Joly_M2_web-2014

advertisement
Titre du stage : Rôle des protéines séminales sur les taux de polyandrie chez la drosophile
Laboratoire : LEGS (Evolution, Génomes et Spéciation, UPR9034)
Adresse : CNRS, Avenue de la Terrasse, bât 13, 91198 Gif sur Yvette, Cedex
Responsable de stage :
Joly Dominique (DR-CNRS, HDR)
Email : Dominique.Joly@legs.cnrs-gif.fr ; Tél : 01 69 82 37 34 ; Fax :01 69 82 37 36
Description du stage :
L'évolution rapide des gènes de la reproduction soutient l'idée que la sélection sexuelle joue un rôle
important dans les divergences adaptatives entre sexes. Mâles et femelles ont des intérêts évolutifs
divergents : les premiers augmentent leur valeur sélective avec le nombre d’accouplements tandis que
les secondes augmentent leur valeur sélective par la qualité génétique de la descendance. Ce conflit
sexuel engendre de fortes pressions de sélection sur les taux de polyandrie et notamment sur les gènes
impliqués dans la réceptivité sexuelle des femelles.
L’objectif du stage est de documenter les interactions entre phéromones séminales et taux de polyandrie
en combinant des approches comportementales, génétiques et moléculaires. Pour cela, nous travaillons
sur la drosophile, modèle privilégié pour les études sur la sélection sexuelle et la reproduction et pour
lequel nous avons montré des fréquences d’accouplement différentes entre espèces mais aussi entre
populations d’une même espèce.
Le stage portera sur l’étude de l’évolution des taux de polyandrie dans différentes populations de D.
melanogaster et D. teissieri par des analyses comportementales de réceptivité sexuelle des femelles. La
diversité moléculaire de certaines protéines séminales (sex-peptide, Dub99, PebII et Mst57Da)
identifiées comme fortement impliquées dans ce processus sera analysée en parallèle afin de déterminer
les pressions de sélection associées. Une analyse quantitative de ces mêmes protéines transférée aux
femelles lors de l’accouplement pourra être envisagée et permettra de faire le lien avec les taux de
polyandrie.
Références
Angelard C, Montchamp-Moreau C, Joly D. 2008. Female-driven mechanisms, ejaculate size and quality
contribute to the lower fertility of sex-ratio distorter males in Drosophila simulans. BMC Evol Biol 8:
326.
Ben Chehida Y, Denis B, Claisse G, Joly D. 2014. Ce que l’étude des protéines du fluide séminal de
drosophile nous apprend sur l’évolution de la reproduction. Médecine/Science 30: 651-657.
Denis B*, Claisse G*, Le Rouzic A, Wicker-Thomas C, Lepennetier G, Joly D. Female remating and
differential effect of male accessory gland proteins on female receptivity in closely-related species of
Drosophila (en préparation, * contributions égales)
Joly D, Luck N, Dejonghe B. 2008. Adaptations to long sperm in Drosophila: correlated development of
the sperm roller and sperm packaging. J. Exp. Zool. (Mol. Dev. Evol) 310B: 167-178.
Joly D, Schiffer M. 2010. Coevolution of male and female reproductive structures in Drosophila. Genetica
138: 105-118.
Millares P, Claisse G, Denis B, Le Caër J-P, Joly D. en prép. Cross-species comparison of seminal fluid
using shotgun proteomics in Drosophila species (en préparation).
Téléchargement