Liberté poème de Paul Eluard

publicité
Liberté poème de Paul Eluard
mis en Musique par Francis Poulenc
Paul Eluard
Le poème liberté écrit en 1942 est extrait du recueil poésie et vérité de Paul
Eluard. Il ouvre le recueil.
Le poème est composé autant en l’honneur de sa femme Nusch que de la liberté.
Il s’adresse à la liberté comme à une amante.
C’est un poème engagé de la seconde Guerre mondiale, contre l’oppression
allemande.
Ce poème est messager de la lutte et de l’espoir dans une France occupée
divisée. Le texte fut traduit et diffusé à travers toute l’Europe sous le manteau
par radio, par parachutage. A la fin de la guerre les résistants savaient par cœur
ces strophes.
Francis Poulenc
La rencontre de Poulenc avec Paul Eluard date de 1916. C’est le compositeur
Georges Auric qui suggère à Poulenc de mettre en musique les textes d’Eluard
En 1943 Poulenc écrit « figure humaine » liberté est la 8ème cantate.
L’œuvre
Figure Humaine, 8ème cantate, liberté
Ecouter sur your tube : http://youtu.be/Ij03EZ1SHWE
Figure humaine est une œuvre a cappella, c'est-à-dire une œuvre sans
instruments.
Nous entendons un double chœur à 6 voix différentes:
- 3 voix d’hommes : ténor, baryton, basse.
- 3 voix d’hommes : Soprano, Mezzo soprano, alto
La cantate Figure humaine chez Poulenc
La cantate de Poulenc s’inspire de la « cantate chorale » qui était une forme très
en vogue dans la période baroque.
A la différence de celle-ci elle est seulement a capella, il n’y a pas
d’instruments.
C’est une pièce de musique « sacrée » pour Poulenc car elle exprime son état
spirituel de l’époque.
A la différence de la cantate les strophes ne sont pas indépendantes, les vers ce
succèdent comme une litanie, une prière, ou les récitants « prient » et sont
« épris » de la liberté.
similitudes de figure humaine avec le poème
structure
Même structure 21 strophes et 4 vers.
Pas de ponctuations dans le poème, et dans la musique.
Anaphore sur est accentuée par les choristes
différence de figures
humaine poème
Les strophes se
succèdent , il n’y a pas
de silence dans la
musique pour voir le
découpage des strophes.
répétition en écho de
« j’écris ton nom »
caractère
Les paroles sont identiques
Les anaphores et les répétitions créaient une litanie, le
chant fait penser à un chant sacré une prière pour la liberté.
La première strophe est nostalgique, triste
« pierre sang papier ou cendre » , la musique renforce le
côté dramatique
« sur la jungle et le désert …
sur la lune vivante » plus joyeux dans le poème et dans la
musique.
expression d’espoir et d’attente (mis en avant par une demi
cadence qui fait un effet suspensif d’attente)
dramatique : « sur la mousse des nuages… sur les places
qui débordent »
Sacré : est mis en relief par la forme cantate, le chant a
capella, les anaphores, et les répétitions de la poésie
créaient une litanie.
Nuances
« pierre sang, sans papier ou cendre » les chanteurs se
rajoutent et renforcent par le forté le côté dramatique
nuances piano sur la lampe qui s’allume … sur mes
maisons réunies » la musique décrit la lumière qui s’éteint
avec le chuchotement des voix.
Début piano, sur la jungle et le désert
crescendo, la musique va de plus en plus fort et accentue
le côté dramatique « sur la vitre des surprises … sur les
marches de la mort »
tonalités / Les chromatismes mettent en valeur les couleurs du
Sonorités poème. Ex « pierre sang, papier cendre » glissement
chromatique, Eluard joue tout le long du poème sur les
des vers
allitérations exemple ici avec l p et l’assonance an/en.
Jeu sur l’anaphore avec la répétition du sur qui créait une
surenchère, le mot sur ressort très clairement dans
l’écriture vocale.
tempo
simplicité du
vocabulaire, Poulenc
utilise les douzes
tonalités ce qui
complexifient
l’harmonie avec une
polytonalité.
Le début le tempo de la musique est lent, comme
l’élocution du poème comme si le temps s’était arrêté.
sur la jungle et le
désert … sur le moulin
des ombres » plus
Le tempo s’accélère en suivant le côté tragique du poème , rapide, dernière strophe
et se calme dans les notes d’espoir du poème.
très accélérée
A la fin « par le pouvoir d’un mot « le temps est comme
suspendu, les valeurs rythmiques sont augmentées pour
mettre en valeur l’idée de renaissance, que l’on revit grâce
à la liberté qui est mis en valeur par le temps presque
arrêté tellement les valeurs rythmiques sont longues.
Conclusion
Poulenc a mis ce poème en musique en respectant son expression, son tempo, la
musique suit la structure et le caractère du poème. Poulenc s’en détache par la
complexité de l’écriture musicale, alors qu’Eluard utilise un langage presque
familier.
En bref, les deux artistes font l’éloge de la liberté, et du cycle de la vie de la
naissance à la mort. La liberté apparaît comme une renaissance, l’espoir après le
désespoir engendré par la guerre.
Téléchargement
Explore flashcards