liste des photos - Identification

publicité
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
DEDICACES
A Dieu, le créateur…
Merci pour sa grâce, pour sa bénédiction et pour son soutien. De lui me
sont venues l’inspiration et l’énergie nécessaire à l’aboutissement de ce travail.
A mon Père et ma Mère…
J’ai puisé dans vos potentiels et appris de vos expériences. Aujourd’hui, je
m’apprête à franchir une grande étape de ma vie, vous exprimer toute la fierté de
l’amour et de l’affection que vous avez sue me porter. J’espère que vous resterai
toujours et d’avantage fiers de moi.
A mes 3 frères et sœurs, Jean Aaron, Jean Samuel, Ruth
Recevez l’expression de toute ma reconnaissance.
A mon bien-aimé…
Que Dieu te bénisse pour tout l’amour, le soutien et l’attention que tu me
portes.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
2
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
REMERCIMENTS
Nous exprimons toute notre gratitude à ceux qui ont contribué de près ou
de loin à la concrétisation de ce travail.
Nous voudrions en priorité saluer la contribution de Dr KOUADIO NDA
NGUESSAN. Son soutien ses conseils très instructeurs et ses réflexions très
éclairées, ont profondément nourri cette étude.
Nous nous réjouissons de l’assistance de M. BALLONG Koutena,
Architecte-Urbaniste DEIAU, M DJEGUEMA Adébayor, Architecte-Urbaniste
DEIAU, Professeur à l’EAMAU ; M OGALMA, Professeur à l’EAMAU et M
DIAHOU Martinien pour leur assistance et leur implication effective dans ce
travail.
Merci à SORO Sionfougo Salif, Architecte-Urbaniste DEIAU, pour son
savoir-faire technique et son expérience dont j’ai bénéficié durant ces dernières
années de ma formation et lors de l’élaboration de ce travail
Nous ne saurons oublier les Personnes Ressources des différents services rencontrés lors de nos
enquêtes pour leur bienfaisance et l’accueil chaleureux dans leurs locaux et toutes les autres
personnes qui ont aidé à l’élaboration de ce travail. Il s’agit entre autres de :
 M. BAGODOU
 M. BOKA
 M MINSSESSO
 M. GAE
Je remercie également tous mes aînés, pour leur contribution. Je n’oublie pas tous mes cadets
Soro, Toumany, Sanogo, Mozart, Somy, Nancy et à l’ensemble de la communauté ivoirienne
de l’EAMAU. Merci aussi à Princy, Christian, pour leur précieuse aide.
Enfin je ne saurais oublier mes amies TALBOUSSOUMA Kolima, SOMDAKOUMA Madina,
AZOKRY-DEGNON Maryline , MEHOU Inès et tous mes amis de la promotion 2014 de
l’EAMAU, KOUADIO Michel qui est plus qu’un ami, un frère… DEKI Pierre, Allou
Sébastien, TOURE Constant, GOHO BAH Ange et tous les autres
A tous nos enseignants et à tous nos amis…
A tous ceux qui ont contribué à ce travail. Je vous dis simplement du fond du cœur
UN GRAND MERCI !
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
3
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS
RCI
République de Côte d’Ivoire
CI
Côte d’Ivoire
CROU
Centre Régionale des Œuvres Universitaires
DESPRIV
Direction du Suivi des Etablissements Privés D’Enseignement Supérieur Privé
DIPES MEN
Direction de l’Informatique, de la Planification, de l’Evaluation et des
Statistiques
DPS METFP
Direction de la Planification et de Statistiques
DPE MESRSS
Direction de la Planification et de l’Evaluation
DIST
Direction de l’information scientifique et technologique
ISU
Institut de Statistique de l’UNESCO
SICOGI
Société Ivoirienne de construction et de gestion immobilière
MCLAU
Ministère de la Construction, du Logement, de l’assainissement et de
l’Urbanisme
RESEN
Rapport d'Etat d'un Système Educatif National
INS
Institut Nationale de la Statistique
MESRS
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
MES
Ministère de l’Enseignement Supérieur
UNESCO
Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture
SWOT
Strengths- Weaknesses- Opportunities- Threats
HQE
Haute Qualité Environnementale
PPU
Programme Présidentiel d’Urgence
FHB
Félix Houphouët Boigny
HQE
Haute Qualité Environnementale
QEB
Qualité Environnementale des Bâtiments
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
4
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
DAA
District Autonome d’Abidjan
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: localisation et capacités d’hébergement des résidences universitaires d’Abidjan . 34
Tableau 2:Lieu de résidence ..................................................................................................... 40
Tableau 3 : type de logement des étudiants.............................................................................. 41
Tableau 4 : Montant de l’aide financière perçue ...................................................................... 41
Tableau 5: Origines ressources financières ......................................................................... 41
Tableau 6:En location : coût du loyer ...................................................................................... 42
Tableau 7:Intention d’intégrer une nouvelle cité ..................................................................... 43
Tableau 8: Analyse SWOT ...................................................................................................... 44
Tableau 9: Phasage des actions à entreprendre ........................................................................ 50
Tableau 10:Choix de la commune pilote.................................................................................. 53
Tableau 11: Estimation financière globale du projet du MGA ................................................ 81
Tableau 12: impacts du projet ................................................................................................. 86
Tableau 13:Evolution des effectifs scolarisés niveau et type de structure, 1996 à 2007 ......... 93
Tableau 14:Répartition des étudiants du supérieur par type de structure et cycle, 2006–07 ... 94
LISTE DES GRAPHIQUES
Graphique 1:Evolution des espaces urbanisés de la ville de Bingerville ................................. 56
Graphique 2:Evolution des effectifs de l’enseignement supérieur de 1996 à 2007 ................. 93
LISTE DES CARTES
Carte 1: situation commune de de la Bingerville ..................................................................... 55
LISTE DES CROQUIS
Croquis 1 : chambre individuelle au campus FHB
Croquis 2 : chambre double au
campus FHB ............................................................................................................................. 35
Croquis 3 : Chambre individuelle de Château d’eau St Jean .................................................. 36
Croquis 4: principe de disposition du bâtiment ........................................................................ 68
Croquis 5: disposition des bâtiments- ventilation naturelle ..................................................... 68
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
5
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Croquis 6: typologie de pare-soleil .......................................................................................... 68
Croquis 7: panneaux solaires.................................................................................................... 69
Croquis 8 : Gestion des eaux de pluie ...................................................................................... 69
Croquis 9 : Principe de conception .......................................................................................... 71
LISTE DES PHOTOS
Photo 1 : Résidence universitaire de l’université Peleforo Gon Coulibaly de korogho ........... 31
Photo 2: Campus de l'université FHB
Photo 3: Campus de l'université FHB . 35
Photo 4 : La cité universitaire d’Abobo ................................................................................... 36
Photo 5 : La cité universitaire 2 d’Abobo ................................................................................ 37
Photo 6 : Bus type articulé SOTRA
Photo 7 : Bus type express ............ 38
LISTE DES SCHEMAS
Schéma 1 : vue aérienne du site
Schéma 2 :
topographie du site ................................................................................................................... 59
Schéma 3 carte des pentes
Schéma 4 : ventilation
du site ....................................................................................................................................... 59
Schéma 5 : Ensoleillement du site
Schéma 6 : Nuisance
sonore du site ............................................................................................................................ 60
Schéma 7: Organigramme fonctionnel du site du projet .......................................................... 71
Schéma 8: Organigramme fonctionnel du bâtiment administratif ........................................... 72
Schéma 9: Organigramme fonctionnel de la Maison des jeunes ............................................. 72
Schéma 10: Organigramme fonctionnel du restaurant ............................................................. 73
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
6
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
SOMMAIRE
DEDICACES ............................................................................................................................ 2
REMERCIMENTS .................................................................................................................. 3
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS .......................................................................... 4
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................... 5
LISTE DES GRAPHIQUES ...................................................................................................... 5
LISTE DES CARTES ................................................................................................................ 5
LISTE DES CROQUIS .............................................................................................................. 5
LISTE DES PHOTOS ................................................................................................................ 6
LISTE DES SCHEMAS............................................................................................................. 6
SOMMAIRE .............................................................................................................................. 7
I.
CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE .......................................................................... 8
II. HYPOTHESES DE TRAVAIL ..................................................................................... 13
III.
OBJECTIFS DE L’ETUDE ....................................................................................... 13
IV.
METHODOLOGIE DU TRAVAIL .......................................................................... 14
Première partie : Problématique du logement estudiantin dans le district autonome d’Abidjan
.................................................................................................................................................. 16
Chapitre 1 : LA COTE D’IVOIRE ET LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN ............. 17
Chapitre 2 : L’ENSEIGNEMENT SUPRIEUR EN CÔTE D’IVOIRE................................... 24
Chapitre 3 : LA QUESTION DU LOGEMENT ESTUDIANTIN DANS LE DISTRICT
AUTONOME D’ABIDJAN ..................................................................................................... 30
Chapitre 4 : BILAN DE L’ANALYSE DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DANS LE
DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN .................................................................................. 40
Deuxième partie : Propositions................................................................................................ 45
Chapitre 5 : PROPOSITIONS A L’ECHELLE DE LA VILLE D’ABIDJAN ........................ 47
Chapitre 6 : PROPOSITIONS D’AMENAGEMENT ............................................................. 51
Chapitre 7 : ASPECTS FINANCIERS ET PHASAGE DE REALISATION ......................... 81
Chapitre 8 : LIMITES ET IMPACTS DU PROJET ................................................................ 84
CONCLUSION ....................................................................................................................... 87
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 88
TABLE DES MATIERES ..................................................................................................... 90
ANNEXES ............................................................................................................................... 93
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
7
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
I.
CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE
L'enseignement supérieur joue un rôle essentiel dans la société. Elle crée de nouvelles
connaissances, les transmet aux étudiants et encourage l'innovation.
Dans les pays francophones d’Afrique, il est souvent confronté à de multiples
défis parmi lesquels :
-une croissance très forte des effectifs d’étudiants
-une insuffisance d’établissement d’accueil pour les étudiants ;
-une baisse significative des dépenses moyennes par étudiant1 effectués par les administrations
- les administrations peu ou mal outillées pour définir des politiques soutenables à moyen et
long terme ;
-des attentes grandissantes sur la contribution de l’enseignement supérieur au développement
national.
La forte croissance de la population estudiantine implique un sérieux problème au
niveau des infrastructures d’accueil. Comme c’est le cas en Côte d’Ivoire où les capacités
d’accueil des infrastructures existantes sont largement dépassées, depuis déjà de nombreuses
années. Jusqu’en 2012, « la capacité d’accueil cumulée des infrastructures des universités et
des grandes écoles publiques était d’environ 27 000 étudiants. Cependant, elles accueillaient
un peu plus de 90 000 étudiants et recevaient jusqu’à plus de quatre fois au-dessus de leur
capacité d’accueil »2.
Au plan des œuvres sociales, la situation, guère meilleure, se caractérisait par : la
dégradation très avancée des résidences universitaires ayant pour conséquences immédiates
l’insalubrité, le manque d’hygiène, l’extrême précarité des conditions de santé, la montée de
l’insécurité et de fléaux tels que la prostitution, la toxicomanie et le sida ; le déficit élevé de
logement étudiant, « avec en prime : le squat des bâtiments en construction, des couloirs des
salles de cours ou des laboratoires, des cages d’escaliers, des bâtiments abritant des
transformateurs d’électricité et de tous les espaces couverts susceptibles de servir d’abri… »3
La qualité des structures de l’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire, ainsi que les
conditions de vie et de travail des enseignants et des étudiants, remarquables jusque dans les
années 1980, se sont fortement dégradées à partir des années 1990. Les états généraux de la
recherche en 1999, puis le RESEN4 en 2009, ont dressé un tableau sombre du système national
de recherche scientifique. Cette situation d’ensemble du secteur de l’Enseignement Supérieur
et de Recherche Scientifique, déjà préoccupante, a été aggravée par la crise socio-politique de
2002, qui a vu notamment, la délocalisation de l’Université de Bouaké à Abidjan, puis la récente
1
« En Côte d’Ivoire, elles étaient largement en deçà du coût réel par étudiant. En effet, les sources de financement des
universités, provenant à plus de 95% du budget de l’Etat et rapportées au nombre d’étudiants, font apparaître un gap des deux
tiers du montant escompté. Les ressources propres qui constituent une autre source de financement étaient dérisoires
puisqu’elles proviennent essentiellement des frais d’inscription eux même insignifiants de 6000 F CFA ». Ibrahim Cissé :
MESRS, COMMUNIQUES DU GOUVERNEMENT, MESRS, Abidjan, 25 Octobre 2012.
2
Extrait de l’interview de Cissé Bacongo, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
dans la Réhabilitation des universités Réunion du Groupe consultatif Pour le Financement du Plan National de
Développement 2012-2015
3
Idem
4
Rapport d'Etat sur le Système de l'Education Nationale
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
8
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
crise post-électorale de 2011 avec la destruction des amphithéâtres et des résidences
universitaires.
L’Enseignement Supérieur ivoirien est confronté ces dix dernières années à une hausse
sensible de la demande en formation de qualité. Pour atténuer la pression exercée sur les
Universités et les grandes Ecoles publiques, Le Ministère de l’Enseignement Supérieur a décidé
d’affecter de nouveaux bacheliers dans les établissements d’enseignement supérieur privés. Et
en plus « du fait de l’incapacité des structures publiques à accueillir tous les bacheliers, les
établissements privés d’enseignement supérieur se sont multipliés de façon anarchique et
profuse »5.
La Côte d'Ivoire a mis en place un dispositif relativement important et complet
d'enseignement supérieur comportant un grand nombre de structures publiques et privées
réparties sur tout le territoire. En 1999, ce dispositif comprenait 90 établissements
d'enseignement supérieur et en 2013, le nombre d’écoles supérieures est passé à plus de 212
établissements supérieurs6 et la ville d’Abidjan concentre la majorité. Plus de 70% de ces
structures d’enseignement supérieur se trouve à Cocody.
Le tableau n°1 (voir annexes) présente l’évolution des effectifs scolarisés en Côte
d’Ivoire par niveau d’enseignement et type de structure, public/privé : La baisse que l’on
observe entre les années 2002–2003 et 2004–2005 pour certains degrés d’enseignement est dans
une large mesure imputable à la situation sociopolitique qui a prévalu pendant cette période
dans le pays. Elle trouve son origine dans la conjonction de deux phénomènes : le premier est
« mécanique » et concerne l’absence de collecte de données statistiques scolaires dans certaines
zones du pays, et la seconde concerne la baisse probable du niveau de la couverture scolaire
dans d’autres régions, bien qu’elles aient été moins touchées par la crise.
Dans tous les types d’établissements confondus, le nombre d’étudiants en formation
initiale a augmenté d’environ 80 % en 10 ans (de 1996–1997 à 2006–2007 passant
respectivement de 87 873 étudiants à 156 772 étudiants ; manifestant un taux d’accroissement
annuel moyen estimé à près de 6 %). Dans le public (y compris établissements hors MESRS),
les effectifs ont été multi- pliés par 1,5 passant de 67 381 à 99 865, soit un taux d’accroissement
annuel moyen de 4 %. Les effectifs du privé ont évolué deux fois plus vite. Ils ont été
pratiquement multipliés par 3 sur la même période, passant de 20 492 à 56 907 étudiants, soit
un accroissement annuel moyen de près de 11 %. Le graphique 1 (voir annexes) illustre
l’évolution des effectifs sur les dix dernières années.
Ainsi, 89, 3 % des étudiants sont scolarisés dans des établissements sous tutelle du
MESRS. (Voir annexes tableau 2). La majorité des étudiants (48 %) est scolarisée dans les
universités publiques et unités régionales d’enseignement supérieur. L’université de Cocody en
accueille 72 %. Les 4 332 étudiants des 18 universités privées, sont tous scolarisés à Abidjan.
5
Ibrahim Cissé : MESRS, COMMUNIQUES DU GOUVERNEMENT, MESRS, Abidjan, 25 Octobre 2012
République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR PRIVES DE TYPE UNIVERSITAIRE, DESPRIV-MESRS, Abidjan, OCTOBRE 2013 ;
République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT
SUPERIEUR PRIVES DE TYPE BTS, DESPRIV-MESRS, Abidjan, OCTOBRE 2013
6
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
9
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Globalement, on constate une diminution des étudiants inscrits dans les grandes écoles
publiques et une explosion des étudiants dans les universités privées au cours des deux dernières
années. Le tableau indique par ailleurs que dans les universités publiques, seulement 10,2 %
des effectifs de ces établissements sont inscrits en 3ème cycle contre 31 % au 2ème cycle et
58,3 % au 1er cycle. En revanche, dans les grandes écoles publiques, il y a plus d’inscrits au
2ème cycle (58,2 %) contre 32 % au 1er cycle et 9,8 % au 3ème cycle. Au niveau des universités
privées, 50 % des étudiants sont inscrits au 1er cycle, 41 % au 2ème cycle et 8,4 % au 3ème
cycle ; pour les grandes écoles privées on constate que le 1er cycle enregistre 82 % des inscrits
pour seulement 4 % au 3ème cycle. La même tendance est observée dans les établissements
publics hors MESRS avec 78 % au 1er cycle et seulement 6 % au 3ème cycle.
Environ 84 % des étudiants sont inscrits à Abidjan, qui regroupe plus de 50 % des
universités et des grandes écoles, suivie de Bouaké avec 9,1 % des effectifs. Yamoussoukro
totalise 5,3 % des étudiants ; les autres localités ont moins de 1 % des effectifs.
L'enseignement supérieur contribue à offrir tant bien que mal des formations aux
nombreux étudiants qui, chaque année, se ruent dans les villes disposant de structures
d'enseignement supérieur. Toutefois, la question de leur hébergement semble être oubliée.
.
Selon les données et les calculs prospectifs de la SICOGI et du MCLAU, les besoins en
logements urbain non encore satisfaits sont évalués actuellement à « 400.000 logements par an
pour l’ensemble du pays dont 200.000 soit 50% pour la seule ville d’Abidjan. Ce déficit croit
de l’ordre de 10% par an. Pour les trois années à venir, 2013, 2014 et 2015, le déficit se sera
accru de 120.000 logements » 7. Le déficit de logement est dû au désengagement de l’Etat dans
la construction directe de logements depuis les années 1980. Ce qui a provoqué une pénurie
dans ce domaine, et qui constitue aujourd’hui, un problème socio-économique pour le
gouvernement. Cette situation affecte plus encore les étudiants.
L’impact de la crise politico-militaire de septembre 2002 a provoqué un fort mouvement
dans le Sud du pays, surtout vers Abidjan. L’exode massif des populations a accentué le
problème
de
logements.
Toutefois, la surpopulation de la ville d’Abidjan n’est pas la seule raison qu’on peut
avancer pour expliquer le déficit en logement. Bien que les logis soient rares, c’est surtout le
coût du loyer qui reste élever. Quelle que soit la commune, les maisons coûtent chères. Pour les
communes de bon standing résidentiel (Cocody, Marcory résidentiel) les montants de loyers
pour studio8 varient de 60.000 à 120.000 francs CFA. Pour une maison de trois pièces, il faut
être prêt à débourser 150.000 à 200.000 francs CFA. A Yopougon, commune de moyen
standing, les prix sont relativement inférieurs à ceux de Cocody ; même si la forte demande a
tendance à remonter selon le marché avec les spéculations qui l’accompagnent. Cependant,
pour louer un studio dans cette commune d’Abidjan, il faut prévoir au minimum 40.000 francs
CFA pour le loyer mensuel. Les studios de type américain, eux, peuvent varier de 50.000 à
80.000 francs CFA. Pour les appartements F2, il faut prévoir 50.000 francs CFA voire 70.000
7
SICOGI, sous la direction de M. CAMARA (Loukimane) : Stratégie de production de logement pour le grand
nombre : Expériences pratiques, Juin 2013
8
Un espace F1 équipé en sanitaire et cuisinette d’environ 10 à 20 m2
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
10
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
francs CFA. Il n’est pas rare de retrouver dans un même studio à Abidjan plus de cinq personnes
à cause du coût élevé de la location. Ce qui n’est pas de nature à aider la gente estudiantine
dans sa quête de logement.
La Direction générale de la recherche scientifique et de l’innovation technologique a
dans le cadre de l’opération d’identification des étudiants dans les cinq universités publiques
de la Côte d’Ivoire recensé 90 561 étudiants9 au titre de l’année scolaire 2012-2013. On
dénombre 1570 étudiants inscrits à l’Université Péléféro Gbon Coulibaly (Korhogo), 1864 à
l’Université Jean Lorougnon (Daloa), 8 484 à l’Université Nangui Abrogoua (Abobo-Adjamé),
14 562 à l’Université Alassane Ouattara (Bouaké) et 64 081 à l’Université Félix HouphouëtBoigny (Cocody) 10.
Les cités dortoirs des étudiants ont fait leurs réouvertures le 02 septembre 2013 mais
pour l’ouverture annoncée c’est seulement 3857 premières chambres11 qui hébergeront les
étudiants désireux d’y vivre et remplissant les conditions préétablies.
La Côte d'Ivoire compte dans l’ensemble près de « 170 000 étudiants dont 100 000
environ dans le public à Abidjan pour seulement 11 130 lits qui seront disponibles dans les
résidences universitaires réhabilitées pour l’année 201312», soit un lit pour 9 personnes.
Le Directeur du CROU-A, a tenu à préciser que des cités universitaires comme celles
de Mermoz, cité rouge et Riviera 2 sont toujours en rénovation et que celles de Port-Bouët et
d’Abobo restent encore occuper par des militaires suite à la situation que la Côte d’Ivoire a
vécue.
Les difficultés que l’Etat rencontre dans la gestion des cités universitaires sont des
problèmes majeurs face à l’accroissement rapide de la population universitaire.
Malgré leur nombre élevé dans la ville d’Abidjan, les établissements d’enseignement
supérieur disposent d’une capacité insuffisante de structure pour héberger leurs étudiants.
Les cités existantes présentent d'énormes problèmes notamment:
-La faible capacité d’accueil,
-mauvaises conditions de travail, pas d’accès internet (pour la plupart des cités) etc.
La demande en logement estudiantin ne cesse de croître, inversement, la capacité des
cités universitaires régresse. Certaines personnes privées trouvent dès lors, l'opportunité pour
investir dans la production de logements destinés aux étudiants. Cette pratique qui est aussi en
vogue à Lomé, consiste à construire des cités privées ou des maisons privées à louer aux
étudiants. L'étudiant y trouve un abri pour se loger certes, mais certains besoins essentiels
restent insatisfaits. Il s'agit notamment:
-des équipements d'accompagnement;
-de la qualité du cadre de vie (l'aération, la surface de la chambre, les sanitaires…);
-des conditions d'étude (salle d'étude, …), transport;
Source : Direction de l’information scientifique et technologique (DIST)
Extrait de l’interview de Cissé Bacongo, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique
dans Réhabilitation des universités
11
CROU, RENTREE EN CITE UNIVERSITAIRE, CROU, Abidjan 2013
12
Extrait de l’interview de Cissé Bacongo, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
dans la Réhabilitation des universités Réunion du Groupe consultatif Pour le Financement du Plan National de
Développement 2012-2015
9
10
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
11
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
En dépit des conditions suscitées, et de la spéculation sur le loyer du fait de la rareté des
maisons en locations, nombreux sont les étudiants qui ne trouvent pas d'appartement à
proximité des universités et des écoles supérieures. Ceux-là, sont ainsi contraints d'habiter loin
de leurs lieux d'étude.
Les établissements d’enseignements supérieurs doivent également accueillir et encadrer
ces jeunes dans les meilleures conditions pour qu’ils puissent s’épanouir et réussir leurs études.
Le logement est donc un élément substantiel dans ce processus.
En raison de la présence majoritaire des établissements supérieurs à Cocody, il serait
judicieux d’y implanter notre équipement d’accueil. Mais Cocody est une commune abritant
les quartiers résidentiels est engorgé. Il s’agira donc de désengorger Cocody, c’est donc dans
ce cadre et suivant les critères de choix que nous optons pour la commune de Bingerville pour
accueillir notre équipement.
Il est important de souligner que les systèmes d'enseignement supérieur, selon la
Déclaration mondiale sur l’enseignement supérieur pour le XXIème siècle, « doivent accroître
leur capacité de vivre dans un contexte caractérisé par l'incertitude, de changer et de susciter
le changement, et de répondre aux besoins sociaux et de promouvoir la solidarité et l'équité ;
qu'ils doivent préserver et exercer la rigueur scientifique et l'originalité dans un esprit
d'impartialité, car c'est là une condition indispensable pour atteindre et maintenir un niveau
indispensable de qualité ; et qu'ils devraient placer les étudiants au cœur de leurs
préoccupations dans une perspective s'étendant à la vie entière, de manière à leur permettre
de s'intégrer pleinement dans la société mondiale du savoir qui sera celle du siècle à venir ».13
Dans un tel contexte, de nouvelles politiques, de nouvelles méthodes ainsi que
de nouveaux outils d’enseignement et de recherche font leur apparition. L’enseignement
supérieur doit faire face à de nouveaux défis au nombre desquels les conditions de vie des
étudiants occupent une place centrale. Il est donc nécessaire de concevoir un cadre
indispensable pour fournir des conditions agréables de logements.
Cependant quelles que soient les réponses que l’on pourrait envisager ou même la
manière dont on pourrait entrevoir les nouveaux campus universitaires, on s’accordera tout au
moins sur le fait que l’espace universitaire doit être rigoureusement planifié et conçu de manière
à favoriser et à stimuler un déroulement harmonieux des activités universitaires.
Le présent Travail Personnel de Fin d’Etude (TPFE), dont le thème est « les logements
estudiantins en Côte d’Ivoire : proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le
District Autonome d’Abidjan) », se développera autour de la question centrale suivante : quelles
actions architecturales et urbanistiques pour améliorer de façon efficiente les conditions de
logements des étudiants dans le district d’Abidjan ?
Cette interrogation comporte deux aspects majeurs qui seront examinés tout le long de
ce travail :
 Comment planifier le logement estudiantin sur l’aire urbaine du District Autonome
d’Abidjan ?
 Quelles actions d’aménagement faut-il entreprendre sur les modes actuels de logement
estudiantin afin de résoudre les problèmes constatés plus haut ?
UNESCO : Déclaration mondiale sur l’enseignement supérieur du XXIe siècle : visions et actions, UNESCO,
Paris Oct. 1998
13
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
12
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
II.
HYPOTHESES DE TRAVAIL

Hypothèse 1 : La planification de logements dédiés aux étudiants dans le district
d’Abidjan, induit une organisation plus cohérente dudit logement estudiantin.

