Telechargé par rosipote

3 un athée peut-il etre vertueux

publicité
XVII-XVIII. Revue de la société
d'études anglo-américaines des
XVIIe et XVIIIe siècles
L’exclusion des athées par Locke. L’envers théorique d’une
convention politique
Sophie Soccard
Citer ce document / Cite this document :
Soccard Sophie. L’exclusion des athées par Locke. L’envers théorique d’une convention politique. In: XVII-XVIII. Revue
de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles. N°65, 2008. Les Formes de la Séduction. pp. 311332;
doi : https://doi.org/10.3406/xvii.2008.2383
https://www.persee.fr/doc/xvii_0291-3798_2008_num_65_1_2383
Fichier pdf généré le 21/12/2018
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE :
L’
ENVERS THÉORIQUE
D’
UNECONVENTI
ON POLITIQUE
Bi
e
nqu
’
a
ppr
ou
v
a
n
ts
a
n
sr
é
s
e
r
v
el
apor
t
é
edes
ar
é
f
l
e
x
i
ons
url
at
ol
é
r
a
n
c
e
,l
a
plupart des critiques de John Locke jugent le cadre de sa théorie trop étroit
pour und
é
b
a
ts
u
rc
et
h
è
meàl
’
a
u
n
ed
en
o
sc
r
i
t
è
r
e
sc
o
n
t
e
mp
o
r
a
i
n
s
.Ex
c
l
u
a
n
tles
athées pour leurs convictions qui menacent autant la vie civile que politique,
la tolérance lockienne repose sur le droit et le devoir de chacun de rechercher
son propre salut par le c
u
l
t
e
.Ce
ta
r
t
i
c
l
es
epr
opos
ed’
e
x
pl
or
e
rl
ar
e
l
a
t
i
on
pr
obl
é
ma
t
i
qu
equ
idi
s
t
e
n
dl
’
i
nn
ov
a
t
i
ont
h
é
or
i
qu
el
oc
k
i
e
n
n
ee
td’
e
x
a
mi
n
e
rl
e
s
f
on
de
me
n
t
sd’
un
epl
a
c
et
h
é
or
i
qu
epou
rl
e
sa
t
h
é
e
s
. L’
hy
pot
h
è
s
edec
et
r
a
v
a
i
l
s
’
a
t
t
a
c
h
eàpr
e
n
dr
eàr
e
b
ou
r
sl
ac
on
v
e
n
t
i
ondudi
scours de Locke pour
dé
mon
t
r
e
rqu
es
e
sc
on
c
l
us
i
onss
on
tl
ef
r
u
i
td’
unc
ompr
omi
sdé
l
i
c
a
tdon
tl
e
s
r
ou
a
g
e
ss
’
a
r
t
i
c
u
l
e
n
te
n
t
r
epr
i
n
c
i
pe
smor
a
uxe
tc
ompr
é
h
e
ns
i
ondel
an
a
t
u
r
e
humaine, accordant toujours la priorité au libre-arbitre comme source de
l
’
é
t
h
i
qu
ei
n
dividuelle.
It has become a commonplace of Locke scholarship to maintain that his theory
of toleration though being historically prevailing is also too narrow to serve
as a starting point for modern reflection on the subject. Being limited in the
case of atheists whose beliefs are considered necessarily antisocial and
politically harmful, thef
oun
d
at
i
onofLoc
k
e
’
sc
ommi
t
me
ntt
ot
oleration lies
on the right and duty of each man to seek his own salvation through worship. It
is argued here that an alternative interpretation of Lo
c
k
e
’
su
n
d
e
r
l
y
i
n
gtheory is
more tolerant than his specific conclusions would indicate. In his conceptual
framework where emphasis is laid on self-r
e
l
i
anc
e
,Loc
k
e
’
sc
onc
l
us
i
onsr
e
s
ul
t
from an uneasy compromise between moral principles and an understanding
of human nature, forcing men to think by and for themselves.
Aus
o
i
rd
es
av
i
e
,e
n16
9
5,Loc
k
ea
s
s
i
mi
l
a
i
tl
’
a
t
hé
i
s
meà « un
délit qui, autant pour la folie que pour la culpabilité qui lui sont
a
t
t
a
c
h
é
e
s
,d
e
v
r
a
i
te
nt
r
a
î
ne
rl
’
e
xpu
l
s
i
ond’
unhommehor
sde toute
1
société civile sensée ». I
r
oni
edel
’
h
i
s
t
oi
r
e
,Locke devait déplorer,
1. « Atheism being a crime, which, for its madness as well as guilt, ought to shut
a man out of all sober and civil society, should be very warily charges on any one, by
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
312
SOPHIE SOCCARD
quelque d
e
u
xa
n
né
e
spl
ust
a
r
d,qu
’
unpr
i
ma
tdel
’
Ég
l
i
s
ea
ng
l
i
c
a
n
e
l
’
a
c
c
u
s
a
i
tà son tour d’
a
t
h
é
i
s
me
.2 Quelle corrélation établir entre deux
pôles opposant, d’
un
epart, a condamnation par Locke del
’
a
t
hé
i
s
me
et,d
’
a
u
t
r
ep
a
r
t
,le reproche qui lui est fait d’
e
nt
r
e
t
e
n
i
rl
’
ét
a
td’
e
s
p
r
i
t
que par ailleurs il dénonce ? Une tension de cet ordre suggère que sa
position est certainement beaucoup moins transparente que ne le
laisse supposer sa célèbre exclusion de « c
e
uxquin
i
e
ntl
’
e
x
i
s
t
e
n
c
e
d
’
u
n
ep
u
i
s
s
a
nc
edi
v
i
ne» et qui « ne doivent être tolérés en aucune
façon », dans la Lettre sur la Tolérance de 1689.3 Cependant, en dépit
de la prégnance de cette question à son époque en général et dans sa
théorie en particulier, Locke a pe
ué
c
r
i
ts
url
’
a
t
hé
i
s
me
.On ne trouve
trace de ses positions que dans un seul paragraphe de l
’
Es
s
ais
url
a
tolérance (
q
u
i
,d’
a
i
l
l
e
ur
s
, fut supprimé dans la version définitive),
dans une note rédigée en 1676, dans un passage des Constitutions de
la Caroline, dans la Lettre sur la tolérance, où sept lignes seulement
y sont consacrées, ou encore dans Le Christianisme raisonnable.
Da
n
sl
es
y
s
t
è
mel
oc
k
i
e
n,l
aque
s
t
i
ond
el
’
e
xc
l
us
i
ond
e
sa
t
h
é
e
ss
e
situe à la cr
o
i
s
é
ede
sc
h
e
mi
nse
nt
r
el
’
é
t
hi
qu
e
,l
er
e
l
i
g
i
e
ux e
tl
e
politique et révèle la domination du postulat théologique de l
’
Ang
l
e
t
e
r
r
e
à la fin du XVIIe siècle. Pour rendre compte très succinctement de la
p
o
l
a
r
i
s
a
t
i
o
ndel
’
i
dé
eq
uel
’
ons
ef
a
i
s
a
i
ta
l
o
r
sdeDi
e
u,il faut rappeler
que le concept divin incarnait, pour certains, les vérités humaines les
plus profondes, tandis que, p
o
u
rd
’
a
u
t
r
e
s
,
l
’
i
d
é
ed
eDi
e
ué
t
a
i
ta
s
s
o
c
i
é
eà
une sorte de fiction répressive, q
u
ii
n
h
i
b
a
i
tt
o
u
t
et
e
n
t
a
t
i
v
ed
’
e
x
p
r
e
s
s
i
o
n
publique. Sil
’
a
théisme était problématique, comme le montre ce schéma
sociétal, c
’
est pa
r
c
equ’
i
lé
t
a
i
tl
i
éàunea
t
mos
phè
r
edec
ont
r
ov
e
r
s
ee
t
q
u
es
ad
é
f
i
n
i
t
i
oné
t
a
i
td
’
a
ut
a
n
tpl
u
sc
on
f
us
equ
’
e
l
l
er
e
nda
i
tc
ompt
e
des télescopages de points de vue divergents, sinon contradictoires.
Àq
u
ip
e
n
s
eLo
c
k
el
o
r
s
q
u’
i
lp
l
a
c
eles athées hors du sanctuaire de
la tolérance ? Comment définir « ceux [
…]quin
edoivent être tolérés
deductions and consequences, which he himself does not own, or, at least, do not
manifestly and unavoidably flow from what he asserts » (A Vindication of the
Reasonableness of Christianity 161).
2. « Dr Sherlock has been pleased to declare against my doctrine of no innate
ideas, from the pulpit in the Temple, and, as I have been told, charged it with no less
than atheism » (Locke to W. Molyneux, Oates, 22 Feb. 1697, Selected Correspondence
237). Sherlock avait critiqué l
’
Es
s
ais
url
’
e
nt
e
nde
me
ntdans A Discourse Concerning
the Happiness of Good Men (1704).
3. « Qui numen esse negant, nullo modo tolerandi sunt » (Lettre sur la tolérance
82-83).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
313
en aucune façon »? (Lettre 83). Le mot « athéisme » était couramment
utilisé au XVIIème siècle, mais son usage demeurait imprécis,
n
’
i
n
c
l
u
a
n
tp
a
sun
i
qu
e
me
ntc
e
ux quin
i
a
i
e
n
tl
’
e
x
i
s
t
e
nc
ed
eDi
e
u.
Mi
c
h
a
e
lHunt
e
r
,hi
s
t
or
i
e
nde
si
dé
e
s
,adé
mont
r
équ
’
i
ls
’
a
g
i
s
s
a
i
td
’
un
terme utilisé de façon caractéristique pour dénigrer des attitudes ou
des propos menaçant des vérités religieuses (135-57). L’
a
c
c
us
a
t
i
o
n
d
’
a
t
h
é
i
s
mes
’
a
ppuy
a
i
tf
on
da
me
nt
a
l
e
me
nts
u
rl
’
i
dé
ed’
unedé
v
i
a
nc
e
f
a
c
eàu
nc
ompor
t
e
me
ntnor
ma
t
i
fe
nr
e
g
a
r
ddel
’
or
t
ho
doxi
er
e
l
i
g
i
e
us
e
d
é
f
i
n
i
ep
a
rl
ar
e
l
i
g
i
ond’
Ét
a
t
, comme le rappelle le philosophe David
Berman dans son a
na
l
y
s
e hi
s
t
o
r
i
que de l
’
a
t
h
é
i
s
me e
n GrandeBretagne (34-35).
Bien que le sens du mot ne fût pas strictement défini à la fin du
XVIIème s
i
è
c
l
e
,l
’
a
t
h
é
i
s
meé
t
a
i
tdonc devenu une cible protéiforme
de l
’
Ég
l
i
s
eof
f
i
c
i
e
l
l
e
.Let
e
r
meé
t
a
i
ts
y
nony
med’
i
mmor
a
l
i
t
épratique
ma
i
sa
u
s
s
id
’
i
mpi
é
t
és
pé
c
ul
a
t
i
v
e(Hunter 136). L’
a
t
h
é
i
s
meé
t
a
i
tun
e
n
o
t
i
o
nr
e
c
ouv
r
a
n
tt
ou
t
e
ss
o
r
t
e
sd’
e
r
r
e
ur
soudef
or
me
sd’
hé
t
é
r
odox
i
e
s
,
c
’
e
s
t
-à-dire une déviation par rapport à la « vraie » foi ou au « vrai »
culte. Arme polémique dépourvue de contenu conceptuel précis, l
’
i
dé
e
d
’
a
t
h
é
i
s
mec
ons
t
i
t
u
a
i
ta
l
or
sundoma
i
nel
a
r
g
ee
ts
ou
pl
e
, qui n’
é
t
a
i
t
pas à placer systématiquement sur le plan de la négation de l
’
e
xi
s
t
e
n
c
e
de Dieu, forme qui correspond davantage à une « définition moderne
du terme » (Hunter et Wootton 2). L’
hé
r
é
s
i
e
,l
’
i
n
f
i
d
é
l
i
t
é
,l
’
i
mpi
é
t
é
,
l
’
h
é
l
i
oc
e
n
t
r
i
s
me
,l
edé
i
s
meavaient en commun de dénier le soin
p
r
o
v
i
de
n
t
i
e
ldeDi
e
upou
rl
’
huma
ni
t
ée
tl
’
a
u
t
he
n
t
i
c
i
t
éde
sÉc
r
i
t
ur
e
s
.
