study viewer

publicité
Cé cilia ROHRBACH
Infirmière a nthro p olo g ue,
D o c t o r a t e n so ciolo gie e t a nthro p olo gie d e l’Université d e La usa nne,
«SOIGNER, C’EST L’EXPÉRIENCE DE SE COMPRENDRE
SOI-MÊME PAR LE DÉTOUR DE L’AUTRE»
Celui qui nage à contre-courant
Connaît la force que celui-ci contient
Wo o dro w
Wils o n
RÉSUMÉ
Les ex p érie n c es p é d a g o g iq u es ré a lisé es à l’ institu t d e Fo rm a tio n e n Soins Infirm iers d e Th o n o n-Les-Ba ins f a vo rise n t
l ’ é m er g e n c e d es c o nn a issa n c es d es soins gr â c e à l a m é t h o d e p ra tiq u é e. L ’ o b serv a t e ur f a it p a rtie in t é g ra n t e d e so n
o b s e rv a tio n, c a r soigner n e s e c o nstruit p a s e n «suisse
m a is a v e c u n g ro u p e c ulturel élo ig n é. L ’ o b s erv a tio n e t le
partage obtenu dans un tel groupe permettent de quitter momentanément I’hopital et sa culture et prendre de la dist a n c e p o ur c o nsi d érer les so ins c o m m e un e o n t olo g ie d a ns u n e p ers p e c tiv e c ulturelle.
M o n p ro p os e st d ’ a rg u m e n t e r l a n é c essit é d ’ a p p ro f o n d ir le lie n e n tre s oins e t c ulture. Un b re f p a r c o urs hist o ri q u e est
d é c rit à tra v e rs la p rés e n c e c o nst a n t e d e l ’ h ô p it a l e t d u syst è m e m é d i c a l d a ns l a f o rm a tio n e t la p ra ti q u e d e so ins
infirmie rs. Ensuit e , j ’ in tro d uis m a d é m a rc h e b a s é e sur le s s oins e t l ’ a n thro p olo gie e t l ’ o rie n t a tio n p hilo so p hiq u e q ui
l’ a c c o m p a g n e. Le résu m é d u tra v ail d ’ un e é tu d ia nte é v o q u e un gro u p e c ulturel e x o ti q u e
e t u n e d e s c ri p tio n
su c c in c t e d e l a m a nière d o n t elle a t e n u c o m p t e d u f a it q u e l’ o b serv a t e ur f a it p a rtie d e so n o b serv a tio n.
Soigner d ’ un e m a nière c ulturelle m e nt sig nifi c a tiv e est p o ur m oi un droit hu m a in univ ersel q u e je re c o nn ais e t q u e
je d é f e n d s à tra v ers m es a c tivit és d e re c h er c h e e t m e s in t erv e n tio ns p ro f essio n n e lle s e t p é d a g o g i q u e s d a ns le s
milie ux p r o f essio n n els d es s o ins e t d e l a s a n t é.
Mots-clés : Soigner Observation Participation Ontologie Culture Éloignement.
Voir C. Rohrbach,
C’EST L’EXPÉRIENCE DE SE COMPRENDRE
SOI-MÊME PAR LE DÉTOUR DE L’AUTRE»
Les raisons de l’éloignement
L ’ hô pit al est un e présen c e p es a nt e d a ns la f orm a tio n e t
dans la pratique de soins infirmiers depuis le siècle passé.
L ’ h ô pit al m on o p olise le c onte nu d e l’ é tu d e d e soigner
d a ns les d iff ére nt es f orm a tio ns e t d a ns l a q u o ti die nn e t é
d e l a p ra tiq u e. Sa ns nier les e ff orts c onsi d éra b les d es
centres de formation en soins infirmiers, le système médical et sa technologie imprègnent aujourd’hui les soins.
L’hôpital est le lieu privilégié de la pratique infirmière et
de la formation professionnelle, l’hôpital est en fait la cult ure d ’ origin e d u m o n d e infirmier. C ’ est l ’ h os p it alier e t
l’ extra h ospit alier q ui prescriv ent norm es, v aleurs,
croyances, habitudes, thérapeutiques, médicaments, attitudes, etc., caractérisant la
culture
de soins infirmiers.