Hypothèse 2 : Une organisation plus cohérente du logement estudiantin est tributaire du
niveau d’équipements résidentiels spécifiquement réservés aux étudiants.

Hypothèse 3 : La mise en place d’un cadre réglementaire et incitatif en matière de
production de logements estudiantins assure une augmentation de la capacité d’accueil
III. OBJECTIFS DE L’ETUDE
Objectif principal :
L’objectif global du projet vise à contribuer durablement à l’amélioration des conditions de
logements des étudiants dans le District Autonome d’Abidjan.
Objectifs spécifiques:

Identifier, mesurer la capacité d’accueil de cités universitaires existantes et évaluer les
besoins en logement des étudiants

Proposer un aménagement spécifique d’une nouvelle cité qui intègre les précédentes
données
Difficultés rencontrées
L’étendue de notre étude, les moyens disponibles et le temps imparti ont été un obstacle
à l’approfondissement de certains aspects du problème. Les difficultés rencontrées lors de ce
travail sont multiples. Dans certaines institutions, peu d’intérêt était accordé à notre attestation
de recherche. Il nous était signifié plutôt un courrier de l’école adressée à la direction générale
pour nous recevoir sans réserve. Il s’agit aussi des problèmes liés à la collecte des données à
savoir l'effectif total des étudiants d’Abidjan, qui a été difficile à déterminer. Cela est dû au
refus de certains chefs d'établissements ainsi que les ministères qui malheureusement ne
disposent pas de base de données à cette fin.
Certaines données recueillies auprès des institutions publiques ne sont pas récentes ou
ne sont pas disponibles. Cette situation est liée à la crise socio-politique ayant causé de
nombreux dégâts dans certaines administrations publiques.
Le système de collecte d’information, relativement performant jusqu’en 2002, a été
fragilisé par les événements sociopolitiques récents. Les statistiques actuelles reflètent plus ou
moins la réalité du pays dans une situation de sortie de crise. En effet, un nombre non
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
13
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
négligeable d’établissements des zones Centre Nord-Ouest sont toujours hors d’état de
fonctionner. Cette situation concerne tous les niveaux de l’enseignement général, mais aussi
l’enseignement technique et la formation professionnelle.
 Pour le MEN, des données par établissement sont disponibles jusqu’en 2001–2002.
Depuis lors, la collecte s’est limitée à des informations très synthétiques fournies par chaque
Direction Régionale. Il est à noter que les données disponibles pour les années 2002–2006
concernent la seule zone gouvernementale). On dispose donc d’une information partielle
concernant les différents segments de l’enseignement général.
 Pour le MESRS, si l’évolution globale du nombre d’étudiants peut être détaillée sans
trop de difficultés, les données incomplètes concernent les années 2004–2005 et l’année 2006–
2007 correspondent à l’année de production du dernier annuaire statistique.
IV. METHODOLOGIE DU TRAVAIL
La collecte de donnée
Cette phase de l’étude a été consacrée à des recherches documentaires dans les
bibliothèques, sur internet et auprès de personnes ressources afin de nous permettre d’orienter
cette étude et d’étayer notre problématique.
Nous nous sommes adressées aux institutions universitaires et ministères impliqués
dans la gestion des logements estudiantins. Des interviews ont été réalisées avec l’accord des
personnes ressources afin de répondre aux questions relatives aux cités étudiantes.
Des repérages et des relevés des logements ont été effectués sur le plan de la ville
d’Abidjan. Ceux-ci nous ont permis de localiser les résidences et cités universitaires par rapport
aux universités et grandes écoles.
Il a fallu recourir à une série d’entretiens et une série d’enquêtes par questionnaire (voir
annexe) pour acquérir des données supplémentaires sur la population concernée par notre étude.
Ces séries d’enquêtes se sont déroulées pendant le repérage des logements étudiants.
La première enquête a eu pour population cible, les étudiants des établissements
supérieurs publics et les établissements supérieurs privés recevant les affectés de l'Etat de la
ville d’Abidjan. Ils sont environ 100 000 étudiants. La taille de l'échantillon est de 0.35% de la
population totale (0.35% x 100 000 = 350) soit 350 étudiants. Nous avons choisi la taille de
l’échantillon conformément au facteur temps et au budget dont nous disposions.
La méthode d'échantillonnage est la méthode par choix raisonné ou des quotas. Notre
enquête s'est déroulée dans 3 structures d'enseignements supérieurs, regroupées comme suit:
 les grandes écoles publiques
 les universités publiques
 les grandes écoles privées recevant les affectés publics de l'Etat
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
14
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Effectif à enquêter
Types d'établissements
d'enseignement supérieur
Dans les CU
Hors des CU
Total
Grandes écoles publiques
20
80
70
Universités publiques
40
170
250
Grandes
écoles
privés
recevant les affectés de
l'Etat
10
30
30
Total
70
280
350
Source notre TPFE
 Les étudiants vivant dans les cités sont très peu par rapport à ceux qui n’y vivent
pas. Les étudiants de l'enseignement supérieur public sont environ 100 000 pour une capacité
d'accueil de 11 130 lits bientôt disponibles. Tous les établissements d'accueil sont en train d'être
réhabilités et la plupart n’est pas disponible actuellement. Pour les grandes écoles, nous nous
sommes approchées des personnes ayant bénéficié auparavant d’une chambre en cité, les années
précédentes car seules sont disponibles les chambres de l’université Houphouët Boigny de
Cocody.
Analyse de données: Une étude des résultats obtenus a constitué le socle pour
l'élaboration de solutions visant à permettre aux étudiants d'Abidjan, de se loger
convenablement.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
15
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Première partie : Problématique du
logement estudiantin dans le district
autonome d’Abidjan
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
16
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 1 : LA COTE D’IVOIRE ET LE DISTRICT AUTONOME
D’ABIDJAN
I.
APERCU SUR LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
1. Caractéristiques géographiques et physiques
Située sur la côte Ouest du continent africain, entre l’Equateur et le Tropique du Cancer,
la République de Côte d’Ivoire d’une superficie de 322 460 Km² est limitée à l’Ouest par le
Liberia et la Guinée ; au Nord par le Mali et le Burkina Faso ; à l’Est par le Ghana et au Sud
par l’Océan Atlantique. Ses capitales, politique et économique, sont respectivement
Yamoussoukro (220 600 habitants) et Abidjan (5 198 479 habitants) 14.
Le pays, dont le relief s'élève vers le nord, des étendues lagunaires aux modestes
hauteurs de la frontière guinéo-malienne, est marqué par la nette opposition bioclimatique qui
existe entre le Sud quasi équatorial, et la zone tropicale à savane du Nord.
La Côte-d'Ivoire se divise en deux zones climatiques. Au sud, le climat subéquatorial,
est marqué par des températures toujours supérieures à 18 °C, une forte humidité et une
amplitude thermique pratiquement nulle. Au nord, le climat est de type tropical soudanien, avec
une saison faiblement humide et une saison sèche (novembre-mai) placée sous l'influence de
l'harmattan (vent sec et chaud du Sahara).
Quant au réseau hydrographique, les eaux, qui couvrent environ 4 462 km2, soit 1,38 %
de la superficie totale du pays, sont constituées au sud par l’océan (Atlantique), les lagunes dont
les plus célèbres sont les complexes Aby-Tendo-Ehy, Ebrié, Grand-Lahou-Tadio-MakeyTagba, ainsi que d'eaux mortes. De nombreux cours d’eau avec souvent des débits extrêmes,
drainent tout le territoire. Au nombre de ceux-ci figurent quatre grands fleuves qui sont le
Cavally (700 km), le Sassandra (650 km), le Bandama (1 050 km) et la Comoé (1 160 km). A
cet ensemble s’ajoutent d’autres cours d’eau importants formants des bassins versants
indépendants, ainsi que plusieurs ruisseaux et étendues marécageuses
Aussi, elle comprend trois grandes zones agro-écologiques : forêt dense humide (ou
zone guinéenne) au sud, savane humide (ou zone soudanienne) au nord, zone de transition forêtsavane (ou zone soudano-guinéenne) au centre. La zone guinéenne est sans conteste la plus
densément peuplée, en raison des fortes migrations dont elle a été l’objet. En effet la zone
forestière qui représente 47% de la superficie totale du territoire national, concentre à elle seule
78% de la population totale contre 22% pour la zone des savanes. Une des conséquences de ce
phénomène est la pression sur les terres cultivables et l’atteinte prononcée du couvert forestier.
Le patrimoine forestier de la Côte d'Ivoire a fortement diminué dans les dernières décennies en
partie à cause d'une exploitation à outrance des ressources sans réelle politique de reboisement.
14
Estimations de 2013 sur la base du RGPH de 1998 (Institut national de la statistique)
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
17
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Ainsi, la forêt couvrait 12,5 millions d'hectares dans les années 60 alors qu'elle
représente aujourd'hui environ 3 millions d'hectares plus 1,6 millions d'hectares dans les parcs
nationaux.
2. Caractéristiques démographiques15
La population totale de la Côte d’Ivoire qui s’élevait à 15 366 672 habitants (RPGH de
1998) est aujourd’hui estimée à 21 991 170 habitants avec un taux de 2,68%. Cet accroissement
rapide est en partie imputable à l’immigration continue de populations étrangères. Le
recensement général effectué en 1998 révèle en effet un taux d’étrangers de 26 %, soit plus du
quart de la population totale. Composée d'une forte proportion de jeunes (en 1998 de 53 % de
la population a moins de 20 ans, contre 4 % pour les personnes âgées), la population ivoirienne
est inégalement répartie sur le territoire national. Les variations s'observent d'une région à
l'autre, mais également entre zones rurales et zones urbaines.
La densité moyenne est de l’ordre de 57 habitants/km², mais 78 % de la population occupent
47 % du territoire national dans le sud forestier, alors que les 22 % de la population restant
occupent 53 % de la superficie du territoire national dans la zone de savane. Le taux de
croissance de la population urbaine est évalué à 4,2 % entre 1988 et 1998. Le taux
d’alphabétisation en 2011 était de 56,9% d'adultes et 67,5% de jeunes16.
3. Caractéristiques économiques et Organisation administrative
L’économie ivoirienne est caractérisée par une forte dualité entre « un secteur moderne
qui représente environ 7 % des emplois (dont 60 % dans le privé et également 60 % d’emploi
qualifiés, cette proportion étant plus forte dans le public que dans le privé) et un secteur
informel qui en représente par complémentarité 93 % »17. Ces tendances sont restées
relativement pour ce qui est du secteur informel, et une diminution forte de la proportion de
l’emploi agricole (de 55 % en 1985 à 31 % en 2005)18 et une augmentation concomitante de
l’emploi informel non agricole. Ce dernier, accueille ceux qui ne veulent pas devenir
agriculteurs et qui ne trouvent pas d’emploi dans le secteur moderne, il sert de réservoir tampon
avec une productivité moyenne du travail au fur et à mesure que les nombres qui s’y trouvent
augmentent. Au niveau de l’agriculture, une part prépondérante est de type informel.
Concernant le secteur industriel, il se partage entre le moderne et l’informel, ce dernier
représentant environ 60 % des effectifs globaux.
Le territoire ivoirien est subdivisé en 14 districts dont 2 autonomes (Abidjan et
Yamoussoukro), 30 régions, 81 départements, 390 sous-préfectures, 1 000 communes urbaines
15
Données INS
Données de l’Institut de statistique de l’UNESCO
17
La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement / La Banque mondiale – RCI :
SYSTEME EDUCATIF DE LA COTE D’IVOIRE, Etats Unis, 2011
18
Idem
16
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
18
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
et rurales. Chaque entité est respectivement dirigée par un gouverneur de district, un préfet de
région, un préfet de département, un sous-préfet et un maire.
II.
LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN
1. Caractéristiques géographiques et physiques
Situé au Sud-Est de la Côte d’Ivoire, Le district Autonome d’Abidjan est limité au nord
par le département d’Agboville, au sud par l’Océan Atlantique et le département de GrandBassam, à l’Est par le département d’Alépé, à l’Ouest par le département de Dabou.
Le district Abidjan a un relief qui est constitué de plateaux et drainé par des talwegs. Le
plateau d’Abobo se situe dans la partie Nord (pente supérieur à 4%), à l’Ouest le plateau du
Banco (pente inférieur à 4%). On retrouve aussi des plateaux de fortes pentes au niveau
d’Attécoubé, des cuvettes difficiles à drainer comme Abobo et des zones marécageuses à l’Est
de l’île de Petit Bassam.
Le District se caractérise par un important plan d’eau Lagunaire (15 % de sa surface)
favorable à la navigation fluviale et d’un vaste cordon littoral. Ces lagunes morcèlent le site et
rallongent les distances par des détours.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
19
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
En effet ces lagunes dont la plus importante est la lagune Ebrié qui s’étend sur près de 120km
de part et d’autre de la ville lui donne certes un cachet esthétique particulier, mais constitue un
sérieux obstacle pour sa bonne structuration et son fonctionnement. Les nombreuses baies et
thalwegs qui les prolongent créent des ruptures dans l’organisation de la ville et y
maintiennent des zones marécageuses insalubres et impropres à l’urbanisation.
La région d’Abidjan est à un climat tropical de type subéquatorial, chaud et humide. Il
est soumis à deux saisons de pluies (la grande saison d’Avril à Juillet puis la petite saison de
Septembre à Novembre) et deux saisons sèches (la grande saison de Décembre à Mars, puis la
petite saison de Juillet à Septembre).
Quant à la végétation, elle occupe une superficie de 12 850 ha soit 6% du territoire du
district. Le parc national du Banco (3759 ha) et la forêt classée d’Anguédédou (9100 ha) sont
les deux plus vastes forêts de l’Agglomération. La forêt du Banco qui constitue le poumon vert
de la ville est aussi un obstacle au développement urbain et à l’établissement du réseau routier
imposant des détours.
2. Caractéristiques démographiques
Le recensement général de la population et de l’habitat réalisé en 1998 par l’INS fait
ressortir une population totale de 3 125 890 habitants pour le District d’Abidjan avec un taux
d’accroissement annuel de 3,7 % contre 3,3 sur le plan national. Le taux d’urbanisation de
l’agglomération est évalué à 95,8 % ce qui explique la forte croissance de la ville.
Les estimations faites à partir du taux de croissance annuelle de 3,7% fixe la population
en 2028 à 9 997 557 habitants. Ainsi dans 18 ans Abidjan sera une ville de 10 millions
d’habitants. Les problèmes de logements devraient s’accentuer de plus en plus si des résolutions
ne sont pas prises dès maintenant.
Tableau n°: Tendance d’évolution de la population du District d’Abidjan
Communes
Abobo
Adjamé
Anyama
Attecoubé
Bingerville
Cocody
koumassi
Marcory
Plateau
Port Bouët
Songon
Treichville
Population
1988
399609
200106
162399
132067
228801
146312
11872
163876
108292
Population
1998
638 237
254 290
138 296
207 586
56 357
251 741
317 562
117 748
10 365
211 658
53 289
120 526
Taux de
croissance
3,7
Population
2013*
1061413
422894
229992
345224
93724
418655
528118
195819
17237
351996
88622
200439
Population
2028*
2041278
813298
442313
663924
180247
805145
1015661
376594
33150
676947
170435
385480
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
20
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Yopougon
Total
375745
1929079
688 235
3 125 890
1144562
5198479
2201187
9997557
Graphique 2: Tendance d’évolution de la population du
District d’Abidjan
Population
12000000
10000000
8000000
6000000
4000000
2000000
0
1988
1998
2012
2030
Source : DCGTx (1988), INS (RGPH 1998),
*Estimation
3. Organisation administrative
Abidjan est un territoire composé de 13 communes dont 10 anciennes :Abobo, Adjamé,
Attecoubé, Cocody, Koumassi, Marcory, Plateau, Port-Bouët, Treichville et Yopougon et trois
nouvelles :Anyama, Bingerville et Songon, qui constituent les futures zones d’extension de
l’agglomération.
De création légale récente par la loi n° 2001-478 du 09 août 2001, le District Autonome
d'Abidjan est une collectivité territoriale dotée de la personnalité morale et de I’ autonomie
financière couvrant un périmètre d'environ 53 kilomètres sur 40 autour de la ville d'Abidjan,
soit environ 212.000 hectares. II compte quatre noyaux urbains: Le principal est la ville
Abidjan, ville cosmopolite située au Centre-Sud du District, et les communes d’Anyama au
Nord, de Bingerville à l’Est et de Songon à l’Ouest, constituent les trois autres noyaux urbains
du District.
Le district autonome d’Abidjan demeure sous tutelle de l’état et est composée de deux
parties (Abidjan nord et Abidjan sud) avec les dix communes suivantes :

Abobo, c’est l'une des communes les plus peuplées du district car elle regroupe environ
1 061 413 habitants sur une superficie de 8 200ha. Elle joue depuis longtemps le rôle de
refuge pour les migrants ayant peu de moyens financiers. A l'origine, ce quartier fut
l'une des premières stations de trains, une gare ferroviaire installée sur le chemin de fer
Abidjan–Niger reliant la Côte d'Ivoire au Burkina Faso. il s'est développé spontanément
autour de la gare.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
21
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)

Adjamé, se trouve être la plus vieille souche Abidjanaise. Ce quartier est
aujourd'hui un centre de négoce intense ou les commerçants se sont rapidement
installés et est également le lieu de la plus importante gare routière du pays à
partir de laquelle les lignes de bus irriguent tout le pays ainsi que les pays voisins.

Yopougon, est un immense quartier populaire situé à l'ouest d'Abidjan, et se
trouve entre la forêt du Banco et la lagune. Au cours des années 1970, c'est le
champ de Yopougon qui fut désigné pour devenir la grande zone d'extension
d'Abidjan et abriter les importants programmes de l'Etat en matière de logements
sociaux. La station de recherche de l'ORSTOM (Office de la Recherche
Scientifique et Technique d'Outre-Mer) et l'Institut Pasteur sont installés à
Yopougon. Une zone industrielle s'y est implantée ainsi qu'un CHU moderne

Plateau : C'est le centre des affaires dont les grands immeubles donnent un aspect
très moderne à Abidjan. Le Plateau avec ses nombreux immeubles surplombe la
lagune Ebrié. Depuis la création du quartier ferroviaire, il accueille le terminus
de la ligne de chemin de fer n'a pas cessé de se développer pour devenir le centre
administratif, commercial et financier de la Côte d'Ivoire.

Attécoubé est situé sur une butte dominant la bai du Banco, et elle est longtemps
demeuré un simple village peu touché par l'urbanisation qui se développait dans
les localités voisines Au début de l'ère coloniale, Attécoubé a été le premier
témoin du négoce d'exportation de bois. Les grumes d'acajou, niangons, sipos,
sambas, framiré et autres billes de bois transitaient par la lagune jusqu'aux
navires chargés de les emporter en Europe. Ces grumes de bois font encore partie
du paysage d’Attécoubé. Par ailleurs, la commune englobe la totalité des 3000
hectares constituant le parc national du Banco.

Cocody : la renommée de cette localité résidentielle s'est construite autour de
son quartier des ambassades, où de spacieux jardins surplombant la lagune
enjolivent de fort belles demeures avec une architecture luxueuse. Cocody a
l'énorme avantage d'être un faubourg autonome : la plupart des pôles primaires
et secondaires y sont regroupés qui, s'ajoutant l'université, l'Ecole Nationale
d'Administration, l'Institut des Arts, etc… en font un véritable centre culturel.
Cette commune constitue le pôle éducatif du District Autonome d’Abidjan. La
Radiotélévision diffusion Ivoirienne (RTI) y est également installée Avec ses
hôpitaux, ses marchés réaménagés et ses divers centres commerciaux (dont
l'Espace Latrille, abritant la plus grande galerie commerciale de la sous-région.

Koumassi est un village traditionnel d'Ancien Koumassi étant rattaché à la
commune de Marcory et le Nouveau Koumassi qui reflète une autre commune
à caractère urbain. Elle bénéficie d'une zone industrielle qui lui garantit un
certain équilibre entre les emplois et les logements.

Avec ses terrains marécageux et couverts de broussailles, Marcory a longtemps
été jugée à peu près inconstructible. Jusqu'au jour où des particuliers ont pris
l'initiative de remblayer la presqu'île et de mettre en valeur la cité. Aujourd’hui
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
22
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
cette commune fait partie du domaine communal. Faisant également partie du
domaine communal, la zone 4C abrite à la fois des industries et des villas, selon
le système usuel des concessions où les logements sont contigus à l'usine.
Marcory renferme encore des villages tels que Biétry, Vieux Koumassi,
Anoumabo qui se distinguent par leurs églises chrétiennes ou harristes, toujours
présentes

Port-Bouët est étalée tout le long du littoral sur une dizaine de kilomètres audelà du canal de Vridi, et s'est en fait vers 1930 que Port-Bouët commença à être
habité avec la construction du wharf qui draine à ce moment toute une activité
de manutention des marchandises. La deuxième étape du développement de cette
commune remonte à la création du port, en 1950. Usines et entreprises se
multipliaient ensuite à Vridi qui devint la principale zone d'emplois d'Abidjan.
Porte d'Abidjan par excellence, Port-Bouët a en son sein l'aéroport international
d'Abidjan.