Certains « athées » n
i
a
i
e
n
tl
ad
i
v
i
n
i
t
éd
uCh
r
i
s
t
,d
’
a
u
t
r
e
s
,l
’
i
mmortalité
d
el
’
â
me
,l
ar
é
a
l
i
t
éduc
i
e
loudel
’
e
nf
e
r
.Ge
r
r
a
r
dWi
ns
t
a
n
l
e
y
,l
’
u
nde
s
chefs du mouvement des diggers,r
é
f
u
t
al
’
e
xi
s
t
e
nc
edel
’
e
n
f
e
re
n
d
é
mo
n
t
r
a
ntq
u’
unDi
e
uomni
po
t
e
n
te
tb
i
e
nv
e
i
l
l
a
ntn
epouv
a
i
te
nt
out
e
l
o
g
i
q
u
et
o
r
t
ur
e
rs
e
sc
r
é
a
t
u
r
e
spou
rl
’
é
ternité (Winstanley 156). Dans
la mouvance de Winstanley, Joseph Salmon épousa une vision panthéiste
d
el
’
u
n
i
v
e
r
s
, défendant l
’
i
d
é
ed
’
u
n
ep
u
i
s
s
a
n
c
ed
i
v
i
n
ei
n
h
é
r
e
n
t
eàchaque
créature, q
uic
ondu
i
s
a
i
tàl
ade
s
t
r
uc
t
i
onduc
onc
e
ptd’
unDi
e
uun
i
qu
e
et incarné dans la chair du Christ.4
D’
a
p
r
è
sBe
r
ma
n,l
e
sa
t
t
i
t
ud
e
si
nc
r
oy
a
nt
e
se
nAng
l
e
t
e
r
r
es
e
mbl
e
n
t
s
’
ê
t
r
ed
’
a
bo
r
dc
a
nt
on
né
e
sa
uxc
l
a
s
s
e
sa
r
i
s
t
oc
r
a
t
i
qu
e
s
, qui puisèrent
l
e
u
r
sc
o
n
v
i
c
t
i
onsd
a
nsl
’
h
é
r
i
t
a
g
edel
ape
n
s
é
ehobbé
s
i
e
nne(Berman
4. « God is that pure and perfect being in whom we all are, move and live ; that
secret blood, breath and life, that silently courseth through the hidden veins and close
arteries of the whole creation » (Salmon 37-38).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
314
SOPHIE SOCCARD
48). Certaines remarques de Hob
b
e
sr
e
l
a
t
i
v
e
sàl
’
h
é
r
é
s
i
ee
tàl
’
a
t
hé
i
s
me
n
’
o
n
tp
r
o
b
a
bl
e
me
ntpa
smanqué de paraître extrêmement suspectes à
ses contemporains. Da
nss
one
xpo
s
és
url
e
sor
i
g
i
ne
sdel
’
hé
r
é
s
i
e
,
Ho
b
b
e
sa
f
f
i
r
ma
i
tqu
el
ac
o
nc
e
pt
i
onmode
r
n
ede
sd
a
ng
e
r
sd
el
’
hé
r
é
s
i
e
avait été créée de toutes pièces par les prêtres. Il en déduisait que
l
’
h
é
r
é
s
i
ee
tl
’
a
t
hé
i
s
meé
t
a
i
e
nts
i
mpl
e
me
ntuneque
s
t
i
ond’
e
r
r
e
u
rde
jugement et non pas un affront direct à Dieu : « nepa
sc
r
oi
r
en
’
e
s
tp
a
s
violer les lois de Dieu, mais les rejeter » (Leviathan 414). Soucieux de
réfuter les arguments des anglicans, s
e
l
onl
e
s
que
l
sl
’
a
ut
or
i
t
éc
i
v
i
l
e
avait le devoir de proscrire les hérétiques, Hobbes souhaitait ainsi
l
a
i
s
s
e
ra
us
o
uv
e
r
a
i
nl
ed
r
oi
tded
é
t
e
r
mi
ne
rs
il
’
hé
r
é
s
i
ede
v
a
i
tê
t
r
e
punie. Dans la lecture qu’
i
lfaisait des desseins divins, les institutions
t
e
mp
o
r
e
l
l
e
sé
t
a
i
e
nts
a
n
si
n
t
é
r
ê
tpourl
’
obt
e
nt
i
ondus
a
l
u
t
, qu
’
i
lé
t
a
i
t
possible de trouver par la foi. Pr
odu
i
tdel
’
é
l
e
c
t
i
ond
i
v
i
ne
,l
af
ois
e
trouvait ainsi définie comme n’
a
y
a
ntnulrapport avec une profession
publique, elle-même acte social sans lien avec la conscience.
Il faut remarquer que, dans la littérature anti-tolérante du début du
XVIIe siècle, était clairement établie une association entre schismatics
ou heretics et les formes de la monstruosité (Marshall 697), comme
en témoigne l
’
i
ma
g
eemployée par Mersenne, comparantl
’
a
t
hé
i
s
meà
une hydre polycéphale.5 La créature polymorphe désignait une pluralité
d
ef
o
r
me
sd
’
oppo
s
i
t
i
o
nc
o
nt
r
el
av
é
r
i
t
a
b
l
eÉg
l
i
s
e
, contre l
’
Écriture
Sainte, contre la religion chrétienne, attitudes auxquelles il faut ajouter
les blasphèmes et les railleries qui pouvaient aussi relever de
l
’
a
t
h
é
i
s
me
.En 1652, Walter Charleton dénonçait le nombre croissant
des « monstres athées » (atheistical monsters),6 plus significatif encore
en Anglete
r
r
equeda
nsl
e
sa
ut
r
e
sp
a
y
sd’
Eu
r
ope
.7
Condensant l
’
e
xpr
e
s
s
i
ond
el
’
hos
t
i
l
i
t
épo
uru
nec
a
t
é
g
or
i
epl
a
c
é
e
aux antipodes du normatif,l
’
a
s
s
oc
i
a
t
i
o
n del
’
a
t
hé
i
s
me avec une
image détestable n
’
é
t
a
i
tpa
ss
e
u
l
e
me
ntmétaphorique. Le cas d’
An
n
e
5. « Hydra multiceps ou negatio existentiae Dei » (Quaestiones celeberrima in
genesim, cum accurata textus explicatione. In hoc volumine athei, et deistae
impugnantur, et expugnantur, et Vulguta editio ab haereticorum, calumnis vindicatur,
cite dans Lurbe et Taussig 32).
6. Cité dans D. Bush 339.
7. K. Thomas démontre que, par delà la diversité des croyances au sein de la
société, le phénomène des monstres est globalement considéré comme un problème
s
é
r
i
e
uxquel
e
se
s
pr
i
t
sl
e
spl
usé
mi
ne
nt
sdel
’
Ang
l
e
t
e
r
r
edel
’
é
poquej
ug
e
ntd
i
g
ne
s
d’
é
t
ud
i
e
r(
7
08-12).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
315
Hutchinson est un exemple édifiant.8 Pa
r
c
e qu
’
e
l
l
e pr
o
f
e
s
s
a
i
t
publiquement des convictions propres à ébr
a
nl
e
rl
’
or
d
r
epur
i
t
a
i
ndel
a
Nouvelle-Angleterre, elle fut déclarée « hérétique » en 1638 et expulsée
de la colonie de Massachussetts Bay. La suite de son histoire traduit
a
s
s
e
zb
i
e
nl
’
a
s
s
oc
i
a
t
i
onc
o
nv
enue entre punition et athéisme : elle fut
excommuniée, puis donna naissance à un enfant malformé, que ses
contemporains qualifièrent de « monstre », désignant ainsi le nouveau-né
c
o
mmel
’
unde
ss
i
g
ne
sp
r
o
v
i
de
nt
i
e
l
squeDi
e
upouvait envoyer pour
punir les comportements déviants (McLoughlin 17-34).
Dans un tableau précis des courants athées en Angleterre,
Christopher Hill établit un lien de causalité entre la propagation des
idées athées et l’
a
v
è
ne
me
ntd’
habitudes cultuelles plus libres (17083).So
u
sl
’
e
f
f
e
td
e
sb
o
u
l
e
v
e
r
s
e
me
n
t
sp
o
l
i
t
i
q
u
e
si
n
i
t
i
é
spar l
’
e
xé
c
ut
i
on
du roi Charles I
,l
e
sf
o
nde
me
nt
squiun
i
s
s
a
i
e
n
tl
’
Ég
l
i
s
eàl
’
Ét
a
ts
e
trouvèrent considérablement ébranlés aux yeux de certains. De surcroît,
le long interrègne de 1649-1660 interrompit le fonctionnement ordinaire
des institutions de surveillance et de répression, permettant ainsi
l
’
e
x
p
r
e
s
s
i
ond’
uneg
rande diversité de croyances ou d’
i
n
c
r
oy
a
nc
e
s
(Tuttle 51). Les idées les plus extrêmes se firent alors jour et
parvinrent à circuler, grâce à la levée momentanée de la censure. Le
protectorat de Cromwell, en mettant fin, de 1650 à 1657, à l
’
ob
l
i
g
a
t
i
on
d
’
a
s
s
i
s
t
er aux offices et en introduisant le mariage civil en 1653,
généra une baisse significative des sacrements et de la fréquentation
des lieux de culte (Rosman 102). En conséquence, certaines Églises ne
c
é
l
é
b
r
a
i
e
n
tpl
usqu
’
uns
e
ulof
f
i
c
epar quinzaine, et l
eba
pt
ê
men’
é
t
a
i
t
plus systématique, non plus que les enterrements religieux.
