Telechargé par ali hammami

endoscopie

publicité
Stage Technique 2
Thème
: Endoscopie
Lieu de stage : Hôpital Régional
de Ben Arous
De 06/02/2018 à 24/02/2018
CSFEMEB
Khalifa Adem
Remerciement
Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît
opportun de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à ceux qui m'ont
beaucoup appris au cours de ce stage, et même à ceux qui ont eu la gentillesse de faire de
ce stage un moment très profitable.
Aussi, je remercie Mme Olfa , ma maîtresse de stage qui m'a formé et accompagné tout au
long de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience et de pédagogie.
Enfin, je remercie l'ensemble des employés de (Service Technique de l’Hôpital Régional de
Tunis) pour les conseils qu'ils ont pu me prodiguer au cours de 3 semaines.
1
CSFEMEB
Khalifa Adem
Sommaire
1. INTRODUCTION
2. Principe de fonctionnement
2.1shémas synoptique
2.2Schémas électrique
3. Procédures de préparation et entretien d’endoscope
o
o
o
o
o
o
o
3.1 Le nettoyage
3.2 Le rinçage avant désinfection
3.3 Le test d'étanchéité
3.4 La désinfection
3.5 Le rinçage après désinfection
3.6 Le séchage
3.7 Le stockage
4. Le matériel utilisé pour tester le bon fonctionnement d’équipement
5. Stérilisation des endoscopes
6. Maintenance
a. Maintenance corrective
b. Maintenance préventive
7. Contrôle de qualité
Conclusion
2
CSFEMEB
Khalifa Adem
Introduction
L'endoscopie ou fibroscopie est une méthode d'exploration visuelle médicale ou
industrielle de l'intérieur d'une cavité inaccessible à l'œil. L'instrument utilisé,
appelé endoscope ou fibroscope, est composé d'un tube optique muni d'un système
d'éclairage. Lorsqu'il est couplé à une caméra vidéo, il peut retransmettre l'image
sur un écran.
L'endoscopie médicale consiste en des examens spécifiques par organe. Elle peut
être utilisée soit pour un diagnostic, soit pour une intervention. Ainsi,
la bronchoscopie est l'exploration des bronches, la coloscopie celle du côlon, la
cystoscopie celle de la vessie, la gastroscopie celle de l'œsophage ou de l'estomac,
la cœlioscopie celle de l'abdomen, etc. Elles se font par les voies naturelles lorsque
cela est possible, autrement par incision.
Salle d’endoscopie :
- Table d’endoscopie orientable
- Console d’endoscopie
- Bistouri électrique, laser Yag
- Table pour accessoires (gants, compresses, KY/xylo, pots pour biopsies)
- Placards pour stockages petit matériel et endoscopes
- Plan de travail avec 2 lavabos
- Matériel d’anesthésie (QS)
- Matériel de radioscopie (amplificateur de brillance, caméra, table).
3
CSFEMEB
Khalifa Adem
Local de désinfection :
- Commun aux salles d’endoscopie
- 2 plans de travail « sales »: paillasse pour réception des endoscopes et phase de
prétraitement + 2 éviers pour immersion (1ere phase de nettoyage)
- 2 plans de travail « propres »: montage et vérification des endoscopes
- Dessous des plans de travail : stockage accessoires et produits (protection : gants,
masques, surblouses, lunettes)
- 2 lave endoscopes à acide per acétique
- Matériel pour la traçabilité des endoscopes (scanner, imprimantes).
Ressources humaines
- Endoscopiste(s)
- Aide endoscopiste(s)
- Personne chargées de la préparation du matériel, de la désinfection, de la
traçabilité…
- Anesthésiste(s)
4
CSFEMEB
Khalifa Adem
- IADE, IDE salle de réveil
- Secrétariat, brancardage, archivistes
- Maintenance, service techniques, représentants
Les endoscopes vidéo sont constitués de trois sections principales : la section de
raccordement (parfois appelée cordon « ombilical »), la section de commande et le
tube d’insertion. Les endoscopes doivent avoir un compartiment interne étanche
intégré à toutes les composantes pour le filage électrique et les commandes, ce qui
les protège de l’exposition aux sécrétions du patient durant l’utilisation de
l’instrument et permet d’immerger complètement l’endoscope pour le nettoyage et
la désinfection subséquente.
