Telechargé par houays.samy

dissert philo complete

publicité
Il est toujours compliqué voir impossible d'etre fidèle a nous même completement. Le terme fidèle designe
une personne qui ne manque pas un engagement pris ou donné a quelqu'un. Le terme "soi" implique le
rapport de l'individu avec lui même en excluant les autres. Cela renvoie à la conscience qu'il peut avoir de
lui meme, son questionnement sur sa propre existence. Etre fidèle à soi-meme peut procurer plus de
confiance en soi. Il y a un effet interieur qui se produit une serenité qui s'installe. La question "suis-je
toujours fidèle a moi-meme ?" amène a nous en poser d'autres telles que : Peut-on toujous être fidèle a soi
meme? Qu'est ce qu'etre fidele a soi-meme? A quoi est on fidèle? Pour repondre a cela, nous verrons
dans un premier temps, qu'on est toujours fidele a soi-meme si on se definit par rapport a nos actes, a ce
que l'on pense et a ce que l'on croit. Ensuite dans un deuxièmes temps, nous étudierons le fait que actes
sont précédés par nos intentions. Et pour finir, nous argumenterons le fait qu'on ne se connait jamais
totalement soi-meme, c'est la quete de toute une vie, on essaye donc seulement d'etre fidele a nos
principes, qui peuvent servir a nous eduquer, à contenir notre nature.
Tous d'abord, si l'on en croit l'expression selon laquelle "on est ce que l'ont fait" alors on peut dire
dans une certaine mesure, que nous sommes toujour fidèle a nous meme car dans se contexte on se definit
d'abord par rapport a nos actes. Par exemple, si on juge une personne qui commet un vole, elle sera une
voleuse en quelque sorte. Il y a une certaine fidélite envers sois meme. Par ailleur, l'homme a tendance a ne
pas ce trahir .Par exemple, lorsqu'une personne fait une action, elle a tendance a aller jusqu'au bout même
si il y a des conséquences. Elle peut trahir une personne en manquant a un engagement mais elle ne se
trahit pas elle même. C'est une sorte de fidélité envers soi-même.
Ensuite, si l'on en croit egalement l'expression "on est ce que l'on pense", alors on peut dire dans
une autre mesure que nous sommes fidèle envers nous même car ici on se definit par rapport a ce qu'on
pense.Rousseau dit dans la phrase suivante,"pourquoi douterais-je d'une chose dont je suis sur". Si nous
pensons une chose dont nous en somme sur , n'importe quels arguments nous fera pas changer d'avis. Par
exemple, nous pensons et nous en somme sur que les camps de concentrations et les chambres a gaz ont
existés. Malgrés que certains historiens refutent des arguments contraires,ce n'est pas pour cela que nous
allons pensé le contraire. Rousseau dit dans son livre, "Emile, ou de l'éducation", le paragraphe suivant,"Ce
n’est pas sur les idées d’autrui que j’écris ; c’est sur les miennes. Je ne vois point comme les autres hommes
; il y a longtemps qu’on me l’a reproché. Mais dépend-il de moi de me donner d’autres yeux, et de
m’affecter d’autres idées ? Non. Il dépend de moi de ne point abonder dans mon sens, de ne point croire
être seul plus sage que tout le monde ; il dépend de moi, non de changer de sentiment, mais de me défier
du mien : voilà tout ce que je puis faire, et ce que je fais. Que si je prends quelquefois le ton affirmatif, ce
n’est point pour en imposer au lecteur; c’est pour lui parler comme je pense. Pourquoi proposerais-je par
forme de doute ce dont, quant à moi, je ne doute point? Je dis exactement ce qui se passe dans mon
esprit". Si l'on pense le contraire de ce que certaine personne pense, on aura tendance a rester sur notre
penser et à l'affirmer. Par exemple, si l'on pense q'on ne c'est pas fait respecter par une personne et que
cette personnes et d'autre gens ont considéré que ce n'etais pas un manque de respect, ce n'est pas pour
autant que je changerai ma pensée et donc être d'accord avec cette personne. Ceci est aussi une forme de
fidélite envers sois-même.