La croissance des formes de non-croyance et l
’
a
pp
r
é
he
ns
i
ond
e
l’
a
t
h
é
i
s
mee
npa
r
t
i
c
ul
i
e
réveilla une immense peur dans la classe
dominante. Comme la plupart des puritains, Cromwell avait une foi
profonde en la Providence. La crainte du jugement de Dieu le rendit
i
n
t
o
l
é
r
a
n
tàl
’
é
g
a
r
ddec
e
u
xquis
e
mblaients
’
o
ppos
e
ra
uxde
s
s
e
i
n
s
divins. Dès 1648, une ordonnance sur le blasphème prévit la peine de
mo
r
tp
o
u
rc
e
u
xq
u
in
i
a
i
e
n
tl
’
i
mmo
r
t
a
l
i
t
éd
el
’
â
me(mortalists), ceux qui
d
é
s
a
v
o
u
a
i
e
ntl
’
e
x
i
s
t
e
nc
eduChr
i
s
t
,del
’
Es
pr
i
tSa
i
n
t
,d
eDi
e
uet de sa
toute puissance et pour t
ousc
e
ux qu
ic
on
t
e
s
t
a
i
e
n
tl
’
a
u
t
or
i
t
éde
s
8. D. La
c
or
nemont
r
equec
ec
onf
l
i
tc
é
l
è
br
ee
s
te
mbl
é
ma
t
i
quedel
’
i
nt
é
r
ê
tde
s
puritains à installer dans la durée une véritable orthodoxie religieuse. Il souligne ainsi
quel
e
spur
i
t
a
i
nsn’
é
t
a
i
e
ntpa
sde
spa
r
t
i
s
a
nsc
onv
a
i
nc
usdel
al
i
be
r
t
ér
e
l
i
g
i
e
us
ee
tque
,
dans de nombreuses colonies, il était difficile de repérer un mouvement d’
opi
ni
o
n
favorable au libre exercice de tous les cultes (51-56).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
316
SOPHIE SOCCARD
Saintes Écritures.9 En 1653, John Owen, chapelain de Cromwell, attaqua
les « déistes » qui ne croyaient pas au châtiment éternel et promettait
l
’
e
n
f
e
ràc
e
uxqu
idé
f
e
nd
a
i
e
n
tl
’
i
dé
equel
amor
té
t
a
i
ts
y
nonyme
10
d
’
a
n
n
i
h
i
l
a
t
i
o
n.
Avec la Restauration en 1660, la censure de certaines publications
fut rétablie ; l
e
sme
na
c
e
sd’
a
me
nde
sou d
ep
r
i
s
onpe
s
a
nts
url
e
s
auteurs d
’
œuv
r
es dites « libertines » sont autant de paramètres qui
permettent de mesurer la persécution subie par ceux que l
’
o
n
nommait les « athées » (Berman 48-49). Citant le détail des procès de
Sir Charles Sedley (1663 et de John Taylor (1675), John Marshall
n
o
t
eq
u
’
o
nr
e
p
r
oc
ha
i
ta
up
r
e
mi
e
rl
ec
a
r
a
c
t
è
r
epr
of
a
nedes
e
sa
c
t
e
s
, au
mo
t
i
fq
u
’
i
l
sc
ons
t
i
t
ua
ient un « obs
t
a
c
l
eàl
’
o
r
dr
ec
i
v
i
l
» (disturbance
of the peace) et au second ses outrages au Christ et à la religion en
général. Être déclaré athée, à cette époque, était aussi perçu comme une
injure, ce qui explique en partie que la plupart de ceux qui étaient
susceptibles de se voir a
c
c
us
é
sd’
a
t
h
é
i
s
meé
v
i
t
a
i
e
ntdeclamer leurs
idées publiquement et que, lorsque celles-ci se matérialisaient sur le
papier, elles circulaient dans le plus grand secret et dans des cercles
limités.
Lal
i
mi
t
ed
’
a
pp
l
i
c
a
b
i
l
i
t
édu principe de tolérance aux athées
révèle le fondement théologique de la philosophie politique de Locke.
Fa
c
ea
ud
é
f
id
el
’
i
mp
i
é
t
é
,b
â
t
is
u
rd
e
st
h
è
s
e
st
o
u
t
e
si
s
s
u
e
sd
’
u
n
ef
o
r
me
d
el
’
i
n
c
r
é
d
u
l
i
t
é
,l
’
e
x
c
l
u
s
i
o
nde
sa
t
hé
e
sconstitue un engagement de
longue date dans les écrits du penseur. Pour r
e
c
ons
t
i
t
u
e
rl
’
a
t
t
i
t
ud
ede
Locke face à l
’
hé
t
é
r
odoxie religieuse, il est nécessaire de distinguer,
d
’
u
n
ep
a
r
t
,l
ac
ond
a
mna
t
i
o
ndel
’
a
théisme, explicite en certains points
du corpus lockien, et, d
’
a
u
t
r
ep
a
r
t
,l
ec
o
n
s
t
a
tq
u
ecet engagement n’
e
s
t
pas exempt d’
ambiguïté.
Onal
o
n
g
t
e
mpsa
dmi
squel
’
Essai sur la tolérance, écrit plus de
vingt ans avant la Lettre, se démarquait fondamentalement des
précédents écrits réputés autoritaires et peu tolérants. En introduisant
la notion « d’
opi
ni
onss
pé
c
ul
a
t
i
v
e
s» (« speculative opinions ») dans
l
’
Essai,Lo
c
k
edé
c
l
a
r
equ
’
e
l
l
e
sdoivent bénéficier de la tolérance.
Dans quelle mesure l’
a
t
hé
i
s
me
,qu’
i
le
s
tp
os
s
i
bl
edefaire figurer au
rang des opinions spéculatives, peut-il être toléré ? Les travaux
récents de John et Philip Milton on
tpe
r
mi
sd’
é
t
a
b
l
i
rquele texte
original comportait un paragraphe supplémentaire qui fut retiré de
9. The Blasphemy Ordinance, May 1648 (Firth and Rait 1133).
10. John Owen, Works 10 : 538-39.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
317
l
’
œu
v
r
ea
u
j
our
d’
hu
ic
ons
i
dé
r
é
ec
ommel
av
e
r
s
i
onf
i
na
l
edel
’
Essai
sur la tolérance.11 Da
nsc
epa
s
s
a
g
e
,l
e
sa
t
hé
e
ss
’
y trouvent fustigés
sous les traits de « bê
t
e
ss
a
uv
a
g
e
sdel
’
e
s
pè
c
el
ap
l
usda
ng
e
r
e
us
ec
a
r
incapable de vivre en société » (« One of the most dangerous sorts of
wild beasts and so incapable of all societie »).12
En introduisant une exception à la tolérance de certaines opinions
spéculatives, ce passage s
’
appuie sur une métaphore de la bestialité
qui rappelle la thématique de la monstruosité mentionnée plus haut.
L’
image insiste peut-être même davantage sur le caractère dangereux
d
el
’
a
t
h
é
e
,c
a
rl
’
a
ni
ma
la
pp
a
rtient ici au monde terrestre, au contraire
13
d
umo
n
s
t
r
eq
uir
e
s
t
es
ol
i
da
i
r
ed’
un
es
ph
è
r
ei
r
r
a
t
i
onne
l
l
e
.
Aux yeux
de Locke, comme de nombre de ses contemporains, la conviction des
non-croyants était assimilée à un déni du fondement de la moralité et
donc à une menace directe pour la stabilité de la société.C’
est cela
qui les rendaient intolérables. Il convient donc de souligner que la
c
o
n
d
a
mn
a
t
i
ondel
’
a
t
hé
i
s
mener
e
nv
oi
epa
s
, en première intention, à
la position métaphysique qui consiste à nie
rpu
r
e
me
ntl
’
existence de
Dieu, ma
i
squ’
e
l
l
eé
t
a
bl
it sans ambiguïté la priorité des devoirs
religieux et des devoirs civils.14
Comme on ne trouve pas trace, d
a
nsl
et
e
x
t
edel
’
Essai sur la
tolérance, d
’
i
n
di
c
a
t
i
onsr
e
l
a
t
i
v
e
sàd
’
é
v
e
nt
ue
l
l
e
sme
s
ur
e
spr
a
t
i
que
s
destinées à c
omba
t
t
r
el
’
a
t
h
é
i
s
me
,onpour
r
a
i
tr
a
ppr
oc
he
rl
’
e
x
c
l
u
s
i
on
,
très théorique, de
sa
t
hé
e
sd
ec
e
l
l
edon
ti
l
sf
on
ta
us
s
il
’
ob
j
e
t
,c
e
t
t
ef
oi
s
sur un plan pratique, dans les Constitutions de la Caroline. Rédigé
par Locke en 1668 àl
’
i
n
s
t
i
g
a
t
i
o
nd
eLo
r
dAs
h
l
e
y
,c
ed
ocument prévoit
l
ef
o
n
c
t
i
o
nn
e
me
ntc
onc
r
e
td’
unec
o
l
on
i
edon
tl
e
sme
mbr
e
sde
v
a
i
e
nt
11. « I must only remarke before I leave this head of speculative opinions that
the belief of a deitie is not to be recond amongst purely speculative opinions for it
being the foundation of all morality and that which influences the whole life and
actions of men without which a man is to be counted noe other then one of the most
dangerous sorts of wild beasts and so incapable of all societie » (MS Locke c. 28, cité
dans Goldie 137).
12. Essay on Toleration (Huntington Library HM 584).
13. Voir sur ce point P. Kapitaniak et son analyse des consignes de discernement
dans la construction mentale collective que sont les démons. Sa mise en perspective
de
sdi
v
e
r
g
e
nc
e
squie
nt
our
e
n
tl
’
a
ppr
é
he
ns
i
ond
up
hé
n
omè
ne
,os
c
i
l
l
a
nte
nt
r
ec
r
é
d
ul
i
t
é
et scepticisme, souligne l’
a
ut
or
i
t
édel
af
i
g
ur
edé
moni
a
que
, quelle que soit sa forme,
da
nsl
’
Ang
l
e
t
e
r
r
eduXVI
I
e siècle (592-97).
14. « Primum enim debetur Deo obsequium, deinde legibus » (Lettre 61).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
318
SOPHIE SOCCARD
15
en premier lieu r
e
c
on
na
î
t
r
el
’
e
x
i
s
t
e
nc
edeDi
e
u
et appartenir à une
16
Ég
l
i
s
e
,mê
mes
’
i
ln
’
é
t
a
i
tf
a
i
tme
nt
i
ond
’
a
uc
u
nee
np
a
r
t
i
c
ul
i
e
r
.
Aussi,
e
tb
i
e
nq
u
er
e
s
t
a
ntne
u
t
r
es
url
’
obédience cultuelle à laquelle chacun
p
o
u
v
a
i
tc
h
o
i
s
i
rd’
a
ppa
r
t
e
n
i
r
,l
apo
s
i
t
i
o
ndeLoc
k
e
, t
e
l
l
equ’
e
l
l
es
e
manifeste dans des textes constitutionnels, envisage le religieux
étroitement mêlé au politique et propose un schéma étatique dont le
fonctionnement n’
a
v
a
i
tr
i
e
n de laïque.
En outre, la condamnati
ondel
’
a
t
h
é
i
s
mepa
rLoc
k
epr
e
ndaussi la
voie de la réfutation théologique. Les notes i
s
s
ue
sdel
’
u
ndes
e
s
carnets de travail, réunies en 1676 sous le titre Atheism, suggèrent
l
’
e
x
a
me
nd
epl
us
i
e
ur
spr
o
pos
i
t
i
o
nsde
s
t
i
né
e
sàdé
g
a
g
e
rl
’
i
n
t
é
r
ê
tou
non pour un athée à persister dans des « convictions extravagantes et
sans fondement », (« wild inconsistent thoughts » [246]). En guise de
propos liminaire, Locke souligne la fausseté de la démarche qui consiste
à nierl
’
i
d
é
emê
med’
unedi
v
i
ni
t
ée
ts
onc
o
r
ol
l
a
i
r
e
,l
’
i
mmor
t
a
l
i
t
éde
17
l
’
â
me
.
Sar
é
f
ut
a
t
i
one
s
tbâ
t
i
es
urunes
é
r
i
ed’
hy
pot
hè
s
e
squiontpou
r
18
but de démontrer le bien-f
ondéd’
un
ea
ppr
oc
her
a
i
s
onn
a
bl
ed
eDi
e
u.