La section de raccordement abrite les liaisons pour quatre systèmes :
•
Système électrique : un câble avec signal vidéo, une commande d’éclairage
et un interrupteur à distance pour le processeur vidéo sont connectés ici. Un
bouchon étanche est nécessaire pour pouvoir procéder au test d’étanchéité et au
retraitement. Le connecteur électrique est le seul accès aux composantes internes.
•
Système d’éclairage : le connecteur est inséré dans la source de lumière et
transmet la lumière par le faisceau de fibres optiques dans le guide lumière jusqu’à
l’extrémité distale du tube d’insertion.
•
Système air/eau : la pression est fournie à la prise d’air par une pompe ; le
flacon de lavage est également raccordé ici (il n’y a pas de canal ou de raccord pour
l’eau dans le cas des bronchoscopes). Dans certains modèles d’endoscope, les
canaux distincts pour l’air et l’eau se rejoignent juste avant l’extrémité distale, où
ils ne forment qu’un seul canal. Dans d’autres modèles, les canaux pour l’air et
l’eau sont totalement séparés et ne se rejoignent pas. Les canaux air/eau ont
habituellement un diamètre interne (DI) de 1 mm, ce qui est trop petit pour y
effectuer un brossage.
•
Système d’aspiration : un système d’aspiration portable ou encastré est relié
à l’orifice d’aspiration. Le cordon universel abrite le filage électrique et les canaux
air et eau et d’aspiration de la section de raccordement jusqu’à la section de
commande. Les canaux sont généralement constitués de tubes de Teflon® (PTFE)
et des avancées technologiques ont permis d’obtenir des matériaux plus souples et
lisses et ayant de meilleures propriétés antiadhésives pour les canaux opérateurs.
5
CSFEMEB
Khalifa Adem
La dimension du canal d’aspiration peut varier de 2 mm à 4 mm (DI) selon la
marque et le modèle de l’endoscope. Il y a un orifice pour biopsie sur le côté du
tube d’insertion qui permet de passer des instruments dans le tube d’insertion
jusqu’à l’extrémité distale (appelé canal opérateur ou canal d’aspiration/de biopsie).
La section de commande contient des manettes mobiles qui permettent au médecin
de commander toutes les fonctions de l’endoscope. Les manettes de béquillage
(orientation dans l’espace) dirigent les câbles de béquillage et contrôlent la section
béquillable à l’extrémité distale du tube d’insertion, permettant ainsi une
orientation bidimensionnelle. Des mécanismes de blocage (freins) permettent de
fixer la section béquillable dans la position voulue. Le piston et la valve
d’aspiration relient le canal d’aspiration au canal opérateur dans le tube d’insertion.
En appuyant sur le bouton de la valve, on peut effectuer une aspiration du canal
opérateur. Le piston et la valve air/eau sont semblables au piston et à la valve
d’aspiration, sauf qu’une valve avec bouton à deux voies est utilisée dans un
dispositif à double canal qui permet de véhiculer l’air ou l’eau jusqu’à la lentille à
l’extrémité distale, pour le lavage ou l’insufflation d’air afin d’améliorer la vision.
Les deux valves peuvent être détachées pour le nettoyage. Les canaux air et eau
doivent aussi être munis d’un adaptateur pour nettoyage, lequel doit être utilisé à la
fin de chaque intervention. L’insertion de l’adaptateur pour nettoyage envoie de
l’air dans les canaux air et eau et, sur activation, de l’eau est pompée dans les deux
canaux. L’orifice d’entrée du canal opérateur (souvent appelé « orifice de biopsie
») est situé sur la partie inférieure de la section de commande. Il donne accès au
canal opérateur au niveau d’une pièce en Y le raccordant au canal d’aspiration.
L’orifice doit être fermé par une valve afin de faciliter l’aspiration. Les
interrupteurs à distance présents sur le dessus de la section de commande sont
habituellement programmables, permettant le contrôle du processeur vidéo (c.-à-d.
les fonctions contraste, luminosité automatique (iris) et saisie d’images).
6
CSFEMEB
Khalifa Adem
2. Principe de fonctionnement :
Tous les vidéo-endoscopes ont un système d’angulation de fils, guidé par des boutons
sur le corps de commande.
Ce système manœuvre la section de recourbement pour l'insertion et le visionnement.
Les boutons sont reliés à l'intérieur du corps de commande logeant à un système de
poulie-et-fil ou à un système de vitesse-et-chaîne qui se relie aux fils d’angle.
