Telechargé par zeinebs97

QE fracture osseuse

publicité
1- Connaitre les règles de la technique de l’examen radiologique pour détecter une
fracture :
• Nécessité de prendre la totalité de l’os atteint avec l’articulation sus et sous-jacente :
- La lésion peut être bifocale,
- Un trait de refend épiphysaire ou articulaire peut être méconnu
- Et enfin pour apprécier l’orientation et le déplacement des fragments osseux
• Nécessité de prendre au minimum 2 incidences orthogonales (face et profil) :
- La solution de continuité peut ne pas être visible sur l’une d’elles si le rayon ne
passe pas par le trait de fracture.
- Un déplacement peut passer complètement inaperçu sur une seule incidence.
• L’examen radiologique du segment osseux controlatéral à titre comparatif peut être utile
notamment chez les enfants.
• En cas de suspicion clinique de fracture, et devant un examen radiologique négatif, il peut
être utile de le faire 10 à 15 jours plus tard.
2- Reconnaitre une fracture sur les radiographies standards :
Une fracture simple est définie par la présence de deux fragments osseux.
Une fracture complexe est définie par la présence d’au moins 3 fragments osseux.
3- Classer la fracture
- FRACTURES SIMPLES :
a.
TRAIT DE FRACTURE :
Complet/ incomplet
Direction : trait transversal / oblique/ spiroïde
Surface lisse/ irrégulière en dents de scie
b. Déplacement :
Par translation
Par chevauchement
Par angulation
Par rotation
- FRACTURES COMPLEXES :
a. Fractures à 3ème fragment
b. Fractures bifocales
c. Fractures communitives
d. Fractures étagées
4- Connaitre l’évolution normale d’une fracture
1 ère phase : phase inflammatoire, dans les jours qui suivent le traumatisme apparaît des
signes de résorptions osseuses au niveau du foyer :
• Elargissement du trait
• Disparition par ostéolyse de certaines aspérités du trait
• Déminéralisation des fragments débordant parfois largement sur la diaphyse.
2 ème phase : cal mou.
3 ème phase : cal dur.
4 ème phase : cal remodelé.
5- Citer les différentes évolutions pathologiques d’une fracture
1. Retard de consolidation et pseudarthrose :
La pseudarthrose atrophique ou lâche avec un cal quasi inexistant et un diastasis inter
fragmentaire majeur : éloignement des 2 segments osseux de part et d’autre de la
fracture.
La pseudarthrose hypertrophique avec un cal « en patte d’éléphant », des fragments
osseux qui présentent un aspect lisse et arrondi, un élargissement du trait de fracture qui
présente un aspect net et bien tracé et une oblitération du canal médullaire
2. Cal vicieux
3. Infection
6- Distinguer les différents types de fractures chez l’enfant
1- Leur caractère souvent incomplet:
a. L’incurvation traumatique = Fracture plastique : exagération de la concavité de
l'os par de multiples microfractures, sans trait visible. L’os adjacent est le siège d’une fracture
complète.
b. La fracture en bois vert : rupture corticale partielle avec persistance d'une
continuité cortico-périostée dans la concavité de l'incurvation
c. La fracture impaction limitée (en motte de beurre) : un tassement vertical de la
diaphyse, au voisinage de la métaphyse, avec trait transversal peu ou pas visible. La corticale
rompue bombe de chaque côté dans les formes les plus évidentes.
d. La fracture en cheveu : une fracture spiroïde incomplète, avec trait fin, sans
déplacement.
2- La possibilité de remodelage complet de l'os après guérison.
3- La possibilité de fracture métaphyso-épiphysaire.
Ces fractures ont donné lieu à des classifications dont la plus courante est la classification de
SALTER et HARRIS
Type 1 : séparation épiphysaire
Type 2 : type 1 + fracture métaphysaire
Type 3 : type 1 + fracture épiphysaire
Type 4 : type 1 + type 2 + type 3
Type 5 : fracture comminutive de l'épiphyse et de la métaphyse
7- Préciser l’apport des radiographies standard, la TDM et l’IRM dans les
traumatismes rachidiens :
- TOMODENSITOMETRIE
Elle est utile au bilan des fractures intéressant des structures anatomiques complexes
(fractures du rachis, du cotyle, du calcanéum…) pour lesquelles le ou les trait (s) de fracture,
les fragments osseux, les déplacements sont faciles à analyser sur les coupes axiales mais
surtout sur les reconstructions multi planaires. Elle permet également de mettre en évidence
un éventuel fragment osseux intra articulaire dans les fractures épiphysaires. La TDM
intervient également à distance du traumatisme dans le bilan de certaines complications :
pseudarthrose, ostéïte (où elle peut être couplée à une fistulographie : fistulo-scanner) ;
ankylose articulaire…
- IRM
Contusions osseuses, ostéochondrales et des fractures de stress (ou de fatigue).
Une algodystrophie, une ostéonécrose.
Lésions associées du cartilage, des bourrelets, des ligaments ou des tendons.
Les traumatismes du rachis dans lesquels on suspecte une atteinte de la moelle épinière
(contusion, section), ou péri médullaire (hématome, fragment discal)
Téléchargement
Random flashcards
Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

Algorithme

3 Cartes trockeur29

Créer des cartes mémoire