Dans une récente monographie, Frederick Beiser rend compte de
l
’
i
mp
o
r
t
a
n
c
edel
ar
a
i
s
onda
nsl
ec
a
d
r
edel
ar
é
a
c
t
i
onpr
o
t
e
s
t
a
nt
e
libérale dans l’
Ang
l
e
t
e
r
r
ed
ec
e
t
t
eé
poqu
e
.Sa définition de la raison,
q
u
’
i
lf
o
r
mu
l
ec
ommeé
t
a
nt« la voix de la conscience, le guide du
s
a
l
u
t
,l
’
e
mb
l
è
medel
al
i
be
r
t
ée
tl
es
i
g
ne de la grâce » (« The voice of
conscience, the guide to salvation, the badge of liberty and the sign of
grace » [140]), éclaire le lecteur sur le sens de la démarche de Locke.
Dans Atheism, il met effectivement e
npe
r
s
p
e
c
t
i
v
el
ec
hoi
xqu
is
’
of
f
r
e
à un athée, e
nt
r
el
’
é
t
e
r
n
e
l
l
ei
ns
e
n
s
i
bi
l
i
t
é(
« eternal insensibility ») et le
bonheur sans fin (« everlasting happiness »), raisonnement qui
conduit à anéantir les prétentions des athées, q
u
in
ep
e
u
v
e
n
tq
u
’
e
s
p
é
r
e
r
15. « That there is a GOD » (The Fundamental Constitutions for the Government
of Carolina 195).
16. « No man shall be permitted to be a freeman of Carolina, or to have any
estate or habitation within it, that doth not acknowledge a God; and that God is
publicly and solemnly to be worshipped » (The Fundamental Constitutions for the
Government of Carolina 194).
17. Lat
hè
s
edel
’
i
mmor
t
a
l
i
t
édel
’
â
mee
s
tl
ec
or
ol
l
a
i
r
edel
’
i
nt
r
i
ns
é
i
t
édeDi
e
uà
l
’
h
o
mme
.SiDi
e
ue
s
tp
r
é
s
e
n
ta
uc
œu
rd
en
o
t
r
ev
o
l
o
n
t
é
,c
’
e
s
tq
u
en
o
t
r
ep
s
y
c
h
éparticipe
de son immortalité.
18. « It is not reasonable for anyone to reject the doctrine of a deity » (Atheism
245).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
319
le rien, sinon le pire.19 La démarche argumentative de Locke adopte
un point de vue quasi-hédoniste, car il propose à ses contemporains
un repère connu autour de la notion de plaisir. Il met en parallèle les
v
e
r
t
u
sd
’
u
nc
ompor
t
e
me
nté
t
h
i
quej
us
t
es
urt
e
r
r
ee
tl
e
spos
s
i
b
i
l
i
t
é
sd
e
bonheur après la vie terrestre. Procédant par association entre ces
deux desseins, son raisonnement est destiné à motiver tous ceux qui
peuvent trouver que les serments les forcent à un engagement jouant
contre leur avantage, association que Locke cherche à déconstruire de
la sorte.
Mais il faut attendre la Lettre sur la tolérance de 1689 pour qu’
i
l
condamne explicitement les athées, définis comme ceux qui nient
l
’
e
x
i
s
t
e
n
c
ed
’
unepu
i
s
sance divine.20 On peut souligner la brièveté de
cette définition, s
’
e
né
t
on
n
e
raussi, s
il
’
ons
er
é
f
è
r
eàl
’
ha
b
i
t
udede
Lo
c
k
ed
et
ou
j
our
ss
’
e
ng
a
g
e
rda
nsu
ne
xpo
s
ér
i
g
our
e
uxe
te
xh
a
us
t
i
f
.I
l
est peut-ê
t
r
ené
c
e
s
s
a
i
r
ed’
i
ns
i
s
t
e
rsur le dessein de cette concision et
on peut p
e
n
s
e
rqu’
e
l
l
ep
e
r
me
t
t
a
i
td’
é
l
a
r
g
i
rl
ac
a
t
é
g
or
i
ede
sop
i
ni
on
s
spéculati
v
e
sq
u’
i
lde
v
i
e
n
ta
l
or
spo
s
s
i
bl
ed
’
i
n
c
l
u
r
edans la croyance
légitime. Pour Locke, le magistrat tire sa légitimité à contrôler
l
’
e
x
p
r
e
s
s
i
onde
sc
onv
i
c
t
i
on
sdec
ha
cun et veille à ce que ces dernières
ne menacent en rien les intérêts civils. À la différence des
catholiques, qui menacent uniquement la nature du régime politique,
les athées remettent en cause, de surcroît, la stabilité de la vie civile
en se révélant fondamentalement inaptes à maintenir les liens moraux
formant contrat avec les autres citoyens.
La société anglaise du XVIIe siècle s
’
a
pp
uy
a
i
te
ne
f
f
e
ts
url
e
s
serments pour sceller de nombreux actes de la vie quotidienne (Spurr
37). I
l
sf
or
ma
i
e
n
t un po
i
nt d
’
a
ppu
i pou
rl
as
oc
i
é
t
éc
i
v
i
l
e et
garantissaient aussi l
as
é
c
u
r
i
t
éd
el
’
a
c
t
i
ondus
ouv
e
r
a
i
n.Le
ss
e
r
me
nt
s
étaient bi
e
np
l
usqu’
un
es
i
mpl
epr
ome
s
s
equ
i
,pou
r
t
a
nt
,ob
l
i
g
e
a
i
t déjà
la conscience. Ils généraient un lien qui trouvait sa puissance dans
l
’
i
d
é
eq
u
eDi
e
ua
v
a
i
té
t
épr
i
sàt
é
moi
nt
a
ndi
squ
el
a pe
r
s
o
nn
e
s
’
e
n
g
a
g
e
a
i
t
.Mê
mepr
ê
t
és
ousl
ac
ont
r
a
i
nt
e
,uns
e
r
me
nte
ngageait à
u
n
eo
b
l
i
g
a
t
i
ond
ontonn
’
a
ur
a
i
ts
us
edé
p
a
r
t
i
r
, puisque Dieu avait été
21
i
n
v
o
q
u
ép
ou
rquel
ev
œus
’
e
xé
c
ut
â
tv
r
a
i
me
nt
.
Sil
es
e
r
me
ntn’
é
t
a
i
t
19. « In the choice he is to make of two contrary opinions to betake himself to
that wherein the best he can hope is the worst » (Atheism 246).
20. « Qui Numen esse negant » (Lettre 82-83).
21. Ci
t
o
nsl
’
e
x
e
mpl
edel
aqua
l
i
t
édes
uj
e
tbr
i
t
a
n
ni
q
ue
,c
onç
uec
ommeune
attache très personnelle entre le sujet et son souverain : un individu qui prête serment
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
320
SOPHIE SOCCARD
p
a
sr
e
s
p
e
c
t
é
,unema
l
é
d
i
c
t
i
onpouv
a
i
ts
’
a
b
a
t
t
r
es
u
rl
epa
r
j
u
r
e
,c
a
r
l
’
a
u
t
o
r
i
t
éd
el
apa
r
ol
edeDi
e
us
’
é
t
a
i
t trouvée bafouée.
Pour Locke, qui affirme dans la Lettre que le serment reste le
fondement de toute une organisation civile, « [L]a parole, le contrat,
l
es
e
r
me
n
td
’
una
t
hé
en
epe
uv
e
ntf
or
me
rque
l
quec
h
os
edes
t
a
b
l
ee
tde
sacré, et cependant ils forment les liens de toute société humaine ; au
point que, la croyance en Dieu elle-même supprimée, tout se dissout ».22
Lap
r
o
me
s
s
ed’
una
t
hé
en
’
e
s
td’
a
uc
un
ev
a
l
e
u
r
, puisque ce dernier nie
l
’
e
x
i
s
t
e
n
c
ed
e Di
e
u,s
on t
é
moi
nd
a
ns l
ec
a
d
r
e d’
un s
e
r
me
nt
(Champion 235). Pou
rqu
ines
’
e
ng
a
g
e
a
i
tde
v
a
ntp
e
r
s
on
ne
,l
’
i
d
é
e
même d
’
o
b
l
i
g
a
t
i
o
nd
e
v
e
n
a
i
ti
n
e
x
i
s
t
a
n
t
e
.Dans un passage préliminaire
àl
’
é
v
o
c
a
t
i
o
nd
e
sa
t
h
é
e
s
,Loc
k
ei
ns
c
r
i
td
é
j
àson mépris extrême pour
une catég
o
r
i
equ
’
i
ls
ou
pç
on
nedef
ol
i
e:
Personne, sinon un insensé, pou
rn
epa
sdi
r
euna
t
h
é
e
,n
’
os
e
r
a
i
t
s
ou
t
e
n
i
rqu
’
unh
ommeh
onn
ê
t
e
,u
nf
i
dè
l
edeDi
e
u
,pou
r
r
a
i
tobé
i
rà
leurs décrets en gardant sa conscience pure et sa foi en Dieu sauve.
(Lettre 45)
L’
i
dé
ed
e dé
me
nc
ec
onv
oque d’
un
ec
e
r
t
a
i
ne f
a
ç
o
nl
a dé
f
i
n
i
t
i
o
n
canonique d
el
’
a
t
hé
e: « L’
i
ns
e
ns
éad
i
te
ns
onc
œu
r:‘
pl
u
sded
i
e
u!
’
Co
r
r
o
mp
u
e
s
,a
bomi
na
bl
e
sl
e
ur
sa
c
t
i
on
s
,pl
usd
’
honn
ê
t
ehomme».23
Ce que « l
’
i
n
s
e
n
s
é» oserait soutenir en son for intérieur se résume
chez Locke à la négation de la Providence, du jugement de Dieu sur
sa création, opinion des plus menaçantes pour la société humaine.
Lo
c
k
es
’
a
p
pui
es
u
rl
ac
onc
e
p
t
i
on
,l
a
r
g
e
me
ntpa
r
t
a
g
é
e pa
rs
e
s
c
o
n
t
e
mp
o
r
a
i
ns
,d
’
unun
i
v
e
r
sor
d
onnée
td’
u
nehuma
ni
t
éc
onç
u
epa
r
un Dieu tout puissant.24 C’
e
s
tl
ar
e
c
on
na
i
s
s
a
nc
ei
n
f
i
ni
e pour sa
às
onr
ois
’
e
s
ta
us
s
ie
ng
a
g
édé
f
i
ni
t
i
v
e
me
ntpui
s
q
u’
i
lnepo
ur
r
apl
usj
a
ma
i
sr
e
nonc
e
rà
sa qualité de sujet britannique.
22. « Athei enim nec fides, nec pactum, nec jusjurandum aliquod stabile et
sanctum esse potest, quae sunt societatis humanae vincula ; adeo ut Deo vel ipsa
opinione sublato haec omnia corruant » (Lettre 82-83). La traduction anglaise de
Pop
pl
es
a
i
tbi
e
nr
e
n
dr
el
er
y
t
hmee
tl
’
e
mpha
s
equic
onvient à la gravité du sujet :
« Promises, Covenants, and Oaths, which are the Bonds of Humane Society, can
have no hold upon an Atheist. The Taking away of God, tho but even in thought,
dissolves all » (A Letter Concerning Toleration, Tully 51).
23. « The Fool hath said in his Heart, There is no God; there are corrupt, they
have done abominable Works, there is none that doth good » (Psaume 14, verset 1,
Version autorisée de la Bible [1611]; la traduction française est celle de la Bible de
Jérusalem).