Les fils d'angulation sont des câbles tressés d'acier inoxydable qui s'étendent du corps
de commande par le tube d'insertion et se relient aux nervures de recourbement à
l'extrémité distale.
Chaque fil commande une direction du mouvement, ainsi deux fils opposés
fonctionnent ensemble pour fournir le mouvement vers le haut et vers le bas, gauche et
droite.
Les fils d'angulation à l'intérieur du tube d'insertion sont emballés dans une gaine
protection qui protège les autres composants internes du le fil d'angulation
Système de biopsie/d’aspiration
Les canaux de biopsie et d'aspiration font partie du même système interne
Le canal de biopsie est un tuyau droit flexible et uniforme partant de l'extrémité distale
au corps de commande.
7
CSFEMEB
Khalifa Adem
Le canal d'aspiration est semblable mais commande a partir du
corps de commande au connecteur de guide de lumière.
Les canaux d'aspiration et de biopsie sont associés a la manche de
contrôle et sont commandés par la soupape d’aspiration
Un dispositif d'aspiration externe relié au canal d'aspiration au
connecteur de guide de lumière fournit la pression d'aspiration
requise pour exécuter la biopsie, et les corps (tissus, fluides…)
aspirés voyagent dans le sens inverse en direction de l’ouverture
du canal de biopsie.
Transmission de lumière :
Tous les endoscopes flexibles ont un composant de transmission
de la lumière pour la formation d’image appropriée.
La lumière entre dans le télescope, habituellement à travers le connecteur de guide de
lumière.
À l'intérieur du télescope, la lumière voyage de la fourche de guide de lumière à
l'extrémité distale par un faisceau de fibres de lumière, une collection de milliers de
fibres de verre optiques minces et flexibles.
Chaque fibre individuelle transporte une petite partie de lumière, et ensemble ils
peuvent produire une lumière lumineuse très intense.
La lumière sort du télescope de l'extrémité distale par les axes de lumière, qui la
disperse également à travers le champ visuel.
Il n'y a aucune capacité d'ajustement dans le système de fibre de lumière dans le
télescope.
Tous les réglages de lumière sont faits manuellement sur la source lumineuse.
La réduction de la transmission de lumière est essentiellement due aux dégâts des
fibres de lumière.
.
8
CSFEMEB
Khalifa Adem
Schéma synoptique
Système de
raccordement
Source lumineuse
9
CSFEMEB
Khalifa Adem
Système de
commande
Tube d’insertion
Schéma électrique
10
CSFEMEB
Khalifa Adem
3. Procédure de préparation et entretien des endoscopes
3.1 Le nettoyage
11
CSFEMEB
Khalifa Adem
Le nettoyage doit être effectué immédiatement après l'examen par du personnel
compétent. Celui-ci porte des gants non stériles pour effectuer les phases de
nettoyage, de rinçage et de désinfection de l'endoscope. Il est conseillé de porter
également une blouse à manches longues, des lunettes de protection et un masque.
Le nettoyage doit être réalisé dans un bac suffisamment grand pour permettre
l'immersion complète de l'appareil.
Pour le nettoyage, il faut utiliser un détergent non-abrasif, de préférence avec action
enzymatique, compatible avec les produits de désinfection utilisés ultérieurement.
Dès la fin de l'examen, on essuie l'extérieur de l'endoscope, on rince tous les canaux
d'insufflation, de lavage, d'aspiration et à biopsie. Si l'endoscope est muni d'un
onglet, celui-ci est seringué avec du détergent et ensuite avec de l'eau claire.
L'endoscope est immergé dans le détergent. On aspire du liquide par les différents
canaux. Les valves d'insufflation, d'aspiration et le clapet du canal à biopsie sont
enlevés.
L'extérieur est lavé à l'aide d'une brosse douce et d'un détergent ou nettoyé à l'aide
d'une gaze ou d'une éponge à usage unique imbibée de détergent; l'extrémité distale
est brossée.
Toutes les surfaces irrégulières seront nettoyées à l'aide d'une brosse douce.
Les canaux internes sont tous nettoyés à l'aide d'une brosse correspondant au
calibre interne des différents canaux.
L'orifice externe de chaque canal est écouvillonné.
La tête de l'endoscope est nettoyée avec une éponge imbibée de détergent. Pendant
le nettoyage, on manipule les manettes de béquillage et de frein.
