CANCER DU SEIN ET FEMME JEUNE

publicité
CANCER DU SEIN ET
FEMME JEUNE
Dr Mickael Suissa*
*Institut de Radiologie de Paris
31, avenue Hoche 75008 Paris.
[email protected]
Epiémiologie du cancer du sein
de la femme jeune*
•
•
•
•
•
•
•
•
Le cancer du sein touche 12% des femmes tous âges confondus en Europe
et aux USA.
11% des cancers du sein touchent les femmes de moins de 35 ans.
Les données de la littérature sont pauvres en raison du faible nombre de
séries et de la définition de “jeune “ ( < 40, <35, <30 ?).
La prévalence augmente mais l’incidence dans le groupe 30-40 ans reste
stable de 1975 à 2000.
Première cause de décès chez les moins de 30 ans.
7% des décès chez les femmes jeunes de moins de 30 ans.
Différences ethniques : noires américaines +++
Contexte familial et génétique joue un rôle majeur dans la survenue du
cancer dans cette tranche d’âge.
Pollan M. Breast Cancer Res. Treat. 2010 Sep; vol 123 Suppl 1 pp. 3-6
•
•
•
•
•
•
•
Série 239 femmes de moins de 40 ans, comparé à 2100 femmes de plus de
40 ans*.
Lésions moins facilement détectées en imagerie.
Interprétation comme bénigne plus fréquent ( surtout si seins denses)
Echographie mammaire : positive dans 92% des cas.
Mais écho seule rate 18 cancers ( 7,5%) .
Dans 14 cas ( 6%) : image écho type ACR3 , “fibroadénome typique” :
ovale, homogène, faiblement contrastée, régulière.
Taux de cancers de moins de 10 mm identique dans les deux groupes pour
les patientes symptomatiques.
*Foxcroft LM, Evans EB. Breast. 2004 Aug; vol. 13 ( 4) pp. 297-306.
•
•
•
•
•
•
•
•
628 femmes de moins de 40 ans de 1996 à 2008.*
Autoexamination : 70 % des cas.
Taille médiane : 2 cm.
Mammographie : 86 % sensibilité.
IRM : 96% sensibilité
Premier examen pour 80 % des femmes
Prédisposition BRCA dans 25% des cas
Antécédents de premier degré de K. du sein ou ovaires dans
50% des cas.
*Sentis M. breast Cancer res and Treat. Vol 123, Sup 1, 11-13.
• Grade histopronostic plus elevé ( SBR 3)
• Significativement plus de lésions indifférenciées : RH- ,
Her2Neu• Haut LVI, Haut Ki67( >50%)
• Mutation p53 plus fréquente
Keauler De More N. Breast Dis.2005-2006;23:9-15
• Revue sur l’efficacité de l’IRM en complément de la
mammographie.
• L’IRM augmente la sensibilité de 93 à 100% selon les études
( mammo seule 25 à 60%) et mammo-écho 50 à 70%
• l’apport de l’IRM est moindre quand elle fait suite au couple
mammographie-échographie.
Lord JJ 2007. Eur J Cancer . 2007 43 (13)
Cas cliniques
• A l’IRP : 9 patientes âgées de 30 à 38 ans.
• Antécédents familiaux :
- 3/9 2èmes et 3emes degré
- 2/9 : 1er degré
- 4 patientes sans facteurs de risque familiaux.
• 4 nullipares, 5 mono ou multipares
Cas cliniques
• Examen clinique : découverte d’une masse palpable dans
100% des cas.
•
•
•
•
Seins denses hétérogènes de type 3 du BIRADS : 5
Seins très denses homogènes de type 4 : 2
Seins peu denses : 2
Mammographie peu ou pas contributive dans 4 cas sur 9 ( sur
les incidences de base hors agrandissements radiologiques)
• Echo positive dans 100% des cas.
Cas cliniques
•
•
•
•
-
Taille moyenne : 25 mm
De 6 à plus de 50 mm
5 lésions multifocales, 1 lésion bilatérale.
Type histologique:
8 carcinomes canalaires infiltrants : 3 SBR III triple négatif Ki
67 > 50% , 5 SBR II, 1 SBR I RH positifs Ki 67 < 30 %
- 1 carcinome in situ grade intermédiaire.
Cas cliniques
Masse multifocale du sein gauche avec
adénopathies tumorales
Cas cliniques
Masse 6 mm sein droit palpable
Cas cliniques
Masse 25 mm sein gauche
Cas cliniques
Patiente 30 ans : masse sein
Gauche avec calcifications ACR 4
Cas cliniques
Lésion multifocale avec adénopathies suspectes
Cas cliniques
Seins denses type 4
Asymétrie de densité avec
Calcifications ACR 5
Masse hétérogène non atténuante
Cas cliniques
Récidive locale de Calcifications ACR 5 ( carcinome in situ grade 2)
Biopsie échoguidées
Conclusion
•
•
•
•
•
•
•
L’incidence du cancer de la femme jeune de moins de 40 ans est en
constante augmentation depuis 20 ans (causes multifactorielles)
Le cancer est souvent découvert tardivement au stade clinique
Les seins denses et les antécédents familiaux augmentent ce risque
Fréquence des lésions non hormonodépendantes et des atteintes
ganglionnaires.
Pas de différences sémiologiques avec les cancers des femmes plus âgées
en règle général.
Moins de cancers hormono-dépendants , plus de triple négatifs.
Attention aux masses ACR 3 ( type “adénofibrome”) plus fréquentes : au
moindre doute , micro ou macrobiopsies échoguidées.
Téléchargement
Explore flashcards