Telechargé par stlpmarie

Crétella Heidegger-en-français

publicité
HEIDEGGER
EN FRANÇAIS
Henri Crétella
Il a échu à François Fédier de devoir porter : défendre, expliquer,
traduire Heidegger en français. Lourde tâche, et redoutable, qu'il n'a pas
davantage choisie qu'il n'aura tenté de s'y dérober. Mais si elle s'est
imposée à lui, c'est à la façon dont le destin sait toujours mieux que nousmêmes ce qui nous convient. Arrivé de Suisse, ce pays d'entre les langues,
n'était-il pas électivement désigné pour pacifier l'allemand et le français ?
Langue de l’originel, langue de la profondeur : l'allemand ; langue de la
clarté, langue de l’universel : le français. Leur juste relation ne saurait être
autre que : d'un côté, explication de l'allemand par le français; et, de
l'autre, approfondissement du français par l'allemand. De sorte qu’il s’agit,
avec Heidegger, de faire en français l’équivalent, ou, plutôt, d’établir le
correspondant de ce que Kant a réalisé, pour Rousseau, en allemand.
De même, en effet, que Kant a découvert en Rousseau la nécessité de
révolutionner ce qui s’était jusqu’à lui nommé philosophie, de même faut-il
expliciter de quelle façon Heidegger a prolongé cette révolution… jusqu’à
devoir en renouveler la portée. Or, que cela devait s’effectuer en français,
rien ne permet mieux de le préciser que ce qu’ Heidegger lui-même a
confié à Jean Beaufret. Dans un premier courier à celui-ci, datant de plus
d’un an avant la “ Lettre sur l’humanisme ”, voici en effet, ce qu’il lui
écrivait : « Je pressens, pour autant que j’ai pu m’en rendre compte depuis
quelques semaines seulement, en la pensée des plus jeunes philosophes
français, un extraordinaire élan qui montre qu’il y a là une révolution en
préparation. » La lettre dont ce propos est extrait date du 23 novembre
1945, le mot élan s’y trouve bien en français et celui de “révolution” :
« Revolution », s’il y perd son accent, y gagne en revanche une majuscule
en allemand. En se référant “implicitement” à L’évolution créatrice par son
« élan » et en désignant expressément les plus jeunes des philosophes
français d’alors, le propos associe la génération de Bergson à Péguy à celle
de Sartre, Beaufret et Merleau-Ponty, nous permettant ainsi de relier ce que
celle-ci promettait à ce dont la précédente avait déjà témoigné. Ce qui, près
de deux générations après, ne saurait manquer de nous donner à penser.
1
Cela nous révèle en effet, une continuité philosophique insoupçonnée
dans la pensée française du siècle dernier. Continuité de caractère
révolutionnaire surtout dans son premier moment : lequel demeure
étonnamment ignoré de la part des intellectuels français. Sont en particulier
écartés de leur champ de rétrospection l’influence de Bergson sur le
mouvement révolutionnaire ouvrier et, plus encore, l’interprétation de la
“Révolution d’Octobre” par Gramsci en des termes spirituels que Péguy
n’aurait pas désavoués : et pour cause, le théoricien des “conseils d’usine”,
puis fondateur du parti communiste italien, ne s’était-il pas de préférence
formé à l’école de ce dernier et des courants de pensée apparentés plutôt
qu’à celle du matérialisme ossifié de la seconde internationale ? Sans
doute, le prisonnier qu’il devint de Mussolini aurait-il nuancé, si l’occasion
lui en avait été fournie, son diagnostic initial au titre volontairement
équivoque et provoquant. Octobre comme « Révolution contre Le
Capital » : le livre de Karl Marx et non le régime économique qui s’y
trouve décrit, voilà une violence philologique qu’il n’aurait sans doute pas
continué d’infliger à l’œuvre du fondateur de “la philosophie de la praxis”.
Rien cependant, dans ses Lettres ou ses Cahiers de prison, ne vient
infirmer l’esprit qui n’aura cessé de l’animer tout au long de sa
révolutionnaire activité : y compris donc dans ce polémique emportement
que nous évoquons. Emportement polémique, mais juvénile encore :
Gramsci n’a que vingt-huit ans quand il publie son article sur Octobre dans
des circonstances qui, nous en conviendrons, ne se prêtaient guère à une
académique “pondération”. Cela, en tout cas, ne doit pas nous détourner de
l’essentiel : à savoir que l’accusation de “bergsonisme” a commencé d’être
lancée, dans son propre camp, contre Gramsci dès novembre 1917: soit, le
mois même de la publication de l’article polémique en question. Bergson
s’est ainsi trouvé être adjectivé en “hérésie” de la révolution, bien avant
d’être purement et simplement ignoré par qui aura continué à prétendre
militer pour celle-ci.
Mais en existe-t-il encore aujourd’hui, et pourquoi évoquer ce qui
semble bien relever du “passé d’une illusion” qui a fait long feu
désormais ? La réponse à cette objection consiste à dissiper la
confusion qui nous a fait assimiler communisme et révolution. Car il s’agit
bien là d’un amalgame à rejeter. La référence philosophique, aussi expresse
que positive, à la révolution remonte à Kant, très précisément à la préface à
la seconde édition de la Critique de la raison pure, datée par son auteur
d’avril 1787, soit deux ans avant qu’elle n’éclate en France politiquement.
2
Or, à bien y regarder, malgré tous les excès commis depuis, il n’existe
jusqu’aujourd’hui aucun opprobre portant sur son nom. Bien au contraire.
Il ne se passe guère de jour où il ne se trouve positivement revendiqué dans
un ou plusieurs secteurs d’activité : que ceux-ci soient d’ordre “spirituel”
ou bien “matériel”. À se limiter, comme nous devons le faire ici, aux
domaines conjoints de la politique et de la philosophie, il faut même
remarquer la concurrence des régimes les plus opposés dans la
revendication de ce nom. Le siècle dernier a été marqué, non seulement par
le conflit entre la révolution national-socialiste et la révolution
communiste, mais auparavant par celui longtemps moins apparent, mais de
double et plus longue portée entre ce qu’on n’hésite plus à appeler “la
révolution démocratique” et les différentes sortes d’ “Ancien Régime” :
non seulement donc ceux du passé, mais également ceux qui prétendent en
rétablir l’autorité : par voie de religion, mais sous forme également de
révolution. De sorte que c’est désormais l’arc entier de l’histoire de
l’humanité qui se trouve placé sous le nom unanimement valorisé de
révolution. Ce qui, à la réflexion, se laisse assez bien penser dans le cadre
de la philosophie de Benedetto Croce. Celui-ci sut voir en effet que
l’Histoire de l’Europe au XIXème siècle devait être placée sous le signe de
« la religion de la liberté », laquelle revenait à dégager “le noyau spirituel”
de toutes celles l’ayant précédée, ce qui permettait de les ordonner au
mouvement dialectique de l’esprit : à la révolution autrement dit que celuici historiquement accomplit selon le cycle indéfiniment reproduit qui,
partant de l’art y reconduit après être passé par les trois autres moments
que sont la logique, l’économie et l’éthique. On comprend dès lors
pourquoi Gramsci en prison voulut écrire un Anti-Croce qui aurait
avantageusement succédé à l’Anti-Dühring d’Engels. Par un de ces retours
de conjoncture dont l’Histoire a le secret, voici que l’actualité nous replace
devant la tâche de devoir renouveler ce “débat” que l’on pouvait croire
définitivement enterré.
La confrontation qui a lieu dans cette kantienne institution qu’est
l’O.N.U. entre l’Occident et ses “autres” : des anciennes colonies aux pays
émergents, témoigne de ce que, malgré la victoire du libéralisme sur les
divers totalitarismes, la question demeure de la validité du modèle
démocratique “proposé” par les pays dominants à l’ensemble de ceux qui
en demeurent dépendants. La défaite du communisme a fait
paradoxalement resurgir une revendication “identitaire” de communauté
dont on ne sait ce qui véritablement la définit : l’illusion d’un possible
3
retour à la tradition — nationale ou religieuse — ou bien la confuse visée
d’un avenir mondialement renouvelé de la modernité. Dans l’une comme
dans l’autre de ces deux directions, continue en tout cas de jouer la
nécessité d’en passer, pour le moins, par un temps plus ou moins important
de révolution. Or, étonnamment, aucune interrogation ne s’est encore
élevée touchant ce qu’il faut entendre par ce terme lui-même de révolution
à la si étrange séduction. D’où la récurrence de ce qui, d’une certaine
manière en est : “le retour du refoulé”. Retour philosophique en
l’occurrence dans ce qu’il est convenu d’appeler, désormais sans aucune
sorte de guillemets : l’affaire Heidegger . Laquelle, en sa seconde instance,
a vu apparaître François Fédier en défense.
Rien ne saurait mieux attester l’importance de cette entrée en lice dans
le Kampfplatz — le “champ de bataille” de la pensée comme Kant l’a
désigné — que la reprise par François Fédier de l’un de ses articles
d’alors dans sa contribution — quarante ans après — à la quatrième
instance cette fois, de ce qu’il qualifie désormais de « faux procès ». Faux
procès en effet que celui commis contre Heidegger depuis maintenant plus
de six décennies. Mais procès d’autant plus révélateur que sa fausseté,
d’instance en instance, n’a fait que s’aggraver. La raison en est que ce faux
procès médiatiquement institué dès janvier 1946 dans les Temps Modernes
de Jean-Paul Sartre, n’est que le solde impossible à régler d’un autre
procès : véritable procès celui-ci, mais aussi injustement conduit que
terminé au terme duquel Heidegger fut écarté de, puis dans son université.
Interdit d’enseigner de 1945 à 1951 il lui fut, certes, par la suite, concédé
de donner quelques derniers cours ou de participer, notamment à un certain
séminaire: celui de Fink sur Héraclite ; mais, quant à retrouver son plein
exercice universitaire, cela ne lui fut jamais accordé. Le dernier
enseignement de Heidegger est ainsi demeuré pour les étudiants dépourvu
de toute validation universitaire. À qui, six décennies après que la sanction
ait été prononcée, serait tenté de douter de l’importance de ce délit de
justice universitaire, comme préalable à la subséquente affaire Heidegger,
le livre d’Emmanuel Faye permet d’apporter le plus net démenti. Le projet
développé dans cet ouvrage n’est autre en effet que de faire partout adopter
par l’ensemble des institutions d’enseignement un Lehrverbot posthume
définitif portant sur l’œuvre entier du penseur incriminé. D’auteur
philosophique qu’il était abusivement jusque là, Heidegger serait ainsi
institutionnellement ramené à ce monstrueux objet d’enquête historique
auquel le sous-titre du réquisitoire d’É. Faye fait remonter : « l’introduction
4
du nazisme en philosophie ». Qu’un pamphlet aussi aberrant ait pu, ne fûtce que dans un premier moment, recevoir un accueil médiatique et
académique aussi important laisserait pantois si l’on ne savait, depuis
longtemps, ce qu’il en est, en matière de “critique” philosophique ou
littéraire, des impostures fondées sur la non-lecture. Touchant le domaine
des publications, la rumeur organisée en amont l’a depuis longtemps
emporté sur leur préalable réception. Au point qu’il faut se demander si
celle-ci a jamais véritablement existé.
Faute de réception préalable, il existe cependant une réflexion seconde
qui porte à corriger les excès de la manipulation première de l’opinion.
Ainsi les fervents soutiens du livre d’É. Faye lors de sa parution en 2005
ont-ils dû enregistrer, depuis, le retournement — discret, sans doute,
contraint ou embarrassé, mais certain néanmoins — de l’opinion éclairée
touchant l’objet de leur approbation. Personne n’ose, ou ne peut, en effet
maintenant se déclarer en faveur de l’entreprise de censure promue par É.
Faye. L’œuvre de Heidegger ayant on ne peut plus profondément marqué la
pensée de l’ensemble de ses contemporains, et transformé l’intelligence du
cours entier de l’histoire de la philosophie, il n’était pas possible que
l’absurdité du projet de l’exclure des études philosophiques ne finisse assez
rapidement par apparaître dans toute sa “clarté” : même aux plus
farouches adversaires de Heidegger. Reste bien entendu le cas des esprits
les plus égarés qui doivent s’efforcer d’espérer un nouveau retournement
en défaveur de l’objet de leur ressentiment. Car il n’a pas manqué de
précédents. À commencer par celui contre lequel s’est, une première fois,
élevé François Fédier.
Le premier article qu’il lui a consacré — dans la revue Critique en
novembre 1966 — commence justement par ce rappel à valeur de mise en
garde ; à savoir, qu’ « il y a maintenant plus de vingt ans qu’une polémique
se déroule au sujet de Heidegger : rien de neuf ne peut sortir d’une nouvelle
polémique. » L’apport neuf de son intervention permettra, de fait, de
transformer la « nouvelle polémique » qui menaçait en quelque chose de
bien différent : la possibilité d’une approche critique de l’œuvre de
Heidegger. La déterminante nouveauté de cette perspective n’ayant jamais
été depuis véritablement remarquée, il s’impose de précisément la
souligner. Que l’on sache en effet, il n’avait jamais été écrit auparavant que
les dix mois d’“engagement” de Heidegger en faveur de Hitler et de son
mouvement devaient s’inscrire au registre de l’erreur de la faute et non à
5
celui de l’effort de penser ou de l’intime conviction de son auteur.
Lorsqu’on sait, comme on le devrait, que celui-ci n’a jamais lui-même
publié de son vivant combien il s’était alors — d’avril 1933 à février 1934
— grandement égaré (on aura beau chercher, on n’en trouvera aucune
trace jusque dans son entretien posthume au Spiegel), cela permet déjà de
mesurer l’aveuglement des adversaires de Heidegger. Au lieu de saluer
l’audace de Fédier et de remarquer qu’aucun démenti ne lui était opposé,
ceux-ci en effet n’ont tout simplement pas reçu le message d’indirecte
autocritique qu’il constituait de la part du penseur concerné. Il se trouva
même quelqu’un pour brocarder la critique en « piété » et présenter Fédier
comme « le dernier des apologètes ». Comme si, écrire une apologie,
n’avait pas, depuis Platon, acquis ses lettres de noblesse en philosophie.
Mais sans doute Jean-Pierre Faye, car c’est de lui qu’il s’agit dans ce texte
paru en février 1967 dans Critique, en avait-il perdu mémoire. Il y apparaît
en effet déjà bien près d’être noyé dans sa confuse étude des « langages
totalitaires », ainsi qu’il nommera sa « lecture » de ce type d’« énoncés »
qu’il prête faussement à Heidegger — lequel s’efforçait au contraire d’en
renverser le sens et la portée. Ce que Fédier, en juillet de la même année,
s’est patiemment astreint de lui démontrer.
