Telechargé par YASSINE Bensafia

cours desmodonte

publicité
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
UNIVERSITE MENTOURI DE CONSTANTINE
FACULTE DE MEDECINE
DEPARTEMENT DE CHIRURGIE DENTAIRE
SERVICE DE PARODONTOLOGIE
Cours de 2ème année
LE DESMODONTE
: Présenté par
Dr I. LEBEZE
Dr M. NEZZAL
Année Universitaire 2007-2008
Le desmodonte
Sommaire
INTRODUCTION
DEFINITION .1°
RAPPEL SUR LA DESMODONTOGENESE .2°
ANATOMIE .3°
HISTOLOGIE .4°
Fibres .1.4°
 Fibres principales
 Fibres secondaires
 Plexus intermédiaire
Substance fondamentale .3.4°
Cellules .2.4°
VASCULARISATION .5°
INNERVATION .6°
PHYSIOLOGIE .7°
Rôle d’ancrage .1.7°
Rôle de l’amortissement des forces occlusales .2.7°
Rôle de l’organogénétique .3.7°
Rôle de la perception sensorielle .4.7°
Rôle de nutrition .5.7°
Rôle de défense .6.7°
Rôle de protection .7.7°
Rôle de résilience .8.7°
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
2
Le desmodonte
INTRODUCTION
La dent dans son alvéole n'est pas soudée, elle est séparée de ce dernier
d’un espace dit le desmodonte, appelé encore le ligament alvéolo-dentaire
(LAD) ou bien le ligament parodontal.
1°. DEFINITION
 Le parodonte est un ensemble des tissus qui entourent et
soutiennent la dent (cf. Figure 1).
Il comprend : la gencive, l'os alvéolaire, le cément et le desmodonte
(cf. Figure 2); donc le desmodonte fait partie intégrante du parodonte.
 Le desmodonte se définit comme une structure conjonctive molle
qui entoure la racine et qui, par l'intermédiaire des fibres de Sharpey,
attache la dent à son alvéole.
2°. RAPPEL SUR LA DESMODONTOGENESE
Au cour de l'édification radiculaire, les cellules mésenchymateuses de la
couche moyenne du sac folliculaire, se différencient en fibroblastes. Ces
fibroblastes élaborent du collagène sous forme des fibrilles, qui se
mettent en place au fur à mesure de la cémentogénèse et l’ostéogenèse.
Ces fibres de collagène se lient avec les fibres de Sharpey insérées dans
l'os alvéolaire d'une part et dans le cément d'une autre part. Ce complexe
de fibres forme le desmodonte (cf. Figure 3).
Les fibres desmodontales acquièrent leurs orientations fonctionnelles et
physiologiques après l'éruption de la dent et sa mise en occlusion.
3°. ANATOMIE
Le desmodonte se situe entre l'os alvéolaire et le cément ; sa largeur dans
les conditions physiologiques est de 0,15 à 0,38 mm (elle varie suivant
l’âge et la fonction). Il présente un rétrécissement au un tiers apical qui
lui donne une forme en sablier. C'est à ce niveau que se situe
l’hypomochlion (centre de rotation de la dent) (cf. Figure 4).
3
Le desmodonte
4°. HISTOLOGIE
Comme tous les tissus conjonctifs fibreux ; les principaux constituants du
desmodonte sont :
• Fibres,
• Cellules,
• Vaisseaux sanguins
• Nerfs
Le tout est enchâssé dans une substance fondamentale.
4°.1. Fibres (cf. Figure 5)
Elles sont les éléments majeurs du desmodonte, elles représentent 70 à
80% de son volume. Ces fibres sont :
 Fibres principales (cf. Figure 6 et 7)
Les fibres principales sont des fibres de collagène organisées en
trousseaux et disposées en fonction de leur situation et leur orientation en
cinq groupes.
a. Groupe trans-septal
Les fibres trans-septales s'étendent interproximalement au dessus du
rebord alvéolaire et sont incluses dans le cément et l'os alvéolaire.
Rôle : Lier les dents.
b. Groupe du rebord alvéolaire
Les fibres du rebord alvéolaire partent obliquement du cément situé juste
au dessous de l'attache épithéliale vers le rebord alvéolaire.
Rôles : Contrebalancer la poussée coronaire.
Résister aux mouvements latéraux des dents.
c. Groupe horizontal
Les fibres horizontales s’étendent du cément à l'os alvéolaire à angle droit
avec l’axe de la dent.
Rôles : Contrebalancer la poussée coronaire.
Résister aux mouvements latéraux des dents.
4
Le desmodonte
d. Groupe oblique
Les fibres obliques partent du cément dans une direction coronaire
oblique à l'os alvéolaire. Les 85% environ des fibres principales sont
orientées obliquement.
Rôle : Transformer le choc des forces masticatoires en tension
sur l'os alvéolaire.
e. Groupe apical
Les fibres apicales se répartissent en éventail du cément à l’os alvéolaire,
au fond de l'alvéole. On ne trouve pas ce groupe de fibres dans le cas où
les racines ne sont pas édifiées.