Pour finir, si nous croyons a cette derniere expression, " on est ce que l'on croit", alors on peut
dire dans une dernière mesure qu'on est fidèle a sois-même car dans ce cas on se definit par rapport a ce
que l'on croit. Par exemple, si une personne croit en l'existence de dieu, cette personne aura tendance a
faire sa vie autour de cette croyance. Ces actes, ces decisions, son education, ses principes auront tendance
a être impacté par cette croyance.Elle devra tenter de ce tenir a certaine obligations et interdiction propre a
sa religion, en plus des lois du pays ou cette personne habite. De la même manière, une personne athée
aura tendance a faire tous ce qu'elle desire. Elle n'aura aucune obligation et interdiction hors mis les lois du
pays ou elle habite. Dans ces deux cas, il y a en quelque sorte une certaine fidélité a soi-même.
Mais l'Homme ne se definie pas seulement par ses actes,ses pensées et ses croyances mais aussi par
les intention qui l'animent. Par exemple, un homme qui tuerai accidentellement quelqu'un serait qualifier
de tueur si on le jugeait uniquement d'apres son acte. Mais hereusement, le carartère inintentionnel de
l'accident ne permet pas de le definir ainsi.
Il y a donc des intentions qui precèdent nos actes. Nos intentions sont construites par ce qui defini
notre identité, notre education, nos valeurs. La question qu'il faut alors se poser est: " à quoi sommes-nous
fidèle ?" Il faut donc chercher à examiner toutes les dimension de notre identité, sans en négliger les plus
profondes qui font aussi de nous ce que nous sommes. Etre fidele à ses valeurs, a ses choix, a son vecu, sont
des aspects importants dans la construction de notre identité, donc de nous même. Etre fidele a soi c'est en
partie agir conformément à ce que nous croyons bon, vrai et bien. C'est en étant fidèle à nos valeurs que
nous pourront pretendre etre en accord avec nous memes, des personnes intègres. Mais cela implique que
nos paroles soient en accord avec nos actes, nos actes en accord avec nos intentions et nos intentions avec
nos valeurs .
Être fidèle à nos choix, c'est les assumer
concrètement. Autrement dit, c'est continuer de respecter le choix que nous faisons et vivre avec ses
conséquences même si elle nous déplaisent. Chaque fois que nous prennions une décision, cela impliquerait
donc que nous la prennons en croyant faire pour le mieux, compte tenu de la connaissance limitée que nous
avons de la situation et des conséquences que cela peut avoir. Être fidèle à ses choix, inclue également ses
opinions: c'est traiter ses opinions comme des choix valables. Car il faut bien comprendre que chacune de
nos opinions correspond à la synthèse que nous faisons sur une question particulière, à partir de
l'information dont je dispose. C'est une création personnelle qui englobe plusieurs choix: quels éléments
nous retenons comme etant importants ou véridiques, lesquels nous considèrons comme des causes ou
des effets, auxquels nous accordons plus de poids, etc. Lorsque nous formons nos opinion sur une question,
nous créons notre pensée, nous la choisissons au meilleur de nos connaissances et de nos capacités. Ce
choix doit être respecté, même lorsque la suite des événements nous amène à découvrir que notre
opinion était erronée. Être fidèle à soi-même, c'est aussi être fidèle à ce que nous ressentons. Il ne s'agit
pas ici de suivre aveuglément les indications de chaque peur, chaque mouvement de colère ou chaque
désir. Il s'agit plutôt de reconnaître ses émotions, de les laisser être et de les faire siennes pour orienter
notre action. Il s'agit, au fond, de demeurer à l'écoute de sa conscience qui nous donnent nos émotions et
nos sentiments sur la valeur des choix que nous faiseons. La conscience permet a plusieurs personnes de
prendre une décision lorsqu'elles sont particulièrement indécises ou ambivalentes. Plutôt que de continuer
à peser sans fin le pour et le contre, elles font un choix arbitraire. Notre expérience nous indiquera si nous
sommes soulagé, stimulé, accablé ou neutralisé par cette option. Notre organisme nous aura indiqué, de
façon globale et bien mieux Qu'une liste d'avantages et inconvénients, si ce choix nous convient ou non.