24. « For Locke, as for almost his contemporaries, only belief in a god who
punishes the wicked and rewards the virtuous in an afterlife provides most
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
321
c
r
é
a
t
i
o
n qui j
us
t
i
f
i
el
a né
c
e
s
s
i
t
éd
’
une éthique et qui fonde
l
’
e
n
g
a
g
e
me
ntde
v
a
ntDi
e
uc
ommec
i
me
ntdel
av
i
es
oc
i
a
l
e
.
Pour Locke, l
’
a
t
t
i
t
ud
ed’
u
na
t
hé
ee
s
téquivoque, parce que ce
dernier n
’
apa
sl
amoi
ndr
ec
onc
e
p
t
i
o
nd’
unj
ug
e
me
ntàv
e
ni
r
,d’
un
e
ré
c
o
mp
e
n
s
eàe
s
p
é
r
e
r
,
d
’
u
nc
h
â
t
i
me
n
tàc
r
a
i
n
d
r
e
.
I
ls
’
a
g
i
tl
àd
’
a
r
g
u
me
n
t
s
essentiels pour qui cherche à inciter les individus à se comporter de
façon v
e
r
t
u
e
u
s
e
.Let
h
è
mee
s
td
é
v
e
l
o
p
p
éd
a
n
sl
’
Es
s
a
is
u
rl
’
e
n
t
e
n
d
e
me
n
t
humain (1.3.13) a
v
e
cl
’
i
ma
g
ed’
unema
i
n divine prête à se venger
(« take vengeance ») des hommes versés dans le plaisir, catégorie qui,
a
u
xy
e
u
xdeLoc
k
e
,r
é
uni
tt
ousl
e
sa
t
hé
e
sd’
Eu
r
opee
tqu’
i
lqua
l
i
f
i
e
encore de scélérats débauchés (« wretched profligates »). Locke ne
s
’
e
s
tj
a
ma
i
sdé
pa
r
t
ide cette position, puisque dans sa de
r
ni
è
r
eœuv
r
e
,
le Christianisme raisonnable, en 1695, il a
s
s
i
mi
l
el
’
a
t
h
é
i
s
meàun
« délit », condamnation qui semble revêtir un caractère non seulement
juridique, puisque seule la contrainte imposée par le magistrat peut
les empêcher de proclamer ouvertement des opinions séditieuses, mais
aussi un aspect spirituel ; tout le système lockien repose sur la
c
o
n
f
i
a
n
c
ee
tl
e
sa
t
h
é
e
sn
’
e
ns
o
n
tp
a
sd
i
g
n
e
s
,répète Locke dans l
’
Essai
s
u
rl
’
e
n
t
e
n
de
me
n
thuma
i
n(1.4.8) et dans Vindication (161-62).
Re
po
s
a
n
ts
urd
e
sf
ond
e
me
nt
st
hé
o
l
og
i
que
s
,l
’
e
x
c
l
u
s
i
o
nde
sa
t
h
é
e
s
semblerait amoindrir le caractère présumé moderne de la théorie de
Locke sur la tolérance. Cependant, ils
epou
r
r
a
i
tqu
el
’
e
xpo
s
éd
’
un
certain n
ombr
ed
’
a
mbi
v
a
l
e
nc
e
s
, qui vont au-del
àd
el
’
i
n
c
ohé
r
e
n
c
e
présumée entre tolérance et exclusion, permette la mise en lumière
d
’
un autre dessein de la Lettre sur la tolérance. Des arguments
t
h
é
o
l
o
g
i
q
ue
s
,phi
l
os
op
hi
qu
e
se
té
p
i
s
t
é
mol
og
i
que
ss
o
nta
ut
a
n
td’
ou
t
i
l
s
d
o
n
tl
’
a
n
a
l
y
s
epe
r
me
tl
’
e
x
a
me
nd’
une hypothèse qui fonderait une
place pour les athées dans la théorie de Locke.
Il faut, t
ou
td
’
a
b
or
d, rappeler q
uel
ac
ond
a
mna
t
i
ondel
’
a
t
h
é
i
s
me
est utilisée de manière inhabituelle par Locke, ce qui préfigure une
position pour le moins ambiguë sur la question. Da
n
sl
’
Essai sur la
tolérance, il suggère que ce sont « les docteurs de vos différentes
Églises » qui, par leur tentative de « dé
f
i
ni
re
td
’
e
nt
r
e
pr
e
nd
r
ed
e
prouver plusieurs doctrines qui sont reconnues incompréhensibles »,
doivent « par nécessité susciter un très g
r
a
n
dn
o
mb
r
ed
’
a
t
h
é
e
s» (209).
En imposant de façon injustifiée une doctrine non indispensable plutôt
individuals with the motive –self-interest –sufficient to cause them to act morally
and legally » (A Letter Concerning Toleration, Tully 8).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
322
SOPHIE SOCCARD
q
u
’
u
ne
n
s
e
i
g
n
e
me
n
tmo
r
a
l
,l
’
Ég
l
i
s
e
,p
o
u
rLo
c
k
e
,suscite l
’
i
mpi
é
t
éa
u
l
i
e
ud
el
ar
e
s
t
r
e
i
n
d
r
e
.
L’
a
t
h
é
i
s
med
e
v
i
e
n
tl
ep
r
o
d
u
i
td
’
e
x
c
è
sd
o
g
ma
t
i
q
u
es
dont le clergé porte la responsabilité.
On trouve encore un écho de ces positions anticléricales dans la
Lettre (79), oùl
’
a
t
t
a
quec
o
nt
r
el
ec
l
e
r
g
év
i
e
n
te
np
r
é
l
udei
mmé
di
a
tà
l
ad
i
s
c
u
s
s
i
o
ndel
’
a
t
h
é
i
s
me
.
Sil
’
onnedo
i
tt
ol
é
r
e
ra
uc
uneop
i
n
i
on
susceptib
l
edec
or
r
ode
rl
e
sl
i
e
nsd’
unes
oc
i
é
t
é
,i
le
s
t
,d
a
nsc
ec
a
s
, une
catégorie dont Locke dénonce la domination sur « les autres mortels »
a
un
o
md
’
u
npr
i
v
i
l
ège ou pouvoir tout particulier » (81). Il existe
donc, dans le discours de Locke, des signes montrant qu’
àl
’
or
i
g
i
ne
d’
o
p
i
n
i
o
n
sd
é
v
i
a
nt
e
s
,i
lest d’
a
u
t
r
e
sr
e
s
pon
s
a
b
l
e
sque ceux professant
l
an
é
g
a
t
i
o
nd
el
’
i
dé
ed
eDieu.
La première ambivalence, de nature politico-philosophique, se
cristallise autour de la brièveté du traitement de la question des
athées, do
n
tonpe
utpe
n
s
e
rqu’
e
l
l
ef
onc
t
i
onnee
nc
or
r
é
l
a
t
i
o
na
v
e
c
l
’
é
l
a
r
g
i
s
s
e
me
nts
ubs
t
a
n
t
i
e
ldel
ac
a
t
é
g
or
i
ede
sop
i
ni
o
nss
pé
c
u
l
a
t
i
v
e
s
.25
Enl
’
a
b
s
e
n
c
ed’
i
nc
o
nv
é
ni
e
nt
sàl
a
i
s
s
e
rl
’
a
ut
r
epenser ce qui lui sied,
pour peu que ses idées ne soient source de nuisance pour aucun des
membres de la société, Locke prêche une sorte de « laissez-faire »
intellectuel qu
’
i
l n’
é
t
a
i
t pa
si
mpos
s
i
bl
e d’
é
t
e
nd
r
ea
ux a
t
h
é
e
s
.
L’
a
b
s
e
n
c
ed
’
hos
t
i
l
i
t
éq
uid
é
c
oul
edel
apr
o
f
e
s
s
i
ondec
e
r
t
a
i
ne
si
dé
e
s
au titre desquelles la croyance, et donc théoriquement la noncroyance, permet d’
é
n
onc
e
runpr
i
nc
i
peque Locke refuse pourtant
d
’
a
p
p
l
i
q
u
e
raux athées, point qui lui fut reproché un siècle plus tard
par Joseph Priestley.
Pour ce qui est du combat contre les athées, on pourrait avancer
assez prosaïque
me
ntquel
’
unede
sme
i
l
l
e
u
r
e
sdé
f
e
ns
e
sn’
e
s
tpe
u
t
-être
p
a
st
o
u
j
o
u
r
sl
’
a
t
t
a
q
ue
, s
il
’
on a
dme
t que l
’
op
p
r
e
s
s
i
on i
nc
i
t
e
i
n
é
l
uc
t
a
b
l
e
me
ntàl
ar
é
v
ol
t
e
.Or
,l
ame
i
l
l
e
u
r
ef
a
ç
o
nd’
e
nd
i
g
ue
run
e
rébellion consiste, peut-être, à éviter de persécuter les contestataires.
I
ls
’
a
g
i
t
,e
nt
ou
tc
a
s
,d
el
’
un
ede
sc
o
nc
l
us
i
onsa
ux
que
l
l
e
sLo
c
k
e
aboutit dans la Lettre (95). Poursuivant ce raisonnement, on pourrait
s
u
p
p
o
s
e
rq
u
el
edé
nidel
’
a
t
hé
i
s
mee
s
tunmoy
e
na
s
s
e
zs
ubt
i
lp
ourl
e
combattre, position que Locke avance dans la controverse entretenue
avec Edward Stillingfleet : « Le
sa
t
hé
e
sn
’
ont
-ils jamais existé en ce
25. « Bare speculations give no bias to my conversation with men, nor having
a
nyi
nf
l
ue
nc
eonmya
c
t
i
onsa
sIa
m ame
mbe
rofa
nys
oc
i
e
t
y[
…][
t
he
y
]c
a
nnotby
any means either disturb the state or inconvenience my neighbour, and so come not
wi
t
hi
nt
hema
g
i
s
t
r
a
t
e
’
sc
og
ni
s
a
nc
e» (Essay on Toleration 187).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
323
monde ?S’
i
ln’
yaj
a
ma
i
se
ud’
a
t
hé
e
s
,e
s
t
-il nécessaire de poser la
q
u
e
s
t
i
o
ndel
’
e
xi
s
t
e
nc
emê
medeDi
e
us
ip
e
r
s
onnen
er
e
me
tc
e
l
ae
n
26
doute ? » La question rhétorique de Locke implique en effet une
c
o
n
t
r
a
d
i
c
t
i
ondet
a
i
l
l
ee
n
t
r
el
’
i
d
é
eq
uel
e
sa
t
hé
e
sn
’
e
xi
s
t
e
n
tp
a
se
t
c
e
l
l
eq
u
iv
e
utqu
el
e
sa
t
h
é
e
sn
i
e
n
ta
b
s
ol
ume
ntl
’
i
dé
edeDi
e
ue
ti
l
devient alors absurde de combattre les athées, s
il
’
o
ns
out
i
e
n
tq
u’
i
l
s
ne peuvent le devenir. Ré
f
ut
e
rl
e
spos
i
t
i
onsd’
un a
t
h
é
e pou
r
r
a
i
t
revenir à admettre que la croyance enDi
e
un
’
e
s
tpa
su
ni
v
e
r
s
e
l
l
e
.
Ce point fait apparaître une deuxième contradiction, de nature
philosophique. Dans les modifications apportées à la quatrième
version d
el
’
Es
s
a
is
u
rl
’
e
n
t
e
n
d
e
me
n
th
u
ma
i
n
, Locke fut en effet amené
à infléchir sensiblement sa position sur la non-existence des athées.
