Telechargé par sampiero vivien

citations eco

publicité
CITATIONS
Bourse :
Il n'y a rien de plus irrationnel que d'investir de manière rationnelle sur les marchés.
J.M. Keynes.
Les cours de la Bourse vont continuer de monter.
Irving Fisher, juste avant le jeudi noir du 24 octobre 1929.
La politique de la France ne se fait pas à la Corbeille.
Général De Gaulle, années 1960.
Wall Street a prévu neuf des cinq dernières récessions.
Paul Samuelson.
Une bulle est un marché haussier dans lequel l’utilisateur du mot ‘bulle’ n’a pas entièrement
participé.
James Grant, Barron’s du 19 septembre 2011.
Buffet (Warren)
Si une compagnie réussit, son cours de bourse finira par suivre.
Vous n'avez pas raison parce que d'autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que
vos faits sont exacts et que votre raisonnement est juste.
Notre but est de découvrir des compagnies extraordinaires à des prix ordinaires et non des
compagnies ordinaires à des prix extraordinaires.
À la Bourse, il y a deux règles fondamentales à respecter. La première est de ne pas perdre, la
seconde est de ne jamais oublier la première.
Ce que nous faisons est à la portée de tout le monde. Il n'est tout simplement pas nécessaire de
faire des choses extraordinaires pour obtenir des résultats extraordinaires.
Je veux pouvoir expliquer mes erreurs. C'est pourquoi je ne fais que des choses que je
comprends.
Quand on est dans un trou, la pire chose à faire est de continuer de creuser.
Quand un dirigeant avec une réputation d'excellence s'attaque à une entreprise avec une
réputation de médiocrité, c'est la réputation de l'entreprise qui demeure intacte.
Les bons jockeys font bien sur les bons chevaux, mais rien sur les canassons.
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a
longtemps.
Ne demandez jamais à un barbier si vous avez besoin d’une coupe de cheveux.
Mieux vaut avoir approximativement raison qu'avoir précisément tort.
C'est quand la mer se retire qu'on voit ceux qui se baignent nus.
Les prévisions vous en disent beaucoup sur ceux qui les font, elles ne vous disent rien sur
l'avenir.
Dans le monde des affaires, malheureusement le miroir arrière est toujours plus clair que le
pare-brise.
La plupart des gens s’intéressent aux actions quand tout le monde s’y intéresse. Le moment
d’acheter est quand personne ne veut acheter. Vous ne pouvez acheter ce qui est populaire.
Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l'énergie pour changer de bateau est
plus productive que l'énergie pour colmater les trous.
Une personne très riche doit laisser suffisamment à ses enfants pour qu'ils fassent ce qu'ils
veulent mais pas assez pour qu'ils ne fassent rien.
Capitalisme, économie de marché :
L’économie de marché est la seule qui puisse fonctionner parce qu’elle met réellement les
hommes en rapport les uns avec les autres. Et, personnellement, je préfère parler d’ « économie
de choix responsable », plutôt que d’économie de marché, car le marché est simplement le lieu
du choix.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 46.
L’économie de choix est le meilleur système pour remettre les hommes en face de leurs
responsabilités.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 146.
Le défaut du capitalisme, c’est qu’il répartit inégalement la richesse. La qualité du communisme
c’est qu’il répartit également la misère.
Winston Churchill
Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le socialisme, ils ont davantage de
parkings.
Winston Churchill
L’Histoire suggère que le capitalisme est une condition nécessaire à l’exercice de la liberté
politique. Clairement, elle ne suffit pas.
Milton Friedman
Le capitalisme sans la faillite est, comme le communisme sans le goulag, un système boiteux.
Simone Wapler, La Chronique Agora, 26/06/2017
Chômage :
Le travail éloigne de nous trois grands maux : l’ennui, le vice et besoin.
Voltaire, Candide, 1759.
Les théories qui chercheraient l’explication du chômage ailleurs que dans l’immobilisation des
salaires ne résisteraient pas à un examen méthodologique.
Jacques Rueff, 1931.
La quantité de travail qu’il sera encore nécessaire de faire, nous nous arrangerons pour que le
plus grand nombre d’entre nous en ait sa part. Trois heures de travail par jour par roulement ou
bien encore une semaine de quinze heures peuvent ajourner le problème pendant un bon
moment.
J.M. Keynes, Essai sur la monnaie et l’économie, 1931.
Les deux vices marquants du monde économique où nous vivons sont, le premier que le pleinemploi n’y est pas assuré, le second que la répartition de la fortune et du revenu y est arbitraire
et manque d’équité.
J.M. Keynes, Théorie Générale, début du chapitre 24, 1936.
Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi.
Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946
On se rendra compte qu’une politique visant à maintenir la rigidité des taux de salaire est une
politique génératrice de chômage quand ces taux ne sont plus des taux d’équilibre.
Lionel Robbins, 1953.
Le seul moyen de conserver un volume de chômage inférieur au taux naturel est une inflation
en accélération continue, dans laquelle l’inflation effective est toujours en avance sur l’inflation
anticipée.
Milton Friedman, Prix et théorie économique, 1962
L’Etat peut décider d’un taux minimal des salaires, mais il lui est difficile d’exiger des
employeurs qu’ils embauchent à ce taux minimal tous ceux qui touchaient auparavant des
salaires inférieurs à ce minimum. Il n’est évidemment pas de l’intérêt des employeurs d’agir
ainsi. Le salaire minimal a par conséquent pour effet de rendre le chômage plus important qu’il
ne le serait autrement.
Milton Friedman, Capitalisme et liberté, 1971.
Si on taxe ceux qui travaillent et si on subventionne ceux qui ne travaillent pas, il ne faut pas
s’étonner si le chômage augmente.
Milton Friedman (cité par Charles Gave)
Face au chômage, la solution de sagesse, c’est que les travailleurs travaillent moins.
Pierre Mauroy, Extrait d’un discours à Cambrai, 11 juin 1981.
La réduction du temps de travail constitue de loin la mesure la plus efficace contre le chômage.
Pierre Mauroy, Premier ministre français 1981-1984.
Je pense que la réduction de la durée du travail est un élément important d’une politique de
lutte contre le chômage. Les 35 heures doivent être la revendication majeure pour permettre que
la nouvelle société industrielle qui est en train de naitre ne soit pas celle du chômage.
Pierre Mauroy, Premier ministre, Lille, fête de la rose, 20 mai 1984.
La montée du chômage prouve paradoxalement la bonne sante de notre démographie.
Jack Lang, Extrait du Journal France-Soir, 8/05/1991.
J’ai bien compris qu’ici, pour se faire applaudir, il faut parler de la réduction du temps de
travail. Vous allez être déçus. Je ne crois pas qu’une mesure générale du temps de travail
créerait des emplois.
Aubry, devant un congrès de la CFDT, en 1993, où l’on scandait « 35 heures ! 35 heures ! »,
La meilleure politique de l‘emploi, c’est de ne pas en avoir.
Margaret Thatcher
En matière de lutte contre le chômage, on a tout essayé.
François Mitterrand, 14 juillet 1993.
Il faut rendre le chômage des jeunes illégal.
Bernard Tapie, 1994.
Je ne crois pas du tout qu’en réduisant les salaires on luttera contre le chômage. Au contraire. Si
vous baissez les salaires, vous diminuez le pouvoir d’achat et donc in fine vous augmentez le
chômage ! Les tenants de cette idée veulent, en fait, économiser de l’argent ; leur argument est
un habillage superficiel de la traditionnelle exploitation des salariés, y compris des plus jeunes.
Je soutiens fermement le salaire minimum. Sans aucun compromis possible. Je pense que le
salaire minimum protège les plus faibles de nos salariés.
J.K. Galbraith, Le Monde, 29 mars 1994.
Le partage du travail constitue une proposition politiquement dangereuse car elle fait le lit de
l'extrême droite. En effet, une fois que l'opinion l'aura admise, il ne restera plus qu'à choisir
entre ses deux formes. Et, lorsque les mesures moralement acceptables de réduction du temps
de travail se seront révélées inopérantes, il sera facile au Front national de convaincre une
majorité d'électeurs, déjà préparée à l'idée de partage, que la façon efficace de l'effectuer consiste
à expulser les émigrés.
Florin Aftalion, in Le Monde, 28 février 1997
L’exemple des 35 heures est typique d’une démarche idéologique.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 121.
La réduction imposée du temps de travail est une aberration et une fois de plus l’illustration
d’une vision à trop court terme ; elle traduit une méconnaissance de ce que sont le travail et la
réalité économique.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 198.
La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ?
Laurence Parisot, université d’été du MEDEF, 2005.
Nous avons mis fin au carcan des 35 heures [car] le problème de la France n’est pas que nous
travaillons trop, mais qu’on ne travaille pas assez.
Nicolas Sarkozy, 6 janvier 2010.
Commerce international :
Le commerce polit et adoucit les mœurs barbares. (…) L’effet naturel du commerce est de
porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes :
si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur des
besoins mutuels.
Montesquieu, L’esprit des lois, 1748.
Plus la tendance commerciale domine, plus la tendance guerrière s’affaiblit.
Benjamin Constant, 1813.