L a f orm a tio n e n soins infirmiers m o d ernes m arq ue la profession depuis le siècle passé et jusqu’à nos jours. Le premier pro gra m m e laïq ue d e f orm a tio n en soins infirmiers
est c elui d e l’ é c ole d e la Sourc e à L a usa nne (Ja c c ard,
1949, p. 358, et La Sourc e, 1859-1959, cité p ar
1992 : 334) en 1859 : A c ôté d e l’ enseig ne m ent clini q ue q ui se p ra ti q u ait d a ns le servi c e h os p it a lier p a r le
c or ps m é di c al, la
d ire c t ri c e e t l a s œ ur instit u tri c e
tr a d uiro n t : p o ur l ’ un e, les v ale urs p ro fessio nn elles e n
le ç ons d e m orale élé m ent aire et p our l’ a utre, les
pré-re q uis à l’ e nseig n e m ent m é di c o- c hirurgic al en c o urs
d ’ a n at o mie
1992 : 329 et 330). Le pro gra m m e
est d o n c b asé sur le m o d èle m é di c al. V oi c i q uelles so nt
les racines I’hospitalières et médicales de soins infirmiers
prof essio nnels m o d ern es. Les soins pro dig ués à d o m ic ile
suiv e nt le m o d èle h os pit a lier c e ntré sur l es t â c h es, les
actes et plus tard le processus des soins, les anamnèses,
l’application des théories prescrites.
Une telle inv asion d a ns le m on d e infirmier, justifie
a m ple m e nt d e sortir les soins d e l ’ h ô pit al p o ur les c o mparer à ceux des autres groupes culturels. Cette compar aiso n o uvre a ux soins un re g ard a utre q ue je d é v elo p p erai plus loin? (Rohrb a c h, 1992).
N’ ou blions p as que le systè m e hospit alier en vigueur
d a ns la plu p art d es p ays p ost-in d ustriels est très onér e ux. C ’ est d ’ a ille urs le syst è m e d e s a n t é a m éric ain
q ui est l e plus c o ût eux a u m o n d e (v oir Sp e c t or, 1996 :
93-l 16) e t je c o nsi d ère a v oir un e res p ons a bilit é pro f essio nn elle à c e suje t.
l’être humain et la signification de soigner est très diversifiée à l’intérieur du m ond e. Pourquoi soignons-nous
unique m ent d ’ a près notre culture? N’ est-c e p as une
attitude ethnocentrique de notre part?
La réflexion d es soins a p ourt a nt b e a u c oup évolué
d a ns les p a ys a n glo p ho n es e t s oi gn er c o m p t e plusieurs
d é m arc hes, plusieurs p hiloso p hies et plusieurs é c oles
d o nt c elle d e L einin g er : Soigner c ’ est les soins infirm ie rs, soigner c ’ e s t p r o t é g er, soigner c ’ est le c œ ur e t
l’ â m e d e soins infirmiers (1991 : 40).
Les soins so nt in dis p e ns a bles à l a vie d ès l ’ a u b e d e
m a nité et M arie-Fra n ç oise C ollière l ’ a re m arq u a ble m ent
illustré d a ns so n o uvr a g e, Pro m o uv oir la vie
t out
a ut a nt q u e l’ a f ait M a d eleine Leinin g er (1970). Soigner
est enra c in é d a ns l a c ulture, m ais e n t a nt q u ’ é tu d e, soign er est pra ti q ue m e nt in a p er ç u d a ns l a p lu p a rt d es f orm a tions p arc e q u ’ une telle étu d e est ré c ente et
d e m a n d e l’ exp érien c e d e m é th o d es n ouv elles.
Une tra nsform a tion c onsid éra ble jaillit à p artir d u
m o m ent où l’ étud e d es soins p eut se faire a ve c un
re g ard du de d ans (Merle a u-Ponty, 1964 :
avec
d es m étho d es q u alit a tives q ui a utorisent un a utre
re g ar d . Les s oins e t soigner s ’ a p prenne nt à tra v ers d es
c o urs, d es ex er c i c es, d e s le c t ures, e t c ., m a is si o n s o uh a it e les é tu d ier, vivre e t p a rt a g er d u t e m p s a v e c d es
grou p es c ulturels v ariés est un outil d ’ a p prentissa g e
pré cieux p our a p prendre d ’ eux et c o m prendre p ar
l ’ é t u d e le urs c o ut u m es, leurs m o d es d e vie, le urs tra d iti o ns v a ri é es e t e nsuit e le s soigner e t s a v oir a n ti c i p er
les soins à le ur d o nn er.
L a re c h er c h e e n s oins infirm iers est ré c e nt e, surt o ut e n
Euro p e et d a ns le m o n d e fra n c o p hone, e t la re c herc he
est plus f a c ile m ent pra ti q u é e a v e c un e orie nt a tio n p ositivist e. L a tra nsf orm a tio n q u e l a m é t ho d olo gie q u alit at i v e p eut e m m ener d a ns l’ étu d e d e soigner est l a ru pt u r e d ’ u n o b s t a c l e q u i b a rri c a d e s o u v e n t l a
c o nn a iss a n c e d es soins.