Da
n
su
npa
s
s
a
g
eoùi
lr
é
f
u
t
el
’
i
nn
é
i
s
medel
’
i
d
é
edeDi
e
u, au motif
q
u
ec
e
r
t
a
i
ne
ss
o
c
i
é
t
é
sn
’
e
nontpr
é
c
i
s
é
me
ntpa
sl
amoi
ndre idée,27 il
r
e
c
o
n
n
a
î
tc
e
pe
n
da
n
tl
’
e
x
i
s
t
e
nc
eded
e
uxs
oc
i
é
t
é
sa
t
h
é
e
sg
ouv
e
r
né
e
s
par des élites, elles-mê
me
sa
t
hé
e
s
,l
er
oy
a
umedeSi
a
me
tl
’
Empi
r
ed
e
Chine (Loubère 51). Sans doute est-il prudent de rappeler que cet
argument est destiné à nourrir sa thèse c
o
n
t
r
el
’
i
n
n
é
i
s
me(Essay on Human
Understanding 1.4.8-11). L’
h
i
s
t
o
r
i
e
nAl
a
nKo
r
s(218) a démontré que, à
l
’
é
p
o
q
u
eo
ùLo
c
k
er
é
d
i
g
e
ac
ep
a
s
s
a
g
e
,l
ap
l
u
p
a
r
td
e
sécrits de voyage
s
i
g
n
a
l
a
i
e
n
tl
’
e
x
i
s
t
e
n
c
edec
ompor
t
e
me
nt
sa
t
hé
e
sdep
a
rl
emonde
Cependant, nulle part dans la Lettre, Locke ne montre une trace de
c
o
mp
a
s
s
i
onàl
’
i
d
é
equ
el
e
sa
t
h
é
e
ss
ub
i
r
on
tl
e
sa
f
f
r
e
sde
sc
h
â
t
i
me
nt
s
é
t
e
r
n
e
l
si
n
dui
t
spa
rl
e
u
rc
o
ndui
t
e
,l
’
a
t
hé
i
s
mereprésentant à ses yeux
l
’
e
s
s
e
n
c
edel
ac
onv
i
c
t
i
onàl
a
que
l
l
ei
le
s
ti
n
e
xc
u
s
a
b
l
edes
uc
c
omber.
Ceci indique sans doute un antagonisme doctrinal avec le devoir
chrétien de charité réaffirmé dans la première page de la Lettre.28
Cette incompatibilité est-elle liée au fait que la Lettre s
’
oppo
s
e
davantage à la contrainte exercée sur la pratique re
l
i
g
i
e
us
equ’
e
l
l
ene
défend la liberté religieuse ? On remarque en effet que le langage de
28. « Were there ever in the world any atheist or no? If there were not, what need
is there about raising a question about the Being of God, when nobody questions it »
(Loc
k
e
’
sRe
pl
yt
oSt
i
l
l
i
n
gf
l
e
e
t
,Wor
k
s4 : 574, ma traduction).
27. « Besides the atheists taken notice of amongst the Ancients, and left branded
upon the Records of history, hath not Navigation discovered, in these latter Ages,
whos
ena
t
i
ons[
…]a
mong
s
twhom t
he
r
ewa
st
obef
ou
ndn
on
ot
i
o
nofaGod,n
o
Re
l
i
g
i
on?[
…]The
r
ea
r
ei
ns
t
a
nc
e
sofna
t
i
ons where uncultivated nature has been left
to itself, without the help of Letters and Discipline, and the Improvements of Arts
and Science » (Essay on Human Understanding 1.4.8).
28. « Alias sine vitae sanctimonia, morum castitate, animi benignitate et
mansuetudine, frustra quaerit sibi nomen Christianum » (Lettre 2-3).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
324
SOPHIE SOCCARD
la liberté est constamment associé au langage du culte, ce qui exclut
p
a
rd
é
f
i
n
i
t
i
on l
e
sa
t
hé
e
s d’
un d
r
oi
toc
t
r
oy
é pa
rune dé
ma
r
c
he
c
u
l
t
ue
l
l
e
.L’
i
ns
i
s
t
a
nc
edeLoc
k
esur ce point est en rapport avec le
devoir del
’
h
ommed’
honor
e
rDi
e
u,o
bl
i
g
a
t
i
o
nquidé
pa
s
s
et
out
e
s
celles q
u
’
i
lpe
u
tc
on
t
r
a
c
t
e
ràl
’
é
g
a
r
dden’
i
mpor
t
eque
l
l
ea
u
t
or
i
t
é
t
e
r
r
e
s
t
r
e
.C’
e
s
tl
anon-c
r
o
y
a
nc
edel
’
a
t
hé
equ
ie
s
ti
na
c
c
e
pt
a
bl
e
.La
liberté religieuse s
el
i
mi
t
ea
uc
ul
t
ep
ubl
i
ce
tn
’
e
s
tàa
uc
unmome
nt
déclinée en termes de liberté de pensée dans la Lettre.29
Aussi, la questiondel
al
i
b
e
r
t
én’
e
s
tpas sans poser un problème
de nature épistémologique avec la définition de croyance donnée par
Locke. En effet, il affirme da
nsl
’
Es
s
a
is
url
’
e
ntendement comme
dans la Lettre sur la tolérance le caractère involontaire de nos
croyances.30 Ce point, qui implique que personne ne peut choisir ses
p
r
o
p
r
e
sc
o
n
v
i
c
t
i
onsoue
nc
or
el
e
smodi
f
i
e
rs
ousl
’
i
nf
l
ue
nc
ed
’
a
u
t
r
u
i
,
révèle une incompatibilité de fond avec le rejet des athées, si
effectivement ceux-c
in’
on
tpa
sc
ho
i
s
iden
epa
sc
r
o
i
r
ee
nDi
e
u.Pour
Locke cependant, l’
hy
pot
h
è
s
equen
osc
r
oy
a
nc
e
sn
es
ontpa
se
nno
t
r
e
pouvoir ne fournit pas une base suffisamment solide pour asseoir un
d
r
o
i
tl
é
g
i
t
i
meàl
al
i
be
r
t
éd’
e
xp
r
e
s
s
i
one
tt
e
nda
u
s
s
iàdé
mont
r
e
rque
Locke lui-mê
me n’
é
t
a
i
tpa
st
o
t
a
l
e
me
ntc
onv
a
i
nc
u que l
e
sê
t
r
e
s
humains pouvaient tous prétendre à la liberté de conscience. Le
« pouvoir discrétionnaire » (Passmore 185-205) qui revient à chacun
en matière de croyances serait finalement plus réduit que ne le laisse
particulièrement penser la conclusion de la Lettre.31
La restriction faite aux athées tient au fait que la théorie lockienne
de la tolérance est liée à une doctrine du salut (Lessay 74). Aussi, et
pour résumer très succinctement ce point, le processus de conviction
devient-il prioritaire au contenu même de la croyance. La vraie
religion étant impossible à identifier avec certitude, la véracité doit
pouvoir se trouver dans le développement de la foi. Une croyance
authentique, selon Locke, est nourrie par une interrogation avérée et
a
t
t
e
n
t
i
v
ed
es
ap
r
op
r
ec
o
n
s
c
i
e
nc
ee
tl
’
a
t
hé
enet
e
ndj
a
ma
i
sv
e
r
sc
e
t
29. Sa
ufs
il
’
onme
nt
i
o
nnel
apr
é
f
a
c
ee
ng
a
gé
edePo
ppl
e
,t
r
a
duc
t
e
urd
el
aLettre,
quia
f
f
i
r
mel
adi
me
ns
i
ond’
unel
i
be
r
t
és
a
nsc
o
nc
e
s
s
i
on:«Absolute Liberty, Just and
True Liberty, Equal and Impartial Liberty, is the thing that we stand in need of »
(Tully 21). Le
sc
omme
nt
a
t
e
ur
ss
ontuna
n
i
me
spourdi
r
eq
ueLoc
k
enes
’
e
s
tj
a
ma
i
s
associé à ces lignes.
30. « Qui vellet maxime, non potest agere» (Lettre 68-69).
31. « Ut finem aliquando faciamus, concessa aliis civibus jura petimus » (Lettre
90-91).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
325
effort auquell
as
i
nc
é
r
i
t
él
’
obl
i
g
e
.Il est cependant nécessaire de
rappr
oc
h
e
rc
epo
i
ntd
el
’
h
y
pot
hè
s
eoùl
ape
r
s
é
c
u
t
i
o
npe
utpr
od
ui
r
e
u
n
ec
o
n
v
i
c
t
i
onr
é
e
l
l
e
,p
r
é
mi
s
s
es
o
l
i
d
a
i
r
edel
’
i
dé
equel
’
e
mpl
oidel
a
force peut influer sur notre volonté. Or, la volonté elle-même ne peut
modifier les certitudes en matière de foi. L’
e
mpl
oide la force se
révèle donc inopérant, e
nc
equ’
i
ls
er
é
du
i
tàp
r
odu
i
r
es
e
ul
e
me
ntc
he
z
les persécutés un aveu purement extérieur, qu
in
’
a
c
c
o
mpa
g
nea
uc
un
e
conviction sincère.32
Quand bien même la loi pourrait convaincre, elle reste cependant
inopérante dans son objectif premier.33 Avec cet argument, Locke
abandonne toute prétention à démontrer que la persécution et les
moyens utilisés (la force) sont principiellement inadaptés à produire
la fin recherchée (le salut des persécutés). L’
uni
quef
onde
me
ntdel
a
pers
é
c
u
t
i
o
nde
sa
t
hé
e
sr
é
s
i
deda
nsl
’
i
d
é
eq
uel
ema
g
i
s
t
r
a
tl
e
sa
u
r
a
amenés, fût-ce par la contrainte, à adhérer à une croyance qui pourrait
être vraie, ce qui augmente mathématiquement leurs chances de salut.
Ce p
o
i
n
tn
’
e
n
t
r
epa
se
nc
ont
r
a
di
c
t
i
ona
v
e
cl
’
i
d
é
eque la véritable
religion ne peut être déterminée avec certitude, mais il reste faible,
dans la mesure où l
’
onn
ep
e
utd
é
mont
r
e
rqu’
u
ner
e
l
i
g
i
one
s
tv
r
a
i
e
.
Ce
sc
on
s
i
d
é
r
a
t
i
onsdé
bo
uc
he
nts
urunes
i
t
u
a
t
i
onq
uel
’
onpourrait
juger inextricable. D’
unepa
r
t
,l
’
i
ne
f
f
i
c
a
c
i
t
édel
ap
e
r
s
é
c
ut
i
onn’
e
s
t
que faiblement récusée. D’
a
ut
r
epa
r
t
,subsiste, en effet, un autre
paradoxe lockien. Si le salut dépend de la sincérité et non de la nature
substantielle de la croyance, rien ne peut justifier la condamnation de
l
’
a
t
h
é
isme. Ta
ntqu
el
’
a
t
h
é
ec
onc
è
de qu’
i
ln
’
e
s
tp
a
s dé
l
i
v
r
é de
l
’
o
b
l
i
g
a
t
i
ond
’
obé
i
ra
uxl
o
i
sc
i
v
i
l
e
sd
el
’
Ét
a
tdon
ti
le
s
tme
mbr
e
,i
l
admet ne pouvoir arguer de ses scrupules pour prendre sa seule
conscience comme guide de sa conduite et norme de légitimité. Dans
la logique qui est celle exposée par Locke dans la Lettre,l
’
Ét
a
t
, qui
est fondé à générer des lois pour la protection civile des individus,
d
o
i
t
,d
ef
a
i
t
,i
n
t
e
r
di
r
et
o
ut
ea
c
t
i
onnu
i
s
i
bl
ea
uxi
n
t
é
r
ê
t
sd’
a
u
t
r
u
i
, sous
p
r
é
t
e
x
t
equec
e
ux quil
’
a
c
c
ompl
i
s
s
e
n
ty v
oi
e
ntl
’
e
xé
c
u
t
i
o
n d’
un
commandement de Dieu. La limite à la liberté religieuse, posée par
32. « Cura animarum non potest pertinere ad magistratum civilem : quia tota
illius potestas consistit in coactione. Cum autem vera et salutifera religio consistit in
interna animi fide, sine qua nihil apud Deum valet ; ea est humani intellectus natura,
ut nulla vi externa cogit possit » (Lettre 12-13).
