Telechargé par Stoner One

Topo de stage diet nephro

publicité
Topo de stage
Diétothérapie néphrotique
Réalisé par:
Ichrak lakhrissi – 2ème année master
Salim Anedame – 2ème année master
Fatima -zahra Rafiq – 2ème année master
Sommaire
I.
II.
III.
IV.
V.
Insuffisance rénale chronique
Hémodialyse
Dialyse péritonéale
Syndrome néphrotique
Transplantation rénale
2
Insuffisance rénale
chronique
Présenté par : Salim Anedame -2ème année master
3
I.
Insuffisance rénale chronique
Rappel:
• L’insuffisance rénale chronique (IRC) = lésion des
unités fonctionnelles du parenchyme rénale
(Néphrons)
• Résultat
diminution excrétion des produits
métaboliques & toxiques qui s’accumulent dans le
plasma.
4
I.
Insuffisance rénale chronique
1. Apport protéique:
Stades
Définition
DFG (mL/min/1.73m²)
Protéines en g/kg/j
1
MRC avec DFG normal ou
légèrement augmenté
90 -130
2
DFG légèrement diminué
60 à 90
3
IRC modéré
Stade A: 45 à 59
Stade B: 30 à 44
0.8g
4
IRC sévère
15 à 29
0.6 - 0.8g
5
IRC terminale:
-Non dialysé
-Hémodialysé
-Dialyse péritonéale
<15
< 1g
- 0.6g
- 1.2g
- 1.5g
5
1. Apport protéique:
• Sa
diminution
permet
de
ralentir
la
dégradation de la fonction rénale et le risque
d’acidose.
6
2. Apport énergétique:
• Même que celui d’un adulte en bonne santé:
30-35kcal/kg/j.
• ++ Prévention de l’anorexie !
• ++ Utilisation des compléments nutritifs
oraux.
7
2.
Apport énergétique:
• Pour lutter contre la perte d’appétit:
– Fractionner,
– Condimenter,
– Eviter les restrictions trop sévères, quitte à
majorer les chélateurs de K+ et P et à instituer
la supplémentation vitaminique.
8
2.
Apport énergétique:
• Si dénutrition:
– alimentation énergétique et gouteuse,
– recours aux compléments nutritifs oraux ou
nutrition entérale, selon le degré de sévérité de la
dénutrition.
9
3. Apport en liquide:
• Si polyurie (>3L/j): apport pour éviter
déshydratation
• Si diurèse > 1L: apport normal (1.5 à 2L/j).
• Si diurèse < 1L: diurèse de la veille + 500mL/j.
• Si diurèse = 0: 750mL/j.
10
4. Apports en sodium:
• Dépendent
de
la
natriurèse mais sont
généralement
de
2400mg/jr.
1g de Sel = 400 mg de Sodium
• Si oedèmes ou HTA: réduire encore plus
l’apport en Na.
11
5. Apport en potassium:
• Si kaliémie normale, on se réfère à la diurèse:
– Si diurèse >1L: 2 à 3 g/j de K+
– Si diurèse <1L: 1 à 2g/j de K+
– Si diurèse = 0: 1g/j de K+
12
5. Apport en potassium:
• Si hyper ou hypokaliémie: rappel des 24h
– Écarter les aliments riches en K
– Éplucher, découper les légumes en petits dès et
les plonger dans un grand volume d’eau au moins
3h avant la cuisson.
– Privilégier la cuisson à l’eau. La cuisson à la
vapeur, à l’étouffée ou en friture ne permet pas
d’éliminer le potassium.
– Si ces mesures diététiques sont insuffisantes =>
usage d’un chélateur de potassium.