L’ étu d e d e soigner en t ant que phéno m ène, prend d e
plus en plus d e pla c e aux Eta ts-Unis, p oussée p ar
l’ étu d e d u fé minism e (voir
R.M. et Wa tts, R.
1991, Cord on, S. Benner,
et No d dings, N. 1996,
1996,
1970, 1978, 1985, 1991, 1995). Nos
c ollè g u es a m éri c ain es tr a nsform e nt soigner
en
d is c ip lin e, stim ulé es p a r le privilè g e d e la li b ert é a c a d é mique q u ’ elles ont c on q uise.
La place des soins
4. La question de méthodologie demanderait une explication plus
complète que je ne peux pas faire ici. Les méthodes, toutefois, ne sont
«SOIGNER C’EST L’EXPÉRIENCE DE SE COMPRENDRE
SOI-MÊME PAR LE DÉTOUR DE L’AUTRE»
L ’ é tu d e d ’ un e o nt olo gie d es soins, c ’ est-à- dire d ’ e nvis ag er les soins c o m m e une m a nière d ’ être, prend plusieurs dire c tions à p artir d e 1970, m ais une m ê m e
int e ntio n : Étu dier, c o m pren dre, a p pro fo n dir, c o m p arer,
d é velo p p er la re c herc he a v e c d es m é tho d es p héno m én olo gi q ues o u q u a lit a tiv es
Ce pas-de-géant : Étudier le phénomène soigner à
v ersit é, a li g n e c e t t e d is c i p lin e
la m êm e hauteur que
les autres disciplines a c a d é miq ues. Soigner, pren dre
soin, e n tre t e nir l a vie so n t d é c rits d a ns le q u o ti d ie n e t
les c o nn aissa n c es a c q uises re n d e nt les s oins a t tr a c tifs à concevoir, à réfléchir et à pratiquer.
La place de la culture
M a d elein e Leinin g er c o nst a t e q u e les v ale urs h os pit alières, la te c hnolo gie, les soins professionnels sont
insuffisa nts p our soigner les g ens d ’ a utres c ultures.
Grâ c e à s a f orm a tio n et à l’ ex p érie n c e a c q uise p ar so n
tra vail d e terrain c hez le G a dsu p d e la
G uin é e lors d e ses é t u d es d e d o c t ora t e n a nthro p ologie, Leinin g er cré era le d o m aine d e soins infirmiers
tr a ns c ulturels e t l ’ é c ole d u
Leinin g er est p rop hè t e c o n c ern a nt le m éla n g e d es soins e t d e
p ol o gie (v oir Leinin g er, 1970). Elle t é m oig n e d a ns ses
é crits d e la p a tien c e qu ’il lui a fallu, c ar ses id é es
p ar aiss a ie nt b iz a rres à s es c ollè g u es. S a ns se l a isser
intimid er, elle fait son d o c tora t en a nthro p olo gie e t
d e vie nt la pre mière infirmière a nthro p olo g ue d a ns le
monde.
La c ulture, le c on c e p t clé d e l’ a nthro p olo gie, est
a ujourd ’ hui inté gré e a ux soins c ulturels. La c ulture
interro g e no tre fa ç on uni-c ulturelle d e soig ner, ainsi
q u e la c ulture h os pit alière e t m é di c a le sur lesq uelles
n os soins so nt b asés. En m ê m e t e m p s la c ulture o uvre
l a p l a n è t e p o ur ét u dier les soins d es a utres p e u p les, les
soins tra ditionnels, c es soins q ui nous ouvrent a u
m ond e et qui p erm ettent un é claira g e en retour
(Berthou d, 1992 : 11-l 3) sur notre pra tiq ue, sur notre
a gir, sur n o tre p hiloso p hie.
Recherche et choix philosophiques
La te c hniq ue e t les a c tes o nt ét é v alorisés d a ns le
modèle hospitalier et hospitalocentriste. Cette
tio n sur l ’ instit uti o n h os p it a lière e t sur le m o d èle m é dic al m arq u e la p hiloso p hie d e l a prof essio n. C e t te p hiloso p hie c entré e sur le m o d èle hospit alier est
a uj ourd ’ hui p er c e p ti ble d a ns les v aleurs, les c o n c e p tio ns d es soins a c t u elles, les c h oix d es p ro gr a m m es, les
e ff orts p é d a g o gi q ues p o ur d é m é dic aliser, p o ur e nseigner les soins in divid u alisés et p our hum a niser
t al. Tenter d e m ettre à sa juste pla c e une influen c e
t e c hno-m é dic ale q ui a a ussi d o nné prestig e e t re c onn aissa n c e aux soign ants, m ais qui m ono p olise hier
c o m m e a ujourd ’ hui la sc ène d e la santé et d e la m aladie, c ’ est n a g er à c o ntre- c o ura nt q u elq ues f ois à
rieur m ê m e d e l a prof essio n.