Dans un système de parfaite liberté du commerce, chaque pays consacre habituellement son
capital et son travail aux emplois qui lui sont les plus avantageux. La recherche de son avantage
propre s'accorde admirablement avec le bien universel.
David Ricardo
C’est une règle de prudence vulgaire, lorsqu’on est parvenu au faîte de la grandeur, de rejeter
l’échelle avec laquelle on l’a atteint afin d’enlever aux autres le moyen d’y monter après soi.
Friedrich List, 1841.
Par son exploitation du marché mondial, la bourgeoisie a rendu cosmopolites la production et
la consommation de tous les pays.
Karl Marx, 1848.
Les causes qui commandent le progrès économique des nations appartiennent à l’étude du
commerce international.
Alfred Marshall, fin du 19ème siècle
Aujourd’hui, l’international commande et le national suit.
Lionel Stoléru, 1987, La dimension internationale, Seuil, Paris.
Avec la mondialisation, ne courons-nous pas le risque d’y perdre un peu de notre identité
culturelle ? Non. Quand vous faites une route pour tout le monde, cela n’altère en rien la
personnalité des conducteurs.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 133.
De fait, partout dans le monde, la précarité se généralise et la mondialisation aligne vers le bas
les conditions de vie des travailleurs.
Jacques Attali, Le Monde, 21/03/2006.
Les politiques et les économistes qui promettent que la libéralisation du commerce va améliorer
le sort de tous sont des imposteurs.
Joseph Stiglitz, 2006.
Communisme :
Le communisme est intrinsèquement pervers.
Pie XI, Divini Redemptoris, 1937.
C’est parce que, depuis plus de trente ans, le bolchevisme a proclamé que tous les moyens sont
bons pour réussir ; c’est parce que la répétition constante du mensonge finit par donner une
apparence de réalité aux faits les plus inexacts que le bolchevisme moderne est la plus
gigantesque entreprise de dépravation de l’homme qui ait jamais existé.
Jules Moch, ministre de l’Intérieur, 16 novembre 1948 à l’Assemblée Nationale.
Le collectivisme est un système consistant à prendre l’argent des riches sans qu’il parvienne aux
pauvres.
Philippe Bouvard, 1991.
Il y a des pays qui sont plus riches en slogans qu’en devises.
Philippe Bouvard, 1991.
Concurrence :
L’idée d’une concurrence libre rendue obligatoire par la loi est une grotesque contradiction dans
les termes. Elle signifie : forcer les gens à être libres à la pointe du fusil. Elle signifie : protéger la
liberté des gens par la règle, arbitraire, d’édits bureaucratiques que l’’on ne peut pas discuter… Il
n’’y a aucun moyen de réglementer la concurrence : il n’’y a pas de normes par lesquelles on
pourrait déterminer qui devrait concurrencer qui, combien de concurrents devraient exister dans
un secteur donné, ce que devrait être leur force relative ou leurs parts de marché, quels prix ils
devraient demander, quelles méthodes de concurrence sont correctes ou incorrectes. On ne peut
répondre à ces questions, car ces questions sont précisément celles auxquelles seul le
fonctionnement du marché peut apporter une réponse.
Ayn Rand, Capitalism : The Unknown Ideal
La concurrence interindividuelle est cause des procès, de véritables guerres privées, de la plupart
des haines publiques et privés, des maux qui suivent.
C. Péguy, Œuvre en prose, 1898-1908.
La concurrence conduit au monopole.
Louis Blanc (1811-1882).
De même que la guerre est la conséquence naturelle du monopole, la paix est la conséquence
naturelle de la liberté.
Gustave de Molinari, De la production de la sécurité, Journal des Economistes, 1849.
Un client qui n’a qu’un seul fournisseur cesse d’être intelligent. L’absence de concurrence
conduit à une perte de substance phénoménale.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 132.
C’est la concurrence qui met un prix juste aux marchandises »
Montesquieu, De l'esprit des lois
La concurrence et l'association s'appuient l'une sur l'autre. Qui dit concurrence dit déjà but
commun, et l'erreur la plus déplorable du socialisme est de l'avoir regardée comme le
renversement de la société.
Pierre-Joseph Proudhon
Le seul véritable saint protecteur du consommateur n'est certainement pas le bureaucrate, mais
la concurrence.
George Stigler
La concurrence du marché, quand on la laisse fonctionner, protège le consommateur mieux que
tous les mécanismes gouvernementaux venus successivement se superposer au marché.
Milton Friedman, La liberté du choix, chap. VI
Lorsqu'on dit que la concurrence met tout à la portée de tous, on s'exprime d'une façon inexacte
; il est plus juste de dire que grâce à elle tout est à vendre. En mettant tout à la disposition de
tous, elle le livre à leur appréciation et en demande un prix.
Max Stirner
Concurrence (Fréderic BASTIAT)
La concurrence est cette force humanitaire indomptable qui arrache le progrès, à mesure qu’il se
réalise, des mains de l’individualité, pour en faire l’héritage commun de la grande famille
humaine.
La Concurrence, que nous pourrions bien nommer la Liberté, malgré les répulsions qu’elle
soulève, en dépit des déclamations dont on la poursuit, est la loi démocratique par essence.
Détruire la concurrence, c’est tuer l'intelligence.
Et cependant, comme ce mot sacré a encore la puissance de faire palpiter les cœurs, on
dépouille la Liberté de son prestige en lui arrachant son nom ; et c'est sous le nom de
concurrence que la triste victime est conduite à l'autel, aux applaudissements de la foule tendant
ses bras aux liens de la servitude.
Connaissance économique :
Ce n'est pas un crime d'ignorer l'économie, qui est après tout une discipline spécialisée et que la
plupart des gens considèrent comme une «science morne». Mais il est totalement irresponsable
d'avoir une opinion forte et bruyante sur les sujets économiques tout en restant dans cet état
d'ignorance.
Murray Rothbard
On apprend plus de choses dans les bois que dans les livres.
Bernard de Clairvaux.
Mal nommer les choses, c’est ajouter du désordre dans le monde.
Albert Camus.
Lorsque les mots perdent leur sens, les hommes perdent leur liberté.
Confucius.
Un économiste ne peut pas tout savoir, mais il ne doit rien ignorer.
J.K. Galbraith, Tout savoir ou presque sur l’économie, Seuil, 1981, p. 16.
Il est périlleux de faire des prédictions, surtout lorsqu’elles concernent l’avenir.
Proverbe chinois.
Les prévisions peuvent vous en apprendre beaucoup sur le prévisionniste mais rien sur l'avenir.
Warren Buffett
L’économie est un sujet très difficile. C’est comme d’apprendre à réparer une voiture pendant
que le moteur tourne.
Ben Bernanke
Laissez trois économistes ensemble et vous êtes sûr d’avoir au moins quatre avis sur la politique
à suivre.
Cité par Friedman, Inflation et systèmes monétaires, 1976.
Economiste : Expert qui saura demain pourquoi ce qu'il a prédit hier n'est pas arrivé
aujourd'hui.
Pierre Desproges.
Les idées, justes ou fausses, des philosophes de l’économie et de la politique ont plus
d’importance qu’on ne le pense généralement. A vrai dire le monde est presque exclusivement
mené par elles. Les hommes d’action qui se croient parfaitement affranchis des influences
doctrinales sont d’ordinaire les esclaves de quelque économiste passé.
Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Chapitre XXIV.
La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, mais d’échapper aux idées anciennes.
Keynes.
Si les faits ne correspondent pas à la théorie, changez les faits.
Albert Einstein.
Quelle est la différence entre théorie et pratique ? La théorie c’est quand on sait tout et que rien
ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Mais
ici, nous avons réuni théorie et pratique : rien ne fonctionne et personne ne sait pourquoi.
Albert Einstein.
L’histoire est un tas de mensonges sur les événements qui ne se sont jamais passés, racontés par
des gens qui n’étaient pas là.
Georges Santayana, philosophe d’origine espagnole, 1863-1952
La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un
intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes, parce que,
pour elle, se soumettre, ce serait cesser d'être.
Henri Poincaré
Les gouvernements n’apprennent jamais. Seuls les peuples le font.
Milton Friedman.
La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, elle est d’échapper aux idées anciennes
qui ont poussé leurs ramifications dans tous les recoins de l’esprit des personnes ayant reçu la
même formation.
Keynes, 1936.
Une proposition qui ne peut pas être poussée jusqu’à son terme logique doit être abandonnée.
Pascal Salin, Libéralisme, p. 320.
Il est des idées d’une telle absurdité que seuls les intellectuels peuvent y croire.
G. Orwell
En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire
G. Orwell
Consommateur :
Beaucoup de gens veulent que le gouvernement protège le consommateur. Il est plus urgent de
protéger le consommateur du gouvernement.
Milton Friedman.
Ce n’est pas la société productrice de films à Hollywood qui paie les cachets de la star ; ce
sont les gens qui prennent des billets pour voir le film.
Ludwig Von Mises, Politique économique.
Corruption :
Plus la République est corrompue, plus les lois sont nombreuses.
L'historien Tacite, an 110 après Jésus-Christ
La corruption est liée à l’administration. La solution est de mettre fin à l’administration.
Mouammar al-Kadhafi, 31 août 2008.