Cette réponse à l’argumentaire de Faye père figure désormais en
annexe première à la réfutation de Faye fils présentée par Fédier dans sa
contribution au volume collectif Heidegger à plus forte raison publié en
2007 par les éditions Fayard. Ce qui permet de mesurer le déficit
argumentaire du fils par rapport au père et d’observer ainsi la chute
diffamatoire subie en quarante ans par l’accusation portée contre
Heidegger. Là où Faye Jean-Pierre accordait encore un crédit
d’ « innocence » —aussi « rusée » que finalement bernée — à la
« stratégie » de Heidegger à l’égard des nazis, Faye Emmanuel n’aperçoit,
lui, plus qu’allégeance et rouerie. Allégeance intellectuelle et rouerie
professionnelle. Loin d’avoir tenté de diriger Hitler — den Führer führen :
« guider le guide » comme Jaspers l’en moquait — voilà Heidegger
soupçonné maintenant au contraire de n’avoir pu en être que l’un des
« “nègres” ». Mis en alerte, il est vrai, par le relevé de ce terme de
« “nègres” » dans la première édition de son ouvrage de diffamation, É.
Faye a eu l’habileté de le remplacer, dans l’édition de poche, par celui de
« personnalités » qu’il n’avait pas besoin d’entourer de ses propres
“guillemets”. Mais la correction, en l’occurrence, vaut révélation. Sinon de
rouerie, du moins d’une “prudence” qui n’est pas loin d’y ressembler. De
6
sorte que le reproche complémentaire de camouflage « ontologique » du
« négationnisme » fait au dernier Heidegger ne saurait étonner de la part de
qui sait lui-même si bien se corriger. Une fois précisées la supérieure
argumentation de Faye père, et sa meilleure disposition à l’égard de
Heidegger, il demeure cependant qu’il faut attribuer à son type de
« lecture » la désolante situation dont l’ouvrage de son fils n’est que la plus
affligeante expression. D’où le titre justifié de la réponse de François
Fédier à Jean-Pierre Faye : « Une lecture dénoncée ».
Les fautes de lecture — et de traduction — de ce dernier ne sont pas
tant personnelles, en effet, qu’emblématiques d’une condition
herméneutique qui n’a guère changé en quatre décennies. L’hégémonie
idéologique est dans l’intervalle passée du marxisme au libéralisme sans
que cela y modifie rien d’essentiel. De sorte qu’elle pourrait retourner au
pôle opposé entre temps rénové : cela ne ferait qu’une fois de plus
démontrer l’essentielle solidarité des apparents opposés. La perspective de
pensée ouverte par Heidegger resterait pareillement ignorée. La raison en
est le caractère inédit de celle-ci : inédit au point qu’il n’a guère commencé
d’être, ne fût-ce que pressenti. Aussi bien cela constitue-t-il la véritable
originalité de l’apport de François Fédier. Originalité aussi inapparente que
déterminante. La réponse à Jean-Pierre Faye de juillet 1967 permet d’en
dater le surgissement premier. S’y trouve en effet précisée la double
condition à laquelle devoir soumettre la lecture de Heidegger. Condition
critique d’une part : mesurer la gigantesque erreur de Heidegger en 1933.
Condition heuristique, d’autre part : découvrir ce qui en l’œuvre
heideggérien était destiné à demeurer essentiellement inédit. Quant au volet
critique, l’article de juillet 1967 est on ne peut plus explicite dans le tracé
du projet. Autant le restituer ici dans sa littéralité :
« […] L’engagement politique de Heidegger a son importance
dans le développement de sa méditation. C’est pourquoi il importe
de l’atteindre dans sa réalité — et non dans un mirage.
Alors seulement on peut voir clairement quelle fut l’erreur de
Heidegger en sa triple articulation de faute philosophique : faute,
d’abord, de n’avoir pas immédiatement mesuré la gravité de ce qui
s’installait en Allemagne ; faute, ensuite, de n’avoir pas mesuré
l’impuissance de la pensée face à ce qui s’installait ; faute, enfin,
de nourrir l’illusion chez d’autres que la pensée pourrait modifier
7
l’événement. » (Critique, juillet 1967, p. 686 ; Heidegger à plus
forte raison, p. 84).
La « faute philosophique » apparaît si distinctement articulée que l’on
s’étonne de lire, immédiatement après :
« Autre chose est de dire cette faute, autre chose est de la
mesurer exactement.
Ce n’est pas le lieu, ici, ni le moment, d’entreprendre cette
mesure.[…] » (id., ibid.).
Le report est d’autant plus étonnant que la distinction qui permet de
« mesurer exactement » « cette faute » est énoncée peu auparavant. Il s’agit
de la « pensée la plus profonde » de Heidegger : « à savoir que l’homme,
en tant que Dasein, est irréductible à toute simplification ontique — en
particulier ici, à cette caricature de biologie qu’est le racisme. » (Critique,
juillet 1967, p. 683 ; Heidegger à plus forte raison, p. 80).
Mais « l’homme, EN TANT QUE Dasein », voilà — comme il fallait
fortement le souligner — ce qui fait question précisément : encore
présentement. Que cela constitue « le plus profond », non seulement de
“l’affaire”, mais de « la pensée » de Heidegger, demeure même, pour nous
aujourd’hui, encore à découvrir. À découvrir notamment à partir de l’erreur
commise par Heidegger au sujet de Hitler. Car ce ne fut pas une erreur
empirique sur la personne, mais, de sa part, une faute philosophique dont
on ne peut qu’être surpris qu’il ait pu la commettre ainsi : en littérale
violation de sa « pensée la plus profonde ». Elle apparaît dans son
aveuglante visibilité dans la fameuse avant-dernière phrase de l’Appel aux
étudiants du 3 novembre 1933. J’y souligne — de nouveau fortement —,
dans la traduction de Fédier, le mot précis dans lequel la possibilité de la
faute s’inscrit (et je joins entre crochets le mot allemand qu’il traduit très
littéralement) :
« Le Führer lui-même et lui seul est l’EFFECTIVITÉ
[Wirklichkeit ] de l’Allemagne d’aujourd’hui et de demain et sa
loi. » (Critique, juillet 1967, p.682 ; Heidegger à plus forte raison,
p. 79).
8
S’il est un terme qui, dans cette phrase de Heidegger n’aurait pas dû
être placé en direct complément du verbe le précédant, c’est bien en effet
celui d’ « effectivité », ou « réalité », comme on traduit plus souvent —
dans un français plus courant, mais beaucoup moins parlant — la
Wirklichkeit du texte allemand. La pensée en remonte en effet, par delà et
selon Hegel qui en a célébré la rationalité, jusqu’à Platon, mais non sans,
contradictoirement, évoquer Machiavel. On se souvient assez
communément de l’insigne “énoncé” de Hegel, dans la préface aux
Principes de la philosophie du droit : « Ce qui est rationnel est réel, et ce
qui est réel est rationnel. » Le terme « réel » y traduit par deux fois
l’allemand wirklich, soit l’adjectif dont Wirklichkeit est le substantif.
Beaucoup moins nombreux sont en revanche ceux qui s’attachent au
contexte de l’énoncé et à l’acception proprement hégélienne du « réel » qui
s’y trouve célébré. Marx, pourtant, ne l’aura pas négligée, c’est le moins
qu’on en puisse dire. Mais, surtout, personne ne semble avoir songé à
littéralement la référer à « la vérité effectuelle [effettuale] de la chose» que
Machiavel a opposée à « l’imagination [immaginazione] » qu’en donne
Platon, lequel est, à l’évidence, visé sans être nommé dans le fameux
chapitre XV du Prince. Or, non seulement le jeune Hegel n’avait pas
manqué de positivement se réclamer de Machiavel, mais il se trouve qu’à
l’époque où il consignait des « Annotations sur Ernst Jünger », (entre 1934
et 1940 selon Peter Trawny qui en a établi l’édition), Heidegger témoigne
avoir fait une lecture du Prince dont il consigne qu’il est « le
commencement de la Modernité » : der Anfang der Neuzeit (Cf.
Gesamtausgabe, « édition intégrale », t. 90, p.80). Une Modernité
caractérisée par ce qu’il faudrait appeler sa “technicité”, de manière à
condenser ce que Heidegger nous dit dans la même page de la
« certitude » [Gewißheit] qui se trouve au « fondement de la vérité » :
[Grund der Wahrheit] comme « faisabilité » de l’étant. Le terme de
Machenschaft rendu ici par « faisabilité » est placé par Heidegger entre
parenthèses en guise de résumé de sa caractérisation de la Modernité. Ce
qui s’accorde parfaitement à la conception de la politique, ou, plutôt, de
« l’art de l’État » : l’arte dello Stato, que nous devons à Machiavel,.
Conception « princière » en un sens étendu, puisque l’auteur du Prince est
aussi celui des Discours sur la première décade de Tite Live et que, dans
l’un comme dans l’autre de ces ouvrages, la fondation des états, qu’ils
soient devenus républiques ou principats, est référée à l’action d’un
« virtueux » fondateur : un Moïse, un Lycurgue, un Thésée ou un
Romulus. De même la régénération, en l’espèce de l’Italie, ne pourrait
9
advenir que grâce à la virtù extraordinaire d’un « prince », mais
« nouveau » [principe nuovo]. Que « l’art de l’État » doive, d’autre part,
être associé à l’économie et la finance, plutôt qu’aux beaux-arts, cela
apparaît avec la plus étonnante clarté à la lecture de cette “confidence” de
Machiavel à son ami Francesco Vettori : « car la fortune a fait que, ne
sachant raisonner ni de l’art de la soie ni de l’art de la laine, ni des gains, ni
des pertes, il me convient de raisonner des choses de l’État, et je dois, soit
faire vœu de me taire, soit raisonner de cela. » À cet égard, il n’est pas sans
signification de remarquer que le verbe « raisonner » : ragionare a la même
racine en italien que ragioniere : comptable et ragioneria : comptabilité. La
« pensée comptable » serait ainsi, pour le rechnende Denken de la
conférence « Sérénité » : Gelassenheit (1955), une autrement bonne
traduction en français que la « pensée calculante » qui semble s’y être
imposée.
Indépendamment donc de toute détermination d’influence à la Gustave
Lanson, il y a une généalogie de la Wirklichkeit dont nous n’avons pas
encore indiqué la juste portée pour « mesurer exactement », comme l’a
projeté François Fédier, la « faute philosophique » commise par Heidegger
au sujet de Hitler. Celle-ci est, à la vérité, aussi ténue, pour ne pas dire
infinitésimale, dans l’expression que maximale dans l’impression. La
référence à la machiavellienne « vérité effectuelle » paraît, seule, de nature
à pouvoir l’expliciter. Traduire Wirklichkeit par « effectivité » n’est pas
encore assez littéral en effet : c’est « effectualité » qu’il faudrait préférer.
Ce n’est qu’ainsi qu’il peut être fait droit à la philosophie dans celle-ci. La
différence entre « effectif » et « effectuel » exprime en effet la différence
sur laquelle Heidegger a attiré notre attention : la différence dite d’abord
« ontologique » , puis plus justement désignée comme différence entre
l’être et l’étant. Différence double car associant distinction et liaison.
Heidegger la signifie ordinairement par le « trait d’union » : Bindestrich
entre les deux composants de certains mots. En réalité cependant, ce trait
d’union, est, en l’occurrence, plutôt un Gedankenstrich : un « trait de
pensée », comme est si remarquablement désigné en allemand ce que nous
appelons en français un « tiret ». Ce n’est que lorsque nous en creuserons la
signification pour l’expression de « la pensée la plus profonde » de
Heidegger que nous en apercevrons toute la portée. Car, autant y préparer,
la plus profonde pensée à laquelle Heidegger nous a initiés n’ est pas
inscrite dans le terme d’Ereignis, mais bien dans celui de Dasein comme
François Fédier l’a énoncé. Dasein dont le “tiret”, ou, plutôt, le trait
10
d’articulation liant les deux composants du Da-sein permet de révéler qu’il
porte en lui l’instance de l’Ereignis. Ce que, du reste Heidegger, dans sa
lettre du 23 novembre 1945, avait confié par anticipation à Jean Beaufret.
Par anticipation, soit sans explicitation, mais en une célèbre indication d’
« impossible » traduction de Da-sein en français. Dans cette traduction par
être le là, qui défie en effet la pratique syntaxique du français, le là doit
être décrypté comme signifiant l’Ereignis. La nécessité et la légitimité de
ce décryptage résulte de la décision de Heidegger alors de maintenir « en
arrière-plan » im Hintergrund « l’autre langage » die andere Sprache de sa
pensée et de continuer à s’exprimer dans celui de la métaphysique. Cela est
expressément précisé, depuis trente trois ans désormais, dans la première
annotation en marge de la Lettre sur l’humanisme dans le volume 9 publié
en 1976 de l’édition intégrale de Martin Heidegger (Cf. Gesamtausgabe Bd
9, p. 313).
Cela, surtout, permet de déceler l’avance à la lecture que permettait
l’entrée en lice de Fédier dans l’affaire Heidegger : alors qu’il avait fait
partie du petit nombre de ceux qui, en 1962, furent admis à entendre
Heidegger prononcer la conférence Zeit und Sein : « Temps et Être » qu’il
éditera et traduira en 1968 dans le volume d’hommage à Jean Beaufret :
L’endurance de la pensée (éditions Plon) ; alors donc que ce texte apparaît
depuis comme le texte cardinal démontrant la prétendue nécessité de
soumettre le « Heidegger I » d’Être et Temps à l’aune du « Heidegger II »
de ce « Temps et Être » là, Fédier a anticipé de 40 ans la publication, en
2007, de l’autocritique que Heidegger consigna, en 1973, de sa conférence
de 1962. Page 115 du volume 14 de l’ « édition intégrale » on peut lire, en
effet, que le caractère « insuffisant » : unzureichend de la conférence a
consisté à « laisser de côté » : zurückstellen « le besoin appartenant à
l’Eignis et nommant le Da-sein en même temps » : den Brauch gehörend
zur Eignis und das Da-sein mitnennend. « Ce chemin — impossible » :
Dieser Weg unmöglich, ajoute Heigegger et, un point virgule
après, «l’Ereignis advient ainsi au langage dans une forme incohérente» :
so wird das Ereignis in einer abgerissenen Gestalt / zur Sprache bringen.
On aperçoit ainsi le problème que Heidegger, en 1927, a laissé pendant
en ne publiant pas la troisième section d’Être et Temps : problème dont,
quatre-vingt deux ans après, la solution n’est toujours pas expressément
apportée dans les quatre-vingt volumes de l’œuvre à ce jour publiés. Car on
n’a fait jusqu’ici que postuler : prétendre qu’il l’avait donnée. Alors qu’en
11
vérité, tel le laboureur de la fable, il n’a sans doute légué à sa postérité que
le soin de la chercher. À l’image des enfants du laboureur, resterait alors à
ladite postérité à découvrir, dans le labeur de la question, un trésor encore
supérieur à celui qui semblait promis. Ce qui, du reste, pouvait commencer
dès 1927 et n’a fait depuis que davantage s’imposer. Au lieu de croire
n’avoir qu’à enregistrer une réponse déjà arrêtée, il s’agit ainsi de découvrir
dans la question une ressource de pensée constamment renouvelée. Par un
surprenant retournement, l’essence de l’erreur pourrait bien se révéler alors
constituée par la dogmatique prétention de mettre fin à la question. Ou
encore, d’en soumettre la possibilité : Möglichkeit, à l’aune d’une
Wirklichkeit qui ne saurait jamais s’y égaler, qu’on la traduise en français
par « réalité », « effectivité » ou, même : « effectualité ». — Ce qui permet
de « mesurer exactement » l’énormité de l’erreur que fut l’engagement de
Heidegger en faveur du Führer.