13
5.1. Tableau des aliments riches en
potassium:
14
Aliments
Teneur moyenne en mg pour
100 g
Légumes crus
150 (concombre) à 480
(fenouil)
Légumes cuits
100 (chou vert) à 500
(blettes)
Légumineuses
280 (Lentilles) à 460 (Haricots
blancs)
Pain complet
210
Pommes de terre
530 (1200 pour les chips)
Banane
360
Avocat
520
Fruit oléagineux
700 (Pistaches 1100)
Fruit secs
980 (Abricots secs 1500)
Chocolat
400 ( Noir à 70% : 700 ,
Chocolat au lait : 250)
Cacao
1900
Potages aux légumes
130
15
6. Apport en calcium:
• L’insuffisance de production de la vitD + la
restriction protéique =>
–
–
des apports calciques
PTH.
• Il faut empêcher l’hyperparathormonémie dès le
stade
précoce
de
l’IRC
et
prévenir
l’ostéodystrophie rénale.
• Recours à une supplémentation médicamenteuse
• - Calcium (500mg/j)
- Vitamine D (400 UI à 1000 UI).
16
7. Apport en phosphore:
• Limiter les apports à 900mg/j.
- Régime hypoprotidique.
- Prise de chélateurs (carbonate de
calcium).
• Prévention de l’hyperparathyroidie +
précipitations phosphocalciques
(dans l’intestin=> de l’absorption du Ca)
17
Hémodialyse
Présenté par : Fatima zahra Rafiq - 2ème année master
18
II. Hémodialyse
1. Objectifs de la prise en charge
• Objectif : prévenir la dénutrition.
• Le bilan nutritionnel doit contenir : albumine ,
la pré albumine , le bilan azoté, complété par
l’enquête alimentaire .
19
2. Apport énergetique :
• 30 à 40kcal/kg/j.
• 50 à 55 % de glucides
• 30 à 35 % de lipides en privilégiant les AGI.
20
3. Apport protéique : 1,2-1,4g/kg/j
4. Apport hydrique : selon la diurèse.
• Si polyurie (>3L/j): apport pour éviter
déshydratation
• Si diurèse > 1L: apport normal (1.5 à 2L/j).
• Si diurèse < 1L: diurèse de la veille +
500mL/j.
• Si diurèse = 0: 750mL/j.
21
5. Apport sodé : 2400mg/jr voire moins selon la
prise de poids entre les séances de dialyse.
6. Apport en potassium :
• Si kaliémie normale, on se réfère à la diurèse:
– Si diurèse >1L: 2 à 3 g/j de K+
– Si diurèse <1L: 1 à 2g/j de K+
– Si diurèse = 0: 1g/j de K+
• Si hyperkaliémie ou hypokaliémie, on se réfère au
rappel des 24h et on ne se base plus sur la diurèse.
22
6. Apport en potassium :
Conduite à tenir:
• Réduire la consommation de certains aliments richement
concentrés en potassium.
• Sélectionner les fruits et légumes les moins riches en K
• Privilégier les compotes de fruits épluchés.
23
Privilégier:
- la cuisson à l’eau
- l’épluchage et le trempage des légumes dans un grand
volume d’eau au moins 3 heures avant cuisson.
24
7. Apport en phosphore : proposer des
aliments riches en protéines contenant le
moins possible de phosphore. Recourir aux
chélateurs de Ph.
La dialyse retire 500 à 700mg de phosphore.
8. Apport calcique : 1000mg/jr
25
Dialyse péritonéale
Présent par : Fatima zahra Rafiq - 2ème année master
26
III. Dialyse péritonéale
1. Risques de la dialyse péritonéale
a. Dénutrition:
Expose à un risque plus important de
dénutrition (protéique+énergétique) par
rapport à la dialyse normale car elle cause une
fuite protéique de 15g/24h.
27
1. Risques de la dialyse péritonéale
b. Anorexie:
Constitue
un
facteur
supplémentaire
d’anorexie due à la distension abdominale
qu’elle génère lors des repas et de la
fréquence des infections péritonéales.
28
1. Risques de la dialyse péritonéale
c. Hyperglycémie, augmentation du risque
de dyslipidémie et de la masse grasse
L’utilisation de solution de dialyse à base de
glucose cause une réabsorption de 100 à 200
g/j dont il faut tenir compte dans l’élaboration
du régime.