Crises :
Un capitalisme sans banqueroute est comme un christianisme sans enfer.
Frank Borman, The Observer.
Les crises sont des accidents fâcheux, mais comme dans les maladies elles préparent un état
meilleur en rejetant au dehors tout ce qui était impur.
Clément Juglar, 1862.
Liquider la main-d’œuvre, liquider les actions, liquider les agriculteurs, liquider l’immobilier…
cela purgera le système de sa pourriture. Le niveau de vie élevé chutera. Les gens travailleront
plus dur, vivront une vie plus morale. Les valeurs seront ajustées et les gens entreprenants
prendront le relais de gens moins compétents
Andrew Mellon, 1912, secrétaire au Trésor US de 1921 à 1932.
Nous aurions pu ne rien faire. C’eut été la ruine extrême. Au lieu de cela, nous affrontâmes la
situation avec le programme le plus gigantesque de défense économique et de contre-attaque
jamais déployé dans l’histoire de la République. Certains économistes réactionnaires avancèrent
que nous devrions laisser libre cours à la liquidation jusqu’à ce que nous touchions le fond.
Nous décidâmes que nous ne suivrions pas le conseil de ces liquidationnistes amers.
Herbert Hoover.
La crise consiste dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître
Antonio Gramsci.
Les économies ont les crises de leurs structures.
Ernest Labrousse.
C’est un grand nettoyage qui va mettre hors de leur maison des gens qui n’auraient pas dû y
être.
Sam Zell, milliardaire américain, entrepreneur dans l’immobilier, 2008.
La meilleure manière de gérer une bulle est de commencer par ne pas la laisser se former. La
deuxième meilleure manière est de la laisser exploser et laisser le marché nettoyer les dégâts. La
pire des manières de gérer une bulle, en revanche, est d’intervenir depuis le sommet de l’Etat
pour qu’elle se poursuive. Regardez où cela a mené le Japon et les Etats-Unis.
John Rubino, du site DollarCollapse
Les banques, c’est comme les petites culottes : plus il y a de pertes, moins il y a de fonds
propres.
Auteur inconnu.
Je ne crois pas que nous verrons une autre crise de notre vivant.
Janet Yellen, présidente de la FED, 27/6/2017
Croissance :
L’effort naturel de chaque individu pour améliorer sa condition, quand on laisse à cet effort la
faculté de se développer avec liberté et confiance, est un principe si puissant que, seul et sans
autre assistance, non seulement il est capable de conduire la société à la prospérité et à
l’opulence, mais il peut encore surmonter mille obstacles absurdes dont la sottise des lois
humaines vient souvent embarrasser sa marche.
Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.
La croissance est un processus de destruction créatrice qui révolutionne incessamment de
l’intérieur la structure économique, en détruisant continuellement des éléments vieillis, et en
créant continuellement des éléments neufs.
Joseph Schumpeter, 1883-1950.
On ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance.
Slogan écrit sur les murs en 1968.
Le PIB ne reflète pas la santé de nos enfants, la qualité de leur éducation ou le plaisir de leurs
jeux. Il n’inclut pas la beauté de notre poésie, la force de nos mariages, l’intelligence du débat
public ou la probité de nos fonctionnaires. Il ne mesure pas notre courage, ni notre sagesse, ni
notre dévotion à notre pays. En fait, il mesure tout sauf ce qui fait que la vie vaut d’être vécue,
et nous dit tout sur l’Amérique, sauf pourquoi nous sommes fiers d’être Américains.
Robert Kennedy, candidat à l’élection présidentielle, 1968.
Culture :
Bien sûr, la culture n’est pas une marchandise comme les autres… mais c’est tout de même une
marchandise.
Denis Olivennes, PDG de la FNAC, sur le piratage musical.
Cycles :
Notre analyse nous amène à croire qu’un redressement n’est solide que s’il vient de lui-même.
Car, lorsqu’un redressement est provoqué par un stimulus artificiel, la dépression n’a pas été
consommée et aux anciens remèdes mal digérés viennent s’en ajouter de nouveaux.
Joseph Schumpeter, The Economics of The Recovery Program, 1934.
Démocratie :
La démocratie est une tyrannie où l’on choisit ses maîtres.
Herbert Spencer ?
Le génie de la démocratie moderne, c’est qu’il rend le citoyen partie prenante de sa propre
servitude. Plutôt que de remettre 10% de sa production à son seigneur et maître féodal, il en
abandonne entre 30% et 50% à ses patrons élus démocratiquement. Ils lui disent quoi faire… et
il croit que c’est lui qui donne les ordres ! Il pense ensuite avoir trouvé la meilleure forme de
gouvernement au monde. Elle est si excellente, d’après lui, qu’il se hâte de contraindre les
autres à l’appliquer aussi.
Bill Bonner, Chronique Agora, 2011.
Là où une instance supérieure redresse le peuple qui « vote mal », il n’y a tout simplement pas
de démocratie. (…) Il faut louer la démocratie, c’est affaire de communication ; mais en
assumer les attendus concrets, surtout pas.
Chantal Delsol, Le Figaro, 10/11/2011
La démocratie, c’est parfait quand les électeurs vous donnent la réponse que vous attendez.
Quand ce n’est pas le cas… oubliez ça.
Bill Bonner, Chronique Agora, 7 novembre 2011.
L’avantage compétitif de la démocratie, c’est qu’elle donne aux gens ordinaires l’illusion que ce
sont eux qui décident. Bill Bonner, novembre 2012
Le gouvernement, c’est nous tous
Hillary Clinton
J’aime avec passion la liberté, la légalité, le respect des droits, mais non la démocratie. Voilà le
fond de l’âme. Je hais la démagogie.
Tocqueville.
La démocratie est d’abord le moyen par lequel le peuple peut renverser sans coûts les mauvais
gouvernants.
Karl Popper
La démocratie est une méthode pour choisir ceux qui vont avoir le droit de contrôler le
monopole de la coercition.
Bertrand Lemennicier, La morale face à l’economie, p. 220.
La démocratie n'est pas le gouvernement au service du peuple, mais le système qui permet au
peuple d'avoir l'illusion d'être, un instant, maitre de son destin.
Michel de Poncins
Dette :
Si l’on doit 100 £ à une banque, le problème est celui du débiteur ; lorsqu’on doit 1 million de £,
le problème est celui des banques.
John Maynard Keynes
On ne meurt pas de dettes. On meurt de ne plus pouvoir en faire.
Louis-Ferdinand Céline
Le plus gros avantage de la richesse, c’est qu’elle permet de faire des dettes.
Oscar Wilde
On pousse les gens à dépenser de l'argent qu'ils n'ont pas pour acheter des produits dont ils n'ont
pas besoin de manière à ce que l'économie puisse aller là où elle ne devrait pas aller -- plus loin
dans la dette !
Bill Bonner, Chronique Agora, 01/11/2011
La dette, c'est comme les fondants au chocolat. Un seul, c'est un délice. Deux, c'est un défi.
Trois, c'est une menace. Quatre vous rendront malade.
Bill Bonner, 2010, La Chronique Agora.
La dette, c'est la servitude, le capital, c'est la liberté.
Charles Hugues Smith, La Chronique Agora, 16/05/2017
Droit :
Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires.
Montesquieu.
Plus se multiplient les lois et les ordonnances, plus foisonnent les voleurs et les bandits
Lao-Tseu, 550 ans avant Jésus-Christ.
Ecologie :
Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent.
Chateaubriand.
La main invisible d’Adam Smith s’est transformée en pied invisible dont les coups détruisent la
nature et la société en morceaux.
Herman Daly.
Si on fait le pari d’être écologiquement imprudent et si l’avenir nous donne raison, on ne gagne
rien sauf le pari et on perd tout si le pari est perdu ; si on fait le pari d’être prudent et si on perd
le pari, on ne perd rien et si on gagne le pari, on gagne tout.
Michel Serres.
Le socialisme s’est effondré parce qu’il n’a pas laissé le marché dire la vérité économique. Le
capitalisme peut s’effondrer parce qu’il ne permet pas au marché de dire la vérité écologique.
Oystein Dahle, vice-président d’Esso Norvège de 1985 à 1995.
On ne peut vendre à personne le droit de polluer.
Edmund Muskie, Sénateur américain démocrate, 1971.
Les écologistes disent que l’on n’a pas le droit de faire n’importe quoi parce que cela retombera
sur le nez des générations qui suivront. Il n’y a pas plus écologiste qu’un vrai capitaliste. Il passe
son temps à peser les conséquences futures de ses décisions.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998
Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus
à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre. Elle souffre de maldéveloppement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La Terre et l’humanité
sont en péril et nous en sommes tous responsables.
Jacques Chirac, discours lors du sommet de la Terre à Johannesburg, 2002.
Parce qu’elle est la clef du progrès environnemental, la croissance est la solution et non le
problème.
George Bush, 2002.
Celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini
est un fou ou un économiste.
Sous-titre de l’ouvrage collectif Objectif décroissance, Editions Parangon, 2003.
Inscrire le principe de précaution dans la Constitution revient à graver la peur du progrès dans le
marbre.