Cependant nos choix peuvent etre influencer donc nous pourrons ne plus fidele
envers nous-même.Par exemple, si nous avons envie de faire une chose et qu'une majorité de personnes
nous disent de ne pas faire cette chose , nous aurons tendance a ne pas la faire et donc ne plus etre fidele à
sois meme. De plus il y a d'autres chose qui ont un impact sur nous tel que la mode qui impact sur une
majorité de personne qui suivent la mode, pour ne pas etre a l'ecart des personnes par peur d'etre
juger.Par ailleur, nous pouvons ne pas etre fidele envers nous-meme par rapport aux autres. Nous
pouvons etre infidele a nous même en tentant de modifier nos comportement en fonction des personnes
que nous rencontrons.Il faut dès lors savoir si dans les relations que nous entretenons avec autrui, nous ne
dissimulons pas des traits de notre personnalité afin de ne pas deplaire à nos interlocuteur, ce qui revient
a une certaine infidèlité à nous-meme. Le regard des autres peut avoir une influence sur notre rapport a
nous mêmes, car il peut impacter nos intentions, ainsi une action mené devant autrui peut être teinté
d'hypocrisie et d'ostentation dans le but de plaire aux autres et ainsi être différente de si elle avait été mené
en secret. De la même manière, il existe également une forme de mensonges a nous même par rapport a
nous même. Nous pouvons par exemple, ne pas faire preuve de fidèlite à nous même en cherchant a cacher
une desagreable verité en tentant de nous persuader que les chose ne sont pas tels qu'elles sont, afin de
nous preserver de la souffrance ou par peur de me confronter aux evénement. Ceci est la mauvaise foi selon
Sartre.
Si nous sommes toujours fidele a nous même cela implique qu'il faut d'abord être conscient de son
identité et de ce qui la fonde. Nous devons etre capable de determiné si notre identité evolue, si ce qui
fondes nos qualités et nos idées, ne nous ai pas etranger. Cela suppose que nous devont êtres transparents
a nous-même.Nous devons en quelques sortes s'il nous ais possibles de savoir qui on est, de connaitre notre
propre nature, afin de determiné nous pouvons entretenir une relation constante avec nous même et donc
de fidélites.
La
question suis-je toujours fidèle a moi-même ? Renvois à la question est-ce qu’on se connait
totalement ?Malheureusement, on ne se connait jamais totalement. C’est la quête de toute une
vie. L’homme doit devenir ce qu’il veut être. Sartre a dit la phrase suivante « l’existence précèdent
l’essence ». Cette phrase n’est valable que pour l’être humain et uniquement d’un point de vu
athée. A notre naissance, il n’y a pas de réponse a la question « qui suis-je moi en tant
qu’individu ? ».L’homme doit choisir qui il veut être, son essence .Pour Sartre ce qu’on est on la
choisi. On ne se définit jamais par la situation présente. Un célèbre rappeur nommé Booba di « moi
je veux devenir, ce que j’aurai du être ». Ce qui définit l’homme c’est qu’il se projette vers le
future, vers ce qu’il veut être. Nitch dit la phrase suivante « Devient qui tu es ». Etre passif le
« aujourd’hui ». Par exemple j’agis comme cela aujourd’hui demain j’agirai autrement. Pour l’être
humain, le présent n’a de sens que par rapport au futur. C’est une quête sans fin. Nous ne somme
pas fidèle a nous même car on est ce que l’on devient. On est qu’a l’instant présent. Hier j’étais,
demain je serais. Par exemple, si on a étais courageux, brave pendant vingt ans, cela ne veut pas
dire qu’on le sera toute notre vie. On peut faire une action qui sera lâche mais cela ne veut pas dire
qu’on sera lâche toute notre vie.
