Telechargé par khabbabi mokhtar

Chapitre1 L entreprise et la culture d’entreprise

publicité
Cours : culture d’entreprise
Plan du cours
Chapitre 1 : L’entreprise et la culture d’entreprise
Chapitre 2 : Le management
Chapitre 3 : Leadership et profil d’entrepreneur
Chapitre 4 : Création d’entreprise
0
Cours : culture d’entreprise
Introduction
Vues de l’extérieur, toutes les entreprises se ressemblent : des ateliers, des entrepôts,
des bureaux, des mouvements incessants d’hommes et de marchandises. Pourtant un examen
approfondi montre qu’aucune entreprise n’est comparable à une autre.
Chacune a sa personnalité, possède une identité et une image propres. Rechercher la
spécificité d’une entreprise conduit à analyser sa culture
D’autre part, l’entreprise est naturellement un lieu de conflits car des individus, des
groupes aux aspirations différentes, aux intérêts divergents doivent travailler ensemble. Ces
conflits se résolvent par la négociation, voire la confrontation mais aussi par l’organisation,
notamment au travers d’une planification stricte du travail. C’est la culture d’entreprise qui
crée la cohésion entre ses membres et la convergence vers des objectifs communs.
Les analyses en termes de culture d’entreprise sont relativement récentes, puisqu’elles
ne sont apparues qu’à partir des années 80.
Le concept de culture d’entreprise, corporate culture, s’est notamment développé aux EtatsUnis pour assurer la cohérence du fonctionnement de l’entreprise et pour gérer les
changements organisationnels.
Le système de prévision et de planification ne permet plus d’assurer une cohérence
satisfaisante de l’entreprise quand :
- L’environnement est de plus en plus marqué par la complexité et surtout l’incertitude
qui exige de la flexibilité ;
- La qualité devient prépondérante sur la quantité (nécessité d’intégrer le contrôle de
chaque poste de travail et non pas de le rejeter en fin de processus).
La cohérence des actions doit alors être assurée par une vision commune de l’avenir
partagée par tous les acteurs de l’organisation. La culture d’entreprise forme cette vision
commune qui assure la pertinence des initiatives prises par chacun des acteurs face à
l’environnement.
1
Cours : culture d’entreprise
Chapitre1 : L’entreprise et la culture d’entreprise
Section 1 : L’entreprise
I.
Définition
Il est difficile d’enfermer dans une définition unique le sens d’un mot comme
entreprise qui s’applique aussi bien à un complexe industriel, qu’à un cabinet de conseil ou
bien encore à un petit commerçant.
En économie, l’entreprise est traditionnellement définie comme étant « une
organisation économique, de forme juridique déterminée, réunissant des moyens humains,
matériels, immatériels et financiers, pour produire des biens ou des services destinés a être
vendus sur un marché pour réaliser un profit ».
En droit, l’entreprise est définie comme « la réunion des moyens matériels et humains
coordonnés et organisés en vue de la réalisation d’un objectif économique déterminé ».
Donc, l’entreprise est une unité économique et juridique qui a pour principale
fonction la production de biens et services destinés à être vendus sur un marché.
L’activité d’une entreprise peut être décomposée en deux phases distinctes :
- l’activité productive, c’est à dire la création de biens ou services.
- l’activité de répartition des richesses en contrepartie des biens ou services.
On peut donc en déduire les caractères suivants :
L’entreprise est une organisation : formation stable, durable, structurée en vue de
réaliser une suite d'opérations.
On ne crée pas une entreprise pour effectuer un acte isolé.
L’entreprise est financièrement autonome : Elle organise son financement de départ
et sa vie financière.
L'autonomie peut être relative (subventions,…)
L’entreprise travaille pour le marché : une clientèle à trouver et à satisfaire
L’entreprise produit des biens et des services : biens de consommation, de
production, … et des services : banques, assurances, transport, tourisme, spectacle, …
2
Cours : culture d’entreprise
1. Les différents types de finalités
 Les finalités économiques
Sont au nombre de trois:
- produire et distribuer des biens et services aux entreprises ou aux consommateurs ;
- assurer la survie de l’entreprise et sa croissance.
- réaliser un profit.
 Les finalités humaines
Elles concernent aussi bien les ambitions des dirigeants (prestige par exemple) que
l’épanouissement du personnel : bonnes conditions de travail, bien-être des salariés,
participation au pouvoir de gestion, etc.…
 Les finalités sociales
Elles peuvent coexister avec les autres finalités dans la plupart des entreprises, mais pour
certaines, elles constituent des finalités primordiales: le service public ou l’indépendance
nationale sont des finalités principales des entreprises publiques.
2. la distinction entre entreprise et société