Claude Allègre
Le débat parmi les scientifiques est fini. Il n'y a plus de débat. Nous faisons face à un cas
d'urgence planétaire. Il n'y a plus de débat scientifique parmi les gens sérieux qui ont regardé la
science.
Al Gore, ancien vice-président des USA, 31 mai 2006, CBS Early Show
La façon dont les alarmistes du climat et leurs compagnons dans les medias présentent et
justifient leur volonté de remodeler la société appartient à la même présomption fatale que le
communisme ou le planisme.
Vaclav Klaus, 4 mars 2008.
Les règles du marché ne fonctionnent plus dans un monde où les ressources se tarissent.
Nicolas Hulot. L’Express. 4 juin 2008.
La décroissance n’est pas un idéal, juste une nécessité absolue.
Serge Latouche.
L’écologie actuelle est de plus en plus une idéologie qui met l’homme en accusation. A l’inverse
des tomates, beaucoup de nos écologistes ont été rouges avant d’être verts. Ils ont été habitués à
nier l’autonomie, le bon sens et l’inventivité humaine. En matière d’écologie comme sur tout,
on devrait faire confiance à l’homme.
Raymond Boudon, la Figaro, 5/01/2010.
Le 12 décembre 2015 peut être une grande date pour l’humanité, un message de vie. (…) Nous
vous demandons donc d’adopter le premier accord universel sur le climat de notre histoire. Il
est rare d’avoir dans une vie l’occasion de changer le monde, saisissez-la, pour que vive la
planète, vive l’humanité et vive la vie.
F. Hollande, décembre 2015, lors de la COP21.
Elections :
Suffrage universel, mensonge universel
Pie IX
Chaque élection est une sorte de vente aux enchères anticipée de biens à voler
H.L. Mencken
Si vous avez voté pour des politiciens qui vous ont promis de vous donner des biens pris à
quelqu'un d'autre, alors vous n'avez aucun droit de vous plaindre lorsque ces politiciens vous
prennent vos biens et les donnent à quelqu'un d'autre (y compris à eux-mêmes)
Thomas Sowell
On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse
Clémenceau
Entrepreneur :
Le rôle de l’entrepreneur consiste à reformer ou à révolutionner la routine de production.
Joseph Schumpeter
Entreprise :
L’entreprise est le microcosme capitaliste, l’institution cardinale du capitalisme.
François Perroux, Le Capitalisme, 1969, p. 15.
Quand on fabrique un produit, qu’il s’agisse de pneus ou de magnétophones, la richesse ne se
crée qu’une fois ces derniers vendus. Le client fait non seulement partie intégrante de l’usine
mais il a une fantastique transcendance vis-à-vis d’elle puisqu’il peut lui rester fidèle ou, au
contraire, aller voir ailleurs dès qu’il le souhaite. Le client n’a rien à voir avec le contribuable.
J’ai envie de dire que l’usine est comme un verbe dont le sujet est le client.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 38.
Le vrai patron de l’usine, c’est le client et non le patron. Devient-on un exploiteur parce qu’on
achète des pneumatiques ?
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 91.
La responsabilité sociale de l’entreprise est d’accroître ses profits
Milton Friedman. The New York Times Magazine, 13 Septembre 1970
Beaucoup considèrent le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire.
Peu le voient comme le cheval tirant la charrue.
Winston Churchill
Epargne :
Faites des épargnes plutôt que des enfants.
Jean-Baptiste Say
Etat :
L’Etat, c’est moi.
Louis XIV
Le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins
Thomas Jefferson.
Quand les citoyens craignent leur gouvernement, il y a tyrannie ; quand le gouvernement craint
ses citoyens, il y a liberté
Thomas Jefferson
Le pouvoir ne doit pas faire ce dont les citoyens sont capables.
Abraham Lincoln.
Les gens finissent par penser qu'ils ont besoin de l'Etat, simplement parce qu'ils en ont un.
Anthony de Jasay
Les mots les plus terrifiants dans la langue anglaise sont : je suis le gouvernement et je suis là
pour vous aider.
Ronald Reagan
Le gouvernement ne peut avoir plus de deux objectifs légitimes : réprimer les injustices exercées
contre les individus de la communauté, et défendre [le pays] contre les invasions étrangères.
William Godwin, philosophe et théoricien politique anglais du 18è siècle.
Je n’aime pas payer d’impôts, mais je préfère les payer à Washington qu’à Moscou – ils sont
moins élevés.
David Friedman, Vers une société sans Etat, 1973, p. 217.
La loi des Etats limités, c’est de prendre de l’extension.
David Friedman, Vers une société sans Etat, 1973, p. 223.
La liberté [le laissez-faire] s'oppose explicitement et exclusivement à la seule méthode connue
du renard dans le poulailler : la coercition, la contrainte physique. Dans le poulailler, le renard
serait bien inoffensif, si ses moyens d'action se limitaient à la persuasion, à la publicité ou à
l'esclavage du salariat. Qui est davantage renard dans le poulailler ? La poule qui devient chef
d'entreprise, ou l'État dont la seule méthode propre d'action est justement celle des bêtes
sauvages, la force ? Avec la plus méchante des multinationales, vous pouvez choisir de n'avoir
aucune relation: vous vous passerez de ses produits et elle n'obtiendra pas un sou de vous. Puis
essayez de faire la même chose avec l'État : refusez ses services et cessez de payer l'impôt. Vous
verrez qui a le pouvoir dans le poulailler.
Pierre Lemieux, Du Libéralisme à l'anarcho-capitalisme.
Ce n'est ni avant-gardiste, ni éclairé, ni moderne de renforcer le rôle de l'Etat dans la vie
économique. Cela ne fait que transférer le pouvoir du peuple aux élites et l'argent de votre
poche au porte-monnaie public. Et là, soit il est jeté par la fenêtre, soit il remplit les poches des
paresseux ou de ceux qui ont des réseaux d'influence.
Dan Denning, Chronique Agora, 23/11/2012.
La grande différence entre le gouvernement et les organismes privés, c’est que seul le
gouvernement a le pouvoir de vous forcer à faire quelque chose.
Bill Bonner
Que l’Etat fasse régner la paix et la sécurité, son rôle est rempli ; dès lors qu’il sort de sa sphère,
il porte le désordre et le trouble dans la société.
Edouard de Laboulaye, 1863.
L’Etat, c’est la grande fiction sociale à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux
dépens de tout le monde.
Frédéric Bastiat, Œuvres économiques, 1850.
Il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs,
instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent
au dessus de l'humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s'occuper d'elle.
Frédéric Bastiat, La Loi (1848).
Le gouvernement n’agit que par l’intervention de la force, donc son action n’est légitime que là
où l’intervention de la force est elle-même légitime.
Frédéric Bastiat
Ne croyez pas que l’Etat peut résoudre vos problèmes, c’est l’Etat qui est un problème.
Ronald Reagan
L’Homme vivant sous la servitude des lois prend sans s’en douter une âme d’esclave.
Georges Ripert, Le déclin du droit, 1949, LGDJ.
La perfection de l’administration est d’administrer peu.
Jean-Baptiste Say
Les fonctionnaires sont un peu comme les livres d’une bibliothèque. Ce sont les plus hauts
placés qui servent le moins.
Clemenceau
Tout l’art de la navigation économique réside dans le juste dosage entre la barre et la voile. La
barre c’est le gouvernement ; le profit surtout dans les économies capitalistes c’est la voile, c’est
elle qui fait avancer le navire.
W. Leontieff
L’Etat n’est pas un mal nécessaire, c’est un mal inutile.
Morris et Linda Tannehill, The market for Liberty, 1970.
Un pouvoir concentré n’est pas rendu plus inoffensif par les bonnes intentions de ceux qui l’ont
créé.
Milton Friedman.
La pire des erreurs est de juger une politique par ses intentions et non par ses résultats.
Milton Friedman
L’Etat ne peut tout faire. Il ne faut pas tout attendre de l’Etat
Lionel Jospin, 1999, par rapport aux 7 500 suppressions d’emplois chez Michelin.
Non Monsieur Jospin, la preuve est faite que l’Etat peut tout faire.
Christian Estrosi, Ministre de l’Industrie, 2010, par rapport à l’aide de l’Etat au secteur
l’automobile.
Le pouvoir corrompt. Le pouvoir absolu corrompt absolument
Lord Acton
L’Etat est devenu une sorte de Gargantua dont l’appétit ne cesse de croitre à mesure qu’il
dévore.
Jacques Chirac, diner-débat de l’ALEPS, 1984.
Pour tout libéral, le but est de rejeter non l'Etat mais l'étatisme, c'est-à-dire la maladie qui rend
l'Etat incapable de remplir sa fonction parce qu'il veut assumer les tâches qui appartiennent à la
société et aux individus.
Jean-François Revel
Que l’autorité se borne à être juste, nous nous chargerons d’être heureux.
Benjamin Constant.
Etat-providence :
La pierre de touche de l'Etat-providence est son inévitable vocation étatique et collectiviste, qui
engendre des psychologies passives et une abdication de la responsabilité personnelle devant
l'Etat, dans les mains duquel l'individu remet l'obligation de l'éduquer, de le soigner, de le
transporter, de lui donner du travail, de le pensionner et de l'enterrer.
