Les politiques islandaises de gestion des ressources marines

advertisement
Les politiques islandaises de gestion des ressources marines: ethnologie de
communautés littorales (1990-2010)
MARIAT-ROY Emilie
GGH-Terres EHESS, 190-198 avenue de France, 75244 PARIS, France
Nous proposons dans cette présentation d’exposer les résultats de recherches menées en Islande en
2005, 2006 et 2010 dans le cadre du programme scientifique DRISCLA-Nord (Dynamiques,
Ressources, Innovations et Stratégies des Communautés de l’Atlantique-Nord) soutenu par l’Institut
Polaire français Paul-Emilie Victor (Brest). Ces recherches ont fait l’objet d’une thèse de doctorat en
anthropologie sociale soutenue en décembre 2011 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
et intitulée : « Si les quotas m’étaient contés. Les conséquences économiques et sociales des
politiques islandaises de gestion des ressources marines. Ethnologie de communautés littorales. »
Ces recherches portent sur les conséquences économiques, sociales, politiques et symboliques du
processus de transformation des régimes de propriété et des conditions d’accès aux ressources
marines induits par l’instauration, en 1991, de Quota individuels transférables.
Dans l’objectif d’identifier et analyser l’organisation et les déterminants d’évolution d’un système de
production halieutique, nous nous sommes livrés à un travail d’identification d’un groupe
professionnel, les pêcheurs armateurs indépendants, en couvrant des extensions géographiques et
temporelles suffisamment vastes pour donner un ordre d’idée de ce qu’est la pêche dans sa richesse
et sa diversité mais aussi de décrire et analyser ce qu’elle a été, ce qu’elle est devenue et tend à
devenir d’un point de vue matériel et idéel.
Pour ce faire, nous avons d’abord étudié les conditions historiques de développement des industries
de pêche et de transformations pour mettre en évidence un processus historique de coproduction
entre système technique, système social et système économique au terme duquel les ressources
marines sont devenues la « propriété de la Nation ».
Nous avons, dans un deuxième temps, décrit, analysé et comparé, à travers l’observation de
pratiques et de discours, les formes de mobilisation et les stratégies individuelles et collectives de
populations littorales de sept ports de pêche face aux politiques nationales de gestion des ressources
marines ainsi que les déterminants, formes et implications d’une neutralisation des pêcheurs artisans
indépendants, dont l’épanouissement avait été concomitant du développement des pêches
commerciales.
L’analyse met en avant un processus d’individualisation des pratiques de pêche ainsi qu’une logique
d’évolution des juridictions relatives aux modalités de pêche dans le sillage de l’instauration des QIT.
Les privatisations et marchandisations des droits de pêche initiées par les pouvoirs publics et
relayées par les professionnels contredisent les principes énoncés dans les Lois des pêches : nous
avons révélé les significations d’une contradiction lourde de conséquences, dont la crise financière
de 2008 a favorisé la remise en cause.
Téléchargement