Soigner est f o n d a m e nt al à t o ut ê tre hu m ain p o ur vivre,
c ’ est un re g ard d u d e d a ns et un re g ard d u d ehors, soigner c ’ est l’ exp érien c e d e se c o m pren dre soi-m ê m e
p ar le d étour d e l’ a utre (Rohrb a c h,
et 1977a).
Soigner c ’ est une présen c e, un id é al, soigner c ’ est
a id e r l ’ a utre à g r a n d ir ( M a y ero ff, 1971 : 6-l 5).
Soigner c’est les soins infirmiers, soigner c’est protéger,
soigner c ’ est l a m a nière d ’ ê tre d e l ’ infirm ière à l’ é g a rd
d e l’ a utre et aid er les g ens, soigner, c ’ est le c œ ur et
l ’ â m e d es s oins infir miers (Leinin g er, 1991). C e tt e o nt olo gie c on c ern e c h a q ue être hum ain et Heid e g g er est
un d es prin c i p a ux ins p ira t e urs d es c o ura nts a c tu els d u
soigner, c ar une p artie d e l’ o euvre d e Heid e g g er
a b ord e c e phéno m ène
1993 : 56-109) et
p our Heid e g g er prendre soin est l’ expression q ui
c a ra c t érise l ’ ê tre d a ns le m on d e.
C es ré flexio ns univ ers elles so nt un e b ase d e la c o n c e ption d e «soigner les a utres Les tra ditio ns pro pres à
c h a q ue c ulture d e m a n d ent une a p pro c he sp é cifique. II
est d e c e f ait souh ait a ble d e sortir les soins d e
l ’ h ô p it a l.
II s’agit d’apprendre aux étudiants à observer soigner à
l ’ orig in e, soit a v e c le g ro u p e c ult urel lui-m ê m e. C ’ est
un e ex p érie n c e in dis p ens a ble p our l’ a ve nir d e la prof essio n e t je pro p ose so n intro d u c tion d a ns le c a dre d es
pro gra m m es d e form a tion, selon les p ostula ts
après :
a ) Le p re m ier se ré f ère a ux d r oits d e
Le d e uxiè m e se réf ère à l a n é c essit é d u
d ehors et du d e d a ns d e s s o ins.
5. Que je n ’ exa minerai p as ici.
re g ard du
Le q u a triè m e se réfère a u f ait q u e soigner les ê tres
hum ains d e m anière c ongruente à leur c ulture
n é c essit e un e f orm a tio n (Leinin g er, 1991).
Les prin cip es p hiloso p hiq ues plus sp é cifiques qui guident cette démarche sont :
l
l
Le respect de l’égalité des cultures.
La re c onnaissan c e d e leurs différen c es
Bertho u d, 1992 e t Ro hr b a c h,
(v o ir
C es v ale urs p hiloso p hi q u es g ui d ent l a réflexio n d e
p érien c e p é d a g o giq ue p ro p osé e e t pré p arent les étudi a nts à l’ é tu d e d es soins d a ns un e p ers p e c tive c ultur elle, t e n a nt c o m p t e d e l ’ univ e rs a lit é e t d e l a div ersit é
d a ns le m o n d e et en a c c ord a ve c une orient a tio n d e
re c h er c h e (v oir Ro hrb a c h, 1997a ).
v en t b o u d d hist e, les s q u a t t ers, les t é m oins d e Jé h o v a h,
les individus transsexuels, les dealers, un foyer de magasin c hin ois, un m en dia nt, une f a mille p a ys a nn e, les restos du c œur, le cirque, les éleveurs des chiens, etc.
La d é c ouverte p ar o bserv a tion dire c te p en d a nt c es
d e ux j o urn é es c o nsé c utiv es
p erm e t d e ré c olt er d es
inf orm a ti o ns in estim a b les e n c ré a nt d es lie ns a v e c c es
g e ns. Le gro u p e c h oisit, d e vie nt a b ord a ble e t c o m préhensible, les préju g és se révisent, les craintes diminuent, soigner se tra nsf orm e e n l ’ é c riv a nt, e n le d é c rivant et en le partageant avec les autres. Les données de
pre mière m ain et leur utilité p our les soins professionn els so nt é vi d e nt es e t c el a a p p ar aît d a ns l a c a p a c it é
d es é tu di a nts à d é c rire c o m m ent ils soigneraient c es
in d ivi d us si v a ri és s ’ ils a rriv a ie nt à l ’ h ô p it a l.