Mario Vargas Llosa
Euro (intégration monétaire en Europe) :
Une monnaie continentale ayant pour point d’appui le capital Europe tout entier et pour moteur
l’activité libre de 200 millions d’habitants. Cette monnaie unique remplacerait et résorberait
toutes les absurdes variétés monétaires d’aujourd’hui, effigies de princes, figures de misères,
variétés, qui sont autant de cause d’appauvrissement.
Victor Hugo, 1855.
L’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas.
Jacques Rueff, 1951
Ce qui est utile aux citoyens, ce n’est pas une monnaie unique, ce sont de bonnes monnaies,
c'est-à-dire essentiellement des monnaies non inflationnistes.
Pascal Salin. La vérité sur la monnaie, 1990.
Il y a une chose dont je suis sûr : une monnaie unique (…) remplaçant toutes les autres
monnaies européennes n’existera pas encore à la fin du vingtième siècle.
Milton Friedman, La monnaie et ses pièges, 1992
Traité de Maastricht ou non, le climat économique et politique en Europe au milieu des années
1990 rend peu vraisemblable la réalisation de l’Union au cours de ce siècle.
Paul Krugman, 1994.
Nous aurons davantage de croissance, davantage d’emplois et nous lutterons mieux contre le
chômage grâce à la monnaie unique
Jean-Claude Trichet, 1996.
Le Traité de Maastricht qui institua le nouveau système de changes fixes en Europe figurera
dans les manuels d’histoire comme l’erreur ou, pis encore, la faute de 1991, au même titre que
les politiques déflationnistes des années 1930, et en particulier celles des pays du Bloc or.
Jean-Jacques Rosa, L’erreur européenne, 1998.
Une union monétaire bien gérée, incluant aujourd’hui la plupart des pays de l’Union
européenne, demain la plupart des pays européens, engendrera un énorme bénéfice non
seulement pour les Européens, mais aussi pour le reste du monde, y compris les Etats-Unis.
Wall Street Journal, mars 1998.
En fin de compte, cette construction à l’allure technocratique et progressant sous l’égide d’une
sorte de despotisme doux et éclairé, doit se transformer dans un projet porteur de sens.
Jacques Delors, Cathédrale de Strasbourg, 1999.
Soyez sûrs que l’introduction de l’euro aura un impact extraordinairement bénéfique sur le
développement des transactions commerciales en Europe. Et donc sur vos économies.
Robert Mundell, Capital, janvier 2000.
Je sais très bien que le Pacte de stabilité est stupide, comme toutes les décisions qui sont rigides.
Romano Prodi, Président de la Commission européenne, 2002.
On ne peut pas faire coexister dans un système de taux de changes fixes des pays qui ont des
productivités différentes. Charles Gave, JDF, 1/12/2010
La bataille menée par le gouvernement pour tenter de sauver l’euro est une bataille perdue, il
faut avoir l’honnêteté de le reconnaître. A force de nier la réalité, de vivre dans le déni, on ne
s’est résolu que sur des montants trop faibles, engagés tardivement.
Jacques Sapir, US Magazine, supplément au n°714 du 14 novembre 2011.
Les premiers pays qui quitteront l’euro s’en sortiront le mieux.
Joseph Stiglitz, 31/01/2012.
L'euro est irrévocable.
Mario Draghi, 9/03/2017
L’euro c’est l’unité et la paix.
M. Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, 25/3/2017, Ouest-France.
Europe :
En fin de compte, cette construction à l’allure technocratique et progressant sous l’égide d’une
sorte de despotisme doux et éclairé, doit se transfigurer dans un projet porteur de sens.
Jacques Delors, 1999, Conférence en la Cathédrale de Strasbourg.
L'Europe, ce sera plus d'emplois, plus de protection sociale et moins d'exclusion.
Martine Aubry à Béthune, 12.9.92
Firmes multinationales :
Au lieu d’être vu comme un rival, le capital étranger doit être considéré comme un auxiliaire
très précieux, car il permet une plus grande quantité de travail productif et d’entreprises
efficaces.
Alexander Hamilton, 1791, dans un rapport adressé au Congrès américain
Ce qui est bon pour General Motors est bon pour l'Amérique
Charles Wilson, PDG du groupe, 1953.
L’entreprise privée étrangère, du fait du transfert officiel ou clandestin de la plus grande partie
de ses profits, n’a pas d’effet accélérateur et n’intervient pas ou que fort peu dans le processus de
développement cumulatif du pays où elle travaille, mais elle ne s’intègre pas non plus, ou très
exceptionnellement, dans le plan de développement du pays d’accueil, elle est en règle générale
et sous tous ses aspects une « concession » étrangère dans ce pays.
Pierre Jalée, Le pillage du tiers monde, 1965, p. 90.
Ce n’est pas parce que les firmes multinationales investissent en Afrique que cette dernière est
sous développée, c’est au contraire parce qu’elles n’y sont pas assez présentes !
Arghiri Emmanuel, Technologies appropriées ou technologie sous-développées, 1982.
La transnationalisation des firmes est certainement la principale cause de la décomposition du
politique, c'est-à-dire de l’affaiblissement de l’Etat-nation et de la déliquescence de la
citoyenneté.
Serge Latouche, Comment peut-on être anticapitaliste ?, revue du MAUSS, 1997.
Il importe que des mesures soient rapidement prises pour montrer que la France reste
accueillante aux investisseurs étrangers,' [Plus loin :] ' la part des non-résidents, dans la
capitalisation boursière française, fait l'objet, désormais, d'une prise de conscience collective :
celle de la faiblesse de l'assise domestique du capital de nos entreprises.
Rapport au Premier Ministre sur l’attractivité du territoire français, juillet 2001.
En France, l’entreprise ne suscite des élans de tendresse qu’à deux moments de sa vie : quand
elle meurt ou quand elle va être rachetée par un étranger.
Denis Kessler, Université d’été du Medef, 2005.
La globalisation est préférable à la mondialisation ou à l’échange international et celui-ci est
préférable à l’autarcie.
Bertrand Lemennicier La morale face à l’économie, 2005, p. 266.
Que l’on délocalise pour vendre sur d’autres marchés, je suis prêt à le comprendre. Mais que
l’on délocalise pour fabriquer à l’extérieur des voitures qu’on vendra en France, je ne suis pas
d’accord.
Nicolas Sarkozy, Interview dans le Figaro Magazine, 12 mars 2010.
France :
Les Français sont plus doués pour faire la révolution que des réformes.
Alexis de Tocqueville, 1848
Le peuple français a devancé tous les autres dans la conquête de ses droits, ou plutôt de ses
garanties politiques, il n’en est pas moins resté le plus gouverné, dirigé, administré, imposé,
entravé et exploité de tous les peuples.
Frédéric Bastiat, La loi, 1850.
Il serait temps que les Français se rendent compte que le monde bouge, même sans eux.
Karl Marx, lettre à Engels, 1857.
La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des
impôts.
Clemenceau
Tandis que la règle du capitalisme américain est permettre aux nouvelles entreprises de voir le
jour, celle du capitalisme français est permettre aux vieilles entreprises de ne pas mourir. Mais
le capitalisme français ne peut obtenir ce résultat contre nature sans une intervention active de
l’Etat. C’est ce qui doit changer.
Léon Blum, 1945.
Nous désirons être une alternative, pour montrer que si personne ne veut plus résister à
l’Amérique, nous le voulons. Le problème est que, comme nous ne sommes pas sûrs du modèle
que nous voulons incarner, nous avons tendance à n’offrir simplement que de l’inertie.
Jean Baudrillard, 1997.
Les Français ne bougent que dans la nécessité et ne voient la nécessité que dans la crise.
Jean Monnet
La doctrine du gaullisme, c’est de ne pas en avoir.
Michel Debré
La France est le seul pays où les professeurs d’économie croient moins au marché que la
population.
Mathieu Laine, avocat, « La France est foutue ».
Quand la France sera libérale, tous les pays du monde entier seront libéraux
Hayek.
Impôt
Le goût des fonctions publiques et le désir de vivre de l'impôt n'est point chez nous une maladie
particulière à un parti, c'est la grande et permanente infirmité de la nation elle-même.
Alexis de Tocqueville
Il faut demander plus à l’impôt et moins aux contribuables.
Alphonse Allais
L'art de l'imposition consiste à plumer l'oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le
moins possible de cris.
Colbert
Le goût des fonctions publiques et le désir de vivre de l'impôt n'est point chez nous une maladie
particulière à un parti, c'est la grande et permanente infirmité de la nation elle-même.
Tocqueville
Quand un peuple autonome confère à son gouvernement le pouvoir de prendre aux uns pour
donner aux autres, le processus de redistribution ne cesse qu'à partir du moment où le dernier
contribuable est dépouillé de tous ses biens
Howard E. Kershner
L’impôt est du vol pur et simple. L’Etat, qui subsiste par l’impôt, est une vaste organisation
criminelle.
Murray Rothbard
Inégalités :
La misère engendre l’égalité.
Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, p. 104.