Une société peut se définir comme un acte juridique par lequel deux ou plusieurs
personnes conviennent par un contrat d'affecter à une entreprise commune des biens
(sommes d'argent, voitures, immeubles) ou leur industrie (compétences...) en vue de
partager le bénéfice ou de profiter de l'économie qui pourra en résulter.
La notion de société désigne également la personne morale créée par le contrat de
société.

Contrairement à la société, l'entreprise ne fait pas l'objet d'une réelle définition légale.
C'est une notion avant tout économique et sociale.
En matière économique, elle peut se définir comme une unité organisée reposant sur la
mise en œuvre de moyens humains et matériels de production ou de distribution
La différence entre une société et une entreprise intervient essentiellement au niveau
du statut. Une société est une personne morale, tandis que les entreprises constituent
généralement
les
petits
artisans,
les
commerçants...
Une société comporte un minimum de deux personnes. Une entreprise peut-être individuelle.
3
Cours : culture d’entreprise
II.
Classification des entreprises
Il existe plusieurs façons de classifier une entreprise. Parmi lesquelles, on cite :
- la classification selon la nature économique ;
- la classification selon la taille ;
- la classification juridique.
1. La classification selon la nature économique
Cette classification peut se faire selon trois aspects :
- classification par secteur.
- classification par type d’opérations accomplies.
- classification selon la branche d’activité.
a. La classification par secteur
Le type de secteur
Caractéristiques
Le secteur primaire
regroupe toutes les entreprises utilisant à titre
principal le facteur naturel. Il englobe l’agriculture, la
pêche, etc…
Le secteur secondaire
réunit toutes les entreprises ayant comme activité la
transformation de matières premières en produits finis
et englobe donc toutes les industries.
Le secteur tertiaire
rassemble toutes les entreprises prestataires de
services. Sa composition est très hétérogène car il
regroupe tout ce qui n’appartient pas aux deux autres
secteurs, à savoir : les activités de distribution, de
transport,
de
loisir,
de
crédit,
d’assurance,
hôtellerie,…..
b. La classification selon le type d’opérations accomplies
Les opérations effectuées dans une entreprise peuvent être classées en 5 catégories :
4
Cours : culture d’entreprise

Les entreprises agricoles : ce sont des opérations dans lesquelles le facteur
naturel est prédominant.

Les entreprises industrielles : effectuent des opérations de transformation de la
matière première en produits finis.

Les entreprises commerciales : réalisent les opérations de distribution des
biens et assurent la fonction de grossiste (c’est-à-dire l’achat en grande quantité directement
chez le fabricant et la vente en grande quantité au revendeur) ou de semi-grossistes (stade
intermédiaire entre le grossiste et le détaillant) ou de détaillants qui vendent directement au
consommateur.

Les entreprises de prestations de service : fournissent deux types de services :
- service de production vendue à d’autres entreprises : société d’étude, agences de
publicité…
-service de consommation : entreprises rendant des services aux consommateurs
(transport, restaurants, locations…)