Car cela fut avant tout une faute contre sa plus originale pensée telle
qu’il l’avait publiée six ans auparavant dans Être et Temps. « Plus haut que
la réalité se tient la possibilité » : Höher als die Wirklichkeit steht die
Möglichkeit, avait-il écrit en effet dans son « ouvrage de percée ».
Comment expliquer qu’il l’ait, sinon oublié, du moins négligé dans son
Appel aux étudiants ? Comment si ce n’est en précisant de quelle façon
Heidegger a pu remonter de ce « moment machiavélien » d’égarement à
une pensée du politique dont l’originalité a, jusqu’à présent, échappé
complètement à l’attention de la quasi totalité : tant de ses “défenseurs” que
de ses “procureurs” ? À ce sujet, à ma connaissance en tout cas, nul n’a
jusqu’ici remarqué la continuité et la différence à observer entre le
Discours de Rectorat de mai 1933 et le cours d’Introduction à la
métaphysique du semestre d’été 1935. La continuité ressortit au projet
d’ « ontologie phénoménologique universelle » d’ Être et Temps dont le
Discours de Rectorat :
« expose de nouveau [wieder] la science immédiatement à la
fécondité et aux bienfaits [Segen] de toutes les puissances
[Mächte] configuratrices- de- monde du Dasein humain et
historique — telles que sont là : nature, histoire, langue ; peuple,
mœurs, Êtat ; poésie, pensée, foi ; maladie, folie, mort ; droit,
économie, technique. » (Martin Heidegger, Écrits pollitiques,
Gallimard, p. 104, traduction de François Fédier ; j’y place entre
crochets les termes allemands auxquels il sera référé ci-après).
12
Le plus remarquable en ce Discours en effet, bien qu’il n’y ait jamais
été observé, est que Heidegger y transporte — dans son articulation
maximale — ce qu’il n’avait encore jamais publiquement spécifié du projet
présenté dans son «ouvrage de percée ». Le terme de « science » :
Wissenschaft, y renvoie ainsi au commencement grec de celle-ci dans la
philosophie. Commencement consistant en une rupture : Aufbruch dont
Heidegger, dans le passage cité, indique discrètement — par l’expression
« de nouveau » : wieder — qu’il n’est compréhensible que grâce au
renouveau qu’il en a proposé dans Être et Temps. Car « l’essence de la
science », avait précisé Heidegger peu auparavant, réside dans un
questionnement portant sur ce qu’est, en son entier, l’étant. Ainsi :
« Toute science est philosophie, qu’elle soit capable de le savoir
et de le vouloir, ou non. » (op.cit. p. 101).
Le terme de « puissances » : Mächte indique significativement,
dans le passage cité précédemment, comment il faut y entendre
l’essence de la science. Encore faut-il ne pas — doublement — s’y
tromper touchant la puissance qui la définit. Ne pas s’y tromper d’abord
eu égard aux Grecs chez qui ladite puissance se trouvait ordonnée,
précise Heidegger, à « la surpuissance du destin » : die Ûbermacht des
Schicksals : la surpuissance étant ici à comprendre, non comme une
puissance supérieure, mais comme ce qui est supérieur à l’ordre de la
puissance. Ce que signifie le vieux récit qui faisait de Prométhée « le
premier philosophe » : der erste Philosoph. Car Prométhée le titan
appartient, non à l’ordre humain, mais divin : divin en l’occurrence
affronté à plus grand que lui, révolté contre lui, enchaîné par lui, mais
non vaincu par lui. Il lui demeure, au contraire, insoumis. Ce caractère
insurgé de la philosophie ne s’est pas perdu depuis. Celle-ci cependant
se trouve désormais « devant un grand changement » : vor einer großen
Wandlung. Or ce changement lui est signifié par « le dernier[…]
philosophe allemand » : der […] letzte deutsche Philosoph. Il s’agit de
Nietzsche dont le « Dieu est mort », précise Heidegger, loin de signifier
mépris de la divinité en exprime au contraire la quête passionnée. À
l’instar du premier philosophe, le dernier nous replace ainsi devant un
destin surpuissant.
Faute d’avoir observé l’importance — et la nature — de la
surpuissance évoquée dans le Discours de Rectorat, il sera fait à son
13
auteur un procès politique dont la fausseté résulte ainsi, non de la
simple calomnie, mais de la non-considération de la sorte de théologie
inhérente à la philosophie. Théologie non religieuse, non
ecclésiastique : théologie laïque que celle-ci — mais théologie
néanmoins. Théologie qui, au demeurant, permet d’expliquer l’athéisme
de la Modernité et d’en corriger les excès. Car cet athéisme s’est doublé
d’un surhumanisme — de classe ou de race — dans lequel la figure du
« Père des peuples » et, bien plus criminellement encore, celle du
Führer a usurpé la place de la divinité. Mais cela Heidegger ne le
découvrira que grâce à sa démission du Rectorat. Qu’à l’époque de
celui-ci, il n’en fût pas là déjà, suffirait à en témoigner, dans le passage
cité, le terme de Segen qui devait, en contexte français, y être rendu par
« bienfaits », mais signifie plus directement « bénédictions » en
allemand. Mais nous avons, depuis 1983, un autre « document »
l’attestant beaucoup plus formellement. Il s’agit d’un texte intitulé « Le
rectorat 1933-1934 – Faits et réflexions», écrit peu après l’effondrement
allemand de 1945. Heidegger avait laissé à son fils Hermann, légataire
de l’œuvre, le soin de le publier quand le temps lui paraîtrait venu de le
faire. Ce dont il s’acquitta, en complément d’une réédition du Discours
de Rectorat, l’année donc du cinquantenaire de l’accession au pouvoir
de Hitler. Les deux textes font désormais aussi partie du tome 16 de
l’édition intégrale et sont traduits par François Fédier dans son édition
des Écrits politiques de Martin Heidegger.
Dans le texte de 1945, Heidegger établit nettement le partage entre
ce qui constitue l’essentiel et ce qui fut en 1933-34 sa faute personnelle.
Il reconnaît qu’il avait alors : « renoncé au métier[Beruf] proprement dit
de penser en faveur d’une action [Wirken] en tant qu’administrateur » ;
il y assume également ce que sa « propre insuffisance » a pu
occasionner dans l’exercice d’une fonction pour laquelle il n’était pas
fait. Mais, cela précisé, « l’essentiel » : das Wesentliche, ajoute-t-il
« n’est pas atteint qui m’a déterminé à me charger de cette fonction ».
Or l’essentiel, ne l’est pas seulement pour les Allemands de 1945, mais
pour nous encore aujourd’hui, et réside en ceci que :
« nous nous tenons au milieu de l’achèvement du nihilisme ;
que Dieu est
“mort”; et que tout espace-temps pour la
divinité est obstrué et recouvert. Mais aussi qu’un début de
guérison du nihilisme s’annonce dans la pensée et le chant
14
poétiques de l’allemand [im dichtenden Denken und Singen des
Deutschen] » (Écrits politiques, op.cit. p. 234 ; traduction
modifiée pour le passage cité en allemand entre crochets).
L’essentiel ayant déterminé Heidegger à se charger du rectorat s’avère
bien ainsi théologiquement nietzschéen comme cela apparaissait déjà douze
ans plus tôt dans son Discours d’entrée en fonction. Aussi bien fallait-il
n’être qu’à demi surpris que l’auteur d’Être et Temps ait cherché, dans la
direction de l’université, un « espace-temps pour la divinité ». Ce que nous
apporte ce passage-clé du texte de 1945 est, en revanche, la raison de la
non-publication de la troisième section de « l’ouvrage de percée ». La
dimension théologique de la question traitée devait s’y trouver
thématiquement abordée comme en atteste l’allusion faite par Heidegger —
dans une lettre à Max Müller en date du 4 novembre 1947 — à la première
élaboration de cette troisième section (cf. Briefe an Max Müller und andere
Dokumente, Verlag Karl Alber, p. 15). En cette toute première version de la
Kehre, renversement de la question d’Être et Temps en celle de « Temps et
Être », Heidegger présentait de deux façons cette transformation : comme
différence « transcendantale (ontologique au sens restreint) » et comme
« différence transcendante (théologique) », l’unité des deux étant signifiée
par l’expression que Heidegger lui-même place entre guillemets de
“transzendenzhafte Differenz” qui ne trouve guère d’équivalent aussi
condensé en français, « différence dans et par transcendance » faut-il y
préciser, l’idée étant que ladite « différence » est à situer doublement dans
un registre transcendant : ontologique en tant qu’être dépassant l’étant et
théologique en tant que divin le surpassant. Du moins est-ce ainsi que l’on
peut tenter d’expliciter l’« embarras » Verlegenheit révélé par le titre donné
à ce premier essai qui, parce que tenté « sur la base onto-théologique de la
métaphysique », « n’aboutit pas ». Heidegger l’aurait même détruit, brûlé,
mais non sans en conserver mémoire, comme il importait de le rappeler.
Car, dans son ordonnance au vocabulaire de la « transcendance », ce
souvenir précis nous fait remonter bien avant Être et Temps, à la thèse
d’habilitation de Heidegger antérieure de neuf ans, en laquelle la pensée
médiévale des « transcendantaux » se confrontait à la systématisation la
plus accomplie de la pensée moderne du sujet. Théologie scolastique contre
théologie sécularisée, le « commentaire » du pseudo Duns Scot devait
déboucher sur la mise en question de la domination hégélienne dans l’ordre
philosophique de la Modernité. Heidegger parvenait ainsi à accéder au
15
« chemin de pensée » auquel son nom est attaché. Chemin théologique tant
dans sa provenance que dans la permanence de son orientation, comme il
sut expressément le reconnaître au cours de « l’entretien avec un Japonais »
publié dans Acheminement vers la parole ( cf. in éd. Gallimard, p. 95 la
traduction de François Fédier). L’abandon de ce vocabulaire de la
transcendance pour la poétique de l’Ereignis : avenant ou avenance, fut
l’accomplissement véritable de la Kehre dont le problème finalement
disparut écarté qu’il fut par l’expérience de la pensée du « pas en retrait » :
der Schritt zurück. Tel est en effet l’enseignement à retirer du manuscrit
Vermächtnis der Seinsfrage : « legs de la question de l’être », à la rédaction
duquel Heidegger travaillait entre 1973 et 1975, à titre, selon toute
vraisemblance, d’introduction générale à son édition intégrale (cf. Martin
Heidegger Gesellschaft, Jahresgabe 2007). D’où, par rétrospection,
l’importance accrue du bref opuscule de 1947, Aus der Erfahrung des
Denkens dont l’initiale préposition : Aus présente un défi d’autant plus
nécessaire à relever qu’elle se retrouve dans son “énoncé”
philosophiquement le plus étonnant. Défi de compréhension en
l’occurrence plus que de traduction. Car la traduction peut bien demeurer
elliptique, tant pour le titre : De l’expérience de penser que pour ce qui a
trait à la philosophie, à savoir que :
« Nous pouvons tenter le pas en retrait de la philosophie à la
pensée de l’estre (Seyn) dès lors que nous sommes devenus
familiers en la provenance de la pensée. »
Den Schritt zurück aus der Philosophie in das Denken des
Seyns dürfen wir wagen, sobald wir in der Herkunft des
Denkens heimisch geworden sind.
Le sens, en revanche, de la préposition « de » n’est pas ici d’indiquer
ce dont il est question mais bien de signifier « l’expérience », l’épreuve que
cela constitue. Épreuve à devoir accomplir par le lecteur de l’intérieur :
tant de l’intérieur de l’expérience de la pensée que de l’intérieur de la
philosophie. Ce qui, par conséquent signifie, contrairement à ce que l’on a
compris jusqu’ici, qu’il n’est pas question de quitter celle-ci, mais
16
d’accéder à « la pensée de l’estre » grâce à la philosophie. Heidegger a
certes pu dire en 1955 à Cerisy qu’ « il n’y a pas de philosophie
heideggerienne», il voulait dire par là seulement qu’il ne s’agissait pas pour
lui d’ajouter encore une “nouvelle” philosophie à celles qui existaient déjà.
Et de préciser : « s’il devait y avoir quelque chose de ce genre, je ne
m’intéresserais pas à cette philosophie ». Cela dit, non sans toutefois
ajouter que ce qui, par contre et « uniquement » l’intéressait était
« l’affaire et le thème sur lesquels est axée toute philosophie. » (cf. le
propos rapporté par Jean Beaufret en 1958 dans « Heidegger et le monde
grec », recueilli depuis, aux éditions Vrin, dans De l’existentialisme à
Heidegger). Or « l’affaire et le thème sur lesquels est axée toute
philosophie » qu’est-ce d’autre, nous a-t-il appris, que ce dont il fit
inlassablement question et qui semble, mais semble seulement, dans le
passage cité, une nouvelle fois rappelé, sous une ancienne graphie, par le
terme d’ « estre », comme Gérard Guest nous a si justement appris à
distinguer en français le Seyn : soit, l’être lui-même — vers lequel ici
Heidegger nous conduit — de l’être de l’étant auquel la philosophie s’est
métaphysiquement limitée. Limitée ainsi, non du reste sans confusion, car
l’être apparaît alors seulement comme un maxi-étant. De sorte que
l’originalité de Heidegger est double touchant « l’affaire et le thème » : die
Sache und das Thema de la philosophie. Elle fut d’abord d’expliciter la
différence à observer entre l’étant et l’être le déterminant. Elle est ici, en
outre, de différencier cet être réduit à la mesure de l’étant, de l’être luimême que la pensée métaphysique n’aura fait ainsi que représenter.
Autrement dit « la chose et le thème » « devant lesquels » sans y entrer
« toute philosophie demeure postée » : die Sache und das Thema vor die
alle Philosophie gestellt bleibt — pour citer directement le propos de
Heidegger à Cerisy — ne doivent pas être confondues avec ce que la
métaphysique nous en a transmis. Si bien que nous-mêmes devons
différencier, dans ce que que Heidegger a dit à Cerisy : d’une part ce
propos en séance du mercredi 31 août concernant « toute philosophie » et,
d’autre part, son thématique exposé du dimanche précédent dans la
conférence d’introduction consacrée à ce qu’est la philosophie proprement
dit. Différencier, mais, en l’occurrence aussi articuler, car le propos est en
réalité une elliptique mise au point dont la conférence déployait la raison
par avance.