Leinin g er d a ns s a t h é orie d es s oins c ult urels, d é c rit les
s oins d e l a m a nière suiv a nt e :
Expérience pédagogique : Soins et culture
La né c essit é e t l ’ a v a nt a g e d u d é t o ur p o ur l’ é tu d e d es
soins, résid e nt d a ns l’ exp érie n c e ri c h e en c o nn aiss a n c e
d e l ’ a utre et d e soi-m ê m e e t d a ns l ’ o uv ert ure q ui h a bit u elle m e nt se pro d uit p a r r a p p ort à soig n er. Le d é t our
que je pro p ose éloigne d e l’ hô pit al t an dis q u’il ra pproche de la connaissance de l’autre et d’un regard neuf.
C’est décisif et inestimable de découvrir l’autre dans son
gro u p e d ’ a p p art e n a n c e t o ut en id e ntifia nt la visio n d u
m on d e d e c e grou p e. C e tt e intro d u c tio n à l a m é tho d e
d ’ ethnosoins (Leinin g er 1991 : 69-117) est une exp érie n c e stim ula nt e d a ns un e c arrière pro fessio nn elle, un e
formation de cadres ou des études universitaires.
Les soins professionnels origin aires d e l’ hô pit al sont
c onnus e t pra tiq ués d e p uis un p eu plus d ’ un siè c le. Les
s oins q u o tid ie ns e t tr a d itio nn els
q ui ré p are nt d e p uis
d es g énéra tions sont pra tique m ent ignorés d a ns nos
milieux h ospit aliers. Les soins tra ditionnels so nt p ourtant le fondement même de soigner et leur étude se fait
d a ns les différents grou p es c ulturels d u m ond e et d e
chaque société.
Le grou p e d e 46 étu dia nts d e pre mière a nné e
a suivi
une intro d u c tion thé oriq ue d e trois jours disc ontinus,
une o bserv a tion d e 2 jours et une mise en c o m mun p ar
p e tits gro u p es d e d ix. V oi c i q u el q u es c h oix f a its p a r les
é tu di a nts : un c ouve nt d es s œ urs c a t h oliq u es, un
7. Je m e suis inspiré e d e c ette terminolo gie : soins professionnels et
soins folk, g énériques, ou tra ditionnels d es tra v a ux d e Leining er. Elle
Voit l’ union d e c es d eux ty p es d es soins c o m m e ét a nt les soins
a p pro priés. II y a é g ale m ent la t erminolo gie d e C ollière
Les soins c ulturels à préserver o u à c ontinuer im pliq u e nt d e re c o n n a îtr e les tr a d itio ns, les c ro y a n c es, les
h a bitu d es q ui n e g ê nent p as les soins
m ais a u c o n tr aire q ui f a v orise nt le b ie n-ê tre e t l a s a nt é.
Par exe m ple, c o m pren dre la signific a tion d es prières
d u gro u p e, les v ale urs d e la f a mille é t en d ue, les m o d es
d e vie p o ur les v a loriser e t c o ntri b u er à leur m aintien.
Les soins c ulturels à a c c o m m o d er
à né g o cier,
d e m a n d ent d es c onn aiss a n c es sur le m o d e d e vie d u
gro u p e e t sur la sig nifi c a tio n d e d e m a n d es f ait es d a ns
les services. II y a un travail à faire de la part de
p our a c c e p t er c ert aines d e m a nd es : c o m m e une
f a mille musulm a n e q ui d e m a n d e à f aire l a t oilett e m ortuaire d ’ un m e m bre d e sa fa mille d é c é d é, c o m m e le
souh ait d ’ un p a tient afric ain visité p ar un grou p e d e
fa miliers, souh ait souvent pro blé m a tique. Da ns c es
d eux c as, c ’ est à l’infirmière e t a u servic e d e trouv er
un e s olu tio n s a tisf ais a nt e p o ur les f a mill es. Plus les servi c es e t les c oll a b o r a t e urs h os pit a liers a c q ui ère nt d es
c onn aissa n c es sur les tra ditions, les c outum es, leur
si g nifi c a tio n, p lus l a c o m p ré h e nsio n e t l e res p e c t e nv ers
les p a tie nts e t le urs d e m a n d es a u g m e nt e nt e t le servi c e
est prêt à faire d es c on c essions. La q u alité d es soins
d ’ un h ô pit a l a u g m e nt e si les p a tients ve nus d ’ a utres c ult ur es s o n t re s p e c t é s e t s a tisf a its e t si o n r é a lis e q u e l a
q u a lit é d e s s o ins est a ussi c ult urelle. D es s o ins
si g nifi c a tifs s o nt un e resso ur c e n ouv elle p ar r a p p ort à la qu alité d es soins q ui se pra tique h a bituellem e nt à l ’ h ô pit al e t q ui est m on o o u uni-c ulturelle.
