Formes de violence1 - A Global Ethic Now

publicité
Formes de violence1
I. Violence personnelle directe
La violence personnelle directe implique la présence d‘un acteur concret exerçant cette
violence.
a) Violence psychologique (morale)
– Générer la peur, par ex. par des invectives, des menaces, des tactiques d‘intimidation.
– Violer la dignité d‘une personne, par ex. par des traitements sexistes, racistes, ou le
harcèlement.
b) Violence physique
– Atteinte à l’intégrité corporelle ou à la vie par la violence physique ou la force des
armes, par ex. meurtre, torture, viol, etc. ;
– Menace de violence, torture, viol, etc.
– Tout agissement sur autrui au moyen de la violence physique, par ex. coups.
II. Violence structurelle indirecte
La violence structurelle indirecte ne permet d‘identifier aucun acteur précis. La violence
structurelle s‘exprime à travers des normes et des structures (à l‘échelle sociale et
globale), comme par ex. des structures économiques et sociales injustes, un accès à
la formation inégal, des opportunités de participation à la vie politique limitées ou des
préjudices légaux à l‘encontre de tranches de la population.
La violence structurelle empêche tout développement des perspectives de vie et de la
qualité de vie des populations défavorisées, malgré les possibilités qui devraient être
offertes par les conditions sociales données (par ex. accès à une formation plus avancée,
aux soins de santé, participation à la vie politique, etc.).
a) Violence culturelle
Selon Pierre Bourdieu, la violence culturelle est l‘inégale répartition des chances
d‘appréhender les symboles et les contenus de la connaissance d‘une société :
– accès inégal aux ressources culturelles, par ex. école (aisance financière des parents),
université (numerus clausus) et
– pouvoir inégal quant à l‘évaluation et à la validité des contenus de la connaissance, par
ex. programmes scolaires.
Selon Johan Galtung, la violence culturelle consiste également à détourner certains
aspects de la culture (religion, langue, ethnie, art, science) pour justifier la violence.
b) Violence économique
La violence économique réside dans les particularités des conditions de production
et leurs conséquences pour les employés et les consommateurs. En ce sens, des
phénomènes tels que le chômage, les bas salaires et la pauvreté sont l‘expression de
rapports de force économiques.
Certains groupes de la société disposent de davantage de capitaux que les autres et
1 Thorsten Bonacker/Peter Imbusch : Begriffe der Friedens- und Konfliktforschung: Konflikt, Gewalt, Krieg, Frieden. [Terminologie de la recherche sur la paix et les conflits : conflit, violence, guerre, paix.] In : Peter Imbusch/Ralf Zoll (édité) : Friedens- und
Konfliktforschung. Eine Einführung mit Quellen [Recherches sur la paix et les conflits. Introduction et sources], Opladen 1999, p.
86–95.
utilisent de surcroît leur position privilégiée pour exploiter les autres groupes.
La « lutte des classes » à l‘œuvre dans la société et le conflit international opposant les
pays industrialisés riches (« Premier monde ») et les pays en voie de développement
pauvres (« Tiers monde ») peuvent ainsi être imputés à un rapport de force et de pouvoir
économique.
c) Violence technico-bureaucratique
Selon Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, une rationalité particulière, une « raison
instrumentale » s‘est développée dans la société civile. La bureaucratie et l‘administration
ne tiennent pas compte de la situation particulière de l‘individu, mais le font entrer de
force dans un moule préétabli, suivant lequel son « cas » va être traité. Les citoyens en
sont ainsi réduits au statut de numéros, « réifiés », dépouillés de leur individualité. Ces
procédures technico-bureaucratiques s‘accomplissent à l‘insu des acteurs et exercent
un rapport d‘autorité contre lequel ils luttent. Le conflit entre les autorités en charge de
l‘immigration et les groupes de défense du droit d‘asile en donne un exemple parlant.
III. Violence éthique et morale
Beaucoup considèrent la menace d‘une sanction infligée par Dieu, par ex. le purgatoire
ou l‘enfer, comme une forme de violence éthique et morale. Il s‘agit en tout état de cause
d‘une forme de violence, par ex. lorsqu‘une résistance justifiée contre les autorités est
stigmatisée comme un péché, qui sera prétendument punie dans l‘autre monde.
Téléchargement
Explore flashcards