Le mot-clé de cette conférence est « correspondance » que Heidegger
lui-même nous propose comme équivalent français d’Ent-sprechung en tant
17
que terme déterminant la philosophie spécifiquement. Soit : aussi
précisément que différentiellement. Précision conceptuelle : au sens strict la
philosophie se définit par l’effort : Streben de correspondre au logos
régissant l’être de l’étant. Mais précision historique également : ce type de
correspondance ne caractérise qu’une certaine période de l’Occident :
initiée avec Socrate et Platon, son destin se trouve scellé par Hegel et
Schelling. Deux autres périodes sont ainsi à distinguer : la période
antérieure, dite « pré-socratique », durant laquelle la correspondance
relevait non d’un effort, mais d’un accord : Einklang ; et la période qui a
suivi, dans laquelle nous nous trouvons présentement dont le type nouveau
de correspondance sera demeuré inédit : plusieurs décennies encore après
Heidegger à Cerisy. La portée différentielle de la notion de
« correspondance » mise en œuvre dans sa conférence Was is das — die
Philosophie ? « Qu’est-ce — la philosophie ? » n’a, jusqu’ici en tout cas,
guère été, ne fut-ce qu’observée. Elle n’en permet pas moins de renouveler
la question posée. Car Heidegger étonnamment dissocie « philosophe » et
philosophie. Il y eut ainsi des philosophes dès avant la philosophie,
Héraclite ayant forgé, vraisemblablement, le mot et, en tout cas, illustré la
notion : le « philosophe » étant alors celui qui parle comme le logos, qui est
en harmonie avec lui, sans besoin de déployer un effort particulier pour y
accéder. Ce qui toutefois ne signifie pas que la chose fût allée de soi : la
preuve en est cette période de transition, de combat contre l’entendement
sophistique à l’issue de laquelle « Socrate et Platon » ont accompli « le pas
vers la “philosophie” » : der Schritt zur “Philosophie”.
De ces philosophes d’avant la philosophie — Héraclite et Parménide
— Heidegger n’hésite pas à dire qu’ils furent «les plus grands penseurs » :
plus grands, non par leur personnelle prestation mais parce que situés
« dans une autre dimension de pensée » : in eine andere Dimension des
Denkens. D’où la question à devoir se poser : si le pas ayant conduit à
entrer en philosophie s’inscrit dans une dimension inférieure à celle des
penseurs antérieurs, comment faut-il concevoir ce qui a commencé
d’arriver, vingt-trois siècles après : à savoir, depuis l’achèvement moderne
de la philosophie. Après Hegel et Schelling, il y eut Marx et Nietzsche en
effet, soit, plutôt, « Marx : Nietzsche » comme l’avait consigné, de la plus
éclairante manière, une annotation inédite du Zu Ernst Jünger (cf. op. cit.
p.288). Dans quel lieu : Standort, demande Heidegger, la pensée advientelle avec eux ? Et de préciser que cette question, d’apparence
historiographique, interroge en vérité « l’essence à venir de la
18
philosophie » : das kunftige Wesen der Philosophie. Non par conséquent
« autre chose » que la philosophie, mais bien ce qui, en son à venir, a
commencé de la définir. Il se vérifie ainsi ce que nous avons dit au sujet du
« pas en retrait » en De l’expérience de penser, lequel ne conduit nullement
hors de la philosophie, mais en resituerait la pensée dans la dimension
antérieure — et supérieure — où elle s’inscrivait avant de subir la
réduction sophistique. Est-ce à dire qu’il n’y aurait qu’une différence
chronologique, mais aucune différence essentielle, entre la correspondance
“pré-socratique” au logos et la pensée “post-métaphysique” de l’estre
annoncée par Heidegger ? — La fin de la conférence de Cerisy permet de
dissiper toute illusion à ce sujet.
Heidegger y distingue en effet trois manières pour le penser : Denken
de se rapporter au parler : Sprechen. Trois manières de lui correspondre :
Entsprechen. Trois sortes de logiques donc. La première — homologique
— fut celle des “pré-socratiques”, la seconde — métalogique — celle des
vingt-trois siècles de métaphysique, la dernière — dialogique — celle
proposée par Heidegger : homo-logique quand la correspondance se faisait
dans l’harmonie du langage à la pensée ; méta-logique lorsque le langage
fut mis au service de la pensée ; dia-logique lorsque la pensée, mise au
contraire au service du langage, entre en dialogue avec la logique poétique
des penseurs “pré-socratiques”. Ce qui répond à la question posée en
l’alinéa précédent : il y a une différence, non seulement chronologique,
mais essentielle entre la pensée d’avant la sophistique et celle appelée à
succéder à la métaphysique. Le « pas en retrait » n’est pas un pas en arrière
et « le penser de l’estre » nullement une retraite en nostalgie de l’origine de
la philosophie. Il permet au contraire de découvrir, demeuré impensé en
son préalable commencement, l’autre constituant l’essence de la
philosophie. — Ce qui nous conduit maintenant à préciser la différence
politique à observer entre « penser de l’estre », philosophie et
métaphysique.
À cet égard le cours de Fribourg d’Introduction à la métaphysique de
l’été 1935 — publié en 1953 — est doublement important. Doublement et
contradictoirement : par la nouveauté qu’il apporte et par l’indistinction
qu’il comporte. La nouveauté est un concept du politique tellement inédit
qu’il est demeuré inaperçu jusqu’aujourd’hui. L’indistinction est celle de la
dimension dans laquelle il s’inscrit : philosophie, métaphysique — ou bien
poétique ? C’est, en effet, à l’occasion d’une interprétation du premier
19
chœur de l’ Antigone de Sophocle, à la fin du « premier parcours » de cette
interprétation, que surgit une détermination politique du « lieu et du fond
du Dasein de l’homme même » : du « carrefour de toutes les voies de
l’homme dans l’étant » qui est d’une telle originalité, et jusqu’aujourd’hui
tellement ignorée, que l’on ne saurait, ici, se dispenser de la reporter en
entier. La voici donc, ordonnée selon les scansions de citation nécessaires à
sa compréhension. En commençant par le plus étonnant : l’ex-plicitation
politique du Da-sein et de ce qui lui « appartient » :
« On traduit πὁλις par État et Cité-état ; cela n’en rend pas le sens
pleinement. Πόλις signifie plutôt le site, le là [das Da], en lequel
et selon lequel le Da-sein advient historiquement[als
geschichtliches ist]. La πόλις est le site historique d’advenance
[die Geschichtsstätte], le là dans lequel, à partir [aus] duquel et
pour lequel l’histoire advient. À ce site historique d’ad-venance
[Geschichts–stätte] appartiennent les dieux, les temples, les
prêtres, les fêtes, les jeux, les poètes, les penseurs, le souverain, le
conseil des Anciens, l’assemblée du peuple, l’armée et la
marine. »
Le paradoxe historique de ce Da-sein politique réside en sa parfaite
autonomie : son entière indépendance à l’égard de l’ordre de l’État qui en
est dérivé. Ainsi Heidegger précise-t-il :
« Tout cela appartient à la πόλις, est par conséquent politique,
mais non de par sa mise en relation préalable avec un homme
d’État, un stratège, et avec les affaires de l’État. Au contraire, tout
cela n’est politique, n’appartient au site d’ad-venance de l’histoire
que dans la mesure où, par exemple, les poètes sont uniquement
des poètes mais réellement des poètes, les penseurs uniquement
des penseurs mais réellement des penseurs, dès lors que les
prêtres sont uniquement des prêtres, mais réellement des prêtres,
les souverains uniquement des souverains mais réellement des
souverains. »
Il en résulte que rien de “l’ordre polittique” n’est donné, mais que
tout y relève d’un permanent créer — un créé auquel, par conséquent, ses
créateurs demeurent « éminemment » extérieurs : ce que Heidegger prend
bien soin de spécifier :
20
« Sont veut dire ceci: en tant qu’agissant avec puissance, ils ont
besoin de faire usage de violence et deviennent ainsi
éminents[Hochragende] dans l’être-histoire, en tant que créateurs,
hommes d’action[als Schaffende, als Täter]. Éminents dans le site
d’advenance de l’histoire, ils deviennent en même temps ἄπολις,
sans ville ni site, es-seulés[Ein-same], in-quiétants [Unheimliche], sans issue au sein de l’entier de l’étant, sans assiette
ni limite, sans bâti ni jointure, parce que en tant que créateurs, ils
sont dans la nécessité, tout cela, de préalablement le fonder. »,
(cf. Introduction à la métaphysique, Gallimard, p. 159, traduction
modifiée ; Einführung in die Metaphysik, Niemeyer, p.117 ;
Gesamtausgabe, Bd. 40, pp. 161-162).
La densité d’expression de Heidegger est telle dans ce dernier passage
cité qu’on y trouve, politiquement recueilli mieux que simplement résumé,
l’essentiel de son interprétation du texte de Sophocle — Soit, aussi bien :
l’ex-plication du Da-sein tel qu’humainement ordonné selon le paradoxe de
son « trait d’articulation ». Car l’enseignement délivré est double en vérité :
politique en son objet et poétique en son projet. Politique en un sens inédit,
puisque s’il est à référer à la π ὀ λ ι ς, ce n’est pas toutefois à celle-ci
comme État ou « cité », mais en tant que site à devoir préalablement créer
pour qu’ État, république ou cité puissent, logiquement par après, trouver à
s’y situer. Et poétique en un sens plus inédit encore car relevant de l’ordre
le plus rigoureux de la pensée et non de l’agrément prétendu du chant.
L’unité de ce double enseignement constitue la nouveauté de ce cours de
Heidegger explicitant, il est vrai sans le souligner, sa « plus profonde
pensée » : ce qui expliquerait qu’on ne l’ait toujours pas remarqué, près de
soixante ans après… S’agissant de Heidegger, la part de l’inoui est
décidément plus révélatrice que celle de l’inédit. Car si cela n’était pas le
cas, Habermas, en particulier, aurait eu depuis assez longtemps l’occasion
d’observer que Heidegger n’avait pas besoin de se soumettre après coup, en
1953, à une autocritique pour avoir, en l’été 1935, évoqué « la vérité
intérieure [innere]et la grandeur » d’un « mouvement » : « le nationalsocialisme », alors en la seconde année de sa saisie du pouvoir. Il aurait
aperçu l’inanité en l’occurrence, de ce type d’auto-correction rétrospective,
dont l’insincérité n’est plus à démontrer. Dès 1935 en effet, dans le cours
même de cette Introduction à la métaphysique, quelques lignes seulement
après la phrase incriminée, Heidegger implicitement reconnaît n’avoir pu
éviter de philosophiquement «s’empêtrer » dans l’appréciation d’un
21
« mouvement » dont on ne pouvait déjà plus alors faire la critique
ouvertement. Pour être implicite, cette autocritique n’en est pas moins
essentielle et se conclut de significative maniére : « Nul ne peut sauter pardessus son ombre ». Ce qui n’est pas sans évoquer Hegel, pour qui la
philosophie est, à l’image de l’oiseau de Minerve, le savoir absolu, mais
d’un temps révolu.
Or l’erreur de Heidegger face au nazisme à ses débuts fut, nous
l’avons vu, une chute sous l’emprise d’une notion du « réel » ou de
l’ « effectuel » dont le prestige s’est transmis de Machiavel à Hegel. Sans
avoir joué pour Heidegger un rôle aussi important que la
« confusion » [Wirrnis] inhérente à la notion de « valeur » qui empêcha
Nietzsche d’accéder au cœur de la philosophie, elle a néanmoins suffi à lui
en faire un moment négliger le souci. Qu’il s’agisse là de ce type d’erreur
inévitable à qui pense avec grandeur, la preuve en est cette fin d’alinéa où
Heidegger reconnaît que, s’agissant ainsi d’accéder au « cœur véritable
[die eigentliche Mitte] de la philosophie »,
« même si quelqu’un à l’avenir devait y parvenir — ce à quoi
nous ne pouvons aujourd’hui que préparer la voie — celui-ci ne
pourra pas non plus éviter de s’empêtrer, il le fera seulement
autrement. Nul ne peut sauter par-dessus son ombre. » (op. cit.,
traduction modifiée, p. 202 ; Einführung in die Metaphysik,
Niemeyer, p. 152 ; Gesamtausgabe, Bd 40, p. 208)
Il n’y a d’ombre toutefois que sous condition de lumière, même
pour qui ne fait que « préparer la voie » [vorarbeiten]. De sorte, qu’en
l’occurrence, cette ombre que fut la référence à la « réalité » ou
« effectualité » [Wirklichkeit] ne doit pas faire oublier ce dont elle a,
résulté, ou, plutôt, ce dont elle a constitué la chute. À savoir, de la
« pensée la plus profonde » de Heidegger : celle de « l’homme en tant
que Dasein », lequel « est irréductible à toute simplification ontique »
comme le précise Fédier dans ce passage déjà cité de son article de
juillet 1967. Or, c’est dans une telle simplification ontique que
Heidegger est lui-même tombé quand, au lieu de se tenir à hauteur de
possibilité : Möglichkeit, il en a appelé et s’est ainsi soumis à l’ordre
inférieur de « la réalité » : Wirklichkeit. Si cette « réalité » avait été en
1933 moins horrible qu’elle ne le cachait, la faute philosophique aurait
été certes moindre en ses conséquences, mais non en son essence. Car,
22
c’est ici que nous attend la difficulté : le Dasein ne saurait avoir jamais
aucune « réalité » : individuelle, collective, nationale, mondiale, ou
comme on voudra la qualifier. Il n’est que sur le mode de l’exister : ce
qu’explicite « le trait d’articulation » séparant ses deux “composants” :
Da-sein. Aussi bien est-ce ainsi qu’il se trouve politiquement dé-crit
dans le cours d’Introduction à la métaphysique. Heidegger y emploie
même le terme de « brêche » : Bresche, afin d’en signifier le mode
d’être nullement réel, car strictement existentiel. Ce serait, au
demeurant, le lieu ici de remarquer —ce qui, à ma connaissance n’a
encore jamais été fait — qu’il n’y a curieusement pas de terme
spécifique correspondant à celui d’ « étant » pour désigner l’être humain
dans sa “réalité”. La différence “ontologique” étant / être : Seiende /
Sein ne se particularise pas en différence “anthropologique” Daseiende /
Dasein. Daseiende est un terme aussi inexistant chez Heidegger que le
serait la “réalité humaine” qu’il prétendrait désigner. La raison en est
que, mortel en son essence, l’être humain existe mais n’a pas de
“réalité”. Il n’a d’autre “substance” en effet que d’être le lieu
d’advenance de la vérité dans toutes ses modalités. Celles notamment de
la poésie, de la pensée, de la religion, de la souveraineté, que Heidegger
évoque à titre d’exemples dans l’Introduction à la métaphysique.