9. Une prolon g a tion à 3 journées c ette a nnée.
10. Les soins professionnels sont c eux q ui sont a p pris lors d ’ une for-
«SOIGNER C’EST L’EXPÉRIENCE DE SE COMPRENDRE
SOI-MÊME PAR LE DÉTOUR DE L’AUTRE»
Les s oins c ulturels à restru c t urer o u à ré orie nt e r c o nsistent à m o difier c e q ui est no cif a u bien être ou à la
s a nt é d e la p erso nn e. C h a n g er est d iffic ile d a ns t o ut e
c ulture. D a ns c ert a ines c ult ures, le c h a n g e m ent se f a it
plutôt lentement et dans d’autres, comme la nôtre, cela
se fait g énérale m ent plus ra pid e m ent. Ici, l’infirmière
t e nt e d e tra nsf orm er c ert ain es c o utu m es o u h a bitu d es
a v e c l a f a mille o u a v e c c e ux q ui so nt c o n c ern és : les
ré gim es, l a s c ola rit é. d es e nf a nts, la prise d e m é d i c a m ents, la pro preté, I’ a c c ultura tion d es fa milles d e
re q u ér a n ts d ’ a sile , e t c . L a c oll a b ora tio n, l a ré c i pr o c it é
e t l a c o nn aiss a n c e d u c o nt ext e c ult urel so nt in d is p e ns a bles p our m e n er à t erm e un t el proje t.
Les étu dia nts pré cisent p our terminer c o m m ent ils
a c c ueilleraie nt un in divid u d u grou p e étu dié à l’ hô pit al
a près c e qu ’il ont a p pris lors d e ces d eux journée. Les
soins c ulturels ne sont p as in divid uels, ils s’ étu dient
d a ns un grou p e p arc e q u’ une c ulture s’ éla b ore d e p uis
plusieurs g énéra tions et c on c erne une c o m mun a ut é.
Un e c ulture est a p p art en a n c e, elle d o nn e une sig nific a tion à c e q ui entoure. Les soins ne sont p as origin aires d e l’ h ô pit al, ils n aisse nt d ’ un e ex p érie n c e inti m e
mêmes, avec la famille, avec
avec la mère, avec nous
la vie, a v e c les liens q ui se tisse nt e ntre les ê tres
hu m ains. Nos ex p érien c es pré a la b les d es soins jo u e nt
un rôle d a ns la pro pre pra tique d es soins (Ro a c h,
1992 : 14-I 7). C ’ est d ans une c ulture q ue se form ent.
les tra ditions, les croy a n c es q ui se tra nsm ettent et
c elles q ui s ’ a c q uière nt, c elles q ui se p erp é t u e nt o u se
tr a nsf or m e nt a u c o nt a c t d ’ a utres. Ess a yer d e p é n é trer
l ’ é p aisse ur d e la c ult ure n é c essit e un e hu milit é c ert ain e
p our cré er un é c h ang e é g alit aire et a p prendre d e
l ’ a utre. S’ a c c o m p a g ner d u milieu d u grou p e f a c ilit e la
c o m préhension d e l’ a utre, a c c o m p a gné, d e b e a u c ou p
d e c uriosit é. Étu d ier un gro u p e e x o ti q u e en c oura g e
la décentration et la découverte des soins en apprenant
les m o d es d e vie d e l ’ a utre, e n a b ord a nt la c o n c e p tio n
d e vie d e so n gro u p e c ult urel e t s a si g nifi c a tio n.
C e tt e a p pro c he o blig e à q uestio nn er les c o n c e p tio ns
p ers o nn elles, à o bs erv er d ’ a utres v ale urs, à d é c o uvrir
d es c roy a n c es à e ntrer d a ns le d o m aine d e la sig nifi c atio n, à é c rire e t à p a rt a g er l ’ ex p érie n c e e n él a b ora n t :
d issisoigner. Cette approche d éroule les soins
mulés d a ns les synthèses c ara c téristiq ues, à nos
d o c u m e nts d es s oins : t el le p ro c essus d e s oins :
Le patient sera capable de faire sa toilette de manière
ind é p end ante, à la fin d e la se m aine
La p a tiente
sera c a p a ble d ’ ex prim er s a so uffra n c e lors d e
tien d e rela tion d ’ aid e et c. Que dit-on sur les soins
d a ns c es p hrases. Soigner n ’ est p as l a s ouffra n c e e t c e
intro duit à la c o m préhension du d o m aine d es soins
c ulturels, m a is c ela n e v e u t p as dire q u e les soins p rofessionnels sont d e c ô té, ils sont en v eilleuse p arc e
q u ’il ont été jusq u ’ici très env a hissa nts, ils prennent
un e a utre pl a c e. Po urt a nt, t o ut a u lo n g d e c e tt e ex p érie n c e, un v a -e t-vi e nt s e f a it e ntre les s oins pr o f essi o nnels et les soins tra ditionnels. Parc e q ue je tiens à un
prin c i p e d ’ a p prentiss a g e in dis p e ns a ble, c e prin c ip e est
que p our a c c é d er à l’in c onnu, on p asse d ’ a b ord et
né c ess aire m e nt p ar le c o nnu (voir Rohrb a c h,
Rencontre avec des jeunes rapeurs
C’est le titre du travail présenté par une étudiante et qui
c o m m e n c e ainsi :
Dans le cadre du stage proposé., je fais le choix d’observ er un e p o p ula tio n q ui m ’ est ‘ f a milière ’ , t o ut e n rest a nt exo tiq u e, p uis q u e je la m é c o nn ais. Po ur un e première prise d e c o nt a c t a v e c les je un es d ’ un q u artier d e
gran ds im m eu bles, je suis allé e à leur ren c ontre sur
leur lieu d e vie, d a ns leur q u artier. S’il est un lieu où
l’ o n p e ut c onst a t er aisé m e nt le m al aise d ’ une c ert aine
je un ess e, c ’ est bie n l a p roximit é d es g ra n d s e nse m bles.