Treichville, vit le jour à partir de 1910 sur une île inhabitée, juste en face du
Plateau, où venait d'être construite la gare de la RAN, terminus de la voie ferrée.
En 1936, le quartier bénéficia des travaux de réalisation du canal de Vridi,
assurant la liaison entre le Plateau et le chantier sur le cordon lagunaire. Lorsque
le port d'Abidjan fut construit en 1950, Treichville devint le principal pôle de
développement des industries et des entrepôts commerciaux qui s'installèrent
dans les Zones I, II, III.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
23
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 2 : L’ENSEIGNEMENT SUPRIEUR EN CÔTE D’IVOIRE
I.
GENERALITES : Tendances et faiblesses de l’enseignement supérieur
en Afrique subsaharienne
1. L’accès limité et la demande croissante
L’accès aux établissements d’enseignements supérieurs se révèle encore insuffisant
dans ce système, malgré le fait que paradoxalement, c’est celui où les taux d’accroissement les
plus élevés de ces dernières années ont été relevés. Selon l’Unesco, les indicateurs de
développement affichant un ratio population étudiante / population totale est particulièrement
faible.
L’enjeu pour le continent africain est de faire face à la croissance explosive des effectifs
dans l’enseignement supérieur. Ainsi, les effectifs scolarisés en Afrique subsaharienne sont
passés de 200 000 à 4,5 millions entre 1970 et 2008 selon le rapport de la Banque Mondiale.
Cette augmentation fulgurante des effectifs a été soudaine et peut en partie s’expliquer par le
développement de la scolarisation au niveau secondaire. Les universités, peu préparées aux
répercussions d'un tel accroissement ont tenté d’accorder des places à cette nouvelle masse
d’étudiants au détriment de la qualité de l’enseignement. Ce manque de places au sein des
universités est d’autant plus alarmant qu’on constate que la participation à l’enseignement
supérieur des populations d’Afrique subsaharienne est très en dessous de la moyenne mondiale.
En effet, leur taux brut de scolarisation (TBS) est de 6% en 2007 contre un taux brut mondial
de 28%, selon les données statistiques de l’Unesco.
2. La qualité
Le nombre croissant des étudiants favorise l’émergence d’un certain nombre de
difficultés, notamment l’insuffisance des capacités d’accueil des infrastructures qui sont très
limités, le manque d’équipements et de matériels didactiques.
Les inscriptions dans les établissements d’enseignement public augmentent plus
rapidement que leurs budgets, ce qui implique une diminution de ressources par élève et la
baisse de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage. A cela s’ajoute une grave crise des
effectifs du personnel enseignant, traduisant l’effet combiné du nombre limité d’étudiants
sortant de l’enseignement supérieur, de la fuite des cerveaux, du faible effort de recrutement du
personnel et des mesures insuffisantes d’incitation des enseignants à rester en poste et une grave
asymétrie entre le contenu, la structure et les méthodes d’enseignement des programmes d’une
part et les compétences exigées par les futurs employeurs d’autre part.
-des cadres réglementaires d’accréditation et d’assurance de la qualité généralement inefficaces,
ce qui entrave la capacité des institutions privées à soutenir la concurrence avec les institutions
publiques ;
-une gouvernance laissant à désirer et une gestion rigide des établissements publics
d’enseignement tertiaire qui entravent l’innovation et la réforme.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
24
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
3. Gestion : Intrusion d’intérêt politique dans l’enseignement supérieur
L’université africaine est devenue un enjeu politique de taille à un tel point que de
nombreux problèmes auxquels elle est confrontée, ont des racines dans les conflits politiques.
On assiste fréquemment aux grèves, et aux années blanches qui ne cessent de se succéder
notamment au Congo et au Burkina Faso. De plus, la mauvaise gouvernance dont font preuve
beaucoup de dirigeants a pour corollaire la mauvaise définition des priorités, mettant
l'enseignement supérieur dont le rôle est reconnu par tous, au dernier plan.
À cela il faut ajouter la mauvaise gouvernance qui caractérise ces pays dont la
conséquence est la mauvaise définition des priorités, reléguant l’enseignement supérieur, dont
le rôle est pourtant reconnu par tous, au second plan.
II.
LES DIFFICULTES L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR EN COTE
D’IVOIRE19
L’instabilité politique, les mauvaises orientations éducationnelles, et l’ingérence
politique dans les affaires universitaires ne favorisent pas le développement d’un système
d’enseignement supérieur compétent. Le dispositif d’enseignement supérieur est
essentiellement sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Scientifique. On dénombre ainsi en 2012–2013 :
 5 universités publiques :
Cocody : l’Université Félix Houphouët-Boigny
Abobo-Adjamé : l’Université Nangui Abrogoua
Bouaké : l’Université Alassane Ouattara
Daloa : l’Université Jean Lorougnon
Korhogo : l’Université Péléféro Gbon Coulibaly
 4 grandes écoles publiques dont deux écoles professionnelles (ENSEA, INP-HB) et
deux écoles de formation de formateurs pour les enseignants du secondaire (ENS et IPNETP) ;
Il existe en outre, un certain nombre d’établissements qui dispensent des formations
post-baccalauréat. Ce sont en général des écoles spécialisées rattachées à des ministères
techniques. Elles sont au nombre de 31.
Trois universités en cours de réalisation : l’université de Man, l’Université de Bondoukou et
l’Université de San-Pedro. Il est prévu à Aboisso un village universitaire.
Il convient cependant de préciser que les établissements privés ne sont pas encore
d’ampleur. La majorité est jeune et très peu développées, notamment au plus infrastructurel.
19
L’essentiel des données présentées dans cette partie ont été extraites de : République de Côte d’Ivoire : LISTE
EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVES DE TYPE POST-BTS,
DESPRIV-MESRS, Abidjan, Octobre 2013 ; République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES
ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVES DE TYPE UNIVERSITAIRE, DESPRIVMESRS, Abidjan, OCTOBRE 2013 ; République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES
ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVES DE TYPE BTS, DESPRIV-MESRS, Abidjan,
OCTOBRE 2013
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
25
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Mais leur offre technique et professionnelle soulage quelque peu l’enseignement supérieur
public.
D’une manière générale les difficultés de l’enseignement supérieur en RCI sont liées à l’accès,
la gestion, le financement, l’équité et le rendement.
1. L’accès…
Le nombre de bacheliers en Côte d’Ivoire ne cesse de s’accroitre. Les nouveaux
bacheliers dont le nombre est relativement important sont des rescapés d’un système éducatif
quelque peu déficient20 dont l’amélioration en cours conduirait certainement dans les
prochaines années, à décupler d’avantage ce chiffre.
La principale caractéristique de cette évolution est qu’elle traduit plutôt une volonté
politique de remplissage non soucieuse, ni de la nécessité d’une adéquation entre la formation
et les besoins du marché de l’emploi, ni, par conséquent, des objectifs de développement du
pays, comme l’attestent les programmes inadaptés, aux contenus dépassés, l’absence de liens
avec les milieux professionnels, les offres de formation sans rapport avec les bassins d'emplois,
notamment dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des
mathématiques et l’orientation des étudiants dans les différentes filières de formation.
En 1 983, le ratio était de 18 étudiants pour 1 enseignant, en 2 000 il est passé à 43 et ce
ratio continue de croitre. Il était déjà largement supérieur aux normes de l'UNESCO (25
étudiants pour 1 enseignant).
Le système était gravement gangrené par de nombreuses pratiques hétérodoxes :
Les «cas» ou inscriptions parallèles
Les inscriptions parallèles, qui consistent, pour l’essentiel, dans des transferts irréguliers
de milliers d’étudiants orientés dans les établissements privés vers les universités publiques,
moyennant parfois des pots de vin, s’opéraient au mépris des critères de sélection définis. Elles
gonflaient considérablement les effectifs et faisaient largement déborder les capacités d’accueil.
les inscriptions pédagogiques irrégulières
Les inscriptions pédagogiques effectuées généralement au détriment des inscriptions
administratives, rendaient difficiles voire impossibles le contrôle et la régulation des effectifs.
La situation à l’Université de Cocody donne une illustration saisissante à cet égard, où le service
de la scolarité se trouvait dans l’impossibilité matérielle de donner des statistiques fiables sur
le nombre d’étudiants qui y étaient inscrits.
20
En effet, une étude de la Banque Mondiale sur le système éducatif ivoirien a démontré que 70 % de la classe
d’âge à accès au primaire (30 %, non), 46 % achèvement au moins le primaire (54 %, non), 33 % ont accès au
secondaire et 25 % à la classe de 3ème, 13 % atteignent la classe de seconde et 10 % la terminale.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
26
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
‘‘Le parapluie atomique’’21
Selon une étude que le service de la scolarité de l’université vient de réaliser à la
demande du Ministère de tutelle, un peu plus de 6000 étudiants, qui n’ont pas encore obtenu le
diplôme de la Maîtrise normalement préparé en 4 ans, ont actuellement, une durée effective
d’étude comprise entre 8 à 16 ans, preuve d’une efficacité interne médiocre.
2. La gestion et le financement…
La gestion est aussi confrontée à des problèmes, comme un manque d’autonomie. En
effet, on observe une indépendance (financière et décisionnelle) outré de l’université vis-à-vis
de l’instance politique, qui s’ingère et s’impose dans les affaires universitaires.
Les nombreuses difficultés relevées dans le système d’Enseignement Supérieur et de
Recherche Scientifique trouvent, en grande partie, leur origine dans le type de Gouvernance
mise place par les textes en vigueur. « Il convient donc de procéder à une révision des textes
portant organisation et fonctionnement des universités, grandes écoles et centres des œuvres
universitaires. »22
Le cadre juridique et institutionnel a été a subi une importante et profonde modification.
Ainsi un décret a été pris par le Gouvernement, qui abroge et remplace les décrets de 1996 et
2001, relatifs à l’organisation et au fonctionnement des universités et au mode de désignation
de leurs responsables.
L’insuffisance, l’irrégularité, la réduction drastique, le caractère aléatoire et l’inadéquation
des ressources mobilisées constituent un handicap au développement de la recherche et ont
conduit à une dispersion de son dispositif.
En effet, la Côte d’Ivoire ne consacre qu’environ 0,4 de son PIB, alors que la norme,
conformément au plan de Lagos de 198023.
Les moyens mis à la disposition de la recherche universitaire sont en inadéquation avec
le potentiel intellectuel et les perspectives qui s’offrent à ces institutions pour peser sur le
développement aussi bien industriel que socio-économique. Les appuis financiers sont obtenus
sur des projets, des programmes internationaux et des activités d’expertise. D’ailleurs, ce
dernier pan des activités de recherche reste encore dans l’informel. Les sollicitations se font à
titre individuel, plus du fait de connaissances que de compétences reconnues et recherchées
pour une activité précise.
L’Etat a assuré « le financement majoritaire des actions urgentes »24, démontrant ainsi
une volonté politique forte d’impulser un changement radical dans l’enseignement supérieur et
Il est utilisé quand l’étudiant se trouve en 4ème année. L’étudiant ne peut plus être renvoyé après avoir repris
son année plus de deux fois.
22
Côte d’Ivoire : - L’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire Bilan, actions réalisées
et perspectives. – MESRS, Abidjan, 2012
23
Le plan Lagos a été élaboré en 1980 et recommande aux pays d’Afrique d’affecter au moins 1% de leur PIB à
la recherche
24
Les mesures d’urgence ont consisté dans diverses opérations pour permettre une reprise des activités dans les
structures d’enseignement supérieur et de recherche scientifique dans les conditions appropriées à une formation
21
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
27
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
la recherche scientifique. Pour cela, la part consacrée à l’Education en général et à
l’Enseignement supérieur en particulier, ainsi qu’à la Recherche Scientifique dans le budget de
l’Etat, devra être substantiellement augmentée.
Le financement du budget de l'Université de Cocody provient de deux sources. La
première source est constituée par la subvention de l'État. L'université reçoit plus de 95% de
ses ressources du gouvernement. Les ressources propres de l'Université de Cocody sont de
l'ordre de 5%. Elles comprennent les frais de scolarité, les droits d'examens, les droits
d'inscription, la vente des différents imprimés et le produit de la location des kiosques. En plus,
le bénéfice d'un dépôt à terme à la Caisse autonome d'amortissement (CAA) d'environ 100
millions de FCFA rapporte des intérêts qui sont pris en compte dans la préparation du budget.
Le budget de l'Université de Cocody se répartit de la manière suivante: la solde
représente plus de 70%, les journaliers 0,0 3%, l'exploitation 22,71% et l'équipement 0,05%.
Le budget a connu une évolution régulière depuis 1973 jusqu'en 1998 avec des pointes en 1993
et 1998. En effet, il est passé de 785 millions de FCFA en 197 3 à 14 155 millions de FCFA en
1999. La revalorisation consécutive à la dévaluation n'a pas eu d'incidence sur le
fonctionnement réel de l'université puisque 70% de ce budget sont consacrés à la solde. En
1993, le budget prenait en compte celui de l'ex-CNOU. C'est ce qui justifie la différence de plus
de 6 milliards de FCFA avec l'année précédente.
Le coût moyen de l'étudiant ne cesse d'augmenter fortement depuis 1983. Malgré
l'augmentation du budget, les moyens propres de l'université restent insuffisants. Il faut donc
que l'université crée des sources de financement sans toutefois pénaliser les étudiants par une
augmentation des frais d'inscription25 déjà difficile à supporter par certains étudiants.
3. L’équité et le rendement 26…
C'est la question de l'égalité des chances entre tous les enfants de toutes les couches
sociales; égalité des chances entre ruraux et citadins; égalité des chances entre hommes et
femmes.
Présentes au primaire, les disparités sociales se creusent fortement à partir du
premier cycle secondaire pour s’accentuer par la suite. Le genre et la zone d’habitat constituent
des facteurs discriminants. C’est ainsi que l’on trouve que les garçons ont 11% plus de chances
que les filles de fréquenter le primaire pour atteindre 47% au secondaire et 60% au supérieur.
Les garçons ont deux fois plus de chances que les filles de fréquenter les études supérieures.
Ces disparités ont tendance à se creuser davantage selon les zones (le taux d’accès à l’école est
supérieur à 80% à Abidjan et dans la région Centre Ouest, alors qu’il n’est que de 35% dans la
région Nord et 41% dans la région Nord-Ouest), le niveau des populations et les confessions
de qualité. Côte d’Ivoire : - L’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire Bilan, actions
réalisées et perspectives. – MESRS, Abidjan, 2012
25
Les frais d’inscriptions augmenteront dans 3 ans Alors que l’étudiant ne déboursait que 6000 f CFA pour son
inscription, les nouveaux frais seront fixés à 100 000 f CFA pour la Licence, 200 000 f CFA pour le Master et 300
000 f CFA pour le Doctorat. RFI : Côte d'Ivoire: explosion des frais universitaires à Abidjan, RFI, Mardi 31 Juillet
2012
26
UNESCO - DOCUMENT DE PRESENTATION DE L'ETAT DES LIEUX RENFORCEMENT DES
CAPACITES DES ENCADREURS PEDAGOGIQUES ET FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS :
COTE D’IVOIRE,-UNESCO-CHINA, Février 2013 et La Banque Internationale pour la Reconstruction et le
Développement / La Banque mondiale – RCI : SYSTEME EDUCATIF DE LA COTE D’IVOIRE, Etats Unis,
2011
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
28
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
religieuses (90,3% de garçons chrétiens contre 64,4% de garçons musulmans; 86,6% de filles
chrétiennes contre 51,1% de filles musulmanes). Ces disparités influent également la qualité
de l’enseignement. Les enseignants dans les zones urbaines bénéficient d’un encadrement plus
régulier que ceux des zones rurales
L'effectif des étudiants, comme dans les universités de Cocody et de Bouaké, a connu
une évolution. Les statistiques de 1992 à 2001 montrent que le nombre d'étudiants à l'ouverture
a doublé. Sur un effectif total de 4 842 étudiants inscrits à Bouaké, pendant l'année 2000/2001,
les garçons représentent 85% de l'effectif, les filles 15%. On peut dire que très peu de filles
accèdent aux études supérieures. Le constat est le même aux universités de Cocody et de
Bouaké.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
29
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 3 : LA QUESTION DU LOGEMENT ESTUDIANTIN
DANS LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN
I.
LES RESIDENCES UNIVERSITAIRES EN CÔTE D’IVOIRE :
ANALYSE GENERALE
Le Centre National des Œuvres Universitaires (CNOU) a été créé le 1er janvier 1964
par le décret N° 64-318 du 17 août 1964. Ce centre sera fusionné avec l’Université d’Abidjan
par le décret N° 92-592 du 30 septembre 1992 et la direction sera assurée par le recteur de
l’Université. Deux ans plus tard, le CNOU sera séparé de l’Université par le décret 94-372 du
1er Juillet 1994. Dans le souci de la décentralisation qui a vu la création de l’Université de
Bouaké et des Unités Régionales de l’Enseignement Supérieur (URES) de Daloa et de Korhogo
(devenues depuis Universités), le CNOU sera scindé en trois entités par le décret N°97-21 du
15 Janvier 1997 portant création de Centres Régionaux des Œuvres Universitaires. Ce sont :



Le Centre Régional des Œuvres Universitaires d’Abidjan (CROU-A)
Le Centre Régional des Œuvres Universitaires de Bouaké (CROU-B)
Le Centre Régional des Œuvres Universitaires de Daloa (CROU-D)
Trois (3) Centres Régionaux des Œuvres Universitaires (CROU) apportent leur appui
au bon fonctionnement du dispositif en fournissant des prestations sociales qui portent
essentiellement sur le logement la restauration et les activités extra-universitaires. Ce sont les
CROU d'Abidjan, de Bouaké et de Daloa qui offrent globalement une capacité d'accueil
d’environ 15 000 lits.
Une déconcentration du dispositif, marquée notamment par l'éclatement de l'Université
nationale de Côte d'Ivoire et la création de cinq universités autonomes (Abobo; Bouaké;
Cocody ; Daloa; Korhogo);
1. Le CROU d'Abidjan ou CROU A
Le siège du Centre Régional des Œuvres Universitaires d’Abidjan est situé à Cocody sur le
campus de l’Université Félix Houphouët Boigny. Les résidences universitaires sont implantées
dans diverses communes de la ville d’Abidjan, notamment :




Cocody (Cité Mermoz, Château d’eau, Saint Jean et le Campus)
Adjamé (Cité des 220 logements et de Williamsville)
Abobo (Cités Abobo 1 et 2)
Port-Bouët (Cité Port-Bouët et de Vridi)
Le CROU-A compte 11 130 lits. Les attributions, l’organisation, et le fonctionnement du
CROU-A sont déterminés par le décret N° 97-22 du 15 janvier 1997. En effet le CROU-A est
chargé :

d’assurer la gestion des résidences universitaires, des restaurants universitaires et des
services qui s’y rattachent
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
30
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)



d’assurer les soins de santé aux étudiants
de développer les activités sportives et culturelles au profit des étudiants
de développer et soutenir toutes les initiatives de nature à améliorer les conditions de
vie et de travail des étudiants.
2. Le CROU Bouaké ou CROU B
Le CROU B a été créé pour développer et soutenir toute initiative de nature à améliorer les
conditions de vie et de travail des étudiants à Bouaké et à Korhogo,
Le CROU dispose de quatre (04) cités universitaires :
- Campus 1 + un restaurant
- Campus 2
- Cité forestière
- Cité Universitaire de Korhogo + un restaurant.
- En prévision des résidences universitaires privées.
A Bouaké, suite à l’autorisation du gouvernement, le CROU B a eu recours aux cités
privées. Il vienne d’en acquérir une, qui est le foyer catholique et une autre au niveau du centre
culturel Jaques Aka où il désire loger aux filles. Il y aussi la cité américaine, la cité de la paix
qui logent les étudiants en médecine et la cité du lac qui permet de loger les étudiants de master
et ceux du doctorat. Mais la demande reste toujours élevée.
Dans la ville de Korhogo, quelque 18 résidences dotées d’environ 2200 lits ont été
accordées aux étudiants de l’université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo.Des villas et des
immeubles ont été cédés aux étudiants, afin de leur permettre de travailler dans de meilleures
conditions et résoudre les problèmes de logements. Ces logements ont été acquis grâce à des
négociations entre les responsables de l’université et des opérateurs économiques soutenus par
le ministre d’Etat Amadou Gon Coulibaly.
Certaines résidences disposent d’une infirmerie et d’une salle d’observation. Les
années précédentes, environ 200 étudiants logeaient au sein de l’internat du lycée Houphouët
Boigny.
Cependant, il y a un sérieux problème du transport, les étudiants ne disposent que de
deux cars et les résidences sont éloignées de l’université.
Photo 1 : Résidence universitaire de l’université Peleforo Gon Coulibaly de korogho
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
31
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Outre ses besoins indispensables, l’université Gon Coulibaly souffre également d’un
manque d’équipements d’accueil. Ce qui complique la situation des étudiants dont la plupart
n’ont pas de tuteur.
En attendant la construction d’une cité universitaire, quelques étudiants seront logés,
dans les prochains mois, dans les locaux de l’ancien internat du lycée Houphouët-Boigny. Les
bâtiments sont en réhabilitation. La capacité de cette cité est estimée à 530 lits. La plupart des
étudiants seront donc obligés de trouver eux même un logement.
Et en ce qui concerne l’internet, les étudiants devront attendre. Avec le système LMD
(Licence-Master-Doctorat), l’accent est mis sur les recherches personnelles donc les étudiants
sont obligés d’aller dans les cybercafés ayant un débit insuffisant pour faciliter l’accès à
internet.
3. Le CROU Daloa ou CROU D
A Daloa, les infrastructures n’ont pas subi assez de dommages suit à la crise qu’à
traverser le pays. Les capacités d’accueil qui sont de 472 lits (pour 707 étudiants). L’état de
délabrement avancé des cités universitaires nécessite des grands travaux nécessaires avant la
prochaine ouverture des universités. En attendant la construction d’une résidence, il a été
évoqué la possibilité de la location d’un espace qui pourrait accueillir 1 000 lits.
II.
SITUATION DES CITES UNIVERSITAIRES DANS LE DISTRICT
AUTONOME D’ABDJAN
1. Analyse des cités existantes
Il n'existe pas de cadres réglementaires pouvant emmener les fondateurs des écoles
supérieures privées à construire des logements pour leurs étudiants car il existe dans ces
établissements des étudiants logés par l’Etat. Si les structures d’enseignement supérieur privé
disposaient d’établissements d’accueil, cela réduirait la charge de l’Etat. Ainsi, quand bien
même le nombre d'école supérieure augmente, le nombre de cités universitaires diminue. C'est
dire que si rien n'est fait, le problème actuel de logement estudiantin, deviendra une très grande
crise à la longue.
Il y a 15 cités universitaires à Abidjan:
- 4 cités sur le campus de l’université Houphouët Boigny avec une capacité totale de 3
857 lits
- 3 cités dans la commune de Cocody avec une capacité de 2 588 lits
- 2 cités dans la commune d’Abobo, avec une capacité de 2 346 lits
- 2 cités dans la commune d’Adjamé, avec une capacité de 418 lits
- 4 cités dans la commune de Port-Bouët, avec une capacité de 1 921 lits
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
32
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
 Accès aux cités ou résidences universitaires
L'accès est exclusivement réservé aux étudiants régulièrement inscrit dans une université
publique ou une grande école publique et aussi aux étudiants affectés par l’Etat dans les
établissements privés.
Le loyer mensuel est de:
 6 000 FCFA par mois, pour la chambre double,
 10 000 FCFA par mois, pour la chambre individuelle
 Les équipements d'accompagnement
Il existe des équipements que partagent tous les étudiants sur le campus: le restaurant,
les aires de jeux, la bibliothèque universitaire, des infirmeries etc. Les équipements
universitaires sont quasi inexistants pour la plupart.
 Les cités universitaires à Abidjan
Il y a 4 cités dortoirs situés sur le site du campus universitaire et 11 situées en ville.
Les 11 bâtiments du campus ancien ont été rafraichis par la réhabilitation. Les fenêtres
en bois ont fait place à des vitres. Les cadres des fenêtres et des portes ont épousé d’autres
formes architecturales. Les jeunes plants de gazon autour des bâtiments et des résidences
donnent un éclat verdoyant à l’environnement du campus ancien.
*Toutes les chambres ne sont pas fonctionnelles pour la plupart car elles sont en train d’être
réhabilités. Seules les cités du campus de Cocody ont fini d’être réhabilitées.
Au total, avec 11 130 logements pour près de 100 000 étudiants, l’offre de logement représente
près de 11 places pour 100 étudiants dans le DAA.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
33
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Tableau 1: localisation et capacités d’hébergement des résidences universitaires d’Abidjan
Zone
Nombres de lits
CITES DU CAMPUS DE COCODY
Campus ancien
Campus INSET
Campus 2 000
Campus 2 001
TOTAL
503
860
1 226
1 268
3 857
CITES DE COCODY
Mermoz
Château d’eau St Jean
Riviéra
TOTAL
1 552
648
388
2 588
CITES D’ABOBO
Abobo I
Abobo II
TOTAL
1 098
1 248
2 346
CITES D’ADJAME
Williamsville
220 logements
TOTAL
336
82
418
CITES DE PORT-BOUET
Port-Bouët I
Port-Bouët II
Port-Bouët III
Vridi
TOTAL
TOTAL GENERAL
864
210
572
275
1 921
11 130
Source : CROU
A l’université FHB, les campus ont adopté un système de logement partagé qui permet
de créer des liens privilégiés entre les différents colocataires. L'attribution des logements est
faite par le CROU et les chambres doubles se présentent comme suit :
A l’intérieur de chaque chambre se trouve les toilettes (douche-WC). On y trouve aussi les
chambres individuelles et elles sont différentes des chambres doubles. Elles ont en leur sein les
douches mais les WC sont situés en dehors des chambres, au centre du bâtiment sur chaque
palier.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
34
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Photo 2: Campus de l'université FHB
Photo 3: Campus de l'université FHB
Croquis 1 : chambre individuelle au campus FHB
Croquis 2 : chambre double au campus FHB
La cité rouge auparavant faisait l’état d’un bâtiment laissé à l’abandon suite aux
pillages subis pendant la crise mais elle a été totalement réhabilitée et peut accueillir les
étudiants de l’ENSEA. Ses chambres sont individuelles et ont à peu près la même
configuration que celles du campus de l’université FHB mais elles ont en plus des de petites
kitchenettes mal ventilées entre deux chambres.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
35
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Croquis 3 : Chambre individuelle de Château d’eau St Jean
Les quatre bâtiments de la cité de Williamsville à Adjamé sont dans un état de
décrépitude et d’insalubrité avancé. Toutes les chambres sont squattées par ces FRCI ainsi que
leurs familles et connaissances. ce qui est le plus frappant, ce sont ces fenêtres et portes
emportées, volées et remplacées par de vieux draps, des pagnes ou des bâches noires de fortune;
ce sont également ces balcons qui servent de séchoir et de buanderie.
La cité des 220 logements à Adjamé, de Port-Bouët III, d’Abobo 1 et 2, sont aux mains
également des FRCI.
Photo 4 : La cité universitaire d’Abobo
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
36
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Photo 5 : La cité universitaire 2 d’Abobo
En plus de l'occupation illégale des cités universitaires, les Forces républicaines de Côte
d'Ivoire louent certaines chambres aux populations comme c'est le cas à Port-Bouët.
Les chambres de la cité universitaire de Port - Bouët II sont louées selon des informations en
notre possession entre 15.000 et 20.000 francs CFA par mois et les bénéficiaires ne sont autres
que les FRCI. Nous apprenions plutard que les locataires des chambres de cette cité utiliseraient
l'eau et l'électricité gratuitement.
La cité universitaire de Port-Bouët, peinte en rose, située non loin de l’abattoir est à
l’abandon. Les chambres ne disposent ni fenêtres ni de portes. Les placards, les lits, les WC,
les robinets ont été démontés et emportés. Il ne reste que les murs des bâtiments. L’enceinte de
la cité universitaire est devenue un dépotoir et un WC à ciel ouvert.
2. Le rôle du transport dans le logement estudiantin
Le transport est un maillon essentiel dans la vie d’un étudiant. Plus de 70% des écoles
supérieurs sont situés dans la commune de Cocody alors qu’elle abrite une petite partie des
étudiants. Les autres étudiants venants des autres communes, sont confrontés à l’insuffisance
ou l’indisponibilité des véhicules de transport surtout ceux du secteur public. Cette situation
perturbe le déplacement des étudiants, ce qui se traduit par le renchérissement des coûts des
transports.
Aujourd’hui, rares sont les étudiants qui sont propriétaires d’un véhicule ou qui ont un
véhicule privé à leur disposition. La majorité d’entre eux utilisent les transports en commun. Il
existe une société de transport public appelée SOTRA qui aide les étudiants dans leur
déplacement quotidien.
Pour l’étudiant d’Abidjan, il y a 5 moyens de déplacements de son lieu d’habitation vers
établissement :
 L’étudiant qui se déplace à pieds: celui-ci habite dans les environs de son établissement
et vit en colocation ou chez ses parents. Ils sont 9% qui pratiquent la marche à pied.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
37
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)