Ainsi que nous l’avons plus haut cité, le Discours de Rectorat, deux
ans auparavant, avait déjà évoqué de semblables exemples au sein d’une
liste, elle apparemment complète, de ce que Heidegger appelait alors
« toutes les puissances configuratrices-de-monde du Dasein humain et
historique ». Se limitant toutefois à ranger ces « puissances » sous le
terme générique de «science », il n’en avait pas alors spécifié
l’existentialité, comme l’Introduction à la métaphysique nous permet de
caractériser leur condition de possibilité. Car tel est l’apport, aussi
essentiel que totalement ignoré, de ce cours de Heidegger de l’été 1935.
Apport que rien ne permet mieux d’expliciter que son terme le plus
difficile à rendre en français. Le mot Gewalt s’intègre en allemand en
effet dans un lexique de la dominance qui n’a pas son équivalent dans
celui de la « violence » généralement adopté pour le traduire en français.
Ce qui, s’agissant du texte de Heidegger en particulier, ne va pas sans en
contredire la pensée. Car la violence n’y explique pas la dominance
mais se trouve subordonnée à sa prédominance. La prépondérance y
revient ainsi non à l’être humain mais au véritablement surdominant :
das Überwältigende, lequel n’est autre que « l’étant en entier » :
23
l’homme donc y compris comme partie. Partie existentialement
ordonnée au règne Walten de l’étant au sein duquel l’homme exerce et
subit la violence nécessitée par la manifestation de leur commune vérité.
Vérité commune en ceci que l’homme n’est, comme Sophocle permet à
Heidegger de le préciser, que le lieu de révélation de toutes les formes
de l’étant : terre, ciel, mer, êtres vivants, et jusqu’à l’humanité, elle
définie par la violence qu’elle est contrainte d’exercer et de s’infliger.
Car « violence » signifie ici accomplissement de l’existence : mortelle
mise en évidence — en extériorité — de ce qui ne saurait apparaître
sans l’action « configuratrice » de l’être humain, ni sans devoir aussi
disparaître avec celle-ci. La violence, autrement dit, ne viole rien en
l’occurrence : son contre-mouvement donne forme au contraire,
diversement, à l’être de l’étant. Paradoxale “violence” par conséquent,
dont on comprend que Heidegger ait abandonné la dénomination et
préféré, dans son entretien posthume au Spiegel, évoquer avec « le
poète » : « la puissance sans violence » : die gewaltlose Macht, de la
pensée et de la poésie. Il n’est peut-être pas indifférent de remarquer que
le poète en question se nommait René Char et que Heidegger se référait
à « un long entretien en Provence » avec lui (cf. Écrits politiques,
Gallimard, pp. 258-259, Gesamtausgabe, Bd 16, p. 670).
Lorsque Habermas en 1953, et sans se corriger depuis, reprocha à
Heidegger de ne pas avoir inséré quelque commentaire adaptant le cours
publié à la situation de l’après-guerre, cela dénotait, ainsi, une lecture
pour le moins superficielle de ce texte essentiel. Il n’y remarqua, en
effet, ni l’articulation nouvelle de l’être de l’homme comme Da-sein, ni,
par conséquent, ce qui en celle-ci constitue un décisif
approfondissement de la pensée d’Être et temps. Cela n’ayant été nulle
part spécifié depuis, il faut s’arrêter ici à le préciser. Non sans devoir
reconnaître l’apport pour ce faire des volumes d’inédits publiés dans le
cadre de l’édition intégrale : en particulier celui des Beiträge zur
Philosophie. Publiés en 1989, pour le centenaire de la naissance de
Heidegger, ces « Apports à la philosophie » permettent en effet de
mettre en évidence ce qui aurait dû retenir l’attention dans
l’Introduction à la métaphysique. À savoir ce qui au juste définit « le
surdominant » : das Überwältigende en celle-ci. Car, de même que
« surpuissance » : Übermacht dans le Discours de Rectorat dénotait ce
qui excède l’ordre de la puissance, de même le « surdominant » : das
Überwältigende dans l’Introduction désigne non quelque étant
24
absolument dominant, mais l’exigence contraire de s’accorder à ce qui
excède toute domination. Or cela doit être rapporté, tant dans le
Discours de Rectorat que dans l’Introduction, à ce qui régit l’ordre grec
de la τέχνη dont a dérivé celui de notre science comme de notre pensée..
Non la τέχνη, la science ou la pensée elles-mêmes, il importe de le
souligner, mais ce que le Discours de Rectorat, en référence à Eschyle,
appelait ἀνάγκη, et que l’Introduction, en référence à Sophocle, nomme
δίκη. De l’un à l’autre texte la référence à la tragédie grecque est
demeurée, mais non sans un gain considérable en matière d’explicitation
dans l’Introduction. Non toutefois parce que l’ἀνάνχη évoquée dans la
citation du Prométhée d’Eschyle s’y prêterait moins que la δίκη du
chœur de l’Antigone de Sophocle : Heidegger montrera ailleurs
l’étonnante puissance de signification du terme traduisant ἀνάγη en
allemand. Simplement, l’étendue d’un cours de professeur d’université a
permis à l’Introduction de préciser ce que la fonction d’un Discours de
recteur excluait, ne fût-ce que d’envisager. À savoir, la mise en évidence
de la mesure : δίκη à laquelle savoir ou pensée : τέχνη doivent
s’ordonner. Or cela — qui constitue le « trait d’articulation » du Da-sein
— ne va pas tout simplement de soi. Sans quoi l’on aurait depuis
longtemps trouvé le terme correspondant en français. Ce dont Heidegger
nous a lui-même signifié la grammaticale impossibilité : être le-là, qui
serait la bonne traduction de Da-sein en français ne pouvant
syntaxiquement s’y articuler.
Telle est cependant la ressource sémantique des termes composés qu’ils
peuvent signifier des sens, non seulement différents, mais opposés
diamétralement. Ce qui est tout particulièrement le cas de certains termes
négatifs dans l’œuvre de Heidegger. Ainsi impossible y signifie-t-il
apparemment ce qu’il faut exclure de l’ordre du réalisable auquel le
possible se trouve réduit ordinairement Mais, correspondant au sens
“étymologique” du terme das Mögliche en allemand : le « possible » en
tant que l’aimable, son apparent opposé, l’impossible : das Ünmögliche y
désigne pour la pensée non un défaut dans l’ordre du réalisable, mais une
surabondance inépuisable dans l’ordre de l’aimable. Da-sein s’avère ainsi
« impossible » à traduire en français non, comme il le semblerait, du fait
d’une carence terminologique supposée, mais de la surabondante ressource
explicative que Heidegger nous en a révélé. La traduction par être le-là
présente en effet l’articulation du Da-sein dans la plus concise clarté que
l’on puisse désirer. À preuve, l’explication qu’elle permet de donner de
25
l’homme en tant que devant —afin que l’être soit — percer une brèche
dans l’étant. « Homme » ne signifie ainsi que la percée qu’il produit et dans
laquelle nécessairement il disparaît : être le-là, c’est n’être pas au sens
courant : n’être pas subsistant, mais ek-sistant, être le site historique : le-là
de l’être. Mortellement. Or la nouveauté de l’interprétation par Heidegger
du premier chœur de l’Antigone de Sophocle réside dans cette perçante
détermination de l’essence de l’homme. Elle n’a sans doute pas dû être
étrangère au choix de Heidegger de publier ce cours de 1935 : celui-là
justement afin de jalonner le chemin parcouru depuis Être et Temps.
Nouveauté cependant obstinément ignorée : sans doute à cause de sa
tragique portée. Ne conduit-elle pas en effet à se rendre à une évidence peu
facile à supporter ? Car, si l’homme en tant que Da-sein est destiné à
ouvrir la brèche permettant d’ouvrir carrière à l’être au sein de l’étant — à
le faire de multiples manières : art, pensée, religion, souveraineté…—, cela
ne va pas sans la nécessité de devoir, lui-même et son œuvre, s’anéantir
dans « le surdominant » : das Überwaltigende constituant la mesure : δίκη
dépassant démesurément son savoir ou sa pensée : τέχνη.
Telle est encore pourtant la surprise à laquelle la pensée est
constamment exposée qu’il suffit de remarquer que « s’anéantir dans » est
tout différent de « s’anéantir devant » pour apercevoir qu’un semblable
anéantissement signifie le plus haut accomplissement. À l’opposé de la
réductrice conception d’un triomphe de la mort, il y a donc pour l’homme
aussi un possible triomphe dans la mort. Qui dira qu’Antigone n’a pas, à
jamais, triomphé de Créon ? Qui pourrait le dire sans devoir s’être mis
auparavant au service du tyran ? Et, parmi le nombre de ceux qui, par
“réalisme” se risquent à le suggérer, combien seraient prêts à le déclarer ?
— Leur cynisme ne saurait aller jusqu’au “courage” que cela supposerait.
Le destin nécessairement tragique de l’être humain authentique n’a donc
rien d’accablant : il est révélateur, au contraire, d’une triple grandeur.
Grandeur triplement ordonnée, en effet : dans le sens de la profondeur,
non moins que dans ceux de la hauteur et de la largeur. Largeur :
l’ensemble des puissances à faire advenir en modes de vérité. Hauteur : la
surdominante mesure : δίκη, à laquelle ne pouvoir échapper. Mais
profondeur, surtout, de l’expérience à devoir faire de l’inexploré et de
l’erreur qui en est la voie de passage obligée. Excessive grandeur d’un
destin qui fut celui des Grecs et qui nous échoit désormais. « Pour nous
aujourd’hui, trop grande est la grandeur de ce qui est à penser », précise
26
Heidegger en effet au terme de son entretien au Spiegel. Mais non sans
ajouter : « Peut-être pouvons-nous, par sentiers de faible portée, travailler à
construire un passage. » (Écrits politiques, Gallimard, p. 272, traduction
modifiée ; Gesamtausgabe, Bd. 16, p. 683). L’édition intégrale toutefois,
dont le premier volume était paru quand cet entretien fut publié, continue
de démontrer que : si les sentiers frayés, les passerelles tendues [Stege]
sont « de faible portée », l’effort qu’elles ont nécessité n’en fut pas moins
d’une très longue durée et d’une exceptionnelle intensité. De sorte qu’il est
à présumer que le « passage » [Übergang] a bien été rendu possible
désormais : même, et notamment, en français.
Car ce serait s’abuser que de croire que Heidegger vieillissant serait
revenu sur ce qu’il a toujours su devoir au français. L’entretien au Spiegel
est trompeur à cet égard. Pour avoir été établis au terme d’une histoire
complexe et publiés après sa mort, les propos attribués au penseur
requièrent d’être décryptés avec un soin particulier. Notamment ce qui s’y
trouve rapporté au sujet du français. Il n’est, pour s’en aviser, que de
comparer le propos contenu dans l’entretien au Spiegel avec ce qui est sorti
de sa main non seulement au sujet, mais à partir du français ou, plus
probant encore : en français, dans les écrits publiés par ses soins. Alors que
dans l’entretien au Spiegel il se confie au témoignage constamment
réitéré des « Français aujourd’hui » qui « l’assurent » ne pouvoir
« commencer à penser » qu’ « en allemand », dans les écrits par lui-même
publiés, on trouve à l’opposé trois types de preuves de sens contraire.
Autant les spécifier en observant un ordre ascendant. Il y a d’abord,
primitivement publié en 1937 dans le premier volume de l’Annuaire de la
ville de Fribourg en Brisgau un texte, Wege zur Aussprache : «Chemins
d’explication », qui continue de mériter d’être mieux connu qu’il ne l’est. Il
constitue, dans sa brièveté, l’exposé peut-être le plus “diplomatique” que
Heidegger ait composé, non seulement de la relation des peuples français et
allemand, mais de la nouveauté, surtout, de son propre projet de pensée. Il
y évoque notamment le « débat », « l’explication avec Descartes » : die
Auseinandersetzung mit Descartes de Leibniz, «l’un des plus allemands
des penseurs allemands » : Einer der deutschesten Denker der Deutschen.
Or qui ne sait que Leibniz s’est particulièrement illustré en français : dans
le Discours de métaphysique où l’on trouvera sa plus fameuse rectification
de la pensée de Descartes, mais aussi dans la Monadologie, dans les
Nouveaux Essais et dans la Théodicée ? Sans doute cela ne suffit-il pas à
infirmer ce que Heidegger dit dans l’entretien au Spiegel des « Français »,
27
lesquels verraient qu’ « avec toute leur rationalité, ils n’arrivent plus à rien
dans le monde d’aujourd’hui quand il s’agit de comprendre celui-ci dans la
provenance de son essence. » Cette « provenance » : Herkunft étant
grecque, et « la langue allemande » ayant « une parenté interne
particulière — eine besondere innere Verwandschaft — avec la langue des
Grecs et avec leur pensée », comment ne pas en conclure qu’elle seulement
permettrait d’accéder à un renouvellement de la pensée de l’Occident ? (cf.
Écrits politiques, Gallimard, p. 268, traduction modifiée et p. 161 ;
Gesamtausgabe, Bd 16, p. 679 sq. et Bd. 13, p. 19).
Cela serait pourtant une déduction significativement précipitée. Cela
reviendrait à négliger, en effet, ce qu’a de particulier la parenté évoquée, à
savoir, non de linguistiques ressemblances extérieures : phonétiques,
lexicales ou grammaticales, mais quelque chose d’intérieur : innere, à
devoir préciser. Or, à quelle autre particularité cette “intériorité” pourraitelle renvoyer que la possibilité inhérente aux deux langues de signifier ce
qu’elles permettent ainsi d’appréhender ? Mais la même possibilité ne doitelle pas être reconnue à toutes les langues, ne constitue-t-elle pas l’essence
— différentielle — de chacune d’entre elles ? Sauf à attribuer à Heidegger
l’absurde autant que détestable préjugé selon lequel il y aurait des langues,
qui, telles des races, seraient supérieures à d’autres, ce n’est pas du côté
strictement linguistique qu’il faut chercher l’énigmatique parenté dont
Heidegger s’est réclamé. Aussi bien est-ce la raison pour laquelle il n’a pas
limité celle-ci à la langue des Grecs, mais manqué de l’étendre à leur
pensée, expressément désignée, non comme contenu intellectuel, mais
comme action de penser : Denken, et non Gedanke.
Or l’action de penser, telle que Heidegger en a renouvelé la conception,
n’a jamais été mieux définie par lui qu’en français — à nous en tenir du
moins à l’œuvre jusqu’ici publiée. Près du tout début de la Lettre sur
l’humanisme se trouve, en effet, le célèbre “énoncé” dont il faut souligner
le déterminant français : « Penser est l’engagement par l’Être pour
l’Être. » L’étonnant, après plus de six décennies, est qu’on n’y ait guère vu
qu’une linguistique courtoisie à l’égard “des Français” auxquels la Lettre
était adressée. Alors que si courtoisie il pouvait y avoir, assortie d’ailleurs
d’ironie à l’égard du récent penseur français de « l’engagement », l’une et
l’autre se fondaient sur un sens du terme d’engagement suffisamment inédit
pour demeurer insoupçonné jusqu’ici. Alors qu’il témoigne du nécessaire
parler créateur retrouvé par la pensée avec Heidegger. Car « engagement »
28
n’a pas ici, comme chez Sartre, un sens militant. Il n’a pas davantage les
sens courants de « mise en gage », de « contrat », ou encore, bien que plus
apparemment proches du sens nouveau découvert par Heidegger, la
signification de « décision » ou « commencement d’action ». Si aucune des
acceptions : anciennes ou “sartrienne” du terme n’est à écarter, elles n’en
doivent pas moins, chacune à sa manière, trouver à se fonder sur le sens
initial d’invitation que Heidegger nous suggère.