Assis sur un muret, quelq ues jeunes tentent d ’ oublier
le ur d éso euvre m ent
C e q ui m e fra p p e en pre mier lieu, c ’ est l’im pression
d ’ a v oir a ff a ire à un gro u p e. A u tr a v ers d ’ un t y p e v estim ent aire q ui les c ara c térise, je re c onn ais bien
f orm e d u ra p eur, t el q u ’ il est v éhi c ulé d a ns les m é di as
e t l a p u bli c it é : c a s q u e t t es à l ’ e nv ers, b o nn e ts d e
p eur, p a nt alons très larg es, b askets non la c és. je leur
d onn e e nviron 18 a ns. Q uelq ues vis a g es m e so nt f a miliers p our a v oir eu l’ o c c a sio n d e les c roiser e n d ’ a utres
li e ux. j e s a isis c e t t e o p p ort u nit é p o ur ex p li q u er le but
d e m a d é m a rc h e e t é veiller e n e ux une c ert ain e c uriosité qui va me permettre de les côtoyer durant les deux
jours à venir. J’ utilise d es m ots sim ples, d es p hrases
c ourt es e t je le ur pro p ose d e lire m o n futur r a p p ort.
C h a n c e ou intuition? J’ ai g a g né leur c onfia n c e, et rend ez-vous est pris p our le len d e m ain à
Heure
c onsid éré e c o m m e raisonna ble a u re g ard d e leur e m ploi
d u te m ps! Si à c e st a d e d e la ren c ontre, j’ ai un sentim e n t, il l e ur est p lu t ô t f a v or a b le (Es c ri b a n o, 1997 : 1).
L’ auteur du tra v ail présente c ha q ue jeune p our faire
p art d u c o m m ent ils c o n ç oiv e nt le m o n d e, c ar c ’ est d e
c es d onnées que soigner v a d é c ouler. Ainsi un jeune
d ir a : O n se lè v e p o ur rien f aire, d es c e n dre, é c h a p p er
a u re g a rd d es p are nts, tro uv er 2, 3 c o p ains, tro uv er d u
Et plus loin, une fois qu’elle a réussi à s’approcher de
ces jeunes, on lit :
David s’approche de moi et se livre à moi de manière
spontanée. II me raconte comment à 13 ans, il a planté
sa prof avec un couteau, parcourant 10 km à vélo pour
assouvir sa vengeance. II ajoute qu’il a également
menacé son employeur avec un couteau de cuisine
après avoir cassé 40 assiettes. Je reste muette. J’ai froid
dans le dos. II a réussi à m’inquiéter. Ses confidences
me dérangent. David raconte également que son père
est repris de justice, multirécidiviste (ibid. 4).
Ce rapport décrit non pas seulement de manière
vivante une réalité consistante, mais de plus l’étudiante
infirmière fait partie intégrante de son observation et
l’explicite en toute authenticité. C’est de cela qu’il
s’agit en partie car, soigner ne laisse pas indifférent et
étudier soigner non plus, reconnaître les émotions fait
partie de découvrir comment on s’y prendra ensuite.
«David et Atef, tous deux d’origine tunisienne croient
que la foi des mères arabes soigne, notamment les
maux de tête, les brûlures, les piqûres de vive, la température. Mais ici, il fait trop froid pour qu’il y ait des
esprits et il y a des maladies qui n’existent pas en
Tunisie. Et plus loin : Ils n’observent pas les traitements prescrits car il leur est impossible de s’inscrire
dans la durée, dans une rigueur. Les traitements sont
assimilés à une contrainte. Alors que je parle de santé,
ils roulent un joint. C’est dur de se comprendre, de les
sensibiliser (ibid. p. 6). Dans sa conclusion, l’étudiante livre les phrases suivantes :
Cependant, un réel
intérêt pour cette population semble porter ses fruits :
un travail de terrain,
Ne pas leur faire la
morale est sûrement un gage de réussite (ibid. p.
