III. Avantages et inconvénients de l`ouverture des économies

publicité
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
2.1
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L’INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION ?
III. Avantages et inconvénients de l’ouverture des économies
Correction du devoir maison
« L’ouverture des économies au libre-échange est-elle favorable à la croissance ? »
Remarque préliminaire : le sujet proposé couvre l’essentiel des éléments de cours qu’il faut aborder dans cette
partie III du chapitre consacrée aux Avantages et inconvénients de l’ouverture des économies. Il peut donc être
considéré par les élèves comme une synthèse du cours. Pour rappel, cette partie était structurée en deux
parties dans le plan de cours que je vous ai remis en début de chapitre :
A. Le libre échange engendre des gains comme des pertes pour le consommateur et le producteur
B. Le protectionnisme : une réponse efficace aux limites du libre-échange ?
Comme le DM ne couvre en revanche qu’une partie du point B sur le protectionnisme, vous trouverez en fin de
correction une rapide synthèse de cours sur le complément (Annexe 1 - Les limites du protectionnisme).
Analyse du sujet
C’est un sujet typique du type discussion-débat qui appelle une réponse de type oui… mais ou non … mais. Dans
le cas présent, on va devoir montrer que le libre échange, c’est à dire l’ensemble des mesures visant à assurer la
libre circulation des marchandises entre les pays par la suppression des obstacles aux échanges n’a pas un
impact uniquement positif en matière de croissance économique.
Cette question se pose car le libre échange n’est pas seulement un système juridique visant à supprimer les
barrières protectionnistes (pensez au GATT, à l’OMC…) mais également une doctrine politique (inspirée de
Ricardo) qui préconise la libéralisation des échanges précisément parce qu’elle serait de nature à favoriser
la croissance. Parler de libre échange, c’est donc par nature aussi parler de protectionnisme, l’une ne se
comprenant que par rapport à l’autre.
Le sujet contenait par ailleurs le mot « ouverture », ce qui, dans un travail sur le commerce international, doit faire
immédiatement penser l’élève à la notion de taux d’ouverture qui mesure (rapport en % [(X+M)/2]/PIB ou X/PIB,
selon les études ou les auteurs) le degré d’extraversion d’une économie, autrement dit la place qu’occupe le
commerce extérieur dans l’activité économique nationale. « Ouverture au libre échange » devait ici s’entendre
dans un sens un peu différent comme la propension de l’économie à abaisser ses barrières douanières, mais il
invitait aussi à ne pas oublier qu’une façon de mesurer le caractère libre échangiste d’une économie est de
regarder son taux d’ouverture : il est vraisemblable que les économies les plus libre échangistes sont aussi les
plus ouvertes (d’ou le doc. 2 qui faisant un lien entre la progression du taux d’ouverture et la croissance)
Avant même de regarder le dossier documentaire il était possible de mobiliser une partie du cours qui avait
apporté des arguments dans ce débat : la partie II. Comment expliquer la progression des échanges ? Nous avions en
effet vu :
•
•
Que le développement du commerce international depuis 50 ans s’expliquait largement par la
libéralisation des échanges, c’est à dire par la volonté politique de la communauté internationale
d’abaisser progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires en se dotant d’institutions
internationales chargées d’assurer la promotion du libre échange (GATT, OMC…)
Que d’un point de vue théorique, l’ouverture au commerce international et la spécialisation
productive qui l’accompagne sont favorables à la croissance, comme le montrent les théories
traditionnelles du commerce international (avantage absolu, avantage comparatif) mais aussi les
nouvelles théories du commerce international (économies d’échelle1).
Les éléments que j’avais présentés en cours allaient tous dans le sens de la thèse du bienfondé du libre
échange (d’où une réponse de type oui mais plutôt que non mais). Il fallait donc chercher dans le dossier
documentaire des éléments pour discuter de cette thèse.