Sens initial en effet que ce sens inédit et qui, pour n’être que suggéré,
n’en a pas moins la plus grande portée : celle qu’indique ici l’article défini.
Évoquer l’engagement de l’Être correspond ainsi parfaitement à la
traduction suggérée pour l’Ereignis par «l’avenant » à la fin de la Lettre
sur l’humanisme. L’article défini exprime dans ces deux emplois l’unicité
de ce qui est nommé. De même que l’avenant n’est pas un avenant au sens
courant, mais en tant qu’Ereignis un singulier sans équivalent, de même
l’engagement lui correspondant n’a pas d’autre occurrence qu’une
« avenance », elle aussi sans équivalence. Le caractère « engageant » de
l’avenant en signifie l’essence et non la simple survenance. Ce qui permet
d’apercevoir nettement ce que le français apporte ici à l’allemand. À savoir
une « plus forte raison » que la simple « rationalité » évoquée par
Heidegger dans l’entretien au Spiegel. Une raison aimable et non
comptable. Une raison ordonnée au “sentiment” comme chez Rousseau
Pascal ou Fénelon plutôt qu’au rendement comme chez ceux dont le nom
est légion. Or que Descartes ne soit pas étranger à cette sorte de raison plus
forte, la preuve en est dans l’étonnante référence que, d’une certaine
manière, Heidegger a dû lui faire. Référence aussi déterminante
qu’étonnante s’agissant du terme grâce auquel Heidegger nous conduit à
doublement reconsidérer la notion de vérité.
Ce terme : Lichtung, n’a pas été sans raison en effet traduit par
« éclaircie » en français. La référence à la clarté est attestée par Heidegger
lui-même, de la plus littérale manière. On la trouvera dans « l’entretien
avec un Japonais » inclus dans Acheminement vers la parole (Gallimard),
p. 118 où François Fédier traduit de la plus explicative façon par « la clarté,
c’est-à-dire l’éclaircie » ce qui est plus directement signifié en allemand :
« die Klarheit, die Lichtung ». — Or, donner « l’éclaircie » —constamment
réinterrogée par Heidegger depuis Être et Temps (1927), et jusqu’en ses
tous derniers développements — comme explication de la clarté, laquelle
selon Descartes constitue le critère de la vérité, revient pour la pensée
29
heideggerienne à se présenter en digne héritière de la modernité
cartésienne. Car, à bien y regarder, la lecture critique du projet
mathématique de la nature effectuée par Heidegger en atteint certes bien le
réducteur souci de sécurité, mais elle n’en laisse pas moins hors de sa
portée la mesure à laquelle celui-ci se trouve soumis. La vérité, réduite par
la modernité à la certitude du sujet, n’y demeure pas moins ordonnée à une
épreuve de clarté dont Heidegger nous permet de découvrir le sens et la
portée.
En découvrir le sens s’effectue en dissipant la confusion entre éclat et
clarté. Soit, très précisément, entre, d’une part quelque éclat que ce soit :
de voix, de bruit, ou de son et pas seulement de lumière et, d’autre part,
clarté : laquelle ne saurait apparaître jamais, bien qu’elle soit l’inapparente
condition de tout ce qui apparaît. Le chemin de pensée heideggérien
s’interrompt ainsi en dessinant le contour d’une « phénoménologie de
l’inapparent » : Phänomenologie des Unscheinbaren dont la portée n’a,
depuis, guère été précisée. La raison en est que cela requiert d’appréhender
le parcours entier de pensée de Heidegger.— Or cela ne va pas désormais
sans présenter une difficulté que l’édition intégrale a doublement
renouvelée. Les volumes parus et les inédits qui les ont accompagnés
obligent de plus en plus en effet à reconsidérer le schéma d’interprétation
qui s’était mondialement imposé depuis la parution, en 1963, du livre du
Révérend Père Richardson Heidegger : Through Phenomenology to
Thought. L’ouvrage ayant bénéficié d’une lettre-préface de l’auteur étudié,
l’habitude s’était rapidement généralisée d’adopter l’articulation de l’œuvre
de Heidegger que celui-ci même semblait avoir cautionnée. Laquelle
articulation consistait à ordonner le développement de l’œuvre en deux
temps : le premier débouchant sur la percée d’Être et Temps (1927)
prolongée deux ans durant ; et le second, placé sous la rubrique du
« tournant », lequel, initié en 1930 avec la conférence Vom Wesen der
Wahrheit : De l’essence de la vérité aurait quant à lui prolongé ses
développements jusqu’au décès du penseur considéré. Sans nous arrêter
maintenant, ce que nous ferons plus loin, sur la réduction de l’ampleur de
l’œuvre à laquelle cette commode partition revenait, voici qu’elle vient
d’être expressément remise en question dans ce qu’elle semblait avoir de
plus probant : à savoir, la discrète fonctionnalité d’un « tournant »
débouchant sur la distinction d’un « Heidegger I » auquel attribuer la
découverte du Dasein et d’un « Heidegger II » auquel reviendrait celle de
l’Ereignis.
30
À titre de « cadeau annuel 2007 » : Jahresgabe 2007, la société Martin
Heidegger a gratifié ainsi ses adhérents d’un texte dont le double intitulé :
« Tournant » ? « Dire du tournant » : « Kehre » ? « Sagen der Kehre » se
présente avec un point d’interrogation et, surtout, entre deux séries de
guillemets, particulièrement justifiés. Expressément référé au passage de la
Lettre sur l’humanisme consacré au « tournant », ce texte en invalide en
effet ce qui en fut le plus communément retenu. À savoir, qu’il aurait dû se
produire, dans la troisième section d’Être et Temps, un mouvement de
« renversement » : Umkehrung que « la langue de la métaphysique »
n’aurait pas permis d’exposer comme il était requis. D’où la « rétention »
par Heidegger de cette troisième section et le nouvel « aperçu » : Einblick
sur le « tournant » : Kehre présenté dans la conférence De l’esence de la
vérité. Or, tel est l’argument développé par Heidegger dans le texte offert
aux adhérents de “sa” société, au lieu de permettre le passage d’ « Être et
Temps » à « Temps et Être », la visée désignée sous le nom de « tournant »
a fait au contraire Wegsperre : barrage sur le chemin de pensée. Barrage
aussi puissant qu’inapparent et demeuré publiquement indécelé, le texte de
Heidegger n’ayant été que très récemment révélé et de manière encore
relativement “privée”. Il a été extrait par ses “pré-éditeurs” d’un
volumineux manuscrit au titre prometteur, « Legs de la question de
l’être » : Vermächtnis der Seinsfrage consigné au cours des dernières
années du penseur comme travail préparatoire en vue d’une grande
introduction à l’édition intégrale de son œuvre. On ne peut évidemment que
souhaiter la plus soigneuse et la plus rapide publication de ce manuscrit,
mais cet extrait suffit à avérer l’aspect le moins remarqué — et seul
essentiel pourtant — du parcours de pensée de Heidegger. À savoir, son
caractère autocritique.
Autocritique très différente, il est vrai, de ce que l’on se représente sous
ce terme.. Elle évite en effet la complaisante hypocrisie de l’exercice
habituel présenté sous ce nom et dénoncée de deux différentes façons par
Gramsci dans ses Cahiers de prison et par Camus dans La chute. Aussi
bien n’a-t-elle rien de ce que l’on pourrait qualifier de “personnel”. Le
“préfixe” auto n’est, en l’occurrence, pas à comprendre en référence à un
“moi” rectificateur de ses erreurs. Il est régi, au contraire, par la loi
d’autonomie ordonnant l’acte de penser, non à un “ego” qui en serait le
“sujet”, mais au don de “l’Être” en tant que constituant l’avenant dont la
pensée doit assumer le poids. De sorte que le terme de critique en
l’avenance d’une telle autocritique, porte certes sur le “moi”, mais
31
seulement en tant que celui-ci exprime la fausse conscience que chacun
prend de ce qu’il croit être “soi”. Car telle est la véritable — double —
portée du préfixe auto qui désigne à la fois le soi de l’avenant et son être
même. Le soi signifie ici la pensée que je dois référer : non pas à “moi”,
mais à « l’avenant » d’où m’en provient « l’engagement ». Aussi bien fautil citer ensemble maintenant les deux mots par lesquels, dans la Lettre sur
l’humanisme, Heidegger nous a en français spécifié : d’une part ce qui
donne à penser, et, d’autre part selon quelle “engageante” modalité.
« L’engagement », qui a la signification ici d’invitation, constitue ainsi
l’articulation en l’avenant de ce que l’on ne savait relier auparavant que
secondairement et en les subordonnant : la pensée à l’étant, ou
inversement. Secondairement, car l’avenant n’est pas l’étant mais ce dont il
a surgi et dont la pensée trouve sa possibilité préalablement à celle de
l’étant. Ce qui signifie qu’il y a penser et “penser” : penser à proprement
parler comme acquiescement à l’invitation de l’avenant et “penser” comme
simple “comptabilité” dans le circuit de l’étant. Il ne faut donc pas
confondre la pensée en l’avenant avec ces divers mouvements qui me “coagitent” quand je me soumets au calcul du meilleur rendement. Que ce
dernier s’effectue en termes d’intérêt immédiat ou de plus longue portée,
qu’il se mesure en valeur de jouissance, d’utilité, ou d’échange différé, il
ne sort jamais du cycle du profit qui lui fait ordinairement oublier l’ordre
propre de la pensée. De sorte que l’alternative nuancée devant laquelle
Heidegger nous a placés peut être ainsi résumée : soumission au cycle du
profit au sein de l’étant ou préalable ajustement à la libre articulation de
l’avenant.
Alternative nuancée car la considération de l’intérêt n’est pas tout
simplement écartée. Mais choix sans ambiguïté, car ne pas écarter toute
considération de l’intérêt ne signifie aucunement le rechercher. L’ordonner,
plutôt, à ce qui est plus haut que lui. Dissipée l’imposture qui en fit
l’unique souci, ramené et maintenu à son juste niveau, l’intérêt est
neutralisé dans sa nocivité. Telle est, notamment, la politique préconisée
par Heidegger dans le texte publié en 1959 et traduit en français sous le
titre de « Sérénité » : Gelassenheit. Intranquille sérénité en vérité sinon
« sérénité crispée » car nocivité désamorcée n’est pas pour autant annulée.
Le danger ne saurait être une bonne fois écarté. Au demeurant le plus grave
danger, ou, plutôt, le véritable malheur ne survient-il pas chaque fois que
l’on prétend écarter définitivement un danger ? Il n’y a pas lieu, autrement
dit, de devoir l’éviter à tout prix. Car c’est de l’affronter qu’il s’agit. Et,
32
pour s’y préparer, d’y apercevoir la nécessaire adversité à laquelle toute
action est confrontée. Ainsi, l’engagement à penser ne faisant qu’un avec
l’affrontement du danger, et le danger consistant à se laisser égarer,
l’autocritique ne doit pas être considérée comme un correctif exceptionnel
et passager. Elle est au contraire une permanente nécessité à laquelle faire
droit sans désemparer. Devoir penser contre soi-même, telle est la
dangereuse loi de la pensée à laquelle il n’est que rarement satisfait.
Heidegger en a consigné la défectueuse réalité dans un célèbre “énoncé” de
L’expérience de la pensée. Nul ne saurait douter qu’il en avait éprouvé la
cuisante vérité. D’où la nécessité, pour qui prend sa défense, de ne pas
déroger à cette expérience.
Lors de sa première intervention, François Fédier n’avait pas manqué
de s’y conformer, ainsi que nous l’avons observé. Avec un tel silencieux
succès qu’il faudra attendre vingt ans et subir une importante dégradation
en matière d’exigence intellectuelle pour que “l’affaire Heidegger” soit
remise au dégôut du jour. Le décès du penseur en 1976 et la parution des
premiers volumes de son « édition de dernière main » ont dû sembler à ses
adversaires rendre une troisième instance du procès aussi nécessaire à
intenter que susceptible de le faire gagner : enfin ! — Or il n’en fut rien.
L’ouvrage de Victor Farias, Heidegger et le nazisme (éditions Verdier,
1987) eut beau exploiter les travaux autrement sérieux mais néanmoins
militants de l’historien catholique Hugo Ott, il eut beau, malgré ses défauts
évidents, bénéficier également d’un battage médiatique important, il n’en
fut pas moins silencieusement défait par la minutieuse réfutation que
François Fédier en a opéré dans son : Heidegger, Anatomie d’un scandale
(Robert Laffont, 1988). Avec une patience confondante et une grande
modération dans le ton, le prétendu nouveau dossier de Victor Farias s’y
trouve entièrement invalidé et sa carence de fond expliquée à partir de ce
qui en fournit la raison. En une vingtaine de pages finales consacrées au
« silence » de Heidegger après 1945, Fédier précise en effet l’enjeu
véritable de “l’affaire” et la tâche ainsi assignée à la défense de Heidegger.
Quant à l’enjeu, il s’agit du déplacement de la « localisation » de la pensée
de la subjectivité au Dasein. Déplacement trop facilement imaginé comme
“effectué” par Heidegger alors qu’il n’aura fait qu’inviter à nous y
préparer. L’originalité jusqu’ici non remarquée de l’apologie pour
Heidegger de François Fédier consiste en effet en son étonnante limitation
de prétention touchant la portée de l’œuvre étudiée. Limitation seule
conforme néanmoins au sens autocritique du chemin de pensée tracé par
33
Heidegger. D’où la citation faite par Fédier du passage de « l’entretien avec
un Japonais », p.93 d’Acheminement vers la parole, dans lequel Heidegger
reconnaît que « le défaut fondamental du livre Être et Temps » fut « peutêtre de s’être risqué trop tôt trop loin ». Reconnaissance hésitante comme il
valait mieux le souligner, reconnaissance interrogative, mais autocritique
amplement confirmée par le dernier séminaire de Heidegger auquel Fédier
ne cesse implicitement de se référer dans ces pages finales de son
Anatomie d’un scandale. Or ce séminaire aux Français tenu à Zähringen en
1973 est quasi contemporain de l’introduction projetée par Heidegger pour
son « édition de dernière main ». On ne saurait donc guère être surpris qu’il
soit inspiré par le même esprit. Mais qui avant de découvrir l’extrait “prépublié” de cette introduction aurait pu deviner que l’autocritique de
Heidegger devait affecter aussi fortement la période dite du “tournant”
postérieure à Être et Temps ? Sans être prophétique pour autant, la
prudence observée à la fin de son livre par François Fédier n’en apparaît
pas moins comme une singulière preuve de lucidité face à l’emportement
qui n’a pas cessé de se manifester jusqu’à présent : y compris parmi les
lecteurs les plus “avertis” de l’œuvre de Heidegger. L’interprétation
dogmatique de celle-ci reposant sur la pierre d’achoppement du tournant
constitue ainsi un autre genre de scandale : parfaitement inapparent
jusqu’ici, mais sans doute bien plus déterminant que celui dont Fédier nous
a présenté l’anatomie.
