Telechargé par Kevin Mamy

Doc 23 Modeles de communication

publicité
Modèles de communication
François Guillemette, professeur titulaire,
Département des sciences de l’éducation
Céline Leblanc, conseillère pédagogique,
Bureau de pédagogie et de formation à distance
Katia Renaud, auxiliaire de recherche,
Département des sciences de l’éducation
2017
Enseignement Efficace-liens avec les théories de l’apprentissage de F. Guillemette, C. Leblanc & K. Renaud est mis à
disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage
dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Les modèles de la communication : du télégraphe à l’orchestre
Le modèle « télégraphique » de Shannon & Weaver
Shannon (ingénieur à la Bell) et Weaver (mathématicien, considéré comme le père de la cybernétique) ont, les
premiers, théorisé les phénomènes de communication, il y a plus de cinquante ans. Shannon avait travaillé sur la
transmission du signal électrique sur les lignes téléphoniques. Weaver s’appliqua à élargir cette théorie à la
communication humaine.
Le modèle « télégraphique » se focalise sur le circuit d’encodage et les mécanismes de transfert de
l’information. Il met l’accent sur les perturbations possibles (bruits). Malgré sa popularité, il comporte une illusion
fondamentale : il suffirait d’émettre correctement un message pour être compris d’un récepteur. Simple question
de codage bien ajusté et de minimisation des « bruits ».
Ce schéma, trop linéaire, suppose la passivité du récepteur, assimilé à une sorte de cible et l’information à
un projectile, dont on optimise la trajectoire
Le modèle « orchestral » et l’approche systémique
Une autre conception est née avec le courant de « la nouvelle communication». Elle est fondée sur l’idée que la
communication est un processus complexe dans lequel les individus sont plongés en permanence. « En
permanence » réflète le principe : « On ne peut pas ne pas communiquer ».
Pratiquement contemporaine de Shannon, l’École de Palo Alto, en Californie, réunit, autour de l’anthropologue
Gregory Bateson, des psychiatres comme Paul Watzlawick. Un modèle « orchestral» de la communication
interpersonnelle est issu de ce courant : nous participons tous à un «orchestre invisible», sans chef, dans lequel
chacun joue en s’accordant sur l’autre.
La partition collective que nous jouons dépend de la culture du groupe auquel nous appartenons, avec ses
normes, ses rituels, ses règles, qui nous rendent «prévisibles» pour autrui. Notre communication dans cet orchestre
passe par des canaux multiples : la voix, les regards, les gestes, les silences, l’apparence et les postures de notre
corps, l’utilisation que nous faisons de l’espace et notre relation au temps, etc. L’ensemble de ces signes nous aide
à construire, dans l’échange, un sens commun.
Quelques notes sur « Soutenir la communication » :
Poser des questions, demander des commentaires, valoriser les interventions des étudiants
Laisser du temps pour réfléchir seul avant de partager,
Laisser le temps de répondre,
Tolérer le silence,
Laisser la liberté à chacun
Comment passer d’un modèle télégraphique à l’autre?
-
Adopter la pédagogie active
-
Faire peu d’exposés et les faire toujours dans la troisième phase
-
Faire des exposés de maximum 15 minutes
-
Faire des exposés efficaces (nous allons le voir)
-
Prise de notes efficaces (fournir les notes pour la rétention, faire prendre des notes sur la
compréhension (modèle orchestral)
-
Ne jamais viser la rétention (ni dans l’exposé, ni dans l’alignement constructif)
-
Inclure des stratégies de participation active dans les exposés.
-
Adopter la « vraie » pédagogie inversée (Cycle de Kolb, enseignement explicite)
Téléchargement
Explore flashcards