Rôle : Amortir les chocs de la force occlusale et les transformer
en tension sur l’os alvéolaire.
f. Groupe inter-radiculaire
Les fibres inter-radiculaires se trouvent sur les dents pluri-radiculées au
niveau de la zone inter-radiculaire.
 Fibres secondaires
Ces fibres ne sont pas en rapport ni avec le cément ni avec l’os alvéolaire;
elles sont des fines fibrilles collagènes lâches qui s’entrecroisent avec les
fibres principales et qui servent comme support aux nerfs et aux
vaisseaux sanguins du parodonte. On trouve aussi les fibres élastiques et
les fibres de réticuline.
 Plexus intermédiaire : On a suggéré que les fibres
desmodontales ne sont pas continues, elles sont formées de deux parties
qui se rassemblent à mi- chemin dans une zone située entre le cément et
l'os alvéolaire. Cette zone est appelée plexus intermédiaire (cf. Figure 8).
4°.2. Cellules (cf. Figure 9)
Le LAD contient plusieurs types de populations cellulaires : des
fibroblastes (65%), des cellules osseuses, des cellules cémentaires, des
restes épithéliaux de Malassez, des cellules mésenchymateuses
indifférenciées pluri potentielles et des cellules de défense
(polynucléaires, macrophages….).
5
Le desmodonte
4°.3. Substance fondamentale
Le volume de la substance fondamentale est particulièrement important
au niveau du LAD. C'est un gel polysacharidique qui présente un état
colloïde et visqueux. Les principaux constituants sont : protéoglycanes,
les glycoprotéines et l'acide hyaluronique.
Rôles : Amortir les forces de pression (grâce à la viscosité)
Protéger les cellules.
5°. VASCULARISATION
Elle est assurée par :
 Les vaisseaux sanguins (cf. Figure 10)
L'irrigation sanguine provient de l'artère dentaire inférieur ou supérieur, et
elle atteint le ligament parodontal à partir de trois sources : les vaisseaux
apicaux, les vaisseaux perforants de l'os alvéolaire et les vaisseaux
anastomosés de la gencive
Le drainage veineux du ligament parodontal accompagne l'irrigation
artérielle.
 Le système lymphatique (cf. Figure 11)
La lymphe des tissus parodontaux est drainée vers les ganglions : sous
maxillaires, sous mentaux et cervicaux.
6°. INNERVATION
Elle est assurée par le nerf trijumeau grâce au nerf dentaire inférieur et
supérieur. L'irrigation du desmodonte fournit une sensibilité douloureuse
et tactile qui est très développée ; en plus le desmodonte contient des
récepteurs sensoriels (cf. Figure 12) (propriocepteurs) qui donnent des
informations concernant les mouvements et la position des dents
(sensibilité proprioceptive).
6
Le desmodonte
7°. PHYSIOLOGIE
Le desmodonte joue plusieurs rôles :
7°.1. Rôle d'ancrage
Le desmodonte permet l'attachement de la dent à son alvéole par ses
fibres.
7°.2. Rôle de l’amortissement des forces occlusales
Par l'intermédiaire de ses fibres, surtout les fibres obliques qui
absorbent les forces occlusales et les transmettent en tension à l’os
alvéolaire (cf. Figure 13).
7°.3. Rôle de l’organogénétique
Les cellules du desmodonte interviennent dans la réparation tissulaire car
elles sont capables de se transformer en : fibroblastes (synthétisent les
fibres de collagène) ; en cémentocytes (produisent du cément) et en
ostéocytes (produisent de l'os alvéolaire). (cf. Figure 14).
7°.4. Rôle de la perception sensorielle
La sensibilité proprioceptive et tactile permet de détecter et de
localiser les forces externes qui agissent sur chaque dent.
Exemple : Les réflexes d'ouverture se produisent dès que se manifeste
une pression occlusale importante (cf. Figure 15).
7°.5. Rôle de nutrition
Le réseau vasculaire et lymphatique apporte les nutriments et élimine les
métabolismes des tissus parodontaux.
7°.6. Rôle de défense
Ce rôle est assuré par les cellules de défense.
7
Le desmodonte
7°.7. Rôle de protection
Le desmodonte constitue une enveloppe molle afin de protéger les
vaisseaux sanguins et les nerfs de blessures qui pourraient être
provoquées par les forces occlusales.
7°.8. Rôle de résilience
Ce qui oblige la dent de venir à sa place lorsque les forces occlusale ont
disparu, ce système est lié aux vaisseaux sanguins, au complexe de fibres
de collagène et à la substance fondamentale du desmodonte.
CONCLUSION
Le desmodonte possède une activité métabolique intense et son potentiel
réparateur est plus élevé qu'aucun autre tissu du parodonte. Les cellules
desmodontales interviennent dans la formation des tissus parodontaux,
donc elles participent dans la cicatrisation des lésions parodontales.