Moyen de transport en commun public assuré par la SOTRA. La Société des transports
d’Abidjan (SOTRA) est une société d’économie mixte créée en 1960 avec une mission
de service public de transport collectif dans le périmètre des communes d’Abidjan. La
SOTRA couvre une très grande partie de la ville d’Abidjan. 73% des étudiants utilisent
ce moyen de transport. L’Etat a acquis de nouveaux bus en vue de renforcer les lignes
existantes. Mais cela reste insuffisant, pour la population estudiantine car elle n’est pas
la seule à emprunter ce moyen de déplacement et les bus restent toujours ‘bourrés’ aux
heures de pointe.
Photo 6 : Bus
type articulé SOTRA
Photo 7 :
Bus type express
 Les opérateurs autres que la SOTRA sont titulaires d’une autorisation de transport
délivrée par l’autorité organisatrice des transports. Il s’agit de personnes physiques ou morales
(sociétés commerciales, coopératives …) propriétaires de véhicules de transport, organisées en
syndicats professionnels de transporteurs. Il en existe plusieurs : les minicars appelés
communément ‘Gbaka’, les taxis communaux appelés ’wôrô-wôro’ qui des lignes précises dont
le coût du transport varie de 150 à 800f ; et les taxis intercommunaux dont le prix de location
est fonction de la distance à parcourir, ils conduisent les clients à l'endroit souhaité.
-
Les taxis-compteurs
Le secteur est très éclaté. La réglementation relative aux taxis-compteurs
horokilométriques est notamment prévue par l’arrêté interministériel n° 58 MTPTCU/MC du
12 octobre 1978 fixant les conditions d’identification des taxis urbains. Le District délivre les
autorisations relatives à l’exploitation des taxis urbains.
-
Les ‘Gbakas’
Les ‘Gbakas’ sont des minibus assurés par des véhicules de capacité comprise entre 15
et 37 places assises et soumis à l’autorisation de transport délivrée par le ministère des
transports qui précise l’itinéraire à exploiter.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
38
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
-
Les ‘Woro-woros’
Les ‘Woro-woros’ sont des taxis collectifs communaux qui réalisent des dessertes
locales de proximité. Les autorisations sont délivrées par les communes et concernent en
principe des dessertes intra-communales ; les dessertes intercommunales sont du ressort de la
ville d’Abidjan.
 Le moyen de transport privé : 2% des étudiants sont conduits en voiture personnelle à
l’école par leur parent ou un chauffeur.
Les dépenses des étudiants en transport
Selon notre enquête, 70% des étudiants dépensent moins de 5 000 FCFA dans le transport par
jour. Parce qu’ils possèdent une carte de bus délivrée par la SOTRA au prix de 3 000f,
certains pratiquent la marche à pied et d’autres empruntent de temps à autre un taxi communal
pour se rendre dans un arrêt de bus quand ils sont en retard.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
39
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 4 : BILAN DE L’ANALYSE DES RESIDENCES
UNIVERSITAIRES DANS LE DISTRICT AUTONOME
D’ABIDJAN
I.
EXPLOITATION DES RESULTATS
Les conditions de logements des étudiants sont très diverses, notamment en termes de taille,
de confort et de coût. Le fait d’habiter ou non chez les parents constituent un facteur de la
diversité des modes de vies des étudiants.
Les étudiants sont répartis dans le DAA de façon éparpillée. 2% de la population
estudiantine vit à Bingerville. Cela est dû au fait que cette commune débuté son processus
d’urbanisation et ne compte que très peu de maisons à louer selon le maire de ladite commune.
Tableau 2:Lieu de résidence
Désignation
Abobo
Adjamé
Anyama
Attécoubé
Bingerville
Cocody
Koumassi
Marcory
Plateau
Port-Bouët
Songon
Treichville
Yopougon
Campus
Total
Total
52
35
4
10
7
52
26
17
0
35
0
17
88
7
350
Pourcentage
15%
10%
1%
3%
2%
15%
7%
5%
0%
10%
0%
5%
25%
2%
100%
Source : notre TPFE
Les enquêtes effectuées de la vie étudiante permettent de dégager trois catégories
d’étudiants en fonction de leur type de logement : les étudiants qui vivent chez leurs parents ou
gratuitement (62 %), ceux qui vivent en résidence collective (2 % en résidence ou cité
universitaire) et ceux qui vivent en location (36 %). Le fait d’habiter ou non chez les parents
constitue un facteur de la diversité des modes de vie étudiants.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
40
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Tableau 3 : type de logement des étudiants
Total Pourcentage Désignation
Désignation
126
36% Location seule
Locataire hors de la cité
Pourcentage
8%
Location à plusieurs
Logé dans une cité
universitaire
7
Logé gratuitement
Familial
Total
70
147
350
2% Location seule
1%
Location à plusieurs
20%
42%
100%
-
28%
1%
Source : notre TPFE
Tableau 4 : Montant de l’aide financière perçue
Total
Pourcentage
Désignation
70
20%
Moins de20 000 FCFA
70
20%
20 000-39 000FCFA
158
45%
40 000-59 000FCFA
52
15%
60 000FCFA et plus
350
100%
Total
Source : notre TPFE
Il ressort des enquêtes effectuées sur le terrain, que les principales origines ressources
financières de l’étudiant sont : les parents et le travail qu’il effectue à temps partiel. Les aides
universitaires et les ressources familiales. Seulement 15% de la population enquêtée sont
boursiers. Vu le montant de la bourse, et les dépenses qu’ils ont a effectué, Il leur fallait donc
compenser par une activité salariée.
Tableau 5: Origines ressources financières
Total
Pourcentage
Désignation
140
40%
Parents
70
20%
Travail
140
40%
Les deux
350
100%
Total
Source : notre TPFE
-
Les ressources familiales
Elle est la principale source de revenue de l’étudiant. La majorité des étudiants non
boursiers reçoivent de leurs parents chaque mois de l’argent. Cette assistance permet à ces
derniers de résoudre principalement les frais inhérents à leur formation, le loyer pour certains,
de même que l’alimentation, etc. L’étudiant n’étant pas la seule personne prise en charge par le
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
41
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
chef de famille, ne reçoit parfois de certains parents qu’un minimum de financement. Une aide
qui est toutefois complétée par des produits d’entretiens et alimentaires.
-
Le travail
En plus des études pour subvenir à leur besoin, les étudiants travaillent dans de petites
filiales (souvent les structures d’évènementiel qui recrutent les hôtesses et les protocoles pour
une rémunération d’au moins 10 000 francs CFA par prestation) ou mettent sur pied un petit
projet (les jeunes font des cabines téléphoniques ou de petits kiosques à journaux) ou encore un
commerce (il arrive qu’un(e) étudiant(e) achète des marchandises pour les revendre afin d’en
tirer un quelconque bénéfice).
Tableau 6:En location - coût du loyer
Montant
Total
Pourcentage
5
4%
Moins de 20 000 FCFA
94
71%
20 000-40 000 FCFA
25
19%
40 001-60 000 FCFA
9
6%
60 000FCFA et plus
133
100%
Total général
Source : notre TPFE
 Les endroits les plus habités par les étudiants…
Les endroits les plus prisés par les étudiants en dehors des cités universitaires, sont les
alentours des universités et grandes écoles. Les loyers y coûtent excessivement chers. D’abord
le coût de vie est élevé de plus les promoteurs immobiliers qui s’investissent dans le logement
des étudiants proposent des coûts exorbitants et des contrats trop lourds à supporter. Ils profitent
de la demande devenue très forte, pour augmenter renchérir le coût et les loyers des maisons.
Les cités universitaires et les alentours des universités et des grandes écoles sont habités
par très peu d’étudiant, moins de 10%27 des étudiants. La stratégie de certains étudiants est de
se mettre ensemble à 3, à 4 ou même plus pour louer un studio non loin des établissements
d’enseignement supérieur. Du fait de l’engorgement de la commune de Cocody et même du
Plateau et aussi du coût élevé de la vie, beaucoup d’étudiants vont trouver des logements
ailleurs, notamment dans les nouvelles zones d’extension de la ville, (Bingerville, Abobo,
Yopougon...). Dans ces communes périphériques, le loyer est acceptable.
Tableau 7 : Zone d’habitat préférentiel des étudiants
Désignation
Total
Pourcentage
95
27%
Anyama
Bingerville
Songon
255
0
73%
0%
Selon le CROU moins de 10% des étudiants vivent aux alentours des structures d’enseignements supérieurs et
dans ce pourcentage, il y a les étudiants qui vivent dans les quartiers précaires non loin de l’université et des
grandes écoles de Cocody. Le loyer est à partir de 5 000f et plus selon la volonté de l’étudiant de loger avec un
colocataire
27
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
42
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
350
100%
Source : notre TPFE
Total
La zone d’habitat préférentiel des étudiants est la commune de Bingerville. Ceci
s’explique par la présence majoritaire des établissements supérieurs dans la commune de
Cocody. Bingerville est la zone périphérique continue de Cocody.
Le confort des logements
38% des étudiants trouvent la qualité de leurs cadres de vie médiocre, 32% pensent le contraire
et les trouve à la limite de l’acceptable, tandis que 22% le trouve bon et 8% de ces étudiants
disent être dans de très bonne condition de logements.
Tableau 8 : Le confort des logements
Total
Désignation
133
Médiocre
112
Acceptable
Bon
77
Très bon
Total
28
350
Pourcentage
38%
32%
22%
8%
100%
Source : notre TPFE
Tableau 8:Intention d’intégrer une nouvelle cité
Réponse
Oui
Non
Sans réponse
Total général
Total
Pourcentage
245
88
17
350
70%
25%
5%
100%
Source : notre TPFE
70% des étudiants désirent intégrer une nouvelle cité qui répond à leur besoin et leur permet
d’étudier en toute quiétude en se préparant son entrée dans la vie active. Ils doivent tout d’abord
quitter le nid familial. La séparation d’avec le milieu familial constitue parfois une certaine
solitude, à laquelle s’ajoutent des changements de vie qui sollicitent une autonomie nouvelle,
dans un univers totalement étranger, celui de la grande ville, de l’université et de son campus.
Si la rupture se réalise avec une certaine difficulté, elle est aussi considérée comme bénéfique
car initiatique. Elle constitue un passage nécessaire pour développer son autonomie ; elle fait
partie de ces rites de passages banalisés qui marquent l’entrée du jeune dans la vie adulte.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
43
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
SYNTHESE DE L’ANALYSE
II.
Notre analyse peut être récapitulée à travers un tableau SWOT (Strenght, Weakness,
Opportunities, Threats) c'est-à-dire l’analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces de
la commercialisation des produits vivriers dans le District d’Abidjan.
Tableau 9: Analyse SWOT
Forces
Faiblesses

Allègement des taxes et impôts dans la  Le déficit des structures d’accueil et insuffisance
construction des logements sociaux…y
des équipements d’accompagnement
compris le logement étudiant
 Spéculation des coûts de logements du secteur
privé
 L’intrusion des intérêts politiques
 La dispersion des structures d’enseignement
supérieur dans le tissu urbain ainsi que des
étudiants dans le DA
Opportunités
Menaces




L’existence de schéma directeur
Disponibilité foncière
L’existence de programme
présidentiel d’urgences et de
financement
La forte quantité d’emplois générés
par le secteur du logement


Absence des textes réglementaires spécifiques au
logement estudiantin
Absence d’un système efficace d’information
dans le secteur privé du logement estudiantin
Les étudiants d’aujourd’hui n’ont pas grand-chose en commun avec ceux des
générations précédentes, si ce n’est par leur statut. Ils sont à la fois plus nombreux, mènent des
études plus longues, mais sont aussi plus mobiles à travers tout le territoire et au-delà des
frontières. Inversement, des étudiants étrangers viennent faire des stages ou se spécialiser dans
les universités et aussi dans les grandes écoles d’Abidjan comme ENSEA… et il faut donc
développer des structures d’accueil.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
44
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Deuxième partie : Propositions
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
45
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
POINT INTRODUCTIF
Notre analyse nous a permis de dégager cinq points de sensibilité concernant le
logement estudiantin à Abidjan. Nous les présentons et énonçons relativement chacun d’eux,
les options idoines pour l’espace universitaire afin de loger convenablement les étudiants.
Celles-ci déterminent les principaux axes de nos propositions.

Le rythme d’évolution de l’activité universitaire
Les effectifs étudiants sont en pleine croissance et pourtant les capacités des cités
universitaires restent très faibles. Les anciens établissements de formation subissent des
réformes affectant l’occupation de l’espace ; de nouveaux sont créés au besoin.

Les TIC dans l’enseignement supérieur
Les Technologies de l’information et de la Communication (TIC) font désormais partie
intégrante de l’enseignement supérieur. On les trouve dans presque toutes les universités du
monde. Il faut donc en tenir compte dans la programmation de l’architecture des équipements
universitaires.
Ce sont des lieux de production de l’information numérique et ils constituent le cœur
des ressources technologiques de l’université moderne. Ce sont également des instruments
incontournables de la mondialisation.

L’insertion urbaine de la cité universitaire
Il est nécessaire d’intégrer la cité universitaire dans le tissu urbain pour le bon
fonctionnement et la qualité de cet espace. Ceci afin de ne pas trop isoler les étudiants du monde
extérieur et de leur permettre d’avoir une desserte viaire adéquate, l’accès facile aux
équipements et services urbains. Aussi la sécurisation du domaine, la maîtrise foncière des lieux
environnants…, sont autant de paramètres à prendre en compte.
Le centre-ville est congestionné, de nouvelles cités universitaires ne peuvent être
construites que sur le site du campus et dans les nouvelles zones d’expansion de la ville.

Le management de l’espace
Les besoins en surface des établissements d’accueil ont toujours tendance à augmenter
et à changer en raison de l’effectif croissant des étudiants. Etant donné qu’une réelle flexibilité
est difficile à obtenir, il est indispensable d’avoir une vision anticipative, prospective et
holistique pour guider la gestion de l’espace des cités universitaires.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
46
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 5 : PROPOSITIONS A L’ECHELLE DE LA VILLE
D’ABIDJAN
En vue de réaliser notre projet et de répondre aux problèmes identifiés, notre stratégie
s’appuie sur des axes stratégiques, ceux-ci se composent de différentes actions aux résultats
convergents qu’il faudra mener pour résoudre les problèmes constatés lors de l’analyse. Il y
va de la viabilité et la durabilité du projet.
La question de l’approvisionnement et de la distribution alimentaire en milieu urbain mettant
en relations plusieurs déterminants dont les objectifs commerciaux et de développement
urbain, doit être abordée selon une vision à long terme. En effet les tâches à exécuter sont
multiples et ne peuvent donner des résultats que dans la durée. Cette vision permet d’avoir des
actions efficaces et d’avenir en les organisant par phases (court et moyen terme).
I.
LA MISE EN PLACE D’UN CADRE INSTITUTIONNEL ET
REGLEMENTAIRE
Toute politique de développement doit s’opérer dans un cadre, institutionnel et
réglementaire adéquat. L’objectif visé à travers cet axe est d’améliorer le cadre institutionnel,
et règlementaire afin d’être en phase avec les exigences du contexte actuel et de répondre aux
besoins tant de la population estudiantine locataire que des propriétaires.
Le MESRS et le CROU ont doivent en premier lieu réunir les différents acteurs du
logement étudiant en Côte d’Ivoire (notamment des syndicats étudiants, des présidents
d’associations sur le logement ainsi que les investisseurs privés, Syndicat des opérateurs
immobilier, La municipalité, Le MCLAU, Les experts du domaine de la construction :
architectes, urbanistes, ingénieurs etc., Les responsables des écoles supérieures et des
universités), afin de réfléchir ensemble à de nouvelles propositions.
Ils devront s’accorder sur les paramètres et des mesures dans le cadre de la création
d’une cité universitaire c’est-à-dire :
 La surface de la chambre qui ne doit pas être inférieure à 9m²….
 Des équipements de proximité qui doivent accompagner les cités universitaires ;
 Le coût d’accès qui ne doit pas dépasser la capacité constructive de l’étudiant (le
montant du loyer mensuel que l’étudiant est capable de payer).
Axe n°1 : CONSOLIDER LE LOGEMENT ESTUDIANTIN
 Protéger les étudiants locataires de logements de micro-surfaces
C'est à dire une meilleure protection des locataires de logements de micro-surfaces (avec
des mesures pour lutter contre les loyers excessifs). Une plateforme devra être crée pour
afficher les loyers observés dans le District Autonome d’Abidjan dans les différentes communes
(moyenne de loyers au mètre carré, par taille et par localisation).
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
47
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)

Maintenir l’effort de l’Etat sur la durée
Le gouvernement doit continuer son effort de financement de construction de nouveaux
logements, en poursuivant le plan de financement mais aussi en s'assurant du suivi du
programme d’urgences visant à construire et à moderniser les résidences et les logements.
II.
LE CADRE INCITATIF
Axe n° 2 : DONNER DE LA VISIBILITE AUX OFFRES DE LOGEMENTS ETUDIANTS
 Mettre en place un TABLEAU DE BORD des offres du logement étudiant :
Le tableau de bord permettra de recenser les détails de l'offre de logement étudiant et
chaque année d'évaluer les progrès réalisés. Le nombre de logements devrait être doublé d’ici
2030 avec plus d’offres. Il faut prévoir un agrandissement du nombre de places disponibles
pour permettre d'accueillir plus d’étudiants.

Un PORTAIL UNIQUE pour trouver des logements étudiants :
Un portail unique du logement étudiant devra être proposé par le CROU dans chaque
région, regroupant l'ensemble des offres du CROU et celles des autres bailleurs. Faciliter la
visibilité des annonces, et aussi permettre à tous les acteurs de proposer des annonces de
logement.
Axe n° 3 : PLUS D'OFFRES ET PLUS D'AIDES POUR LE LOGEMENT ETUDIANT
 Mettre en place des schémas directeurs pour le logement étudiant
Recenser les besoins ainsi que toutes les offres publiques, pour chaque campus universitaire.
Puis décider des implantations, des aménagements, des espaces verts au sein des résidences
universitaires, et des équipements sportifs ou encore culturels.

Créer un FORUM du logement étudiant où les étudiants pourront s'informer
Un forum devra être organisé dans chaque site universitaire au mois de juillet où les
étudiants pourront avoir accès à des offres de logements dans le secteur public et privé.

Instaurer un label "CROU- PRIVE" pour les logements dans le parc privé
Ce label de reconnaissance a pour objectif d'inciter les propriétaires de logements privés
à louer leurs logements aux étudiants, dans des bonnes conditions de salubrité, taille... Le
CROU-PRIVE aide les propriétaires à trouver des locataires et en échange le propriétaire peut
toucher directement les aides de l'Etat.

Renforcer la lutte contre les pratiques frauduleuses
Des sanctions devront être prises à l’encontre des abus dont sont victimes les étudiants.
L'objectif est d'améliorer les relations des bailleurs et des locataires étudiants. A savoir, un
renforcement notamment contre des pratiques frauduleuses (logement micro-surfaces,
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
48
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
insalubre...). Poursuivre les actions de contrôle menées par l’Etat, qui devra aussi mettre en
place une structure de contrôle pour mener à bien la lutte

Mettre en place une caution CROU pour les étudiants
Proposition d'une caution CROU qui servira aux étudiants de garantie de paiement de
loyer et de charges locatives auprès de leur bailleur. Un élargissement à tous les étudiants pour
le bénéfice de la Garantie pour les Risques Locatifs. Enfin, la création pour le privé d'un contrat
de location unique, un bail unique qui permettra à la fois de faciliter les démarches et
d’augmenter leurs chances de trouver un logement.
Axe n° 4 : MIEUX PROTEGER LES ETUDIANTS
 Mieux assister tout au long de l’année les étudiants en difficulté
Offrir une assistance aux étudiants pour mieux les informer sur le cadre juridique de la
location, leurs droits et devoirs et les conditions des baux, et ainsi mieux les armer et les
prémunir contre les abus.
Axe n° 5 : RENFORCEMENT LA CITE UNIVERSITAIRE
 Garantir l’investissement des promoteurs privés
Le foncier est le socle de toute opération immobilière. C’est pourquoi pour chaque type
d’investisseurs, l’Etat doit garantir le terrain. Il faudra un contrôle rigoureux avant la délivrance
du permis de construire.
- Le type d’investisseurs privés qui construisent sur des terrains publics. L’Etat doit
garantir le terrain pour le privé afin qu’il l’exploite convenablement pour le bien de tous.
Il s’agit notamment de la concession. Ou le terrain peut être fourni aux investisseurs
par l’Etat sous forme de bail. Le privé construit les cités issues du projet initié par l’Etat,
les exploitent sur une période pouvant lui permettre de rentabiliser son investissement
et les cèdent à titre définitif à l’Etat.
- Les investisseurs privés qui construisent sur des terrains privés. L’Etat doit veiller à ce
qu’aucune cité ne soit construite sur un terrain qui fait l’objet de conflit.

instaurer une campagne d’information dans chaque commune
L’Etat doit mener une large campagne publicitaire pour expliquer et souligner
l’importance du projet de cités d’étudiants. L’accent sera mis sur les possibilités pour le privé
de bénéficier à travers ce projet.