Aussi bien ne s’est-il pas limité à celle-ci dans un livre dont le surtitre
est constitué par le nom de Heidegger souligné. La justification en est que
l’« anatomie » en question supposait l’application d’un principe de retenue
dans l’explication dont nous pouvons commencer de mesurer la portée.
Ainsi Fédier s’est-il bien gardé d’assortir sa réfutation du livre de Farias de
toute considération excédant le statut de préparation par Heidegger luimême assigné au « chemin de pensée ». Or suivre cette préparation est bien
différent de préformer une interprétation ; nul survol n’est en l’occurrence
permis : notamment pas celui consistant à se prévaloir de la notion de
tournant. Le parcours doit être accompli un pas après l’autre, sachant que le
premier est particulièrement important. Il détermine en effet dans quelle
direction s’engager. Celle, en l’occurrence, de l’impensé comme le précise
Fédier. Or, il faut bien apercevoir ce que cette indication a de renversant.
Car si elle permet au lecteur de lire correctement l’œuvre de l’auteur, elle
ne le fait qu’en le rendant indépendant de l’enseignement qu’on pourrait
lui prêter. D’où le caractère étonnant du livre de Fédier. Bien
34
qu’entièrement consacré à la défense de Heidegger, il ne repose nullement
sur ce que ce dernier aurait exprimé : que ce soit oralement ou par écrit, de
manière publique ou privée. L’impensé ne faisant qu’un avec l’inexprimé,
à chacun de le découvrir ses propres frais. Le dit n’a ainsi d’autre fonction
que celle d’ouvrir à l’inédit. On ne saurait imaginer congé plus définitif
donné à la prétention d’enseigner.
Congé définitif mais, surtout, congé justifié parce qu’il permet de
chercher : le sens, en l’occurrence, du silence de Heidegger après 1945.
Fédier l’aperçoit dans la possibilité d’interroger l’impensable nazi à partir
de l’impensé de la philosophie. Son livre se termine sur cette indication qui
n’a pas rencontré l’attention qu’elle méritait. La suivre, il est vrai, ne va pas
de soi. Il faut, pour cela, n’en pas demeurer à l’usage sans rigueur qui est
fait du terme d’impensé et se résoudre à en expliciter la dualité. Car il y a
deux sens opposés de l’impensé à devoir bien distinguer. L’un conduit vers
ce qui non seulement est pensable, mais devrait être pensé, tandis que
l’autre, à l’inverse, consiste à s’interdire de le faire : d’où résulte un
impensable qui l’est si peu en vérité qu’il ne cesse de nous obliger à en
dissiper l’absurdité. Tel est le “paradoxe” en effet sur lequel débouchait le
livre de Fédier : celui d’un “impensable” dont la criminalité résulte du refus
de penser. La monstrueuse démonstration administrée par les nazis a
consisté précisément en ceci : qu’il n’est de crime contre l’humanité que
sous la condition de celui d’abord commis contre l’esprit. Lequel est à
l’origine aussi de ces indirects effets dont celui du “négationnisme” est le
plus visible aujourd’hui. De sorte qu’il s’avère que la question n’est pas
directement de savoir “que faire ?” pour que “cela” ne se reproduise pas,
mais d’abord de s’inquiéter de ce que signifie penser. Se préparer à cette
interrogation est la seule manière : non d’écarter, mais de faire face à un
“impensable” qui ne saurait cesser de menacer.
Faire face et découvrir ainsi, «de l’autre côté » de la menace, ce qui
pourrait en convertir l’effet. À savoir : l’avenant dont la Lettre sur
l’humanisme nous a laissé découvrir la traduction en français de ce que
Heidegger appelait, alors secrètement, Ereignis en allemand. Le paradoxe
est que cette traduction réussit à signifier parfaitement ce que le terme
initial ne tente même pas d’indiquer. À l’opposé du commun préjugé, il se
révèle ainsi qu’un mot étranger peut l’emporter en originalité sur celui qu’il
traduit. En l’occurrence, avenant exprime exactement ce que, comme nous
l’avons noté, Heidegger a reconnu avoir manqué à la conférence Temps et
35
Être tenue pourtant comme le correctif complémentaire d’Être et Temps.
En l’avenant se trouve en effet virtuellement exprimée la triple unité de
l’être, de l’étant et de la pensée. Expression nécessairement virtuelle car
l’articulation signifiée relève exclusivement de l’ordre de la possibilité.
Exclusivement, mais non réductivement, car ainsi que l’avait précisé Être
et Temps : « plus haute que la réalité se tient la possibilité ». Ce dont la
Lettre sur l’humanisme a fourni la raison en précisant la signification du
« possible » en question. Celle, non d’une simple éventualité, mais d’un
« pouvoir d’aimer » : mögendes Vermögen dont « la “force tranquille” » :
die “stille Kraft” permet : à tout, simplement, d’ek-sister. L’équivalence
entre mögen et lieben, soit en français entre « être possible » et « aimer »
donne ainsi au verbe aimer la portée du « pouvoir » : Vermögen en la plus
haute signification de ce nom (cf. Lettre sur l’humanisme, Éditions AubierMontaigne bilingue, pp. 34-36 ; édition intégrale GA 9, pp. 316-317 ;
Gallimard Questions III, pp. 78-79 ).
Ce n’est qu’à condition de strictement observer ce statut de possibilité
reconnu à la pensée que devient, compréhensible enfin, ce que Heidegger,
au terme de sa Lettre, y spécifie au sujet de la philosophie. Énigmatique
différence en effet que celle qu’il y introduit entre « la pensée qui vient » :
das kunftige Denken et « la philosophie ». Celle-là penserait « de manière
plus originelle » : ursprünglicher que celle-ci. Mais cela ne serait établi que
si « la philosophie » était synonyme de « la métaphysique » dont « le nom
dit pareil » : das Gleiche sagt, avance ici Heidegger — mais sans
aucunement se soucier de le montrer. De sorte que, s’il existe une question
en laquelle il s’avère particulièrement nécessaire de « penser avec
Heidegger contre Heidegger », c’est bien celle de la philosophie comme
possibilité. Aussi bien n’est-ce pas sans raison que L’expérience de la
pensée reconnaît dans « le philosopher » : das philosophieren
ce
“troisième danger”, qualifié, parce que « confus » : wirr, de « mauvais » :
schlecht,. Or comment affronter ladite confusion autrement qu’en opérant
la distinction entre réalité et possibilité de la philosophie ? L’historique
réalité métaphysique de la philosophie ne doit ainsi pas occulter la
possibilité poétique de celle-ci. Entre les deux la relation n’est du reste pas
de simple opposition. Par son impensé, « la métaphysique » témoigne en
effet de la possibilité dont elle a dérivé. Distinction ici ne signifie donc pas
simplification. Refuser la confusion ne dispense pas, mais oblige au
contraire, à faire droit à la complication.
36
D’où la variation à devoir observer dans les différents avis de
Heidegger sur la question. Seul qui n’aurait jamais été aux prises avec sa
difficulté pourrait s’imaginer pouvoir le lui reprocher. Mais il serait encore
plus mal inspiré de se fier à l’opinion en la matière de la grande majorité
des “spécialistes” de Heidegger. La dogmatique affirmation du caractère
non philosophique de « l’ autre penser » n’a d’“heideggerienne” que sa
scolastique irréflexion. Comme s’il était possible de ne pas philosopher
après que la philosophie ait surgi ! Le prétendre, c’est s’exposer à
l’ironique réfutation attribuée au jeune Aristote : « S’il ne faut pas
philosopher, il le faut quand même afin de montrer qu’il ne le faut pas. »
La philosophie ne saurait ainsi être définie par le concept scolastique de
« la métaphysique » évoqué par Heidegger à la fin de la Lettre sur
l’humanisme. Elle ne saurait pas davantage être ramenée à l’ensemble des
“doctrines” et des “systèmes” qui en ont historiquement illustré la
possibilité. Mais, aussi bien dans leur impensé que par leur condition de
possibilité, ces “doctrines” et “systèmes” témoignent en leur pérennité de
l’avenant auquel elles donnent accès. La preuve — monumentale — en est
l’œuvre de Heidegger en son entier qui ne cesse d’invalider la sommaire
idée de la philosophie en laquelle on a, non seulement résumé la Lettre sur
l’humanisme mais, bien plus gravement, réduit tout le prétendu
“enseignement” de son auteur en matière de philosophie.
Enseignement prétendu car, à l’épreuve de ce que sa lecture nous
apprend, l’œuvre de Heidegger conduit à récuser ce que l’on entend
couramment par le terme d’enseignement. Dans son courrier personnel à
Jean Beaufret précédant la Lettre sur l’humanisme, Heidegger précise en
effet la troisième nécessité à laquelle est soumis un fructueux exercice de la
pensée. Il ne suffit pas, à cet effet, de lire et d’écrire, mais il est en outre
requis une dialogante communauté d’esprit et un « travail » défini comme
ne pouvant être « enseignant » qu’à condition de se faire en « apprenant » :
lernend-lehrende Arbeit (cf. pp. 184-185 de l’édition bilingue AubierMontaigne de la Lettre sur l’humanisme). Sans la rejoindre tout à fait, du
moins lexicalement, la pensée de Heidegger s’accorde ainsi avec celle du
“héros” de l’Ulysse de Joyce qui se déclare, lui, plutôt « apprenant » :
learner qu’ « enseignant » : teacher. Car, approuve son interlocuteur : « Il
faut être humble pour apprendre. Mais c’est la vie qui est le grand
enseignant. » : To learn one must be humble. But life is the big teacher. (cf.
James Joyce, Ulysses, The Bodley Head Edition, p. 29). — Or, la “vie”
mais en y incluant ce qu’elle a de mortellement “apprenant”, voilà ce dont
37
le terme d’ « existence » aura permis à Heidegger de renouveler la
philosophie doublement.
L’apport d’Être et Temps ne se limite pas, en effet, à la mise en
évidence de l’existence comme mode d’être spécifique de l’humanité. Cela
supposerait son inclusion dans une ontologie générale dont l’introduction
d’Être et Temps invalide la notion de de genre qui sert de fondement à sa
conception de l’étant. L’existence au contraire en tant qu’être-au-monde de
l’être humain se tient toute entière hors toute préalable définition de l’étant.
Tant et si bien que c’est en elle plutôt, en tant qu’extériorité originelle : eksistence précisément, qu’il faut situer le tout de l’étant. L’on aperçoit ainsi
devant quelle difficulté Heidegger nous a placés : celle de concevoir un
dehors, un rien : néant ou non-étant en lequel pourtant se tient tout étant, à
commencer, nécessairement, par l’être humain. Mais, faut-il encore
préciser, cela ne signifie pas que l’être humain soit physiquement
privilégié. Nulle arrogance “humaniste” ne doit masquer que ce n’est pas
en tant que naturelle propriété, mais comme avenante possibilité que
l’existence nous est proposée. Invitation à devoir être et non étant
constitué, telle est donc, non point la donnée, mais « le projet jeté » : der
geworfene Entwurf dont, sous le nom d’existence, « la percée » d’Être et
Temps nous a “offert” de mesurer la portée. Mais pour s’être, avec la
rétention de sa troisième section, elle-même arrêtée avant d’être précisée,
l’offre n’a pu être honorée comme son auteur l’aurait souhaité. Ce qui l’a
conduit à présenter, en réponse à Jean Beaufret, la mise au point de
l’objectif d’Être et Temps que constitue la Lettre sur l’humanisme.
Mise au point à devoir appréhender de manière prudemment critique
désormais. La critique est nécessaire, car la mise au point est ordonnée à
« la représentation » du « tournant » dont Heidegger a finalement reconnu
l’obstacle qu’elle fut. Mais la prudence est doublement recommandée. Car,
s’agissant de l’objectif sur lequel régler la mise au point, la pensée de
Heidegger n’a quant à elle jamais varié depuis ce qui en est précisé dans le
dernier chapitre d’Être et Temps. À savoir que : « La mise en évidence de
la constitution d’être du Dasein » — définie par l’existence — « n’en
demeure pas moins qu’un chemin [ein Weg]. Le but [ou l’objectif : Ziel] »
étant « l’élaboration de la question de l’être en toute sa portée [die
Ausarbeitung der Seinsfrage überhaupt]. » (cf. Être et Temps, Gallimard,
p. 504, traduction modifiée ; édition intégrale, GA 2, p. 575). Mais, surtout,
avec la pensée de l’être en tant que l’avenant, la mise au point permet de
38
résoudre la difficulté qu’on ne pouvait, ne fût-ce qu’aborder, avec la
représentation du « tournant ». S’accorder à la lecture autocritique de
Heidegger par lui-même ne consiste pas on le voit à ratifier simplement son
plus récent sentiment au détriment du ou des précédents. Il faut, bien au
contraire, mesurer ses successives pensées à la question qu’elles permettent
de déterminer. Leur plus ou moins juste correspondance à son exigence est
le seul critère à devoir adopter pour en juger.
À cet égard, il est possible d’aller jusqu’à soutenir que, sur la
sollicitation de la troisième question de Jean Beaufret, Heidegger s’est,
dans la Lettre sur l’humanisme, aventuré en français nettement plus loin
que jamais sans doute il ne le fit en allemand. Nettement plus loin mais,
surtout, en parfaite adéquation avec l’exigence de sa question. Le terme
d’avenant y signifie en effet autrement plus précisément la tâche de la
pensée que celui d’Ereignis qu’il traduit implicitement. La raison
principale en est qu’en l’avenant se trouvent articulés, aussi librement que
distinctement : « l’engagement de l’être » d’un côté et, de l’autre, la
responsabilité de la pensée. Ce à quoi ne parvient pas le terme d’Ereignis,
comme l’atteste l’autocritique de la conférence Temps et Être que nous
avons évoquée plus haut. Second, mais non moindre avantage du terme
français sur l’allemand : la disparition de toute empirique référence à un
événement. L’avenant n’a, en effet, rien d’événementiel : il signifie au
contraire une essentielle avance sur événement : impossible à combler par
conséquent. Ce qui veut dire, en résumé, que l’avenant n’advient jamais
ailleurs que dans l’ordre de la possibilité : celui, distintement conjoint, de
l’être, de la pensée et de l’humanité. En un mot celui du Dasein qui s’avère
être bien le mot-clé ouvrant l’accès au « chemin de pensée ».
