1er TD de méthodo philosophique

publicité
Antoine Muller
Université de Paris Ouest
2011/2012
Licence Humanités, 1ère année
Méthodologie Philosophique
Séance n°1 : travail préparatoire à effectuer par les étudiants :
A.
Analyse de texte :
Lisez attentivement le texte reproduit à la page suivante, tiré de La Poétique d’Aristote,
effectuez quelques recherches vous permettant de l’éclaircir, et esquissez-en un commentaire écrit
sous forme de remarques rédigées (500 mots minimum) détaillant les éléments qui vous paraissent
remarquables et pertinents.
Vous vous appuierez sur les règles de méthode du commentaire de texte philosophique
acquises en classe de terminale, en prêtant attention aux éléments suivants :
 type de texte : style, genre littéraire.
 éléments du contexte de l’œuvre (époque, langue, auteur) qui présentent un intérêt pour
commenter ce texte
 domaine de la philosophie concerné (morale, politique...), thème, problème(s) du texte
 passages centraux du texte et mots clé (« concepts »)
 étapes du texte, progression de l’argument
B.
Rédigez une fiche de présentation comprenant les éléments suivants :
 nom, prénom, date de naissance.
 sections en terminale ?
 projets d’orientation professionnelle ?
 langues pratiquées, et niveau dans chacune d’entre elles
 dernières lectures personnelles (de tout ordre) ?
 accès à un ordinateur ? à internet ?
Indiquez si vous êtes étudiant étranger ou si le français n’est pas votre langue maternelle, si vous
exercez un travail ce semestre, si vous bénéficiez d’un tiers temps, d’un contrôle dérogatoire, si
vous êtes malvoyant ou malentendant...
Avez-vous des goûts ou des intérêts particuliers en philosophie ? Avez-vous déjà lu des textes de
philosophie en dehors des cours ? Y a-t-il certaines choses en particulier dans vos cours de
terminale qui vous ont marqué ou dont vous vous rappelez ? Est-ce une discipline que vous
appréciez (et pourquoi) ? Quels sont les problèmes que vous rencontrez ? Avez-vous des désirs ou
des attentes concernant la méthode ou le contenu du TD ?
CHAPITRE 9
De ce que nous avons dit, il ressort clairement que le rôle du poète est de dire non pas ce qui
a lieu réellement, mais ce qui pourrait avoir lieu dans l’ordre du vraisemblable ou du nécessaire. Car
la différence entre le chroniqueur et le poète ne vient pas de ce que l’un s’exprime en vers et l’autre
en prose (on pourrait mettre en vers l’œuvre d’Hérodote, ce ne serait pas moins une chronique en
vers qu’en prose) ; mais la différence est que l’un dit ce qui a eu lieu, l’autre ce qui pourrait avoir
lieu ; c’est pour cette raison que la poésie est plus philosophique et plus noble que la chronique : la
poésie traite plutôt du général, la chronique du particulier. Le « général », c’est le type de chose
qu’un certain type d’homme fait ou dit vraisemblablement ou nécessairement. C’est le but que
poursuit la poésie, tout en attribuant des noms aux personnages. Le « particulier », c’est ce qu’a fait
Alcibiade ou ce qui lui est arrivé.
En ce qui concerne la comédie, la chose est d’emblée évidente : les poètes construisent leur
histoire à l’aide de faits vraisemblables, puis ils lui donnent pour supports des noms pris au hasard,
au lieu de composer leurs poèmes, comme les poèmes iambiques, sur un individu particulier. Les
tragiques au contraire s’en tiennent aux noms d’hommes réellement attestés. En voici la raison :
c’est que le possible est persuasif ; or, ce qui n’a pas eu lieu, nous ne croyons pas encore que ce soit
possible, tandis que ce qui a eu lieu, il est évident que c’est possible (si c’était impossible, cela
n’aurait pas eu lieu).
Néanmoins, dans certaines tragédies, il n’y a qu’un ou deux noms connus, les autres sont
forgés ; et, dans certaines, il n’y en a aucun ; par exemple dans l’Anthée d’Agathon, où les faits et
les noms sont également forgés sans que le charme en soit moins grand. De sorte qu’il ne faut pas
vouloir à tout prix s’en tenir aux histoires traditionnelles qui forment le sujet de nos tragédies ; c’est
même une exigence ridicule puisque aussi bien ce qui est connu ne l’est que d’une minorité, mais il
n’empêche que cela plaît à tout le monde.
Il ressort clairement de tout cela que le poète doit être poète d’histoires plutôt que de mètres,
puisque c’est en raison de la représentation qu’il est poète, et que ce qu’il représente, ce sont des
actions ; à supposer même qu’il compose un poème sur des événements réellement arrivés, il n’en
est pas moins poète ; car rien n’empêche que certains événements réels ne soient de ceux qui
pourraient arriver dans l’ordre du vraisemblable et du possible, moyennant quoi il en est le poète.
ARISTOTE, La Poétique, (335-323 ?), tr. fr. R. Dupont-Roc, J. Lallot, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1980.
(ch. 9, p. 65-67, 1451a36-1451b32).
Téléchargement
Explore flashcards