Réduire les taxes et impôts
Cela consiste pour l’Etat à amoindrir les taxes inhérentes aux cités universitaires privées
(impôts, taxes foncières, etc.). De plus, certains services peuvent être offerts à moindre coût
voire gratuitement (eau, électricité, etc.).
L'ensemble de ces mesures et de ces paramètres doivent être annoncées et largement
communiquées avec à chaque fois des retours d'expériences réalisées dans certaines villes, reste
à voir concrètement les actions sur le terrain et l’aboutissement de ces derniers.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
49
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
III.
PHASAGE DES ACTIONS A ENTREPRENDRE
Les actions à mener seront échelonnées sur 15 ans et seront repartis en court, moyen, et long
termes. La répartition des actions sur cette période se fera en fonction de :



La priorité : les actions prioritaires seront programmées dans le court terme, tandis que
les autres le seront dans le moyen terme.
Les sources de financement : les actions de différentes sources de financement
pourront s’exécuter de façon concomitante tandis que celles de même source de
financement seront classées par ordre de priorité.
Les actions nécessitant des investissements lourds courent sur une longue période
Tableau 10: Phasage des actions à entreprendre
N° Actions à entreprendre
Court terme Moyen terme Long terme
(0 à 5 ans) (5 à 10 ans)
(10 à 15 ans)
Axe n°1 : CONSOLIDER LE LOGEMENT ESTUDIANTIN
1
Protéger les étudiants locataires de logements de
micro-surface
2
Maintenir l’effort de l’Etat sur la durée
Axe n° 2 : DONNER DE LA VISIBILITE AUX OFFRES DE LOGEMENTS ETUDIANTS
1
Mettre en place un TABLEAU DE BORD des
offres du logement étudiant
2
Un PORTAIL UNIQUE pour trouver des
logements étudiants
Axe n° 3 : PLUS D'OFFRES ET PLUS D'AIDES POUR LE LOGEMENT ETUDIANT
1
Mettre en place des schémas directeurs pour le
logement étudiant
2
Créer un FORUM du logement étudiant où les
étudiants pourront s'informer
3
Instaurer un label "CROU- PRIVE" pour les
logements dans le parc privé
4
Renforcer la lutte contre les pratiques
frauduleuses
5
Mettre en place une caution CROU pour les
étudiants
Axe n° 4 : MIEUX PROTEGER LES ETUDIANTS
1
Mieux assister tout au long de l’année les
étudiants en difficulté
Axe n° 5 : RENFORCEMENT LA CITE UNIVERSITAIRE
1
Garantir l’investissement des promoteurs privés
2
Instaurer une campagne d’information dans
chaque commune
3
Réduire les taxes et impôts
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
50
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 6 : PROPOSITIONS D’AMENAGEMENT
I.
LA DIMENSION URBANISTIQUE DU PROJET
Dans cette partie, il s’agit de formuler des recommandations qui permettront d’améliorer de
façon substantielle l’environnement du logement estudiantin mais aussi de garantir une
intégration effective de la cité estudiantine dans son environnement.
La qualité et la quantité des équipements d’accueil font défaut. Il est nécessaire de
prendre des mesures qui améliorent le secteur du logement estudiantin. Cependant l’approche
pour l’amélioration du secteur du logement estudiantin ne doit pas se faire de façon isolée mais
de façon cohérente avec le reste des établissements d’accueil et aussi des écoles et universités
d’enseignement supérieur publique, sans oublié les besoins des étudiants du DAA. La réflexion
et les actions doivent être menées du DAA et le développement doit être abordé dans toute sa
globalité.
Il est question de favoriser le rééquilibrage territorial de l’offre de logements pour
étudiants et son adéquation avec la demande locale exprimée. Il s’agit de lutter contre les
déséquilibres observés au sein du DAA afin de permettre une égalité de traitement des étudiants
dans l’ensemble du District.
La capacité d’accueil dans le DAA doit être élargie. De nouveaux campus doivent être
prévus afin de répondre à la demande estudiantine. Il sera question donc de regrouper les
étudiants dans les différentes cités à prévoir, afin de mieux les aider surtout en matière de
transport. Il est aussi nécessaire de créer des partenariats public-privé.
La localisation des cités à proximité des établissements d’enseignement est également
mise en avant, surtout par les étudiants de 1re année qui ont des horaires parfois relativement
contraignants. Ils apprécient ainsi les gains de temps par rapport aux contraintes des
déplacements, tels les changements de bus qui impliquent souvent des attentes assez longues.
“Pour les étudiants, le mode de déplacement est plus volontiers la marche à pied, le vélo et le
bus que la voiture”. C’est souvent cette proximité qui oriente le choix vers une cité universitaire.
C’est donc dans le souci d’une meilleure organisation du logement estudiantin mais aussi
de planifier le développement de celui-ci que nous proposons le plan de localisation des futures
cités universitaires.
 Un impératif : l’accès aux transports en commun pour une meilleure insertion
urbaine de la cité universitaire de Bingerville
Le premier impératif en matière d’insertion urbaine est évidemment la desserte en transports en
commun. La bonne desserte de la cité universitaire par les transports en commun est également
une garantie d’accès à l’ensemble des équipements universitaires nécessaires aux étudiants
lorsque ceux-ci ne sont pas à proximité (accès aux bibliothèques de l’université …).ou qu’ils
exercent une activité rémunérée et ont des horaires décalés.
Aussi pour faciliter la vie quotidienne et pour de bonne condition d’étude, il est
important que notre cité de Bingerville soit desservie par les transports en commun. Il faudra
donc développer le transport de bus au niveau de notre site. La liaison entre la cité universitaire
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
51
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
et le centre-ville constitue un impératif. Plusieurs lignes de desserte doivent être organisées. Un
créneau favorable de transport urbain. La municipalité pourrait confier son exploitation à un
promoteur privé…mais il existe déjà une compagnie de transport SOTRA qui a une gare non
loin de notre site.
Puisque étant l’université la plus proche et que la cité de Bingerville sera habité
majoritairement par la population estudiantine de l’université de FHB, il nous incombe de rallier
notre cite d’abord à l’université FHB. Au sein de l’université se trouve une gare avec des lignes
de bus qui permet d’accéder aux différentes gares de SOTRA (la gare NORD à Adjamé, la gare
SUD au Plateau et la gare d’Abobo en passant par l’université NA). (Voir les lignes de bus en
annexes).
Partant de notre site, le temps mis pour joindre l’université est de 1h environ avec 6 arrêts
de bus, nous proposons donc un ajout de 12 bus sur la ligne avec une réserve de 2 bus. Il aura
donc 10 bus en activité.
Au-delà, nous énonçons quelques recommandations afin que soit assurée l’insertion urbaine de
cette cité ; de manière spécifique, que s’établisse une liaison entre sa logique d’aménagement
et son environnement.
 La protection des abords de la cité universitaire
Les dispositions doivent permettre de protéger les abords de la cité contre une
implantation d’activités incompatibles pouvant occasionner des nuisances au bon
fonctionnement de la cité. C’est pour cela que nous proposons une zone commerciale à l’entrée
principale de la cité.
1. Choix De La Commune Pilote
Les campus dans la ville ; la localisation d’une cité universitaire oscille entre deux
tendances :
 Soit au centre-ville : elle est dite motrice d’un dynamisme urbain lié aux activités des
étudiants. Le développement de l’enseignement supérieur en ville utilise en effet,
l’enseignement supérieur comme un élément d’attractivité et un facteur de développement
local. Ceci facilite le contact entre les étudiants et les entreprises, permettant ainsi une mise en
pratique de leurs connaissances. Mais le centre-ville est engorgé.
 Soit en périphérie : elle a une position isolée, calme qui permet aux étudiants de
travailler dans un cadre harmonieux. Elle appelle un développement de réseaux viaires afin de
faciliter la liaison avec le milieu urbain. Cette localisation offre la présence des parcs et des
jardins qui contribuent à mettre chaque étudiant en relation avec la nature.
 Détermination des critères de choix et méthode de sélection
L’espace d’étude, le District d’Abidjan étant très vaste, le choix d’une commune s’est
imposé afin de mieux cerner les problèmes et de faire des propositions pratiques
d’aménagement. Les critères qui seront définis serviront de base dans le choix de cette
commune pilote. Ceux-ci répondent chacun à une caractéristique recherchée. La méthode de
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
52
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
sélection choisie, sera tout simplement basée sur la commune ayant le plus respecter ces
critères. Cette sélection sera consignée dans un tableau.
 Critère n°1 : La commune doit avoir un poids démographique moins important (environ
100 000 habitants). Ce critère nous permettra de maîtriser le développement de la commune,
qui verra des activités s’installés suite à la construction d’une cité universitaire
La commune doit être, en plein développement et n’étant pas congestionné afin de désengorger
le centre-ville.
 Critère n°2 : La commune doit encore être en pleine expansion spatiale ou sujette à une
expansion spatiale importante. Avec des communes congestionnées au centre, il importe de
créer de nouveaux pôles de développement vers les communes périphériques.
 Critère n°3 : La commune doit être facilement accessible et avoir une bonne situation
géographique plus ou moins excentrique par rapport au centre-ville. Elle doit être à proximité
de la commune qui dispose de plus d’établissements d’enseignement supérieur. L’idée est la
recherche d’une meilleure accessibilité.

Critère n°4 : Une commune caractérisée par la proximité de la commune ayant une
puissante action éducative très importante. Afin de mieux cerner et même faciliter le
déplacement des étudiants de leur lieu d’habitation vers leur établissement supérieur.
Les universités et les grandes écoles publiques ayant la priorité.

Critère n°5 : La typologie des équipements d’enseignement supérieur, notamment les
grandes écoles et universités, doit être également représentative de ceux de l’ensemble
de la commune voisine.
Tableau 11:Choix de la commune pilote
Communes
Abobo
Adjamé
Anyama
Attecoubé
Bingerville
Cocody
Koumassi
Marcory
Plateau
Port-Bouët
Songon
Treichville
Yopougon
Critère n°1
Critère n°2
Critère n°3
Critère n°4
Critère n°5
Conclusion
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
53
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
La commune de Bingerville a été retenue par rapport aux critères mentionnés plus haut. Elle
constitue donc la commune pilote de l’étude. En plus des critères cités plus haut, la spéculation
foncière et la spéculation en matière de logements à Bingerville n’est pas aussi élevé que dans
le centre-ville.
2. La commune de Bingerville
Située à 18 kilomètres à l’est du centre-ville d’Abidjan, Bingerville est une ville
historique du sud de la Côte d’Ivoire. Sa création remonte à l’ère coloniale et repose en grande
partie sur son statut de capitale, acquis en 1900. A la suite du transfert de la capitale sur le site
d’Abidjan en 1934, Bingerville devint un centre urbain ordinaire.
Du fait de son positionnement à la périphérie d’Abidjan, Bingerville bénéficie d’un
statut particulier. La relative disponibilité en espaces urbanisables et l’existence d’un réseau
routier facilitant son accès, sont les principales raisons qui ont fait d’elle une ville dortoir.
Depuis 1975, la population de Bingerville n’a cessé de croître. Elle est passée de 18 000
habitants à 35 000 en 1998, soit un accroissement moyen annuel de 2,96%28. Les résidents29
de Bingerville exercent une activité professionnelle à Abidjan. C’est à dessein que l’Etat a
encouragé les promotions immobilières de On l’estime en 2010 à 50 000 habitants et 93724 en
2013. Outre sa fonction de cité dortoir, Bingerville est un important centre scolaire. C’est
d’ailleurs cette fonction héritée de son passé colonial qui s’est vue confirmer après
l’indépendance. La ville abrite diverses institutions scolaires et des centres de formation
professionnelle. A ce titre, elle a été le cadre de quelques investissements publics.
En dépit de ces atouts, Bingerville connaît une faible urbanisation. Le paysage urbain
se singularise par sa monotonie et sa vétusté. La dynamique spatiale est contrariée par la lenteur
de la mise en valeur des terrains urbains. La ville est restée des années durant composée par les
mêmes quartiers.
La confrontation entre droit coutumier et droit moderne constitue l’un des problèmes
majeur de la mise en valeur des domaines urbains. L’urbanisation de la ville amorcée par la
SICOGI s’en est trouvée fragilisée30. La mise en valeur du foncier à Bingerville fut donc
problématique. En effet, du fait de la proximité de la banlieue de la métropole abidjanaise, que
Bingerville intégrait progressivement, les autochtones craignaient de se voir phagocyter.
28
Ministère du Plan :- RGPH résultats provisoire. Abidjan, 4é édition, 1988
BNETD :- Projet de développement des communes côtières, communes de Bingerville, 1993
30
Kobo :- L’urbanisation et les droits coutumiers : Abidjan, cités africaines, 1985
29
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
54
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Carte 1: situation commune de de la Bingerville
En effet, s’opposant à l’application du droit foncier moderne, les populations
autochtones lotirent elles-mêmes leurs terres et procédèrent à des attributions familiales qui
furent ensuite l'objet de locations et de ventes. Les locations de terrains, mode le plus répandu,
répondaient au besoin de ne pas voir les terres échapper à leur contrôle.
Gbagba, le quartier précaire de Bingerville a été favorisé l’occupation anarchique de
l’espace par la population exerçant de petites activités. On y a observé la prolifération
d’habitations de type individuel bâties avec toutes sortes de matériaux.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
55
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Graphique 1:Evolution des espaces urbanisés de la ville de Bingerville
Les nombreux conflits fonciers ont favorisé une urbanisation parallèle donnant par
endroit à la ville l’aspect d’un village.
De nombreuses sociétés immobilières s'intéressent aux terroirs de Bingerville. La
spéculation foncière et la spéculation en matière de logement n’est aussiélevé qu’au centre.
Progressivement, de nouveaux quartiers ont contribué à rapprocher la ville de Bingerville de la
partie orientale de l’agglomération abidjanaise. Cette situation est nettement illustrée par les
nouvelles opérations immobilières réalisées sur les marges septentrionales (N’gotto,
N’gbromin) et occidentales (lotissements privés et villageois) de Bingerville.
La densité y est encore faible mais elle augmente rapidement. Les nouveaux
lotissements se présentent dans le tissu urbain comme des greffes juxtaposées au noyau initial.
Sa superficie bâtie est évaluée à plus de 1 000 ha en 2008 contre 118 en 1966.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
56
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
A cette fragmentation de l’espace depuis la colonisation, s'ajoute le morcellement du
site par de nombreux thalwegs, qui accentue la dualité du paysage urbain : d’un côté, la ville
légale, sur l'interfluve, et de l’autre, en contrebas, la ville spontanée, symbolisée par le
bidonville de Gbagba.
La mise en application de l'approche participative prévue par les textes législatifs a
contribué à restaurer la confiance entre les élus locaux et les populations autochtones.
Désormais, l’Etat, par le biais de la commune, est dans l’obligation de devoir de soumettre un
avis au maire pour approbation du lotissement. Une fois la municipalité avisée, la communauté
villageoise peut saisir un géomètre et procéder à un état des lieux. Celui-ci est approuvé par la
mairie puis par le ministère de la construction, après vérification par les géomètres de la
Direction de l’urbanisme. Puis un plan parcellaire est préparé ainsi qu’un arrêté d’ouverture
d’enquête. Cet arrêté revient au maire qui, en tant que président de la commission habilitée à
diriger l’enquête, informe les autres membres de la commission.
Selon les services techniques de la mairie, plus des deux tiers de la production de terrain
depuis 2002 émanent de la mairie et de la collaboration entre la mairie et les différents comités
villageois.
La ruée sur les terrains urbains à la périphérie du noyau initial de Bingerville se
présente comme une tendance forte. L’amélioration des liaisons entre Bingerville et Abidjan
par l’ouverture de deux lignes express par la SOTRA (Société de Transport Abidjanais)
accroît les mouvements pendulaires.
La configuration de la ville de Bingerville a considérablement évolué. En très peu de
temps, Bingerville s’est brusquement rapprochée d’Abidjan. La limite entre Abidjan et
Bingerville est devenue difficilement perceptible. La coalescence des fronts d'urbanisation des
deux villes est à présent source de maints litiges fonciers entre les communes de Bingerville et
de Cocody. La fulgurante croissance des périphéries urbaines met à l’ordre du jour l’épineuse
question de la délimitation des périmètres communaux et de la gestion du foncier.
3. Les options d’aménagement du site
 Présentation du site
Le site retenu pour la construction du la cité se situe en pleine zone d’extension. Il couvre une
superficie de 250 633.98 m² soit environ 26 ha et arboré de plusieurs arbres de hautes tiges. Il
a une forme presque rectangulaire. Il se compose en partie de plus de végétations que de bâtis.
Il est bordé à l’Est et à l’Ouest par deux (2) voies de 20 m, au Nord par la végétation, sujette à
une future extension de la ville et au Sud par une bretelle du boulevard Mitterrand venant de
la commune de Cocody.
 Topographie et Pédologie
A vue d’œil, le terrain paraît plat. Cependant après avoir consulté les documents
topographiques, on note de légère pente. La connaissance du sens de la pente de notre site nous
permettra par la suite de définir notre mode d’assainissement et d’évacuation des eaux pluviales.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
57
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Quant à la composition pédologique et édaphique du site, nous n’avons pas pu avoir les données
précises se rapportant à notre site. Cependant notons que les sols sur les plateaux du District
d’Abidjan sont presqu’exclusivement composés par des sables moyens à fins, latéritiques,
homogènes jusqu’à une profondeur de plusieurs dizaines de mètres.
-Ventilation naturelle
L’orientation et l’intensité des vents varient avec les saisons. Le schéma de répartition
des vents au sol dans le sud de la Côte d’Ivoire nous permet de distinguer le sens des vents
dominants qui soufflent la majeure partie de l’année, Sud-Ouest/Nord-Est. On note également
des vents latéraux légers de faible intensité qui suivent le sens Nord/Sud. La partie Sud et Ouest
du site se présente donc comme la zone la plus ventilée. Le projet devra être le moins compact
possible avec des composantes à hauteur raisonnable de sorte à faciliter la circulation de l’air
sur le site.
-Ensoleillement du site
L’ensoleillement varie également avec les saisons. Cependant nous n’avons pas pu
bénéficier de données nous permettant de déterminer l’intensité de l’ensoleillement durant
toutes les périodes de l’année. On peut néanmoins retenir que le soleil se déplace dans le sens
Est-Ouest. Afin de limiter les rayonnements, les bâtiments seront préférentiellement orientés
Nord-Sud avec des traitements particuliers (auvents, brise-soleil, etc.).
-Environnement et nuisances du site
Les nuisances liées à l’environnement du site, sont diverses. Cependant elles demeurent
principalement sonores, intra et extra site. Par rapport à l’environnement immédiat, la proximité
du boulevard Mitterrand et des voies bordant le site, du fait du trafic important de la circulation,
constitue la principale source de nuisance sonore. La partie Sud de la parcelle jouxtant la voie
se présente comme la plus exposée au bruit.
-Statut foncier du terrain
Cette zone doit faire l’objet de procédure de purges des droits coutumiers31 car le terrain
appartient aux communautés villageoises. Il a été porté une fois de plus à notre connaissance,
que les moyens étaient disponibles car le projet s’inscrivait dans le programme d’urgences du
pays. Le projet que nous proposons permettra de loger non seulement les étudiants de
l’université Houphouët Boigny de Cocody mais aussi beaucoup d’autres étudiants qui
fréquentent d’autres écoles s’inscrivant dans le secteur public.
Cette procédure consiste à racheter des terrains par l’Etat aux communautés villageoises pour des projets
publics au moyen d’indemnisations
31
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
58
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Schéma 1 : vue aérienne du site
Schéma 3 carte des pentes
Schéma 2 : topographie du site
Schéma 4 : ventilation du site
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
59
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Schéma 5 : Ensoleillement du site
II.
Schéma 6 : Nuisance sonore du site
PROGRAMMATION ARCHITECTURALE
Nous choisissons de développer la cité de Bingerville et en faire un projet pilote car, les
analyses ont montré que la situation est difficile pour l'ensemble des étudiants, mais elle l’est
davantage pour les étudiants de l’enseignement public.
Pour mener à bien notre projet, il est important pour notre étude de déterminer la
population cible. Nous nous intéressons aux étudiants de l’enseignement supérieur public de
la ville d’Abidjan.
Toutefois, vue la proximité avec l’université de FHB, et les difficultés qu’ont les
étudiants de cette université à se loger, on peut affirmer que cette cité sera habité
majoritairement par ses étudiants.
.
1. Analyse fonctionnelle
Les étudiants relient la fonction du logement à leur objectif du moment : bien mener
leurs études. Ils souhaitent un logement bien équipé, fonctionnel pour travailler en toute
quiétude, s’y détendre, recevoir. Ceux vivant à plusieurs souhaitent d’abord une organisation
de l’espace, telle que chacun dispose de son espace de travail. Ils aspirent à l’individualisation
de certaines fonctions, hygiène et soins corporels notamment. Ils apprécient de bénéficier de
certains services mais ne sont guère prêts à supporter un surcoût de loyer lié à une offre en
services trop sophistiqués.
Nous pouvons faire une analyse générale des différents types fonctions qui composent une
cité universitaire à partir de l’analyse fonctionnelle. Ce sont :
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
60
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Celle qui suppose la mise en place d’un cadre d’accueil répondant aux normes
internationales et de leur permettre aux étudiants d'apprendre leurs leçons en toute
tranquillité.
- celle qui offre les équipements d'accompagnement de qualité
À partir de ces deux éléments, nous proposerons pour notre conception, des chambres
tout en tenant compte de la manière de se loger et des équipements socioculturels, des
équipements marchands, et des espaces verts.
Afin de mieux comprendre l’emplacement et le rôle de chaque entité de la cité universitaire,
nous avons défini des zones en tenant compte des éléments présentant des caractéristiques
similaires.
 Zone de logement : destinée à recevoir le logement étudiant.
 Zone administrative : pour recevoir l’administration de la cité.
 Zone commerciale : nous allons mettre des espaces commerciaux. Nous allons mettre
des boutiques à louer aux privés qui desserviront les étudiants et les populations environnantes.
 Zone sportive : est réservée uniquement aux aires de jeux pour l'épanouissement des
étudiants.
 Zone verte : Ces espaces permettront de préserver de la biodiversité du site et la
redynamisation de l'environnement.
 Zone d'extension : Vu que les effectifs estudiantins augmentent rapidement, cette zone
servira à répondre aux besoins futurs d’extension de la cité.
Dans un premier temps, nous donnerons une définition qualitative des différentes
composantes du projet. Dans un deuxième temps, nous en définirons les surfaces
-

Définition qualitative des Composantes du projet
Les équipements propres aux cités universitaires, ne sont pas utilisés seulement par les
étudiants. Ils sont aussi utilisés par tout le quartier.
De ce fait, l'option fondamentale de nos propositions d'aménagement pour la cité
universitaire consiste à une différenciation de deux entités spatiales: l’espace public et l’espace
étudiants. Référence faite à la schématisation suivante :
 Espace public : destiné à recevoir les équipements d'accompagnement où les habitants
des quartiers environnants peuvent avoir accès.
C'est la zone qui donne une image publique et favorable, c’est la vitrine de la cité. On y trouve
l’entrée principale et aussi le front commercial le long de la clôture, à proximité de l’entrée;
c'est le lieu où se concentrent l'administration et les équipements ouverts au public. L'espace
public présente plusieurs fonctions :
- Fonction administrative : La principale composante est le bloc administratif qui
centralise: le cabinet du Directeur de la cité, un secrétariat et les services centraux. Il y a aussi
des composantes qui lui sont rattachés : une infirmerie et un magasin centrale pour le stockage
du matériel et des consommables liés à la gestion du domaine.
- Fonction socio-culturelle : Elle comprend plusieurs terrains de jeux. les terrains de jeux
sont pour: le football, le basketball, le handball, le volley-ball et une piscine.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
61
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
- Fonction de restauration : l’espace restaurant comprend 2 parties de standing
variable : la 1ère partie, moyen standing, offre des box qui seront loués aux femmes qui
cuisineront les mets locaux et standards. Les box sont disposés autour d'un espace central
tenant lieu de réfectoire et la 2ème partie, haut standing, est un restaurant moderne à concéder.
Il comporte une grande salle de plusieurs cartes, une terrasse avec des paillotes.
-
Fonction commerciale : Un front commercial prévu, est composé de magasins, de
bureaux à louer et de toilettes publiques payantes. Ainsi, pourront s'installer des
banques et autres commerce….
 Espace étudiants : destiné à recevoir les blocs dortoirs où seuls les étudiants habitant
la cité pourront y avoir accès; cet espace a une fonction de repos. Il ne s’agit pas de loger toute
la masse estudiantine mais plutôt de garantir l’existence d’un service de logement pour
étudiants. Il y aura donc : un type de bloc pour les chambres doubles et un autre type pour les
chambres individuelles. Une partie du rez-de-chaussée de chaque type de bloc sera aménagée
de sorte à pouvoir recevoir les handicapés.
- Fonctions culinaire et entretien
Ils sont prévus à l’intérieur du bloc dortoir de sorte à garder l’intimité des habitants. Il s’agit de
:
 espaces pour la cuisine, la buanderie et l’espace dédié au sèche-linge… ;
 espaces verts aménagés pour la détente et pour l'agrémentation de l'environnement;
 chaque bloc sera doté d’un local d’entretien pour l’entretien du bâtiment.
2. Définition quantitative des Composantes du projet
Il sera composé de plusieurs bâtiments et espaces à savoir :
Le bâtiment d’entrée
Le bâtiment administratif
Les blocs de logements
Les pavillons de commercialisation
Le restaurant
La maison des étudiants

