commerce mondial et croissance économique

publicité
60
COMMERCE MONDIAL
ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE
De 1945 à 1975, l’essor du commerce mondial est allé de pair avec une croissance économique des pays industrialisés. Aujourd’hui encore, la croissance du
commerce mondial se poursuit. Pourtant, on assiste à une multiplication des
conflits commerciaux entre nations et à des tendances au protectionnisme.
L’ESSOR DU COMMERCE MONDIAL FAVORISE LA CROISSANCE
q Les avantages du libre-échange
La croissance du commerce mondial passe par l’adoption de dispositions visant à éliminer toute entrave à la circulation des marchandises et des capitaux (fiche 62). Ce sont
ces dispositions que les nouveaux pays industrialisés du Sud-Est asiatique ont depuis
longtemps appliquées; les succès qu’ils ont rencontrés semblent prouver que le libreéchange favorise la croissance économique.
En effet, les exportations aboutissent à une entrée de devises qui donne lieu à une
distribution accrue de revenus. Il en découle une hausse de la demande et/ou de
l’épargne qui apporte de nouvelles sources de financement d’investissements. L’effort à
l’exportation se traduit aussi par la recherche de compétitivité, et dans un contexte
concurrentiel, celle-ci s’obtient par des gains de productivité sources de croissance
économique.
De plus, le développement des échanges engendre des investissements complémentaires (par exemple d’infrastructures de communication, de distribution…). Les importations de biens d’équipement s’accompagnent fréquemment de transferts de
U NE
CROISSANCE ET DES EXPORTATIONS SOUTENUES
Ce tableau donne pour quatre pays d’Asie du Sud-Est et, à titre de comparaison,
pour la France, le PIB (produit intérieur brut) en 2003, le taux de croissance annuel
du PIB entre 1994 et 2003, ainsi que le taux d’exportation en 2002
(en pourcentage du PIB).
Pays
PIB en 2003
en milliards
de $ PPA de 1995
Taux de croissance
annuel du PIB
entre 1994 et 2003
Taux
d’exportation
en 2002
Corée du Sud
871
5,3
40
Malaisie
210
5,1
114
Philippines
334
4,0
49
421
3,2
65
1438
2,1
27
Thaïlande
France
Source : PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), Rapport mondial sur le développement
humain, 2004.
136
technologie qui évitent d’effectuer de
lourdes dépenses de recherche et de
développement. Ces transferts de technologie permettent aux économies
importatrices de moderniser leur appareil productif.
q Les inconvénients
du protectionnisme
L’échec du libéralisme
en Afrique
En se conformant aux prescriptions des
économistes libéraux (voir fiche 62), de
nombreux pays de la zone d’Afrique subsaharienne se sont spécialisés dans la
production de produits primaires. Mais la
chute des cours de ceux-ci, provoquant
une dégradation des termes de l’échange, a généré une perte de recettes d’exportation handicapant lourdement le financement d’investissements nouveaux.
Dans le libre-échange, ce que vendent
les uns est une source de revenu qui permet d’acheter aux autres. Aussi, un pays
qui adopte des politiques protectionnistes
voit les marchés étrangers se fermer à ses
De plus, cette spécialisation dans des
produits à faible valeur ajoutée a accru
entreprises. En outre, le protectionnisme
l’écart de développement entre ces
défensif visant à protéger des secteurs
pays et les pays développés et a plongé
vieillissants et menacés par la concurles premiers dans la dépendance des
rence internationale s’apparente à une
seconds.
« mise sous perfusion » de secteurs non
compétitifs; cela provoque un effet d’éviction par rapport à des secteurs à rentabilité plus élevée et crée une classe d’entrepreneurs
disposant d’une rente de situation. Du reste, les importations correspondent souvent à des
besoins internes que le système productif national ne peut pas satisfaire, ou qu’il satisfait
dans des conditions de prix ou de qualité moins intéressantes pour les agents économiques. L’application de mesures protectionnistes fausse la concurrence entre les
secteurs; cela n’encourage plus les entrepreneurs à faire preuve d’innovation. Par ailleurs,
lorsque les achats de produits étrangers informent sur la rareté des produits, ils constituent des signaux efficaces de ce qu’il faut produire.
LE PROTECTIONNISME EST PARFOIS INDISPENSABLE
q Les inconvénients du libre-échange
À partir du moment où l’économie est ouverte sur l’extérieur, une partie de la demande
supplémentaire se porte sur des produits importés, ce qui limite les effets d’une politique
de relance. La contrainte extérieure, mesurée par la dépendance d’une économie à l’égard
des autres, empêche chaque État de contrôler le niveau des taux d’intérêt, puisque le libreéchange suppose la libre circulation des marchandises et des moyens de régler les
échanges, c’est-à-dire des capitaux.
q Les avantages du protectionnisme
Au XIXe siècle, l’économiste allemand Friedrich List développe l’idée qu’il faut protéger
les industries naissantes incapables d’affronter la concurrence internationale, car trop fragiles. Des auteurs tels que Nicolas Kaldor (disciple de Keynes) ont élargi cette analyse en
suggérant la protection d’industries vieillissantes. Ce protectionnisme défensif permet
d’enrayer le déclin d’activités menacées de disparition.
137
Téléchargement
Explore flashcards