On ne peut pas se connaître soi-même, car l’expérience des sens
nous en empêche. En effet, nos sens sont trompeurs et sont considérés comme une source
d’illusion, d’incertitude, car ils nous détournent de notre pensée. Platon les qualifie même de
dangereuses. Nous voyons seulement ce que nous voulons voir ou bien entendre et c’est cette
volonté de contrôler nos sens qui nous empêche de nous connaître nous même puisque nos sens
flattent nos désirs et nous empêchent donc de voir la vérité, le monde tel qu’il est, même avec ses
points négatifs. Ainsi, les sens constituent des obstacles à la connaissance de soi. Le but principal
que tout le monde recherche est de se connaître en entier et de tout savoir sur nous même, mais
l’essentiel n’est pas souvent connu en nous à cause des sens, comme le dit Platon : "Je suis attiré
par les excitations superficielles, la nouveauté, le spectaculaire, ce qui brille, frappe, plaît mais
est-ce que je ne néglige pas l’essentiel ?" Ainsi, par ce questionnement, il nous montre qu’il oublie
de se connaître et se préoccupe de choses diverses non primordiales, dictées par les sens.
Beaucoup d’éléments qui nous entourent peuvent être considérés comme superficiels. Le fait
que nous ne pouvons pas nous connaître nous même n’est pas dû qu’à nos sens.
D'une autre manière la connaissance de soi est impossible car nous
nous analysons en tant que sujet et non en tant qu'objet, car pour ce connaitre, il faut savoir se
juger et pour se juger, il faut savoir prendre de la distance. Sauf que nous, comme on peut avoir
des problèmes de confiances en soi, par exemple, si on ne s'aime pas assez ou si on a un éxès de
confiance. Nous sommes donc, soit trop sevère, sois trop indulgent envers nous même.
On essayerai peut-être
seulement d'être fidèle à nos principes servent à nous eduquer, à contenir notre nature. La bible
nous dit que tous les Hommes sont pecheurs par narure. Donc ci ceci est vrai, en étant fidèle à lui
même, il commet des erreurs.Or, il tend aussi a faire le bien. C'est pourquoi, il intègre peut être
des principes auquel il essaye de ce tenir pour s'éduquer.Dans un autre exemple, on peut dire
qu'un homme de "bien", est fidèle a lui même en apparance en agissant bien il est peut-être
seulement fidèle a ces principes qui l'aide a renoncer au mal. Et donc quelques part, il serait plus
fidèle a lui même en faisant le mal.
Pour conclure, pour savoir si nous somme fidèle a nous même, il faut savoir si notre
identite reste la même ou evolue au cour du temps, savoir si sa personnalité change, en quelque
sorte savoir si on se connait.L'homme ne se connait pas, il ne sait pas ce qu'il va devenir, il ne sais
pas comment il reagira à certaines situations. Nous pouvons faire une ouverture sur la
psychanalyse, c'est-à-dire l'enssemble des processus psychiques profonds, de l'inconscient. Ceci est
fait par l'ensemble des travaux de Freud et de ses continuateurs concernant le rôle de
l'inconscient.L'inconscient est une autre cause de la non connaissance de soi. Freud pense ainsi
que tout le monde a un secret. Et c’est ce secret qui empêche de nous connaître, car il peut être
plus ou moins gênant et on préfère le refouler plutôt que de l’exposer à la vue d’autres personnes.
L'homme n'est pas et ne peut être fidèle a lui-même à cause de la non connaissance de soi.
Téléchargement
Explore flashcards