Je ne pense pas, ou plutôt je ne pense plus, qu’il soit souhaitable d’avoir une société sans
inégalités. Cela se termine par l’écrasement de l’individu. Lorsque les sociaux-démocrates
parlent d’égalité, ils devraient penser à l’égalité des chances et pas à l’égalité des résultats. La
solidarité doit être comprise comme la possibilité pour chacun de se voir offrir de nouvelles
perspectives. Quant à ce qu’il fait de cette chance, c’est à l’individu d’en décider.
Schröder, entretien au Monde.
La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène
cette guerre, et nous sommes en train de la gagner.
Warren Buffet, New York Times, 26 novembre 2006.
Les législateurs ou les révolutionnaires qui promettent en même temps l’égalité et la liberté sont
des illuminés ou des charlatans.
Goethe, Maximes et Réflexions.
Quand aucune violence, aucune restriction aucune fraude ne vient altérer l’équivalence des
services, on peut dire que la justice règne.
Frédéric Bastiat, Services privés, services publics.
On n’accorde pas des faveurs aux masses, mais au contraire aux dépens des masses.
Frédéric Bastiat
La fraternité ? Les avantages pour moi et les charges pour les autres.
Frédéric Bastiat
Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne.
Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort.
Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur.
Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.
Vous ne pouvez pas aider les pauvres en ruinant le riche.
Vous ne pouvez pas éviter les soucis en dépensant davantage que le gain.
Vous ne pouvez pas forger le caractère et le courage en décourageant l'initiative et
l'indépendance.
Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu'ils devraient
faire eux-mêmes.
Abraham Lincoln, Déclaration au Congrès, 1860
La politique, c’est l’art d’obtenir de l’argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte
de les protéger les uns des autres.
Jules Michelet, historien, 1798-1874
Le parasite ne se contente pas d’être un parasite : il est jaloux de celui qui le fait vivre et qui,
d’après lui, gagne trop d’argent.
Roger Peyrefitte, Des Français, 1970, p. 224.
Plus on se penche sur la question, et plus il apparaît que la redistribution, plutôt qu'un transfert
de revenu disponible des riches vers les pauvres, comme on le pensait, est en réalité une
redistribution de pouvoir de l'individu à l'Etat.
Bertrand de Jouvenel, The Ethics of Redistribution, 1951.
Quand le riche maigrit, le pauvre meurt.
Proverbe chinois.
Il ne faut pas lutter contres les inégalités mais contre les injustices.
Jean-Pierre Maugendre, TV libertés, 17/12/2017.
Si vous voulez me faire dire que je n’aime pas les riches, j’en conviens. Je n’aime pas les riches.
François Hollande, A vous de juger, émission d’Arlette Chabot sur France 2, 8 juin 2006
Comment peut-on reprocher à un président d’avoir une Rolex ? Enfin… tout le monde a une
Rolex. Si à cinquante ans on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie.
Jacques Séguéla, Télé matin, 13 février 2009
Inflation :
Le poète, dites-vous, a compris que l’inflation est l’œuvre du diable, parce qu’elle respecte les
apparences et détruit les réalités.
André Maurois, Discours prononcé à l’Académie Française en l’honneur de Jacques Rueff,
1965
Qui veut tuer l’inflation, surtout en France, assassine la croissance et l’emploi, à fortiori quand
la volonté devient entêtement et que la durée favorise l’excès au détriment de la raison.
Alain Cotta, La France en panne, 1991
Qui veut flirter avec l'inflation se retrouve vite marié avec elle.
Otmar Emminger, président de la Bundesbank de 1977 à 1979
Les pires inflations ont été provoquées par des budgets déséquilibrés : quand un gouvernement
ne peut joindre les deux bouts, il paie en faisant jouer la planche à billets. Ces émissions de
papier ont souvent été la principale cause de l’inflation. Dans ce cas, naturellement, le premier
pas vers la stabilisation dépend du gouvernement et consiste à mettre le budget en équilibre.
Irving Fisher, L’illusion de la monnaie stable, 1927
Les gouvernements adorent l’inflation parce qu’elle leur donne l’occasion de vivre au-delà de
leurs possibilités et d’accumuler d’énormes quantités de dette, qu’ensuite la banque centrale
dévalue par l’intermédiaire de l’inflation.
Jesús Huerta de Soto, Professeur Université Juan Carlos de Madrid, La nouvelle lettre, no1236, 5 mai 2015.
Lénine aurait déclaré que la meilleure manière de détruire le système capitaliste est de s’attaquer
à sa monnaie. Grâce à une inflation continuelle, le gouvernement peut secrètement et en toute
impunité confisquer une bonne partie de la richesse de ses administrés […] Il avait raison. Il n’y
a pas de manière plus subtile, plus sûre et plus discrète de renverser l’ordre existant de la société
que de corrompre sa monnaie.
John Maynard Keynes, Les conséquences économiques de la paix, 1919
L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire.
Milton Friedman.
Le seul moyen dont dispose le gouvernement pour lutter contre l’inflation consiste à dépenser
moins et à fabriquer moins de monnaie. Le seul remède est de réduire l’accroissement de la
quantité de monnaie.
Milton Friedman, Inflation et système monétaire, 1968
L’inflation est une maladie dangereuse et parfois fatale.
Milton Friedman, La liberté du choix, 1980
L’inflation est la seule forme d’impôt qui peut être imposée sans législation.
Milton Friedman.
L’inflation appauvrit les plus faibles et renforce les plus forts.
Henri Guitton
La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la
guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le
refuge des opportunistes économiques et politiques.
Ernest Hemingway. Notes sur la guerre. 1935.
Si nous identifions une inflation approchant de niveaux très bas de manière durable et menaçant
de tomber sous les 1%, alors bien sûr nous devrions être très inquiets.
Otmar Issing, chef économiste Banque centrale européenne, Chronique Agora, 13 mars 2014.
Les banques centrales ne luttent pas contre l’inflation, elles la créent.
Peter G. Klein, professeur à la Mises Academy, 2012.
L’inflation, c’est le mensonge organisé.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 130.
L’inflation, impôt pour les pauvres, prime pour les riches, est l’oxygène du système.
François Mitterrand, L’abeille et l’architecte, 1978
L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle
n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à
long terme, victoire de la cigale sur la fourmi.
Jean-Yves Naudet, La Nouvelle lettre, 13 mars 2010.
L’inflation, c’est comme la pâte dentifrice. Quand elle est sortie du tube, impossible de l’y faire
rentrer.
Karl Otto Pöhl, ancien président de la Bundesbank de 1980 à 1991
Justice :
Là où il y a contrainte, il n’y a plus de liberté ; là où il n’y a pas de liberté, il n’y a pas de justice.
Guillaume de Saint-Thierry, abbé du XIIème siècle.
Libéralisme :
Laissez faire les hommes, laissez passer les marchandises.
Vincent de Gournay, 1752.
Le libéralisme n'est ni à droite ni à gauche; mais au-delà de la politique. Il est exactement le
contraire de la société corporative actuelle. Le libéralisme se donne pour objectif de réduire le
plus possible le poids de l'État dans la société, et donc d'accroître le domaine du marché, parce
que le développement du rôle de l'État entraîne automatiquement l'essor du corporatisme.
L'existence d'un État fort et dominant aboutit à faire qu'il devient plus payant pour les citoyens
de chercher à s'emparer de l'appareil étatique que de chercher à fonder leurs rapports sur des
échanges réciproques, créateurs de plus-values pour toutes les parties en cause. La logique de
l'État est de mener à l'exploitation de l'un par l'autre, quel que soit celui qui exploite ou qui est
exploité. La meilleure garantie contre toutes les exploitations, c'est le marché. C'est une
aberration mentale que de faire de l'État le protecteur des faibles et des exploités. Que cet État
soit de droite ou de gauche ne change rien au problème. Le résultat est le même.
Henri Lepage, dans Demain le capitalisme, Hachette, 1978.
Reconstruire une société libre prend beaucoup plus de temps que de la détruire.
Vaclav Havel, septembre 2004 (à propos de Cuba)
Il n’y aura guère d’autre choix que le libéralisme. Plus exactement, le libéralisme ne sera pas un
choix mais une nécessité.
Jacques Chirac, diner-débat de l’ALEPS, 1984.
Le problème majeur du libéralisme en France est de n’avoir jamais été vraiment mis en œuvre.
A nous de prouver que le libéralisme ça marche aussi en France.
Jacques Chirac, diner-débat de l’ALEPS, 1984.
Le libéralisme est une idéologie aussi nocive que le communisme (…). Elle ira dans le mur
comme le communisme.
Jacques Chirac, Conseil européen en mars 2005 (contexte de la directive Bolkestein).
Je suis convaincu que le libéralisme est voué aux mêmes échecs que le communisme (…). L’un
comme l’autre sont des perversions de la pensée humaine.
Jacques Chirac, livre d’entretien avec Pierre Péan (lu dans le Figaro).
Le libéralisme économique est un « néo totalitarisme.
Philippe Séguin, Le Monde, 18/01/1997
Ne dites pas aux Français que je suis socialiste, ils me croient libéral.
VGE, à la veille de mai 1981.
Le libéralisme consiste à considérer l’autre comme un être unique et non comme un vassal.
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 92.