On vérifie l'état de propreté de la pipette d'insufflation. Un nettoyage minutieux
sera réalisé au niveau du canal du déflecteur pour les appareils à vision latérale
munis d'un onglet.
Les pistons d'insufflation, d'aspiration et le clapet du canal à biopsie sont nettoyés.
L'eau utilisée pour le nettoyage de l'endoscope est très fréquemment renouvelée et
le bac nettoyé.
3.2 Le rinçage avant désinfection
Le rinçage est effectué dans un second bac de mêmes caractéristiques que le
premier.
L'endoscope doit être immergé dans de l'eau de distribution. Les éléments de
12
CSFEMEB
Khalifa Adem
l'appareil sont rincés abondamment, tout comme lors du nettoyage.
L'éponge de nettoyage et la seringue utilisées pour le canal du déflecteur sont
jetées.
L'eau de rinçage est évacuée et le bac de rinçage est nettoyé.
3.3 Le test d'étanchéité
Le test d'étanchéité doit être effectué avant toute désinfection. Il permet de déceler
un blocage ou une perforation interne ou externe des canaux ou de la gaine de
l'endoscope. En effet, la surpression des liquides passant dans les canaux durant la
désinfection peut endommager l'instrument, entraînant des conséquences
financières importantes.
Le test d'étanchéité est effectué en plongeant l'endoscope dans l'eau et en insufflant
de l'air, via le testeur d'étanchéité, dans la gaine de l'appareil. On vérifie l'absence
de bulles d'air.
3.4 La désinfection
La désinfection consiste en une immersion complète de l'endoscope dans la
solution désinfectante.
On veillera à ce que tous les canaux, quel que soit leur diamètre, soient bien
irrigués par le désinfectant.
La durée de contact dépend du niveau de désinfection souhaité, du produit utilisé,
de sa concentration et de la température.
3.5 Le rinçage après désinfection
Le rinçage consiste en une immersion complète de l'endoscope dans une eau stérile
et une irrigation soigneuse de tous les canaux avec renouvellement régulier de l'eau
afin d'éliminer tout résidu de désinfectant qui pourrait altérer le fonctionnement de
13
CSFEMEB
Khalifa Adem
l'endoscope ou occasionner une irritation de la muqueuse explorée ou une irritation
de l'œil de l'opérateur.
3.6 Le séchage
C'est une phase très importante pour éviter tout risque de recontamination de
l'endoscope. Il doit être complet pour la partie externe de l'endoscope ainsi que
pour les canaux internes.
Le séchage manuel correct ne peut se faire qu'à l'aide d'un pistolet à air comprimé
médical, permettant de sécher tant les canaux internes que la face externe.
Si le séchage des canaux internes est insuffisant, il est conseillé de rincer à l'alcool
ces canaux internes et ensuite de les sécher par insufflation d'air comprimé, en
repositionnant l'endoscope à la source de lumière.
3.7 Le stockage
L'endoscope (flexible) nettoyé, désinfecté et séché est stocké exclusivement en
suspension dans une armoire prévue à cet effet. Les faces internes de l'armoire
doivent être propres et traitées régulièrement à l'aide d'un désinfectant de surface.
4. Le matériel pour tester le bon fonctionnement de l’équipement
On peut distinguer 2 catégories de matériel.
Le matériel à usage unique et stérile (les prothèses, les guides en téflon et
hydrophiles, les cathéters nasobiliaires et pancréatiques, les Fogarty's...) est, après
14
CSFEMEB
Khalifa Adem
usage, éliminé de la même manière que les déchets.
Le matériel recyclable (cathéters, sphinctérotomes, Dormia, pinces ...) est démonté,
nettoyé, rincé, séché, remonté.
5. Stérilisation des endoscopes
Si on envisage une stérilisation, on tiendra compte lors du traitement manuel des
temps de contact prescrits et on utilisera du matériel stérile (eau stérile dans des
conteneurs stériles, essuies stériles et gants stériles pour le séchage).
6. Maintenance
Maintenance préventive et curative
15
CSFEMEB
Khalifa Adem
1. Qualification
La mise en œuvre de vérifications et contrôles d’équipements, appelés
qualification, constitue un préalable indispensable à leur mise en service. Le
processus comprend trois étapes.
L’utilisateur s’assure que ce processus a bien été réalisé.
1.1 Qualification de l’installation
La qualification de l'installation est un processus d'obtention de preuves
documentées selon
Lesquelles l'équipement a été fourni et installé conformément à ses spécifications.