Les entreprises financières : réalisent des opérations financières à savoir : la
création, la collecte, la transformation et la distribution des ressources monétaires et des
ressources d’épargne. Elles sont constituées par les banques.
c. La classification selon la branche d’activité :
À la différence du secteur, qui rassemble des activités variées, la branche ne regroupe que les
entreprises fabriquant, à titre principal, la même catégorie de biens, entreprises de l’industrie
pharmaceutique…
Les entreprises d’une même branche ont pour points communs :
- l’usage d’une même technique ;
- l’utilisation des mêmes matières premières ;
- des intérêts communs dans certains domaines : ce qui leur permet de regrouper certaines de
leurs activités et de créer des services communs, notamment de recherche, d’achat ou de
vente, filiales communes.
5
Cours : culture d’entreprise
2. La classification selon la taille
Les entreprises ont des tailles différentes. Selon sa dimension, l’entreprise va du
simple atelier jusqu’à la grande entreprise.
a. Effectif du personnel employé : selon ce critère, on distingue :
Classe
Effectifs
Très petites entreprise
Inferieur à 10
Petite entreprise
De 10 à 49 salariés
Moyenne entreprise
De 50 à 199 salariés
Grande entreprise
Supérieur ou égal à 200
b. Selon le chiffre d’affaires
Le chiffre d’affaire permet d’avoir une idée sur le volume des transactions de
l’entreprise avec ses clients. L’importance d’une entreprise peut se définir par le volume de
ses transactions. Ce critère est important car il est utilisé pour apprécier l’évolution des
entreprises et pour les classer par ordre d’importance selon leur chiffre d’affaires.
3. La classification juridique
Cette classification permet de distinguer entre :
-Les entreprises du secteur public
-Les entreprises privées
-Les entreprises de l’économie sociale et solidaire.
 Les entreprises du secteur public
On parlera d’entreprise publiques, d’entreprises semi publiques et d’établissement s
publics.
- Les entreprises publiques : ce sont des entreprises qui appartiennent en totalité à
lµl’Etat ; ce dernier détient l’intégralité du capital, le pouvoir de gestion et de décision.
- Les entreprises semi-publiques : ce sont des entreprises contrôlées par les pouvoirs
publics : choix des investissements, niveau des prix, politique de l’emploi…etc, mais où des
personnes privées participent au financement et/ou à la gestion.
6
Cours : culture d’entreprise
-L établissement public : est une personne morale de droit public, disposant d'une
certaine autonomie administrative et financière afin de remplir une mission d'intérêt général,
précisément définie.
Les domaines d'intervention des établissements publics sont variés mais la plupart
remplissent une mission de nature économique ou sociale. Il peut s'agir du domaine de
la santé de l'enseignement (universités, lycées), le transport, la communication, l’énergie.
 Les entreprises privées
On distingue
-L’entreprise individuelle : qui appartient en totalité à une seule personne qui assure la gestion
et la direction.
-les entreprises sociétaires :
La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent de
mettre en commun leurs biens ou leur travail ou les deux à la fois en vue de partager le
bénéfice qui pourra en résulter (SARL. Société de personne, société de capital).
 Les entreprises de l'économie sociale et solidaire
L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble les entreprises qui cherchent à
concilier activité économique et utilité sociale, donnant la primauté aux personnes sur la
recherche de profits.
En effet, le concept de (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme
de coopératives, mutuelles, associations, dont le fonctionnement interne et les activités sont
fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale.
III. L’environnement de l’entreprise
C’est l’ensemble des facteurs extérieurs à l’entreprise et qui ont une influence sur elle.
On distingue :
- Le macro-environnement : environnement général de l’entreprise qui intègre les aspects
sociologiques, économiques, juridiques, techniques … tant nationaux qu’internationaux.
- Le micro-environnement : environnement spécifique de l’entreprise constitué de ses clients,
de ses fournisseurs, de ses sous-traitants, de ses concurrents…
7
Cours : culture d’entreprise
1. Le macro-environnement de l’entreprise
Il existe de nombreux facteurs clés de cet environnement qui ont des conséquences
pour l’entreprise. Celle-ci doit les connaître pour agir efficacement. Par exemple, une
entreprise qui décide de lancer un nouveau produit doit savoir que la demande future est