Libre-échange/protectionnisme :
En fait de commerce, encouragement ne signifie pas protection. La vraie politique d’un pays
doit tendre à l’affranchir de tout tribut envers l’étranger, mais sans le recours honteux des
douanes et des prohibitions. L’industrie ne peut être sauvée que par elle-même, la concurrence
est sa vie. Protégée, elle s’endort ; elle meurt par le monopole comme sous le tarif. Le pays qui
rendra tous les autres ses tributaires sera celui qui proclamera la liberté commerciale, il se
sentira la puissance manufacturière de tenir ses produits à des prix inferieurs à ceux de ses
concurrents.
Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne.
Si un droit protecteur élève le prix d’un objet d’une quantité donnée, la nation gagne cette
quantité une fois et la perd deux fois.
Fréderic Bastiat
La protection douanière est notre voie, le libre-échange est notre but.
Friedrich List, 1841
Mais en général de nos jours le système protecteur est conservateur, tandis que le système du libreéchange est destructeur. Il dissout les anciennes nationalités et pousse à l'extrême l'antagonisme entre la
bourgeoisie et le prolétariat. En un mot, le système de la liberté commerciale hâte la révolution sociale.
C'est seulement dans ce sens révolutionnaire, Messieurs, que je vote en faveur du libre-échange.
Karl Marx, 1848.
Le protectionnisme revient à nous infliger à nous-mêmes, en temps de paix, ce que nos
adversaires chercheraient à nous faire subir en temps de guerre.
Auteur inconnu.
Je suis donc de ceux qui veulent minimiser les imbrications économiques des nations. Les idées,
le savoir, l'art, l'hospitalité, le tourisme : voilà des choses internationales par nature. En
revanche, laissons les biens à leur place chaque fois qu'il est raisonnable, commode et possible
de les y laisser ; notamment confinons la finance au secteur national.
John Maynard Keynes
Le problème avec le libre-échange n’est pas que j’achète aux autres, c’est qu’ils ne m’achètent
rien.
Lee Iacocca, PDG de Chrysler, 1978.
Il semble que, à l’intérieur de chaque pays comme dans les rapports internationaux, le marché
libre soit l’instrument le plus approprié pour répartir les ressources et répondre efficacement aux
besoins.
Jean-Paul II, Centesimus Annus, 1991, § 34.
Peu de gens aujourd’hui défendent cette grande hypocrisie : on prétend aider les pays en
développement alors qu’on les force à ouvrir leurs marchés aux produits des pays industriels
avancés, qui eux-mêmes continuent à protéger leurs propres marchés. Ces politiques sont de
nature à rendre les riches encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres – et plus furieux.
Joseph Stiglitz, La grande désillusion, 2002
Marché :
Le marché est la seule méthode connue de transmission d’informations qui permette aux
individus d’évaluer les avantages comparatifs des différents usages de ressources dont ils ont
une connaissance immédiate et au travers de l’usage desquelles, qu’ils le veuillent ou non, ils
servent les besoins d’individus inconnus et éloignés.
F. Hayek, La présomption fatale, 1988, p. 107-108.
Quand tout est interdit, on ne peut plus vivre que dans la délinquance.
Proverbe soviétique.
Le rôle régulateur « des marchés » n’est qu’un mythe, et c’est un mythe dangereux.
Maurice Allais, Le Figaro, 19/11/1996.
Le marché ? Je ne connais pas cette personne.
Murray Rothbard
Oui à l’économie de marché, non à la société de marché.
Lionel Jospin en 2001
Marché financier :
Je ne suis qu’un banquier faisant le travail de Dieu.
Lloyd Blankfein, PDG de Glodman Sachs, 8 novembre 2009, Sunday Times.
Le risque peut être mis en conserve comme les tomates. Différents investisseurs sont prêts à
assumer différents niveaux de risque. La banque peut donc acheter le risque à bon marché, et le
revendre plus cher sans en assumer elle-même aucun.
Michael Lewis, Liar’s Poker : Rising Through the Wreckage on Wall Street, Norton, New York,
1989, p. 187.
Marxisme :
Le plus dangereux des élèves de Marx était Keynes
Ludwig von Mises
Le capital est un volume d’économie politique périmé (…), faux d’un point de vue scientifique.
Keynes, lu dans Alter éco.
Le marxisme était un produit de la civilisation européenne, mais il ne s’est jamais enraciné et
n’a jamais réussi en Europe.
Samuel Huntington, Le choc des civilisations, p. 51.
Monnaie :
Les deux plus grandes inventions des hommes sont l'écriture et la monnaie, c'est-à-dire la langue
commune des idées et la langue commune des intérêts.
Victor Riquetti de Mirabeau, économiste et philosophe français, père du comte de Mirabeau
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non
les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au
dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie; les financiers n’ont pas de
patriotisme et n’ont pas de décence; leur unique objectif est le gain.
Napoléon Bonaparte (1769-1821),
Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui
font ses lois.
Mayer Amshel Rothschild (1743-1812)
Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant
demain matin.
Henry Ford
Une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit
toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est-à-dire zéro.
Voltaire
Le papier-monnaie inconvertible s’est, presque sans exception, révélé être une malédiction pour
le pays qui l’emploie.
Irving Fisher, 1929.
Rien n’est moins important que la monnaie… quand elle est bien gérée.
Milton Friedman
L’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire.
Milton Friedman
Monopole :
Il y aura toujours des monopoles inévitables, dont le caractère transitoire et temporaire ne se
transformera en caractère permanent que sous l'effet de l'intervention des gouvernements.
Friedrich Von Hayek
La monnaie est une chose beaucoup trop sérieuse pour être laissée aux dirigeants des banques
centrales.
Milton Friedman, La monnaie et ses pièges, 1993, page 257.
Pensée économique :
Si vous mettez deux économistes dans une pièce, vous aurez deux avis différents. A moins que
l’un deux ne soit Lord Keynes. Dans ce cas, vous aurez trois avis différents.
Winston Churchill
A long terme, nous serons tous morts
Keynes
Il n’y a pas de repas gratuit.
Milton Friedman
Les bons jeux dépendent de bonnes règles plutôt qu’ils ne dépendent de bons joueurs.
James Buchanan
Le keynésianisme n'est pas une théorie économique valide, c'est simplement une astuce pour
enrichir les politiciens et les financiers.
Simone Wapler, La Chronique Agora, 18/09/2014.
Le keynésianisme ne crée pas de richesse, il crée simplement de la dette.
Simone Wapler, La Chronique Agora, 18/09/2014.
Politique :
La politique est l'art de chercher des ennuis, de les trouver, d'en donner un diagnostic erroné,
puis d'appliquer les mauvais remèdes.
Ernest Benn
En politique, on ne flétrit le mensonge d’hier que pour flatter le mensonge d’aujourd’hui.
Jean Rostand, 1967.
En politique, il est plus rentable de se contredire que de se répéter.
Philippe Bouvard, 1991.
Les tribuns qui se gargarisent avec l’abolition des privilèges ne font généralement carrière que
pour bénéficier des avantages du pouvoir.
Philippe Bouvard, 1991.
Annoncer des mesures présentées faussement dans la presse comme drastiques et renoncer à
elles après négociations est une manière élégante de renier ses promesses impossibles à tenir.
Christian de Moliner, Boulevard Voltaire, 28/12/2017.
Politique de l’offre :
Il faut changer de point de vue en passant d’une politique qui fait de la demande le seul levier de
l’action économique à une approche qui met la priorité sur l’offre. Si la France faisait le choix d’une
véritable politique de l’offre, ce serait une révolution copernicienne et pour l’instant aucun candidat
n’est dans cette démarche.
Laurence Parisot, 2007, dans le cadre de la campagne d’information du MEDEF.
Pouvoir :
C’est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va
jusqu'à ce qu’il trouve des limites. Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la
disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.
Montesquieu
Prix :
Tout ce qui est gratuit finit par être gaspillé.
Loi fondamentale de l’économie.
Profit :
Le profit n’est ni bien ni mal. Il est ou il n’est pas, et les sociétés dans lesquelles il existe ont
plutôt tendance à mieux se porter que celles dans lesquelles on le pourchasse.
Charles Gave, L’Etat est mort, vive l’Etat, 2010, p. 32.
Propriété :
La propriété, c’est le vol.
Pierre-Joseph Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, 1842.
La propriété, c'est la liberté.
Pierre-Joseph Proudhon, Confessions d'un Révolutionnaire, 1849.
Secteurs d’activité :
L’industrie crée les richesses, les services créent l’emploi.
Adage
Les services s’échangent contre des services.
Fréderic Bastiat
La France souffre d’une hypertrophie industrielle.
Joseph Caillaux. Années 1920/1930.
Sécurité sociale :
L’assistance doit être une seconde chance, pas un mode de vie.
Bill Clinton
En substituant à la providence paternelle la providence de l’Etat, les socialistes vont contre la
justice naturelle et brisent les liens de la famille.
Léon XIII. Rerum novarum, 1891.
Social :
Les significations factuelles et normatives du mot « social » se substituent sans cesse l'une à
l'autre, et ce qui au départ ressemble à une description peut se transformer imperceptiblement
en un impératif.