33. « Quia dato quod legum authoritas et poenarum vis efficax esset ad
convertendas hominum mentes, hoc tamen nihil prodesset ad salutem animarum »
(Lettre 14-15).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
326
SOPHIE SOCCARD
Locke pour des raisons civiles et non religieuses, doit pouvoir
concerner les athées, t
a
n
tqu’
onn
epe
utr
é
c
us
e
rl
as
i
nc
é
r
i
t
édel
e
ur
non-croyance.
L’
a
mb
i
g
uïté la plus significative de la position de Locke sur les
athées réside peut-être dans sa critique des idées innées. Ne fut-il pas
lui-même accusé de scepticisme religieux, voire de déisme (Popkin
209) ? Son refus, dans certains travaux, d’
a
f
f
i
r
me
rs
apr
opr
ec
r
oyance
en la Trinité le conduisit à être accusé de socinianisme par ses
contemporains.34 Sa réserve lui valut, en particulier, une condamnation
i
n
d
i
r
e
c
t
ed
’
Edward Stillingfleet, dans Discourse in Vindication of the
Trinity (1697), où celui-ci, sous prétexte d
’
a
t
t
a
q
ue
ru
nt
e
x
t
ed
eJ
ohn
Toland, Christianity Not Mysterious (1696), c
o
n
da
mne c
e qu’
i
l
p
r
é
t
e
n
dê
t
r
e une dé
c
l
a
r
a
t
i
on i
na
v
oué
ed
’
a
t
hé
i
s
me
. Sans nommer
Locke, il i
mput
el
e
se
r
r
e
u
r
sdeTol
a
ndàs
ad
é
pe
n
da
n
c
eàl
’
é
g
a
r
dde
l
’
é
p
i
s
t
é
mo
l
og
i
el
oc
k
i
e
nn
edé
v
e
l
oppé
eda
nsl
’
Es
s
a
is
u
rl
’
e
ntendement
et plus particulièrement dans le livre 1, consacré aux idées innées.35
So
r
t
ed
et
e
r
r
ev
i
e
r
g
ea
udé
pa
r
t
,l
’
e
s
pr
i
thuma
i
n,s
e
l
onLo
c
k
e
,
a
c
q
u
i
e
r
tp
a
re
xpé
r
i
e
n
c
e
ss
uc
c
e
s
s
i
v
e
st
ou
tc
equ
’
i
ls
a
i
t
.Le
si
d
é
e
s
viennent de la sensation et de la réflexion, des choses extérieures ou
d
el
’
e
x
p
é
r
i
e
nc
eduf
on
c
t
i
o
nne
me
ntdel
’
e
s
pr
i
t; elles ne sont jamais
i
n
n
é
e
s
.Se
u
l
ee
s
tp
os
t
ul
é
eunec
a
pa
c
i
t
éd
el
’
e
s
pr
i
tàc
o
or
do
nne
r
,
comparer, confronter le fruit de ses expériences, mais ces associations
n
’
ont plus de caution transcendante, car Dieu, selon Locke, est en
dehors de la réflexion philosophique qui consiste à livrer la raison à
elle-même dans sa quête de la vérité.36 Ai
ns
i
,l
’
e
s
s
e
n
t
i
e
ldel
’
a
t
t
a
que
de Locke porte-t-elle c
ont
r
el
’
i
n
né
i
s
mede
spr
i
nc
ipes spéculatifs et
pratiques et vise à contrer une doctrine largement répandue au XVIIe
siècle, selon laquelle des principes innés imprimés par Dieu dans
l
’
e
s
p
r
i
td
e
shomme
sc
ons
t
i
t
ue
n
tl
ef
ond
e
me
ntdel
ac
onna
i
s
s
a
n
c
ee
t
37
plus encore de la moralité et de la religion. Or, Locke affirme que la
valeur de notre connaissance est conforme aux bornes étroites de
l
’
e
s
p
r
i
th
u
ma
i
ne
tc
o
n
d
u
i
tàl
ac
é
l
è
b
r
eh
y
p
o
t
h
è
s
ed
el
ama
t
i
è
r
epensante
34. Pour un aperçu des rapports entre Locke et le mouvement socinien, voir
N. Jolley, 233-250.
35. « That God is to be worshipped is, without doubt, as great a truth as any that
can enter into the mind of man, and deserves the first place amongst all practical
principles. But yet it can by no means be thought innate, unless the ideas of God and
worship are innate » Es
s
ais
url
’
e
nt
e
nde
me
nth
umai
n, I, IV, 7.
36. Voir sur ce point M. C. Pitassi, 36-39.
37. Voir sur ce point Yolton, chapitre 2.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
327
(« thinking matter »), illustration des limites de la connaissance
humaine.38
Sa thèse fût interprétée par beaucoup comme la remise en cause
des bases de la religion et de la moralité, car elle recommandait le
libre exercice des facultés.39 Pa
r
c
equ
’
e
l
l
epa
r
t
i
c
i
peàl
’
e
f
f
o
ndr
e
me
nt
d
el
’
a
r
g
u
me
ntne
wt
oni
e
n(
Di
e
ue
xi
s
t
ec
a
rl
ama
g
ni
f
i
c
e
nc
e céleste ne
pourrait exister sans lui),40 la démonstration de Locke lui valut
l
’
a
c
c
u
s
a
t
i
o
ni
n
j
u
s
t
ed
’
a
t
h
é
i
s
me(Rivers 10).Ci
t
o
n
sl
’
e
x
e
mp
l
ed
eBe
n
t
l
e
y
q
u
i
,p
o
u
r
t
a
nt
,a
dme
t
t
a
i
ta
u
s
s
il
af
r
a
g
i
l
i
t
éd
el
at
hè
s
edel
’
i
nn
é
i
t
éd
e
41
Dieu. Ses assertions sur ceux quir
e
me
t
t
a
i
e
n
te
nc
a
us
el
’
i
mmor
t
a
l
i
t
é
d
el
’
â
meé
v
oque
nt de manière implicite sa condamnation des thèses
de Locke.42 On conviendra du caractère explosif de la thèse de Locke
s
il
’
o
nr
é
f
è
r
eàl
ad
é
f
e
nse que Voltaire apporta à ce dernier dans un
passage des Lettres philosophiques de 1734 :
Locke, après avoir ruiné les idées innées, après avoir renoncé à la
v
a
n
i
t
édec
r
oi
r
equ
’
onpe
ns
et
ou
j
ou
r
s
,é
t
a
bl
i
tqu
et
ou
t
e
snosi
dé
e
s
viennent par les sens, examine nos idées simples et celles qui sont
c
ompos
é
e
s
,s
u
i
tl
’
e
s
pr
i
tdel
’
hommeda
n
st
ou
t
e
ss
e
sopé
r
a
t
i
on
s
,f
a
i
t
valoir combien les langues que les hommes parlent sont imparfaites,
et quel abus nous faisons des termes à tous moments. Il vient enfin à
c
on
s
i
dé
r
e
rl
’
é
t
e
n
du
eoupl
u
t
ôtl
en
é
a
n
tde
sc
onn
a
i
s
s
a
n
c
e
shuma
i
n
e
s
.
C’
e
s
tda
nsc
ec
h
a
pi
t
r
equ’
i
los
ea
v
a
n
c
e
rmode
s
t
e
me
n
tc
e
spa
r
ol
e
s:
‘
Nousn
es
e
r
on
sj
a
ma
i
spe
u
t
-être capables de connaître si un être
pu
r
e
me
n
tma
t
é
r
i
e
lpe
n
s
eounon
.
’(13ème lettre, 130)
L’
h
y
p
o
t
hèse de la matière pensante a en effet été avancée par Locke
de manière purement spéculative, c
’
e
s
t
-à-dire dans l
e
st
e
r
me
sd’
un
e
alternative : soit Dieu a donné à la matière le pouvoir de percevoir et
de penser, soit il a joint à la matière une substance immatérielle
pensante. Que
l
l
equ
’
e
ns
o
i
tl
al
e
c
t
ur
e
,i
l paraît clair que ce postulat ne
38. « We shall perhaps never be capable of knowing, whether a Being, purely
material, thinks or not » (Es
s
ais
u
rl
’
e
nt
e
nde
me
nthumai
n
, 4.3).
39. B. Cot
t
r
e
tr
a
p
por
t
el
e
sdo
ut
e
sd
e
sc
ont
e
mpor
a
i
nsdeLoc
k
es
url
’
or
t
h
od
ox
i
e
du penseur (41-47).
40. « Coeli enarrant gloriam Dei » (Newton 1.1).
41. Bentley, « Sermon 3 » 88.
42. « There are some infidels among us that not only disbelieve the Christian
religion, but oppose the assertions of Providence, of the immortality of the soul, of an
universal judgement to come, and of any incorporeal essence; and yet, to avoid the
odious name of Atheists, would shelter and screen themselves under a new one of
Deists, which is quite obnoxious » (Bentley « Sermon 1 », 4).
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
328
SOPHIE SOCCARD
co
n
d
u
i
tp
a
sàl
’
a
t
hé
i
s
me
, car il requiert impérieusement un Créateur
intelligent.
L’
e
x
a
me
n deque
l
qu
e
santagonismes inhérents aux thèses de
Locke montre une position originale du penseur. Il semble que Locke
cherchait à dénoncer un athéisme par réaction, mais, dans le même
t
e
mp
s
,i
ln
’
a
v
a
i
tpe
u
t
-être pas exclu une position favorable à la
t
o
l
é
r
a
n
c
ed
’
una
t
hé
i
s
mepa
rc
onv
i
c
t
i
on.Il est une hypothèse dont on
peut d
i
f
f
i
c
i
l
e
me
ntf
a
i
r
el
’
é
c
onomi
e
.Loc
k
eapuê
t
r
ec
ont
r
a
i
nt
,d’
u
ne
certaine ma
ni
è
r
e
,àe
xc
l
u
r
el
e
sa
t
hé
e
sd
es
at
hé
o
r
i
epou
rqu
’
e
l
l
e
n
’
o
f
f
r
î
tp
a
sl
ef
l
a
ncàunec
r
i
t
i
quel
uir
e
pr
o
c
ha
n
tden
’
a
v
oi
rs
ug
a
r
a
nt
i
r
l
ac
o
h
é
r
e
n
c
ed’
uns
y
s
t
è
mes
url
e
q
ue
lf
onc
t
i
on
na
i
tt
out
el
as
oc
i
é
t
é
anglaise du XVIIe siècle. Celle-c
is
’
a
ppuy
a
i
ts
u
rl
’
i
dé
ed’
unel
o
i
naturelle à laquelle tout homme pouvait raisonnablement accéder en
r
e
c
on
n
a
i
s
s
a
n
tq
u’
i
ldoi
tho
nor
e
rDi
e
u(Essays on the Law of Nature 3
et 4). Sacrifier les athées sur l
’
a
u
t
e
ld
’
u
ns
y
s
t
è
mes
o
c
i
é
t
a
llui permettait
de garantir la solidité de sa théorie, elle-même foncièrement l
i
é
eàl
’
e
s
poi
r
d
’
u
n
er
é
c
o
mpe
ns
e
,
bu
tul
t
i
medet
outl
’
o
r
dr
es
o
c
i
a
l
.
