Massage circulatoire du membre inférieur

publicité
Massage circulatoire du membre inférieur
Il existe un gros réseau sur les faces dorsale et plantaire du pied (semelle veineuse de Lejars)
- la veine grande saphène remonte le long de la face médiale de la jambe et se jette dans
le pli inguinal au niveau de la cuisse. Au niveau de la cheville elle passe en interne,
elle est antémalléolaire.
- La veine petite saphène remonte à la partie latérale de la jambe et se jette au niveau du
creux poplité. Au niveau de la cheville elle passe en externe, en rétromalléolaire.
Le système veineux superficiel représente 10% du système veineux, on y a une action directe
par le massage circulatoire. Le reste (90%) correspond au système veineux profond que l’on
ne peut pas atteindre directement, il faut activer des pompes musculaires, notamment le
triceps, pour avoir une action sur ce réseau.
On demande au patient une flexion et une extension de la cheville :
- l’extension provoque la contraction du triceps
- la flexion provoque son étirement
Ce sont des mouvements en chasse.
I) Généralités
A) Contre-indications principales
La phlébite et les inflammations (évaluer la température cutanée).
Attention aux varices.
B) Indications
Oedèmes liquidiens (qui prennent le Godet) qui diminuent à la déclive d’environ 15°.
Cette déclive facilite aussi le retour veineux surtout en cas d’insuffisance veineuse.
Les patients sont souvent des personnes qui sont beaucoup assis ou en position debout
statique prolongée car les valvules peuvent se distendre et provoquer ainsi des stases
veineuses. L’âge est aussi un facteur important.
C) Conseils d’hygiène de vie
-
porter des bas de contention à enlever avant le massage et à remettre immédiatement
après. Ces bas suppléent à la béance valvulaire
éviter la position assise prolongée
ne pas croiser les jambes
éviter les sources de chaleur prolongées
faire de la marche
utiliser des jets d’eau froide à la fin de la douche
boire beaucoup d’eau pour le drainage des tissus
avoir une alimentation riche en anti-oxydants pour la protection des parois veineuses
surélever le pied du lit
éviter de porter des chaussures à talons qui empêchent de dérouler le pas et donc
n’activent pas la pompe de retour
D) Manœuvre
Palpation des ganglions dans le pli inguinal qui sont normalement de la taille d’un noyau
d’olive.
Palpation du creux poplité, normalement on ne sent pas les ganglions.
Vérifier qu’il n’y a pas de plaie du membre inférieur provoquant une inflammation et donc un
gonflement des ganglions.
On commence par un effleurage global du membre inférieur. Effectuer des pressions statiques
au niveau du creux inguinal, où passe la veine fémorale profonde et la grande veine saphène
s’y abouchant, pour réenclencher la circulation de retour. Répéter ces pressions statiques 5
fois environ.
II) Différents types de massage
A) En cas d’œdème généralisé
On divise le membre inférieur en trois parties : la cuisse, la jambe et le pied.
Commencer par des pressions statiques en bascule (manœuvre en appel) de la cuisse vers le
genou.
Intercaler un effleurage puis faire des pressions glissées à la face médiale de la cuisse
jusqu’au pli inguinal.
Intercaler un effleurage.
On peut faire cette manœuvre sur les autres faces de la cuisse pour le réseau superficiel.
Repartir en appel depuis le pli inguinal jusqu’à l’œdème. Effectuer des pressions statiques
avec le talon de la main au niveau du creux poplité avec une contre-prise sur la face antérieure
de l’extrémité distale de la cuisse. Mouvement répété 5 fois.
Continuer les pressions statiques en appel en suivant le trajet de la grande veine saphène en
dedans de la crête tibiale et sur la face postérieure de la cuisse pour la veine petite saphène.
Puis effectuer des pressions glissées en bracelet du distal au proximal. Attendre quelques
secondes pour la levée du collapsus veineux.
On masse chaque partie du membre inférieur jusqu’à modification de la consistance ou du
volume de l’œdème. A chaque fois que l’on passe dans une zone importante il faut la réactiver
plusieurs fois . On repart en appel du proximal jusqu’au pied par des pressions statiques en
bascule.
B) En cas d’œdème au niveau du pied
Première technique
On part de l’idée de la marche :
-
attaque du talon : pression statique au niveau du talon
déroulement du pas : pression glissée sur la voûte plantaire puis pression statique sur
la tête des métatarsiens avec un contre-appui antérieur
flexion dorsale des orteils et pression glissée en peigne dans les espaces inter
métatarsiens (doigts écartés, avec la pulpe des doigts)
suivre le trajet des deux veines saphènes avec des pressions glissées puis sur tout le
membre inférieur
pressions statiques au niveau du creux poplité
pression glissée sur la cuisse
pressions statiques au niveau du pli inguinal
On peut demander au patient de pousser contre la main du MK sur la face plantaire du pied
pour activer le réseau profond. On demande de tirer puis pousser contre la main.
Deuxième technique
-
pression statique sur le talon
pression glissée jusqu’à la base des métatarsiens
poursuivre en effleurage jusqu’aux orteils
pression statique sur les orteils
pression glissée des orteils jusqu’au milieu du pied
remonter de chaque côté du pied en pression glissée
Troisième technique
On part des orteils et on effectue des pressions glissées sur la voûte plantaire puis sur les
orteils à la partie médiale et latérale. On revient sur les marginales.
Si l’œdème se situe au niveau de la cheville on part du pli inguinal en appel le long de la
cuisse puis on effectue des pressions statiques au niveau du creux poplité, on repart en appel
jusqu’à la cheville. Puis on travaille en chasse sur l’œdème.
Téléchargement
Explore flashcards