Il s’agit de vérifier que l’environnement dans lequel l’équipement a été installé
permet son fonctionnement selon les préconisations du fabricant s’agissant des
alimentations et servitudes de l’équipement en particulier. Il convient aussi de
vérifier que toutes les connectiques nécessaires ont été fournies.
La qualification de l’installation est réalisée par le fabricant ou le distributeur.
1.2 Qualification opérationnelle
La qualification opérationnelle est un processus d'obtention de preuves
documentées selon lesquelles l'équipement installé fonctionne dans des limites
prédéterminées par le fabricant dans la mesure où il est utilisé conformément à son
mode opératoire. Il s’agit de vérifier que, lorsque l’équipement est installé et utilise
conformément aux recommandations du fabricant, tous les paramètres des cycles
de fonctionnement sont conformes aux spécifications initiales du fabricant.
La qualification opérationnelle est réalisée par le fabricant ou le distributeur.
1.3 Qualification des performances
La qualification des performances est un processus d'obtention de preuves
documentées selon lesquelles l'équipement, installé et utilisé conformément à son
mode opératoire, fonctionne de façon constante conformément aux critères
prédéterminés et qu'il donne par conséquent un résultat conforme à ses
spécifications.
Elle porte sur un échantillon significatif du parc d’endoscopes (un exemplaire de
chaque famille d’endoscopes a minima). Une famille d'endoscope est un ensemble
d'endoscopes, défini par le fabricant du dispositif, reposant sur le nombre et le
16
CSFEMEB
Khalifa Adem
diamètre des canaux et la nature des connectiques utilisées pour raccorder
l'endoscope au dispositif notamment32. Il est important de s’assurer que pour tout
nouvel endoscope appartenant à une famille d’endoscopes différentes, une
qualification des performances est réalisée.
Les méthodes de prélèvement et d’analyse a visée microbiologique sont décrites en
fiche 8.
L’obtention d’un résultat microbiologique non conforme pour un endoscope
considère ne permet pas d’utiliser l’équipement pour la même famille d’endoscope.
Ce résultat anormal déclenche un processus de recherche des causes de la nonconformité sur l’ensemble de la chaîne de traitement des endoscopes ou sur une
éventuelle défaillance ou un mésusage de l’équipement.
La qualification des performances relevé de la responsabilité de l’exploitant et
s’organise en lien avec le fabricant.
2. Requalification
Toute intervention ou opération effectuée sur l’équipement donne lieu, par le
fabricant, a une évaluation documentée de son impact sur ses performances.
Si ces dernières sont susceptibles d’être modifiées, une requalification des
performances est systématiquement effectuée selon les mêmes conditions que lors
de la qualification initiale.
En l’absence de toute intervention ou opération sur l’équipement, une
requalification des performances est effectuée chaque année.
3. Opérations de maintenance préventive et de réparation.
En application de l’article R.5212-25 du Code de la santé publique, le responsable
de la politique de maintenance et des contrôles qualité est par définition
l’exploitant.
La maintenance d’un dispositif médical relevé de la responsabilité de l’exploitant
dès sa mise en Service.
L’exploitant définit et met en œuvre une politique de maintenance sur l’ensemble
des dispositifs médicaux qu’il exploite, quelle que soit leur classe.
Les préconisations du fabricant et l’analyse de risques de l'exploitant constituent la
base à partir de laquelle l’exploitant construit sa politique de maintenance.
S’agissant des endoscopes, l’usure ou le vieillissement des appareils majore le
risque de contamination. La mise en place de règles de maintenance régulière des
17
CSFEMEB
Khalifa Adem
endoscopes vise donc à prévenir au maximum ce risque. L’usure naturelle d’un
endoscope dépend de trois facteurs principaux. :
-son type, le nombre d’examens annuels et le nombre d’opérateurs. Par ailleurs,
certains appareils peuvent être considères comme à risque plus élevé de
contamination du fait d’une complexité accrue :
-présence de canaux supplémentaires (appareils à deux canaux ou « water-jet »), de
canal érecteur (Duodénoscopes à vision latérale) ou de canaux de faible diamètre
(bronchoscopes, nasogastroscopes).
Préalablement à toute maintenance, l’endoscope est nettoyé et désinfecté selon les
recommandations en vigueur, sauf si ce traitement est rendu impossible par son état
(par exemple une fuite constatée au moment du test d’étanchéité) imposant de
signaler l’endoscope comme souille et potentiellement Contaminant.