1
Pour préciser vos connaissances sur ces nouvelles théories, vous trouverez en annexe de ce document deux textes sur la question qui redisent et
complètent ce que j’ai dit en cours. (Annexe 2)
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
1
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
Analyse du dossier documentaire
Un coup d’œil rapide aux titres des parties et des sous-parties du dossier documentaire devait vous mettre sur la
voie d’une réponse appropriée à la question posée. Je reprends ici quelques éléments avant de les développer
dans la correction.
A. Le libre échange engendre des gains comme des pertes pour le consommateur et le producteur
Pour ce qui est des gains engendrés par le libre échange, le doc. 1 complétait les théories présentées en cours
en montrant que le commerce international ne fait pas seulement qu’augmenter le niveau de production (cf
l’exercice sur Ricardo que nous avions en cours), mais qu’il « booste la croissance », via divers mécanismes :
transfert de techno, stimulation du progrès technique, amélioration du cadre institutionnel, accentuation de la
concurrence, etc…
Argument (1) à retenir pour le plan détaillé : on peut apporter d’autres justifications que ceux des théories standard
(traditionnelles+nouvelles) pour justifier la causalité « libre échange induit croissance ».
Le doc. 2 invitait à se demander si d’un point de vue empirique, la réalité corroborait la théorie. Vous deviez
normalement voir que NON : il n’est pas évident de montrer factuellement qu’ouverture croissante et croissance
économique vont de pair, ce que je développerai plus bas.
Argument (2) : la causalité « libre échange induit croissance » n’est si évidente sur le plan empirique.
A ce stade de la lecture, un premier axe de problématisation apparaissait : les faits ne paraissent pas tout à fait
corroborer la théorie. L’opposition théorie / empirie est souvent très efficace pour problématiser une dissertation
et ce, pour un très grand nombre de sujets : souvenez vous-en.
Pour ce qui est des pertes engendrés par le libre échange, il fallait chercher un peu plus loin dans le dossier, et en
particulier mobiliser le doc 3.
B. Le protectionnisme : une réponse efficace aux limites du libre-échange ?
Remarque préliminaire : je fait d’avoir une sous-partie intitulée i. Les justifications du protectionnisme devait vous
conduire à vous demander si le libre échange était la seule manière de stimuler la croissance.
Le doc. 3 montrait que l’affaiblissement des protections douanières s’accompagnait aussi de conséquences
néfastes pour les économies (déflation salariale, concurrence accrue entre les territoires conduisant à un moinsdisant social, fiscal ou environnemental, etc…) qui justifient le recours à un protectionnisme « défensif ». Il fallait
ramener les informations de ce texte à la question de la croissance et cherchez, parmi les conséquences
négatives du libre échange, lesquelles peuvent avoir un impact négatif sur la croissance (la baisse des salaires et
la hausse du chômage des moins qualifiés pèsent négativement sur la demande, le transfert du poids de la
fiscalité du capital vers le travail réduit le revenu disponible des ménages donc la consommation, la baisse des
recettes fiscales des Etats entravent leur capacité d’intervention et d’investissement, etc.).
Argument (3) : le libre échange peut peser négativement sur la croissance, ce qui justifie des formes de
protectionnisme défensif.
Les deux autres documents poussait le raisonnement encore plus loin en montrant le « protectionnisme
éducateur » (doc. 6 de votre manuel p. 77) et la « politique commerciale stratégique » (doc. 4) pouvaient être
synonyme de croissance en stimulant certains secteurs d’activités spécifiques.
Argument (4) : il se pourrait, paradoxalement, que le protectionnisme soit dans certains cas plus efficace que le
libre échange pour favoriser la croissance.
Voilà un deuxième axe de problématisation intéressant : se pourrait-il que au contraire certaines formes de
protectionnisme soient nécessaires pour stimuler la croissance du fait de limites du libre échange ? Dans un sujet
de type débat/discussion, il est souvent efficace de prendre le contrepied de la proposition initiale pour
problématiser : souvenez vous-en également.
La partie ii. Les limites du protectionnisme sortait du sujet, qui doit rester centré sur la question de la croissance.