F. Von Hayek, La présomption Fatale - P.U.F. - Collection Libre Echange.
Le progrès social consiste à ne rien laisser à ceux qui font presque tout, pour donner tout à ceux
qui ne font presque rien.
Philippe Bouvard, 1991.
Socialisme :
La dissidence profonde, irréconciliable sur ce point entre les socialistes et les économistes,
consiste en ceci : les socialistes croient à l’antagonisme essentiel des intérêts. Les économistes
croient à l’harmonie naturelle, ou plutôt à l’harmonisation nécessaire et progressive des intérêts.
Tout est là. Partant de cette donnée que les intérêts sont naturellement antagoniques, les
socialistes sont conduits, par la force de la logique, à chercher pour les intérêts une organisation
artificielle, ou même à étouffer, s'ils le peuvent, dans le cœur de l'homme, le sentiment de
l'intérêt.
Fréderic Bastiat, Justice et fraternité. Pamphlets.
Au cours d’un tête-à-tête Nixon-Brejnev au Kremlin, Nixon interroge le dirigeant russe :
Comment fonctionne votre économie ? Brejnev : C’est très simple. Ils font semblant de travailler
et nous faisons semblant de les payer.
Blague anticommuniste.
Le socialisme, c’est la philosophie de l’échec, le credo des ignares et le prêche des envieux, sa
mission est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple.
Winston Churchill, 1953
Le socialisme vit de l'argent des autres. Le socialisme s'arrête quand les autres n'ont plus
d'argent.
Margaret Thatcher
Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme était d’accroître la dépendance. La
pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément
recherché.
Margaret Thatcher, 10, downing street, 1993.
On ne peut pas être à la fois socialiste, honnête et intelligent.
Le triangle d'incompatibilité de Jean-François Revel.
Spéculation :
Le risque d’une prédominance de la spéculation tend à grandir à mesure que l’organisation des
marchés financiers progresse.
Keynes, Théorie générale, pp. 170 et 171.
Spéculer, c’est d’abord regarder autour de soi pour chercher à anticiper. Vous savez, un
météorologue est un spéculateur. Le mot de spéculation, comme beaucoup, a tellement évolué
dans un sens péjoratif. C’est un peu comme si nous voulions parler de vin le regard fixé sur la
trogne d’un ivrogne !
François Michelin, Et pourquoi pas ?, 1998, p. 88.
L'Europe est déterminée à ne pas se laisser impressionner par une spéculation aussi immorale
qu'absurde. Il y a une part d'irrationnel et de spéculation et c'est aussi absurde qu'injuste.
François Baroin, ministre du Budget français, AFP, 5 mai 2010
Statistiques :
Il y a trois sortes de mensonges : les petits mensonges, les gros mensonges et les statistiques.
Graham Mc Neill
Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques.
Benjamin Disraeli
Syndicalisme :
Les syndicalistes ont tellement l’habitude de ne rien faire que lorsqu’ils font grève ils appellent ça une
journée d’action.
Jean d’Ormesson
Système monétaire international :
On doit choisir soit de faire confiance à la stabilité naturelle de l’or, soit faire confiance à la
stabilité naturelle de l’honnêteté et de l’intelligence des membres du gouvernement. Avec tout le
respect que je dois à ces dignes personnages, je vous conseille de voter pour l’or.
Bernard Shaw (1856-1950)
Le système idéal consisterait sûrement dans la fondation d’une banque supranationale qui
aurait avec les banques centrales nationales des relations semblables à celles qui existent entre
chaque banque centrale et ses banques subordonnées.
J. M. Keynes, Traité sur la monnaie, 1930.
Le déficit sans pleurs permet d’acquérir sans payer et de prêter sans emprunter.
Jacques Rueff, 1963.
La France préconise que le système soit changé (...). Nous tenons donc pour nécessaire que les
échanges internationaux s'établissent, comme c'était le cas avant les grands malheurs du monde,
sur une base monétaire indiscutable et qui ne porte la marque d'aucun pays en particulier.
Quelle base ? En vérité, on ne voit pas qu'à cet égard il puisse y avoir de critère, d'étalon, autres
que le l'or. Eh ! oui, l'or qui ne change pas de nature, qui se met, indifféremment, en barres, en
lingots ou en pièces, qui n'a pas de nationalité, qui est tenu, éternellement et universellement,
comme la valeur inaltérable et fiduciaire par excellence.
De Gaulle, 1965.
Le dollar, c’est notre monnaie, c’est votre problème.
John Connally, secrétaire américain au Trésor, 1971.
Il n’y a plus de raison que les Etats-Unis luttent avec une main attachée derrière le dos.
Richard Nixon, 1971.
L’affaire de la taxe Tobin est une absurdité. Nous, nous taxerons et aucun autre pays ne le fera.
Si nous le faisons en France, on va encore le payer de dizaines de milliers de chômeurs
supplémentaires.
Nicolas Sarkozy, débat télévisé avec Robert Hue, 1999.
Le problème du [principe du] ‘trop gros pour couler’, c’est qu’il a fait de la société — et plus
précisément du contribuable — l’otage de la survie des institutions financières. Les milliards
des contribuables engagés pour secourir des institutions supposées systémiques ont porté un
grave coup à la confiance dans le système du libre-échange, ce qui s’est à son tour transformé en
menace pour les sociétés libres.
Otmar Issing, membre du conseil exécutif de la Banque centrale européenne de 1998 à 2006,
cité par Bill Bonner, Chronique Agora, 25/01/2012.
Taux de change :
Pourquoi ne pas laisser le chien remuer la queue, au lieu de laisser la queue remuer le chien ?
Friedman, 1969.
L’ère du flottement est terminée.
V. Giscard d’Estaing, ministre de l’Economie et des Finances, 1972.
Un modèle capable d’expliquer plus de 50% des variations trimestrielles des cours de change
devrait soit être rejeté car cela est trop beau pour être vrai, soit être envoyé au Vatican, un tel
miracle justifiant la canonisation d’un nouveau Saint.
Michael Mussa, 1979.
A mon avis, un système de taux de change de monnaies nationales liées de manière rigide
[comme le SME] est pire que chacun des deux extrêmes, à savoir une véritable monnaie unique
ou des monnaies liées entre elles par des taux flottants librement.
Friedman, 1993.
Si les taux de change ne correspondent pas à l’équilibre des balances commerciales, le libreéchange ne peut être que nuisible et fondamentalement désavantageux pour tous les pays
participants.
Maurice Allais, Combats pour l’Europe, 1994.
Il faut protéger la société des faiseurs de profit sans scrupules. Les transactions sur devises
devraient être illégales. Acheter de l’argent n’est nécessaire que lorsqu’on veut financer du
commerce réel.
Mohamad Mahathir, premier ministre de Malaisie, 1998.
Les changes flottants sont le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres.
Robert Rubin, 1999.
Les taux de change flexibles sont le seul choix possible pour la vaste majorité des pays en
développement.
Barry Eichengreen, professeur d’économie à l’Université de Berkeley, 1999.
Tout se passe comme si les économistes n’en finiront jamais de se disputer pour savoir s’il vaut
mieux avoir des changes fixes ou des changes flottants.
Arnold Harberger.
Dire que le secrétaire américain au Trésor, John Snow, puisse agir sur la tendance à moyen
terme du dollar, c’est croire que le Père Noel apporte les cadeaux.
Beatrice Majnoni Intignano, professeur à Paris XII.
On ne peut pas faire coexister dans un système de taux de changes fixes des pays qui ont des
productivités différentes.
Charles Gave, JDF, 1/12/2010
Taux d’intérêt :
Il n’y a que deux économistes au monde qui comprennent pourquoi les taux d’intérêt baissent ou
montent, et en général ils ne sont pas d’accord l’un avec l’autre.
Plaisanterie d’économiste.
Divers :
La sagesse est de dire la vérité et d'agir conformément à la nature.
Héraclite
Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté.
Confucius
Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils continuent de chérir les causes.
Bossuet.
Lorsque tout le monde pense la même chose, c'est que personne ne pense.
Walter Lippman
Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher loin dans leurs livres des devoirs qu’ils
dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares, pour être dispensé
d’aimer ses voisins.
Jean-Jacques Rousseau
Quand je m’examine je m’inquiète, quand je me compare je me rassure.
Talleyrand.
Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu'ils ont été trompés.
Mark Twain
La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent.
Albert Einstein
Lorsque vous voulez aider les gens, vous leur dites la vérité. Lorsque ce sont vos propres intérêts
que vous voulez servir, vous leur dites ce qu'ils souhaitent entendre.
Thomas Sowell
Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les
meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent.
G. Orwell
Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont
pas envie d'entendre.
G. Orwell
Un enseignement reçu dans la douleur est toujours plus efficace qu’une leçon apprise dans la
joie.
Stefania, dans le roman de science-fiction Les Thanatonautes, p. 468.
J’aime mieux une injustice qu’un désordre
Goethe
Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt
tu verras passer son cadavre.
Lao-tseu
La réalité, c'est ce qui ne disparait pas quand on arrête d'y croire.
Philip K. Dick, écrivain américain de science-fiction
Le cynisme finit par être le comble de la franchise dans une société d’hypocrites.
Philippe Bouvard, 1991.
Téléchargement
Explore flashcards