Chaque travail a apporté expérience et des connaissances essentielles à la pratique des soins culturels des
groupes étudiés. Le dealer a montré une confiance
au-dessus de tout soupçon à l’étudiant en lui donnant
accès non pas uniquement à son appartement, mais à
l’inconnu et a ce qui existe d’humain dans un tel
milieu, découvert aussi à travers une fête. Si la fête est
absente des soins professionnels, elle est présente dans
les soins culturels, même avec les dealers. Les squatters ont surpris par leur organisation, par leur respect
entre eux et par les soins entre les uns et les autres. Ce
qui conduit à revoir nos préjugés à leur sujet. L’étude
de la culture s’est étendue à celle des soignants, car
bon nombre de gens ont fait part de leur expérience
hospitalière.
Une personne transsexuelle a témoigné d’un séjour
hospitalier dans lequel une infirmière est allé, dans sa
sexuelle souhaitait que ceci soit communiqué aux infirmières pour que cet acte ne se répète plus et parce
qu’elle n’avait rien pu dire sur le moment. Cette attitude honteuse, laisse un goût amer par rapport au respect de l’autre et je crois qu’une infirmière qui comprend le parcours d’une personne transsexuelle ne se
serait jamais permis une telle outrance.
CONCLUSION
Les étudiants ont étudié les soins ailleurs, parce qu’il
est devenu nécessaire de quitter I’hopital si on tient à
soigner de manière humaine dans notre société
culturelle et dans le siècle à venir. Étudier, comprendre
et approfondir les soins et culture, n’est plus un luxe.
La qualité des soins est d’abord culturelle et cela
implique qu’elle soit imprégnée de diversité à
rieur de l’hôpital, car elle a besoin de faire place à la
différence. C’est le détour de l’autre qui offre une
ouverture et un questionnement sur soigner en tant
qu’ontologie, les étudiants ont su le montrer.
RÉFÉRENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
Berthoud, G. 1992. Vers une anthropologie générale.
Modernité et altérité. Genève, Paris, Librairie Droz.
M.F. 1982. P ro m o u v o i r
vie. P ari s,
Escribano, 1997. Rencontre avec des jeunes
Travail non publié, Institut de Formation en Soins
Infirmiers,
à
Thonon-Les-Bains.
Gordon, S., Benner, P., Noddings, N. 1996.
Readings in Knowledge, Practice, Ethics, and Politics.
Philadelphia, University of Pennsylvania Press.
Leininger, M.
: Two Worlds to
Greyden Press.
N u r s i n g a n d
Columbus, Ohio,
(1970).
Nursing : Concepts,
Theories, and Practices. Columbus, Ohio, Greyden
Press.
1985. Qualitative Research Methods in Nursing.
«SOIGNER C’EST L’EXPÉRIENCE DE SE COMPRENDRE
SOI-MÊME PAR LE DÉTOUR DE L’AUTRE
Theory of Nursing. New York, National League for
Nursing Press.
1995.
Nursing Concepts, Theories,
Research Practices. New York,
Inc.
C h .
Phenomenological
1993. Four
Husserl, Heidegger, Sartre,
Ponty. New York, Routledge.
Merleau-Ponty, M. 1964.
Editions Gallimard.
Fribourg
et l’Esprit». Paris,
M. 1992.
Des ‘Mediologues’ de santé à
Université Lumière, Lyon.
R.M.
Watts, R. 1991. Caring and Nursing :
Explorations in Feminist Perspectives. New York,
National League for Nursing.
S.M. 993. Ordered to Care. The dilemma of
American nursing,
Cambridge, University
Press.
Roach, S. 1992. Response to : Being There : Who Do
Bring to Practice, in The
of Caring in
Nursing. Gaut, D. A., New York, National League for
Nursing Press.
Rohrbach, C. 1992. Un regard autre sur la vieillesse.
Lausanne, Editions Payot.
1996. Réflexion sur la diversité dans les soins. Revue
Soins Infirmiers, No. 7, p. 69-73.
Philosophical Reflections on Diversity and
Universalité. In press :
of Nursing Science.
Comment la culture donne des multiples significations à prendre soin. Travail présenté au Colloque P
R A Q S à Lisbonne, en octobre 1997, à paraître sous
Actes du Colloque.
Spector, R. 1996,
Stamford, Connecticut,
Diversity in Health
Lange.
Téléchargement
Explore flashcards