Cependant, il offrait quelques arguments pour une ouverture, ce que nous verrons plus bas.
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
2
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
Problématisation et plan
Nous avons donc trouvé deux axes de problématisation qui montrent bien que la question posée « fait
problème » : (I) il n’est pas évident de montrer empiriquement un lien évident de causalité entre libre échange et
protectionnisme, et (II) il se pourrait que le protectionnisme soit parfois justifié au nom même de la croissance. Le
plan sera organisé autour de ces deux idées, d’ou l’annonce de plan suivante :
La théorie économique s’est attachée depuis longtemps à montrer que l’absence d’entrave au commerce
international est facteur de croissance (partie 1), mais d’un point de vue empirique, une telle causalité est plus
discutable (partie 2). Il apparaîtrait même que certaines formes de protectionnisme soient de nature à favoriser la
croissance (partie 3).
CORRECTION
Comme cela avait déjà été le cas lors de la Grande Dépression des années 1930, au cours de laquelle les pays
industrialisés avaient multiplié les barrières douanières à un niveau tel que les échanges internationaux s’étaient
effondré en quelques années, la crise de 2008 a ravivé les tensions protectionnistes. Ainsi, selon l’OMC, le
nombre de mesures de protection initiées en 2011 a augmenté de plus de 50% par rapport à son niveau de
20102, ce qui, de l’avis de son Directeur Général Pascal Lamy, pourrait aggraver la crise actuelle plus que la
résoudre. C’était d’ailleurs pour éviter ce réflexe de repli national que les vainqueurs de la Seconde Guerre
Mondiale avaient décidé de créer en 1947 un accord international sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT
en anglais), qui deviendra en 1995 l'Organisation Mondiale du Commerce, afin de favoriser le libre échange, c’est
à dire la libre circulation des marchandises entre les pays par la suppression des obstacles douaniers de toute
nature.
L’enjeu n’était pas seulement de limiter le protectionnisme mais plus largement de favoriser l’échange
international qui, selon la doctrine héritée d’A. Smith et D. Ricardo, est un facteur favorable à la croissance
économique, c’est à dire à l’augmentation durable de la production et des revenus domestiques. Mais qu’en est-il
dans les faits ? Observe-t-on un lien positif entre libéralisation des échanges et croissance économique ?
L’ouverture au commerce international est-elle toujours synonyme d’accroissements des richesses ? Et si tel
n’est pas le cas, le protectionnisme ne pourrait-il pas se justifier au nom même de la recherche d’une plus grande
croissance économique ?
C’est à ces questions que l’on tentera de répondre en montrant que si la théorie économique s’est attachée
depuis longtemps à montrer que l’absence d’entrave au commerce international est facteur de croissance (partie
1), une telle causalité n’est pas toujours facile à montrer au plan empirique (partie 2). Il apparaîtrait même que
certaines formes de protectionnisme soient de nature à favoriser la croissance (partie 3).
I. La théorie économique s’est attachée depuis longtemps à montrer que l’absence d’entrave au commerce
international est facteur de croissance …
A. Selon la tradition héritée des économistes classiques, le développement des échanges internationaux serait facteur de
gains statiques …
•
•
La théorie classique prône l’ouverture des économies car celle-ci permet d’augmenter la production
domestique. En orientant ses ressources vers les secteurs d’activités où il détient un avantage absolu
(Smith), un avantage comparatif (Ricardo) ou qui utilisent de manière intensive le facteur dont il est le plus
fortement doté (capital, travail qualifié ou travail non qualifié : HOS), un pays ouvert réalise des gains de
productivité favorables à la croissance économique.
La Division Internationale du Travail engendrée par le commerce international entraîne donc des effets
positifs et augmente le niveau de production des pays engagés dans l’échange. Ce d’autant que
l’augmentation du volume de production (qui désormais dépasse les besoins domestiques) entraine des
économies d’échelle, donc de nouveaux gains de productivité.