Le bâtiment d’entrée
Il servira à réguler les entrées sur le site. Il accueille un local gardiennage. La cité constituant
une zone de concentration humaine importante, il faudra donc veiller à ce que la sécurité des
biens et des personnes soit assurée dans l’enceinte. Le gardiennage sera confié à une société
spécialisée. Toutefois, les agents de gardiennage n’étant pas assermentés, leur champ d’action
sera par nature limité puisque ces derniers n’ont pas compétence pour assurer l’ordre public ou
sanctionner des infractions au droit public. Le maintien de l’ordre devra donc relever du service
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
62
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
public de la police. Le rôle de cette dernière sera limité au maintien de l’ordre public et aux
sanctions des infractions : aux règles de circulation et de stationnement et aux réglementations
régissant les activités au sein et aux alentours de notre cité.
Désignation
Entrée
Local gardiennage
Bureau de veille
Sanitaires
Total

Nombre
Surface (m²)
Total (m²)
1
1
2
9
9
5
9
9
10
28
Fonction administrative et sanitaire
Le bâtiment administratif constitue le cadre structurel où s’organisent les bureaux, la
salle de réunion, les salles de garde, etc. Il a pour but, à travers les fonctions qu’il abritera, de
coordonner toutes les activités inhérentes à la cité universitaire ainsi que sa gestion et son
entretien. De plus il assure la fonction d’information et d’orientation vers les différentes
composantes de la cité. Enfin des espaces pour des services techniques seront prévus. Ces
services seront chargés des petites interventions sur la cité : problèmes électriques, petites
plomberie, serrurerie…
Le dimensionnement des locaux du bâtiment administratif, a été faite sur la base du document
"les éléments des projets de construction" d’Ernst NEUFERT, 8ème édition, chapitre "locaux
administratifs", page 323.
Désignation
Administration
Hall d’entrée
Salle d’attente
Bureau du directeur
Secrétariat
Bureau Directeur Administratif et
Financier
Secrétariat DAF
Salle de réunion
Bureau comptable
Caisse
service technique
Service du patrimoine
Local d’entretien / Magasin central
Service des ressources humaines
Service de restauration
Nombre
Surface (m²)
Total (m²)
1
2
1
1
1
100
30
35
20
30
100
60
35
20
30
1
1
1
20
30
20
30
15
15
30
15
15
20
30
20
30
15
15
30
15
15
1
1
1
1
1
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
63
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Service des activités socioculturelles et
sportives
Salle des clés
Salle des archives
Bureau de contrôle (commandes –
achats matériels)
Salle de réunion
Sanitaires
Circulations (20%)
Total
1
25
25
1
1
1
30
25
30
30
25
30
1
2
-
30
15
30
30
121
726
Le bâtiment administratif abritera aussi l’infirmerie. La forte activité de notre cité avec
ses équipements sportifs, accroît les risques d’accident : accidents corporels, ou encore
malaises. L’infirmerie qui disposera d’un personnel qualifié pourra donner les soins de première
urgence.
Infirmerie
Désignation
Accueil + Salle d’attente
Bureau de l’infirmier
Salle de soins
Salle d’observation
Sanitaires
Circulations (20%)
Total
Fonction socio-culturelle
Aires de jeux
Désignation
Football type « maracana » 2
Basketball
Volleyball
Total
Maison des jeunes
Désignation
Hall
Bureau accueil
Bureau coordinateur
Cuisine
Bar
Régie
Salle animateur
Nombre
1
1
1
1
1
-
Surface (m²)
30
20
30
30
15
-
Nombre
Total (m²)
30
20
30
30
15
24
144
4
1
1
Surface (m²)
800
800
800
Total (m²)
3 200
800
800
4 800
Total (m²)
1
1
1
1
1
1
1
Surface (m²)
20
20
10
15
10
10
10
Nombre
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
20
20
10
15
10
10
10
64
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Salle polyvalente
1
240
240
Rangement-scène
1
15
15
Espace civique (informatique)
1
50
50
Sanitaires
2
10
20
Circulation (20%)
84
Total
504
Il est aussi prévu à l’entrée principale de notre cité, un terminus de transport en commun qui
est 5000 m².
Fonction restauration
L’espace de restauration sera utile pour assurer le service des repas pour les étudiants et
les visiteurs. Les pratiques de restauration telles que pratiquées par les commerçants avec
généralement plusieurs unités de restauration tenues par des femmes et offrant une gamme
variée de plats fera partie intégrante de notre espace de restauration. Ces unités seront
représentées par 10 box. Les clients se dirigeant vers les restauratrices qu’ils jugent à même de
les satisfaire.
On a aussi un restaurant dit « moderne », avec des cartes, salles de restauration, bars,
etc. La surface nécessaire pour une table de 4 personnes est de 2,20 x 2,425 = 5,335 m². Sachant
que les clients se relayent les uns après les autres, nous estimons la capacité d’accueil maximale
aux heures de restauration (entre 12h et 14h) à 120 personnes, soit 30 tables qui pourront se
restaurer suivant leurs heures d’arrivée. Au restaurant du campus FHB, certains étudiants
emportent leur plat ; pour le déguster dans «la petite forêt qui symbolise un espace de détente.
D’autres l’emportent dans leur chambre et quelques-uns restent sur place.
Dans l’espoir aussi de satisfaire tous les étudiants (qui prennent en moyenne 10 à 20
min pour manger), la structure accueillera à ces heures, plus de 720 étudiants. La surface utile
correspondante est 30 tables x 5,335 m² = 160 m². Nous majorons l’espace à 200m².
On aura Cuisine = 60 m² / Plonge = 25m² / Magasin =20 m². Ainsi que deux (2) blocs toilettes,
un (1) local entretien.
Désignation
Restaurant « africain »
Box pour restaurant
Espace commun
Sanitaires
Total
Restaurant « moderne »
Réfectoire principale
Réfectoire du personnel
Cuisine
Plonge
Chambre froide
Vestiaires du personnel
Réserves
Nombre
Surface (m²)
Total (m²)
10
1
2
20
200
10
200
200
20
420
1
1
1
1
2
2
1
200
25
50
15
10
10
16
200
25
50
15
20
20
16
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
65
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Local entretien
Réserves ustensiles
Sanitaires
Local poubelle
Circulation
Total
1
1
2
1
-
5
5
10
1
-
5
5
20
5
76
457
5
5
4
Surface (m²)
20
30
20
Total (m²)
100
150
80
330
Fonction commerciale
Front commerciale
Désignation
Petits bureaux / boutiques
Moyens bureaux /boutiques/autres services
Toilettes publiques
Total
Nombre
Fonction de repos
Les dortoirs sont tous destinés à accueillir les étudiants de tous les différents niveaux d’étude.
La buanderie et la cuisine sont des endroits propices à la convivialité. Ceux-ci permettent de
créer les liens entre les résidents. Les règles de vie en communauté doivent être strictes : pas de
bruit après 22h, donc les cuisines communes seront ouvertes à certaines heures
Dortoir chambres doubles
Désignation
Chambre
Sanitaire
cuisine
Buanderie
Local technique
Circulation (20%)
Total
Total des 4 bâtiments
Dortoir chambres individuelles
Désignation
Chambre
Sanitaire
cuisine
Buanderie
Local technique
Circulation (20%)
Nombre
232
116
32
16
2
Surface (m²)
18
6
20
20
16
Total (m²)
4 176
696
640
320
32
1 172
7 036
28 144
Nombre
222
112
32
8
2
-
Surface (m²)
10
6
16
20
25
-
Total (m²)
2 220
672
420
160
32
700
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
66
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Total
Total des 5 bâtiments
4 204
21 020
TOTAL FONTION DE REPOS : 49 164 m²
III.
AMENAGEMENT GENERAL
Parti architectural
La conception architecturale d’un équipement, surtout d’une cité universitaire est régie par
une multitude de principes de base liés à :
- Un emploi judicieux des potentialités du site ;
- Une bonne circulation, sécurité et fluidité de communication en assurant un nombre
suffisant de dégagement ;
- Un confort visuel, olfactif, acoustique et thermique des espaces ;
- Une étude optimale de fonctionnement d’un établissement soucieux de l’économie
d’énergie…
La démarche HQE
Une démarche HQE est proposée pour favoriser l’emploi des choix les plus adaptés et
conformes au développement durable à toutes les phases d’un bâtiment : conception, réalisation,
utilisation, maintenance, adaptation, rénovation, démolition….
Le développement durable est une nécessité impérieuse et une réalité économique que
de plus en plus de pays prenne en compte dans leur stratégie et dans leur action. Il s’appuie
sur la qualité environnementale : c’est la préservation des ressources naturelles non
renouvelables en optimisant leur usage, la limitation des impacts et répercussion sur
l’environnement et l’implication du principe de précaution pour créer un environnement
confortable et sain.
La qualité environnementale est un concept transversal qui regroupe pour des
choix de sociétés concrets (urbanisme, logement, moyens de transport, énergie,
industrie...) des normes, des objectifs de respect de l’environnement, de développement durable
ainsi que des critères plus subjectifs comme la qualité de vie. La notion de qualité
environnementale prend donc en compte non seulement la dimension de l’impact d’un
choix de société sur son environnement au sens large (économique et écologique), mais
aussi son impact sur la manière dont la population concernée par ces choix les vit et les ressent
au quotidien (en bien ou en mal). On peut considérer que la qualité environnementale se
mesure grossièrement par le rapport entre les bienfaits économiques et sociaux du choix de
société considéré et ses conséquences écologiques, sanitaires et en qualité de vie, pondéré par
la capacité de faire durer ce choix dans le temps .
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
67
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Autrement dit, on peut considérer que la Qualité Environnementale des Bâtiments (≪
QEB ≫) n’est rien d’autre que la déclinaison sectorielle du développement durable, qui,
rappelons-le est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures de répondre aux leurs, pour reprendre la définition du Rapport
Brundtland qui a le premier introduit ce terme en 1992.
 Orientation, isolation et ventilation
L’enjeu est de traiter prioritairement de façon passive la plupart des exigences de
confort et de réduction des besoins énergétiques. Il se traduit par une approche synthétique
du plan masse et de la conception bioclimatique du bâti, le choix d’orientation ayant un
grand rôle à jouer. Prendre en compte ces différents enjeux dès le plan masse est primordial car
cela réduit des investissements couteux dans les équipements (protections solaires, ventilation
…).
Croquis 4: principe de disposition du
bâtiment
Par ailleurs, l’enveloppe est
l’ouvrage durable d’un bâtiment, travailler
sur
l’enveloppe est
par conséquent
primordiale. Une bonne conception sera
également bénéfique aux conditions de vie
des étudiants en leur évitant surchauffes et éblouissements dans leur coin-bureau.
Protéger de l’ensoleillement les bâtiments
contribue à favoriser un confort thermique
dans les différents espaces du bâti. Les
bâtiments devront être plus orientés Nord-Sud
afin d’avoir le moins possible de surfaces
exposées au soleil. Les surfaces néanmoins
exposées (Est-Ouest) seront protégées soit
Croquis 5: disposition des bâtiments- ventilation
par un débord de toiture, des brises soleil, des
naturelle
auvents ou des arbres ombrageux plantés dans le but de diminuer les rayons du soleil qui
pourraient pénétrer directement par les ouvertures. En plus, les avancées de toitures
protégeront contre les eaux de pluies. Enfin, les toitures devront être légères et bien isolées.
Croquis 6: typologie de pare-soleil
Cette protection joue un rôle multiple : une meilleure
ventilation naturelle, une protection contre le bruit et plus
important, le soleil.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
68
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Il est aussi important de veiller à la qualité des espaces extérieurs de la cité pour le bienêtre à la fois des étudiants et des riverains. Des espaces extérieurs conviviaux et agréables à
regarder apportent également une plus-value à la cité et au quartier. Leur qualité incite à un
entretien régulier et aux gestes verts.
Maitriser à la fois l’imperméabilisation des sols et les rejets au réseau collectif
est un réel enjeu. Il faut notamment minimiser les ≪ surfaces grises ≫ imperméables
autour des bâtiments amplifiant les risques de fortes inondations de plus en plus
fréquentes. Des dispositifs de gestion des eaux de pluie à la parcelle doivent aussi être
prévus dans le but de recueillir les eaux et de les réutiliser. Et ce d’autant plus qu’ils
contribuent à préserver le paysage. La récupération des eaux pluviales pour des usages qui
ne nécessitent pas d’eau potable est à envisager.
Croquis 7: panneaux solaires
Apres avoir réalisé en amont un effort
maximum sur la réduction des besoins, les
besoins résiduels doivent être couverts par
des équipements à haut rendement alimentés
par de l’électricité ou
une
énergie
renouvelable. Faire appel à une énergie
renouvelable et propre contribue à la
réduction des gaz à effet de serre et autres
polluants, réduit les prélèvements de
ressources énergétiques non renouvelables
et, en outre, favorise une baisse des charges.
Croquis 8 : Gestion des eaux de pluie
Les eaux de pluie seront
collectées via la gouttière puis
filtrées avant d’être stockées dans
une cuve. Nous optons pour une
citerne en béton pour neutraliser
l’acidité naturelle de l’eau de pluie,
comprenant deux capacités de
stockage de taille différente.
Le plus petit volume servira de décanteur avant déversement dans le plus grand.
Un trop plein devra évacuer l’eau excédentaire et il faudra une ouverture suffisante afin
de permettre la maintenance. La distribution de l’eau stockée est assurée par une pompe
et relayée, par un système d’alimentation automatique à partir du réseau d’eau potable. Une
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
69
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
déconnexion totale devra être assurée entre les deux réseaux eau de pluie / eau potable. Pour
alimenter des chasses d’eau, la récupération peut se faire au niveau de la toiture pour une
distribution par gravite. Le volume de stockage est dimensionné en fonction du nombre
d’étudiants, des usages concernes et de la pluviométrie du lieu de la cité universitaire.
Le gardien de la résidence ou l’agent de maintenance devra être formé pour l’entretien
régulier : filtres (2 fois par an)32, gouttières. La citerne doit être vidangée et nettoyée tous
les deux ans. L’installation de distribution de l’eau pluviale doit être contrôlée
périodiquement par un professionnel, notamment le bon fonctionnement du système de
déconnexion et de la pompe. Afin détecter les fuites éventuelles, il faut installer des compteurs
pour réaliser un suivi des consommations.
Croquis 9: mode de récupération des eaux de pluie
Image qualitative
Les nouvelles idées sur l’éducation et l’instruction doivent être appuyées sur une
architecture capable de porter ces idées nouvelles et de les exprimer. Ces valeurs sont à retenir
en complément des exigences purement fonctionnelles.
La cité doit être un lieu qui favorise le développement des consciences et des
personnalités. Les formes et leurs effets ont une part importante sur le comportement, d’autres
diraient sur l’inconscient. Les étudiants expriment l’importance à accorder à la forme, dont ils
savent aussi qu’elle renvoie une certaine image d’eux-mêmes, de leur groupe face à la ville. On
observe une sensibilité particulière à la lumière, à la qualité des matériaux, à la couleur.
Offrir un cadre convivial, fonctionnel et conforme aux aspirations et aux besoins des
étudiants dans la conception de la cité de Bingerville, est primordial. L’accent a été mis sur la
conception de volumétries fonctionnelles à la fois simple et originale pour la composante et
d’un agencement de fonction, facilitant l’accueil et la sécurité de la cité. C’est donc un projet
ambitieux intégrant de manière harmonieuse, culture et modernité. Les bâtiments ont été conçus
suivant plusieurs principes :
32
Référentiel QEB logement étudiant
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
70
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
 Simplicité des volumes : de par leurs formes pures et simples, les bâtiments s’imposent
comme des modèles combinant fonctionnalité et originalité pour une expression
optimale.
 Symétrie : une symétrie s’observe en façade des principaux bâtiments. Elle est motivée
par des raisons structurelles mais aussi par la volonté de symboliser l’équilibre et la
stabilité incarnée par la cité universitaire.
L’existant nous a servi de guide d’inspiration. La conception avec un dégagement central qui
constitue le patio et une zone de circulation.
Croquis 10 : Principe de conception
Organigramme fonctionnel du bâtiment
Schéma 7: Organigramme fonctionnel du site du projet
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
71
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Schéma 8: Organigramme fonctionnel du bâtiment administratif
Schéma 9: Organigramme fonctionnel de la Maison des jeunes
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
72
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Schéma 10: Organigramme fonctionnel du restaurant
Démarche conceptuelle
 Bâtiment administratif
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
73
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
 Maison des jeunes
 Restaurant
 Logement estudiantin : chambres individuelles
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
74
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
 Logement estudiantin : chambres doubles
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
75
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
1. Gros œuvre
Choix des matériaux
Le choix des matériaux dans le gros œuvre a été fortement influencé par les soucis de
résistance, de stabilité, de durabilité et d’adéquation. Ainsi, dans le tableau qui suit, nous
proposons les différents matériaux suivants :
Tableau n° : Caractéristiques des matériaux du gros œuvre
Mode d’utilisation et mises en Ouvrages concernés
Matériaux
œuvre
Maçonnerie
Murs
Parpaings en
agglomérés de ciment
Béton de propreté, béton armé Fondations, poteaux, poutres,
Ciment, Sable,
chainages, dallages
Gravier
Traité en produits bitumineux Garde de corps, menuiserie
Bois
Source : Notre TPFE
Terrassement
Il s’agit de la préparation du site de construction. Les travaux exécutés dans cette
phase de la construction consisteront au nettoyage du site, au décapage – remblayage, aux
fouilles pour les travaux de fondation et de canalisation.
Fondations
Les choix de dimensions et de caractéristiques techniques des semelles découleront
des études du sol et de dimensionnement qui seront réalisés par un bureau d’ingénierie agréé.
Les semelles seront en béton armé et selon la stabilité du terrain elles seront isolées ou
filantes. A titre indicatif, le béton armé des fondations sera dosé à 350kg/m3 de CPA 45 (7
sacs de ciment, 800l de gravions soit 14 brouettes, 14l de sable soit 7 brouettes et 70l d’eau
soit 7 seaux d’eau), et le béton de propriété à 150kg/m3.
Les murs de soubassement seront réalisés avec des parpaings de 20cm faits en mortier de
ciment.
Structure
Nous préconisons une structure poteaux-poutres en béton armé dosé à 350kg de CPA
45. Nos Bâtiments sont d’une architecture très simple avec des formes rectangulaires. Ce qui
facilitera le dimensionnement des composantes de la structure. Il s’agit des longrines, des
chaînages hauts et intermédiaires, des poteaux et raidisseurs, et des dalles en corps creux. Ce
type de structure sera utilisé pour tous les ouvrages.
Maçonnerie
Les murs en élévation verticale seront réalisés en agglos creux de 15 x 20 x 40cm dosé
à 250kg/m3. Toutes les briques seront hourdées au mortier de ciment par un joint de 1,5 cm. Le
lit d’assise sera réalisé au mortier de ciment hydrofugé sous le 1errang et devra avoir une
altimétrie parfaite et régulière sur la périphérie de l’ouvrage. Les angles et les renforts verticaux
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
76
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
seront impérativement réalisés en béton armé. Les linteaux et les chaînages en tête de murs
seront réalisés également en béton armé. Dans le cas de la pose d’un plancher un arrêt de
chainage sera maçonné et un isolant d’une épaisseur de 40 mm sera placé derrière pour satisfaire
à la rupture du pont thermique du nez de plancher.
Les couvertures et les charpentes
Selon le système de doubles-toitures définie plus haut, Deux types de couvertures seront
utilisés pour l’ensemble des bâtiments :
Une première toiture en dalle de corps creux d’épaisseur variable et Une seconde toiture en
métal aluminium inoxydable, avec une charpente métallique (poutres treillis) à galvaniser
pour les protéger contre les oxydations. La mise en œuvre de cette toiture en aluminium
nécessitera une pente de 10%. Les différents panneaux solaires posés sur celle-ci, auront par
conséquent une pente de 10%. Certaines parties des toitures en dalle seront couvertes d’une
couche de végétaux.
Ouvrages divers
La réalisation des fosses septiques, puisards, regards, cuves de récupération des eaux pluviales
et des canalisations enterrées constitueront les ouvrages divers
2. Second œuvre
Revêtements
Sols : Les différents planchers des bureaux et salles de réunion seront revêtus de carreaux grès
cérame de 30 x 30 cm. Quant aux sols des zones de commercialisation, ils seront revêtus d’un
mélange de ciment et de granulats de grès. Ce type de revêtement présente des avantages qui
sont un entretien facile et une grande solidité.
Murs : Les maçonneries ou le béton seront enduits de mortier de ciment, de peinture de type
glycérophtalique ; Les peintures seront lessivables, satinées ou brillantes. . Les murs des
locaux tels que : cuisinettes, local entretien, recevront en plus de la peinture un revêtement de
type carrelage en terre cuite au-dessus des plans de travail.
Les carreaux en faïence 10 x 20 cm seront posés sur les murs intérieurs des sanitaires jusqu’à
deux (2) mètres de hauteur.
Le sol des circulations seront prévus avec un classement “trafic intense” et Le nez des
marches d’escalier recevra une bande ou plaque aluminium antidérapante.
Circulation : Les circulations et les salles d’attente seront recouvertes de carreaux en
grès cérame de 50x50.
L’accessibilité aux personnes à mobilité réduite sera prise en compte dans le traitement
des entrées et sorties des bâtiments ;
Etanchéité
Toutes les dispositions seront prises pour assurer l’étanchéité. Toutefois, les couches
d’étanchéité pourraient comprendre une couche d’imprégnation, un feutre bitumé, une couche
d’enduit d’application à chaud, un feutre 36S, une couche EAC ou bien 1 EIF + 1 équerre de
renfort + 1 feuille de bitume élastomérique SBS auto protégé.
Menuiserie et vitrerie
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
77
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Les portes intérieures seront du type isoplane sur cadre en bois massif et revêtues d’une
peinture à huile. Les portes d’entrée des bâtiments seront soit en bois massif revêtues par un
vernis marin, soit vitrées et posées sur des cadres en bois ou aluminium. Pour les bâtiments
administratifs et de services nous prévoyons des portes vitrées, et sablés pour des locaux
spécifiques. Des volets roulants métalliques seront utilisés pour les magasins de vente. Les
portes d’entrée de la cité seront métalliques.
Peintures
Le choix des peintures sera fait en fonction des usages des locaux et sera appliquée
dans les règles de l’art. Ainsi, on pourra utiliser de la lasure sur les poteaux et les voiles de
béton, de la peinture acrylique sur les murs extérieurs et intérieurs, de la glycérophtalique
brillante sur les menuiseries métalliques.
Les couvertures
La couverture des bâtiments sera faite en métal aluminium et elle sera supportée par des
structures métalliques en treillis. Les matériaux métalliques seront de type galvanisé pour éviter
leur oxydation.
Plomberie sanitaire
Les WC, lavabos, urinoirs seront en faïence.
Les sanitaires prévus seront adaptés pour les personnes à mobilité réduite seront équipés de
l’ensemble des accessoires réglementaires :
- Barre d’appuis ;
- Barre de relèvement ;
- Main courante ;
- Et appareils sanitaires spécialisés pour PMR (lavabos, cuvettes WC…).
L’ouvrage sera raccordé au réseau potable de la ville. Les réseaux d’assainissement seront
conçus afin d’éviter les risques de corrosion chimique ou électrolytique et les risques de
développement de bactéries. Les réseaux devront être conçus de façon à éviter toute stagnation
trop importante de l’eau dans les canalisations.
Pour participer à la protection du patrimoine les étudiants paieront un somme forfaitaire.
Electricité
Toutes les chambres recevront un tableau. Il n’y aura qu’un seul tableau intermédiaire
entre le tableau de distribution générale et le tableau de distribution terminal (chambre).
L’éclairage intérieur sera assuré par des plafonniers pendant que l’éclairage extérieur sera
assuré par des lampadaires et luminaires. Les luminaires seront à faible consommation
d’énergie (type fluorescent), ils seront en nombre et de niveau d’éclairement suffisant ;
l’éclairage des circulations sera prévu sur minuterie et commandé par des cellules à détection
de mouvement ; les prises seront en nombres suffisants et réparties de façon judicieuse.
Chaque logement ainsi que les locaux communs disposeront d’une prise pour le câblage
internet
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
78
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
3. Réseaux et voiries divers
La voirie
Les voies pour la circulation des véhicules seront revêtues de bitume (enrobé dense) ou
de pavés de béton. Les trottoirs cyclables seront revêtus de pavés autobloquants en béton
ou de dalles en béton.
Eaux pluviales
L'évacuation verticale des eaux pluviales provenant des toitures sera réalisée en tube
PVC série EU. En pied de chaque chute il sera prévu des brises jets en béton dirigés dans les
canalisations devant être en PVC qui aboutiront sur la cuve en béton destinés à recueillir ces
eaux. Les eaux de surface seront recueillies et drainées par des caniveaux souterrains.
Eaux vannes
Le réseau d’assainissement d’eaux usées et vannes est constitué des fosses septiques et puisards
précédemment évoqués.
Réseau d’adduction d’eau et d’électricité
Les réseaux d’adduction d’eau et d’électricité seront assurés par les services locaux. Les
panneaux photovoltaïques proposés devront être dimensionnés et installés sur les surfaces des
toitures prévues. Nous espérons atteindre grâce à ce système, une production énergétique de
45% par rapport à la consommation totale en énergie.
Espace Vert
Des espaces verts seront aménagés sur les espaces non bâtis et ils seront engazonnés et
agrémentés de plantations diverses (arbres et arbustes). Des espaces boisés seront également
prévus aux abords des parkings et des voies afin de limiter la propagation des nuisances. Tous
ces espaces seront engazonnés.
Sécurité et Acoustique
Pour la sécuriser des personnes et des biens, nous allons prendre certaines mesures. A l’intérieur
de chaque bâtiment, des extincteurs portatifs de 15 L seront disposés à des endroits bien visibles
et facilement accessibles (près d’un dégagement par exemple). Leur type dépendra des classes
des feux à éteindre. Des robinets d’incendie armé (RIA) seront prévus. A l’intérieur des locaux,
seront disposés des installations automatiques de détection d’incendie et d’extinction. Sur le
tout le site du projet des bornes d’incendie et des extincteurs seront également installés selon
des normes sécuritaires pour une intervention rapide.
Des arbres seront sélectionnés suivant une étude particulière pour être plantés et limités les
bruits.
La résidence sera clôturée en limites parcellaires avec un portillon d’accès et un portail
sera mis en place à l’entrée de l’aire de stationnement non lion de l’administration ;
Afin de garantir la sécurité des occupants et des visiteurs ainsi que la sûreté du bâtiment et de
ses abords:
- les Accès et issues seront facilement contrôlables ;
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
79
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
- Tous les espaces de vie du bâtiment bénéficient d’un bon éclairage naturel général et d’une
protection solaire adaptée à leur orientation…
- l’éclairage naturel des couloirs de circulation sera recherché ;
- Pour ce qui est de l’éclairage artificiel, les emplacements des points lumineux des couloirs,
escaliers… seront étudiés de manière à éviter les zones d’ombre et les parcours dans
l’obscurité ;
- au rez-de-chaussée seront munies d’une protection anti-intrusion ;
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
80
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 7 : ASPECTS FINANCIERS ET PHASAGE DE
REALISATION
I.
ESTIMATION FINANCIERE
Tableau 12: Estimation financière globale du projet du MGA
Désignation
Bâtiment d’entrée
Fonction administrative
Fonction sanitaire
Maison des jeunes
Espace restauration
Fonction commerciale
Fonction de repos
Espace de stationnement (parkings)
Clôture (ml)
Aires de jeux
Total partiel
VRD 30%
Espace vert 20%
Imprévus 10%
Coût des travaux
Etudes architecturales33 7,5 %
Etudes techniques et géotechniques
2,5 %
Suivi et coordination des travaux
2,5 %
Total des honoraires
Total
Surfaces (m²)
28
726
144
504
877
330
49 164
7 962
2 008
4 800
Prix / m²
100 000
200 000
150 000
200 000
100 000
150 000
150 000
50 000
15 000/ml
100 000
Coût (FCFA)
2 800 000
145 200 000
21 600 000
100 800 000
87 700 000
49 500 000
7 374 600 000
398 100 000
30 120 000
480 000 000
8 690 420 000
2 607 126 000
1 738 084 000
860 042 000
13 904 672 000
1 042 850 400
347 616 800
347 616 800
1 738 084 000
15 642 756 000
Le mètre carré du terrain est estimé à 10 000 FCFA :
250 633.98 m² * 10 000f = 2 506 303 800 FCFA
Le coût global du projet est de : 2 506 303 800 FCFA + 15 642 756 000 FCFA =18 149 059 800
FCFA
Le coût d’objectif du projet de la cité universitaire de Bingerville est de dix-huit milliards
cent quarante-neuf millions cinquante-neuf mille huit cent F CFA (18 149 059 800 FCFA).
33
Conformément au décret N° 80-684 du 16 mai 1980
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
81
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Ce montant n’est qu’à titre indicatif, une étude plus détaillée sur l’avant métré des ouvrages
sera faite pour déterminer le coût définitif du projet. Par ailleurs, ce coût peut paraître certes
énorme, mais les rentabilités économiques d’un tel projet le sont tout autant.
S’il est intéressant de réaliser des bâtiments architecturaux, il convient aussi de prévoir les
budgets qui en assureront l’entretien. Il faut prévoir : les coûts d’entretien courant et de
maintenance préventive :
- les coûts du petit entretien (serrurerie, petite plomberie, changement de lampes), les
visites périodiques de contrôle, les diagnostics, le personnel de maintenance technique
(interne ou externe).
- les coûts de maintenance corrective (ou curative) : coûts de travaux (et éventuellement
la maîtrise d’œuvre liée) suite à des incidents, pannes ou défaillances
- les coûts de gros entretien (ou de grosses réparations) et de renouvellement des
équipements (y compris la maîtrise d’œuvre liée) : ravalement de façade, changement
de menuiseries extérieures, réfection de toitures ou d’étanchéité de terrasse, ou les
provisions pour gros entretiens correspondantes. Ces gros travaux peuvent être liés à
l’obsolescence des équipements, par exemple, la disparition de pièces de rechange.
Au niveau des petits entretiens et les maintenances préventives, il serait judicieux de
faire intervenir les étudiants dans ces filières de formation moyennant une somme forfaitaire.
II.
MECANISME DE FINANCEMENT
Les mécanismes de financement possibles appellent à une combinaison judicieuse des
sources de financement disponibles mais notre projet s’inscrit dans le programme d’urgence de
la Côte d’Ivoire donc il est financé entièrement par l’Etat de Côte d’Ivoire.
Une priorité absolue s’imposait, celle de répondre aux doléances des populations, qui
tiennent d’abord et avant tout aux graves difficultés de leur vie quotidienne. Un programme
dénommé Programme Présidentiel d’Urgence (P.P.U.) a donc été immédiatement élaboré à
partir d’un Fond présidentiel spécial, afin de réaliser des investissements rapides dans cinq
secteurs considérés comme prioritaires : l’eau potable, la santé, l’éducation, l’électricité et la
salubrité urbaine. Le financement prévu pour les nouvelles cités est toujours disponible et est
évalué à plus d’une centaine de milliard… La Sous-direction du CROU a garanti de l’existence
de la somme mais le montant de la somme est maintenu sous plis. Et c’est dans cette lancée que
nous avons reçu du Service de Décentralisation des œuvres Universitaires le document relatif à
la construction de nouvelles universités et ses équipements d’accueil.
Parallèlement aux réalisations du P.P.U., le gouvernement a donné un coup
d’accélérateur à la mise en œuvre de projets à fort potentiel économique et social, susceptibles
d’apporter aux populations une amélioration rapide de leur vie quotidienne et de leur cadre de
vie.
C’est par la mise en œuvre de ces projets, autant que par la réalisation du Programme
présidentiel d’urgence (P.P.U.), que s’exprime le mieux la vision de la reconstruction du pays:
relance économique, mais aussi soutien aux populations.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
82
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Une quinzaine de projets ont été financés en Côte d’ivoire depuis la création du programme
CAMPUS. Ces projets ont connu des positions diverses. Depuis les années 2000, 3 projets sont
encore en cours et bénéficient d’un financement.34
III.
PHASAGE DE REALISATION
Seule l’évolution de l’activité universitaire déterminera de manière précise le rythme de
réalisation des différentes composantes architecturales qui sont programmées pour la cité
universitaire de Bingerville. Cependant dans l’évolution de notre cité, nous prévoyons quelques
étapes décrites dans le tableau ci-dessous. La dernière étape de ce phasage verra la saturation
de la superficie aménagée. Au-delà de l’effectif à terme, il faudra enclencher l’aménagement et
l’occupation d’un nouveau campus sur la partie du domaine laissé en réserve.
Désignation
PHASE N°1
Court terme
Premières installations
PHASE N°2
Moyen terme
Apogée des extensions
PHASE N°3
Long terme et au-delà
Occupation complète de la
superficie aménagée
34
Travaux exécutés
-Edification des premiers modules de logements
-Edification partielle du restaurant
-Installation des aires commerciales
-Edification des premiers éléments de la maison des jeunes
-Aménagement des aires de jeux
-Construction des nouveaux modules de logement
-Construction des derniers modules du restaurant
-Achèvement de l’édification de la maison des jeunes
-Aménagements des dernières aires de jeux
-Extension de l’espace commerciale
Extension au-delà du programme
MESRS : - Côte d’Ivoire : organisation de l’enseignement supérieur- MESRS, Abidjan 2000
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
83
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 8 : LIMITES ET IMPACTS DU PROJET
La mobilisation et l’implication effective de tous les acteurs du développement urbain sont
indispensables pour la mise en œuvre de la cité universitaire.
I.
LIMITES DU PROJET
1. La volonté politique
Faire de la cité universitaire de Bingerville, un cadre harmonieux, stimulant et conforme à
toutes les exigences contemporaines et permettant les ambitions présentes et futures de cette
cité, reste très lié une conviction et à la détermination des décideurs politiques.
La volonté politique de la création d’une cité universitaire afin renforcer les infrastructures
existantes doit être mené jusqu’à son aboutissement. Il est alors important que l’État constate
les opportunités des propositions élaborées et de s’en approprie. Son implication devra alors se
manifester par un soutien inconditionnel et par la mise en œuvre de tous les efforts nécessaires
à l'aboutissement de cette vision d'avenir, esquissée pour la cité de Bingerville.
L’engagement au niveau plus élevé de la Nation conscientise et met en branle toutes les
volontés impliquées, permettant ainsi dans un mouvement de mobilisation générale, de vaincre
les difficultés qui s’imposent.
2. L’engagement de tous
La cité universitaire constitue l’affaire de tous. Tous, quel que soit le niveau
d’intervention, doivent davantage s’impliquer dans le développement de la cité pour une
excellente réussite. Il faudra donc les intéresser car ils doivent se sentir concernés par le devenir
de la cité universitaire ; d’où la nécessité de créer un cadre de concertation de tous les
intervenants impliqués dans l’enseignement supérieur pour garantir la satisfaction des intérêts
de toutes les parties. Il faudrait aussi susciter dans l’esprit des étudiants un esprit de
responsabilité sociale.
3. La responsabilité de la gestion
La gestion de la cité a une part importante de responsabilité dans l’édification de la
vision d’avenir de notre cité. La gestion infrastructurelle de la cité universitaire doit être basée
sur une approche participative, de consultation et de consensus. Elle doit chercher à susciter
l’intérêt et l’attention de tous les acteurs impliqués. . Il faudrait, initier des séances de
sensibilisation de la population universitaire, sur la nécessité d’entretenir et de maintenir le
patrimoine de la cité universitaire. La maintenance de cet équipement doit constituer une
priorité.
4. Etendue de l’étude
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
84
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Notre étude se limite à l’enseignement supérieur public car il représente selon le
MESRS, près de 70% de la population estudiantine totale. En plus de cela la ville d’Abidjan
regroupe plus de 70% des étudiants de l’enseignement supérieur public.
Nous développons notre projet à Abidjan car cette ville constitue l’administration
centrale structurale en matière d’éducation surtout au niveau de l’enseignement supérieur. Il
s’agira de résoudre le problème d’Abidjan car le faire, vient à prévenir pour les autres villes.
II.
IMPACTS DU PROJET
La mise en œuvre d’une infrastructure aussi importante que la cité universitaire doit
faire l’objet d’une étude d’impact très approfondit. Cela en raison de son importance aux plans
social, économique, urbain et environnemental. Cette étude d’impact permettra de situer les
acteurs urbains sur les éventuelles conséquences du projet afin d’orienter leur décision. Ils
peuvent être subdivisés en impacts positifs et négatifs
1. Impacts positifs

