TP 5 :

publicité
Partie C : Génétique et évolution
TP C-3 : Méiose et diversité génétique des gamètes (2)
Le brassage intra chromosomique
La couleur du corps chez la Drosophile est gouvernée par un gène dont on connaît deux allèles : un allèle détermine la
couleur gris-jaune du corps, et l´autre détermine la couleur noir du corps.
La longueur des ailes est gouvernée par un gène dont on connaît deux allèles : un allèle détermine la présence d’ailes longues
et l’autre détermine la présence d’ailes vestigiales.
On cherche à valider une des deux hypothèses suivantes :
-hypothèse 1 : les deux gènes sont liés sur la même paire de chromosomes.
-hypothèse 2 : les deux gènes sont indépendants sur deux paires de chromosomes différents.
Réaliser le schéma des allèles de ces deux gènes sur les chromosomes correspondant à ces deux hypothèses.
 Appeler le professeur pour vérifier
Rem : c’est vous qui choisirez judicieusement l’abréviation des allèles sur votre schéma

Etude du 1er croisement : on croise deux souches parentales de race pure, P1 et P2. On obtient une 1èregénération
de mouches notée F1.
 Ouvrir le logiciel « Mesurim » puis ouvrir la photo correspondant aux parents P1 et P2.
- Ecrire le phénotype des parents.
 Ouvrir avec « Mesurim » la photo correspondant aux parents individus F1 issus du croisement entre P1 et P2.
- Ecrire le phénotype des individus de la F1.
- Déduire les allèles dominants et récessifs de chaque gène en justifiant.
- Expliquer pour quelle raison il est impossible de schématiser les allèles sur les chromosomes à ce stade du raisonnement.
Appeler le professeur pour vérifier votre raisonnement

2ème croisement : on croise une drosophile de la F1 avec une drosophile double homozygote récessive.
 Ouvrir avec « Mesurim » la photo correspondant au résultat de ce test cross (ou croisement test).
- Utiliser les fonctionnalités du logiciel « Mesurim » pour compter les différents phénotypes de ce croisement test.
- Présenter vos résultats sous la forme d´un tableau dans lequel vous indiquerez les phénotypes, leur quantité et leur
pourcentage.
- En tenant compte des résultats et de vos connaissances, indiquer laquelle des deux hypothèses est validée.
Appeler le professeur pour vérifier votre raisonnement
BILAN : Réaliser un schéma d’interprétation du 1er et du 2e croisement afin d´expliquer les résultats.
Vous devrez :
- schématiser les allèles sur les chromosomes,
- écrire les phénotypes et les génotypes de chaque individu,
- interpréter les résultats du test cross.
Document d´aide :
Photographie prise en prophase I de méiose chez ces drosophiles
Correction TP 3 : interprétation chromosomique
-
un gène gouverne la taille des ailes et présente 2 formes allèliques : allèle (l) souche sauvage qui
conduit à des ailes normales (longues) et allèle (vg) souche mutée qui conduit à des ailes
vestigiales (réduites).
un gène gouverne la coloration du corps et présente 2 formes alléliques : allèle (c) souche
sauvage qui conduit à un corps clair, allèle (n) souche mutée qui conduit à un corps noir.
On cherche à savoir si les gènes sont indépendants sur deux paires de chromosomes ou bien s’ils sont
liés sur la même paire de chromosomes.
Etude du 1er croisement :
Les deux parents sont de race pure c’est à dire homozygotes pour les gènes étudiés. Les deux parents ne
produiront donc qu’un seul type de gamètes portant les allèles « ailes longues » et « corps clair » pour P1 et
les allèles « ailes réduites » et « corps noir » pour P2
Les individus de la F1 sont tous de phénotypes ailes longues et corps clairs : on peut donc en déduire que les
allèles dominants sont « ailes longues » noté « L » et « corps clair » noté « C » alors que les allèles
récessifs seront notés « n » pour corps noir et « vg » pour ailes réduites
Phénotype : P1 souche sauvage
[L , C]
X
P2 souche mutée
[vg , n]
A ce stade du raisonnement, on ne peut pas écrire le génotype des P et de la F1, ni schématiser les allèles
sur les chromosomes car on ne sait toujours pas si les gènes sont liés, sur la même paire de chromosomes ou
indépendants, sur des paires de chromosomes homologues différents.
Etude du 2e croisement :
 2ème croisement : on croise une drosophile femelle de la F1 avec une drosophile mâle double
hétérozygote récessif : c’est un croisement test ou test cross.
L’intérêt de ce croissement est que les individus double homozygote récessif ne produiront qu’n seul type de
gamète vg et n.
Ce sont donc les allèles apportés par le gamète de l’hybride F1 qui vont déterminer le phénotype.
Le dénombrement des phénotypes issus du test cross permet donc de dénombrer les différents types de
gamètes produits par l’hybride.
Le résultat du test cross nous donne :
41% des individus sont à ailes longues et corps clair : phénotype parental
8% des individus sont à ailes vestigiales et corps clair : phénotype recombiné
8% des individus sont à ailes longues et corps noir : phénotype recombiné
41% des individus sont à ailes vestigiales et corps noir : phénotype parental
Le résultat fait apparaître 4 phénotypes différents, avec des phénotypes parentaux majoritaires (80%) sur
les phénotypes recombinés (20%). Le phénotype des descendants va donc révéler directement le génotype
des gamètes fabriqués par la F1.
Ainsi on peut en déduire que les individus de la F1 ont produit lors de la méiose :
41% de gamètes contenant les allèles L et C, gamètes de types parentaux
8% de gamètes contenant les allèles L et n gamètes de types recombinés
8% de gamètes contenant les allèles vg et C gamètes de types recombinés
41% de gamètes contenant les allèles vg et n gamètes de types parentaux
Les 4 types de gamètes qui peuvent être fabriqués par les individus de la F1 ne sont donc pas
équiprobables : les gamètes parentaux sont beaucoup plus fréquents que les gamètes recombinés.
Si les deux gènes étaient indépendants, les individus de la F1 auraient produits en vertu d’un brassage
inter chromosomique 4 types de gamètes en proportions identiques (équiprobabilité).
Ce n’est pas le cas : les résultats ne peuvent donc s’expliquer que si les gènes sont liés.
On peut donc écrire maintenant :
P1 : Phénotype : P1 souche sauvage
Génotype :
(L C // L C)
Gamètes
(L C)
F1 :
Génotype :
X
P2 souche mutée
(vg n //vg n)
(vg n)
(L C // vg n)
Croisement test :
Génotype :
F1
(L C // vg n)
homozygote bi-récessif
(vg n // vg n)
L’individu homozygote produit qu’un seul type de gamète : (vg n)
L’individu de la F1 produira 4 types de gamètes : deux types parentaux, (L C) et (vg n) mais aussi deux types
recombinés (L n) et (C vg) qui ont été crée lors de la 1ère division de méiose. Les paires de chromosomes
homologues forment des tétrades ou bivalents en prophase I, les chromatides peuvent s’entrecroiser et
former des chiasmas. En anaphase I, un échange de segment de chromatide entre chromosomes homologues
peut se réaliser : c’est un crossing over => brassage intra chromosomique
Légendes : b+ corps clair / b corps sombre ; vg+ ailes longues / vg ailes vestigiales réduites
(attention : dans le schéma le (+) indique les allèles dominants
Téléchargement
Explore flashcards