B. … et les travaux plus récents insistent également sur l’apparition de gains dynamiques.
•
2
L’ouverture ne fait pas qu’augmenter le niveau de production : elle accélère également la croissance en
agissant positivement sur le progrès technique. Comme le montre le doc. 1, les transferts de
technologies, « via l’importation de biens d’équipement, d’usines et de brevets » stimule celui-ci et
permettent le développement de capacités locales d’innovation. Le financement de l’effort interne de R&D
est par ailleurs facilité par le fait de pouvoir amortir les coûts d’innovation sur des « séries longues » de
production rendues possibles par l’accès à « un marché plus vaste ».
Voir sur iKonomics l’article Pourquoi le protectionnisme progresse dans le monde, Le Monde.fr, 16.03.2012
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
3
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
•
•
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
L’ouverture accélère également la croissance en augmentant la concurrence entre les firmes, ce qui
bénéficie aux consommateurs via la baisse des prix et l’apparition de nouveaux produits qui boostent la
consommation (doc. 1).
Enfin, les pays engagés dans le commerce international sont incités à améliorer leurs institutions (droits
de propriété) et leurs infrastructures afin de profiter des opportunités d’investissements, étrangers comme
nationaux, engendrées par l’ouverture.
Transition : l’ouverture aux échanges placerait donc les économies dans une dynamique de progrès favorable à la
croissance. Il apparaît donc tout à fait justifié de promouvoir la libéralisation des échanges. Observe-t-on dans les
faits une telle causalité ?
II. … mais d’un point de vue empirique, une telle causalité est plus discutable …
A. Dans les faits, libéralisation des échanges et croissance économique ne vont pas toujours de pair.
•
Le premier graphique du doc. 2 montrent que l’accélération du commerce international durant la décennie
2000/2010 ne s’est pas traduite par une accélération de la croissance du PIB réel au niveau mondial. Au
contraire, le PIB réel mondial a augmenté moins fortement durant la décennie 2000/2010 (2,8% en
moyenne par an) que durant la décennie 1990/2000 (3,1%) alors même que la progression des
exportations comme des importations (environ 11% de croissance annuelle moyenne) était de plus de 3
points supérieures à la par rapport à la décennie précédente (environ 6,8% de croissance par an). Le
constat vaut également pour le PIB par tête qui dont la progression est resté à un niveau pratiquement
stable (1,6 à 1,7% par an) d’une décennie à l’autre.
•
L’analyse au niveau individuel suggère par ailleurs que les pays qui se sont les plus fortement ouverts
depuis le milieu des années 1980 (ce que le graphique 2 mesure par la progression annuelle moyenne du
« taux d’ouverture », soit le taux de croissance du rapport X/PIB en %) ne sont pas nécessairement ceux
qui ont connu sur la période la croissance économique la plus forte. La forme du nuage de points (chaque
point représentant un pays) ne suggère ainsi aucune corrélation nette entre progression du taux
d’ouverture et progression annuelle moyenne du PIB par habitant. Si l’on concentre l’analyse sur les pays
ayant connu une croissance du PIB par tête proche de la croissance mondiale telle qu’indiquée dans le
premier graphique (environ 1,65% depuis 1990), on trouve des pays qui ont connu des évolutions très
différentes de leur taux d’ouverture, et même un certain nombre de pays dont l’ouverture a reculé sur la
période. Le cas de la Chine, qui conjugue accélération de la croissance et accélération de l’ouverture aux
échanges paraît donc être une exception. En règle générale, il apparaît qu’une ouverture croissante de
l’économie n’est pas forcément synonyme d’accélération de la croissance économique.
B. Par ailleurs, les gains tirés de l’échange international ne sont pas identiques pour tous les pays.
•
•
Il apparaît tout d’abord que toutes les spécialisations ne se valent pas. En effet, les gains tirés de
l’échange dépendent largement des termes de l’échange, c’est à dire du prix relatif des exportations par
rapport à celui des importations (cf. manuel doc. 5 p. 75). Comme l’ont bien montré les théoriciens de la
croissante appauvrissante dès les années 1950, les pays spécialisés dans les produits primaires (PED)
sont condamnés à une dégradation de leurs termes de l’échanges du fait de la baisse tendancielle de la
demande mondiale pour ce type de produits et de la hausse tendancielle de la demande mondiale de
produits manufacturés.