fonction de multiples facteurs.
Démographiques Culturels
Juridiques
Economiques
Technologiques
Structure par âge,
État et évolution
Règlement,
Croissance
État et évolution
natalité, mortalité,
des valeurs et
interdiction,
économique,
des connaissances,
projection future de des croyances,
conditions de
évolution des
nouveaux produits,
la pyramide des
niveau
garantie,
prix, politique
diffusion
âges…
d’éducation…
conditions de
économiques de
internationale de
vente,….
l’Etat (impôt,
l’innovation.
taux
d’intérêt…)
2. Le micro-environnement de l’entreprise
Le micro-environnement de l’entreprise est constitué par ses partenaires sur le marché.
Les clients
Les fournisseurs
Les concurrents
- Identifier les besoins
- Déterminer leur nombre
-Déterminer les concurrents
- Déterminer leur
- Evaluer leur taille et leur
directs (biens similaires) et les
nombre
pouvoir
concurrents indirects (biens de
- Evaluer leurs forces
-Apprécier les fournisseurs
substitution)
et leur pouvoir
qui
- Envisager les
monopole…
pouvoir
évolutions
- Envisager les évolutions
-Envisager les évolutions en terme
disposent
d’un -Apprécier leur force et leur
de rapport de force
8
Cours : culture d’entreprise
IV. Les fonctions de l’entreprise
On peut classer les activités nécessaires à la vie de l'entreprise en quatre grandes
catégories.
 Les fonctions de direction : regroupent les activités dont le rôle est de gouverner
l'entreprise. Elles peuvent êtres analysés suivant six composantes : s'informer, décider,
faire
comprendre,
faire
pouvoir,
faire
vouloir.
Les fonctions de direction ont essentiellement pour rôle de fixer des buts à atteindre et
des modalités d'action.
 Les fonctions de production : concernent les activités dont le rôle est de créer les
produits (ou les services) que l'entreprise a choisi de mettre sur le marché. Il s'agit
entre autres des fonctions de fabrication et de contrôle de qualité.
 Les fonctions logistiques : correspondent aux activités dont le rôle est de mettre à la
disposition de l'entreprise tous les moyens qui leur sont nécessaires. Ces fonctions se
décomposent principalement en fonction d'approvisionnement, fonction d'équipement,
fonction de maintenance (souvent appelée entretien), fonction de gestion du personnel,
fonction financière, fonction de recherche
et de développement, fonction
d'administration générale.
 Les fonctions de distribution : comprennent les activités dont le rôle est de mettre à la
disposition des clients, les biens ou les services produits par l'entreprise. Il s'agit
notamment des fonctions d'études commerciales, de vente, de publicité ( marketing).
Dans ce qui suit on va s’intéresser à deux fonctions principales de l’entreprise.
1. L’entreprise en tant qu’unité de production
Par l’opération de production, l’entreprise transforme des flux d’entrée (Inputs) en flux
de sortie (outputs).
Les inputs peuvent être classés en trois catégories :
- Le travail fourni par le personnel de l’entreprise
- Le capital technique : bâtiments, matériels ……..etc.
9
Cours : culture d’entreprise
- Les consommations intermédiaires c’est à les matières premières, les produits semifinis, énergie…..ou les services (publicité, transport, …etc.) incorporés au processus de
production.
Inputs
Outputs
(Facteurs de production)
Machines
Matières première
Energie
Travail
Capital
L’entreprise comme agent
de production ou unité
de transformation
Le
marché
biens et
services
b. L’entreprise en tant qu’unité de répartition de la richesse
La contrepartie de l’activité de production de l’entreprise se traduit par la vente.Le
produit de cette vente doit permettre à l’entreprise de :
- rémunérer les facteurs de production ;
- payer ses charges sociales et fiscales ;
- réaliser un surplus destiné à assurer son avenir.
Une fois les richesses sont créées, l’entreprise distribue les rémunérations aux agents
qui ont participé à la réalisation de la production. Ainsi :
- les employés perçoivent des salaires ;
- l’Etat, les organismes sociaux (CNSS, CIMR, CMR) reçoivent les impôts (IGR,
IS) et les cotisations sociales ;
- les prêteurs reçoivent des intérêts ;
- les apporteurs de capitaux reçoivent les dividendes ;
- l’entreprise garde pour elle les revenus non distribués.
Valeur ajoutée
Personnels
Administration
Salaire
Etat : impôt et taxe
Organismes sociaux :
cotisation
Apporteur de
capitaux
Associés : dividendes
10
Banques : intérêts
Entreprise
Profit
Cours : culture d’entreprise
Section 2 : Culture d’entreprise
I.
Définition
Le terme « culture » n’admet pas une définition unanimement acceptée. Plusieurs
définitions sont proposées :

Un modèle que le groupe a inventé, découvert ou développé en
apprenant à faire face à ses problèmes d’adaptation externe ou d’intégration interne
[SCHEIN 1981]

Un modèle transmis historiquement, de significations personnifiées par
les symboles, un système de conceptions héritées s’exprimant dans des formes
symboliques au moyen duquel les hommes communiquent et développent leurs
connaissances à propos des attitudes face à la vie [GEERTZ 1973]

Un système de règles informelles qui édicte la façon de se comporter la
plupart du temps [DEAL & KENNEDY 1982]
La culture crée du sens pour tous ceux qui y adhèrent.
La culture d’entreprise est un ensemble complexe, qui permet à chaque individu de
s’identifier à son organisation.
1. Différence entre culture et projet d'entreprise
-Le projet d’entreprise est un document qui traduit de façon dynamique les volontés
de l’unité pour les périodes à venir.
Très souvent le projet d’entreprise se présentent concrètement sous la forme du
triptyque « ce que nous sommes » (c’est-à-dire l’affirmation des traits caractéristiques de
l’identités de l’entreprise), « ce que nous voulons faire » (c’est à dire, l’indication des grands
objectifs que l’organisation veut poursuivre au cours des années à venir) et enfin « ce que
nous allons faire » (la liste des moyens que l’entreprise entend utiliser pour atteindre ses
objectifs).
- La culture d'entreprise est son identité collective et la manière dont elle se traduit
dans ses actions.
11
Cours : culture d’entreprise
-Le projet d'entreprise, ce sont les objectifs qu'elle se fixe en fonction de sa culture. Il
s'agit d'un engagement moral envers ses publics, que les membres de l'entreprise doivent
appliquer.
- La culture reflète le passé de l'entreprise, elle s'impose à tous les membres de
l'entreprise qui sont obligés de s'y conformer.
-Le projet est une dynamique volontariste, il peut être décidé par une négociation ou
un consensus interne, ou encore décidé par la direction de l'entreprise en fonction de ses
publics, il joue sur l'avenir de l'entreprise.
2.
Image et culture d’entreprise : différence et lien
-L'image de l'entreprise est la manière dont ses publics la perçoivent. On peut
distinguer trois types de publics dans la communication des entreprises : Les consommateurs
(opinion publique, médias), les investisseurs, les salariés.
-La culture d'entreprise est la composante interne de l'entreprise, l'image que
l'entreprise se projette à elle-même. Les publics extérieurs n'en perçoivent que les reflets.
On peut dire que l'identité collective de l'entreprise est vécue en interne en tant que
culture, et se projette à l'extérieur entant qu'image.
II.
Les fonctions de la culture d’entreprise
La culture d’entreprise permet de :
-Concilier les parties prenantes
-Améliorer l’adaptation à l’environnement
-Impliquer pour motiver les salariés
-Augmenter la compétitivité et la performance des entreprises.
1. Concilier les parties prenantes
L’entreprise met en présence des parties prenantes (salariés, syndicats, direction,
actionnaires…) qui, malgré leur attachement à la même organisation, ont des objectifs
12
Cours : culture d’entreprise
divergents. L’entreprise apparaît, paradoxalement, comme un lieu de conflits où le consensus
est indispensable.
Par conséquent, la culture d’entreprise permet cette réconciliation entre les différentes
parties prenantes autour d’un projet commun.
En outre, assurer la cohérence du groupe en améliorant notamment la communication
(s’intéresser au partage des valeurs communes au lieu d’insister sur les divergences d’intérêts)
2. Améliorer l’adaptation à l’environnement
La culture d’entreprise améliore l’adaptation à l’environnement pour assurer la survie
du groupe, notamment en constituant un groupe plus soudé et en réagissant plus vite aux
changement grâce à une vision commune de l’avenir.
3. Impliquer pour motiver les salariés
Lorsque tous les membres de l’entreprise adoptent des valeurs communes, ils
s’identifient à leur entreprise. Cela permet une meilleure motivation dans la mesure où les
salariés intègrent les objectifs de l’entreprise.
L’idée clef de la culture d’entreprise est que le personnel défendra d’autant mieux
l’entreprise qu’il la considérera comme une collectivité à laquelle il appartient.
4. Augmenter la compétitivité et la performance des entreprises.
En effet, une forte culture d’entreprise renforce la performance économique d’une
société en réduisant ses coûts. Les convictions, pratiques, et mythes communs qui définissent
la culture d’entreprise constituent un mécanisme de contrôle informel coordonnant les efforts
des salariés.
De plus, cette culture n’est pas tant imposée aux salariés que construite socialement
par eux. Par conséquent, leur motivation et leur moral sont meilleurs que lorsque les contrôles
sont exercés par un supérieur selon la voie de l’autorité hiérarchique. Le coût du travail est
aussi moins élevé. Les économies ainsi réalisées grâce à une forte culture d’entreprise peuvent
donc permettre à cette firme d’espérer de meilleures performances financières.
13
Cours : culture d’entreprise
III.
Éléments constitutifs de la culture d'entreprise
Chaque entreprise a sa culture propre, façonnée à partir d’un ensemble de facteurs qui
peuvent être
1. Les valeurs :
Se sont des idées et croyances partagées par les différents acteurs de l’entreprise qui
apparaîtront dans les discours des dirigeants, les supports de communication écrits ou visuel;
En fait, ce sont les normes qui fournissent le cadre de référence et de fonctionnement
d'un groupe social (ce qui est bon, ce qui ne l'est pas). les normes qui définissent les façons
d’agir et de penser.
Plus concrètement, les valeurs forment la philosophie de l’entreprise. Elles
déterminent sa charte de conduite exprimée par le règlement intérieur, les descriptifs des
postes, ainsi que par le système de récompense et de sanctions adoptés.
2. les mythes :
Ce sont les croyances communes, la personnalité du fondateur, les événements
marquants de l'histoire de l'entreprise (création, privatisation, fusion) qui créent sa légende.
Autrement, les mythes sont les légendes, les histoires associées au passé de
l’entreprise. Ils servent à renforcer les valeurs communes.
Le mythe du fondateur, du père de l’entreprise, est très exploité, en particulier dans les
PME.
3. Les symboles :
Se sont des objets possédant une signification organisationnelle et se sont des Signes
chargés d’informations culturelles

Le logo de l’entreprise : le lion de Peugeot, symbole de force

Le style et la tenue vestimentaire

Les récompenses : voyage, distinction honorifique

Les signes distinctifs de statut : le parking personnel, la voiture de
fonction, la taille du bureau…
14
Cours : culture d’entreprise
4. Les rites :
Se sont des pratiques qui découlent des valeurs partagées. Se sont les ensembles
d'activités consolidant diverses formes d'expressions culturelles dans un événement, effectués
par des interactions sociales. Se sont les rituels qui rythment la vie de l’entreprise. Citant par
exemple ;

Manières de commencer le travail : au Japon, gymnastique, hymne à la gloire
de l’entreprise

Pause, détente : la pause café

Repas : en commun, sans distinction de grade

Façon de communiquer : usage du prénom

Façon de terminer la semaine : synthèse de la semaine

Façon de terminer l’année : fête …
IV.
Facteurs de force des cultures organisationnelles
On va répondre à la question suivante : Qu’est-ce qui fait que certaines cultures
d’entreprise sont plus fortes que d’autres ?
1. Définition de la force d’une culture
La force d’une culture organisationnelle peut être définie par :
-l’homogénéité et la stabilité d’appartenance au groupe ;
-la durée et l’intensité des expériences partagées du groupe.
[SCHEIN 1981] a affirmé que : « Si un groupe stable a eu une histoire longue, variée,
intense, s’il a eu à faire face à de nombreuses difficultés de survie et a réussi, il adoptera une
culture forte et différenciée. De la même manière, si un groupe a connu des changements
constants de membres, ou si les membres sont ensemble depuis seulement peu de temps, ou
s’ils n’ont pas fait face à des difficultés, le groupe aura par définition une culture faible.
Bien que les individus au sein de ce groupe peuvent avoir des présupposés forts, ils
n’auront pas assez d’expériences partagées du groupe dans son ensemble pour pouvoir définir
une culture.”
2. Facteurs de force des cultures organisationnelles
 Environnement et secteur d’activité
15
Cours : culture d’entreprise
 Rôle du fondateur
 Taille et dispersion géographique
 Mythes, symboles et rites
 Pratiques de management des ressources humaines
3. Comment les leaders renforcent la culture
 Comment ils réagissent aux crises
 Comment ils se comportent
 Comment ils attribuent des récompenses
 Comment ils recrutent ou se séparent des individus
16
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

Commune de paris

0 Cartes Edune

Le lapin

5 Cartes Christine Tourangeau

découpe grammaticale

0 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

Créer des cartes mémoire