Au plan social et économique
Au cours de sa réalisation le projet va générer une activité qui augmentera les revenus
des entreprises de travaux publics, de bâtiments et de toutes les structures connexes et par
ricochet contribuera à la création ou au maintien d’emplois dans la ville. Par la suite des emplois
seront créés dans l’exploitation et dans la maintenance du la cité. A l’évidence, le projet
favorisera la réduction du chômage.
L’implantation de l’université va susciter d’importantes activités qui vont générer des
emplois et des richesses. Il faudrait alors mettre en place un règlement pour mieux diriger
l’installation des activités pour que ces dernières soient compatibles avec les activités
universitaires.
 Au plan environnemental
L’utilisation de l’énergie solaire et la récupération des eaux de pluies, notre projet à la
valorisation d’une meilleure utilisation des ressources naturelles et des énergies vertes sur le
continent Africain.
2. Impacts négatifs et mesures associes
 Impacts temporaires pendant le chantier
Le calendrier d’exécution du projet devrait se dérouler sur une période relativement longue et
selon différents phasages. Il comprend essentiellement des travaux pour les bâtiments, pour la
voirie, les réseaux d’assainissement, les plates-formes en béton pavé ou en bitume,
l’électrification, les espaces verts etc. L’ensemble de ces travaux peuvent présenter des risques
pour l'environnement et des désagréments pour les riverains et les usagers de la voirie
environnante, notamment sur l’autoroute de l’Est. Ainsi, les conditions de circulation sur les
axes routiers environnants seront perturbées. Pour cela des mesures seront prises pour
minimiser les effets sur les usagers.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
85
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Il sera par exemple conseillé aux entreprises la remise en ordre du chantier en fin de journée
(enlèvement des déchets, rassemblement des matériaux et des engins…).
Les effets négatifs potentiels du projet et les mesures principales en faveur de l'environnement
pendant la phase des travaux sont récapitulés dans le tableau ci- dessous.
Tableau 13: impacts du projet
Thèmes
Le milieu
physique, le
relief
Impacts négatifs potentiels
durant les travaux
 Création de microreliefs
localisés liés aux dépôts
provisoires de matériaux.

Qualité de l'air

Mesures de valeurs de l’environnement

Dispersion de poussière lors 
des travaux
Odeurs, fumées, rejets gazeux
(NOx, COx).
Modifications visuelles peu

valorisantes liées aux
installations de chantier
(bâtiments provisoires, dépôts
de matériaux, clôture...).
 Bruit et vibrations liés à :

la circulation des engins
la réalisation des
réseaux d’assainissement ;
Les riverains et bitumage ou à la pose de pavé en 
béton de la plateforme ;
les usagers
Le milieu
humain,
Le paysage


La protection du chantier
entraînera une dégradation
des conditions de circulation
(comportements pouvant
entrainer accidents…)



Traitement et/ou évacuation des matériaux
impropres en décharge agréée ou en zone de
dépôts peu sensibles sur le plan de
l'environnement
Arrosage par temps sec et venteux pour limiter
l’envol des poussières (utilité des eaux de
pluie). Stockages à l’abri du vent, bâchage si
nécessaire des stocks et des camions.
Utilisation de véhicules aux normes
(échappement et taux de pollution).
Remise en ordre du chantier en fin de journée
(enlèvement des déchets, rassemblement des
matériaux et engins) et remise en état des
occupations temporaires.
Il sera remis au préalable aux autorités locales
et à la population environnante, des éléments
d'informations sur le chantier les nuisances
sonores attendues ainsi que les mesures prises
pour limiter ces nuisances.
Information préalable des riverains et des
usagers sur les périodes d’intervention.
Chantier interdit au public.
Mise en place d'une signalisation adéquate
Implication des riverains dans la construction
(Vision participative)
Destruction de la flore et la faune
Nous pouvons noter que le projet de construction de ces logements estudiantins occasionnera
la destruction de plusieurs hectares de couvert végétale de la zone d’implantation, ce qui aura
des incidences sur la flore. Néanmoins, le projet prévoit une couverture végétale maximale sur
le site pour réanimer la faune et la flore.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
86
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
CONCLUSION
L’objectif principal de cette étude vise à contribuer durablement à l’amélioration des
conditions de logements des étudiants dans le District d’Abidjan. Cet objectif, nous a conduit à
l’étude des cités existantes, de mettre en lumière ses faiblesses et ses atouts et de faire des
propositions adéquates qui l’amélioreront de façon substantielle. Notre projet s'inscrit dans ce
cadre. Par ailleurs, les hypothèses émises au début de notre étude sont vérifiées. Les hypothèses
étaient énoncées comme suit :
Hypothèse 1: La planification de logements dédiés aux étudiants dans le district d’Abidjan,
induit une organisation plus cohérente dudit logement estudiantin
Planifier, rééquilibrer le schéma du logement estudiantin dans le DAA va maximiser les cités.
Car nous inscrivons dans une logique de « répliquabilité » du projet de la cité universitaire de
Bingerville dans tout le DAA et même dans tout le pays pour réduire le déficit et loger tous les
étudiants.
Hypothèse 2 : Une organisation plus cohérente du logement estudiantin est tributaire du
niveau d’équipements résidentiels spécifiquement réservés aux étudiants
Nous avons établis les grandes lignes et aspects notamment le déficit de logements, la
question liée aux équipements, au coût du loyer élevé, l’accessibilité de ces logements poussent
à réfléchir sur la proposition d’une nouvelle cité universitaire. En ce qui concerne le cadre de
vie et la conception, nous proposons de partir des logements existants, d’apprécier la réponse
architecturale proposée en maximisant sur les avantages et en réduisant les inconvénients.
Hypothèse 2: La mise en place d’un cadre réglementaire et incitatif en matière de production
de logements estudiantins assure une augmentation de la capacité d’accueil
La mise en place d'un cadre réglementaire et incitatif en matière de production de
logements estudiantins (cités universitaires publiques, maisons privées louées aux étudiants),
permettra d'augmenter qualitativement et quantitativement le parc de logement estudiantin à
Abidjan. Ce cadre permettra aux investisseurs privés de produire davantage de logements
estudiantins convenables. D'ailleurs, notre projet pilote propose une cité universitaire pouvant
accueillir un grand nombre d’étudiants. Nous espérons que le passage des idées aux actes se
fassent le plus vite possible car, se loger fait partir des besoins de l'homme.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
87
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
MEMOIRES
* AMEGA (Valérie) et KODOM (Valentin) : - Présentation de l’université du Benin : Analyse
et Réaménagement du site du Campus. – Mémoire de fin d’études d’Architecture, EAMAU,
Juin 1997.
*BINI (Yao) : LA QUESTION DU LOGEMENT ESTUDIANTIN A LOME EN
REPUBLIQUE TOGOLAISE: PROJET DE CITES UNIVERSITAIRES, - Mémoire de fin
d’études d’Architecture, EAMAU Juin 2012
*COULIBALY (Djandé Souleymane) : CONTRIBUTION A L’AMELIORATION DE LA
GESTION DE LA CHAINE D’APPROVISIONNEMENT DES PRODUITS VIVRIERS DU
DISTRICT D’ABIDJAN : proposition d’un marché de gros à ABOBO ANONKOUA-KOUTE
- Mémoire de fin d’études d’Architecture, EAMAU Juin 2013
OUVRAGES PUBLIES
Kobo :- L’urbanisation et les droits coutumiers : Abidjan, cités africaines, 1985
*CISSIKHO (Djibril) : FOCUS INFRASTRUCTURE ET DEVELOPPEMENT, l’exemple des
transports et des grands équipements collectifs
*QUEFFELEC (Christian) : LE LOGEMENT ETUDIANT : REGARD CRITIQUE ET
VISION D’AVENIR
*ALLEB : Infrastructures et développement, janvier 2013
*ALLEB : Marché immobilier en Côte d’Ivoire : Région d’Abidjan, 2009
DOCUMENTS INEDITS
République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS
D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVES DE TYPE UNIVERSITAIRE, DESPRIVMESRS, Abidjan, OCTOBRE 2013 ;
République de Côte d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS
D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVES DE TYPE BTS, DESPRIV-MESRS, Abidjan,
OCTOBRE 2013
L’essentiel des données présentées dans cette partie ont été extraites de : République de Côte
d’Ivoire : LISTE EFFECTIVE DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
PRIVES DE TYPE POST-BTS, DESPRIV-MESRS, Abidjan, Octobre 2013 ;
SICOGI, sous la direction de M. CAMARA (Loukimane) : Stratégie de production de logement
pour le grand nombre : Expériences pratiques, Juin 2013
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
88
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
CROU, RENTREE EN CITE UNIVERSITAIRE, CROU, Abidjan 2013
Côte d’Ivoire : - L’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire Bilan,
actions réalisées et perspectives. – MESRS, Abidjan, 2012
La Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement / La Banque mondiale –
RCI : SYSTEME EDUCATIF DE LA COTE D’IVOIRE, Etats Unis, 2011
UNESCO - DOCUMENT DE PRESENTATION DE L'ETAT DES LIEUX
RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ENCADREURS PEDAGOGIQUES ET
FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS : COTE D’IVOIRE,-UNESCO-CHINA,
Février 2013
BNETD :- Projet de développement des communes côtières, communes de Bingerville, 1993
Ministère du Plan :- RGPH résultats provisoire. Abidjan, 4é édition, 1988
Anne Thérèse NDONG-JATTA : UNESCO, La gouvernance et l'assurance qualité dans
l’enseignement supérieur en Afrique centrale et de l’Ouest, UNESCO, Dakar, 12 -14
Novembre 2012.
Michaela Martin : UNESCO, Renforcement de la coopération régionale en Assurance, Qualité
dans l’enseignement supérieur en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest, UNESCO, 15 –
17 Novembre 2012
Ibrahim Cissé : MESRS, COMMUNIQUES DU GOUVERNEMENT, MESRS, Abidjan, 25
Octobre 2012
Cissé Bacongo, Réhabilitation des universités Réunion du Groupe consultatif Pour le
Financement du Plan National de Développement 2012-2015
UNESCO : Déclaration mondiale sur l’enseignement supérieur du XXIe siècle : visions et
actions, UNESCO, Paris Oct. 1998
SITES INTERNET
www.gouv.ci
www.letudiant.fr
www.studyrama.be
www.memoireonline.com
www.etudiant.aujourdhui.fr
www.wikipedia.org
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
89
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
TABLE DES MATIERES
DEDICACES ............................................................................................................................ 2
REMERCIMENTS .................................................................................................................. 3
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS .......................................................................... 4
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................... 5
LISTE DES GRAPHIQUES ...................................................................................................... 5
LISTE DES CARTES ................................................................................................................ 5
LISTE DES CROQUIS .............................................................................................................. 5
LISTE DES PHOTOS ................................................................................................................ 6
LISTE DES SCHEMAS............................................................................................................. 6
SOMMAIRE .............................................................................................................................. 7
I.
CONTEXTE ET PROBLEMATIQUE .......................................................................... 8
II. HYPOTHESES DE TRAVAIL ..................................................................................... 13
III.
OBJECTIFS DE L’ETUDE ....................................................................................... 13
IV.
METHODOLOGIE DU TRAVAIL .......................................................................... 14
Première partie : Problématique du logement estudiantin dans le district autonome d’Abidjan
.................................................................................................................................................. 16
Chapitre 1 : LA COTE D’IVOIRE ET LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN ............. 17
I.
APERCU SUR LA REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE .......................................... 17
1.
Caractéristiques géographiques et physiques ......................................................... 17
2.
Caractéristiques démographiques .......................................................................... 18
3.
Caractéristiques économiques et Organisation administrative .............................. 18
LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN ............................................................. 19
II.
1.
Caractéristiques géographiques et physiques ......................................................... 19
2.
Caractéristiques démographiques .......................................................................... 20
3.
Organisation administrative ................................................................................... 21
Chapitre 2 : L’ENSEIGNEMENT SUPRIEUR EN CÔTE D’IVOIRE................................... 24
I. GENERALITES : Tendances et faiblesses de l’enseignement supérieur en Afrique
subsaharienne ....................................................................................................................... 24
1.
L’accès limité et la demande croissante ................................................................. 24
2.
La qualité ............................................................................................................... 24
3.
Gestion : Intrusion d’intérêt politique dans l’enseignement supérieur ................. 25
LES DIFFICULTES L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR EN COTE D’IVOIRE ... 25
II.
1.
L’accès… ............................................................................................................... 26
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
90
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
2.
La gestion et le financement… .............................................................................. 27
3.
L’équité et le rendement … ................................................................................... 28
Chapitre 3 : LA QUESTION DU LOGEMENT ESTUDIANTIN DANS LE DISTRICT
AUTONOME D’ABIDJAN ..................................................................................................... 30
I. LES RESIDENCES UNIVERSITAIRES EN CÔTE D’IVOIRE : ANALYSE
GENERALE ......................................................................................................................... 30
1.
Le CROU d'Abidjan ou CROU A .......................................................................... 30
2.
Le CROU Bouaké ou CROU B ............................................................................. 31
3.
Le CROU Daloa ou CROU D ................................................................................ 32
II.
SITUATION DES CITES UNIVERSITAIRES DANS LE DISTRICT AUTONOME
D’ABDJAN .......................................................................................................................... 32
1.
Analyse des cités existantes ................................................................................... 32
2.
Le rôle du transport dans le logement estudiantin ................................................. 37
Chapitre 4 : BILAN DE L’ANALYSE DES RESIDENCES UNIVERSITAIRES DANS LE
DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN .................................................................................. 40
I.
EXPLOITATION DES RESULTATS .......................................................................... 40
SYNTHESE DE L’ANALYSE ................................................................................. 44
II.
Deuxième partie : Propositions................................................................................................ 45
Chapitre 5 : PROPOSITIONS A L’ECHELLE DE LA VILLE D’ABIDJAN ........................ 47
LA MISE EN PLACE D’UN CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE 47
I.
II.
LE CADRE INCITATIF ........................................................................................... 48
III.
PHASAGE DES ACTIONS A ENTREPRENDRE .................................................. 50
Chapitre 6 : PROPOSITIONS D’AMENAGEMENT ............................................................. 51
I.
LA DIMENSION URBANISTIQUE DU PROJET...................................................... 51
1.
Choix De La Commune Pilote ............................................................................... 52
2.
La commune de Bingerville ................................................................................... 54
3.
Les options d’aménagement du site ....................................................................... 57
II.
PROGRAMMATION ARCHITECTURALE ........................................................... 60
1.
Analyse fonctionnelle ............................................................................................ 60
2.
Définition quantitative des Composantes du projet ............................................... 62
III.
AMENAGEMENT GENERAL ................................................................................ 67
1.
Gros œuvre ............................................................................................................. 76
2.
Second œuvre ......................................................................................................... 77
3.
Réseaux et voiries divers ....................................................................................... 79
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
91
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Chapitre 7 : ASPECTS FINANCIERS ET PHASAGE DE REALISATION ......................... 81
I.
ESTIMATION FINANCIERE ...................................................................................... 81
II.
MECANISME DE FINANCEMENT ....................................................................... 82
III.
PHASAGE DE REALISATION ............................................................................... 83
Chapitre 8 : LIMITES ET IMPACTS DU PROJET ................................................................ 84
I.
LIMITES DU PROJET ................................................................................................. 84
1.
La volonté politique ............................................................................................... 84
2.
L’engagement de tous ............................................................................................ 84
3.
La responsabilité de la gestion ............................................................................... 84
4.
Etendue de l’étude .................................................................................................. 84
II.
IMPACTS DU PROJET ............................................................................................ 85
1.
Impacts positifs ...................................................................................................... 85
2.
Impacts négatifs et mesures associes ..................................................................... 85
CONCLUSION ....................................................................................................................... 87
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................. 88
TABLE DES MATIERES ..................................................................................................... 90
ANNEXES ............................................................................................................................... 93
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
92
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
ANNEXES
Annexes
Tableau 14:Evolution des effectifs scolarisés niveau et type de structure, 1996 à 2007
1996–
97
1997–
98
1998–
99
1999–
00
2000–
01
2001– 2002– 2003– 2004–
02
03
04
05
MESRS 87 873 101 969 102 267 110 472 115 413
Public
Dont
hors
MESRS
2005– 2006–
06
07
—
—
—
146 490
—
156 772
67 381
73 989
72 577
80 750
—
—
—
—
79 586
—
99 865
15 226
18 606
16 630
18 640
—
—
—
—
15 604
—
15 623
20 492
27 980
29 690
29 722
—
—
—
—
51 300
—
56 907
Privé
Source : DIPES MEN / DPS METFP / DPE MESRSS
Graphique 2:Evolution des effectifs de l’enseignement supérieur de 1996 à 2007
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
93
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Tableau 15:Répartition des étudiants du supérieur par type de structure et cycle, 2006–07
Types de
structures
Classes
Préparatoires
1er
Cycle
2nd
Cycle
3ème
Cycle
Ensemble
Nombre
43 460
23 146
7 636
74 560
48
3 101
5 631
950
9 682
6
32
2 166
1 771
363
4 332
3
Grandes écoles
privées
1 437
43 124
5 914
2 100
52 575
34
Etablissements
hors MESRS
642
12 149
1 844
988
15 623
10
2 429
104 000
38 306
12 037
156 772
100
Universités
publiques
318
%
Grandes écoles
publiques
Universités
privées
Total
Source : Annuaire statistique DPE/MESRS, 2006–07.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
94
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Annexes 2
ÉCOLE AFRICAINE DE MÉTIERS DE L’ARCHITECTURE ET DE
L’URBANISME
Enquête socio-économique sur le logement des étudiants d’Abidjan.
Dans le cadre de mes travaux de fin d’étude
« Bonjour monsieur/madame. Mon nom est NIANGORAN Affoué Anne
Mathilde. Je suis une étudiante de l’EAMAU. Je fais une Étude socioéconomique sur le logement des étudiants à Abidjan. Votre université/école a été
choisie dans le cadre d’un processus d’échantillonnage. Le présent
questionnaire s'inscrit dans un cadre purement académique. Il constitue la base
pour la recherche de solutions aux nombreux problèmes posés par le logement
étudiant à Abidjan. Nous nous invitons à bien vouloir accepter de répondre aux
questions tout en vous remerciant pout votre sincère collaboration.
Code
N°
Question
Filtre
Réponse
Rang
1
Localisation
101 Région
|__|
102 Préfecture
|__|
103 Quartier
|__|__|
104 Nom de l’étudiant
|__|__|
105 Nom de l’enquêteur
|__|__|
106 Nom du Chef d’équipe
|__|__|
2
201
Identification
Sexe
Homme
1
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Femme
2
Ivoirienne
1
202 Nationalité
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
95
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
203
Étrangère
2
Moins de 20 ans
1
Âge
20 – 24 ans
2
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
25 – 29 ans
3
30 ans et plus
4
Célibataire
1
204 Situation matrimoniale
3
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
1ère année
1
2ème année
2
3ème année
3
4ème année
4
5ème année
5
Abobo
1
Adjamé
2
Anyama
3
Attécoubé
4
Lieu de résidence
Bingerville
5
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Cocody
6
Koumassi
7
Marcory
8
Plateau
9
Port-Bouët
10
Niveau d’instruction
205
206
Marié (e)
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
96
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
208
Songon
11
Treichville
12
yopougon
13
Campus
14
Allocation
Bourse
1
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Non-boursier
2
Parents
1
Travail
2
Les deux
3
Moins de20 000
FCFA
1
20 000-39 000FCFA
2
40 000-59 000FCFA
3
60 000FCFA et plus
4
Pieds
1
Bus SOTRA
2
Gbaka
3
Voiture personnelle
4
Taxi
5
Une fois
1
Deux fois
2
Plus de deux fois
4
Moins de 5 000FCFA
1
5 000-10 000FCFA
2
Origines ressources financières
209
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Montant de l’aide perçue
210
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Moyens de déplacement
210
(plusieurs réponses possibles ; l’enquêté cite les
moyens puis les classe par ordre d’importance)
La fréquence du trajet (aller-retour)
211
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Montant des dépenses dans le
212
transport
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
97
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
3
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Nombre de personne par chambre si
302 vous êtes locataires ou au campus
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
En location : coût du loyer
303 (une seule réponse possible ; encerclez son code)
Confort de votre logement
304 (une seule réponse possible ; encerclez son code)
Avez-vous un espace étude dans
305 votre logement?
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
4
3
15 001-20 000FCFA
4
20 001FCFA et plus
5
Locataire
2
Familial
3
Logé gratuitement
4
Logé dans une cité
universitaire
5
Locataire seule
1
Locataire à
plusieurs
2
Moins de 20 000 FCFA
1
20 000-40 000 FCFA
2
40 001-60 000 FCFA
3
60 000FCFA et plus
4
médiocre
1
acceptable
2
Bon
3
Très bon
4
Oui
1
Caractéristiques du logement
Statut d’occupation
301
10 001-15 000FCFA
Non
2
RESTAURATION
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
98
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
401
Combien dépensez-vous par jour
dans la restauration ?
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
5
Moins de1000FCFA
1
1 001-2000FCFA
2
2 001-3 000FCFA
3
3 000FCFA et plus
4
PROPOSITION
Aimeriez-vous habiter une cité bien Oui
501 équipée ?
Non
(une seule réponse possible ; encerclez son code) Sans réponse
502
Dans quelle commune périphérique Anyama
désirez-vous habités ?
Bingerville
(une seule réponse possible ; encerclez son code)
Songon
1
2
3
1
2
3
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
99
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Annexes 3
CRITERES DE SELECTION POUR L’OBTENTION
D’UNECHAMBRE DANS LES CROU DE CÔTE D’IVOIRE
Les critères qui ont prévalu à la sélection des étudiants bénéficiaires sont les suivants :