De même, toutes les dotations factorielles ne se valent pas non plus. Ainsi (doc. 3, p. 74), la faiblesse des
ressources en capitaux caractéristiques des pays du Sud est plus pénalisante que la pénurie relative de
main d’œuvre non qualifiée des pays du Nord. Alors que ces derniers peuvent recourir à l’immigration
d’une main d’œuvre peu coûteuse, les pays du Sud restent durablement dépendant des capitaux et de la
technologie du Nord.
Transition : au delà de ces limites, il se pourrait même que l’ouverture aux engendrent des effets néfastes sur la
croissante que seules des mesures protectionnistes pourrait stimuler.
III. … et il apparaît même que certaines formes de protectionnisme soient de nature à favoriser la
croissance.
A. Pour parer aux limites du libre échange, un protectionnisme défensif peut être justifié …
•
Comme le montre bien le document 3, le libre échange peut avoir un impact négatif sur la croissance.
Ainsi, les tensions à la baisse des salaires (déflation salariale) et la hausse du chômage des moins
qualifiés (dans les secteurs frappés par la concurrence des pays émergents) pèsent négativement sur la
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
4
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
•
•
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
demande, de même que le transfert progressif du poids de la fiscalité du capital vers le travail (du fait du
risque de délocalisation du capital) réduit le revenu disponible des ménages donc la consommation.
Plus structurellement, la baisse des recettes fiscales des Etats engagés dans une course au moins-disant
fiscal pour retenir ou attirer les firmes multinationales, risque d’entraver à long terme leur capacité
d’intervention et d’investissement dans l’économie, pourtant gage de croissance à long terme.
Faute de mieux, certaines formes de protectionnisme défensif semblent donc se justifier pour limiter les
effets récessifs de la mondialisation et les concurrences déloyales qu’elle attise.
B. … tout comme un protectionnisme plus offensif dont la propriété serait de stimuler la croissance.
•
•
Comme le théorise Friedrich List à la fin du XIXème siècle (doc. 6 p. 77), une ouverture graduelle peut être
favorable à la spécialisation d’une économie et un protectionnisme « éducatif » peut permettre aux
industries naissantes de se développer à l’abri de la concurrence internationale, faute de quoi elles ne
pourraient résister à la concurrence d’entreprises déjà installées bénéficiant de coûts de production plus
bas. Ce type de protectionnisme sélectif et temporaire a été largement utilisé, et avec succès, par la
Corée du Sud dans les années 1980.
Plus récemment, Paul Krugman, Nobel d’économie en 2008, a fait le constat que des politiques publiques
d’incitation à l’exportation, sous forme de subventions, peuvent se justifier dans le cas d’entreprises
oligopolistiques, telles que l’aéronautique, caractérisées par des coûts fixes élevés et donc, des
économies d’échelle importantes. (doc. 4)
Il apparaît au final que le libre échange pourrait ne pas tenir toutes les promesses que la théorie économique veut
bien lui prêter. Si il peut être porteur de croissance économique pour les pays qui bénéficient des bonnes
spécialisations ou pour ceux qui savent tirer partie de l’importation de technologies pour développer des
capacités locales d’innovation, elle apparaît dans bien des cas porteuse de tensions (sur les salaires, sur les
systèmes fiscaux et sociaux ou sur la partie des travailleurs la plus exposée à la concurrence internationale) qui
pourrait amoindrir la croissance à long terme. Le recours à un protectionnisme sélectif pourrait dès lors se justifier
pour protéger de la compétition internationale les secteurs en développement ou les très grandes entreprises.
