur).
•
Un caractère purement économique : c’est le produit net.
2. Base d’une idéologie
La théorie physiocratique représente la base d’une idéologie ou même d’une théologie
économique. En effet dans la mesure où le système économique apparaît aux physiocrates
comme“ l’expression d’une raison transcendante“. “ Le reflet social de l’ordre naturel“. il
convient au gouvernants de n’est pas intervenir dans l’ordre naturel. Quesnay le présent
comme un système fermé de flux et de reflux entre les différentes classes sociales qui
assument les fonctions particulières. De façon générale les physiocrates lient l’économie au
social.
a) L’ensemble fonctionnant selon ses propres règles. L’ETAT ne doit pas intervenir
La doctrine de la physiocratie bts1 PRODUIT DE GNAKOURI WILFRIED TOHOURI
Page 3
b) Les propriétaires accomplissant le rôle capital
de réalisation « des avances fonciers
» ; la propriété privée est justifiée comme fondement de tout ordre social. Les
propriétaires fonciers. Donc les nobles, apparaissent comme une classe nécessaire à la
prospérité.
c) Au plan concret les physiocrates réclament des dispositions qui correspondent aux
intérêts de la classe privilégiée des propriétaires terriens : un bon prix de blé qui
accroît le produit net.la libre circulation qui élargie les débauchés ; le développement
des techniques de « grande culture ». Pour obtenir des gains de productivités. Un rôle
privilégié est ainsi conféré à l’agriculture et aux propriétaires terriens par les
physiocrates.
3. Les catégories d’agents dans le “ royaume agricole“
On note trois classes fondamentales et deux principaux auteurs. Ainsi la nation est réduite à
trois classes de citoyens : la classe productive ; la classe des propriétaires et la classe stérile.
 La classe productive est celle qui fait renaître par la culture du territoire les richesses
annuelle de la nation, qui fait les avances des dépenses de l’agriculture. Et qui paye
annuellement les revenus des propriétaires terriens. Ils considèrent que les intérêts
individuels et surtout ceux des agriculteurs sont conformes à l’intérêt générale il faut
tout simplement respecter l’ordre naturel de l’économie et de la propriété privée.
 La classe des propriétaires comprend le souverain, les possesseurs de terre et les
décimateurs ou collecteurs d’impôt. Elle vie du surplus de valeur créé et consomme
les biens produits par les autres.
 La classe stérile : citoyenne occupée à des travaux autres que l’agriculture : les
artisans (elle se contente de transformer les biens existants et restitue juste la valeur
qu’elle utilise).
III.
RELATION ENTRE CLASSE ET LA THEORIE DE CIRCULATION
1) Le principe de la mécanique économique
Selon Quesnay trois principes commandent la mécanique économique que l’on peut énoncer
de la manière suivante :
a) Les dépenses donnent vie à la production
b) La production créée des revenus
c) Les revenus alimentent les dépenses
Ceux- ci nous donne le circuit simple suivant, forme plus abstrait du circuit
économique du circuit économique globale.
DEPENSES
1
3
Revenus
2
Production
Le principe de circulation s’articule sur une véritable théorie
physiocratique basé sur la répartition des classes.
2)
La circulation des richesses entre les classes
En début de période, les propriétaires disposent d’un revenu de 2M et la classe stérile de 1M
qu’elle avance à la production.
Les propriétaires consacrent la moitie de leur revenu à l’achat d’ouvrage fabriquer par la
classe stérile ;
La classe stérile 1M d’avance pour l’achat de matière première nécessaire à sa production, +
1M qu’elle a reçu des propriétaires à l’achat de bien de subsistance consommé dans la
période ;
La classe productive consacre 1M reçu des propriétaires à l’achat d’ouvrage fabriqué par la
classe stérile.
Avec ce dernier paiement, la classe stérile reconstitue son avance ; c’est un revenu monétaire
mis en réserve ;
Avec le produit des ventes à la classe stérile, la classe productive peut payer un revenu.
3) La reproduction des richesses et la formation du net
Quesnay a pour objectif de décrire comment se réalise la production de richesse par le jeu des
relations économique entre classe. Dans cette perspective la notion d’avance est déterminante.
Il faut en préciser la nature et les différentes composantes.
a) La notion d’avance
Quesnay, est à l’origine de la tradition qui envisage le capital comme une richesse d’avance.
Elles se repartissent en trois (03) catégories. Il utilisera un anachronisme pédagogique les
termes introduits par la suite ; capital fixe et circulant.
La doctrine de la physiocratie bts1 PRODUIT DE GNAKOURI WILFRIED TOHOURI
Page 5
1. Les avances « primitives »
ce sont dépenses d’équipement assumé par les
propriétaires : bétails, bâtiment (dont les intérêts à raison de 10% sont intégrés dans le
tableau de Quesnay comme dépréciation.
2. Les avances « fonciers » ce sont initiales assumée également par les propriétaires pour
l’aménagement du terrain : déboisement, assèchement... ces deux avances constituent
ce qu’on appelle capital fixe.
3. Les avances « annuelle » ce sont les dépenses courantes de main d’œuvre de
subsistance, semences et autres coût annuel régulier. Elles sont à la charge du fermier.
Ceci constituerait le capital circulant.
Conclusion
En conclusion, retenons que la physiocratie est l’ancêtre du libéralisme économique moderne.
Dans la mesure où elle prône la propriété privée. Et la non intervention de l’ETAT dans
l’économie. Ainsi les physiocrates ont élaboré les notions surproduction net, la reproduction
et la reconstitution des avances et surtout de circuit. Et pour eux Seule l’agriculture est en
mesure de produit un sur plus au-delà des matériaux utilisés, c'est-à-dire un produit net.
Bibliographie
OEuvres de Quesnay, 1888, p. xix.
97. An Inquiry into the Nature and Origin of Public Wealth, and into
the means and causes of its increase, Edinburgh, 1804, pp. 133,
293. 134, 275.
98. Wealth of Nations, edition 1839, p. 305 note. M’Culloch should
have added, to make his statement complete, the conditions that the
soils cultivated are all equally advantageous, and that there is no
monopoly of supply. This would have deprived his statement of all
practical significance.
99. The impôt unique was never to exceed 6/20, or at most 1/3, of the
produit net,—in other words, was to be a tax of 6s. to 6s. 8d. in the £
on agricultural rent. The nature of the proposal is misunderstood not
only by Voltaire, Proudhon, and Henry George, but also in another
manner by Mr. Lecky, who describes it as “a single tax to be paid by
every man in strict proportion to his income.”Hist, of England in
18th century, and ed. 1887, vol. v. p. 370.
100. He dedicates his Protection or Free Trade? (New York, 1891) “to
the memory of those illustrious Frenchmen of a century ago, Quesnay,
Turgot, Mirabeau, Condorcet,
La doctrine de la physiocratie bts1 PRODUIT DE GNAKOURI WILFRIED TOHOURI
Page 7
Dupont and their fellows, who in the
Téléchargement
Explore flashcards