l’inscription régulière dans une université ou dans une grande école à condition d’y
avoir été affecté par l’Etat ;
le mérite ;
l’âge, priorité étant donné aux plus jeunes ;
le genre : 35% de nos pensionnaires sont des jeunes filles ;
le critère social :
o 100 lits ont été attribués aux étudiants ayant un handicap physique ;
o 45 lits ont été affectés aux étudiants étrangers
le critère académique : 90 lits sont réservés aux étudiants nationaux ou étrangers dans
le cadre de la mobilité LMD.
D’une manière générale, les attributions ont été faites par UFR et par année
d’études, proportionnellement aux demandes introduites. Pour cette rentrée donc, nous mettons
3839 lits à la disposition des étudiants. A court terme, nous allons accroître le parc
d’hébergement de plus de 2 000 lits, ce qui va porter notre capacité provisoire d’accueil à
environ 6 000 lits.
I) LES NOUVEAUX LOYERS
Les Loyers ont été légèrement revus à la hausse :


6 000 frs le lit pour les chambres à double lit
10 000 frs la chambre individuelle.
Deux raisons essentielles ont motivé cette augmentation.
1) - La qualité de l’offre
Avec la réhabilitation, nous disposons aujourd’hui de résidence entièrement rénovées, équipées
en lits, matelas, placards, tables de travail, chaises. Nous avons un cadre de vie agréable, propice
à l’épanouissement social et intellectuel. Les infrastructures sportives ont été rénovées
permettant à l’étudiant de se défouler, se distraire et décompresser après les études. Tout cela
dans un environnement sécurisé, où l’étudiant est débarrassé de la peur de vivre en cité, et de
la crainte d’être dépossédé de sa chambre par un quelconque « Syndicat ». Toutes choses qui
ont
hissé
nos
résidences
aux
normes
des
standards
internationaux.
2) - Le souci de pérenniser les acquis
Il est indéniable que nous éprouvons tous une fierté à voir l’état flambant de nos cités.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
100
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Si nous voulons avoir des cités universitaires qui, dans 10 ans voire 15 ou même 20 ans,
s’intègrent harmonieusement dans le cadre d’une Côte d’Ivoire émergente, alors il faut dès à
présent se donner les moyens d’un entretien continu et soutenu (régulier et professionnel).
Or, les ressources pour le faire se font rares, la subvention accordée par l’Etat pour les
opérations
d’entretien
et
de
réparation
est
insuffisante.
Dans certains pays, où les loyers reflètent la réalité, ceux-ci permettent de couvrir les charges
d’entretien et de réparation. En Côte d’Ivoire, où les loyers obéissent à un souci d’ordre social
dans l’hypothèse où tous les loyers sont payés, ils représentent à peine 33% du budget dédié à
ces charges. Compte tenu donc de la raréfaction des ressources d’une part et face à l’impératif
de pérenniser les acquis d’autre part, le Conseil de gestion du CROU-A a jugé cette
augmentation nécessaire, laquelle de mon point de vue, reste du domaine du raisonnable.
IV) MODALITES DE PAIEMENT
Les étudiants bénéficiaires sont priés de prendre toutes les dispositions pour s’acquitter de leur
loyer à l’Agence Comptable du CROU-A. Il faut préciser que le loyer est acquitté par annuité.
L’étudiant paiera donc dix mois de loyer et deux mois de caution, soit 72 000 frs pour ceux
admis dans les chambres à double lit et 120 000 frs pour les bénéficiaires de chambre
individuelle. Les étudiants concernés sont priés de remplir toutes les formalités administratives
telles que décrites sur notre site. L’annuité s’explique par la récurrence des moins-values que
le CROU-A enregistre chaque année et qui avoisinent les 150 000 000 par an.
Les cités seront ouvertes de septembre à juin. Elles fermeront en juillet et août. Toutefois, les
étudiants qui n’auront pas validé leur année scolaire seront autorisés à rester en cité pour la
préparation de leur examen de rattrapage, s’ils le désirent. La fermeture des cités aux mois de
juillet et août sera mise à profit pour les travaux d’entretien et de réparation.
V) LE REGLEMENT INTERIEUR
Rappel de quelques grandes lignes :
1 – Au Titre des Droits et Obligations
Article 3 : l’usage d’appareils électroménagers, à fortes consommation d’électricité (réchaud,
congélateur, fer à repasser, etc. . . ) est formellement interdit.
Article 7 : pour les besoins du service, le chef de cité ou le concierge a le droit d’accéder aux
chambres à tout moment et à toute heure.
Article 9 : il est formellement interdit aux résidents d’emporter le mobilier ou tout
équipement appartement au CROU.
Article 10 : il est interdit aux résidents de modifier les installations des locaux.
Article 11 : Il est formellement interdit d’apposer des affiches sur les portes et les murs. Les
locaux doivent être tenus dans un état constant de propriété et des contrôles inopinés pourront
être effectués à cet effet.
Article 12 : le résident doit, en bon citoyen, éviter au CROU les consommations excessives,
notamment celles du courant électrique et de l’eau.
Article 17 : le droit d’occupation est strictement personnel et incessible ; les sous-locations de
chambres sont rigoureusement interdites. Toute occupation illicite entraîne automatiquement
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
101
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
la perte de la chambre de l’ayant droit et l’expulsion de l’occupant sans préjudice de
poursuites judiciaires qu’ils pourraient encourir.
Article 19 : au moment de quitter définitivement la chambre, au cas où la caution est
insuffisante pour couvrir les dommages causés, le résident est tenu de payer le reliquat, sans
préjudice des poursuites judiciaires.
2 – Au Titre de la Vie Collective
Article 26 : toute forme de commerce est interdite dans les chambres.
Article 27 : tout bruit de nature à perturber la quiétude des résidents ou des riverains est
interdit . Le non-respect de cette disposition entraîne des sanctions pouvant aller jusqu'à
l’exclusion du contrevenant.
Article 28 : le résident ayant compromis par son comportement l’ordre et la discipline dans
les installations faisant partie du patrimoine du CROU, est passible de sanctions pouvant aller
jusqu'à la perte du bénéfice des œuvres universitaires.
3 – Au Titre de la Sécurité et du Contrôle
Article 30 : tout résident reconnu, sur avis médical, atteint d’une maladie grave
ou contagieuse sera hospitalisé ou remis à sa famille. Il devra produire, à son retour en
résidence, un certificat médical précisant qu’il n’ ya pas de contre–indication avec la vie en
collectivité.
Article 34 : contrôle des véhicules : la cité universitaire est un domaine privé. En
conséquence, l’accès des véhicules particuliers y est réglementé.
4 – Au Titre de la Discipline et des Sanctions.
Article 37 : tout résident pris en flagrant délit de vol est exclu automatiquement des œuvres
universitaires, sans préjudice des poursuites judiciaires. Cette décision est sans appel.
Article 38 : tout résident victime d’un vol ou d’une agression doit immédiatement aviser
l’administration de la cité et non se faire justice.
Article 39 : la vente et l’usage du tabac , de l’alcool , des drogues et stupéfiants sont
formellement interdits. Tout contrevenant s’expose à une expulsion immédiate de la
cité sans préjudice des poursuites judiciaires.
Article 40 : le concubinage et la vie de famille sont formellement interdits dans les cités
universitaires. Tous les contrevenants seront immédiatement expulsés de la cité.
Article 41 : tout résident qui agresse verbalement ou physiquement le chef de cité ou un
membre de l’administration du CROU est immédiatement expulsé.
Article 42 : tout dégât provoqué par l’usage d’appareils électroménagers (fer à repasser,
réchauds …) est imputable au résident qui devra en supporter les frais, sans préjudice des
sanctions disciplinaires.
VI) APPEL AUX ETUDIANTS
Je voudrais en appeler à l’esprit de civisme et de discipline de nos étudiants.
Vous devez avoir à l’esprit les énormes sacrifices consentis par l’Etat pour vous offrir un cadre
agréable et propice à votre épanouissement social et intellectuel. Ce sont plusieurs dizaines de
milliards de nos francs qui ont été consacrées à la remise à neuf des infrastructures mises à votre
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
102
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
disposition. Toutes choses qui traduisent la volonté du Président de la République SE Monsieur
Alassane Ouattara et de son gouvernement d’accorder une attention particulière à la jeunesse
en formation de notre pays. Votre part de sacrifice doit donc consister à avoir un comportement
responsable partout où vous serez sur le campus et dans les résidences universitaires. Vous
devez prendre soin des équipements mis à votre disposition, qu’il s’agisse des aires de jeu ou
de recréation, des chambres et de leurs commodités, des installations de restauration etc. En
tout état de cause, vous devez avoir à l’esprit le respect scrupuleux du règlement intérieur qui
régit désormais la vie en cité. Lorsque vous constaterez des malfaçons comme il peut en exister
après des travaux d’une telle envergure, nous vous prions d’informer le chef de cité qui se fera
fort d’alerter notre équipe de maintenance. Nous vous garantissons une intervention au bout de
24 heures maximum. Aux étudiants qui n’ont pas eu la chance d’être du nombre des premiers
bénéficiaires, je vous demande de ne pas perdre espoir. Bientôt nous mettrons à votre
disposition 2 000 lits supplémentaires en attendant d’atteindre notre pleine capacité qui est de
11 000 lits.
Le CROU…
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
103
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Annexes 4 :
Rappel des cibles prévues dans le cadre de la Haute Qualité Environnementale (HQE)
Les cibles d’écoconstruction :
Cible 1 : Relation des bâtiments avec l’environnement immédiat
Respect de l’échelle des hauteurs environnantes par le choix d’un bâtiment RDC ;
Mise en relation de tous les jardins créés.
Respect de du dénivelé de terrain et donc économie de déblai/remblai ;
Cible 2 : Choix intégré des procédés et produits de construction
Adaptabilité et durabilité des bâtiments :
Des matériaux pérennes seront mis en œuvre, tels que des bois « bakélisés », des bois
naturellement durables, du zinc, des tuiles plates, des terrasses végétalisées, des
vitrages et produits verriers…
Les revêtements de sols souples seront en linoléum (produit naturel recyclé à 40 %).
OPTION : les menuiseries en bois peuvent être préférées aux menuiseries en aluminium
(matériaux au stock renouvelable nécessitant peu d’énergie pour sa production).
Évolutivité du bâtiment : dès sa conception, un souci d’évolution future du bâtiment sera intégré
au processus. Les refends seront placés aux endroits structurellement nécessaire, un simple
cloisonnement sera prévu dans la majeure partie des espaces, laissant place à des
réaménagements programmatique futurs.
Cible 3 : Chantier à faibles nuisances
La gestion différenciée des déchets de chantier sera assurée
Des précautions seront prises pour limiter la pollution des sols par le chantier
Les cibles d’éco-gestion :
Cible 4 : Gestion de l’énergie
Renforcement de la réduction de la demande et des besoins énergétiques ;
La réglementation thermique sera appliquée à l’ensemble du bâtiment ;
L’éclairage artificiel sera réduit au minimum, le maximum de locaux est éclairé naturellement;
Réduction des apports calorifiques ;
Des pare-soleils seront proposés pour réduire l’ensoleillement des façades largement vitrées;
Des produits verriers à protection solaire “Antisol” seront proposés pour les salles de sports.
Adaptation des besoins calorifiques du programme :
La consommation électrique sera réduite par l’utilisation d’appareils d’éclairage de faible
consommation assurant un rendement et une durée de vie optimum.
OPTION : chauffe-eau solaire : production d’eau chaude sanitaire par capteurs solaire, puis
stockage en ballon.
Cible 5 : Gestion de l’eau
Maîtrise de la consommation en eau du bâtiment par la mise en œuvre de robinetteries
temporisées et chasses d’eau à volume variable.
Récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage du jardin.
L’eau est collectée par les gouttières, puis filtrée avant d’être stockée dans une cuve protégée
de la lumière, de la chaleur et du gel. La distribution de cette eau de pluie est assurée par une
pompe, relayée en cas de besoins par un système d’alimentation automatique à partir de l’eau
du réseau. La cuve est en béton enterré.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
104
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Perméabilisation des revêtements de sol extérieurs (cheminements et parkings) (permettant
l’infiltration partielle des eaux de ruissellement afin de limiter ainsi les rejets vers les réseaux
de collecte d’eaux).
Cible 6 : Gestion des déchets d’activité
Le dimensionnement du local poubelle permettra le tri sélectif des déchets, en conformité
avec le mode de collecte en vigueur sur le secteur.
Cible 7 : Entretien et maintenance
Choix des produits de construction : les matériaux de façades ont été retenus pour permettre
une bonne maintenance du bâtiment. Les matériaux choisis pour leur pérennité permettent de
limiter l’entretien du bâtiment.
Les cibles de confort
Cible 8 : confort thermique :
Confort d’hiver : Chauffage au sol : pour le confort et un meilleur gradient de température
dans les pièces, le chauffage au sol a été retenu, apportant les avantages d’une chaudière à
condensation qui permet la récupération d’énergie et la limitation des rejets polluants.
Confort d’été : d’une façon générale, le bâtiment est protégé des apports solaires par des paresoleil et des glaces peu émissives. Une ventilation naturelle est assurée entre les façades des
jardins. Il peut être proposé d’installer un groupe froid dans les locaux techniques afin de
permettre un rafraîchissement par le sol des locaux par une inversion du système de
chauffage. Les nombreux arbres présents sur le terrain forment un rideau naturel et
apporteront fraîcheur à l’ensemble du bâtiment.
Cible 9 : confort acoustique
Le confort acoustique sera assuré par le respect de la réglementation en vigueur : isolement aux
bruits extérieurs et traitement des salles par des faux plafonds acoustiques performants.
Ambiance acoustique : la séparation des locaux, sources de bruit (locaux techniques, et salles
communes) des locaux de vie par la séparation des bâtiments apporte un confort non
négligeable.
Cible 10 : confort visuel
La relation visuelle avec l’extérieur est assurée dans tous les locaux intégrant un poste de travail
permanent. Des systèmes de pare-soleil et de vitrages peu émissifs sont ainsi été prévus afin de
pouvoir contrôler le rayonnement. Une large part à l’éclairage naturel a été prévue ; appréciable
tant au niveau du confort d’utilisation qu’en terme d’économie d’énergie.
L’éclairage naturel sera compensé par un éclairage artificiel de bonne qualité.
Cible 11 : confort olfactif
Un réseau performant de ventilation et extraction sera mis en œuvre dans les locaux concernés.
Les cibles de santé
Cible 12 : conditions sanitaires
Les personnes à mobilité réduite auront une accessibilité non différenciée à tous les locaux de
l’équipement.
Cible 13 : qualité de l’air
Une ventilation correcte des locaux permettra d’éliminer les polluants pathogènes.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
105
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Les précautions nécessaires seront prises pour ne pas employer de matériaux qui contiennent
ou émettent des produits toxiques ou dangereux.
Cible 14 : qualité de l’eau
La qualité de l’eau froide sera aux normes de la directive européenne 80/778 pour le plomb.
La multiplication de ballons d’eau chaude proche des vestiaires permet d’éviter toute
propagation de légionellose.
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
106
Les logements estudiantins en Côte d’Ivoire :
Proposition d’une cité universitaire à Bingerville (dans le District Autonome d’Abidjan)
Annexes : inclinaison des panneaux solaires en fonction de l’orientation des
bâtiments
Juillet 2014 - NIANGORAN AFFOUE ANNE MATHILDE
107
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire