Telechargé par El mahdi El bouchtili

Contrôle de l’aerobiocontamination en oncologie pédiatrique au CHU Mohammed VI d’oujda

publicité
Contrôle de l’aerobiocontamination en oncologie pédiatrique au
CHU Mohammed VI d’oujda
E ELBOUCHTILI1,2, I ELMAZGUELDI1,2 , B MOUHOUB1,2, F AZIZ1,2, M BENSALAH1,2 ,A MALEB1,2
1 : SERVICE DE MICROBIOLOGIE, CHU MOHAMMED VI D’OUJDA
2 : FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE OUJDA, UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER
Introduction :
La lutte contre les infections nosocomiales est une priorité de santé publique. Malgré que son rôle dans
la survenue de ces infections soit encore mal étudié, la maîtrise de la biocontamination aéroporté reste
indispensable, afin de protéger les patients surtout ceux fragiles.
A travers cette étude, nous allons présenter les résultats d’un contrôle de l’air, réalisè dans le cadre
d’une surveillance préventif du service d’oncologie pédiatrique par le laboratoire de microbiologie, afin
de vérifier l’efficacité de la maitrise environnementale et repérer d’éventuels dysfonctionnements.
Résultats:



Nos prélèvements étaient réalisés dans 3 chambres, par impaction directe sur une gélose à
l’aide d’un biocollecteur «Microflow-90a»
Nos résultats, étaient comme suite :
- Les concentrations moyennes enbactéries étaient de775 UFC/m3 dans la 1er chambre,
125 UFC/m3 dans la 2e et 282 UFC/m3 dans la 3e.
- L’aérobiocontaminations fongiques était de 2à3 UFC/m3.
L’identificationde germes n’a pas été faite vue la grande variabilité de la flore polymorphe et
sa supériorité aux seuils recommandés ;
Discussion :
De nombreuses études ont démontrée rôle non négligeable de la voie aéroportée dans l’infection
nosocomiale. Ainsi que l’élévation significative du risque infectieux des enfants de l’oncologie par
rapport à l’ensemble des disciplines de pédiatrie. De ce fait et selon la norme ISO14698-1, les salles
d’isolements des patients d’oncohématologie appartiennent à une zone à haut risque de
biocontamination (Zone4), la classe microbiologique de propreté appropriée à cette zone est la (classe
M1), qui définit le nombre maximal de colonies acceptable à≤1(UFC/m3).
Conclusion :
En tenant compte de ces résultats, une réaction immédiate avec la prise des mesures préventives
doivent être déclenchées afin de limiter la survenue d’infections : notamment la mise en place d’un
isolement protecteur, l’application de protocoles de bionettoyage validés, l’éviction des aliments à
risque de contamination fongique et la nécessité d’informations aux visiteurs.
Téléchargement
Explore flashcards