4. Procédures de contrôles
Il s'agit d’une liste de vérifications périodiques visant à vérifier le bon état général
des endoscopes, notamment en relation avec la qualité de la désinfection. Ces
vérifications concernent l'absence de problèmes d'étanchéité ou de points d'usure
anormale qui compromettrait la qualité de la désinfection de l'appareil. Les zones
les plus sensibles à inspecter sont les suivantes : canal opérateur, canaux air eau,
gaine distale, joints, bouchons. Les autres éléments à vérifier sont l’absence de
résistance au passage des instruments ou des écouvillons dans le canal opérateur, le
bon fonctionnement des canaux insufflation lavage, l’état des pistons et l’aspect de
la gaine distale dite ≪bequillable ≫. A cela S’ajoute la vérification manuelle ou
automatisée de l’étanchéité (test d’étanchéité) avant le passage en désinfection. La
périodicité de tels contrôles, sous la responsabilité du praticien d’endoscopie,
s’établit sur deux niveaux pour en augmenter la pertinence :
- un contrôle quotidien
- un contrôle annuel approfondi, en interne ou sous-traité en fonction des accords et
compétences locales, selon les recommandations des constructeurs pour chaque
type d’appareil ; ce contrôle peut être également effectue à l’occasion d’une
intervention en cas de panne.
5. Prévention des incidents et mesures correctives
Les contrôles mentionnés au paragraphe précédent peuvent aboutir au signalement
d'un point défectueux et à une recommandation de remise en état, soit de manière
18
CSFEMEB
Khalifa Adem
spécifique, soit à l'occasion d'une intervention plus importante. La décision
d’intervenir sur un appareil est facilitée par l’existence d’un contrat d’entretien
incluant une maintenance préventive. Les interventions les plus souvent effectuées
sont le changement du canal opérateur, de la gaine distale « béquillable » et des
pistons d’insufflation-aspiration.
Un appareil présentant des stigmates d'usure anormale mais ne compromettant pas
une utilisation normale doit faire l'objet d'une surveillance microbiologique
rapprochée pour éviter tout risque de contamination, en attendant d’effectuer les
remises en état jugées nécessaires des que l’utilisation de cet appareil peut être
suspendue. Par ailleurs, en cas de prélèvement microbiologique non conforme
malgré une double procédure de traitement comprenant une désinfection de haut
niveau et après avoir éliminé les autres causes de contamination34, il convient de
déclencher une action de maintenance.
6. Recueil des informations et suivi du matériel
Toute action de maintenance ou réparation sur un endoscope est enregistrée.
7. Opérations de séquestration
Les conséquences de la séquestration d’un endoscope doivent être tracées :
- si l’endoscope est détruit, cette mention est tracée et archivée ;
- si l’endoscope est remis en circulation, le document de levée de séquestration est
archivé ; le carnet de vie de l’endoscope mentionne la séquestration et sa levée, les
opérations de double nettoyage et de désinfection précédant la remise en circulation
et les résultats de contrôler microbiologiques éventuels effectués sur l’endoscope.
a. Maintenance corrective :
19
CSFEMEB
Problème
Pas d’alimentation
Khalifa Adem
Vérifier
Cordon d’alimentation
Disjoncteur
Prise de courant
Pas d’affichage
Ecran / Autre
périphérique
Raccordement des câbles
Les textes entrés ne s’affichent pas
Clavier
Le lampe ne s’allume pas
Indicateur d’état de la
lampe
Pas d’image sur l’écran principal
Endoscope
L’image à l’écran est en noir et blanc
Action
-S’assurer que le cordon d’alimentation est bien
connecté à l’appareil est branché sur la prise
murale
-S’assurer que le bouton rouge n’est pas sorti
-Brancher le cordon d’alimentation sur une prise
de courant en bon état
-S’assurer que tous les appareils sont sous tension
-Vérifier que l’entrée vidéo sélectionnée pour tous
les appareils est correcte
-S’assurer que tous les câbles vidéo sont
connectées correctement
-Vérifier que le clavier est bien connecté au
processeur
-Si l’indicateur est rouge , cela signifie qu’il faut
installer une nouvelle lampe avant de commencer
un nouvel examen
-S’assurer que l’endoscope est connecté
correctement
Lampe
-S’assurer que la lampe est allumée
Lampe
-S’assurer que la lampe est allumée
b. Maintenance préventive :
20
CSFEMEB
Khalifa Adem
Réception de l’appareil
Désinfection préventif
pour le technicien
Diagnostic si
en cas de panne
Contrôle de l’appareil
Réparation et essais
le bon fonctionnement
Expédition au service
7. Contrôle de qualité
21
CSFEMEB
Khalifa Adem
Un programme de formation continue du personnel concernant l'emploi des
endoscopes et des systèmes de nettoyage, désinfection ou stérilisation et stockage
de ces équipements est indispensable.
Les procédures écrites accompagnées de schémas adéquats doivent être mis à
disposition du personnel chargé du traitement des endoscopes.
Dans les unités où sont réalisés des examens avec des endoscopes flexibles, il est
recommandé de tenir un registre où sont consignées toutes les procédures
endoscopiques réalisées, la date et l'identification du patient, ainsi que
l'identification du modèle et du numéro de série de l'endoscope utilisé. Ces données
sont indispensables en cas d'infection nosocomiale ou de complications iatrogènes
liées à l'endoscopie, pour pouvoir procéder à l'enquête appropriée.
Le service d'hygiène hospitalière en collaboration avec l'équipe d'endoscopie et le
laboratoire de microbiologie. Les prélèvements imprévus à des moments variables
de la période d'activité endoscopique peuvent être réalisés par l'infirmier en hygiène
hospitalière, par exemple.
En l'absence de problèmes et si les résultats sont satisfaisants, un échantillonnage
suffisamment fréquent et représentatif de tous les types d'endoscopes traités (par
exemple de l'ordre de 2 à 5 % des endoscopes) est suffisant. En cas de déviation des
normes attendues, des contrôles plus fréquents et ciblés sur le problème rencontré
doivent être réalisés.
La norme de qualité proposée est l'absence de bactéries cultivables dans les
endoscopes traités et les circuits de rinçage de désinfecteurs. En particulier,
l'absence de pathogènes opportunistes connus comme agents d'infection liés à la
contamination des endoscopes doit être assurée.
Méthodes de prélèvement dans les endoscopes
On procédera à l'irrigation ou au rinçage sous pression des différents canaux de
l'endoscope (en particulier les canaux air-eau, biopsie, et le cas échéant, élévateur
de l'onglet) par 5 à 20 ml d'eau distillée stérile ou d'eau physiologique stérile. Le
brossage de ces canaux à l'aide d'une brosse stérile peut également être d'un bon
rendement, par remise en suspension de débris organiques adhérents à la surface
interne de ces canaux.
Prélèvements au niveau des machines
Des échantillons d'eau de rinçage sont prélevés dans les connections hydrauliques
22
CSFEMEB
Khalifa Adem
des désinfecteurs pour les différents canaux des endoscopes, ainsi que dans toute
autre partie accessible de ces circuits à l'intérieur du désinfecteur.
Des échantillons d'eau (de 100 à 500 ml) sont filtrés sur un filtre-membrane de
pores de 0.45 micromètres de diamètre et sont également dénombrés en dilutions
successives (dénombrement des germes viables). Comme pour les endoscopes, une
recherche des pathogènes opportunistes est recommandée.
Surveillance épidémiologique
Le dépistage systématique d'infections survenant dans les 72 h suivant une
endoscopie bronchique ou gastro-intestinale est effectué. Le nombre d'infections
post-endoscopie, rapporté au nombre et au type de procédure, est analysé
périodiquement et l'évolution du risque est régulièrement discutée au Comité
d'Hygiène Hospitalière et avec l'équipe d'endoscopie.
CONCLUSION
23
CSFEMEB
Khalifa Adem
Choisir une technique d’entretien des Dispositifs Médicaux d’endoscopie en
chirurgie adaptée au risque infectieux, et au regard du contexte réglementaire
assure une sécurité optimale au patient et la protection du personnel soignant.
Les industriels doivent réfléchir à l’amélioration de la conception du matériel pour
faciliter l’entretien et le traitement.
La mise en place de procédures de traitement de ces dispositifs et l’implication de
tous les professionnels aux différents stades de la démarche qualité sont des
éléments de réponse aux objectifs de sécurité du patient d’accréditation et à la
qualité du service rendu.
24
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

Anatomie membre inf

0 Cartes Axelle Bailleau

TEST

2 Cartes Enrico Valle

relation publique

2 Cartes djouad hanane

Créer des cartes mémoire