Si le lien entre religion, rationalité et moralité ne relève
probablement p
a
sd
’
une t
e
nda
nc
er
épressive chez Locke, il est
indéniable que le philosophe redoutait avant tout les implications
d
’
u
n
ea
t
t
i
t
u
dequis
ubv
e
r
t
i
tle respect dû à Dieu, fondement de la
moralité. Aussi, la position de Locke est-elle moins dans le refus de
laisser les athées à une attitude spéculative, que dans la condamnation
de doctrines qui consistent à nier la bonté de Dieu et donc à minimiser
le c
o
n
c
e
p
td
’
e
s
p
r
i
t
, défini par Locke non seulement comme le siège
de la capacité intellectuelle, mais aussi celui de la conscience et donc
du libre-arbitre. Enc
es
e
n
s
,
u
n
et
o
l
é
r
a
n
c
ei
mp
l
i
c
i
t
eàl
’
é
g
ard des athées
se fonderait autour de la nécessité, pour l
’
homme
, des
’
a
pp
uy
e
r
e
x
c
l
u
s
i
v
e
me
n
t
s
u
rl
’
i
n
c
e
r
t
i
t
u
d
ed
ul
i
b
r
e
-examen, ce qui revient à dégager
une forme de tolérance assez proche de celle de Bayle, c
’
e
s
t
-à-dire
u
n
et
o
l
é
r
a
n
c
ed
u
eàl
’
i
g
n
o
r
a
n
c
ee
t
à la faiblesse humaine (436-37).
La foi religieuse ne peut certes d
i
s
p
a
r
a
î
t
r
ed
el
’
h
o
r
i
z
o
nl
o
c
k
i
e
n
,où
v
e
i
l
l
eu
nDi
e
ut
ut
é
l
a
i
r
edontl
’
e
x
i
s
t
e
nc
enes
a
u
r
a
i
tê
t
r
er
e
mi
s
ee
n
c
a
u
s
e
.C’
e
s
tmê
mel
ep
r
i
v
i
lège exclusif de la raison que de la dévoiler.
Pour sauvega
r
de
rl
apos
s
i
bi
l
i
t
éd’
un
e foi comme ferme assentiment
sans détruire le primat de la raison, le chrétien philosophe d
é
p
l
a
c
el
’
e
n
j
e
u
en confirmant la cohérence du contenu moral des commandements de
Dieu. Pour lui, Dieu a suffisamment doté ses créatures pour qu’
e
l
l
e
s
f
o
n
d
e
n
tl
e
u
ré
t
hi
ques
u
rl
al
oid’
a
mour: « Dans tout, fais aux autres
c
o
mme t
uv
oudr
a
i
s qu
’
i
l
sf
a
s
s
e
ntpourt
o
i
» (Mt. 7.12). Locke
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
329
reconnaît que les fondements de la foi ne peuvent pas être les mêmes
chez tous les hommes, mais aussi que tous les fondements se valent,
p
o
u
r
v
uq
u
’
i
l
ss
o
i
e
n
tr
e
c
he
r
c
hé
sc
ommel
av
é
r
i
t
édoi
tl
’
ê
t
r
e
,àl
’
a
i
d
ede
la seu
l
eb
o
us
s
o
l
equel
’
ho
mmepos
s
è
de
,s
araison. La vérité est une,
et multiples les chemins qui nous y mènent.
Sophie SOCCARD
Université du Maine
OUVRAGES CITÉS
SOURCES PRIMAIRES
BAYLE, Pierre. Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus
Christ : « Contrains-l
e
sd’
e
nt
r
e
r». 1686. Œu
v
r
e
sph
i
l
os
oph
i
que
s
de M. Bayle. Amsterdam, 1725.
BENTLEY, Richard. « Sermon III ». Works. London : Dyce, 1838.
FIRTH, Charles Harding, and Robert Sangster RAIT, eds. Acts and
Ordinances of the Interregnum, 1642-1660. London : H. M. Stationery
Office, 1911.
LA LOUBÈRE, Simon de. The Kingdom of Siam. 1691. Oxford : Oxford
UP, 1986.
LOCKE, John. The Works of John Locke. Ed. T. Tegg, W. Sharp, and
G. Offor. 11ème ed. London, 1823. 10 vols.
–—. A Vindication of the Reasonableness of Christianity. Vol. 7 of
The Works of John Locke.
—–
. An Essay on Human Understanding. Ed. P. H. Nidditch. Oxford :
Oxford UP, 1975.
—–. An Essay Concerning Toleration and Other Writings on Law
and Politics, 1667-1683. Eds. John R. Milton and Philip Milton.
Oxford : Clarendon, 2006.
—–
. Es
s
a
is
u
rl
’
e
n
t
e
n
d
e
me
n
th
u
ma
i
n
. Trad. Jean-Michel Vienne. 3 vols.
Paris : Vrin, 2001-2003. Rev. 2006.
—–. Essays on the Law of Nature. Ed. W. Von Leyden. Oxford :
Clarendon Press, 1954.
—–
. A Letter Concerning Toleration. Trans. W. Popple. 1689. Ed. James
Tully. Indianapolis : Hackett, 1983.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
330
SOPHIE SOCCARD
—–. Lettre sur la tolérance. Texte latin et traduction française de
Raymond Polin. Dir. Raymond Klibansky. 2ème ed. Paris : PUF,
1999.
—–. Lo
c
k
e
’
sRe
p
l
yt
oS
t
i
l
l
i
ngf
l
e
e
t
.1699. Vol. 4 of The Works of John
Locke.
—–. Political Essays. Ed. Mark Goldie. Cambridge : Cambridge UP,
1997.
—–
. Selected Correspondence. Ed. Mark Goldie. Oxford : Oxford UP,
2002.
—–. The Fundamental Constitutions for the Government of Carolina.
Vol. 10 of The Works of John Locke.
NEWTON, Isaac. Philosophiae Naturalis Principia Mathematica.
1686. Ed. Alexandre Koyré and Bernard I. Cohen. Cambridge :
Cambridge UP, 1972.
SALMON, Joseph. Heights in Depths and Depths in Heights. London,
1651. Early English Books Online. Chadwick-Healey. 27 February
2007. <http://eebo.chadwyck.com/home>.
VOLTAIRE. Lettres Philosophiques. 1734. Paris : Garnier Flammarion,
2006.
WINSTANLEY, Gerrard. The Mysterie of God. London, 1652. The
Works of Gerrard Winstanley. Ed. George H. Sabine. Ithaca : Cornell
UP, 1941.
SOURCES SECONDAIRES
BEISER, Frederick C. The Sovereignty of Reason. The Defence of
Rationality in the Early English Enlightenment. Princeton : Princeton
UP, 1996.
BERMAN, David. A History of Atheism in Britain : From Hobbes to
Russell. London: Routledge, 1988.
BUSH, Douglas. English Literature in the Earlier Seventeenth Century.
2nd ed. Oxford : Clarendon, 1962.
CHAMPION, J. « Hobbes, Locke et les limites de la tolérance, l
’
a
t
hé
i
s
me
e
tl
’
o
r
t
h
odox
i
e». Les fondements philosophiques de la tolérance.
Dir. Yves Charles Zarka, Franck Lessay et John Rogers. Vol. 1.
Paris : PUF. 2002. 2 vols.
COTTRET, Bernard. Le Christ des Lumières : Jésus de Newton à Voltaire.
1660-1760. Paris : Le Cerf, 1990.
GOLDIE, Mark. Locke: Political Writings. Cambridge : Cambridge
UP. 1997.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
L’
EXCLUSI
ON DES ATHÉES PAR LOCKE
331
HILL, Christopher. The World Turned Upside Down. London : Penguin,
1972.
HUNTER, Michael. « The Problem of Atheism in Early Modern England ».
Transactions of the Royal Historical Society. Series 5. 35 (1985) :
135-57.
–—, and David WOOTTON. Atheism from the Reformation to the
Enlightenment. Oxford : Clarendon, 1992.
JOLLEY, Nicholas. « Leibniz, Locke and Socianism ». Journal of the
History of Ideas 39.2 (1978) : 233-50.
KAPITANIAK, Pierre. Spectres, Ombres et fantômes. Discours et
représentation dramatiques en Angleterre, 1576-1642. Paris :
Champion, 2008.
KORS, Alan. Atheism in France, 1650-1729. Princeton : Princeton UP,
1990.
LACORNE, Denis. Del
ar
e
l
i
g
i
o
ne
nAmé
r
i
q
u
e
.
Es
s
a
id
’
h
i
s
t
o
i
r
ep
o
l
i
t
i
q
u
e
.
Paris : Gallimard, 2007.
LESSAY, Franck. « La question de la liberté de conscience ». Les
fondements philosophiques de la tolérance. Dir. Yves Charles
Zarka, Franck Lessay et John Rogers. Vol. 1. Paris : PUF, 2002.
LURBE, Pierre, et Sylvie TAUSSIG, eds. La Que
s
t
i
o
nd
el
’
at
hé
i
s
meau
dix-septième siècle. Turnhout : Brepols, 2004.
MARSHALL, John. John Locke, Toleration and Early Enlightenment
Culture. Cambridge : Cambridge UP, 1994.
MCLOUGHLIN, William G. « Anne Hutchinson Reconsidered ». American
Vistas, 1607-1877. Ed. Leonard Dinnerstein and Kenneth T. Jackson.
7th ed. Oxford : Oxford UP, 1995.
PASSMORE, John A. Locke and the Ethics of Belief. London : British
Academy, 1980.
PITASSI, Maria Cristina. « Le Philosophe et l
’
é
c
r
i
t
u
r
e
:J
ohnLoc
k
e
exégète de Saint Paul ». Cahiers de la Revue de Théologie et de
Philosophie 14 (Genève, 1990) : 36-39.
POPKIN, Richard Henry. « The Deist Challenge ». From Persecution
to Toleration : The Glorious Revolution and Religion in England.
Ed. Peter Ole Grell, Jonathan I. Israel, and Nicholas Tyacke. Oxford :
Clarendon, 1991.
RIVERS, Isabel. Reason, Grace, and Sentiment. Cambridge: Cambridge
UP, 2000. 2 vols.
ROSMAN, Doreen M. The Evolution of the English Churches. Cambridge :
Cambridge UP, 2003.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
332
SOPHIE SOCCARD
SPURR, John « Cons
c
i
e
nc
e
,
s
e
r
me
nt
se
tt
ol
é
r
a
n
c
eda
nsl
’
Ang
l
e
t
e
r
r
ed
u
XVIIème siècle ». Les fondements philosophiques de la tolérance.
Dir. Yves Charles Zarka, Franck Lessay et John Rogers. Vol. 1.
Paris : PUF, 2002.
THOMAS, Keith. Religion and the Decline of Magic. London : Weidenfeld
and Nicolson, 1971. London : Penguin, 1973.
TUTTLE, Élisabeth. Religion et idéologie dans la révolution anglaise,
1647-1649. Paris : L’
Ha
r
ma
t
t
a
n,
198
9.
YOLTON, John W. John Locke and the Way of Ideas. Oxford : Oxford
UP, 1956.
RSÉAA XVII-XVIII 65 (2008)
Téléchargement
Explore flashcards