Bien compris, l’avenant se révèle ainsi paradoxalement a-venant : non
point accordé à un futur conditionnellement déterminé, mais relevant, parce
que parfaitement présent, d’un “inavenir” non privatif. Nul besoin par
conséquent d’ajouter comme il le faut pour Ereignis un terme négatif
complémentaire comme celui d’Enteignis afin de signifier la double portée
de ce qui est à penser. Avenant à lui seul y suffit, qui l’inscrit au registre
d’une complexité dont il nous faut indiquer au moins une autre originalité.
Il s’agit de ce que permet de nommer le terme d’adversité. Celui-ci permet
d’éviter ce que l’emploi du terme de “mal” a de nécessairement mauvais.
Non assorti de guillemets il porte à croire en effet que ce qu’il voudrait
désigner pourrait exister. Alors que le “mal” n’est jamais qu’une
39
interprétation précipitée de l’adversité. Non qu’il n’y ait de souffrance
subie, ni de violence exercée, mais le crime d’un côté, comme la maladie,
la misère ou le malheur à l’opposé, ne sont, ni ceux-ci ni celui-là,
l’expression d’un “mal” positivement inhérent à l’être en tant que
l’avenant.
Le problème à devoir envisager est, au contraire, celui de la négativité,
tel que la Lettre sur l’humanisme nous permet de l’aborder : de manière
profondément renouvelée. Heidegger y rend hommage, en effet, à Hegel et
Schelling, mais non sans préciser toutefois la raison pour laquelle
l’essentiel leur est demeuré dialectiquement caché. À savoir leur pensée de
l’être comme « absolue réalité » : absolute Wirklichkeit. Situant « le non
en tant que négativité de la négation dans l’essence de l’être », ils évitent
d’en faire un caprice du cogito humain. Mais, en revanche, l’être par eux
conçu comme subjectivité absolue, maintient leur pensée dans le cadre de
ce qu’ils semblaient avoir écarté : la dépendance du négatif à l’égard du
subjectif. Il faudrait même ajouter qu’ils la portent à son plus haut degré.
En présentant l’être comme avenante possibilité Heidegger nous permet au
contraire d’échapper aux deux dangers opposés : de ne voir dans le négatif
que du subjectif ; ou bien d’y sous-estimer notre part de responsabilité. Se
tenant plus haut que la réalité, la possibilité n’est pas affectée par le
subjectivisme de la modernité, quelles qu’en soient les successives
modalités. Lesquelles s’y trouvent, en effet, d’emblée surmontées : depuis
la première : cartésienne, jusqu’à la dernière : nietzschéenne, qui en révèle
l’inquiétant caractère. Car « la volonté de savoir et d’amour » de
« l’idéalisme absolu » n’a pu longtemps dissimuler « la volonté de
puissance » qui en constituait la virulente « réalité », comme
« l’Histoire avec sa grande hache » l’aura démontré. Double hache faut-il
toutefois préciser, que celle dont Georges Pérec nous a spirituellement
révélé le tranchant : l’alliance Staline-Hitler y a vérifié, de sinistre manière,
l’équation « Marx : Nietzsche » que Heidegger avait consignée dans ses
notes sur Jünger.
Telle étant la négativité à laquelle conduit la philosophie lorsqu’elle se
soumet au principe de réalité, il faut s’empresser d’ajouter qu’aucun des
philosophes cités ne saurait être réduit à ce qu’il y a cru devoir y sacrifiier.
Aussi important cela soit-il “effectivement”, le possible auquel donne accès
leur impensé les exonère de toute “culpabilité”. La faute doit toujours en
retomber sur les disciples en effet. Quant aux “maîtres” que ces derniers
40
s’étaient donnés, aucun ne fut le disciple de lui-même, chacun — à
l’épreuve de l’immaîtrisable — ayant appris : non seulement l’humilité,
mais quelle ressource de pensée celui-ci pouvait recéler. Aussi ne faut-il
jamais dissocier, dans la lecture de Heidegger, la critique de « la
métaphysique » de la régénération de la pensée à laquelle celle-ci conduit.
Non sans devoir à cet effet procéder, comme Heidegger y a lui-même
invité, implicitement il est vrai, à la reconsidération du projet présenté dans
Être et Temps. À commencer par la révision de son plan initial
d’exposition. Laquelle fut proposée l’année même de sa publication. Le
premier volume programmé de l’édition intégrale, le premier publié et le
seul paru du vivant de Heidegger est constitué en effet par le cours du
semestre d’été 1927 dont l’auteur précise, dans une inaugurale note
marginale, qu’il y est exposé une « Nouvelle élaboration de la troisième
section de la première partie d’Être et Temps. » (cf. Problèmes
fondamentaux de la phénoménologie, Gallimard, p. 17 ; édition intégrale,
GA 24, 1975, p. 1). Or ladite nouveauté se révèle bien difficile à ramener
dans le cadre prévu dans « l’ouvrage de percée ». Non seulement faudrait-il
pour cela sauter par dessus les près de trois cents pages consacrées aux
quatre chapitres de la première partie du cours et ne considérer que la
portion traitée de la seconde, mais négliger aussi le fait que ces cent
cinquante pages ne constituent que le premier des quatre chapitres
également prévus pour sa seconde partie qui devait elle-même être suivie
d’une troisième partie quadruple elle aussi. De sorte que la seule partie du
cours entièrement traitée est celle qui n’a pas de correspondant dans
l’économie du plan d’Être et Temps, et que les deux autres doivent être
considérées comme le premier complément du projet présenté dans cet
« ouvrage de percée ». Complément du projet, et non simple nouvelle
rédaction de sa troisième section, car Heidegger y présente en introduction
le plan de sa réponse d’alors à sa double question. Mais premier
complément car celui-ci ne se comprend bien qu’à la lumière d’un second,
demeuré inédit, mais développé en totalité et dont le titre comporte un
terme allemand dont le sens peut aller en français du plus littéral :
“contributions” au plus original : “compléments”. Il s’agit des Beiträge
zur Philosophie, dont François Fédier s’est chargé de la traduction et l’a
annoncée sous un intitulé : « Apports à la philosophie » qui en exprime le
caractère inédit.
Caractère tellement inédit qu’il est demeuré incompris jusqu’ici. Et
pour cause. Il nécessite pour être appréhendé d’apercevoir de quelle
41
surprenante manière il accomplit mais aussi contredit le projet de pensée
présenté dans Être et Temps. Ce que permet justement d’avérer la
confrontation entre ces deux types différents d’inédits que sont : d’une part
le manuscrit des Beiträge consigné au cours des années 1936-38 et d’autre
part le cours remontant près de dix ans auparavant. Celui-ci présente, en
effet, une double réponse à la question posée dans Être et Temps alors que
ceux-là lui ouvrent un autre espace d’interrogation. Réponse ordonnée au
sens de l’être comme effectivité en 1927, interrogation relancée dans
l’ordre « plus haut » de la possibilité à partir de 1936. Heidegger précise
ainsi dans le cours en question que : « la compréhension de l’effectivité, ou
de l’être en son sens le plus étendu, par opposition à l’expérience de l’étant
est, dans un certain sens, antérieure à cette dernière ». D’où la claire
détermination scientifique de son projet de réponse : il y a une science
philosophique de l’être précédant les sciences positives de l’étant, soutient
Heidegger, qui, non sans en marquer la pluralité : Vielfältigkeit en définira
la portée d’ensemble sous le terme “hégélien“ d’effectivité : Wirklichkeit.
Cela, jusque fin 1933. De sorte qu’il faut diviser la période allant de 1927 à
1936 en deux parties : la première ordonnée au projet d’une “science de
l’effectivité”, et la seconde opérant la transition vers l’interrogation de
l’avenant qui ne débute pas avant début 1934. Le pas de clerc de Heidegger
en 1933 s’explique ainsi par le caractère encore métaphysique, au sens que
lui-même a donné à ce terme, de ce qu’il faut bien appeler sa philosophie
jusqu’au moment où il commence, en 1936, à consigner les linéaments
d’une toute autre pensée : celle de l’avenant qu’il rapporte à la philosophie
expressément.
Il est possible de faire un sort ainsi à la “nuance” apportée par
Heidegger à Cerisy dans sa réponse à la question de l’existence ou non de
sa philosophie. Le négatif : « Il n’y a pas de philosophie heideggerienne »,
en a totalement occulté le rectificatif : « et même s’il devait y avoir quelque
chose de ce genre je ne m’interesserais pas à cette philosophie ». Ce qui en
clair signifie que Heidegger a bel et bien été plus que tenté d’élaborer une
enième “nouvelle philosophie” : il en a, dès 1927, précisé l’objet et tracé le
plan de pensée, suivi l’inspiration près d’une dizaine d’années, et, pour
finir, nous a laissé le soin de découvrir ce qu’il fallait de juste en retenir.
Car il ne doit pas être question d’en discréditer le projet, aussi
“métaphysique” doit-on le qualifier. La raison en est discrètement donnée à
lire dans le passage de la Lettre sur l’humanisme où Heidegger répond au
“verdict” d’échec formulé contre « l’expérience tentée [Versuch] dans Être
42
et Temps ». À quoi Heidegger oppose : d’abord, que la pensée n’en est pas
achevée ; et, ensuite, que si elle débouchait sur un échec, il n’y aurait là
nulle infortune : Unglück à éprouver, mais lieu plutôt d’y apercevoir « le
don à nul autre pareil qui depuis l’être puisse advenir à la pensée » : das
einzige Geschenk, das dem Denken aus dem Sein zukommen könnte (cf.
édition bilingue Aubier-Montaigne, pp. 110-113, traduction modifiée ;
édition intégrale, GA 9, p. 343 ; Gallimard, Questions III, p.121). Le don
étant « la chose de la pensée, la vérité de l’être » : die Sache des Denkens,
nämlich die Wahrheit des Seins comme il venait d’être rappelé, l’alinéa
suivant précise à quoi il oblige la pensée : à lui offrir, en guise de
remerciement, sinon de contre-don, une juste expression. Ce qui conduit
Heidegger à résoudre étonnamment le problème posé par la carence notée
dans l’introduction d’Être et Temps : « une chose est de rendre compte
narrativement de l’étant, une autre de saisir l’étant dans son être. Ce ne
sont pas seulement les mots qui font alors le plus souvent défaut, mais
avant tout la ‘grammaire’. » Or la carence est encore plus grande lorsqu’il
s’agit d’éprouver la vérité de l’être indépendamment de toute saisie de
l’étant. Les mots et la grammaire ne font alors pas défaut « le plus
souvent », mais constamment, sinon définitivement. D’où l’étonnante
résolution de la difficulté à devoir tirer de l’essence, si l’on peut dire, de la
carence en question. Quand les mots et la grammaire font totalement
défaut, le silence, en effet, peut encore signifier ce qui doit l’être. Il s’agit
donc d’apprendre cet art inédit du silence parlant qui ne se découvre qu’en
écrivant.
Aussi bien est-ce après avoir entrepris plusieurs manuscrits destinés à
demeurer longtemps inédits que Heidegger a pu nous laisser ainsi déceler
de quelle manière l’absence tant de vocabulaire que, surtout, de grammaire
pouvait être mieux que compensée dans ce métier manuel : Hand-Werk que
constitue l’écriture. En elle se forme en effet silencieusement la pensée
laquelle n’est jamais dans “les mots pour le dire”, mais dans ce qui
demeure toujours à découvrir dans ce qu’ils ne sauraient jamais exprimer.
Ce que l’on appelle le langage est en genèse perpétuelle et ce qu’il dit
constamment se renouvèle en l’inédit dont il surgit. Telle est l’expérience
de la pensée à laquelle Heidegger nous a invités. Notamment dans ses
manuscrits réservés à la postérité dans lesquels, en une décennie (1936-45),
s’est opérée la transformation poétique d’un projet jusque-là présenté
comme scientifique. Changement sans perte en exigence de rigueur comme
le démontre, par sa composition en particulier, le premier de ces
43
manuscrits, celui des Beiträge zur Philosophie. « Le temps des systèmes
est passé » y déclare Heidegger d’emblée, mais, loin d’en dispenser, cela
ne fait qu’y porter à un degré plus élevé le souci d’articulation “logique” de
la pensée. Unidimensionnel et sans possibilité de se renouveler, l’ordre
déductif inhérent à la notion même de système est conçu pour satisfaire le
besoin de sécurité en matière de pensée. D’y satisfaire donc de manière
arrêtée, ce qui signifie aussi au plus pressé, sans avoir anticipativement
réfléchi à ce qui s’en est ensuivi. À savoir une crise généralisée à tous les
domaines où sévit l’esprit de système : de la mathématique axiomatisée à
l’histoire finalisée en passant par l’ensemble des spécifiques systèmes des
différents mondes : astronomique, physique, chimique, biologique, et
d’autres sans doute encore. Il n’est de système en effet que fermé à la
nouveauté laquelle néanmoins s’est produite en dépit de lui et en a révolu
l’esprit. D’où la contradiction qui minait l’exposé d’Être et Temps et en
interdit l’achèvement. La forme de Traité donnée par Heidegger à son
ouvrage de percée s’opposait systématiquement à la nouveauté de son
projet et dut être par conséquent : non rejetée absolument, mais dépassée
dans une articulation de la pensée d’une autrement plus vaste, plus
complexe, et plus plastique portée. Une “logique” poétique nouvelle devait
ainsi ordonner la poursuite d’un projet dont la conception ne pouvait se
réduire à la forme classique de la scientificité. Ce dont les Beiträge sont —
par leur mode d’exposition — une première sorte de démonstration.
La formule de leur composition y est ordonnée à la tâche de conduire la
philosophie devant la nécessité d’entrer dans un autre commencement que
celui auquel a obéi son développement jusqu’à présent. Ce développement
ordonné au cours de deux millénaires et demi à « la question directrice » :
die Leitfrage de l’être de l’étant, laissait derrière lui, ininterrogé, son
préalable, « la question fondamentale » : die Grundfrage de la vérité de
l’être L’ouvrage consiste ainsi dans le traçé en six parties fuguées du
passage de la pensée de son premier commencement à celui qui en
approfondit la philosophie. Car l’autre commencement de celle-ci trouvant
son fondement dans ce qui est demeuré ininterrogé au cours de son premier
développement, cela signifie qu’il n’a cessé néanmoins de s’y trouver
paradoxalement présent en tant qu’oublié. L’initiale partie fuguée est ainsi
constituée par l’écho remémorant : der Anklang de la vérité de l’être au
sein même de l’oubli de celui-ci : Seinsvergessenheit. Lequel oubli, devenu
extrême désormais, se méconnaît en se prétendant, parce que réduit au
simplement étant, au service du réel effectif : das Wirkliche.
44
Téléchargement
Random flashcards
amour

4 Cartes mariam kasouh

aaaaaaaaaaaaaaaa

4 Cartes Beniani Ilyes

TEST

2 Cartes Enrico Valle

Créer des cartes mémoire