8
Le desmodonte
Para = autour
odonte
parodonte
« Figure .1 : Signification du terme « parodonte
gencive
Cément
Desmodonte
Os alvéolaire
desmodonte
Ensemble
de ces tissus = parodonte
Figure. 2 : Les constituants du parodonte
9
Le desmodonte
Os alvéolaire
(ostéogenèse
)
Sac folliculaire
(trois couches)
Couche moyenne
Cellules
mésenchymateuses
fibroblastes
Os alvéolaire
(ostéogénèse)
Fibrilles de
collagène
Cément
(cémentogénèse)
Fibres de
Sharpey
Fibres de
collagène
desmodonte
.Figure .3 : Schéma de la desmodontogénèse
10
Le desmodonte
O
D
H
.Figure. 4 : Une image radiographique du desmodonte
CEJ : jonction émail- cément
O : Os alvéolaire
D : desmodonte
R : Racine,
H : Hypomochlion (centre de rotation de la dent)
11
Le desmodonte
Os alvéolaire
cément
Fibres
desmodontales
Figure . 5 : Coupe du desmodonte en ME montrant les fibres
desmodontales
Os alvéolaire
cément
groupes de
fibres principales
Figure. 6 : Desmodonte en microscope optique.
12
Le desmodonte
C
a
ec
b a
b
a
a
c
a
ir
ir
a
d
e
Figure .7: Schéma montrant les cinq groupes de fibres principales du
.desmodonte
a : groupe trans-septal
b : groupe du rebord alvéolaire
C : groupe horizontal
d : groupe oblique
e : groupe apical
ir : groupe inter-radiculaire
13
Le desmodonte
Fibres des Sharpey
cément
Fibres de collagène
Os
alvéolaire
Plexus intermédiaire
Figure .8 : Schéma montrant le plexus intermédiaire .
14
Le desmodonte
débris de Malassez
cémentoblastes
fibroblastes
Figure .9 : Les différentes populations cellulaires du
desmodonte
15
Le desmodonte
Figure .10 : Schéma d'une coupe longitudinale verticale de la dent
.montrant la vascularisation du desmodonte
artère alvéolaire inférieure : 1
artériole dentaire : 2
branche pulpaire : 3
artériole desmodontale : 4
artériole intermédiaire : 5
branche perforante : 6
Ganglions
cervicaux
Ganglions
sous-maxillaires
Ganglions
sous mentaux
.Figure .11 : Le drainage lymphatique
16
Le desmodonte
Les récepteurs
Proprioceptifs
Figure .12 : Le desmodonte est doté d'une riche innervation
17
Le desmodonte
Figure .13 : Amortissement des forces occlusales par les fibres
.desmodontales
.T : zone de tension, les fibres desmodontales sont comprimées
.P : zone de pression, les fibres desmodontales sont tendues
.(R : hypomochlion (centre de rotation de la dent
18
Le desmodonte
Cellules mésenchymateuses
se différencient en
Cellules
osseuses
Cellules
osseuses
Cellules
cémentaires
Fibroblastes
se
Os alvéolaire
Fibres de
collagène
Cément
Réparation tissulaire
.Figure .14 : Schéma montrant le pouvoir réparateur du desmodonte
19
Le desmodonte
Centre nerveux
ordre
informations
Force occlusale
importante
sum
Réflexe d'ouverture
buccale
Protéger les dents du
traumatisme
occlusal
dent
grâce aux
Récepteurs
proprioceptifs
du desmodonte
.Figure. 15 : Schéma montrant la fonction proprioceptive du desmodonte
20
Le desmodonte
BIBLIOGRAPHIE
[1]. BERCY P : Le parodonte sain et ses modifications histopathologiques, dans :
BERCY P. TENENBAUM H : La parodontologie du diagnostic à la pratique. Edition
De Boeck université, Bruxelles ; 2000 : 13-21.
[2]. BORGHETTI A; MONNET-CORTI V : La chirurgie plastique parodontale.
Edition CDP, Paris ; 2000 : 29-33.
[3]. CHARON J ; MOUTON C : La parodontie médicale. Edition CDP, Paris ; 2004 :
29- 41.
[4]. FONZI I; GARBEROGOLIO R ; ZEOSI C : Anatomie microscopique de la dent
et du parodonte. Edition Piccino, Italie ; 1994 : 25-27.
[5]. FOUREL J; FALABREGUES R : La parodontologie pratique. Edition Julien
Prélat, Paris ; 1978 : 25-27.
[6]. FOUREL J; MICHEAL J; BENHAIM L; MAJANADIE N; BONFIL J-J;
FALABERGUES R; HARTMANN F : Les dix questions de parodontologie. Edition
Julien Prélat, Paris ; 1972 : 85-94.
[7]. GLICKMAN I : La parodontologie clinique. Edition Julien Prélat, Paris ; 1974 :
42-56.
[8]. LINDHE J : Manuel de parodontologie clinique. Edition CDP, Paris ; 1988 :1-45.
[9]. PAWLAK EA; HOAG PH.M : Manuel de parodontologie. Edition Masson,
Paris ; 1988 :1-16.
[10]. RAMFJORD SH; ASH MM jr : Parodontologie et parodontie, aspects
théoriques et pratiques. Edition Masson, Paris ; 1993 : 14-16.

21
Téléchargement
Explore flashcards