29
2. Prise en charge nutritionnelle:
• Apport énergétique: 30 à 35 kcal/kg/j
• Apport protéique : 1,5 g/kg/j
• Apport glucidique : 45 à 50% en supprimant
les sucres ajoutés et les boissons sucrées
• Apport lipidique : 30 à 35%
• Apport hydrique : selon la diurèse
• Apport sodé : 2400mg/jr
• Les autres besoins sont pareils à ceux
préconisés en hémodialyse.
30
Syndrome
néphrotique
Présenté par : Ichrak Lakhrissi - 2ème année master
31
IV. Syndrome néphrotique
1. Définition:
Protéinurie>3g/24h
Protidémie<60g/L
Albuminémie< 30g/L
Avec ou sans IR + oedèmes.
Il est du à une altération de la perméabilité
globulaire.
32
2. Prise en charge nutritionnelle:
• Apport en protéines: normal = 1g/kg/j
• Apport en lipides:
• Apport glucidique:
AGS +
AGPI
SAR pour éviter
l’insulinorésistance
• Apport énergétique: 30 à 35Kcal/kg/j
• Apport en sodium: régime hyposodé large
33
Transplantation rénale
Présenté par : Ichrak Lakhrissi -2ème année master
34
V. Transplantation rénale
1. En phase postopératoire:
• Apport hydrique adapté à la diurèse.
• Apport protéique de 1.5g/kg/j pour faciliter la
cicatrisation et avoir un bilan azoté positif.
• Apports potassiques: à adapter selon la kaliémie.
• L’hypophosphorémie, fréquente, est évitée par
l’apport important en produits laitiers et en
viande.
• Apport sodé à 2400 mg de sodium/j si
corticothérapie, si HTA ou oedèmes, réduire
encore plus l’apport.
35
2. En phase de stabilisation:
Alimentation en cas de corticothérapie.
Effets de la corticothérapie
Effets hyperglycémiants:
- de la synthèse hépatique
- de l’utilisation périphérique du glucose
Mesures diététiques
- Contrôler les sucres simples
- es sucres lents en quantité adaptée
au poids
- Pas de glucides en dehors des repas
Effets lipidiques:
- Diminution des acides gras saturés
- de l’appétit et capacités de stockage lipidiques
- Privilégier les graisses végétales
- des triglycérides
-Mauvaise répartition des graisses (aspect androide)
Effet sur les protéines:
et osseuse
de la synthèse protéique
- Apport suffisant en protéines
Effets électrolytiques: hypokaliémie et rétention
hydrosodée (survenue d’HTA)
-Aliments contenant du potassium +
sel de potassium
- Régime sans sel large
Action antivitamine D:
+ ostéopénie
- 3 à 4 produits laitiers pas jours
de l’absorption calcique
36
3. Règles hygiénodiététiques à suivre:
Minimiser les risques d’intoxication alimentaire
par:
• La préparation des aliments sur un plan de travail
propre.
• Bien cuire la viande.
• Respecter la chaine de froid.
• Réfrigération immédiate des aliments préparés et
non consommés.
• Toujours se laver les mains avant de passer à
table.
37
• Ne pas consommer la viande hachée à
l’avance.
• Bien laver et éplucher si nécessaire les
légumes et les fruits.
• Ne consommer que du lait stérilisé ou
pasteurisé et éviter les fromages au lait cru.
• Herbes séchées, aromates et condiments
doivent être ajoutés avant la cuisson.
• Ne pas utiliser les produits en vrac des
magasins.
38
• Ne jamais décongeler les aliments à
température ambiante.
Privilégier la décongélation au réfrigérateur ou
à l’eau froide.
• Interdire le pamplemousse, car il empêche
l’action de plusieurs traitements anti-rejet.
39
Téléchargement
Explore flashcards