Cette solution ne constitue pas pour autant une panacée car les risques du protectionnisme ne doivent pas être
négligés. Au delà des risques de rétorsion, une protection trop systématique des producteurs nationaux pourrait
bénéficier en priorité aux entreprises locales les moins efficaces, au détriment des gains de productivité et de la
croissance. L’augmentation du prix des produits pourrait également pénaliser le pouvoir d’achat des
consommateurs donc freiner la demande.
Une solution pour sortir de ce dilemme pourrait être de « réguler » le libre échange pour éviter que les pays,
engagés dans un jeu non coopératif de compétition généralisée, ne soient tentés par des politiques
systématiques de « moins-disant » (fiscal, social, environnemental) préjudiciables à la croissance à long terme. De
même, elle pourrait s’accompagner de politiques redistributives qui permettraient de compenser la baisse des
salaires tout en offrant à la population des pays concernés la possibilité de bénéficier d’importations bon marché.
En somme un échange « libre », certes, mais organisé.
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
5
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
Annexe 1 : les limites du protectionnisme
Très synthétiquement, les idées essentielles à retenir sont dans les titres des documents du dossier :
1. Le protectionnisme engendre des pertes économiques
La théorie microéconomique (doc. 1) montre que la mise en place de barrières tarifaires est préjudiable aux
consommateurs, dont une partie du « surplus » est redistribué aux producteurs et à l’Etat. Il est de même
préjudiciable à l’ensemble de la collectivité en réduisant le surplus « global ». D’où l’idée suggéré par le doc. 2
que les gagnants (les producteurs) ont plus à gagner que les perdants (les consommateurs).
2. Le protectionnisme a des effets incertains (doc. 3)
Le choix par la puissance publique des industries à protéger n’est pas simple et aucune mesure de protection
n’est exempte de limites : les subventions favorisent les producteurs domestiques mais les désincitent à innover
et font supporter des coûts pour le contribuables, les quotas protègent les industries concernées mais sont
facteurs d’augmentation des prix, etc…
Ces dilemmes sont d’autant plus pesants que des mesures de protection « temporaires » sont souvent difficiles à
remettre en cause une fois mises en place (risque d’irréversibilité).
3. Le protectionnisme induit des risques de représailles (doc. 3)
La mise en place de mesures de protection peut déclencher des représailles de la part des pays qui en sont
victimes voire conduire à de véritables guerres commerciales, comme dans les années 1930 : quand il se
généralise, le protectionnisme ne fait que des perdants.
4. Les pays du Nord auraient sans doute beaucoup à perdre du protectionnisme (doc. 3)
Des mesures de protection dans les pays du Nord ne réduiraient pas nécessairement fortement leurs importations
en provenance des pays à faible coût de main d’œuvre (Chine et autres émergents…) du fait de la disparition,
dans de nombreux secteurs, de capacités domestiques de production de produit de substitution. Ils seraient en
revanche pénalisés en matière d’exportation si leurs partenaires commerciaux répondaient par des mesures
identiques sur leur propre marché.
Un dernier argument est à signaler, qui complète le point 1.
5. Le protectionnisme recèle un risque politique (doc. 3)
L’Etat étant imparfait, les mesures de protection résultent plus souvent de l’action efficace de groupes de
pressions (lobbies d’industriels, associations sectorielles) que de la prise en compte de l’intérêt général. Or les
consommateurs, qui sont généralement les perdants de ces mesures, du fait de leur très grand nombre, n’ont pas
la capacité d’organisation et d’action collective des petits groupes (cf. le paradoxe de l’action collective d’Olson
vu en première). Accepter le principe du protectionnisme, c’est donc courir le risque qu’une poigné d’industriels
bien organisés ne bénéficient de mesure pour leur seul intérêt particulier.
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
6
SES - Terminale ES 3 – Lycée Hoche – 2012/2013
CHAPITRE 2 : MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTEGRATION EUROPEENNEE
Annexe 2 : les nouvelles théories du commerce international
Bruno Dourrieu – http://ikonomics.wordpress.com
7
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Ce que beaucoup devaient savoir

0 Cartes Jule EDOH

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Créer des cartes mémoire