Musiques « Zen »

publicité
Musiques « Zen »
7 / 1 - Musique apaisante et musique classique
Quatre enregistrements emblématiques…
Chants de l’extase / Hildegard von Bingen (1098-1179) ; ensemble Sequentia
Hildegard von Bingen : «Visionnaire du 12ème siècle, abbesse,
guérisseuse, compositeur, écrivain et sainte». L’authenticité qui
résulte de cette personnalité créatrice, par delà les schémas
convenus des pièces religieuses anciennes, font de ces œuvres,
interprétées par l’ensemble Sequencia, des instants d’abandon de
soi, d’oubli et de grâce
Eternal source of light
/ Haendel, Buxtehude, J.C. Bach,…;
James
Bowman, contre-ténor ;The King’s Consort ; Robert King, dir.
La ligne de chant limpide et le timbre profond du haute-contre
anglais James Bowman (1941-…), grand spécialiste de musique
baroque, emmènent l’auditeur dans des contrées pleine de lumières
et d’émotions.
Giovanni Battista Pergolesi : Stabat Mater ; Salve Regina / Clemencic Consort (67.PER)
Dernière œuvre de Pergolesi (1710-1736), composé à 26 ans, deux mois avant sa mort, ce Stabat
Mater écrit pour soprano, alto, cordes et continuo est devenu un des
"tubes" du baroque italien. Le thème, bien que religieux prend une
dimension humaine : la déploration d'une mère (la Vierge Marie) devant la
mort de son fils (Jésus-Christ). Pour la pureté de ses lignes mélodiques, la
simplicité de son orchestration et son profond sens dramatique, écouter le
Stabat Mater de Pergolèse est une expérience mystique d’une grande
beauté.
Frédéric Chopin : Les 21 Nocturnes / Claudio Arrau, piano (11.CHO)
Adepte de l’atmosphère feutrée et intimiste des salons privés plutôt
que de la scène, Frédéric Chopin (1810-1849) choisit naturellement le
recueillement que permet la venue de la nuit en adoptant la forme du
nocturne. Dans cet enregistrement, le pianiste Claudio Arrau (19031991) calque sa respiration sur la voix imaginaire d'une diva
bellinienne. Une envoûtante paix se dégage de cet enregistrement
qui a obtenu le « Diapason d’Or » de l’année 1979.
Musiques « Zen »
7 / 2 - Musique apaisante et Jazz
Quatre enregistrements emblématiques…
Anouar Brahem : Le pas du chat noir (2002) (1.37.BRA)
Située quelque part au confluent du jazz, de la musique
impressionniste et des musiques du grand Sud, l'univers du oudiste
tunisien Anouar Brahem (1957-…) a quelque chose d'envoûtant. Sa
musique renvoie l'auditeur à des paysages intérieurs qu'on n'explore
que si l'on est prêt à se mettre à l'écoute de ce qui, en nous, vibre à
l'unisson de ses cordes et de ses anches.
Tord Gustavsen : Being there (2007) (1.35 GUS)
Le pianiste norvégien Tord Gustavsen (en trio ou en quartet) a sorti
durant les années 2000 plusieurs albums. Tous on en commun un
grand lyrisme, une sonorité aérienne et caressante ouvrant la porte
à la contemplation ou aux rêves. Du jazz tout en douceur.
Brad Mehldau : Songs (1998) (77.MEH)
Un album tout en nuance et délicatesse du pianiste Brad Mehldau (1970-…) en formation
trio. Des ballades (compositions mais également deux reprises pop,
Nick Drake et Radiohead) centrées autour du thème des «chansons ».
Chet Baker : Chet (1958-1959) avec la participation d’Herbie Mann (flûte),
Pepper Adams (saxophone baryton), Bill Evans (piano), Kenny Burrell (guitare), Paul Chambers
(contrebasse), Connie Kay ou Philly Joe Jones (batterie)
Figure de proue de la mouvance cool jazz, le trompettiste et chanteur Chet Baker (19291988) se fait connaître au début des années 1950. Son jeu délicat et sa
voix enveloppante lui apportèrent une grande notoriété.
Entouré d’autres grands noms du jazz, l’album « Chet », constitué
uniquement de ballade, embarque l’auditeur dans une ambiance
crépusculaire de toute beauté.
Téléchargement
Explore flashcards